Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

De couple mono à poly

#
Profil

BunnyG

le samedi 13 novembre 2021 à 11h50

Bon je parle suffisamment ici pour que ça justifie que je me fasse un compte :P

Depuis mes derniers messages, mon amoureuse a eu son premier rendez-vous en vrai dans un resto. Ça s'est très bien passé pour elle elle est revenue toute contente comme je m'en doutais. De mon côté ça s'est passé moins mal que je le pensais, j'étais occupé ce soir là à un événement du boulot mais il s'est terminé bien plus tôt que son rendez-vous. Franchement je n'étais pas bien en attendant qu'elle rentre mais au moins je n'étais pas trop inquiet pour elle, elle m'avait partagé sa localisation au cas où il lui arriverait un soucis.

Elle a été très chouette avec moi, elle a raconté ce que je voulais savoir du rendez-vous, a été honnête même sur les choses qui peuvent me faire un peu mal et elle a aussi été très proche de moi après ça, surtout le lendemain. J'avais peur qu'elle soit encore avec l'autre dans sa tête, et que je n'arrive pas à l'atteindre dans sa bulle mais ça n'a pas été le cas. Ça ne veut pas dire que je n'ai pas passé globalement un mauvais moment, ou que je suis prêt à ce que ça recommence tous les jours, mais ça m'a rassuré sur ma capacité à encaisser.

Là évidemment elle aimerait continuer à le voir (plus) fréquemment, là où moi j'aimerais que ça se calme un peu pour prendre le temps de digérer ce qui se passe, réfléchir à la suite, etc. Et bon, son autre amoureux voudrait déjà que la prochaine fois elle boive de l'alcool et passe la nuit chez lui donc on est clairement pas tous à la même étape 😐 Mais pour l'instant ce qui a été retenu c'est qu'elle le reverrait dans une semaine, encore dans un lieu neutre pour une soirée, et que ça avancera à un rythme pas trop rapide. Et on aimerait aussi faire une rencontre à trois, son amoureux, elle et moi. Je pense que ça me rassurerait et ça l'humaniserait à mes yeux.

#
Profil

BunnyG

le samedi 13 novembre 2021 à 12h08

@Topper et @lau93 je suis totalement d'accord. Trouver une relation bouche-trou n'est pas une solution. C'est juste bon pour que plus de monde soit blessé au final. D'ailleurs, si je cherche à créer des nouvelles relations, je ne veux pas précipiter les choses, j'ai besoin de temps pour accepter le polyamour de ma compagne mais j'ai aussi besoin de temps pour apprendre à ouvrir mon cœur à d'autres personnes.

@Topper tes conseils sont très bons, je n'avais pas vu les choses sous cet angle par exemple pour les "dates" en parallèle, ça me donne matière à réfléchir. Je pense que j'aurais pu tomber dans certains de ces pièges.

@lau93 j'aimerais aussi avoir la possibilité de juste arrêter de souffrir, d'avoir un bouton pour désactiver ça. Et j'aimerais aussi avoir une deadline, une date officielle à partir de laquelle la différence sera finie. Mais je crains continuer à souffrir longtemps, si pas toute ma vie. Et puis j'avoue que j'ai aussi un peu peur que si j'arrête de souffrir ce soir pour les mauvaises raisons. Pas parce que je serai en paix avec la situation, mais parce qu'à force de souffrir mon cœur en aura eu marre et arrêtera purement et simplement de se préoccuper de mon amoureuse. Que l'amour meure entre nous. Je n'aimerais pas ça, je préfèrerais encore souffrir

#
Profil

lau93

le samedi 13 novembre 2021 à 19h54

@BunnyG
Le fameux bouton que j'appelle de mes vœux...Des câlins virtuels si tu les acceptes!
L

#
Profil

Clades

le samedi 13 novembre 2021 à 22h33

Je pense que ce serait une erreur de penser que la souffrance est inévitable... Je crois sincèrement que nous avons le choix, le choix entre un chemin où tout nous rappelle à notre douleur et un chemin où on voit la lumière au bout du tunnel. Il faut cultiver la positivité. Je ne dis pas que c'est facile, je dis seulement que c'est possible...

Je dis cela en connaissance de cause. Pour moi, la transition vers le polyamour a été très brutale. Je vivais en complète fusion avec mon compagnon qui est encore à mes yeux le seul et unique. Du jour au lendemain, il a changé de pays. Deux mois plus tard, il l'a rencontrée. Je n'ai jamais eu mon mot à dire sur la fréquence et la nature de leurs rencontres. Dès le début de leur relation, ils passaient leurs nuits et weekends ensemble... Deux mois après leurs premières discussions, ça parlait déjà de vie commune et d'enfants...

Face à cette situation, il aurait été facile pour moi de m'effondrer. Il était dur de lutter contre l'idée que j'étais complètement remplacée dans son cœur.
Quatre jours.... c'est le temps qu'il m'a fallu pour prendre ma décision. "Tu le quittes ou tu assumes". J'ai décidé d'assumer, de faire le pari. J'ai écrit ma décision dans un carnet tel un contrat avec moi-même.

Peut-être est-ce ce qui te manque : une détermination. Ton choix n'est pas encore fait. Tu es encore empli de doutes. Sans doute as-tu besoin toi aussi de prendre du temps et du recul, te poser, peser le pour et le contre, réfléchir à tes propres valeurs, à ton intérêt dans tout ça... Pour cela, il faudrait peut-être que tu t'isoles quelques temps, en dehors de toute source d'influence, et que tu médites. Quitte à prendre des congés et partir seul dans un lieu neutre...

J'espère sincèrement que tu trouveras ton chemin dans le chaos de tes pensées...

#

(compte clôturé)

le samedi 13 novembre 2021 à 23h25

Clades
Je pense que ce serait une erreur de penser que la souffrance est inévitable... Je crois sincèrement que nous avons le choix, le choix entre un chemin où tout nous rappelle à notre douleur et un chemin où on voit la lumière au bout du tunnel. Il faut cultiver la positivité. Je ne dis pas que c'est facile, je dis seulement que c'est possible...

En soit je suis d'accord avec toi mais il faut aussi être réaliste. La souffrance est inévitable pour celui qui doit suivre. Car celui qui suit n'a pas fait le travail en amont, de plus ici il y a beaucoup de témoignage positif mais quid de tout ceux dont la fin n'était bien heureuse ?

Je ne dis pas qu'il ne faut pas tenté bien au contraire, seulement que cela n'est pas pour tous, il s'agit d'un paris avec soi même. La souffrance que l'on vivra de manière longue, répété et sournoise, vaut elle le coup ? Arracher le pensement de la relation établi pour rechercher quelque chose qui nous correspond vraiment est une possibilité tout aussi honorable. Et que même si on a un conjoint super à l'écoute, encourageant et soutenant... Cela va rarement assez vite pour lui et que même avec toute ses belles paroles qui se veulent rassurante, c'est une décision qu'il faut prendre pour soi même.

De plus, faire le choix de s'y investir c'est aussi finir par continuer de le vivre même si cela nous rend malheureux, c'est le même phénomène qui pousse les conjoints maltraités à rester avec leurs bourreaux. Mais ne me faite pas dire ce que je n'ai pas dis, cela est juste pour l'exemple du mécanisme social, car on se dit... A la vache, je souffre mais bon j'ai tellement souffert pour en arriver là et donc si j'arrête... Cela n'aura servi à rien... Vous voyez ?

Bien du courage à vous.

Message modifié par son auteur il y a 9 mois.

#
Profil

Clades

le dimanche 14 novembre 2021 à 08h11

@Ven Je comprends ton argument et je suis d'accord avec toi sur le fond. Il est vrai qu'on ne peut attendre d'une personne qui subit une situation qui ne lui convient pas de prendre les choses avec le sourire. Maintenant, je n'ai pas dit que le chemin avec la lumière au fond du tunnel est déterminé. Il dépend de chacun d'entre nous. Peut-être que ce chemin là, pour certaines personnes, c'est la voie de la monogamie.

Maintenant, je mets un peu de nuance dans ce que j'ai dit : si la souffrance est inévitable, au moins avons-nous le pouvoir de la rendre plus ou moins gérable, longue et supportable. Autant faut-il reprendre les rênes de sa vie. Je suis convaincue que BunnyG se sentira mieux, peut-être pas dans l'immédiat mais sur du long terme, une fois qu'il aura fait un choix qui lui appartient, que ce soit celui se continuer cette relation, de la terminer, ou que sais-je ? Pour le moment et tant qu'il a l'impression de subir, ce sera effectivement difficile...

Message modifié par son auteur il y a 9 mois.

#
Profil

bonheur

le dimanche 14 novembre 2021 à 11h43

J'ai lu un livre, très dur à digérer, tant son contenu oblige à sortir de sa zone de sécurité et de confort. "la rupture pour vivre" de Simone Barbara. Celui ou celle qui ne supporte pas de verser des larmes et les remises en question, s'abstenir à tout prix. Quand on sort de cette lecture, qui peut sembler de premier abord violente (rompre pour vivre), pourra ensuite se situer au sein de sa vie et prendre une indépendance juste envers le monde extérieur et envers ses proches (amour, enfant, parent, ami, proche...).

Nous vivons dans une société sécurisante, très (trop ?). Nous voyons la rupture comme une contrainte et surtout comme négatif. Attention, rupture ne signifie pas quitter, mais aussi bouleverser, changer. Les exemples cités par l'auteure sont poignants. Ca aide aussi à "relativiser" l'inconfort que l'on vit ou à minima savoir que nous passons tous un jour ou l'autre dans une situation d'inconfort. Le cocon c'est génial. Savoir qu'il ne sera pas éternel, permet de ne pas s'enfermer dans un présent sur la durée. Le présent ne dure jamais, c'est illusoire.

Clades
Je pense que ce serait une erreur de penser que la souffrance est inévitable... Je crois sincèrement que nous avons le choix, le choix entre un chemin où tout nous rappelle à notre douleur et un chemin où on voit la lumière au bout du tunnel. Il faut cultiver la positivité. Je ne dis pas que c'est facile, je dis seulement que c'est possible...

Je mets en gras ce que @Ven a je suppose mal lu ou du moins mal perçu. @Clades parle bien du chemin et de son aboutissement. Elle ne sous-estime pas la souffrance initiale. Il ne faut pas mélanger l'émotion en lien avec la découverte d'une réalité qui fait mal (nous tombe dessus brutalement), du temps qu'il faut pour se remettre de cette réalité et l'aboutissement du chemin.

La rupture c'est oser le changement et accepter que l'imprévu s'initie dans notre vie. Vivre l'émotion, agréable ou non, comme étant ponctuelle. Une émotion qui demeure, est parfois entretenue. Pas sciemment, je ne connais personne qui aime rester dans une émotion désagréable, sauf que des freins s'instaurent et empêchent de s'ouvrir, de sortir de la situation, de percevoir différemment. Ces freins sont de natures différentes et parfois on les cumule. C'est pour cela que souvent les polyacceptants "changent" eux aussi : parce qu'ils remettent en question et évoluent également.

Parfois, il est utile de se faire accompagner par un professionnel sauf que parfois, ce dernier se trompe de cible. Ce n'est pas la situation mono-poly qu'il faut résoudre, mais bien comprendre la nature des freins pour les digérer et enfin rendre viable l'invivable. Quitter ou pas, vient ensuite. Quitter juste pour s'extraire de l'émotion désagréable ne me parait pas judicieux. Quitter parce que l'on appréhende une situation avec le chemin nécessaire et l'aboutissement est d'être heureux à nouveau (quelque soit la décision finale). L'élément poly se doit de ne pas vouloir convaincre à tout prix parce que ça l'arrangerait, mais accompagner autant que possible, dans la dimension de l'autre. Autrement dit, dans le consensus. Ne pas se renier soi (et son évolution) et être présent et aimant. Et puis, la communication offre un rapprochement indéniable à ceux-celles qui y arrivent. Quitter sans la souffrance, enfin... ou rester, sans la souffrance.

Souffrir doit permettre d'avancer, de changer, quelque soit l'aboutissement.

#
Profil

BunnyG

le mercredi 17 novembre 2021 à 00h18

Je pense avancer pas mal dans mon travail sur moi-même, mes sentiments, mes peurs, … Mais là je suis un peu coincé par quelque chose où j'ai l'impression qu'il n'y a pas tellement de travail intérieur à faire.

Je m'explique : depuis deux jours mon amoureuse passe ses soirées à discuter avec l'homme qu'elle a rencontré. Il y a quelques jours ils ont eu une dispute, elle a passé une nuit horrible où elle était très mal, j'ai fait ce que j'ai pu pour la soutenir et lui remonter le moral mais elle n'allait vraiment pas bien. Du coup même si nous avions convenu qu'elle n'aurait pas de nouveau rendez-vous avec lui avant une semaine, ils se sont vus pour mettre les choses à plat, avec mon accord. J'ai l'impression que ça renforcé leurs liens parce que depuis elle passe ses soirées sur son portable à discuter avec lui. Avec d'autres personnes aussi, comme son amoureux n°3 ou des amis, mais avec lui principalement.

Et moi je ne me suis jamais senti aussi seul alors que je suis à moins d'un mètre d'elle. Hier j'ai tourné comme un lion en cage en attendant que la soirée se passe, et ce soir j'ai eu l'idée de faire un puzzle, une activité qu'on aime beaucoup faire ensemble. Mais toutes les 5 minutes elle reprenait son téléphone pour lire le dernier message et y répondre. Et j'ai eu le sentiment qu'elle n'interrompait pas la partie de puzzle pour lui répondre, c'est plutôt qu'elle s'extirpait de sa conversation avec lui pour poser quelques pièces avant de replonger. Jamais je n'aurais cru qu'une personne à portée de bras puisse me manquer autant. Le seul moment où j'ai pleinement son attention c'est durant les quelques minutes après qu'elle ait éteint son téléphone et avant qu'elle se soit endormie. C'est un moment d'une grande tendresse où on se retrouve, mais quand on passe des journées entières ensemble, ça me semble si peu. Et j'en éprouve une profonde tristesse.

Et je ne sais pas quoi faire, je lui fait remarquer qu'elle n'est pas présente avec moi plusieurs fois, plus ou moins gentiment en fonction de mon état d'agacement. Elle se sent coupable mais quelques minutes plus tard elle est à nouveau repartie, elle ne peut tout simplement pas s'en empêcher, je pense qu'elle ne s'en rend même pas vraiment compte. Et je sais que c'est "simplement" un cas sévère d'ENR, mais j'ignore comment le gérer.

Est-ce qu'il vaut mieux continuer à exprimer mon mal être de me voir ainsi délaissé ? Au risque de tellement doucher son enthousiasme que cela dégraderait notre relation ?
Ou vaut-il mieux me mettre à l'écart le temps que ça passe ? M'isoler pour lui laisser le temps de se focaliser sur sa nouvelle relation sans devoir prendre en compte mon bien-être, et m'éviter de souffrir autant ? Mais la peur de me faire remplacer géométrie probablement en flèche.
Ou bien existe-t-il une troisième solution miracle à laquelle je n'aurais pas encore pensé ? Pour ceux qui ont vécu ces moments d'ENR intense chez un partenaire, comment avez-vous (sur)vécu ça ?

#

Amande amère (invité)

le mercredi 17 novembre 2021 à 09h45

Bonjour BunnyG
Je te propose une troisième solution. Parler positivement de ton besoin et de ton envie d'avoir des temps à vous deux réservés, et proposer que sur ces temps les portables soient laissés de côté.
Et dans ce cas, lorsque tu proposes une activité, mentionner le fait que tu proposes que ce soit ou non un de ces temps réservés.
Tu peux avoir des attentes, envies, besoins, elle aussi, le but est de chercher à le concilier. Et heureusement le temps s'organise.

#
Profil

08ynoN

le mercredi 17 novembre 2021 à 10h27

Bonjour @BunnyG,

Je suis ce que tu vis avec un intérêt car je découvre beaucoup de choses sur moi-même ces derniers temps et ça m'aide.
Je voulais te répondre car sur ton dernier message, ce que vit ton amoureuse, c'est ce que j'ai vécu. Je discutais avec une amie tous les jours, la journée, le soir, dés le réveil, tout le temps, tout le temps et je t'assure que je ne m'en rendais pas compte. Ma femme était malheureuse et comme toi, elle me demandait de lâcher mon téléphone pour être présent pour elle, je culpabilisais mais très rapidement l'envie d'envoyer un message ou d'en lire un nouveau était présente.
De mon côté, la situation s'est arrêté car ça a clashé avec ma femme, nous ne sommes pas un couple poly et je suis tombé amoureux de mon amie.
Je pense que comme l'a dit @Amande amère dans son message, la solution serait de fixer une règle où vous aurez vos moments, sans téléphone. Tu peux expliquer à ton amoureuse que tu en as besoin et que cela ne remet pas en cause ce qu'elle vit de son côté mais qu'il est important pour toi, pour vous, de garder ces moments de complicité.
En tout cas, si ma femme m'avait expliqué les choses sereinement, je pense que j'aurais compris qu'il était nécessaire de prendre du temps pour mon couple.
Voilà, j'espère que cela pourra t'aider.

#

(compte clôturé)

le mercredi 17 novembre 2021 à 21h01

@BunnyG

Ça dépend comment est ta compagne, si elle est du genre à s'éloigner si tu désapprouves ou à l'inverse si tu approuves, personnellement, je pense que l'erreur est déjà commise, tu ne penses pas assez aux conséquences pour toi avant de prendre une décision et tu fais les choses pour elle, sauf que cela ce retourne contre toi apparement.

Je n'aurais pas accepter qu'ils se revoient alors que quelque chose était conclu, tout comme je n'aurais pas accepter qu'elle ne passe pas la soirée avec moi alors que c'était tout aussi convenu. J'ai l'impression qu'elle revient sur pas mal de chose qui ont été acté et cela n'est pas respectueux, a force de tout laisser couler elle en oubliera les cadres et limites à ne pas dépasser et se sera tout aussi deletaire pour elle, même si elle ne conçoit pas les choses ainsi. D'ailleurs sais tu si amoureux numéro 3 pense comme toi ? Si c'est le cas, il semblerait que les limites de ses relations sois dépassés et qu'elle se "perd" avec son nouvel amoureux ce qui représente inévitablement un danger. Pas forcément critique mais s'il n'est pas rapidement recadrer peut le devenir.

Il y a ce qu'elle ressent, ce qu'elle pense et ce qu'elle dit, mais dans des situations comme cela ce qui prévaux, c'est ce qu'il se passe dans le concret. Je te pense vraiment trop souple, j'ai l'impression que tu manques de confiance en toi. Est ce que tu tiens tes engagements de ton côté ? Montre lui tout le respect qu'elle mérite ? Mais surtout te sens tu tout aussi respecter ? Car là, il ne s'agit pas d'attention mais de respect, et c'est des choses très différente. Les actes importe bien plus que les paroles.

Message modifié par son auteur il y a 9 mois.

#
Profil

BunnyG

le mercredi 17 novembre 2021 à 22h09

Merci beaucoup pour vos conseils à tous les deux. J'avoue que quand je les ai lu je me suis dit "bof ça ne va pas marcher, soit elle ne voudra pas soit elle voudra bien mais ne sera pas pas contente". Mais bon j'avais rien à perdre à essayer :P Ça s'est plutôt bien passé, grâce à vous j'ai passé une soirée bien meilleure que les précédentes.

@08ynoN Ton histoire m'a rendu triste. Tu penses que si tu avais été conscient de sa souffrance et du risque qui pesait sur votre couple tu aurais pris plus de distance avec ton amie ou bien tu aurais plus segmenté les moments pour ta femme et les moments pour ton amie ?

#
Profil

lau93

le vendredi 19 novembre 2021 à 12h36

Bonjour à tous
Petit partage d’expérience perso à propos de cette difficulté de la "présence" de l'autre. En étudiant nos façons de communiquer mon amoureux et moi à partir des tests sur " les langages de l'amour" ( https://www.madmoizelle.com/5-langages-amour-test-... ) on a vu qu'on partageait le besoin de se toucher , les paroles valorisante et les moments de qualité. On est arrivé au fait que j'avais besoin d’être rassurée lorsqu’il textait en ma présence. Une fois j'ai lu, ici je crois, qu'une femme arrivait à texter à son 2e amoureux blottie dans les bras du 1er (avec son accord). Du coup on a tenté et je me suis mise dans ses bras plutôt que de m'éloigner boule au ventre: eh bien c'était mieux ;-).
Ce qui me gênait c'est la sensation d'être mise à l'écart et en même temps j'avais l'impression qu'il avait besoin d'un temps à lui, pour être tranquille pour correspondre avec Elle. Avec en miroir l'impression de devoir lui laisser à Elle aussi cet espace de "tranquillité".
Mais au final mon amoureux, lui, voulait plutôt me convaincre qu'il n'y a pas de discontinuité et que pour lui je suis avec lui quand il parle avec Elle , Elle est avec lui quand il parle avec moi.
Ce qui m'a permis de m'autoriser aussi à lui envoyer quelques messages lorsque qu'Elle est venu le rejoindre. Dans mon cas ça a été plutôt positif et tranquillisant.
J'espère que ça pourra aider :-)
Bonne journée
Lau

#
Profil

bonheur

le vendredi 19 novembre 2021 à 13h23

Je ressens aussi ce mix. Je peux être blotti contre l'un et pensée intensément à l'autre. Au final, ma concentration, mon attention ne se porte pas en exclusivité sur mon ressenti (touché, aura de l'un ; pensée envers l'autre). J'adore personnellement ce que je nomme le "tous ensemble". Je m'y sens merveilleusement bien (par exemple me promener en tenant les deux par la main). Après au-delà de deux, j'avoue mon incapacité à être attentive à l'ensemble.

#
Profil

Caoline

le vendredi 19 novembre 2021 à 13h25

lau93
Une fois j'ai lu, ici je crois, qu'une femme arrivait à texter à son 2e amoureux blottie dans les bras du 1er (avec son accord). Du coup on a tenté et je me suis mise dans ses bras plutôt que de m'éloigner boule au ventre: eh bien c'était mieux ;-).

Je pense que c'était moi et je suis ravie de voir que ça t'a donné l'idée d'essayer et que ça t'apporte un mieux être.
Communiquer, se rapprocher plutôt que fuir quand on a mal me semble toujours la clé.

#
Profil

lau93

le vendredi 19 novembre 2021 à 16h38

<3 <3

#
Profil

BunnyG

le vendredi 19 novembre 2021 à 16h59

@lau93 C'est amusant parce que je pensais justement aux cinq langages il n'y a pas si longtemps, à propos de cette affaire de téléphone. Et je me suis rendu compte que très clairement mon langage principal c'est les moments de qualité passés ensemble. Et je pense que ce n'est pas un hasard si j'ai autant de mal avec sa nouvelle relation et avec le faut qu'elle ait été autant prise par son téléphone. Parce que les moments qu'elles passaient avec moi n'étaient plus des moments de qualité. Physiquement nous étions côte à côte, mais en réalité elle passait ces moments avec ses amoureux, pas avec moi.

Et je pense que le fait que ce soit mon langage principal est un peu un frein dans ma quête du polyamour sans soucis. Parce que tous les polyamoureux diront haut et fort qu'aimer plusieurs personnes ce n'est pas aimer moins, on ne divise pas son cœur, etc. Et c'est tout à fait vrai. Mais aimer plusieurs personnes c'est avoir moins de temps pour chacune. Et dans mon état de déconstruction pas très avancé, quand mon amoureuse décide d'aller passer la journée avec un autre amoureux, inconsciemment et irrationnellement, je me dis "elle m'aime moins". C'est faux bien sûr, mais difficile de l'intégrer.

#
Profil

lau93

le vendredi 19 novembre 2021 à 19h49

"Et dans mon état de déconstruction pas très avancé, quand mon amoureuse décide d'aller passer la journée avec un autre amoureux, inconsciemment et irrationnellement, je me dis "elle m'aime moins". C'est faux bien sûr, mais difficile de l'intégrer. " En effet c'est là je trouve que réside la 1er difficulté; arriver a faire entrer dans notre caboche que c'est faux alors que toute notre construction antérieure ( et TRES SOLIDE :-( ) nous dit que c'est vrai ; ça demande un gros travail de contre feux permanent mais qui semble d'apaiser quand notre cerveau finit par remarquer que oui l'amour de notre chéri est toujours là. Et qu'il ou elle peut passer du temps en dehors de nos avec un ou une autre de meme qu'il peut aller faire du sport ou aller voir un film sans pour autant cesser de nous aimer Plein de courage à toi Amicalement Lau

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion