Polyamour.info

Sophie72

Sophie72

(France)

Participation aux discussions

Discussion : Des tensions répétées

Profil

Sophie72

le samedi 28 novembre 2020 à 10h50

Bonjour
j'ai écrit cette lettre et malgré le fait que je n'ai pas employé certains mots et n'ai pas parlé de l'homme dont j'ai été amoureuse, j'ai vu que cela remuait beaucoup de choses désagréables pour lui. Quand j'ai essayé d'aborder le sujet il m'a dit ne pas comprendre le pourquoi de ma lettre et pourquoi j'éprouvais le besoin de chercher les ennuis. J'ai pris calmement le temps d'expliquer les choses et de dire que justement j'étais triste de le voir triste que je voulais bien reconnaitre ma part de responsabilité dans ce qui le rendait triste mais que je voulais qu'on avance. On a parlé un bonne partie de la nuit. On n'a pas uniquement parlé d'ailleurs... comme quoi communiquer porte bien son nom! Mais je m'égare! :D
Donc après de longues discussions, je pense qu'on a un peu avancé. Il m'a dit quelque chose de très triste mais je pense qu'il fallait que cela soit dit. Il m'a avoué que depuis qu'il sait que j'ai été amoureuse d'autres hommes en même temps que lui, sa vie a perdu du sens. Je pense donc qu'il faut qu'il creuse là-dessus. Je lui ai proposé de voir un thérapeute de couple ou un thérapeute seul mais il ne veut pas. On a continué de discuter et j'ai tenté de lui montrer que son idéal de couple était quand même une illusion et que notre amour n'avait pas moins de valeur. Je n'ai pas cherché à le convaincre juste à pointer des choses qui montrent que son fonctionnement amoureux n'est pas une norme. On a même ri quand je lui ai dit qu'il pouvait même narguer les copains d'avoir une femme qui accepterait qu'il ait des relations avec d'autres femmes. Il a reconnu que ses copains lui diraient qu'il était con de ne pas en profiter. :)

Voir dans le contexte

Discussion : [Outil] Les types de relations (d'après Jacques Salomé)

Profil

Sophie72

le vendredi 27 novembre 2020 à 14h54

Assez ludique cette catégorisation. :) Petite question:car je n'ai pas lu le livre, il ne s'agit pas que de relations amoureuses n'est ce pas ? Parce que cela peut très bien permettre de qualifier certaines relations familiales ou amicales. D'ailleurs moi j'ai surtout reconnu des relations familiales ! Et sinon j'ai le sentiment qu'il en manque car je n'ai pas identifié véritablement de relayons amoureuses qui correspondent à mon vécu. Maus il faut dire que pour une polyaffective, je n'ai pas beaucoup de relations à mon actif ! :D

Voir dans le contexte

Discussion : De couple à trouple : fin douloureuse

Profil

Sophie72

le jeudi 19 novembre 2020 à 15h50

Tu vis un chagrin d'amour et c'est normal que tu aies encore des espoirs. Finalement penses-tu avec le recul que tu étais amoureux de Lucas et ton compagnon en même temps ?

Voir dans le contexte

Discussion : De couple à trouple : fin douloureuse

Profil

Sophie72

le lundi 16 novembre 2020 à 14h07

Bonjour.
Je comprends ton désarroi. Tu vis des moments compliqués. Il n'y a pas de solutions toute faite, toutefois, je remarque que tu as écrit ceci:

Kupo

Je sais parfaitement qu'à la fin il y ait de fortes probabilités pour que je me retrouve sans l'un ni l'autre et si cela doit être le cas, je suis prêt à cette éventualité, je ne peux pas rester dans un couple dans lequel je ne m'épanouis plus. Ni faire semblant d'ailleurs...

Prends ton temps pour bien poser les choses. Je pense aussi que la probabilité pour que ton histoire d'amour avec Lucas en reste là est élevée mais personne n'a de boule de cristal. Ce qui n'est pas facile c'est aussi que tu te sens coupable vis à vis de ton compagnon. Peut-être est-ce parce que tu as manqué un peu d'honnêteté envers les sentiments que tu ressentais ces derniers temps pour lui. On n'a pas à se sentir coupable de sentiments qui ne sont plus là mais on peut ressentir de la culpabilité de ne pas l'avoir dit. Peut-être aussi qu'une belle amitié peut naître après...puisqu'il reste la tendresse.
Plein de courage.

Voir dans le contexte

Discussion : Des tensions répétées

Profil

Sophie72

le dimanche 15 novembre 2020 à 16h56

Merci beaucoup. Tu le permets vraiment d'y voir plus clair. Merci de faire remarquer que si j'ai pu être honnête avec lui c'est justement parce que nous avons une relation qui le permet.

Voir dans le contexte

Discussion : Des tensions répétées

Profil

Sophie72

le jeudi 12 novembre 2020 à 17h52

Merci @oceangris . Je crois que tu as une vision très réaliste de la situation de mon couple. J'espère par contre que cela est moins négatif que tu sembles le penser.
Je vais revenir sur quelques points.
La peur du changement . Je pense qu'elle aussi liée au deuil de notre "couple d'avant" en tout cas l'image qu'il s'en faisait et je sens que ce deuil n'est pas encore achevé et donc je ne sais pas si c'est tant la peur du changement que le fait qu'il reste persuadé que c'était mieux avant et que de ce fait, refuse de voir les éventuels changements bénéfiques.
Le sentiment d'avoir été trahi , trompé. Quand j'ai lu le livre d'Esther Perel "Je t'aime, je te trompe", j'ai réalisé qu'il s'était sans doute senti trompé effectivement. Esther Perel dit que pour avancer, il faut que celui qui a trompé, exprime clairement sa part de responsabilité et des regrets. Quand j'ai lu le livre, je lui en ai parlé, lui ai demandé s'il s'était senti trompé (il n'a pas répondu mais je suis assez convaincue que c'est oui) et j'ai tenté d'exprimé mes regrets. Je me demande actuellement si je ne devrais pas l'écrire. Même si l'écrit, ce n'est pas son truc, je pense que m'excuser du fait que j'ai trahi le contrat qu'il croyait être le nôtre par écrit est plus fort. J'ai ma part de responsabilité puisque je n'ai pas assez cherché à creuser nos différences, à les pointer. Lui a sa part de responsabilité aussi puisqu'il n'a pas voulu entendre les petites différences que j'indiquais parfois et je ne suis pas certaine qu'il y soit prêt.
Pour l'acceptation. Je pense qu'il n'accepte pas que je sois polyaffective (cela lui parait toujours un truc étrange) mais je pense qu'il accepte l'idée qu'on soit différent (je crois qu'il a fait le lien avec d'autres de mes comportements, comme l'empathie, mes coups de cœur enflammés pour des artistes ou des personnes que je connais) Je crois qu'il sait que je n'ai jamais voulu lui nuire et que je n'ai pas cessé de l'aimer mais il me voit quand même comme celle qui l'a fait souffrir et qui risque de le faire souffrir à nouveau. Donc le souci n'est pas tant de le rassurer sur mon amour mais sur le fait qu'il peut potentiellement souffrir à nouveau! :( Moi je suis convaincue qu'il est capable de résilience mais je ne sais pas s'il y est prêt. Je sens que pour le moment il s'accroche à ses valeurs qui le font pourtant souffrir puisqu'elles ne lui montrent que du négatif dans tout cela. :(
D'ailleurs j'ai remarqué qu'il était capable de ressentir de la tristesse pour moi du fait que j'étais blessée par l'indifférence des deux hommes que j'ai aimés ces 10 dernières années. Et je me suis dit que si par amour on pouvait ressentir cela c'est effectivement logique qu'on puisse aussi ressentir de la joie en voyant l'être aimé heureux d'être aimé mais bizarrement c'est "socialement" moins accepté je pense.
A propos de gentillesse, j'ai le sentiment qu'on se renvoie la balle. Je lui ai déjà dit que son agressivité me faisait mal et il m'a déjà dit sous forme ironique (mais je le connais bien et je sais que l'ironie est sa manière de dire des choses qu'il a sur le cœur) que j'étais une vilaine et qu'il avait besoin que je sois gentille.
Cela fait un an et demi que pour lui tout a basculé. C'est beaucoup et c'est peu pour un deuil je le sais. Je sais être patiente. Je n'attends pas de vivre des relations plurielles car je ne me projette pas. Mais se sentir être celle qui a fait d'un couple "idéal" , un couple "en crise" c'est difficile à supporter sur le long terme.

Voir dans le contexte

Discussion : Des tensions répétées

Profil

Sophie72

le mardi 10 novembre 2020 à 18h55

alinea7

Pour moi il s'agit pas de descendre une personne de son piédestal en tant que tel : je pense qu'il était déjà bien conscient qu'elle n'était pas parfaite. Et ça ne posait pas de problème parce que c'était dans le champ de l'acceptable.
Pour moi il découvre des traits de personnalité ou des besoins/envies/désirs chez sa partenaire qui affectent sa perception de la relation et qui minent plutôt l'image qu'il se faisait de la relation. En plus de peut-être questionner son envie d'être dans une relation qui lui semble moins correspondre à ce qu'il cherche.

Par extension, sa partenaire est cette personne avec qui il a cette relation qui ne correspond pas à ce qu'il croyait ni à ce qu'il avait essayé de construire. Et avec qui cette construction peut paraître maintenant impossible.

Je pense effectivement qu'il s'agit plus de ça même si comme je l'ai dit plus haut, je n'arrive pas à en avoir le cœur net.

Voir dans le contexte

Discussion : Des tensions répétées

Profil

Sophie72

le mardi 10 novembre 2020 à 18h51

En réponse à @bidibidibidi. Je ne connais pas bien le concept d'agressivité larvée mais c'est sans doute excessif même si probablement effectivement il est agressif sans véritablement le vouloir. Je sens de la colère et je sens aussi , comme toujours, beaucoup de tendresse vis à vis de moi. Des fois , je ne saurais dire s'il est déçu de moi où de notre amour. Beaucoup de proches nous ont déjà dit que nous étions un couple modèle . Je me méfie de ça mais je pense que ça se voit qu'on s'entend plutôt bien, qu'on s'aime toujours et qu'on se respecte. Je n'ai pas le souvenir qu'il m'ait fait une vraie vacherie. On est attentif l'un à l'autre. On se dispute un peu comme tout le monde mais c'est rarement impressionnant. Je l'ai déjà vu très en colère mais je sais que de peur d'être violent il s'est toujours "échappé". Il n'en a parlé qu'à demi-mots mais je crois que son père a pu déjà être violent avec sa mère sous l'effet de l'alcool (ce qui n'est par contre pas du tout son cas). Il est parti plus d'une fois sous la colère sans me donner de nouvelles pendant 2 ou 3 heures. Puis il fait la tête 24 ou 48 heures puis finit par se radoucir. Moi j'ai appris à le "lâcher" dans ces moments-là parce que moi j'ai plutôt besoin qu'on parle et lui non. Je sais maintenant que quelques jours plus tard, il arrivera à en parler plus ou moins selon les circonstances mais sans colère. Et pour en revenir à l'image que les autres ont de notre couple, je pense que pour lui, comme pour moi, c'est quand même valorisant et que peut-être il a le sentiment que ce n'est plus vrai. J'ai essayé de tâter le sujet mais il ne répond pas et mes questions semblent le laisser indifférent. A propos de l'amour qu'il me porte, je sais qu'il pense encore que si je venais à disparaitre de sa vie, il ne sait pas s'il aurait le courage de continuer à vivre et est persuadé qu'il ne se remettrait pas en couple avec quelqu'un d'autre.
Il a toujours dit ça . Moi , je me suis toujours sentie un peu "bête" face à cela parce que je sais que je serais profondément triste, je sais que je douterais de pouvoir me relever mais jamais je n'ai pensé pour autant que ma vie s'arrêterait ou que je ne retomberais plus jamais amoureuse.
Pour l'idée de détachement, peux-tu un peu m'expliquer ce qui diffère par rapport à être moins dépendant affectivement ?

Message modifié par son auteur il y a un mois.

Voir dans le contexte

Discussion : Des tensions répétées

Profil

Sophie72

le mardi 10 novembre 2020 à 11h45

Bonjour
J'ai un petit coup de baisse de moral. J'ai compris que mon mari est profondément mono. J'ai compris que je tombe amoureuse de temps en temps d'autres hommes et lui l'a "intégré". Actuellement, je sens que je me "protège" et mets en "retrait" mes émotions par rapport à certaines périodes parce que j'ai bien morflé la dernière fois et parce que je ne veux pas faire de la peine à mon mari. Mais cela n'est pas simple. De son côté, je sens qu'il fait comme souvent, il met "ça" de côté et essaie de ne pas trop se poser de questions (contrairement à moi) et sans doute que c'est aussi une façon de se protéger et que ce n'est sans doute pas simple pour lui non plus.
Par contre, j'ai beaucoup de mal à supporter ses réflexions sous le coup de la colère chaque fois que je fais un truc qui lui "rappelle le danger". Je donne des exemples:
- j'aime échanger sur les réseaux sociaux aussi bien avec des mecs qu'avec des femmes sur des sujets divers et c'est même comme cela que je crée de véritables liens depuis quelques années. Sauf que c'est comme cela aussi que j'ai crée des liens avec l'ex-ami dont je suis tombée amoureuse. De ce fait, chaque fois que je passe trop de temps sur les réseaux sociaux ou que je lui dis que je parle de telle ou telle chose ou que je lui dis que je réponds à untel (unetelle , ça passe mieux bizarrement) il me dit que ce n'est pas normal, que c'est débile de communiquer comme ça avec des personnes que je ne connais pas, que c'est du grand n'importe quoi. :(
- j'ai toujours été par période râleuse et ronchon mais depuis que notre couple a traversé une crise, il me le reproche, là encore en disant que ce n'est pas normal de crier comme ça pour une broutille; je reconnais que c'est idiot mais avant il ne me faisait pas ce genre de réflexions
- si on parle des relations amoureuses, comme je pense que maintenant il perçoit nos divergences, alors qu'avant il ne semblait pas les voir ou les entendre, maintenant, il me fait des réflexions en disant que j'ai des idées bizarres, que c'est du n'importe quoi. En plus avant, il voyait mes différences (celles qu'il voulait bien percevoir) comme amusantes! Maintenant, je sens que ça l'agace ou le met en colère.
Je me dis que c'est le signe aussi qu'il est moins "aveugle" et que ce n'est pas si mal si je ne suis pas la personne parfaite à ses yeux car j'ai réalisé qu'il était très dépendant affectivement et peut-être l'est-il un tout petit peu moins mais j'ai du mal à supporter ces jugements de valeur qui me minent. Et pour le coup, je suis encore plus ronchon!
Voilà. Je suis preneuse de vos expériences ou suggestions.

Voir dans le contexte

Discussion : Être en poly, est-ce que c'est tout accepter sans limites ?

Profil

Sophie72

le mercredi 04 novembre 2020 à 12h13

Bonjour
J'essaie de ne pas être dans le jugement mais ce que tu nous dis de la manière dont cela se déroule avec ton compagnon est quand même assez choquant. Je suis en couple depuis plus de 30 ans (on s'est connus adolescents) et lorsque mon compagnon a compris que je pouvais avoir des sentiments pour deux hommes en même temps, cela a été très compliqué pour lui. Je pense même qu'en plus d'une année écoulée, c'est aussi le fait qu'il sait qu'actuellement il n'y a pas d'autre homme dans mon cœur qu'il "apprivoise" l'idée qu'aimer deux personnes est vraiment possible, qu'il se sent rassuré d'être toujours aimé. Au début il a d'abord été près à accepter des choses, au delà de ce qu'il est en fait capable de gérer (et moi sans doute que je ne voulais pas le voir parce que j'étais amoureuse et en "phase d'espoir") et puis j'ai senti ensuite que c'était juste pour ne pas me perdre et puis il a pensé me quitter pour ne pas me priver de liberté ce qui à mon tour m'a fait souffrir et il a compris que ce n'était pas non plus ce qui pouvait me rendre heureuse. Actuellement je sais que ces repères et sa manière d'aimer à lui sont profondément monoamoureux. Mais il a intégré que je fonctionnais différemment de lui et l'avenir nous dira comment nous gèrerons l'un et l'autre nos différences mais on essaie de ne rien imposer à l'autre. Je ne sais pas si ce partage d'expérience t'aidera mais au moins tu verras qu'il n'y a pas que pour toi que c'est compliqué.

Voir dans le contexte

Discussion : Être en poly, est-ce que c'est tout accepter sans limites ?

Profil

Sophie72

le mardi 03 novembre 2020 à 17h31

bonheur
Je trouve aussi cette métaphore intéressante. Je pense qu'il manque le consentement. Voilà la promenade que je désire faire et j'aimerai que tu m'accompagnes. Puis, demander si autrui a les possibilités, d'escalader en rappel, d'apprendre. Si mettre un pied devant l'autre, tout le monde ou presque le peut, la respiration aussi, il faut concevoir l'escalade comme nécessitant des particularités individuelles au-delà du commun.

La confiance est surtout en lien avec la sécurité. Je veux bien tenter l'escalade en rappel, si je suis certaine d'être accompagnée. Or quand un couple passe de mono à poly, les deux sont dans l'apprentissage, la découverte et entraine une troisième, quatrième... personne. Si aucune de ces personnes n'est expérimenté, il y aura des beugs. Le polyamour, c'est aussi pour moi s'offrir la possibilité de vivre des beugs.

C'est vrai :)

Voir dans le contexte

Discussion : Qu’est ce pour vous une relation constructive ? Et qu'est ce pour vous une organisation de société constructive ?

Profil

Sophie72

le mardi 03 novembre 2020 à 17h07

bidibidibidi
Moi, je me demande vraiment pourquoi on parle de relation constructive.
Si par exemple je vis une relation toxique mais dans laquelle je "construis" plein de choses, est-ce une relation constructive ?

Les mots ont du pouvoir, et j'ai la sensation que ce terme de relation constructive est en fait un héritage de l'escalateur relationnel dans lequel une relation peut-être jugée sur ses réalisations (principalement les enfants) indépendamment de sa qualité. Pour moi, il devrait être abandonné pour un terme plus général, comme relation épanouissante par exemple.
Parce que, personnellement, je me moque de ce que je construis dans mes relations, par contre j'aime m'y épanouir.

Moi je ne l'aurais pas dit en ces termes mais j'aurais dit que cela allait de paire avec la "tendance" actuelle de vouloir absolument que chacun de nos actes soient "bons" , "réfléchis", apportant quelque chose de bénéfique. Donc je ne suis pas convaincue que cela soit vraiment lié à la monogamie mais je suis assez d'accord avec ton regard sur les choses.

Voir dans le contexte

Discussion : Qu’est ce pour vous une relation constructive ? Et qu'est ce pour vous une organisation de société constructive ?

Profil

Sophie72

le mardi 03 novembre 2020 à 11h49

Je suis peut-être à côté mais pour moi une relation constructive c'est une relation qui donne de la matière pour construire, c'est à dire que chacun apporte des éléments qu'on façonne ensemble et qu'on façonnerait autrement avec quelqu'un d'autre et qu'on peut façonner différemment au fil du temps et de l'évolution de chacun et de la relation.

Voir dans le contexte

Discussion : Être en poly, est-ce que c'est tout accepter sans limites ?

Profil

Sophie72

le mardi 03 novembre 2020 à 11h46

Je n'interviens pas parce que je n'ai rien à apporter mais je vous lis et cette métaphore de l'escalade, je la trouve très explicite. Merci. :)

Siestacorta

Je peux te faire confiance pour m'emmener promener, si tu me demandes de faire de l'escalade en rappel alors que j'ai jamais pensé en faire, que je m'y attendais pas trop, que je sais pas ce que tu sais faire toi dans ce cadre... non, il va me falloir plus que de la confiance en toi de d'habitude, il va falloir me parler, me montrer, m'écouter, me soutenir encore plus que d'habitude.

Voir dans le contexte

Discussion : Des questions surgissent...

Profil

Sophie72

le samedi 31 octobre 2020 à 23h00

Effectivement pour des mêmes signaux chimiques, notre cerveau interprête plus ou moins différemment, probablement en fonction de nos expériences de la toute petite enfance. Il n'y a qu'à observer à partir d'une même odeur combien les interprétations des personnes peuvent être différentes. De même une même musique pourra, aussi bien donner une émotion triste qu'une émotion joyeuse à deux personnes différentes.
Pour répondre à ta question @alinéa7, l y a sans doute du vrai dans ce que tu dis. Devoir cacher mes sentiments m'étouffe. Mais il faut bien dire que tout dépend de l'accessibilité de celui qui fait vibrer mon cœur. Être fan d'un artiste est bien accepté socialement et on peut se montrer très épris(e) sans choquer. Je n'attands pas d'être aimée en retour dans ce cas. Par contre, pour un homme plus "accessible", je vais espérer davantage d'être aimée. Quand mon ex-ami a pris de la distance (ne répondait pas toujours à mes mp ou sms bien que ces derniers étaient espacés de plusieurs semaines le plus souvent, ne me contactait plus spontanément, ne réagissait que rarement à mes ubli FB) je souffrais non seulement du fait de ne pouvoir montrer mes sentiments mais aussi qu'il ne m'accordait plus d'attention. De même quand je croise l'homme que j'ai aimé il y a 10 ans, je sens encore mon cœur vibrer et le fait qu'il ne m'a pas reconnue 2 fois de suite (bon j'avais le masque mais quand même) me blessé profondément. Moi j'ai cru lui plaire et en fait non pas du tout et je me sens nulle ! :(

Voir dans le contexte

Discussion : Des questions surgissent...

Profil

Sophie72

le vendredi 30 octobre 2020 à 21h54

D'un autre côté, je crois que je réalise encore une fois que mon mode de fonctionnement n'est pas nécessairement le plus répandu. Je pensais que pour beaucoup le flou dans les sentiments lorsqu'on vivait des choses fortes avec des personnes était très courant et je suis en train de découvrir que ce n'est peut-être pas le cas. Je me dis que chez moi il doit y avoir une construction qui part de la physiologie. Je réalise que toutes les situations connues pour faire sécréter de l'ocytocine (on en sécrète quand on passe un bon moment avec des amis, quand on fait l'amour, quand on accouche, quand on allaite, quand on prend du plaisir partagé et aussi quand on tombe amoureux) sont potentiellement des situations où mon cerveau fait le lien avec le sentiment amoureux. Avec les femmes comme je ne ressens pas d'attirance physique, je parviens plus facilement à dissocier les émotions positives des sentiments , avec les hommes, c'est plus compliqué.
Cela pourrait expliquer pourquoi souvent on ne me croit pas quand je dis que je me sens amoureuse d'un artiste, d'un homme que je n'ai vu que quelques fois, ou quand je dis que je ressens encore de l'amour pour un amour de jeunesse que je ne vois pourtant plus. Pourtant je sais que c'est fort et que mes pensées pendant un certain temps reviennent sans cesse à cette personne de manière "obsessionnelle". Mais souvent j'ai entendu des personnes me dire: " mais non tu ne peux pas être amoureuse! "Moi je crois que c'est juste que notre fonctionnement est différent pas les sentiments.

Voir dans le contexte

Discussion : Des questions surgissent...

Profil

Sophie72

le mercredi 28 octobre 2020 à 14h01

C'est juste que quand je partage des choses fortes, des moments riches en émotions, c'est là que je tombe parfois amoureuse. C'est par le biais d'un forum que je suis tombée amoureuse la dernière fois :) Donc actuellement, je sens que je me mets des "freins" pour ne pas retomber amoureuse. Chez moi l'amitié avec un homme est quasiment toujours compliquée. Si je partage des moments forts émotionnellement avec un homme, je vais être dans un flou de mes sentiments et le désir sexuel apparaît tôt ou tard. C'est donc problématique pour moi.

Voir dans le contexte

Discussion : Des questions surgissent...

Profil

Sophie72

le mardi 27 octobre 2020 à 14h27

Quand cela met en lumière une partie de moi que j'ai un peu laissé en "sommeil" , cela me rappelle qu'on est obligé de faire des choix dans une vie et qu'on n'a effectivement pas assez de toute une vie pour "cultiver" toutes nos facettes. Parfois certaines facettes de nous-mêmes nous "manquent" ou on regrette de ne pas avoir pris le temps de travailler un "don", une de nos compétences, de l'avoir laissé à l'état de "friches". Mon compagnon ne peut pas tout partager avec moi comme moi je ne peux tout partager avec lui. Nous avons des passions différentes. Ce n'est pas un problème en soi mais je crois que j'éprouve le besoin de partager mes passions avec d'autres que lui. Quand nous passons un week-end en amoureux ce qui est rare malheureusement. Lui, je le sens "comblé" et moi cela me fait du bien mais je sens que cela ne me "comble" pas.
Sur le plan sexuel, je me sens assez épanouie et je ne veux pas me plaindre parce que j'ai cette chance d'avoir une vie sexuelle avec mon compagnon qui est tout à fait satisfaisante. Quand je lis que beaucoup de femmes ont rarement un orgasme, je suis étonnée car même si nous avons des rapports assez espacés, il est très rare que je n'ai pas d'orgasme et mes orgasmes de maintenant sont plus puissants qu'il y a 20 ans parce que mon compagnon a développé une excellente connaissance de mon corps et qu'il décode très bien mes réactions. Mais il manque sans doute un peu de peur, de risques qui attisent souvent le désir, enfin je crois.

Voir dans le contexte

Discussion : Des questions surgissent...

Profil

Sophie72

le dimanche 25 octobre 2020 à 16h25

Je le sais que la beauté est intérieure mais j'ignore pourquoi j'ai toujours le sentiment que cela est vrai pour tous sauf pour moi.
Je crois que mon mec ne peut que très difficilement sortir du "moule". Pourtant c'est quelqu'un de pas du tout rigide et pas du tout à cheval sur les règles. C'est justement parce qu'il les transgressait un peu que j'ai sans doute été très attiré par lui et c'est encore ce côté là qui me séduit 30 ans plus tard, mais je sens que concernant l'amour, ses idées sont un peu "figées" dans le temps. Bon ceci dit, je ne suis pas certaine de chercher de véritables changements et même ce que tu évoques me parait très éloigné de mes "aspirations".
Ce que j'essaie de dire sans doute maladroitement c'est que chaque personne qui s'intéresse à moi et avec laquelle j'ai un bon "feeling" qu'il s'agisse de sentiments amoureux ou d'amitié ou de simple sympathie, va mettre en lumière certaines facettes de moi qui sont parfois dans l'ombre. Tu as raison de dire que c'est à nous de ne pas laisser ces facettes de nous dans l'ombre, sauf que parfois nous-mêmes ne les voyions plus et que c'est dans la relation nouvelle qu'elles nous ré-apparaissent. D'où ma question sur l'impact à ce niveau des relations amoureuses plurielles.

Voir dans le contexte

Discussion : Des questions surgissent...

Profil

Sophie72

le mercredi 21 octobre 2020 à 21h56

Siestacorta
Et sans nécessairement vouloir être radicalement autre d'un.e partenaire à l'autre, on peut apprécier d'être aimé par des gens, et peut-être pour des raisons différentes.

Oui mais c'est ça que je veux dire. Le souci actuellement c'est que même si mon compagnon connaît toutes mes facettes, il ne prête pas attention à toutes ! Je ne cache pas qui je suis avec lui mais notre relation et notre quotidien ne me permet pas d'exprimer certaines facettes de moi-même et je ressens un manque. Ma question justement c'est :est ce que les relations plurielles permettent de se sentir plus pleinement soi en étant reconnu par les différents amoureux et amoureuses comme plus comme ceci ou plus comme cela ?

bonheur
Je suis extrêmement flemmarde. Bon ok, mes enfants sont aujourd'hui de jeunes adultes, alors mon exemple est mauvais. Sauf que j'aspire à flemmarder à chaque fois qu'il m'est offert de le faire. Ce matin, levée à 11h du matin passé. Après tout le médecin m'a dit de prendre un maximum de repos. Et bien j'ai flemmardé plein pot et ça fait du bien.
Les monologues ou le fait de saouler. Je connais. Je sais aujourd'hui que je suis certainement philo-cognitive. Une personne que j'ennuie, s'éloignera vite de moi et c'est mieux ainsi. C'est une des incompatibilités possibles. Pour moi, même un monologue est mieux que me taire. Après, je m'entoure de personnes qui échangent avec moi, sinon, c'est aussi moi qui m'ennuie. Il n'est pas obligé de s'entourer de liens amoureux pour échanger. On peut avoir des échanges sains, profonds, sur tous types de sujets, sans aimer l'interlocuteur.
On peut pratiquer des activités de loisirs pour satisfaire un éveil. L'épanouissement, s'il nous suit, est à sa place partout et tout le temps. Ce n'est plus une question de personne, c'est une question d'être entière et accepté dans l'intégrité.

J'ignore si j'ai raison. Concentre toi sur ta beauté et non sur ce que tu penses renvoyer. La beauté n'est pas extérieure. Enrichi toi de toutes rencontres.

Mes loisirs sont très réduits et je me sens souvent frustrée de ne pas pouvoir faire plein de choses soit faute de temps soit parce que mes obligations de maman ne me laissent que peu de répit. Je n'ai plus personne pour garder mes enfants pendant des vacances ou un week end. Si je flemmarde vraiment, comme je ne sais pas faire les choses rapidement et que je me garde quand même le plaisir de rêvasser, je cumule trop de retard, impossible à rattraper. Je n'ai pas d'amis qui habitent près de chez moi car je ne les ai pas connus de manière "classique". Donc les discussions où on refait le monde me manquent aussi.
Mais tu as raison qu'il me faut travailler quelque chose pour me sentir mieux dans ma peau . Je ne sais pas ce que tu veux dire par "concentre toi sur ta beauté". Cela me paraît très abstrait mais sans doute que si je le sentais mieus je ne me comparerais pas ou moins.

Voir dans le contexte

Retour au profil


Espace membre

» Options de connexion