Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

[Vidéo] Maman, papa et les autres..., de Marcus Lenz et Patrick Waldmann, Arte 2020

Médias
#
Profil

Caoline

le dimanche 28 février 2021 à 16h59

Un documentaire, que je trouve très réaliste, sur des relations poly quand on a des enfants :

https://www.arte.tv/fr/videos/097886-015-A/maman-p...

#
Profil

bonheur

le lundi 01 mars 2021 à 14h49

Merci pour ce lien.

Un passage m'a interpellé positivement et m'offre encore une autre compréhension de moi. Il a été abordé le thème de la compétition. Il s'était avéré lors d'un bilan de compétences réalisé en 2019 que j'en étais dépourvu. Je n'ai pas cet esprit là.

La tendresse y est très présente, ça j'ai adoré.

Cette histoire appartient à ses acteurs et je ne me retrouve pas dans les volontés et la liberté exprimée par Zuzanne. J'admets ne pas hiérarchiser émotionnellement sauf que j'ai toujours hiérarchisé en privilégiant ma vie de couple initial et la vie de famille. Du coup, non, je ne me reconnais pas du tout en cela.

Pour ce qui est des enfants, je confirme que voir les parents heureux, en discussions ouvertes et non en engueulades, aide ceux-ci à se sentir bien avec chaque parent et dans un climat meilleur. Ayant été enfant, de ce point de vue là, je peux réellement m'exprimer.

#
Profil

Sophie72

le mercredi 03 mars 2021 à 13h28

Bonjour
J'ai vu le reportage et suis plus dubitative que vous. Au début tout semble assez simple, couler de source, même si pour le mari on sent que c'est déjà moins évident pour lui. A un moment elle explique qu'elle éprouvait le besoin de retrouver de la liberté, ce qu'on peut tout à fait comprendre et que le modèle de la parfaite fée du logis ce n'est pas pour elle. Puis un peu plus tard elle dit qu'elle réalise qu'elle a beau vouloir plus de liberté, elle se retrouve à dépendre des désirs et projets de vie de ses différents partenaires. Enfin à la fin quand elle emménage seule avec ses enfants à Berlin et qu'on voit qu'elle prend le chemin d'une nouvelle vie (reprends aussi des études), je ne peux qu'être perplexe sur la réelle liberté qu'elle a obtenu... Travailler avec des enfants à charge quasiment à temps complet, sincèrement la liberté en prend un bon coup... Et je me demande si son ex-Mar ne i s'en sort pas mieux qu'elle question liberté...
Je ne sais pas si vous connaissez la chanson de Georges Moustaki "Ma liberté" qui pose la question des limites et contraintes de nos aspirations à la liberté, notamment quand on tombe amoureux. Et puis quand elle a réalisé que son projet de vie était dépendant des projets de vie des autres, j'ai pensé à la phrase de Saint Exupéry à propos des relations humaines :"s'aimer ce n'est pas se regarder l'un l'autre, c'est regarder ensemble dans la même direction." Et c'est déjà compliqué à 2, alors, à 3 ou 4 ou plus...

#
Profil

Caoline

le mercredi 03 mars 2021 à 17h53

@Sophie72

Je ne sais pas ce que tu veux dire par plus dubitative que nous car j'ai bien indiqué que c'était réaliste, pas idyllique.

Pour moi la liberté c'est faire ses choix pour soi mais bien sûr notre entourage influe toujours sur ceux ci à moins d’être totalement égoïste et égocentrique.
Parmi ces influences la plus impactante me semble être avoir des enfants. Je crois que l'on en a pas souvent conscience, moi je ne mesurais pas vraiment à quel point en tout cas, même si j'étais déjà loin de prendre la chose à la légère, mettre un enfant au monde va impacter très durablement sur notre liberté. Je prends des engagements dans mes relations intimes mais même si ils sont très forts, ils sont loin, très loin d'avoir l'impact de ceux que j'ai pris implicitement vis à vis d'eux en ayant des enfants.
En ce moment par exemple si je n'avais pas d'enfants, je voyagerai, j'ai un grand besoin de mouvement, de solitude, de voir des gens différents, des paysages. Mais je ne peux le faire qu'à petite dose car mes 2 plus jeunes ont encore besoin de moi régulièrement. Pas un besoin vital, ils se débrouilleraient avec leur père si je n'étais plus là, mais ça rendrait beaucoup de choses bien plus compliquées pour eux et je ne me sentirais vraiment pas en accord avec mes responsabilités en leurs imposant ces difficultés pour mes propres besoins/envies. Malgré tout je me sens libre, car c'est moi qui choisi d’honorer mes engagements implicites vis à vis d'eux, personne ne me l'impose.

Dans le film il me semble que c’est pareil, c'est ses enfants la plus grande contrainte à sa liberté. Et on voit combien comme dans la quasi totalité des cas de séparation, c'est sur elle que repose presque toute la charge des enfants. On ne connaît pas les éléments exacts mais au moment où ils envisagent d'habiter tous à Berlin et que le papa et sa compagne finalement préfèrent être ailleurs, si c'est vraiment juste une préférence, je trouve ça injuste et trop facile de ne pas se mettre dans les conditions optimales pour assumer une partie de la charge des enfants. Quand elle lui demande de s'occuper des enfants au moins un week-end par mois, j'ai envie de hurler car pour aller voir sa deuxième compagne, il y allait bien plus souvent à Berlin....

#
Profil

melodie3229

le mercredi 03 mars 2021 à 19h12

je trouve le post du reportage (+)
Je vais regarder ça dans la soirée,merci pour le partage

#
Profil

Sophie72

le mercredi 03 mars 2021 à 21h22

Effectivement @Caoline, ma réponse qui a été faite avec peu de recul sur le documentaire fait que je suis restée dans le ressenti immédiat et que j'ai interprété ta présentation du doc comme très positive alors qu'en fait tu as juste dit "réaliste" ;). Donc pour être précise le documentaire commence de manière très positive. On est sans doute dans l'empathie avec cette femme qui est dans l'enthousiasme des débuts de l'ouverture de son couplé et puis ça se termine de manière beaucoup plus "mitigé".
Ceci dit le fait que j'intervienne de cette manière t'a fait exprimer ton point de vue ! Un mal pour un bien comme on dit ! : D

#
Profil

melodie3229

le jeudi 04 mars 2021 à 02h11

Du coup je l'ai regardé moi aussi.Même si Suzanne dit de belles choses j'ai la sensation que c'est quand même quelqu'un qui est un peu auto centré finalement et dans le "toujours plus".
En effet elle souffre de sentir qu'elle dépend des autres mais en fait c'est normal.Pour autant elle a quand même décidé de faire ce qu'elle voulait au détriment des autres.Heureusement ça n'a pas si mal tournée mais bon visiblement elle s'émeut quand même peu du fait que le père voit peu leurs filles.
On dirait que malgré tout elle jalousait la vie de la femme de Reiner (dsl je ne suis plus très sûre des prénoms).
Enfin voilà c'était intéressant mais je ne sais pas si c'est rassurant car au final la plus grande fille ne vivait pas vraiment bien cette situation.Bon après ça aurait été sûrement plus positif si les parents n'étaient pas absents régulièrement.

#
Profil

artichaut

le vendredi 05 mars 2021 à 12h24

Le pitch
Susanne (34 ans) veut changer radicalement sa vie. La relation avec son mari Sascha (39 ans) est en crise. Elle aime ses enfants. Elle veut être mère, mais ne souhaite plus mener une vie de couple traditionnelle. Ni Susanne ni Sascha ne veulent mettre fin à leur mariage. Susanne propose alors de vivre en polyamoureux : les deux partenaires pourraient ainsi avoir d'autres relations en dehors de leur mariage. Une expérimentation dont le résultat reste incertain.

Merci pour ce partage. Très chouette docu.

Il sont mignons et touchants ces poly.

Et il est chouette ce docu, qui ne nie pas les problèmes, qui filme les gens de manière respectueuse et tendre, qui donne la parole aux enfants, qui ne tombe pas dans les clichés.

J'en retiens notamment ceci :

Susanne
Je voulais la liberté mais je me rends compte que je suis tributaire des autres.
(à 32' de film)

Susanne
Si je ne suis pas heureuse, alors mes filles non plus.
(à 37' de film)

Susanne
Ma vie actuelle est belle. Très chaotique. Rien n'est trop sûr pour moi en ce moment. La seule sécurité que j'ai, ce sont mes relations. La polyamorie m'a fait comprendre que le contrôle est une illusion. Les gens en relation monogame ont l'illusion d'avoir le contrôle. Mais quand on regarde de plus près, ils ne contrôlent rien. La polyamorie nous confronte à ce qui se passe quand on perd ce contrôle. Comment on vit les uns avec les autres ? On peut aimer sans restriction, sans être abandonné. Donc je dois prendre mes décisions moi-même. Je dois me demander ce que je fais de toutes ces émotions qui émergent.
(à 41' de film)

Finalement, à travers cette histoire poly, ce docu devient le portrait de Susanne, une femme qui décide de vivre sa vie, pleinement, et en en assumant toutes les facettes.


PS : quelqu'un·e à t-il réussis à le télécharger (avec sous-titres) ?? J'aimerais bien en conserver une copie et il n'est dispo que jusqu'au 21 mars. Si oui, contactez-moi en mp. merci

#
Profil

Caoline

le vendredi 05 mars 2021 à 13h43

artichaut
Merci pour ce partage. Très chouette docu.

Il sont mignons et touchants ces poly.

Et il est chouette ce docu, qui ne nie pas les problèmes, qui filme les gens de manière respectueuse et tendre, qui donne la parole aux enfants, qui ne tombe pas dans les clichés.

Oui c'est ça que j'ai apprécié aussi.

#
Profil

melodie3229

le vendredi 05 mars 2021 à 14h00

quelqu'un·e à t-il réussis à le télécharger (avec sous-titres) ?? J'aimerais bien en conserver une copie et il n'est dispo que jusqu'au 21 mars. Si oui, contactez-moi en mp. merci

moi non...

#
Profil

Lili-Lutine

le vendredi 05 mars 2021 à 16h53

Très beau documentaire, j’ai ressenti beaucoup d’émotions et de tendresse pour chaque personne impliquée dans ces polycules.
Ce qui nous est offert est brut, honnête, sincère, sans concession et montre bien ce qui est complexe dans les relations, quelle qu'elles soient d'ailleurs.
Comme le respect et l'attention apportées aux paroles des enfants et de toutes les personnes impliquées, de là où elles en sont dans leurs cheminements, chacune, pour bien vivre ce toustes ensemble.
L'impermanence des relations, du prendre soin, et de la charge mentale et émotionnel de Suzanne par exemple.
Ça questionne fortement nos responsabilités et nos engagements, comment se sortir des hiérarchies, des rôles genrés, imposés ou supposés l'être, qui peuvent nous emprisonner dans des rôles que certains.es d’entre nous voient et vivent comme étant du contrôle, sur son propre épanouissement, comme sur autrui, comme ici sur ceux d'une femme, d'une amoureuse et d'une mère.
Il y a beaucoup d'amour dans ce reportage, et à la pelle !
Là de suite, après avoir visionné ce reportage, je me sens comme une boule d’amour et toute confiante en nos possibles!

Message modifié par son auteur il y a un an.

#
Profil

bidibidibidi

le vendredi 05 mars 2021 à 17h28

C'est amusant, de mon côté, je n'ai pas pu regarder beaucoup. J'avais trop la sensation de rentrer dans l'intimité des gens, ça réveillait une certaine pudeur en moi.

#
Profil

melodie3229

le vendredi 05 mars 2021 à 23h41

je me suis demandée s'ils avaient attendu derrière la porte qu'ils aient finit pour venir les cueillir dans le lit ^^

#
Profil

Aki

le dimanche 07 mars 2021 à 13h02

Ce documentaire m'a assez plus, notamment par le fait qu'il s'intéresse à des personnes de 40-50 ans qui semblent bien "installés" (maisons, enfants, boulot, etc). La présentation était assez bienveillante et pas trop intrusive. A regarder.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion