Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Vos désirs et vos Besoins...

#

(compte clôturé)

le jeudi 08 décembre 2011 à 10h31

souffrance = signe d’un besoin ?
là encore, pas convaincue...
un gamin qui fait une méga crise de larmes et de rage parce qu’on lui a coupé ses tagliatelles alors qu’il voulait les manger entières, il est vraiment malheureux, il a mal, ça lui fait un cataclysme émotionnel (et non ce n’est pas un "caprice", d’ailleurs c’est quoi un "caprice", et oui c’est du vécu)... Mais est-ce que ça correspond vraiment à l’expression d’un besoin ? Est-ce qu’être privé de tagliatelles entières ça remet en question son équilibre et sa santé physiques et psychiques ?
Je ne nie pas que le désir insatisfait fasse mal - au contraire, tout le monde a eu des chagrins d’amour, tout le monde sait à quel point ça blesse... Je dis que ce n’est pas parce que ça fait mal qu’il s’agit pour autant d’un besoin qu’il est impératif de combler.
Je désire des tas de choses très très très fort et je suis vraiment triste de ne pas les avoir. Mais je sais aussi, avec ma raison ET avec mon coeur quand je fais mon travail de discernement, que non seulement je peux survivre sans elles, mais que parfois elles me feraient plus de mal que de bien si je pouvais les avoir...
Et oui, évidemment, on a tous besoin d’amour. Ce qui n’implique pas qu’on ait besoin singulièrement de l’amour de chacune des personnes qu’on désire dans une vie. D’autant plus que ces différentes personnes ne sont pas nécessairement toutes réceptives à nos désirs...

Didix, pourquoi tu dis que l’autre serait sans doute "mieux" que ta femme ? Mieux sur quel plan ?
Est-ce que justement ce n’est pas une sorte de piège du désir : je désire, je suis frustré, mon manque commence à occuper une place surdimensionnée, rafle tout sur son passage, et j’en perds de vue certains de mes besoins (je dis ça parce que dans ton post tu semblais plutôt exprimer l’idée que ta relation avec ta femme comblait des besoins d’amour et de sécurité importants).

#
Profil

Didix

le jeudi 08 décembre 2011 à 15h38

Tu as raison Janis, je voudrais retirer le "mieux". Tous les être sont différents. Je ne dois pas comparer pour justifier ou combler un manque...
En effet, ma femme a des atouts indéniables et je la respecte beaucoup ; loin de moi l'idée de vouloir mettre un terme à notre relation. Cependant, le fait est que l'autre personne dont je parle m'obsède pour tous un tas d'autres raisons parfois complémentaires de celles qui caractérisent ma femme.
Je peux trouver attirantes de nombreuses femmes croisées au hasard de mon quotidien, mais cela n'a pas de suite ni d'incidence sur moi. Là c'est la première fois que je sens que ça brûle et que plus ça fait mal plus je veux y aller ! En plus, je sais que c'est réciproque mais maintenu en "couveuse" parce que je suis... en couple !
Bref, pour en revenir au post, j'ai beaucoup de mal à me dire que je ferai mieux, par exemple, de réinvestir mon couple pour retrouver l'amour et que l'homme qui succombe à tout va n'est qu'un toxicomane égotique du désir. Il doit bien y avoir des cas (le mien ?) où le choc n'es qu'affaire de complémentarité "désintéressée", non ?

#

(compte clôturé)

le jeudi 08 décembre 2011 à 18h31

Didix
Bref, pour en revenir au post, j'ai beaucoup de mal à me dire que je ferai mieux, par exemple, de réinvestir mon couple pour retrouver l'amour et que l'homme qui succombe à tout va n'est qu'un toxicomane égotique du désir. Il doit bien y avoir des cas (le mien ?) où le choc n'es qu'affaire de complémentarité "désintéressée", non ?

Aaaaattation, j'ai pas dit ça - et personne d'ailleurs, je crois ou alors j'ai pas bien lu.
Le choc amoureux, oui ça existe, évidemment, et l'amour n'est pas uniquement dans un "couple", heureusement. L'amour tu peux le trouver partout où il y en a - pas seulement l'amour érotique d'ailleurs - et si tu penses que tu as fait une rencontre qui fait date dans ta vie, c'est sans doute vrai et tu as vraisemblablement quelque chose à vivre là. Pas forcément tout de suite, pas forcément sous la forme qui te semblait la plus évidente, mais il y a un truc à creuser.

#
Profil

Didix

le jeudi 08 décembre 2011 à 20h10

Oui, je pense, mais cela m'a l'air tellement impossible (seconde personne très libre, loin de ma ville de résidence, respectueuse de mon couple...). Des dizaines de paramètres qui font bloc contre l'avancée...

#
Profil

PolyEric

le vendredi 09 décembre 2011 à 15h07

Janis
souffrance = signe d’un besoin ?
là encore, pas convaincue...

Je voulais parler d'une souffrance durable, signe que le besoin de fond n'arrive pas à trouver une voie par laquelle obtenir satisfaction. Un caprice se caractérise par le fait que la souffrance repart aussi vite qu'elle est survenu, dès l'instant que le besoin trouve un autre chemin (que celui qui parait le seul chemin possible). Le rôle des parents étant de montrer d'autres chemins, et de faire comprendre qu'il faut chercher les chemins avant de se mettre dans des états pas possibles.

Je suis d'accord avec toi que certains désirs sont tout simplement fait pour ne pas êtres assouvis. Mais, c'est justement là qu'on peut séparer les "désirs qui permettent d'absorber la dure réalité" des "désirs qui reposent sur un besoin vital"

Dans le cas de Didix, la "souffrance" ne repart pas, elle aurait même plutôt tendance à s'installer, car prise comme une fatalité. En cherchant vainement une issue dans son couple "officiel", il nie son besoin de fond. Il faut s'attendre à ce qu'il en souffre durablement.

Si son besoin de fond était justement de ne pas se fixer sur une seule personne? Cela pourrait expliquer pourquoi ses tentatives de trouver une issue dans son couple, échouent, et le ramène toujours vers l'autre voie (qu'il ne peut pas emprunter non plus). Sur un site de polyamoureux, c'est monnaie courante, ce genre de besoin /désir inassouvi /souffrance.

En quoi satisfaire ce besoin de pluralité, ne ferait-il pas un noble désir ? Pourquoi un désir devrait t-il être désintéressé ?

Son désir est-il vital ? On peut dire que non parce qu'il peut survivre sans assouvir son désir. Mais est ce que survivre est un besoin vital ? Moi je dit que non. Par contre, vivre pour de vrai, est un besoin vital. A défaut de "vivre pour de vrai", l'être humain se laisse mourir.

Le sentiment de survie, est un sentiment qui repose sur l'idée qu'après la survie, il y a une vrai vie. Si survivre est notre seule espérance, alors, tôt ou tard, l'envie de mourir nous envahit.

La survie est vitale, certes, mais elle n'est pas un besoin vital. Nuance.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion