Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Respect du Lutin débutant envers sa compagne

Témoignage
#
Profil

Liza

le lundi 14 février 2011 à 23h22

Bonjour,

Ayant découvert que mon mari était - à nouveau - attiré par une autre femme, j'ai fait des recherches et découvert les concepts tout nouveaux pour moi de polyamour et de lutinage. Depuis 15 jours, je lis donc ce forum, l'ouvrage de Françoise Simpère, Guide des amours plurielles, et je tente de réfléchir par moi-même. Ce mode de vie me paraît correspondre à ce dont nous avons besoin : c'est fou comme la simple question "et pourquoi l'amour serait-il exclusif ?" peut tout chambouler. Je ne me l'étais jamais posée. Bref, donc, un cheminement encore récent a déjà fait changer ma vision du monde qui m'entoure, a modifié mon regard sur les autres, me permet de prendre du temps pour moi sans culpabiliser (c'est cela aussi, le lutinage !).
Cependant, l'attitude de mon mari me déconcerte. Il s'est dit d'accord sur le principe et touché par cette preuve d'amour, mais n'a montré qu'une curiosité très modérée (en fait, ce n'est pas seulement une preuve d'amour, c'est aussi la reconquête de mes propres liberté et dignité). Deux jours après notre première discussion sur le sujet, il a rappelé la jeune femme, avec laquelle j'avais initialement exigé qu'il coupe le contact. Il l'a revue et a dormi chez elle le jour même, pendant que j'étais chez mes parents. Il est rentré avec 2 heures de retard de leur première journée ensemble "avec mon accord". Depuis que je lui ai dit que j'ai peur qu'il ne vive une passion - pour ce que ce sentiment a de violent et exclusif - il ne me parle plus que de sa passion pour elle. Il fait des comparaisons directes : "avec toi, ce n'est pas pareil, il n'y a plus la découverte", "si je l'avais rencontrée il y a 12 ans, nous ne nous serions pas connus" (ridicule : il y a 12 ans, elle en avait 9 !), ou conditionnelles "si nous étions ensemble depuis 6 mois, je t'aurais quittée pour elle" (aucun sens non plus), "c'est la première fois de ma vie que je ressens ça" ("A chaque fois, à chaque fois" disait Barbara).
Ce soir (la Saint-Valentin, pour mémoire, mais nous avions décidé de reporter la fête au 14 mars, une fois que nous serions apaisés), il m'appelle à 19h pour me dire qu'il ne rentre pas. J'ai hurlé au téléphone - devant les enfants, je me sens irresponsable.
C'est drôle, je ne me sens pas jalouse ce soir. Je ne l'imagine pas avec elle - ou plutôt, ça ne me fait presque pas mal. Mais je suis triste d'être négligée, de ne pas avoir eu le temps de me préparer. Déçue qu'il ne veuille pas prendre ce que je donne, mais l'arracher.
Il me semble ce soir que, si le principe du lutinage me convient, mon mari n'est peut-être pas digne de ma confiance. Ce n'est pas une question de mode de vie, mais de personne, de confiance, de respect...
Je lui en veux d'avoir pendant 10 ans pris sa liberté sans me rendre la mienne.
J'ai l'impression que pour lui seule son envie d'elle existe ; même l'intérêt de cette jeune fille n'est probablement dans la poursuite telle quelle de leur relation - elle le prend pour son Prince Charmant, qui va quitter femme et enfants pour elle, elle n'a rien compris au lutinage... Peut-être va-t-il le faire d'ailleurs, peut-être n'a-t-il rien compris non plus. Comme si le lutinage était pour lui une carte blanche pour adultère immodéré (puisqu'on n'a plus besoin de se cacher, on fait ce qu'on veut !). J'ai peur.
Et pourtant, nous partageons encore tant de choses...
Est-ce un passage normal dans l'établissement de l'équilibre ? Suis-je encore trop possessive ? Ce n'est pas facile, je n'ai personne d'autre que lui, et je n'arrive pas encore vraiment à m'imaginer avec un autre homme. Est-ce que ses maladresses sont le fait d'un Lutin débutant (ex-mari adultère), ou est-ce qu'il dépasse vraiment les bornes ?

Merci de vos conseils...

#

(compte clôturé)

le lundi 14 février 2011 à 23h41

Liza, je vous remercie tout d'abord du message privé que vous m'avez envoyé et qui me touche infiniment.
Pour répondre à votre question: j'ai le sentiment que VOUS avez compris le fondement du lutinage, au-delà d'ailleurs des rapports amoureux, et que vous êtes sur un chemin de reconquête de vous-même qui va vous faire du bien. Tellement de bien qu'un jour, vous vous surprendrez à trouver un autre homme séduisant, parce que vous vous sentirez bien dans votre peau et que la vie vous semblera passionnante.
Votre mari... je ne le connais pas, donc ne puis le juger, mais pour ce que vous décrivez, il n'a retenu du lutinage que la facilité à avoir un autre amour sans se cacher, sans mentir. En zappant totalement l'attention à l'autre et l'indispensable accord qu'il doit y avoir entre tous les partenaires pour définir ce qui est possible et ce qui ne l'est pas. En sachant que les limites qu'on se fixe correspondent à un moment donné de la relation, et qu'au fur et à mesure, on peut les élargir... ou les réduire selon ses ressentis. A sa décharge, il est en pleine phase hormonale de passion, persuadé de vivre qq chose d'extrordinaire dont vous ne pouvez pas avoir idée! Le nombre d'hommes qui m'ont dit "je suis fou amoureux, tu ne peux pas savoir!" et je leur répondais "mais si, je sais, j'ai été folle amoureuse de toi. Et tu l'as été aussi de moi, il y a ... années." Cela étant, prenez soin de vous. N'hésitez pas, sans hurler, calmement, à lui dire ce que vous acceptez et ce qui vous semble inacceptable. Le respect, vous en parlez, est indispensable. Aucune personne, aussi aimée soit-elle, n'a le droit de vous humilier. Ce n'est pas vous qui êtes possessive, c'est lui qui oublie ses responsabilités, et oublie que le pluri-amoureux, prend soin de tous ses amours, pas seulement du dernier en date. Bon vent!

#
Profil

Clown_Triste

le mardi 15 février 2011 à 09h38

Bonjour Liza,

Délicate situation. Je salue d'ores et déjà ton ouverture d'esprit et ta volonté de trouver une solution. Mais, évidemment, "it takes two to tango" ; il faut donc que ton mari participe également à la démarche, plutôt que de se contenter d'un "adultère autorisé".
Si tu lui prouves ton amour, à sa charge aussi de prouver le sien.
Évidemment, il est nécessaire dans un premier temps qu'il se rende compte de ce qui ne va pas pour toi, et donc de le lui dire sans colère mais également sans ambiguité. Parfois, même avec quelqu'un que l'on connaît bien, le message n'est pas aussi clair qu'on l'imagine. Les hommes ont besoin qu'on leur parle très clairement et au premier degré, c'est bien connu ! ;)
Note que la passion qu'il vit est une bonne explication à une certaine "surdité" mais néanmoins pas une bonne excuse selon moi.

Ensuite, peut-être devrait-il s'intéresser lui aussi à quelques lectures, d'ouvrages consacrés au sujet ou au fonctionnement de l'amour (les livres de Lucy Vincent ou de Serge Chaumier, par exemple).
De toute évidence, il agit de manière plutôt instinctive et avec peu de recul, si l'on en croit ses propos. Pour que le Lutinage fonctionne au-delà de "ma femme m'aime tellement que je peux coucher avec qui je veux, elle ne dira rien", il faut vraiment qu'il mette la main à la pâte.
Dis-le lui (en douceur). Et voyons aussi comment il se comportera avec cette jeune femme qui l'a chamboulé (est-il sincère et clair avec elle ?)...

Pour le reste, je rejoins pleinement l'avis de Françoise. Et je t'invite à t'assurer, au passage, qu'il comprend bien que toi aussi tu peux vivre des choses avec d'autres hommes, si tu en fais le choix.

C.T.

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#
Profil

Liza

le mardi 15 février 2011 à 10h29

Merci pour vos réponses, qui vont m'aider à avancer, en commençant pas l'accueillir calmement ce soir.

Le problème est qu'en ce moment, justement, il suffit que je dise que quelque chose me toucherait ou est un point sensible pour que, d'un coup, ce soit exactement cela dont il a besoin. Je lui dis que j'ai peur qu'il ne soit pris de passion, le lendemain il ne parle plus d'amour mais de passion. J'ai peur de retrouver du parfum, des cheveux dans la voiture si elle y monte, le lendemain il passe la journée avec elle en balade (dans notre voiture, alors qu'elle en a une) et je retrouve - évidemment - des cheveux. Je lui demande, pour l'instant, de prévoir ses soirées avec elle et de me prévenir, le lendemain il veut en improviser une. Peut-être aussi que je ressens ses besoins avant lui et que je les anticipe, créant inconsciemment l'opposition ?
J'ai l'impression que les fils de nos vies ont été emmêlés par le mariage et la vie en commun, je suis assise devant nos échevaux et je démèle attentivement. J'aimerais tant qu'il s'assoie à mes côtés, que nous avancions ensemble. Non, lui rentre en coup de vent, déclare "Je veux ça !", tire une poignée de fils. Certains sont déjà dénoués, certains s'arrachent, d'autres noeuds se resserrent. Et il part le coeur léger, me laissant pantelante, il part non pas pour profiter de la liberté qu'il vient d'acquérir, mais pour emmêler ses fils avec une autre, qui ne partage pas ces idéaux d'autonomie. Et moi je suis déçue par mon impuissance à avancer assez vite, déçue de mes réflexes possessifs qui réapparaissent, triste de me sentir quantité négligeable, incapable de cacher mon désarroi à nos enfants.
Je suis comme la mère d'un adolescent rebelle. Il suffit que je pose une limite pour qu'il la transgresse. Je ne peux ni renoncer à en poser, ni les faire respecter.
Par contre, il a bien compris que je souhaite recouvrer ma liberté, moi aussi, même s'il appréhende ses propres jalousies. Typiquement, il m'a dit au premier moment qu'il voudra que je lui raconte ce qui est mieux ou pas dans ma potentielle future hypothétique liaison. Ce n'est pas le principe, ce sera différent, c'est tout, je n'ai nulle envie de faire des comparaisons. Forcément, cette réaction a soulevé en moi la question : en fait-il, lui, des comparaisons ?
J'espère fort que tout ceci ne sont que les aléas des débuts, que dans quelques semaines ou mois nous en rirons ensemble, mais j'ai peur que ce soient les signes d'un manque d'investissement. Peut-être dû à la force de l'amour qu'il vit, qui prend tout ? Je ne sais pas si je pourrai, dans ces conditions, attendre plusieurs mois que la passion retombe, c'est si dur.

#
Profil

Liza

le mardi 15 février 2011 à 13h26

Une nouvelle hypothèse me vient : est-ce que ça ne pourrait pas être l'habitude de la culpabilité qui le pousse à me mener à bout ? Je m'explique : pendant des années, quand il avait des liaisons, il se sentait coupable, restreint, caché. L'espace qui s'ouvre d'un coup lui fait peur. Il a besoin de provoquer les limites, exactement comme un adolescent, l'image n'était pas mauvaise, besoin de retrouver un peu de sa familière culpabilité...
Est-ce que ça vous paraît plausible ou est-ce que je tente des analyses à six sous ?
Après l'adolescence de la liberté (qui j'espère dure moins longtemps que l'autre adolescence !), l'espoir serait permis de vivre une relation mature et responsable ?

#
Profil

Clown_Triste

le mardi 15 février 2011 à 13h54

Liza, ton hypothèse ne semble pas délirante... mais je doute que nous soyons très bien placés pour en juger, même en admettant que quelqu'un parmi nous ait connu une histoire similaire.

Ce qui me semble important - comme avec un ado, oui - c'est que tu sois claire sur ce qui te gêne et là où tu places les limites pour préserver ton bien-être et ton amour pour lui.
(Même si ces limites peuvent fluctuer dans le temps).

Tout espoir est permis... mais il faut que vous soyez tous les deux d'accord et y travailliez ensemble. Pour l'heure, la conduite de ton mari telle que tu nous la décrit semble nettement égocentrique.
Je vous souhaite de trouver ensemble un meilleur équilibre pour la suite.

C.T.

#
Profil

Liza

le mardi 15 février 2011 à 16h11

Oui Clown_Triste, c'est vrai que ce fil tourne à l'étalage, je finis par me présenter en victime, alors que ma démarche initiale visait à sortir de cette spirale de culpabilisation. Il n'est pas facile de trouver une oreille compréhensive dans un environnement monogamme...
C'est une question de temps, on verra bien et c'est à nous en effet de trouver les réponses.
Merci en tous cas.

#
Profil

Clown_Triste

le mardi 15 février 2011 à 17h12

Loin de moi l'idée de te reprocher de parler de toi ; ce lieu virtuel offre l'occasion de s'exprimer librement et généralement sans être jugé(e) pour ceux qui le souhaitent. Et tu n'es pas la seule à partager ton ressenti et tes questionnements.
Continues donc à le faire si cela te fait du bien et si tu reçois des conseils utiles. Je cherchais surtout à pointer le fait que la réponse, la vraie, ne viendra pas de ce site mais de votre démarche toute personnelle (en lisant les témoignages, tu constateras que les situations et les choix des uns et des autres sont variés).

Je salue à nouveau ta démarche d'ouverture et de compréhension (en plus de l'élégance de ta plume, très agréable)

Bon courage :)

C.T.

#
Profil

selenia

le mardi 15 février 2011 à 22h07

Coucou Liza !
Comme je me retrouve dans tout ce que tu écris !
Mon compagnon s'est aussi découvert depuis quelques mois un amour profond et passionné pour 1 autre femme.
Il me dit m'aimer aussi mais d'un amour affection car selon lui la passion ne peut revnir dans 1 couple qui se connait depuis longtemps comme nous. Je trouve ça très négatif et limite défaitiste alors que mou je pense qu'on peut susciter la passion à tout âge et à tout moment. Il suffit de le vouloir.
Avec elle, il fait des choses qu'il a refusé de faire avec moi : comme partir seuls en week end sans les enfants, sortir au restaurant.
Du coup, tout comme toi, je me sens vraiment délaissée et je compare sans cesse ce qu'elle a par rapport à ce qu'il me donne.
Je lui ai dit tout ça : lui il trouve qu'on fait des choses ensemble mais moi je trouve que ce n'est pas assez. En plus, comme je sais qu'il est complètement accro à elle, quand on est ensemble, j'ai l'impression qu'elle est là entre nous et je ne pense qu'à elle et comment il serait avec elle dans la même situation. Ca devient extrémement polluant dans notre relation et je me rends bien compte que c'est le meilleur moyen pour qu'il se dise "c'est mieux avec elle". C'est plus fort que moi.
Comme vous on a des enfants et je pense que c'est 1 moyen de s'échapper du quotidien et de la difficulté de les éduquer qui le pèse souvent.
Je trouve qu'il est de moins en moins présent pour nous mais lui est persuadé du contraire.
J'ai aussi pensé comme toi que le polyamour m'apporterait plus d'amour de sa part mais à ce jour je trouve qu'on n'a plus rien à se dire.
Il m'a aussi planté hier sans aucun scrupule.
Bref je ne vais pas écrire tout ce que je ressens car je te rejoins sur beaucoup de choses mais je vais te donner mon conseil sur la manière dont je gère cette situation :
- le faire culpabiliser : ça ne fonctionne pas (même en évoquant les enfants ou en lui montrant que je suis vraiment très malheureuse)
- te montrer attentionnée et amoureuse : dans mon cas, ça ne l'empêche pas d'aller la voir.
- lui parler de ce que tu as envie pour te sentir mieux : il m'a alors accordé du temps mais c'était ponctuel.
Conclusion : j'ai décidé moi aussi de profiter et de sortir pour rencontrer de nouvelles personnes et plus si affinité !
Je me suis inscrite à des activités que je n'aurai jamais faites avec lui et c'est génial !
Et surtout, je fais des choses extra avec mes enfants quand il n'est pas là. Cela me permet de penser à autre chose et de ne pas montrer mon désarroi devant eux.
Je ne te cache pas Liza que ce n'est pas rose tous les jours, j'ai parfois des moments de doute énorme sur l'amour qu'il me porte. Quand il est avec elle il m'envoie des sms super agréables mais après quand il est là, je trouve qu'il est plus réservé.
Tu as l'air encore plus avancée que moi sur le fait d'accepter ce mode de vie. Je pense qu'on arrivera toutes les 2 à mieux gérer cette impression d'abandon ou d'abus si nous aussi on vivait 1 rencontre passionnée avec quelqu'un. Il faut être patiente et surtout ne pas être dans l'attente d'un peu de compassion de leur part car tous les 2 semblent être complètement sous l'emprise de ce qu'ils sont en train de vivre.
Pardon d'avoir été aussi longue !
Je te souhaite bon courage et te soutiens dans ces moments et dis toi que tu n'es pas seule effectivement.
Et surtout pour moi ce n'est pas de la possessivité mais on demande juste à être comprise et considérée à part entière sans être mise sur la touche.
Au plaisir de te lire.

#
Profil

Liza

le mercredi 16 février 2011 à 15h02

Bonjour,

Merci beaucoup Selenia pour ton message qui me permet de me sentir moins seule !

Et non, Clown_Triste, je n'ai pas pris ton message pour un reproche, simplement il me montrait que j'attendais une réponse du forum, qu'il ne peut évidemment pas m'apporter, je finissait par me centrer sur mon petit nombril.

Je pense en effet que la culpabilisation n'est pas un bon moyen d'en sortir, simplement parce qu'une situation où un des deux se sentirait coupable et l'autre à la fois victime et bourreau (culpabilisateur) relève du rapport de forces et est, à mon avis, intenable à long ou même à moyen terme. Nous avons parlé hier de cette histoire d'habitude de culpabilité qui laisse un vide ; ça a l'air de raisonner en lui, il me dit qu'il y a peut-être de ça. En même temps, en ce moment il est très influençable : comme il ne réfléchit pas, il est toujours d'accord avec moi.

La prochaine fois qu'il rentrera de chez elle, même et surtout s'il est à l'heure, je l'attendrai, cachée derrière la porte, avec un rouleau à pâtisserie et portant un tablier de cuisine. Et un fichu si j'en trouve un. Je lui dirai que, si c'est la culpabilisation par une mégère qu'il cherche, pas de problème, je peux lui faire des scènes de jalousie même s'il reste dans les limites que nous avons définies...

Dans mon cas, c'est un peu l'inverse du tien, Selenia : j'ai l'impression que, quand il la voit, il oublie tout le reste, et se retrouve incapable de respecter les limites que nous avions fixées ensemble. Quand il rentre, il fait des tirades sur la difficulté de la vie de famille, son travail etc (ça, c'est comme chez toi !). Très vite, il retrouve les filles, se détend et se rend compte que tout n'est pas si noir. Comme, dans ces premières minutes, il arrive à me faire douter du sérieux de son attachement à notre couple et à notre famille, j'ai des appréhensions vis-à-vis de ce qu'il présente à la jeune femme qu'il voit... Mais ce n'est probablement que l'effet du début de première relation suivie "parallèle", il est lui-même encore dans le schéma du tout ou rien.

Vivement la maturité pour tous les deux - moi pour l'autonomie, lui pour le recul !

#
Profil

arky

le jeudi 17 février 2011 à 12h26

Salut,

je n'ai pas, moi non plus de réponse toute faite à vous donner, mais dans ma pratique d'accompagnement, j'ai pu remarquer que la position de celui qui ne connait pas le POLY-amour en premier est la même que celui qui subit le silence d'un partenaire qui s'ennuit ou qui déprime, ou tout simplement qui trompe... j'ai l'impression que c'est juste une occasion comme une autre de se découvrir en tant qu'individu, de se définir et de faire des choix personnels de vie, de goûts ou d'activité ... de s'autonomiser.

Le poly amour n'est peut être pas l'idéal de chacun d'entre nous, je suis astrologue et des personnalités peuvent se présenter comme contrastées, multiples, à plusieurs niveaux avec donc des désirs qui leur ressemblent et d'autres sont très monolythiques ou cohérentes (un signe et un ascendant de même nature) et ont des gouts relativement centrés... l'essentiel dans les crises c'est d'en profiter pour se construire en élliminant ce qui nous fait souffrir (comme on peut) et apprendre des situations qui existent pour progresser. On ne peut pas se forcer pour faire plaisir, cela ne dure pas et c'est archi frustrant!

De toute façon, dans la vie on est toujours seul, pour décider (les conseilleurs ne sont pas les payeurs!), s'engager (les promesses ne tiennent que pour ceux qui les croient), seulement , on peut éviter de se faire souffrir de l'absence de l'autre (qui peut l'être tout en étant assis sur le canapé ou devant l'ordi) en se mettant en position d'isolement ... et faire des moments de solitude (absence de proximité d'autrui) un moment plein de notre présence unique et précieuse.

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#
Profil

Blusher

le jeudi 17 février 2011 à 17h39

Le confort pépère et suffocant d'un côté, de l'autre la maîtresse dont l'attrait est surtout dans la nouveauté (et l'absence de responsabilité).

L'épouse attend au fourneau en se faisant un sang d'encre quand il rentre tard.

On est très loin du couple poly moderne et libéré, cela me rappelle plutôt une image d'Epinal du XIXe siècle. Avec en plus la culpabilité latente de ne pas être assez dans-le-coup et ouverte d'esprit...

undefined
Il me dit m'aimer aussi mais d'un amour affection car selon lui la passion ne peut revnir dans 1 couple qui se connait depuis longtemps comme nous. Je trouve ça très négatif et limite défaitiste alors que mou je pense qu'on peut susciter la passion à tout âge et à tout moment. Il suffit de le vouloir.

C'est plus compliqué que cela mais la biologie lui donne raison. Après quelques années, passé le rush de dopamine des débuts, on entre inéluctablement dans une phase d'amour-compagon.Vivre ça en paralèlle lui donne sa dose d'émotions forte et échapper au quotidien.

Et toi?

Rallumer la flamme du désir et remettre vos corps en transe au contact l'un de l'autre requiert effectivement une volonté partagée. Tu as raison sur ce point. S'il ne t'accorde jamais la chance de faire valoir tes atouts en dehors du foyer familial entre le dîner et le bain de la petite pendant qu'elle part en week-end avec lui, tu ne te bats pas à armes égales.
Surtout, tes besoins ne sont pas comblées: te sentir aimée, séduite, désirée etc.

undefined
Avec elle, il fait des choses qu'il a refusé de faire avec moi : comme partir seuls en week end sans les enfants, sortir au restaurant.

Je réponds spontanément là: il pousse un peu le bouchon là, non?

undefined
Conclusion : j'ai décidé moi aussi de profiter et de sortir pour rencontrer de nouvelles personnes et plus si affinité !

As-tu évoqué cela avec lui? Est-ce déjà arrivé par le passé? Aurait-il la moindre réaction de jalousie?

#
Profil

selenia

le vendredi 18 février 2011 à 10h24

bonjour Blusher et Liza,

Pour répondre à cette dernière question, oui je l'ai évoqué avec lui.
Quand je lui dit que je vois quelqu'un il veut toujours savoir si je suis allée plus loin.
Je lui demande qu'est ce que ça changerait mais il ne sait pas quoi répondre. Je prends donc ça pour de la jalousie mais je ne sais pas trop. Enfin pour l'instant il doit être serein car ce sont juste des relations amicales.
Le comble c'ets quand parfois je lui fait la réflexion qu'il est souvent absent, il me rétorqe que les fois ou il est là , c'est moi qui sort (comme si c'était de ma faute si on ne se voyait pas.
Lui il pense me donner assez et pour moi c'est trop peu.
Je rejoins Liza su ton analyse de la culpabilité, ce n'est pas la bonn manière de gérer ça. Mais moi je ne sais plus quoi faire pour qu'il prenne conscience que je me sens rejetée. Quand il est là il n'est pas du tout amoureux transi et je l'interprète comme si il s'ennuyait avec moi.
Je lui ai demandé qu'on ne se voit plus pendant 1 mois pour voir si on ressent encore quelque chose l'un pour l'autre car j'avoue j'ai du mal à ne pas lui faire de reproche.

je vous laisse il rentre au revoir !

#
Profil

Liza

le vendredi 18 février 2011 à 11h06

Bonjour Blusher,

Je te trouve bien sévère envers Selenia - puisque c'est elle que tu cites - et envers moi par contre-coup, dans la mesure où je me reconnais dans certaines situations qu'elle décrit.
D'abord, la pression sociale ne pousse pas (encore ?) les femmes trompées à se tourner vers le polyamour, mais plutôt à divorcer. La démarche de Selenia (et la mienne !) relève donc d'une volonté d'ouverture authentique et non culpabilisée. Tout le monde ne vit pas dans un milieu hype et branché dans lequel le polyamour est la règle.
Pour moi, cette solution s'est imposée parce que je trouve que mon mari est un père et un compagnon formidable, que manifestement il a besoin des frissons des relations débutantes, que je ne peux plus les lui offrir (là il faut se rendre à l'évidence) et que - tout bien réfléchi, ça n'a pas été simple- je ne vois pas de quel droit je les lui interdirais dans la mesure où elles ne remettent pas en cause la stabilité de notre famille.

Bien sûr, il est hors de question de tomber dans le schéma mari volage-femme éplorée, qui est aussi toxique pour l'un que pour l'autre, à mon avis. Seulement, au début, un certain déséquilibre est inévitable, dans la mesure où lui a déjà une liaison et que moi, j'ai du mal à me sentir entière en-dehors du couple. Dix ans de couple fusionnel tuent l'identité (enfin pseudo-fusionnel, puisque lui avait repris sa liberté en oubliant de me rendre la mienne, et là je lui en veux). Mais ça, c'est à moi de le régler - un tour chez le coiffeur, du sport pour se faire plaisir, des soirées avec les copines à draguer dans les bars, et l'indentité sexuelle réapparaît. Pas seulement sexuelle d'ailleurs, mais le Moi non dilué dont tu parlais dans ton fil de présentation. Selenia, si je peux me permettre un conseil, il me semble que tu te définis encore par rapport à lui. Cette impression d'être amputée d'une partie de soi-même à la dissolution du couple fusionnel, semble encore très forte chez toi, c'est peut-être ce qui te bloque pour te reconstruire, et lui pour se rapprocher de toi (peur d'être hâpé).

Oui, mon mari sera sûrement jaloux le jour où je ne rentrerai pas pour passer ma nuit avec un autre homme, mais il fera comme moi aujourd'hui : il prendra sur lui et me demandera si la soirée a été agréable. Et il se sentira sûrement, malgré tout, mieux dans sa peau dans l'égalité restaurée (et dans le cas contraire, c'est tant pis pour lui - je ne veux pas dire que je ne prendrai pas ses sentiments en compte,mais qu'un effort de sa part sera obligatoire).

Par ailleurs - chez nous encore - un des problèmes vient du fait que lui vit les choses sans les intellectualiser - il a envie, il fait - et ne prend pas de recul (enfin, depuis hier, ça a l'air d'aller mieux). D'où l'impression pour moi, comme disait Clown_Triste, de danser le Tango seule. Mais ça aussi, c'est une question de temps, il va finir par reprendre le dessus sur ses hormones et intégrer les concepts. Je suis optimiste, aujourd'hui !

Bref, il y a plusieurs chemins pour arriver au polyamour ; le nôtre n'est pas le plus brillant, mais il vaut ce qu'il vaut, il faut juste le parcourir jusqu'au bout.

Merci pour ce commentaire qui m'a bousculée et fait réfléchir !

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#
Profil

selenia

le samedi 19 février 2011 à 10h52

coucou Liza !
je n'avais pas mal pris la réflexion de Blusher mais ce que tu as écrit me fait moi aussi bcp réfléchir.
Je me retrouve dans tout ce que tu dis à la seule différence que mon compagnon n'a jamais été volage bien au contraire !
Du coup , je suis tombée de très haut et j'ai encore très mal car tout ce qu'il fait ne lui ressemble pas du tout. Par contre, contrairement àa ce que tu penses, on n'était pas 1 couple fusionnel, ni romantique et ça me fait du mal de voir qu'avec elle il est comme ça alors qu'il ne l'était pas avec moi.
Je suis sans cesse dans la comparaison car moi aussi j'aimerai connaître ce bonheur de l'amour fou des débuts qu'il ne m'apporte plus. J'en suis très malheureuse car j'ai besoin de me sentir aimée.
Comme tu le dis, il fait ce qu'il a envie sans se soucier des conséquences et de ce que je peux ressentir.

Je te cite ici, pour juste dire 1 chose,
"Pour moi, cette solution s'est imposée parce que je trouve que mon mari est un père et un compagnon formidable, que manifestement il a besoin des frissons des relations débutantes, que je ne peux plus les lui offrir (là il faut se rendre à l'évidence) et que - tout bien réfléchi, ça n'a pas été simple- je ne vois pas de quel droit je les lui interdirais dans la mesure où elles ne remettent pas en cause la stabilité de notre famille."

Je n'aurai jamais choisi le polyamour s'il n'avait pas agi ainsi. Seulement il ne peut pas se passer d'elle, il veut vivre avec moi et nous avons 1 famille. Par contre aujourd'hui je trouve que ça remet en cause notre équilibre familial. C'est certainement 1 peu de ma faute car je lui fais sans cesse des reproches sur son comportement avec moi.
J'attends plus de lui et il me dis être freiné par mes réactions. Bref on tourne en rond !
Je reste persuadée que mon équilibre affectif sera rétabli si lui ou quelqu'un d'autre m'apporte l'amour dont j'ai besoin.
Je suis d'accord ,il faut du temps mais parfois on passe par des phases d'optimisme ou de doute et l'humeur changeante n'aide pas à acquérir 1 sérénité.
Je suis prête à ce qu'on se serre les coudes Liza pour rester sur la bonne lancée !
Bien à toi !

#
Profil

Blusher

le dimanche 20 février 2011 à 13h41

Je ne voulais pas être sévère dans ma réaction.

Sélenia
Je n'aurai jamais choisi le polyamour s'il n'avait pas agi ainsi. Seulement il ne peut pas se passer d'elle, il veut vivre avec moi et nous avons 1 famille. Par contre aujourd'hui je trouve que ça remet en cause notre équilibre familial. C'est certainement 1 peu de ma faute car je lui fais sans cesse des reproches sur son comportement avec moi.

A la lecture des réactions de Sélenia et liza, J'ai pensé à quelques paragraphes que je vous posterai sans tarder. Un truc tout simple pour éviter que la communication tourne en rond.

Courage les filles.

#
Profil

lets

le dimanche 20 février 2011 à 14h38

Je suis dans la même situation que vous SELENIA et Liza, si ce n'est que moi j'ai mis plus de temps que vous à prendre du recul et que ça a fait beaucoup de mal à mon couple.
BLUSHER "Un truc tout simple pour éviter que la communication tourne en rond" ... j'avoue que ça m'intéresse.

#

Le Lutin Vert (invité)

le dimanche 20 février 2011 à 20h10

Ce fil me laisse perplexe mais je me permet d'intervenir.
J'ai la "désagréable" impression que les relations que vous vivez Liza et Selenia sont des trahisons à un degré où un autre. Loin de moi l'idée de dire qu'il n'existe qu'un seul moyen de vivre son polyamour (c'est totalement faux) mais je pense que vous n'êtes pas ("encore" ?) dans une relation polymoureuse mais plutôt dans une relation adultérine consentie.
Je m'explique : premièrement j'ai l'impression que c'est ainsi que le perçoivent vos compagnons, à savoir je vais voir ailleurs (sans que cela soit forcément consenti) et qu'importe ce qu'en pense bobonne à la maison. Deuxièmement, et qui vient étayer mon premier point, c'est vous qui vous renseignez sur le polyamour et pas eux. Ils ne cherchent pas à savoir le pourquoi ou le comment, les causes ou les conséquences de qu'ils éprouvent et vivent.
J'ai l'impression que le polyamour est trop souvent une excuse idéale pour l'adultère : "Ah ? en fait si je trouve ma femme depuis 10 ans c'est juste que je suis polyamoureux et pas un salop" ou vu du côté de la femme "Ah ? en fait je ne me suis pas faite trompée, mon compagnon est juste polyamoureux". Je ne doute pas que certains polyamoureux qui s'ignorent n'aient commencé par un relation adultérine mais il me semble plus prudent de penser que si un homme trompe sa femme ce n'est pas du polyamour en sommeil.
Je pense que vos compagnons ont mal compris le défi du polyamour et quand vous leur avez dit : "vis tes amours plurielles" ils ont compris "éclate toi comme tu veux à gauche et à droite je ne dirais rien". Il est important qu'ils comprennent que ce n'est pas parce que votre couple laisse la possibilité aux relations plurielles qu'ils ont tous les droits, et cela peut passer par la pose de règles simple mais dont la transgression ne restera pas sans conséquences (ne pas utiliser la voiture du couple, ne pas s'afficher en public, se raconter les choses, ne pas aller au-dela d'un certain point). C'est la pose de ces règles propre à chaque "couple" (même au sein d'un trio amoureux) qui fait de chaque relation polyamoureuse, un défi unique.

LLV

#
Profil

zina

le dimanche 20 février 2011 à 20h52

-

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

Romy

le lundi 21 février 2011 à 04h46

Zina et Lutin, votre vision ne tient pas compte des aléas du désir et des situations... Dans un monde idéal (et encore...qui veut un monde idéal?) tout ce passerait dans l'honnêteté absolue, le respect, la tolérance et l'altruisme. Mais on ne contrôle pas tout. Et parfois, on a juste envie de vivre et on se fout un peu du reste... Sélénia et Liza, j'ai vécu votre situation et je trouve que vous vous en tirez très bien. C'est beau à lire. Que vos amoureux ne se questionnent pas sur le polyamour présentement...et qu'ils soient éventuellement jaloux eux aussi si un jour vous rencontrez quelqu'un, ça me parait tout à fait plausible et compréhensible. Ça ne signifie pas pour autant qu'on abuse de vous présentement... Ce sera à eux par la suite à faire leur bout de chemin. Et il faut être forte et ne pas succomber au chantage :-) Je pense que tout dépend de la dynamique du couple. On se fout un peu des mots, polyamour, lutinage, adultère consentant...Dans le fond, on sait ce qu'on a à faire à l'intérieur de nous. Moi je vous dis plutôt d'écouter votre petite voix.
xx

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion