Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Comment faites-vous ?

Jalousie
#
Profil

bliss

le vendredi 10 décembre 2010 à 23h20

Comment faites-vous, lorsque vous vivez une histoire qui s'avère être "plus forte" que prévue... ? Que le retour "à la maison" avec votre amoureux(e) officiel si vous en avez un, n'est pas simple ? Qu'il(le) sent que c'est plus fort que ce que vous vivez depuis plusieurs années ensemble. Que vous lui dites que ça va passer.. forcément, que c'est le début, c'est passionnel...que vous ne voulez pas le(a) quitter, que c'est avec lui/elle que vous voulez vivre, continuer à élever les enfants. Mais que c'est trop dur à accepter pour lui/elle ? Que la vie en devient difficile ?
Comment faites-vous ?

#
Profil

LuLutine

le vendredi 10 décembre 2010 à 23h41

bliss
Comment faites-vous, lorsque vous vivez une histoire qui s'avère être "plus forte" que prévue... ? Que le retour "à la maison" avec votre amoureux(e) officiel si vous en avez un, n'est pas simple ? Qu'il(le) sent que c'est plus fort que ce que vous vivez depuis plusieurs années ensemble. Que vous lui dites que ça va passer.. forcément, que c'est le début, c'est passionnel...que vous ne voulez pas le(a) quitter, que c'est avec lui/elle que vous voulez vivre, continuer à élever les enfants. Mais que c'est trop dur à accepter pour lui/elle ? Que la vie en devient difficile ?
Comment faites-vous ?

Je pense que j'essaierais de ne pas le délaisser, d'être présente un maximum, mais je ne renoncerais pas pour autant à mon autre histoire.
Si vraiment ça va mal (avec le premier amoureux), et qu'il le dit (parce que certains ne disent rien et se murent dans leur silence, et là, il n'y a pas grand-chose à faire amha), si le dialogue est possible, j'essaierais de discuter avec lui de ce dont il aurait besoin (des choses précises comme "passer les samedi soirs ensemble" ou bien un peu moins concrètes comme le fait de sentir plus d'attentions de ma part, par exemple).

J'essaierais de le rassurer.

Ensuite, il y a aussi une partie du problème qu'il devrait gérer seul...

Pas évident c'est sûr.

Moi-même quand je me sens mal, je prends sur moi en me disant qu'un jour ça ira mieux.
J'ai traversé beaucoup de crises comme ça, car j'ai souvent dû me débrouiller seule ou presque seule pour supporter certaines situations difficiles.

#
Profil

bliss

le samedi 11 décembre 2010 à 00h25

Alors c'est ce qu'on fait...
De toutes façons je ne peux pas renoncer à l'autre amour. Impossible. Et y renoncer ce serait sonner le glas de notre couple, et nous le savons, tous les trois. Plus on me retient, plus on m'empêche, plus je fuis... Plus on me donne de liberté, plus j'aime. je ne suis jamais plus amoureuse de mon amoureux/père de mon enfant, que lorsqu'il me laisse partir voir l'autre amour...
Mais comment faire quand ce qu'il demande, ce dont il a besoin, commence à empiéter sur ma vie ? Ce soir il me demande une semaine par mois pour lui, où il partirait de la maison, parce qu'il fait des calculs un peu bizarre : moi deux jours avec mon autre amoureux,et dans ma tête tout le temps, ça me fait un "espace mental", un espace où se ressourcer, un ailleurs, qu'il ne peut avoir lui, puisqu'il n'a pas ( en ce moment) d'autres amours. Il n'arrive pas à l'imaginer possible. Il ne s'en sent pas capable. Donc deux jours à moi avec l'autre amours, ça fait une semaine pour lui. Je précise qu'on habite en milieu rural très isolé, qu'il me dit qu'il ne fera jamais de rencontres ici, donc il calcule, il doit aller ailleurs pour que cela soit possible, pour rétablir l'équilibre. Il pense en ces termes. Je sens que sa manière de "calculer" n'est pas juste, je n'arrive pas à l'en défaire... je sais pour l'avoir déjà vécu avant lui, dans un autre couple, que je n'ai pas besoin d'avoir d'autres amoureux, pour laisser l'autre vivre ses histoires. Mais je sais que lui n'en est qu'au début d'un long chemin.
Que c'est compliqué.
Comment faites vous pour vivre cette complexité tous les jours ?
Je suis épuisé ce soir de tant d'heures de discussion, de concessions, de partage.
Dans une autre discussions Rosalie parle de ces heures de paroles.. ça me fait un peu peur, je ne suis pas certaine d'avoir les épaules, la patience, pour l'attendre.

J'ai l'impression aussi que faire ce choix de vie, en milieu rural, ça change pas mal la donne, non ? Y'en a-t-il parmi vous qui n'habite pas/plus en ville ? Le polyamour serait-il urbain ? Je ne crois pas, mais je suis avide d'échange sur la question.

#
Profil

Gin

le samedi 11 décembre 2010 à 00h40

bliss

Je sens que sa manière de "calculer" n'est pas juste, je n'arrive pas à l'en défaire... je sais pour l'avoir déjà vécu avant lui, dans un autre couple, que je n'ai pas besoin d'avoir d'autres amoureux, pour laisser l'autre vivre ses histoires. Mais je sais que lui n'en est qu'au début d'un long chemin.

Salut Bliss

ce que ton compagnon envisage, tu sais que ce n'est pas juste pour l'avoir déjà vécu.

et si tu le laissais découvrir si oui ou non cette façon de calculer est juste pour lui, en le vivant lui-même.

laisse le faire, après tout, pourquoi l'empêcher vraiment ?

tu dis aussi "plus on me donne de liberté, plus j'aime" (ce que je comprends très très bien !) mais alors, pense aussi à laisser de la liberté à l'autre également... y compris la liberté de peut-être se tromper en croyant trouver une solution dans ce calcul particulier 2 jours = 1 semaine...
et qui sait, peut-être que ça pourrait fonctionner pour lui, peut-être que au moins essayer lui redonnerait ce qui lui manque en confiance et liberté actuellement

aie confiance, et laisse l'expérience et la liberté vous apporter les forces et les solutions pour la suite... : )

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

#
Profil

bliss

le samedi 11 décembre 2010 à 08h58

Ce que tu m'écris Gin, me semble tout à coup une évidence.
Merci.
:-)

#
Profil

Gin

le samedi 11 décembre 2010 à 10h20

contente de t'avoir enlevé un peu de brouillard : )

#
Profil

Goffio

le samedi 11 décembre 2010 à 10h42

Gin, je t'adore en chasseuse de nuages ! Ce doit être dans la manière dont tu les dissous...

#
Profil

Gin

le samedi 11 décembre 2010 à 11h20

tatata, n'essaye pas de me faire rougir les joues, ça ne suffira pas pour faire fondre la neige ; )

#
Profil

titane

le samedi 11 décembre 2010 à 13h43

les joues ? faut te faire rougir quoi alors ?... pour faire fondre la neige... :-)

#
Profil

titane

le samedi 11 décembre 2010 à 13h44

Goffio... on n'adore aque Dieu... Gin en déesse...

#

(compte clôturé)

le samedi 11 décembre 2010 à 14h49

Pourquoi toujours Dieu?
Pourquoi pas Dieuse?
Sexistes au paradis?
Si c est ca j irai pas.
Mon paire,(oups) j adore le chocolat!
Vais je aller tout droit en enfer?

#

(compte clôturé)

le samedi 11 décembre 2010 à 15h11

Ce genre de période difficile est inévitable car il est ultra rare que les membres d'un couple pluri soient exactement équilibrés en nombre et/ou en intensités d'amours! C'est fatigant, on a parfois l'impression de vivre dans une concasseuse/essoreuse, envie de fuir, de se séparer, de revenir, de s'engueuler, de pleurer, de se jeter dans les bras l'un de l'autre (ou les autres)... bref si on essaie de prévoir comment ça va se passer et tout ce qui peut se passer, on angoisse grave. Par contre, quand on le vit au jour le jour, sans chercher à faire pression sur l'autre, juste en se protégeant s'il devient destructeur (ça arrive, ça arrive), c'est extrêmement utile pour avancer dans la connaissance de soi et de ce qu'on veut vraiment vivre.
Ca peut se terminer par une séparation, mais au moins aura-t-elle été mûrement réfléchie. Ou par un modis vivendi bien plus serein et équilibré qu'avant, avec le plaisir d'avoir surmonté cette partie de rafting amoureux sans se noyer.
Le proverbe le plus utile: "les choses sont toujours plus difficiles quand on les imagine que lorsqu'on les vit". Exemple: imagine qu'une personne que tu adores meure, c'est insupportable, tu te dis "jamais je ne pourrai vivre cela". Et quand ça arrive, tu as le coeur déchiré, certes, mais tu le vis, et généralement tu survis.

#
Profil

titane

le samedi 11 décembre 2010 à 16h37

Francoise
Par contre, quand on le vit au jour le jour, sans chercher à faire pression sur l'autre, juste en se protégeant s'il devient destructeur (ça arrive, ça arrive), c'est extrêmement utile pour avancer dans la connaissance de soi et de ce qu'on veut vraiment vivre.

Il n'y aurait pas un peu de spontanéité là dedans?... :-)

Francoise
Ca peut se terminer par une séparation, mais au moins aura-t-elle été mûrement réfléchie. Ou par un modis vivendi bien plus serein et équilibré qu'avant, avec le plaisir d'avoir surmonté cette partie de rafting amoureux sans se noyer.

Réajustements parfois inattendus... un peu de liberté ici?

Francoise
"les choses sont toujours plus difficiles quand on les imagine que lorsqu'on les vit".

Oui !! si seulement on arrive à se décrisper un peu plus !!... afin de lâcher prise et de découvrir sa propre gratuité... sans imaginer ce que l'on "devrait" avoir en retour !

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

#
Profil

bliss

le samedi 11 décembre 2010 à 16h57

C'est exactement ce que je suis en train d'apprendre depuis quelques années, oui. J'essaie maintenant de m'empêcher de m'imaginer quoique ce soit d'ailleurs. Pas toujours facile.Il faut en tous cas que je sois plus " cool" avec ses besoins. Mais oui Françoise tu as raison, c'est toujours plus facile que tout ce qu'on peut imaginer.
Je crois que ce besoin qu'il a, de s'échapper pendant une semaine par mois,( en plus de celles où il s'absente pour le boulot) je le trouvais injuste hier soir surtout par rapport à notre enfant, qui est encore petit, qui demande beaucoup d'attention, et donc quand on est seul avec lui, c'est du temps-plein, pas de répit.. Je comprends maintenant pourquoi on fait souvent les enfants à deux ! Je me révèle être une maman fragile, sans beaucoup de patience, qui a besoin de souffler aussi beaucoup....
La question de l'enfant revient sans cesse dans notre nouvelle vie d'"amoureux plurielles" ; ce n'est pas simple, mais de toutes façons rien n'est simple, même la monogamie alors !
Comment vous faites les jeunes mamans/papas pour continuer à voir vos amoureux(se) avec des touts-petits ? ? Bon c'est vrai que nous avons aussi le souci des distances, habitants dans une région isolée, on ne peut pas simplement "sortir le soir". Je pars deux jours au moins à chaque fois pour aller voir mon autre amoureux. C'est pour cela que je posais la question hier, des amours plurielles qui serait un mode de vie plutôt urbain ! :-)
Serais-je la seule sur ce forum à vivre à la campagne ? Mon compagnon me dit que pour lui ce serait impossible, puisque tout se sait ici, dans nos petits villages.. Je lui réponds.. "et alors ? ". Il n'imagine pas avoir d'autres amours ici. Il n'accepte pas l'idée non plus de rencontrer, même par hasard, au marché:-) par exemple, un de mes amoureux. Je crois que nous avons encore un sacré bout de chemin à faire ensemble... à moins que ces divergences de point de vue nous séparent, mais ce serait un terrible gâchis.

#

camille (invité)

le samedi 11 décembre 2010 à 17h07

ah, les synchronicités! je dis ça pour le fait de me retrouver à lire cette discussions en même temps que françoise car c'est elle qui m'a parlé de ce site qd il s'est créé et je n'y viens que très rarement ;-)
je suis là aujourd'hui car j'ai eu la chance de voir le film de jessica decap concernant les amours plurielles et diffusé récemment par vivolta; j'ai ainsi eu l'occasion de voir une de vos rencontres où françoise était présente.....heu, voilà pour l'introduction :-)
pour revenir au fil de cette discussion, j'y réponds parce que je vis moi aussi en milieu rural, très 'paumé' et que je suis devenue une amoureuse plurielle depuis une dizaine d'années, à une époque où cette notion 'pluriamoureuse' n'existait même pas! ce n'est pas un 'phénomème' uniquement urbain et je peux en témoigner :-)
alors, oui, comme le souligne françoise, vivre en couple avec des enfants en aimant au pluriel, c'est pas simple tous les jours, mais quelle vie intéressante!!!
une vie à inventer chaque matin pour que nos enfants, notamment, puissent lui faire confiance à cette vie qu'on nous présente, propose (socialement, culturellement, politiquement.....) très noire
oui, une chose après l'autre, un pas après l'autre, une marche après l'autre.....inutile de courir après le bonheur, il se construit ds l'instant, pour peu qu'on mette son orgueil (ses blessures) de côté.....
car enfin, qu'est-ce qui est le plus 'touché' qd le mari compte que deux jours = une semaine et que son épouse n'est pas d'accord avec ce calcul? il me semble que ds CES besoins d'égalité qu'ils revendiquent tous les deux, c'est l'orgueil qui parle plutôt que l'amour....non?

#
Profil

titane

le dimanche 12 décembre 2010 à 05h35

alors, oui, comme le souligne françoise, vivre en couple avec des enfants en aimant au pluriel, c'est pas simple tous les jours, mais quelle vie intéressante!! ! une vie à inventer chaque matin pour que nos enfants, notamment, puissent lui faire confiance à cette vie qu'on nous présente, propose (socialement, culturellement, politiquement.....) très noire oui, une chose après l'autre, un pas après l'autre, une marche après l'autre.....inutile de courir après le bonheur, il se construit ds l'instant, pour peu qu'on mette son orgueil (ses blessures) de côté.....

Merci pour ton témoignage... encore une fois voilà en peu de mots ce que je "prêche" si maladroitement (et juste pour embêter mes petits camarades !! :-) )

Merci !

#
Profil

titane

le dimanche 12 décembre 2010 à 05h37

... sauf que je ne vois pas forcément une vie qu'on nous proose de façon très noire... puisqu'on arrive à y vivre ce que l'on veut apparemment.... ouhla... je vais démarrer une discussion difficile sur qu'est-ce qu'on "veut" alors?

Et comme je suis un vieux moine bouddhico-ésotérique paumé dans la brousse australienne je dirai... la liberté de vouloir dans les marges entre le possible et l'impossible...

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

#

(compte clôturé)

le dimanche 12 décembre 2010 à 13h06

parole d une ex future religieuse:
rien n est imposible a qui a envie de l obtenir......
et s en donne les moyens!
Quand a savoir ce qu on "veut" ca c est la question du siecle!
Moi je prend ce qu on me donne ,sans plus.

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

#
Profil

titane

le dimanche 12 décembre 2010 à 13h08

envie d'accord... les "moyens"... et la patience ?

#

(compte clôturé)

le lundi 13 décembre 2010 à 11h21

Les moyens:ne pas rester chez soi a pleurer sur son sort!
La patience: sur ma voie lactée le temps n existe pas!
Le destin:chaque chose arrive a son moment,
Pas besoin de le brusquer c est ecrit et rien n ira plus vite que la musique.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion