Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Partagée entre deux hommes : entre envie de faire plaisir et culpabilité

Témoignage
#
Profil

PerdueCaMeBouffe

le mardi 29 avril 2014 à 18h39

Bonjour,

Voilà j'ai besoin de parler. C'est ce qui me bouffe depuis un peu plus de 3 ans. Je vais essayer de raconter mon histoire, du mieux que je le peux.

Donc voilà, tout commence y'a plus de 3 ans, à l'époque j'étais célibataire et bien comme ça. Après une rupture de vie commune de 6 ans et quelques essais de remise en couple infructueuses et plutôt décevantes. J'ai décidé d'assumer mon célibat. Donc à l'époque je faisais des rencontres comme on dit "pas sérieuses". J'en ai pas eu beaucoup quelques unes seulement, quelques aventures sans lendemain et la dernière une relation d'ami-amant plus suivie. Cette relation a durée quelques mois. Ce fut une relation à la fois très intense et très complice, sur beaucoup de plans, au niveau affectif, émotionnel, cérébral et sexuel. Mais c'était une relation en huis clos, c'est à dire que nous nous voyons chez lui ou chez moi, juste entre nous deux et jamais à l'extérieur. Et bien entendu alors que je ne le souhaitais pas, cette intimité a fait qu'au bout d'un certain temps des sentiments se sont plus ou moins développés.

Parallèlement, à ce moment là, j'ai fait la connaissance d'un homme qui me semblait être quelqu'un de bien, quelqu'un de gentil et d'attentionné, avec qui je me suis vu davantage me projeter. Nous nous sommes donc rencontrés et avons appris à faire connaissance. Cependant en même temps j'ai senti que mes sentiments envers mon ami-amant se faisaient se ressentir plus fortement. J'ai donc suivi ce que mon cœur me dictait et je lui en ai parlé. Je crois que mes révélations lui ont fait peur, il s'est un peu défendu en disant qu'il n'était pas quelqu'un d'assez bien pour moi etc. Bref, sentant qu'il y était plutôt réfractaire, je me suis rétractée, disons que j'ai décidé de garder pour moi ce que j'avais sur le cœur et de "passer à autre chose". J'ai donc lâché-prise face à cet ami-amant et j'ai décidé de me rapprocher davantage de cet homme que je venais de rencontrer. Notre relation a démarrée doucement, nous avons pris le temps d'apprendre à nous connaître avant qu'il ne se passe quelque chose de sexuel entre nous. Je voyais toujours mon ami-amant durant cette période et j'avais mis au courant de cette relation l'homme que je venais de rencontrer. Homme pour qui cela à priori ne semblait pas poser de problème. (Je précise que je suis quelqu'un de transparente dans mes relations, je ne suis pas du genre à cacher les choses et je préfère toujours dire la vérité, à tort ?).

Donc voilà, j'ai vécu sur une courte période dans ma vie, une sorte de relation triangulaire, qui j'avoue me satisfaisait pleinement. C'est bizarre à dire mais je retrouvais chez ces deux hommes une sorte d'idéal. Bien entendu cela n'allait pas durer. Car cet homme au bout de 2 ou 3 mois s'est attaché à moi et n'avait plus envie de "me partager" avec un autre homme. Ce que j'ai compris bien sûr. J'ai donc agis en conséquence et ai mis les choses au point avec mon ami-amant, même si cette rupture était douloureuse à la fois pour lui et pour moi, car malgré tout nous avions beaucoup d'affection l'un pour l'autre. J'ai tout de même gardé contact avec lui à distance, j'ai appris que 2 mois après il rencontrait une fille et j'étais heureuse pour lui.

Sauf que voilà, très vite mon ami-amant et moi-même avec qui j'étais très proche et qui était à la fois une sorte de confident pour moi et inversement, nous sommes aperçus que nous éprouvions chacun une sorte de frustration au niveau sexuel avec nos partenaires respectifs. Cette frustration était légitime car ensemble nous avions vécu une véritable osmose à ce niveau là, sans compter que de mon côté l'homme avec qui j'étais rencontrait des troubles sexuels bien réels. Mon ami-amant était partisan du fait que nous nous revoyons "en cachette", alors que de mon côté il me semblait impossible d'envisager ce genre de chose. Je ne pouvais pas tromper l'homme avec qui j'étais, c'était inconcevable pour moi. A cette période j'ai voulu couper les ponts avec mon ami-amant tant ses frustrations, ses sous-entendus et ses tentatives pour me ramener à lui étaient nombreuses. La tentation était grande, d'une part déjà du fait que les problèmes sexuels de mon compagnon perduraient (cela a duré près d'un an) et d'autre part je luttais contre mon envie de satisfaire un homme (mon ami-amant) pour qui j'éprouvais encore des sentiments. Ce fut très difficile pour moi mais je coupai les ponts avec lui. Ils se passèrent de nombreux mois sans que nous soyons en contact, lorsqu'un jour il m'envoya un mail dans lequel il m'exprimait toute sa difficulté à ne plus avoir de mes nouvelles, à ne pas savoir comment j'allais. Je ne pu résister à l'envie de lui répondre et progressivement nos dialogues à distance ont repris.

Petit à petit ses envies de me revoir ont refait surface et ma culpabilité avec. L'envie et le désir était partagé, mais je ne pouvais m'y résoudre, je savais très bien que si l'on se revoyait il se passerait quelque chose, tant l'attirance entre nous était forte. Je "coupais donc les ponts", une seconde fois... Des mois à nouveau passèrent. Mais cette "connexion" entre nous était toujours présente. C'est difficile à expliquer mais même à distance c'est quelqu'un que j'arrive "à sentir" et réciproquement. Il y a une sorte de lien très fort, une sorte de lien empathique que je ne saurais expliquer, qui nous unit. Et un jour je rêve de lui, mais d'un rêve qui me parait très réaliste, où je ressens intensément qu'il est en difficultés dans sa vie. Cette sensation au réveil a été si forte que je décide de lui envoyer un mail dans lequel je lui fait part de mon sentiment. Mail dans lequel je précise que ce n'est pas une reprise de contact, mais simplement un ressenti très fort qui m'oblige à venir vers lui, à prendre de ses nouvelles. Il ne me répond pas de suite, mais 15 jours après, il confirme mon ressenti tout en me disant que cela va mieux pour lui maintenant et il me dit qu'à son tour il sent que c'est moi qui ne vais pas bien. En effet, je traversais à mon tour une période difficile, j'étais plutôt mal et je n'ai pu refuser cette main tendue qu'il me proposait. Nous avons donc échangé durant quelques temps des mails dans lesquels nous partagions ce que nous vivions, puis les conversations instantanées ont reprises, ainsi que l'envie de se revoir...

Au fil des échanges il se montrait moins oppressant sur ses envies sexuelles, les mots qu'il utilisait était plus tendres. Ce qui m'a rassurée sûrement et j'ai accepté de le revoir, en tout bien tout honneur. Nous nous sommes donc revus, il n'y a rien eu de sexuel, nous avons longuement discutés, nous nous sommes pris dans les bras et chacun a repris sa vie de couple.

(Je tiens à dire que mon compagnon a toujours été au courant de ces reprises de contact et de ces retrouvailles, je l'en ai toujours informé, il a toujours su).

Durant les mois qui suivirent nous continuons nos échanges via la messagerie et un peu par téléphone, lorsqu'un jour il m'explique qu'il a vraiment besoin que nous ayons une dernière fois des rapports sexuels ensemble, qu'il sent qu'il a réellement besoin de ça pour tourner définitivement la page, comme si notre histoire n'avait pas été achevée et que ce moment permettrait d'y apporter une fin.

Je ne peux m'y résoudre, il m'est impensable de tromper mon compagnon. Par ailleurs je ne comprends pas que coucher une dernière fois ensemble permette de tourner la page, au contraire.
Cependant je décide d'accepter de le revoir, mais avec la ferme intention de ne pas céder à son souhait et que cette dernière rencontre nous permettent de se dire au revoir. Un jour et une heure est fixée. Je l'attends.

Mais il me fait faux bond, il ne vient pas, je suis en colère, je me dis qu'il a du "ressentir" que je ne lui offrirais pas ce qu'il désire et que du coup il se défile. Je lui envoie un dernier texto de rupture assez "violent" dans lequel je lui demande de sortir définitivement de ma vie. Son excuse est qu'il est malade et ne pouvait se déplacer. Je décide de ne pas y croire et coupe le dialogue.

Plus de nouvelles à nouveau durant plusieurs mois... Quand, il y a quelques jours seulement, je passe sur un tchat pour discuter, j'accepte une seule discussion au hasard, nous discutons ensemble, qu'en au fur et à mesure du dialogue il est pris d'un doute et moi aussi. Il s'avère que c'est lui... Il me parle des regrets qu'il a eu en rapport à notre dernier échange textuel, que cela a été brutal, qu'il n'a pas compris... Nous sommes interrompus, il doit partir. Le lendemain je retourne sur le tchat en espérant le recroiser, il est là. La discussion reprend, nous finissons de nous donner des explications sur ce qu'il s'est passé. Puis, encore, l'envie de se revoir... Il propose de passer me voir en fin d'après-midi, j'accepte, j'ai envie de le revoir aussi...

Il est chez moi, on se prend dans les bras, on se serre très fort, j'en tremble, lui aussi je crois. C'est fort. Mais je sens que ça "dérape", son affection vis à vis de moi se transforme en tension sexuelle. J'en ai envie aussi mais me retient. Il n'en peux plus, il m'embrasse, il me caresse la poitrine... Je le laisse faire, je ne me sens pas la force de résister. En revanche je lui dit que je ne peux pas lui apporter plus, je ne peux pas le toucher, je suis déjà pleine de remords et de culpabilité vis à vis de mon compagnon, je regrette déjà... Mais c'est déjà trop tard... Je ferme les yeux et je le laisse aller au bout de son plaisir, seul...

S'en est suivit un long moment où nous avons discuté, échangé sur nos vies respectives, sur nos vies de couple, sur nos découvertes, sur ce que nous ressentions, puis il est parti, retourné à sa vie.

Voilà et depuis, c'était avant-hier, je le vis très mal, je suis rongée par le remords, par la culpabilité, je n'ai pas réussi à joindre mon compagnon encore, il n'est pas là actuellement. Mais je vais lui dire, je ne peux pas ne pas lui dire, j'ai peur, j'ai peur pour nous, j'ai peur de sa réaction, mais je dois assumer, je l'ai toujours fait.

Bien sûr on pourra me dire qu'il fallait dire "non", que c'était simple à faire... Mais ça ne l'était pas pour moi... . Je n'ai pas su aborder les choses différemment, j'ai essayé de penser à la fois à mon compagnon et à la fois à mon ex ami-amant en même temps, j'ai essayé de trouver une sorte de "compromis", afin que l'un puisse obtenir "un minimum" sans que cela lèse trop l'autre.

Voilà je ne sais pas quoi dire d'autres, j'avais besoin de parler... Besoin de m'épancher, de me livrer...
Si mon histoire vous inspire quelque chose, un conseil, un partage, un avis, il sera le bienvenue.

Ma question est : Suis-je une polyamoureuse ? Est-ce que ça ressemble à du polyamour ?

Je n'ai pas réussi à faire court, j'en suis désolée et je remercie ceux qui auront eu le courage de me lire jusqu'au bout.

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#

(compte clôturé)

le mardi 29 avril 2014 à 20h23

Je te trouve plus polyaffective que polyamoureuse dans ton raisonnement. Sauf qu'il arrive souvent que quand le sexe intervient dans une relation, ne serait-ce qu'une seule, la mémoire du corps et du désir prend le pas sur la raison. YA Thalmann explique cela très bien dans l'un de ses livres ("gérer ses ex", je crois ou alors "les 10 plus gros mensonges sur l'amour et la vie de couple"). Enfin je ne sais plus, j'ai lu tellement d'ouvrages de cet auteur...

Es tu poly ? Ton désir de transparence et d'honnêteté est flagrant et te caractérise. Ta volonté d'embellir ces deux amours simultanément et de pouvoir bien le vivre personnellement te caractérise également. Ta volonté de rester monosexuelle m'incite à te définir plus comme polyaffective (ce qui ne veut pas dire que l'on ne recherche pas une vie sexuelle belle et surtout épanouie).

Le fait que la relation avec ton ami-amant soit épisodique m'interpellerait à ta place. Ce n'est jamais bon, je pense, ce type de relations.

#
Profil

bodhicitta

le mardi 29 avril 2014 à 21h20

Je pense que tu n'y verras pas trés claire tant que la culpabilité te tiendra, tu ne peut etre objective.
La culpabilité fait bien trop de dégâts pour bien des persones, elle paralyse et nous dupe.

Bon là c'est mon avis: la vie est parfaite elle nous offre tout ce dont on a besoin, on ne traverse rien sans raisons, sans qu'on puisse en tirer quelque chose, de positif pour nous.
En effet des fois c'est pas facile à voir

PerdueCaMeBouffe
Mais je vais lui dire, je ne peux pas ne pas lui dire, j'ai peur, j'ai peur pour nous, j'ai peur de sa réaction, mais je dois assumer, je l'ai toujours fait.

C'est extra, de là ça va te liberer de cette culpabilité. Vous allez pouvoir en parler et de là, écoutes toi, écoutes ton coeur, tes envies, sois honnétes avec toi méme.
Cette idéal, que sont ces 2 hommes, pourquoi l'étouffer?
Pour moi tu es belle et bien polyamoureuse

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

Polypoli

le mercredi 30 avril 2014 à 12h03

Bonjour,
Garde bien à l'esprit qu'en te déchargeant sur ton conjoint, de la culpabilité qui te ronge, tu vas tout d'abord lui révéler ta trahison, donc le peiner puis le faire culpabiliser à son tour...Ça risque fort de provoquer des dégats sur votre relation...tout ça pour une partie de jambes en l'air qui semble n'avoir pas été sensationnelle pour toi...
Garder un secret, même peu reluisant, peut souvent préserver une relation amoureuse féérique...
Le révéler permet de mettre fin de façon très pratique à une relation bancale...
A toi de choisir....

#
Profil

bodhicitta

le mercredi 30 avril 2014 à 12h38

Polypoli tu penses vraiment que ce n'est qu'une partie de jambes en l'air?

PerdueCaMeBouffe
Des mois à nouveau passèrent. Mais cette "connexion" entre nous était toujours présente. C'est difficile à expliquer mais même à distance c'est quelqu'un que j'arrive "à sentir" et réciproquement. Il y a une sorte de lien très fort, une sorte de lien empathique que je ne saurais expliquer, qui nous unit.

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#

(compte clôturé)

le mercredi 30 avril 2014 à 14h20

Ce n'est pas qu'une partie de jambe en l'air

#
Profil

PerdueCaMeBouffe

le vendredi 02 mai 2014 à 18h25

Bonjour gcd68, bodhicitta8 et Polypoli,

Merci à vous trois d'avoir pris le temps de me lire et de m'écrire, j'apprécie énormément.

J'ai pris en compte tout ce que vous m'aviez dit et certains avis m'ont paru plus "justes" que d'autres.

Déjà pour te répondre gcd68, je m'en excuse par avance, mais je ne connais pas le terme "polyaffectif", du moins j'imagine que c'est avoir le sentiment, le besoin d'éprouver de l'affection pour plusieurs personnes. Peut être que cela me caractérise, je ne sais pas, tout ce que je sais c'est que j'ai un besoin (presque "pathologique" peut être...) de m'investir dans mes relations, qu'elles soient amicales ou sentimentales. J'aime les relations fortes et intenses, où j'ai besoin de sentir une connexion, une fluidité et une profondeur dans l'échange à tous les niveaux, émotionnel, affectif, cérébral... Mais je me rends bien compte que c'est à double tranchant, ces trop grandes attentes sont proportionnelles aux déceptions vécues. J'ai envie d'apprendre à moins m'investir personnellement afin de davantage me préserver. J'ai beaucoup de travail à faire à ce niveau là.

Sinon je voulais apporter une précision, quand tu dis : "Ta volonté de rester monosexuelle m'incite à te définir plus comme polyaffective", en fait c'est une volonté qui découle essentiellement du fait que mon compagnon est exclusif et que je n'ai pas envie de le faire souffrir. Même si j'ai bien conscience que ça a déjà été le cas...

Enfin si ma relation avec mon ami-amant était épisodique, c'est bien du au fait que j'ai tout fait pour mettre de la distance de mon côté pour tâcher de préserver au mieux les sentiments de mon compagnon.

bodhicitta8, je suis bien d'accord le poids de la culpabilité n'aide pas à être objectif, celui-ci nous plonge littéralement dans le flou. Quand tu dis que : "La vie est parfaite elle nous offre tout ce dont on a besoin, on ne traverse rien sans raisons, sans qu'on puisse en tirer quelque chose, de positif pour nous", je partage complètement ton avis. Et là je ferais le lien avec la référence de gcd68 concernant YA Thalmann que je ne connaissais pas mais je me suis un peu renseignée et qui dit que "Tout ce qui t'arrive est pour ton bien". C'est juste... même si au moment où nous vivons les évènements nous n'en voyons pas forcément la finalité.

Mes aveux ont été formulés, cela n'a bien sûr pas été facile à dire et encore moins à les entendre pour lui... Ce fût un moment très difficile à vivre pour nous deux. J'ai eu l'impression de "lâcher une bombe" dans mon couple. Je m'attendais à ce que mon couple vole en éclats, à ce que cela nous détruise, ça aurait pu... Et bien bizarrement j'ai l'impression que cela a eu l'effet inverse, ça nous a rapproché et c'est très surprenant... On ne s'attendait franchement pas à cet effet là... Comme si nous étions redevenus aussi proches qu'au premier jour, que nous étions en train de nous redécouvrir. La vie est bien surprenante n'est ce pas ?

Autrement pour répondre à cette question : "Cet idéal, que sont ces 2 hommes, pourquoi l'étouffer ?" Comme je l'ai dit déjà pour préserver mon compagnon et puis la situation est plus complexe qu'il n'y parait... Mon ami-amant est en couple lui aussi, en revanche sa petite amie n'a certainement pas connaissance de mon existence et il n'a bien sûr aucune intention de lui parler de ce qu'il s'est passé entre nous ce jour-là. Je ne veux pas être une briseuse de couple et je n'aimerais pas non plus avoir un statut de maîtresse, ça va à l'encontre de ma moralité.

Enfin pour répondre à Polypoli, j'avais bien conscience de tout cela en lui avouant, que j'allais le peiner, plus que ça même, le faire souffrir..., peut être le faire culpabiliser à son tour et risquer de provoquer des dégâts dans notre relation, au pire que cela la détruise... Mais j'ai agi en connaissance de cause, c'était un choix réfléchi et puis ma conscience m'empêchait de réagir autrement.

Je ne me sens pas en accord avec ton discours lorsque tu dis que : "garder un secret, même peu reluisant, peut souvent préserver une relation amoureuse féérique", ça ne me parle pas, j'admets qu'on puisse voir les choses ainsi, mais c'est tellement éloigné de ce que je suis, pour ma part voir les choses ainsi ce serait me mentir à moi-même et mentir à l'autre et ça je ne le peux pas.

Tu dis aussi que "Le révéler permet de mettre fin de façon très pratique à une relation bancale", mais je te dirais aussi que le révéler peut aussi permettre de mettre en lumière toute la beauté d'une relation. "A toi de choisir...", merci, j'ai fait mon choix et je ne le regrette absolument pas.

Je n'ai jamais vu ce que j'ai vécu comme une simple "partie de jambes en l'air", c'est franchement l'expression la plus opposée qui soit à celle que j'utiliserais pour tenter de définir mon ressenti personnel concernant la vision que j'avais de cette relation. En revanche, je pense que cette expression sonnerait tout à fait juste dans la tête de mon ex ami-amant, je réalise même que s'il était là il partagerait très certainement tes propos Polypoli, quant à sa propre relation avec sa petite amie, je dirais même qu'il aurait pu les écrire à ta place.

J'ai fini par ouvrir les yeux quant à cette relation et je crois bien que tout ce que j'y ai vu de beau, de fort et d'intense je l'ai vécu seule finalement, c'est un peu difficile à admettre, mais je me suis nourrie d'illusions, de belles illusions...

Je vous remercie tous les trois pour votre "contribution" et vous souhaite beaucoup d'amour.
(Le lieu a l'air approprié pour ça... :)).

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

LuLutine

le samedi 03 mai 2014 à 00h03

PerdueCaMeBouffe
(Je précise que je suis quelqu'un de transparente dans mes relations, je ne suis pas du genre à cacher les choses et je préfère toujours dire la vérité, à tort ?).

Non, pas à tort, ni nécessairement à raison d'ailleurs ; pour moi ça veut juste dire que tu es polyamoureuse (ou en tout cas, dans une démarche très proche). :)
Relations non-exclusives dans lesquelles tous les partenaires sont au courant : ça, c'est du polyamour.

PerdueCaMeBouffe
Mais cette "connexion" entre nous était toujours présente. C'est difficile à expliquer mais même à distance c'est quelqu'un que j'arrive "à sentir" et réciproquement. Il y a une sorte de lien très fort, une sorte de lien empathique que je ne saurais expliquer, qui nous unit.

Je ne sais pas si c'est difficile à expliquer, mais c'est facile à comprendre :)

gcd68
Le fait que la relation avec ton ami-amant soit épisodique m'interpellerait à ta place. Ce n'est jamais bon, je pense, ce type de relations.

Je ne suis pas d'accord avec cette analyse. Les coupures ne me choquent pas vu comment ça s'est passé...
A chaque fois, c'était pour éviter de "déraper" qu'elles ont eu lieu. Et je pense que ces coupures de contact ont modifié une situation qui aurait pu être équilibrée.
Mais si "PerdueCaMeBouffe" (pas très heureux comme choix de pseudo peut-être, à long terme ?) avait la possibilité de vivre en polyamoureuse, il n'y aurait pas ces épisodes selon moi.

Comme elle le dit elle-même :

PerdueCaMeBouffe
Enfin si ma relation avec mon ami-amant était épisodique, c'est bien du au fait que j'ai tout fait pour mettre de la distance de mon côté pour tâcher de préserver au mieux les sentiments de mon compagnon.

---------------------
---------------------

PerdueCaMeBouffe
tout ce que je sais c'est que j'ai un besoin (presque "pathologique" peut être...) de m'investir dans mes relations, qu'elles soient amicales ou sentimentales.

Si c'est pathologique, alors on est au moins deux à être malades !!! :P

PerdueCaMeBouffe
J'ai envie d'apprendre à moins m'investir personnellement afin de davantage me préserver.

Oui, s'adapter à ce qu'il y a en face en somme (une personne moins investie, par exemple).
Effectivement ça s'apprend avec le temps, et je l'ai appris, pour me préserver comme tu dis.

PerdueCaMeBouffe
Je ne veux pas être une briseuse de couple et je n'aimerais pas non plus avoir un statut de maîtresse, ça va à l'encontre de ma moralité.
pour répondre à Polypoli, [...]
Je ne me sens pas en accord avec ton discours lorsque tu dis que : "garder un secret, même peu reluisant, peut souvent préserver une relation amoureuse féérique", ça ne me parle pas, j'admets qu'on puisse voir les choses ainsi, mais c'est tellement éloigné de ce que je suis, pour ma part voir les choses ainsi ce serait me mentir à moi-même et mentir à l'autre et ça je ne le peux pas.

Idem pour moi ; et c'est vrai qu'avec une personne dont je saurais qu'elle ment (ne serait-ce que par omission) à un(e) autre partenaire, je refuserais d'entretenir toute relation amoureuse ou sexuelle.
Quand je te lis, je pense que tu as bien l'étoffe d'une polyamoureuse. (Pas seulement parce que tu vois les choses comme moi et que je suis poly, mais surtout parce que l'honnêteté est au centre des relations poly.)

PerdueCaMeBouffe
J'ai fini par ouvrir les yeux quant à cette relation et je crois bien que tout ce que j'y ai vu de beau, de fort et d'intense je l'ai vécu seule finalement,

Mais...selon moi, aucune relation n'est vécue de la même façon par les protagonistes !
Alors bien sûr, il y a des fois où on peut raisonnablement supposer (en discutant de son ressenti par exemple) qu'on la vit d'une façon proche.
Mais j'aurais envie de te dire qu'au fond, aucune relation n'est symétrique, on ne vit jamais les choses que seul, de son côté, puisqu'on n'est pas dans la tête de l'autre (ou des autres) !

Donc, si ça a été intense, beau et positif pour toi, où est le problème ? Tant mieux, non ?!
Et j'aurais presque envie de dire : tant pis pour l'autre s'il l'a vécu de façon moins intense ! Il est passé à côté de quelque chose, pour sûr ! :)

#
Profil

Lagentda

le dimanche 04 mai 2014 à 10h59

J'aurais tendance à penser que tu as beaucoup de caractéristiques de la polyamoureuse (sachant que le polyamour est un terrain vague, plutôt qu'une église - peu de dogmes, et beaucoup de variations, évolutions possibles) :
-tu es capable d'aimer et fréquenter plusieurs personnes (bien sûr différemment l'un de l'autre)
-tu privilégies la transparence

En fait, tu es dans le cas classique de quelqu'un qui est au fond polyamoureux, mais qui est en couple avec quelqu'un qui est mono (assez ouvert, et c'est bien).

Tu dis toi-même que tu as raconté l'essentiel de tes aventures et interrogations à ton compagnon...et que finalement, si tu as limité tes entrevues avec ton ami-amant, c'est pour ne pas le faire souffrir...(pour reprendre des expressions que j'avais vu dans un autre sujet, tu es finalement plus proche de la responsabilité que de la culpabilité,...)

J'aurais voulu t'interroger sur la manière dont la communication se passe avec ton compagnon...Lui racontes-tu tout des faits et surtout des interrogations ? Lui demandes-tu son avis, ses conseils, voire ses consignes ? En exprime-t-il ?

Sinon, pour conclure, j'aborderais l'aspect "ouvrir les yeux quand à cette relation avec ton ami-amant". Je partage assez l'avis de Lulutine. Il n y a pas de mal finalement à ce que lui et toi n'ayez pas vécu la relation symétriquement, bien que tu aies eu l'impression (et lui peut-être) que vous étiez parfaitement sur la même longueur d'onde. En fait, je ne pense pas qu'il faille a priori ne jamais chercher de connexion dans une relation à deux...Mais, il faut accepter finalement que dans une relation à deux, il y ait au moins trois temps :
-un temps où on cherche (et on arrive) effectivement à se mettre sur la même longueur d'onde...trouver un peu de l'âme soeur en l'autre, et vice-versa...c'est beau, c'est agréable
-un temps où on constate finalement nos différences de perception, notre décalage horaire en quelque sorte...chacun voyait midi à sa porte...c'est pas forcément super agréable, mais ça nous rassure sur notre lucidité propre
-un temps où on en prend son parti....j'aime ça dans notre relation, il aime ça dans notre relation...c'est différent...notre contrat n'est pas parfait...il est dissymétrique...au lieu d'être des âmes-soeur, je suis client de cela dans ma relation avec lui et il me le vend, car il est client de cela dans ma relation avec moi, et je le lui vend...une sorte de troc...
Et, on peut s'ouvrir à des relations de troc affectif avec d'autres personnes....car ce n'est pas la même épice qu'on trouve...

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion