Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Des tensions répétées

Poly/Mono
#
Profil

Sophie72

le mardi 10 novembre 2020 à 11h45

Bonjour
J'ai un petit coup de baisse de moral. J'ai compris que mon mari est profondément mono. J'ai compris que je tombe amoureuse de temps en temps d'autres hommes et lui l'a "intégré". Actuellement, je sens que je me "protège" et mets en "retrait" mes émotions par rapport à certaines périodes parce que j'ai bien morflé la dernière fois et parce que je ne veux pas faire de la peine à mon mari. Mais cela n'est pas simple. De son côté, je sens qu'il fait comme souvent, il met "ça" de côté et essaie de ne pas trop se poser de questions (contrairement à moi) et sans doute que c'est aussi une façon de se protéger et que ce n'est sans doute pas simple pour lui non plus.
Par contre, j'ai beaucoup de mal à supporter ses réflexions sous le coup de la colère chaque fois que je fais un truc qui lui "rappelle le danger". Je donne des exemples:
- j'aime échanger sur les réseaux sociaux aussi bien avec des mecs qu'avec des femmes sur des sujets divers et c'est même comme cela que je crée de véritables liens depuis quelques années. Sauf que c'est comme cela aussi que j'ai crée des liens avec l'ex-ami dont je suis tombée amoureuse. De ce fait, chaque fois que je passe trop de temps sur les réseaux sociaux ou que je lui dis que je parle de telle ou telle chose ou que je lui dis que je réponds à untel (unetelle , ça passe mieux bizarrement) il me dit que ce n'est pas normal, que c'est débile de communiquer comme ça avec des personnes que je ne connais pas, que c'est du grand n'importe quoi. :(
- j'ai toujours été par période râleuse et ronchon mais depuis que notre couple a traversé une crise, il me le reproche, là encore en disant que ce n'est pas normal de crier comme ça pour une broutille; je reconnais que c'est idiot mais avant il ne me faisait pas ce genre de réflexions
- si on parle des relations amoureuses, comme je pense que maintenant il perçoit nos divergences, alors qu'avant il ne semblait pas les voir ou les entendre, maintenant, il me fait des réflexions en disant que j'ai des idées bizarres, que c'est du n'importe quoi. En plus avant, il voyait mes différences (celles qu'il voulait bien percevoir) comme amusantes! Maintenant, je sens que ça l'agace ou le met en colère.
Je me dis que c'est le signe aussi qu'il est moins "aveugle" et que ce n'est pas si mal si je ne suis pas la personne parfaite à ses yeux car j'ai réalisé qu'il était très dépendant affectivement et peut-être l'est-il un tout petit peu moins mais j'ai du mal à supporter ces jugements de valeur qui me minent. Et pour le coup, je suis encore plus ronchon!
Voilà. Je suis preneuse de vos expériences ou suggestions.

#
Profil

bidibidibidi

le mardi 10 novembre 2020 à 16h46

De la manière dont tu le présentes (donc à prendre avec des pincettes vu que je n'ai qu'une vision de ce qui se passe) c'est une genre d'attitude d'agressivité larvée. Il met soit-disant "ça" de côté alors que "ça" affecte ses réactions, en le rendant agressif à ton encontre (en te rabaissant).

Le point qui me fait me poser des questions est le fait qu'il est passé d'une vision idéalisée de toi à une vision beaucoup plus réaliste, du moins dans tes mots.
Il y a beaucoup de gens qui cherchent l'homme parfait/la femme idéale. Ce qui les pousse soit vers des relations de soumission, soit vers une idéalisation de leur partenaire. Et j'ai un peu la crainte que son agressivité soit due à ta chute de son piédestal. Oui, quelque part, il est possible qu'il perde sa dépendance affective envers toi, mais il n'est pas du tout dit qu'il perde sa dépendance affective dans l'absolue. Il est possible que ce soit plutôt une forme de détachement.

Voila ma lecture de ce que tu dis. Je peux me tromper largement, vu que j'ai peu de données pour juger, mais peut-être que ça donnera de l'eau à ton moulin.

#
Profil

alinea7

le mardi 10 novembre 2020 à 18h33

Je trouve que c'est intéressant ce que tu dis @bidibidibidi mais je n'en tire pas les mêmes conclusions.

Pour moi il s'agit pas de descendre une personne de son piédestal en tant que tel : je pense qu'il était déjà bien conscient qu'elle n'était pas parfaite. Et ça ne posait pas de problème parce que c'était dans le champ de l'acceptable.
Pour moi il découvre des traits de personnalité ou des besoins/envies/désirs chez sa partenaire qui affectent sa perception de la relation et qui minent plutôt l'image qu'il se faisait de la relation. En plus de peut-être questionner son envie d'être dans une relation qui lui semble moins correspondre à ce qu'il cherche.

Par extension, sa partenaire est cette personne avec qui il a cette relation qui ne correspond pas à ce qu'il croyait ni à ce qu'il avait essayé de construire. Et avec qui cette construction peut paraître maintenant impossible.

Si c'est le cas la désillusion est à la hauteur de ce que représentait cette relation en conjonction avec ce cadre relationnel. Si c'est vraiment difficile, le déni. Et la douleur/agressivité si confronté.

Maintenant effectivement, la solution à ça pour lui passe par un détachement, puisque la relation qu'il espérait construire n'est pas envisageable avec cette partenaire. Détachement de quoi, du cadre relationnel ou de cette relation en particulier, l'avenir le dira.
Tant mieux s'il arrive ensuite à se représenter positivement un nouveau type de relation.

Evidemment c'est mon interprétation, je trouve ça bien qu'elle soit différente de @bidibidibidi, ça fait plusieurs échos.
Sinon, j'ai peu dormi et l'impression de beaucoup répéter les mêmes mots, j'espère que je suis claire. En tout cas j'ai l'impression que ce que je dis n'est pas très joyeux, ça serait améliorable. Le pire n'est jamais sûr.

Message modifié par son auteur il y a 2 mois.

#
Profil

Sophie72

le mardi 10 novembre 2020 à 18h51

En réponse à @bidibidibidi. Je ne connais pas bien le concept d'agressivité larvée mais c'est sans doute excessif même si probablement effectivement il est agressif sans véritablement le vouloir. Je sens de la colère et je sens aussi , comme toujours, beaucoup de tendresse vis à vis de moi. Des fois , je ne saurais dire s'il est déçu de moi où de notre amour. Beaucoup de proches nous ont déjà dit que nous étions un couple modèle . Je me méfie de ça mais je pense que ça se voit qu'on s'entend plutôt bien, qu'on s'aime toujours et qu'on se respecte. Je n'ai pas le souvenir qu'il m'ait fait une vraie vacherie. On est attentif l'un à l'autre. On se dispute un peu comme tout le monde mais c'est rarement impressionnant. Je l'ai déjà vu très en colère mais je sais que de peur d'être violent il s'est toujours "échappé". Il n'en a parlé qu'à demi-mots mais je crois que son père a pu déjà être violent avec sa mère sous l'effet de l'alcool (ce qui n'est par contre pas du tout son cas). Il est parti plus d'une fois sous la colère sans me donner de nouvelles pendant 2 ou 3 heures. Puis il fait la tête 24 ou 48 heures puis finit par se radoucir. Moi j'ai appris à le "lâcher" dans ces moments-là parce que moi j'ai plutôt besoin qu'on parle et lui non. Je sais maintenant que quelques jours plus tard, il arrivera à en parler plus ou moins selon les circonstances mais sans colère. Et pour en revenir à l'image que les autres ont de notre couple, je pense que pour lui, comme pour moi, c'est quand même valorisant et que peut-être il a le sentiment que ce n'est plus vrai. J'ai essayé de tâter le sujet mais il ne répond pas et mes questions semblent le laisser indifférent. A propos de l'amour qu'il me porte, je sais qu'il pense encore que si je venais à disparaitre de sa vie, il ne sait pas s'il aurait le courage de continuer à vivre et est persuadé qu'il ne se remettrait pas en couple avec quelqu'un d'autre.
Il a toujours dit ça . Moi , je me suis toujours sentie un peu "bête" face à cela parce que je sais que je serais profondément triste, je sais que je douterais de pouvoir me relever mais jamais je n'ai pensé pour autant que ma vie s'arrêterait ou que je ne retomberais plus jamais amoureuse.
Pour l'idée de détachement, peux-tu un peu m'expliquer ce qui diffère par rapport à être moins dépendant affectivement ?

Message modifié par son auteur il y a 2 mois.

#
Profil

Sophie72

le mardi 10 novembre 2020 à 18h55

alinea7

Pour moi il s'agit pas de descendre une personne de son piédestal en tant que tel : je pense qu'il était déjà bien conscient qu'elle n'était pas parfaite. Et ça ne posait pas de problème parce que c'était dans le champ de l'acceptable.
Pour moi il découvre des traits de personnalité ou des besoins/envies/désirs chez sa partenaire qui affectent sa perception de la relation et qui minent plutôt l'image qu'il se faisait de la relation. En plus de peut-être questionner son envie d'être dans une relation qui lui semble moins correspondre à ce qu'il cherche.

Par extension, sa partenaire est cette personne avec qui il a cette relation qui ne correspond pas à ce qu'il croyait ni à ce qu'il avait essayé de construire. Et avec qui cette construction peut paraître maintenant impossible.

Je pense effectivement qu'il s'agit plus de ça même si comme je l'ai dit plus haut, je n'arrive pas à en avoir le cœur net.

#
Profil

oceangris

le jeudi 12 novembre 2020 à 12h22

Bonjour
Ton mari est le cas typique du mono qui apprend au bout de deux décennies que la personne avec qui il a bâti sa vie, n’est pas celle qu’il croyait. Il y a une facette de ta personnalité qui lui avait échappé jusqu’alors et que tu as dévoilé. Cela explique plusieurs changements de comportements chez lui. Oui tu n’es pas celle qu’il croyait et certains trait de ton caractère, vus au prisme du polyamour, ne lui paraissent plus du tout amusants, parce qu’il a un autre regard dessus. Il y a deux choses : la peur de ce changement ( qui se manifeste par son agressivité lors de ton utilisation des réseaux sociaux par exemple. Il a clairement peur que cela te mène à des rencontres qu’il perçoit comme la matérialisation de ton côté polyamoureux qui ne lui convient pas). C’est une manifestation de son insécurité. Il a toujours vécu dans une relation avec toi où il plaçait ton amour sur le même plan que le sien, et la construction de votre relation comme une résultante de cet amour. Aujourd’hui il a compris que cette relation n’avait non pas été idéalisée, car elle existait bien pour lui dans la réalité, car après tout il ne savait pas que tu étais potentiellement polyamoureuse, mais qu’en fait cette relation était bâtie sur quelquechose qui n’existait pas vraiment (ou dont il n’avait pas toutes les clés, les infos, les bases).
La deuxième chose en découle , c’est qu’il peut avoir l’impression d’avoir été floué, trompé. Attention, ce n’est pas un jugement (tu as fait ce que tu as pu avec la connaissance de toi-même que tu avais à chaque moment de ta vie), c’est juste ce que lui peut ressentir par rapport à la situation « tu m’as toujours fait croire que tu étais comme ça, alors qu’en fait tu es autrement ». D’où éventuellement de la colère, de la frustration, qui peut se traduire par l’agressivité dont il fait preuve et le dénigrement. Cela ne l’excuse pas, mais peut être une clé de compréhension.
Et puis aussi la souffrance. Il a compris que tu étais différente de ce qu’il connaissait de toi. Cela ne s’accorde pas avec ce qu’il a vécu jusque là. Pour le mono, c’est hyper dévalorisant de se dire qu’il ne suffit pas au bonheur de son conjoint alors que le conjoint suffit (suffisait) au bonheur du mono. Cela créé un déséquilibre dans la relation. La prise de conscience de la réalité des choses (il a intégré que de temps en temps tu tombais amoureuse ailleurs) ne signifie pas qu’il les a acceptées, ni même digérées. Son point de vue c’est possiblement l’espoir que rien ne se concrétise de ton côté, et l’incompréhension que toi tu puisses d’une manière ou d’une autre le souhaiter. Et la souffrance qu’il ressent (tu parles de « peine », mais cela peut être beaucoup plus que cela) peut se matérialiser par de l’agressivité. C’est hyper compliqué d’aimer quelqu’un qui vous fait de la peine.
Ce n’est pas très encourageant, mais c’est une situation qui n’a souvent pas d’issue, parce que tout le monde souffre, à plus moindre degré. Alors il y a le dialogue, le rassurer, désamorcer la colère et l’agressivité, même si c’est dur aussi pour toi, et lui dire ce que tu ressens quand il n’est pas « gentil » avec toi.

Message modifié par son auteur il y a 2 mois.

#
Profil

Sophie72

le jeudi 12 novembre 2020 à 17h52

Merci @oceangris . Je crois que tu as une vision très réaliste de la situation de mon couple. J'espère par contre que cela est moins négatif que tu sembles le penser.
Je vais revenir sur quelques points.
La peur du changement . Je pense qu'elle aussi liée au deuil de notre "couple d'avant" en tout cas l'image qu'il s'en faisait et je sens que ce deuil n'est pas encore achevé et donc je ne sais pas si c'est tant la peur du changement que le fait qu'il reste persuadé que c'était mieux avant et que de ce fait, refuse de voir les éventuels changements bénéfiques.
Le sentiment d'avoir été trahi , trompé. Quand j'ai lu le livre d'Esther Perel "Je t'aime, je te trompe", j'ai réalisé qu'il s'était sans doute senti trompé effectivement. Esther Perel dit que pour avancer, il faut que celui qui a trompé, exprime clairement sa part de responsabilité et des regrets. Quand j'ai lu le livre, je lui en ai parlé, lui ai demandé s'il s'était senti trompé (il n'a pas répondu mais je suis assez convaincue que c'est oui) et j'ai tenté d'exprimé mes regrets. Je me demande actuellement si je ne devrais pas l'écrire. Même si l'écrit, ce n'est pas son truc, je pense que m'excuser du fait que j'ai trahi le contrat qu'il croyait être le nôtre par écrit est plus fort. J'ai ma part de responsabilité puisque je n'ai pas assez cherché à creuser nos différences, à les pointer. Lui a sa part de responsabilité aussi puisqu'il n'a pas voulu entendre les petites différences que j'indiquais parfois et je ne suis pas certaine qu'il y soit prêt.
Pour l'acceptation. Je pense qu'il n'accepte pas que je sois polyaffective (cela lui parait toujours un truc étrange) mais je pense qu'il accepte l'idée qu'on soit différent (je crois qu'il a fait le lien avec d'autres de mes comportements, comme l'empathie, mes coups de cœur enflammés pour des artistes ou des personnes que je connais) Je crois qu'il sait que je n'ai jamais voulu lui nuire et que je n'ai pas cessé de l'aimer mais il me voit quand même comme celle qui l'a fait souffrir et qui risque de le faire souffrir à nouveau. Donc le souci n'est pas tant de le rassurer sur mon amour mais sur le fait qu'il peut potentiellement souffrir à nouveau! :( Moi je suis convaincue qu'il est capable de résilience mais je ne sais pas s'il y est prêt. Je sens que pour le moment il s'accroche à ses valeurs qui le font pourtant souffrir puisqu'elles ne lui montrent que du négatif dans tout cela. :(
D'ailleurs j'ai remarqué qu'il était capable de ressentir de la tristesse pour moi du fait que j'étais blessée par l'indifférence des deux hommes que j'ai aimés ces 10 dernières années. Et je me suis dit que si par amour on pouvait ressentir cela c'est effectivement logique qu'on puisse aussi ressentir de la joie en voyant l'être aimé heureux d'être aimé mais bizarrement c'est "socialement" moins accepté je pense.
A propos de gentillesse, j'ai le sentiment qu'on se renvoie la balle. Je lui ai déjà dit que son agressivité me faisait mal et il m'a déjà dit sous forme ironique (mais je le connais bien et je sais que l'ironie est sa manière de dire des choses qu'il a sur le cœur) que j'étais une vilaine et qu'il avait besoin que je sois gentille.
Cela fait un an et demi que pour lui tout a basculé. C'est beaucoup et c'est peu pour un deuil je le sais. Je sais être patiente. Je n'attends pas de vivre des relations plurielles car je ne me projette pas. Mais se sentir être celle qui a fait d'un couple "idéal" , un couple "en crise" c'est difficile à supporter sur le long terme.

#
Profil

oceangris

le samedi 14 novembre 2020 à 01h04

Bonjour
Je suis désolée si ma vision te parait négative, c’est juste que la situation me semble complexe. Elle est très claire en elle-même, mais complexe à résoudre sans frustrations de part et d’autre.
Deux choses m’interpellent dans ta manière de voir les choses. D’abord la question du deuil. En effet un an et demi c’est beaucoup et c’est très peu. C’est exactement cela ce qu’il vit, et qu’il essaye de mettre de côté, une partie du temps. Pour lui je pense que c’est peu parce qu’il n’est pas confronté en permanence à la réalité de la situation, étant donné que pour l’instant tu ne vis pas de relation polyamoureuse. Donc il doit s’habituer très lentement à quelquechose qui ne lui convient pas et qui ne lui conviendra peut-être jamais. Ton meilleur allié c’est le temps. Pour qu’il s’habitue tout doucement à celle que tu es devenue. D’autant plus que tu as été honnête, cela aussi compte, même s’il ne s’en rend pas forcément compte. Pour lui c’est un véritable deuil, car effectivement il pense que c’était mieux avant. De son point de vue c’était réellement mieux avant, il avait une relation équilibrée, simple et sans questionnement. A toi de lui faire voir les éventuels avantages pour lui à cette nouvelle situation, bien que pour lui cela aura du mal à faire le poids. Mais comme il t’aime il peut au moins déjà être heureux de te voir plus heureuse d’avoir pu exprimer celle que tu étais vraiment, d’être plus équilibrée. Après, pour lui, quels autres avantages, en essayant de se mettre à sa place ?
Une autre chose que je trouve très belle, c’est ta volonté de vouloir exprimer des regrets par rapport au fait qu’il se soit senti trompé. Je trouve que c’est une belle démarche, d’avoir cette empathie pour ce qu’il peut ressentir et de le lui exprimer. C’est important que tu aies pu exprimer ta polyaffectivité, et c’est important qu’il saches que tu tiens compte de ce qu’il peut ressentir, et effectivement exprimer ta responsabilité, c’est beaucoup il me semble. Reconnaitre que c’est soi-même qui a changé la donne, c’est une manière de déculpabiliser l’autre en lui évitant de se dévaloriser (genre « si elle cherche ailleurs, c’est que je ne lui suffis pas, je ne lui apporte pas assez »). En même temps aussi, c’est peut-être parce que ton mari est ce qu’il est, avec sa personnalité, que tu as réussi à lui exprimer ta polyaffectivité, et cela c’est quelque chose de positif et valorisant pour lui. Après, le moyen d’expression écrite, il a l’avantage pour le destinataire de pouvoir être lu et relu si nécessaire, et souvent l’inconvénient de ne pas déclencher de dialogue, pour quelqu’un qui a du mal à dialoguer…
Dans tous les cas je te souhaite beaucoup de patience et de ne pas te décourager. Un tel bouleversement dans un couple, d’autant plus si c’est un couple construit sur la durée comme le vôtre, induit forcement des tensions, et demande beaucoup de remises en questions, et potentiellement sur le long terme la confrontation à des choix, pas forcément faciles .

Message modifié par son auteur il y a 2 mois.

#
Profil

Sophie72

le dimanche 15 novembre 2020 à 16h56

Merci beaucoup. Tu le permets vraiment d'y voir plus clair. Merci de faire remarquer que si j'ai pu être honnête avec lui c'est justement parce que nous avons une relation qui le permet.

#
Profil

Sophie72

le samedi 28 novembre 2020 à 10h50

Bonjour
j'ai écrit cette lettre et malgré le fait que je n'ai pas employé certains mots et n'ai pas parlé de l'homme dont j'ai été amoureuse, j'ai vu que cela remuait beaucoup de choses désagréables pour lui. Quand j'ai essayé d'aborder le sujet il m'a dit ne pas comprendre le pourquoi de ma lettre et pourquoi j'éprouvais le besoin de chercher les ennuis. J'ai pris calmement le temps d'expliquer les choses et de dire que justement j'étais triste de le voir triste que je voulais bien reconnaitre ma part de responsabilité dans ce qui le rendait triste mais que je voulais qu'on avance. On a parlé un bonne partie de la nuit. On n'a pas uniquement parlé d'ailleurs... comme quoi communiquer porte bien son nom! Mais je m'égare! :D
Donc après de longues discussions, je pense qu'on a un peu avancé. Il m'a dit quelque chose de très triste mais je pense qu'il fallait que cela soit dit. Il m'a avoué que depuis qu'il sait que j'ai été amoureuse d'autres hommes en même temps que lui, sa vie a perdu du sens. Je pense donc qu'il faut qu'il creuse là-dessus. Je lui ai proposé de voir un thérapeute de couple ou un thérapeute seul mais il ne veut pas. On a continué de discuter et j'ai tenté de lui montrer que son idéal de couple était quand même une illusion et que notre amour n'avait pas moins de valeur. Je n'ai pas cherché à le convaincre juste à pointer des choses qui montrent que son fonctionnement amoureux n'est pas une norme. On a même ri quand je lui ai dit qu'il pouvait même narguer les copains d'avoir une femme qui accepterait qu'il ait des relations avec d'autres femmes. Il a reconnu que ses copains lui diraient qu'il était con de ne pas en profiter. :)

#
Profil

alinea7

le samedi 28 novembre 2020 à 11h25

Sophie72
Il m'a dit quelque chose de très triste mais je pense qu'il fallait que cela soit dit. Il m'a avoué que depuis qu'il sait que j'ai été amoureuse d'autres hommes en même temps que lui, sa vie a perdu du sens. Je pense donc qu'il faut qu'il creuse là-dessus.

Je suis contente pour vous d'être arrivés à en parler ! Ce n'est pas toujours facile de créer les conditions d'un dialogue sur des points aussi sensibles.

Si vous déterrez quelque chose ça m'intéresse ! ^^
Pour l'instant je suppose que c'est une façon d'être au monde et à la relation affective différente et irréconciliable.
Est-ce qu'on choisit ce qui donne du sens à notre vie ?

#
Profil

bonheur

le samedi 28 novembre 2020 à 15h27

@Sophie72 : belle avancée :-D

Je suppose que cette nuit-là restera dans la mémoire de votre évolution comme un tournant. C'est après coup que l'on prend conscience de ces "instants clés".

Bravo pour persévérer dans ce que je nomme la dynamique commune ! (+)

#
Profil

Sophie72

le mercredi 02 décembre 2020 à 15h56

Il nous faudra un peu de recul pour dire si cette nuit restera dans nos mémoire mais j'ai déjà le souvenir d'une nuit au tout début de nos discussions sur le sujet qui pour moi est un tournant.
Sinon, rien à voir avec le sujet précis de mon topic mais plutôt en lien avec mon mode de fonctionnement mais je ne veux pas ouvrir un topic spécifique. Je pense que j'ai un peu compris comment je peux tomber amoureuse ou comment tout au moins je ressentir des émotions favorables au sentiment amoureux. Je pensais avant qu'il fallait me toucher au sens "figuré" mais j'ai le sentiment suite à un évènement récent que le toucher physique dans des circonstances agréables peut aussi être un terrain "propice". Par rapport à mes lectures, je pense qu'en fait dès que je sens une forme d'intimité avec un homme, quelque chose en moi se "réveille". Voici une anecdote. Au dessus du lieu où je travaille, il y a un nouveau locataire qui est un collègue de mon mari. L'autre jour, je fais un peu de bruit (je tape avec un marteau pour enfoncer des petits clous) pour mettre des déco de noël. Il était presque 20h et le locataire du dessus est descendu se demandant ce qui se passait. Me voyant en mauvaise posture (je suis assez maladroite, soigneuse mais maladroite), il se propose de m'aider . Nous nous sommes retrouvés dans des postions très proches puisqu'il tenait une guirlande électrique pendant que je tentais de la fixer. J'ai réalisé après coup que j'en étais troublée et pourtant cet homme, je l'ai à peine regardé et cela n'avait rien d'un jeu de séduction. En rentrant, je dis à mon mari que je rentre un peu tard parce que j'ai eu du mal à mettre mes déco et que son collègue m'a aidée. Il ironise en montrant une pointe de jalousie. Je réalise en plus qu'il a toujours eu aussi ce genre de propos sur les deux hommes dont je suis tombée amoureuse ces 10 dernières années, et sur d'autres aussi quand même mais cela me pose question. Est-ce un hasard ou bien sent-il les moments "à risques", les moments où je suis troublée avant même que je ne le réalise moi-même ? Avant, je pense que je n'aurais pas cherché à comprendre l'émotion que j'ai ressentie. Maintenant, je sais que quand je tombe amoureuse, cela commence de cette manière; je suis d'abord troublée par un sentiment agréable de proximité. Bon après, il faut que cela se renouvelle pour que je tombe amoureuse mais j'ai été surprise de voir que là c'était la situation, indépendamment de la personne et de ce qu'elle pouvait représenter pour moi qui a été à l'origine de mon trouble. Qu'en pensez-vous ? Certain(e)s se reconnaissent-ils ?

#
Profil

bonheur

le mercredi 02 décembre 2020 à 16h12

@Sophie72 : Mon chéri de vie est mono par choix. En revanche, il est "pas pareil" avec certaines personnes, enfin certaines femmes. Je le "détecte" illico. Et si je demande s'il ne serait pas un p'tit peu amoureux, il avoue "c'est vrai, je l'aime bien". Puis en général, il demande "comment t'as deviné ?". Non seulement ça se voit comme le nez au milieu de la figure, mais ça se ressent, pour une personne attentive et qui perçoit ce genre de chose. Toute son attitude est différente, le timbre de sa voix, l'éclat du regard, les gestes, l'interaction, le sourire...

Je ne relève pas obligatoirement. En revanche, je sais sans l'ombre d'un doute possible.

Donc, ton histoire ne me surprend pas. De là à comprendre que dès qu'un homme s'approche de toi, tu est troublé... Essai de te rappeler des situations similaires, sans trouble. S'il n'y a pas trouble, tu ne relèves pas la situation, elle s'oublie, s'efface. D'ailleurs, comme tu le soulignes très bien, c'est la répétition qui fait que l'on s'attarde.

#
Profil

Lustudit

le mercredi 02 décembre 2020 à 16h45

@Sophie72, je me reconnais dans la description de ton expérience. Seulement, le moment touchant quant à une proximité sentie surviendra auprès d'une personne que je connais déjà. Elle arrivera à me toucher puisque je suis solidaire et contemplative de ce qu'elle est, pour elle-même. Une forme de frôlement physique avec une personne inconnue ne pourra pas me faire décoller de la gravité, comme en lévitation, mémorablement. Si c'est le cas pour toi, le temps de quelques instants, tant mieux :)

Tu dis qu'une forme de proximité avec un homme (ton mari et d'autres hommes) réveille quelque chose en toi. Nous nous trouvons sur un forum poly. Malgré tous les sentiments de culpabilité issus de la norme culturelle par rapport à cet état, malgré la douleur effective de partenaire historique face à l'autre, nouvellement amoureux, je ne peux m'empêcher de souligner la beauté de ce que tu as découvert et de ce que tu as vécu - il me semble qu'il serait approprié, ici, de créer une brèche dans la norme pour valoriser ce qui l'est trop rarement...sans pour autant négliger les considérations et responsabilités éthiques.

Il y a quelques occasions dans ta vie où l'intimité et la proximité te bouleversent. Tu te sens chavirée, éveillée, animée, amoureuse. Ces occasions sont rares et fortes, elles te marquent. C'est magnifique ! En lisant ce que tu as écrit, je perçois une vive et douce lumière. Précieux, tout ça. Délicat aussi. Ton honnêteté et ta transparence, le partage de ton introspection avec ton mari semblent témoigner de ton amour et de ton respect pour lui, de ta volonté de rester proche de lui. Quoi qu'il advienne, que tu vives pleinement des amours simultanés ou non, en raison de la préservation de ton couple, tes sentiments passés restent beaux.

Celles et ceux qui partagent, ici, leur vécu similaire...merci à vous de le partager, c'est haut, grandiose, ça fait vibrer quand même. J'espère que d'apprendre que des inconnu.e.s puissent être content.e.s pour vous puisse faire un peu de bien.

#
Profil

Sophie72

le jeudi 03 décembre 2020 à 17h26

Oui @bonheur je ne suis pas surprise que mon mari sente quelque chose car comme toi, je sens aussi et je l'ai souvent taquiné sur des femmes qu'il appréciait.

bonheur

Donc, ton histoire ne me surprend pas. De là à comprendre que dès qu'un homme s'approche de toi, tu est troublé... Essai de te rappeler des situations similaires, sans trouble. S'il n'y a pas trouble, tu ne relèves pas la situation, elle s'oublie, s'efface. D'ailleurs, comme tu le soulignes très bien, c'est la répétition qui fait que l'on s'attarde.

Oui j'ai dit qu'il fallait des confitions particulières. La répétition en est une mais si j'ai souligné que j'étais troublée réellement c'est que déjà là il y avait sans doute certains éléments. En fait, je suis quelqu'un qui déteste être touchée physiquement. Même aller chez le coiffeur est une corvée! Ne me parlez pas de massages, je déteste ça! Sauf si c'est mon chéri. Adolescence déjà, les copines qui se serraient dans les bras, ça me faisait bizarre et j'évitais qu'on me le fasse car franchement désagréable! Par contre, il m'arrive d'avoir envie de prendre par la main ou serrer affectueusement une personne dont je me sens très proche affectivement , un(e) ami(e). Bien entendu il ya aussi mes enfants et c'est tout! Même mes parents et mes frères et sœurs, je me force un peu s'ils sont très tristes. Donc à la lumière de cela que toucher la main d'un inconnu me soit agréable c'est pour moi très surprenant! Et à l'inverse, je me demande plutôt si avant cela ne m'arrivait pas quand même mais que j'y étais peu attentive puisque finalement je refoulais peut-être...

Lustudit

Tu dis qu'une forme de proximité avec un homme (ton mari et d'autres hommes) réveille quelque chose en toi. Nous nous trouvons sur un forum poly. Malgré tous les sentiments de culpabilité issus de la norme culturelle par rapport à cet état, malgré la douleur effective de partenaire historique face à l'autre, nouvellement amoureux, je ne peux m'empêcher de souligner la beauté de ce que tu as découvert et de ce que tu as vécu - il me semble qu'il serait approprié, ici, de créer une brèche dans la norme pour valoriser ce qui l'est trop rarement...sans pour autant négliger les considérations et responsabilités éthiques.

Je n'avais pas vu les choses sous cet angle mais merci de le souligner.

Lustudit
Il y a quelques occasions dans ta vie où l'intimité et la proximité te bouleversent. Tu te sens chavirée, éveillée, animée, amoureuse. Ces occasions sont rares et fortes, elles te marquent. C'est magnifique ! En lisant ce que tu as écrit, je perçois une vive et douce lumière. Précieux, tout ça. Délicat aussi. Ton honnêteté et ta transparence, le partage de ton introspection avec ton mari semblent témoigner de ton amour et de ton respect pour lui, de ta volonté de rester proche de lui. Quoi qu'il advienne, que tu vives pleinement des amours simultanés ou non, en raison de la préservation de ton couple, tes sentiments passés restent beaux.

J'essaie de ne pas me projeter pour ne pas ressentir de "frustration" mais tant que je ne tombe pas amoureuse, il n'y en aura pas, donc pas besoin de se projeter dans une situation qui n'est pas. J'espère que mon mari parviendra un jour à voir cela sous le même type d'angle . Pour le moment, je sens qu'il sait que je l'aime mais il dit que je suis une "vilaine" qui maltraite son cœur et donc j'ai le mauvais rôle. Mais c'est vrai que j'ai un regard sur mes histoires d'amour à présent plus positif. Sans cette dernière histoire, je n'aurais pas tant avancé dans la connaissance de moi-même et serait encore moins en accord avec moi-même.

#
Profil

Sophie72

le lundi 11 janvier 2021 à 19h26

Bonsoir.
Une amie est en train de se séparer de son mari. En discutant avec elle, je comprends sa colère, les difficultés qu'elle rencontre mais suis triste de constater que malgré de nombreuses années de vie commune, la méfiance s'est installée entre eux , que même ses amies l'encouragent à se préparer à "attaquer", lui prédisant mille et une "entourloupes" de la part de son mari et la mettant en garde contre d'éventuelles manipulations. Certes, étant femme au foyer sa situation financière est compliquée et revenir sur le marché du travail à 50 ans avec des enfants n'est pas un véritable choix et lui ayant une situation confortable, la séparation n'a pas les mêmes conséquences sur leurs vies . Mais je réalise en écoutant ou lisant les propos de ses amies et copines étant passées par le divorce combien peu de couples parviennent à garder une amitié et m'interroge de cette triste réalité. Combien de fois n'ai-je pas dit à mon cher et tendre que si on se séparait, j'espérais tellement que notre amitié survivrait. Est-ce que vous pensez que la manière dont les séparations se font chez les polyamoureux est différente ?

Par ailleurs, en repensant à l'homme dont je parlais plus haut, j'ai réalisé que pour la première fois, il semblait moins inaccessible que les autres hommes qui m'ont déjà fait vibrer. Parce que je crois que finalement je suis assez souvent tombée amoureuse ou même simplement été attirée par des hommes qui avaient peu de probabilités d'être attirés par moi : soit parce que très intelligent, soit parce que très séduisant ou soit parce que très "atypique". Et je ne peux m'empêcher de penser que ce n'était pas un hasard. Peut-être je reproduis un schéma d'échec ou peut-être simplement je me "protège" mais là franchement j'ai dû longtemps me demander ce qui pouvait être à l'origine de cette "attirance", ce qui avait pu me toucher au point qu'être touchée physiquement ne soit pas pour moi désagréable. J'en suis arrivée à la conclusion que c'est sa gentillesse, sa simplicité. Bon ce constat ne me servira peut-être pas à grand chose mais peut-être que quelque chose a un peu changé en moi depuis ce gros chagrin d'amour.

#
Profil

bidibidibidi

le vendredi 15 janvier 2021 à 10h24

Sophie72
Est-ce que vous pensez que la manière dont les séparations se font chez les polyamoureux est différente ?

Je ne crois pas qu'il y ait de loi dans ce domaine. C'est juste un constat terrible. Après, l'impression que ça donne c'est que certains couples persistent au-delà de la date de péremption, accumulant donc rancoeur et haine plutôt que de se séparer (souvent pour des questions extérieures de pression sociale, enfants, etc...).

Sophie72
Parce que je crois que finalement je suis assez souvent tombée amoureuse ou même simplement été attirée par des hommes qui avaient peu de probabilités d'être attirés par moi : soit parce que très intelligent, soit parce que très séduisant ou soit parce que très "atypique".

Cette phrase montre bien plus tes mécanismes de réduction de la dissonance cognitive (et les croyances qui en résultent) que la réalité de la chose.

#
Profil

bonheur

le vendredi 15 janvier 2021 à 19h15

J'ai eu des ruptures depuis 2007. Une seule s'est passée d'une belle façon, si je puis exprimer ainsi. Après nous être un peu pris la tête, nous avons réussi à faire un point et surtout à admettre nos responsabilités réciproques. Nous avons fait le deuil de notre relation à la façon du Renard (le Petit Prince de St Exupéry), car il y aura toujours la couleur des blés. Mon "avatar" ici en est le symbole. Nous nous sommes remémorés avec nostalgie les beaux instants et avons exprimer ce qui avait été merveilleux chez l'autre. Il m'a adressé en dernier message : "merci d'avoir traversé ma vie" et moi j'ai aussi adressé une photo symbole avec comme dernier message "faire rire l'instant pour te rejoindre là où tu es". J'aimais en effet le faire rire et désormais, à chacun de ses rires, il verra la couleur des blés. C'est super, ce que nous avons réussi à réaliser. J'en suis heureuse et fier, autant de lui que de moi. Cette fierté n'est pas de l'orgueil mal placé, mais la joie de ce que je considère comme une réussite.

#
Profil

Sophie72

le samedi 16 janvier 2021 à 10h41

Merci @bonheur pour ce joli témoignage. Je le trouve magnifique.

bidibidibidi
Je ne crois pas qu'il y ait de loi dans ce domaine. C'est juste un constat terrible. Après, l'impression que ça donne c'est que certains couples persistent au-delà de la date de péremption, accumulant donc rancoeur et haine plutôt que de se séparer (souvent pour des questions extérieures de pression sociale, enfants, etc...).

Oui je pense que beaucoup de personnes extérieures à la relation ont tendance à projeter leur propre colère et influencer , augmenter le ressenti de la personne concernée.

bidibidibidi
Sophie72
Parce que je crois que finalement je suis assez souvent tombée amoureuse ou même simplement été attirée par des hommes qui avaient peu de probabilités d'être attirés par moi : soit parce que très intelligent, soit parce que très séduisant ou soit parce que très "atypique".


Cette phrase montre bien plus tes mécanismes de réduction de la dissonance cognitive (et les croyances qui en résultent) que la réalité de la chose.

Je ne suis pas certaine de comprendre ce que tu veux dire. Certes, j'ai conscience que si je dis cela c'est un peu dévalorisant pour moi mais il y a quand même une réalité. Je ne trouve jamais bien un homme qui semble s'intéresser à moi et ceux qui semblent s'intéresser à moi sont soit des mecs qui regardent tous les jupons (je les repère à des kilomètres ceux-là) , soit des mecs gentils mais pas suffisamment intelligents pour me faire vibrer. Avec ceux ui me plaisent , je dois aussi garder une certaine distance parce que finalement je ne suis pas "libre". Peut-être que cela n'aide pas non plus mais je crois quand même que inconsciemment je suis séduite par des hommes avec lesquels je n'aurai même pas à garder cette distance. Sinon c'est vraiment que je suis repoussante! LOL

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion