Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Je voudrais vous comprendre sans devenir Poly

#
Profil

Siestacorta

le jeudi 24 juin 2010 à 15h04

Jules
Bonjour.

Bonjour, Jules. J'aurai dû te répondre plus tôt, au moment où tu posais une question sans y répondre... Là, j'entre dans un truc polémique d'emblée. J'aime bien le faire, mais en terme persos, c'est moins sympa.
Comme je ne peux plus vraiment montrer mes bonnes intentions en répondant à ta question, je vais me contenter de féliciter ton courage de venir en inscrit contredire un groupe, avec tes arguments, et ta curiosité, d'essayer un peu quand même de te renseigner.

Voilà, passons aux choses rigolotes.

Jules
c'est une relation exceptionnelle, entre gens exceptionnels.

C'est flatteur, mais non.
Certains d'entre nous apprécient des choix exceptionnels en dehors de leur choix PA, mais je crois qu'au fond, nous somme ordinaires, normaux, hélas aussi cons que les autres parfois.

Jules
Le couple est en enfermement dans la mesure où on se replie sur lui comme garant de sécurité, de longévité, etc... c'est à dire si on y calque une morale. Je vis en couple par choix commun, parce qu'en cette période on ne peut vivre seul financièrement, parce qu'il s'agit de solidarité entre gens qui s'aiment. (...)
Si je me soucie de mon couple, car c'est une sécurité, une base et un enseignement pour mes enfants. C'est la pérennité d'un choix commun, et au-delà de mon engagement dans la société. Enfin, mes enfants son un engagement d'éternité devant le monde (laissez une trace, transmettre des valeurs, assurer la continuité d'une tradition, d'une communauté, etc...)

Oukay. Déjà, tu dis c'st pas A puisque c'est A.
Tu admets que sans passer pour un père la morale, le repli/enfermement n'est pas loin non plus des raisons que tu donnes ?

Je vais passer une bonne partie de ma réponse à dire un peu la même chose, mais c'est une question d'éclairage.
Le polyamour ça peut être du choix commun. Ou un choix de l'un accepté mais non partagé par l'autre tout en continuant la relation, d'ailleurs. Mais surtout, le PA permet aussi bien la longévité que le couple. Dans certains de nos cas, c'est même une garantie : il y en a qui restent avec un partenaire justement parce que celui-ci leur a offert de la liberté en plus de l'amour.

Jules
Un exemple : tu vis en couple, ta femme est libre d'embrasser quelq'un d'autre, l'autre est libre de l'embrasser, et toi tu es libre de lui casser les dents ! Je m'exprime certes d'une manière caricaturale, et je m'en excuse ici. Mais c'est bien pour souligner que tout engagement, toute liberté prise, a des conséquence,

C'est pas seulement caricatural. Ca part d'une définition uniquede "liberté".
Alors que ce n'est évidemment pas la même chose d'être libre d'avoir des relations avec plusieurs personnes et être libre de casser des dents. La liberté c'est pas l'absence de règles.
(d'ailleurs l'anarchie c'est l'ordre sans le pouvoir, mais je digresse).

Jules
je m'aperçois que dans l'époque actuelle tout le monde fuit devant les responsabilités.... (...) Le liberté dont on me parle ici c'est celle de l'individu énucléé d'un tout, comme si il fonctionnait en atome libre autour d'un noyau, mais ce n'est pas comme ça que ça fonctionne..... (...)il y a des règles.... (...) accepte que cette liberté peut empiéter sur la mienne, sur mon choix, et qu'il peut y avoir un clash.

Ben nous sommes d'accord avec toi, tu sais ?
En tout cas pour moi, ce que tu dis et la pratique du polyamour, ça n'est pas contradictoire. Un poly peut parfaitement tenir ce discours.

Tu pars du principe que pour nous, prendre un liberté, c'est les prendre toutes, et faire tout et n'importe quoi avec.
Évidemment que non. Pour que nos relations ne soit pas des recherches égoïstes, nous savons très bien pourquoi nous accordons et prenons des libertés, nous pouvons être hypersensible à comment ces libertés deviennent destructrices, et aux limites que nous nous donnons par conséquent !
C'est même pour ça que la relation poly peut être très difficile à tenir, il y a une vigilance permanente sur "ne pas blesser". Pour que nos relations durent et ne soient pas restreintes aux coucheries, on doit écouter les moments de jalousie, expliquer où on en est, revérifier l'accord et les choix partagés...

Jules
On peut répliquer l'inverse aussi : dis donc, tes promesses au départ, c'était du baratin ? Fallait peut-être annoncer la couleur dés le départ ?

A mon sens, on peut répliquer exactement cela à un mono qui fait des reproches à son compagnon devenant poly.
"Tu m'a promis de m'aimer, tu parles de fidélité, mais tu te dédis ! Ton amour n'a pas plus de durabilité que ça ?"

Jules
Je suis désolé, et sans vouloir vexer personne, mais je ne veux pas parler d'homosexualité, de bisexualité, et moins encore de libertinage, mais de polymamour dans un couple avec des enfants, et pas des enfants adultes, mais des enfants en bas-âge.

Pourquoi pas !
C'est ta situation, on peut en parler. Mais tu laisses un peu entendre qu'il y a les hétéros monos d'un côté, et par ailleurs tous les autres qui forcément ne peuvent avoir d'enfants, ni être confrontés aux même difficultés que toi (en plus des leurs).

Mais passons.
C'est vrai que le foyer parental polyamoureux n'est pas le modèle le plus courant, et certainement qu'il demande beaucoup de responsabilité.
Mais je crois encore une fois que la liberté choisie dans le cadre polyamoureux et l'engagement de respect qu'elle implique peut garantir la solidité d'un foyer, et en tout cas d'une éducation.
Même si ça demande de l'organisation et des choix clairs (et un peu d'indépendance d'esprit pour pas flipper devant la comparaison avec la norme), je ne pense pas que ce soit un signe d'instabilité.

De fait, l'engagement du couple à rester ensemble amène à tant de situations foireuses... Cette promesse de bien faire "à la manière mono" ne garantit pas du tout que ça fonctionne, je pense qu'un regard sur la réalité des foyers le montre assez bien.
A l'épreuve des faits, non seulement le fait de se promettre l'exclusivité n'amène pas particulièrement de bons résultats, mais ça constitue en soit un motif de rupture et une occasion récurrente de blessures : si cette promesse est rompue, on balaie tout le reste.

Le couple polyamoureux (sic) ne garantit pas plus la perennité que le couple exclusif, mais pas moins non plus. C'est juste différent sur un des choix, mais tous les autres sont les mêmes : vivre ensemble, avoir des enfants, les éduquer, respecter et soutenir son compagnon, aller voir la belle-famille, partager les tâches et le budget.

Enfin, je reviens à ta question de départ : tu peux comprendre un polyamoureux sans le devenir. Rien ne t'oblige à prendre la liberté que tu donnes à l'autre. C'est vrai que c'est plus équitable, donc plus rassurant quand les deux sont polys, on "comprend par le fait", on ne se retrouve pas dans la position où on a le pouvoir de donner et prendre un droit de façon unilatérale. Mais ce n'est pas obligatoire. Si on choisit nos obligations ensemble et qu'on s'accorde, qu'importe qu'on ne choisisse pas les mêmes.

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

#
Profil

Romy

le jeudi 24 juin 2010 à 16h55

J'ai beaucoup de choses à dire sur ce que tu as écrit Jules, mais pour l'instant, je me contenterai de te parler un peu de moi (ce que je connais le mieux:-)) et à répondre à ça:
"Rosalie, enfin, tu peux très bien penser à un autre homme, rêver de faire l'amour avec cet autre homme, où est le mal ? C'est du domaine du phantasme. Le passage à l'acte, par contre, est d'un autre domaine. La réaction de ton mari me fait sourire. Sans vouloir me moquer de lui ici. C'est un homme pieux et pur si il ne lève jamais le regard sur une autre femme, si il n'en épie pas les courbes ! ! S'il s'interdit même de parler à une autre femme. Ce serait surtout un fieffé menteur. "

J'ai des fantasmes, et je passe à l'acte (mais pas avec tous mes fantasmes, loin de là!). Je suis une poly pratiquante si on veut. Mon mari a dit que pour un monogame, fantasmer sur des gens pourrait déjà être considéré comme une infidélité. Mais mon mari n'est pas monogame. Il a eu plusieurs relations à long terme au cours de notre mariage (voilà plus de 15 ans), certaines sont restées des amies, d'autres ont cassé les liens. Il fréquente présentement une fille depuis un an. Tu ne pouvais pas le savoir, Jules. Mais reste que ce que tu écris sur lui ne le représente pas du tout. Il se mettait dans la peau d'u monogame.

La question des enfants revient souvent dans tes commentaires. Mon mari et moi avons deux enfants sous les 10 ans, donc en bas âge. Ce sont des enfants épanouis et heureux. Je peux sincèrement dire que notre vie de famille se porte à merveille (je touche du bois). Je me répète un peu (pour ceux qui connaissent mon histoire), mais je peux même te dire Jules qu'une copine de mon mari a habité avec nous pendant un an. Ils étaient très discrets et mes enfants ont toujours cru qu'il s'agissait d'une amie à nous deux. Lorsqu'elle est partie, ils étaient tristes, mais comme lorsque des amis viennent en vacances chez nous et qu'ils quittent à la fin de l'été. C'est triste, mais la vie continue. Tout ça pour dire que je n'accepterai jamais que quelqu'un vienne me dire que le mode de vie polyamoureux n'est pas bon pour les enfants, et qu'ils en ressortent perturbés, parce que je ne jure que par ce que je vis personnellement.

Enfin, j'ai lui rapidement, et je réponds brûle pourpoint, mais Jules, même si tu dis que tu respectes ce mode de vie, ça ne semble pas être le cas. Tu dis que tu respecterais ta femme si elle était polyamoureuse, mais tu la quitterais. Je ne vois pas en quoi tu la respecterais alors. Il y a comme un double discours. C'est comme de dire, je ne suis pas raciste, mais je ne pourrais jamais être ami avec un noir...

Aussi, et c'est peut-être un préjugé contre les monogames, mais je soupçonne que toute cette logique sur la solidarité, l'engagement et le sens des responsabilités qui serait associée au couple monogame cache la vraie motivation des monogames: la jalousie, la possessivité et le manque d'estime de soi. C'est vrai que dans un couple ou le premier est polyamoureux et le second est monogame, c'est la liberté de l'un contre la liberté de l'autre. Mais la liberté du premier est motivée par l'amour, et la liberté de l'autre est motivée par son incapacité à contrôler sa jalousie et sa possessivité. Peut-être que j'ai tout faux, je suis prête à en débattre...

Quant au fait qu'on choisisse le mode de vie monogame, car c'est infiniment moins compliqué (organisation, finances etc.) c'est une question de choix. Personnellement, je trouve que ma vie mérite mieux que d'être vécue en fonction de ces questions d'ordre pragmatique.

#
Profil

Romy

le jeudi 24 juin 2010 à 17h03

Jules, peut-être que ceci peut t'aider à comprendre mon point de vue. Sur un blogue où j'avais envoyé un com', une dame avait écrit ceci:

"Je dirais que je n'ai pas envie de quelqu'un d'autre et ni lui non plus puisque nous trouvons un grand plaisir à être ensemble, partager des moments entre nous et à faire l'amour ensemble. Je n'ai pas envie de personne d'autre. On ne connaît pas l'avenir, mais je sais que quand je partage ma vie amoureuse avec un homme je n'ai pas envie d'aller voir ailleur."

Je lui avais répondu ceci:

Mon mari et moi trouvons aussi, tout comme vous et votre mari, un grand plaisir à être ensemble, partager des moments entre nous et à faire l'amour ensemble. Pour nous par contre, cela ne nous empêche pas d'avoir envie de poursuivre une relation avec d'autres. Je n'ai pas envie d'aller voir ailleurs. Ce n'est pas le "aller voir ailleurs' qui m'intéresse. Ce sont les gens. Je ne me dis pas: "ha! comme je suis amoureuse, mais il me manque quelque chose, j'aurais envie d'aller voir ailleurs..." Ce sont les rencontres qui font que je désire poursuivre la relation. Ce qui nous distingue vous et moi, c'est que personne d'autre ne vous fait envie, ne provoque en vous le désir, alors que moi il m'arrive de rencontrer des gens, des hommes, qui me touchent et avec qui j'ai envie de poursuivre une relation d'amitié amoureuse. Ou alors, d'autres provoquent en vous le désir, mais vous vous le refusez: à ce moment-là, ce n'est pas vrai que vous n'avez pas "envie" d"aller voir ailleurs. Seulement, vous ne le faites pas.

Toi aussi Jules, lorsque tu dis qu'un homme qui n'a jamais désiré une femme autre que la sienne ment, tu reconnais que le désir est bien là. Alors la vraie question est celle-ci: pourquoi ne pas laisser cours au désir? Et la réponse, c'est que ça ferait souffrir le conjoint. Je préfère infiniment travailler sur cette souffrance, la questionner, la guérir, que de laisser tomber les désirs. Je préfère travailler pour la satisfaction des désirs et l'absence de souffrance que de renoncer aux désirs et faire gagner la jalousie.

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

#
Profil

Jules

le vendredi 25 juin 2010 à 09h14

Bonjour
Merci pour votre réponse.
Et tout simplement parce que si l'homme est fait de pulsions, il sait aussi les maitriser. C'est ce qui le distingue de l'animal. L'instinct de reproduction, on pourrait en discuter des heures, après l'homme s'est fixé des règles, il a une morale. Tout acte implique une responsabilité. Regarder une autre femme se n'est pas désiré coucher avec, c'est admirer certaines choses en elle. Je n'ai pas d'érection en regardant une autre femme, et je n'ai pas envie d'aller à l'hôtel avec elle. Et le soir, en couchant avec ma femme, je ne vais pas reporter mes fantasmes du jour dans mon lit, parce que la personne dont j'ai envie est un être de chair et de sang qui m'apporte autre chose qu'un phantasme. Là, effectivement, je ne vous comprends pas, ou, si j'ai peur de trop bien vous comprendre. Maintenant on peut très bien se fixer une discipline dans l'esprit. Vous philosopher sur la souffrance, la jalousie, etc... de l'autre. Mais pourquoi la provoquer ? Parce que le désir serait plus fort ? Je réfute cet argument. Je vois tellement de couple imploser autour de moi que ça m'écœure. C'est un fait social. Depuis l'après-guerre on philosophe sur la sexualité, sur les mœurs, et tout part en live. Mais il est vrai que nous avons des psychiatres et des psychologues à la pelle, et des médicaments à assommer des éléphants plein les pharmacies ! Heureuse société qui part en déliquescence... Et après on comprend mal pourquoi certains se tournent vers l'intégrisme religieux.
Je parle fort, mais je ne suis pas en colère.
A l'heure actuelle homosexualité et la bisexualité sont l'apanage chez nos jeunes.
Pour moi c'est révélateur de quelque chose qui ne va plus. Non que je condamne l'homosexualité, mais je me pose des questions.
Ma fille de 18 ans est lesbienne, elle est parfaitement heureuse, je suis très heureux pour elle, sa copine est quelqu'un de délicate et d'intelligente, mais quand elle me parle de faire un enfant de manière artificielle (insémination -merci la science !) je grince des dents.
Oui, je n'ai pas envie d'aller voir ailleurs. Et je rejoints pleinement la dame avec qui vous parliez. Mais peut-être sommes nous des fossiles ???

#
Profil

Jules

le vendredi 25 juin 2010 à 09h27

Oui, peut-être sommes des fossiles qui se réconfortent en disant: de cette femme, la mienne, est issue mes enfants, et c'est beau. Ils sont notre chair, et c'est beau. C'est un acte d'amour, et c'est beau. J'ai aimé son odeur, j'ai aimé son corps, la façon dont nous fusionnons en faisant l'amour, et c'est beau. Et je n'ai pas envie de partager ça avec quelqu'un d'autre EN MEME TEMPS que moi, et je n'ai pas envie de me dire quand je fais l'amour avec ma femme: tiens, comment fait X ou Y. Oui, j'aime me dire c'est ma femme, elle est mienne par choix, et je ne la partage pas (ce n'est pas une marchandise) Pour moi, c'est de la perversion. Et pourtant j'ai une "religion" (je n'aime pas ce terme, il est faux, le mot n'existe pas en hébreux de toute façon) très permissive sur le couple, puisque dans la tradition l'homme a 3 devoirs envers la femme: la nourrir, l'habiller et la satisfaire sexuellement (quand ELLE a en envie) Dans le judaïsme traditionnel, le couple est contractuel (on passe un contrat, la ketouba, et c'en est fini !) Rien de sentimental dans les formes, strictement rien.
Après, quelles valeurs défend t'on ?

#
Profil

Siestacorta

le vendredi 25 juin 2010 à 11h01

Jules ? Je vous ai répondu aussi plus haut, je suis curieux de connaitre votre réaction.

Jules
Oui, peut-être sommes des fossiles qui se réconfortent en disant : de cette femme, la mienne, est issue mes enfants, et c'est beau.

Rien de fossilisant là-dedans. Et rien qui ne nous différencie de vous sur ce point.

Jules
je n'ai pas envie de partager ça avec quelqu'un d'autre EN MEME TEMPS que moi

En pratique, très peu d'entre nous vivent à 3 ou 4, ou même sortent avec l'ensemble de leurs partenaire. Cela n'a pas forcément lieu en même temps.

Jules
et je n'ai pas envie de me dire quand je fais l'amour avec ma femme : tiens, comment fait X ou Y

Tout le monde ne se pose pas cette question, et surtout, après un temps, qu'importe la réponse, puisque de toute façon notre partenaire nous revient. La comparaison érotique n'est donc pas concluante, et on peut continuer comme avant.

Jules
c'est ma femme, elle est mienne par choix, et je ne la partage pas (ce n'est pas une marchandise) Pour moi, c'est de la perversion.

Mais... C'est tout l'inverse ! C'est justement les objets et les biens qu'on peut s'approprier, pas les gens. C'est le fait que ceux auxquels on s'attache on le choix de le faire comme ils veulent qui en fait des personnes et non des marchandises.

De la perversion ? Par rapport à quelle morale, ou quelle norme psychologique ?

Jules
Dans le judaïsme traditionnel, le couple est contractuel (on passe un contrat, la ketouba, et c'en est fini !) Rien de sentimental dans les formes, strictement rien.
Après, quelles valeurs défend-on ?

Ont-elles besoin d'être défendues, ces valeurs ? Sont-elles attaquées ou simplement questionnées ?

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

#
Profil

Siestacorta

le vendredi 25 juin 2010 à 11h26

Jules
C'est un fait social. Depuis l'après-guerre on philosophe sur la sexualité, sur les mœurs, et tout part en live.

Mais il n'y a aucun rapport de cause à effet.
Ce n'est pas parce que la sexualité est mise en question que la société serait "déliquescente".
J'admet que certaines valeurs sociales (solidarité, apprentissage, sens des communautés et des différences, autonomie, convivialité) devraient connaitre une meilleure publicité pour soutenir notre société, mais l'épanouissement amoureux et sexuel recherché dans le polyamour ne sont pas néfastes à cette consolidation.

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

#

(compte clôturé)

le vendredi 25 juin 2010 à 13h19

Bonjour Jules, je crois que le titre du fil "j'aimerais vous comprendre sans devenir poly" est erroné. En fait, tout ce fil se résume pour vous à essayer de mettre en défaut les amoureux pluriels, et à ces derniers de se justifier. Ces temps ci, on m'a beaucoup interrogée sur ce choix que j'ai fait il y a plus de 35 ans, toujours en cherchant à me prendre en défaut, alors que l'intéressant est plutôt de savoir comment cela peut marcher, non? Je suis mariée depuis 35 ans, nous avons deux filles aujourd'hui adultes, épanouies et heureuses avec qui nous nous entendons très bien, des hommes et des femmes aimés, qui nous accompagnent- certains pour moi depuis que j'ai 22 ans- pendant des années. Ce n'est pas facile, ce n'est pas pervers, cela nous rend heureux mais il est évident que cela ne convient pas à tout le monde, demande du temps, de l'énergie et de travailler sur son narcissime et sa confiance (en soi et en l'autre, les autres). Pour vous dire comment cela se vit, je prendrai une comparaison écologique: il y a peu encore, dans un potager, on ne cultivait que des légumes et chaque rangée de légumes était mono: rang de courgettes, de carottes, de salades, à ne surtout pas mélanger! Aujourd'hui, on s'est aperçu que mélanger les cultures- par exemple planter des rosiers au milieu des pommiers, mettre sur la même rangée des carottes et des salades- facilite la pollinisation, l'enrichissement du sol et améliore les espèces, qui ne sont pas rivales, mais complémentaires. C'est ce qui se passe dans des relations pluriamoureuses harmonieuses: elles ne sont pas en rivalité mais en complémentarité et s'enrichissent mutuellement.
Mais pour le savoir, il faut le vivre... et corriger en permanence des erreurs, faire attention ce qui se passe, etc. Il y a deux jours, un théoricien m'a dit ça ne peut pas marcher, le couple explose forcément". Je lui ai demandé s'il avait essayé. Non, il avait théorisé et conclut que ça ne pouvait pas marcher! En revanche, beaucoup de couples qui ont essayé, tout en se réservant le droit de conclure que ça ne leur convenait finalement pas, ont été agréablement surpris du résultat.
Je connais même des couples où l'un (ou l'une) est Lutin(e) tandis que l'autre est mono tout en respectant les désirs de son ou sa partenaire, et cela fonctionne.

#
Profil

Romy

le vendredi 25 juin 2010 à 16h44

Il y a des commentaires qui ont disparus... Il me semblait avoir lu des commentaires après celui de Françoise.
Quoi qu'il en soit, il me semble assez clair que Jules, tu ne cherches pas à comprendre, mais à nous donner ton avis. En ce cas, la discussion est assez limitée, puisque les visions sont probablement irréconciliables.
Les gens ont des conceptions de la vie différente, des cultures différentes, et un Africain qui essaie de faire comprendre à un Occidental que les écureuils à la broche, c'est très bon, ça peut être assez ardu. Tout comme il est difficile pour un juif de faire comprendre à un non juif pourquoi il n'a pas le droit d'allumer l'interrupteur de la lumière le vendredi soir (régulièrement je passe éteindre les cuisinières et allumer les interrupteurs le vendredi soir chez mes voisins juifs).
Jules, nous avons des conceptions de l'amour et de la sexualité qui ne sont pas les mêmes. Une chose par contre... Les statistiques de durée des couple monogames ne sont pas reluisantes (sans compter les infidélités non avouées et les couples qui s'ennuient). Et donc difficile d'argumenter que le couple monogame est celui qui correspond à l'amour vrai.

#
Profil

Jena

le samedi 26 juin 2010 à 10h47

Jules
A l'heure actuelle homosexualité et la bisexualité sont l'apanage chez nos jeunes.

Pour moi c'est révélateur de quelque chose qui ne va plus. Non que je condamne l'homosexualité, mais je me pose des questions.

Ma fille de 18 ans est lesbienne, elle est parfaitement heureuse, je suis très heureux pour elle, sa copine est quelqu'un de délicate et d'intelligente, mais quand elle me parle de faire un enfant de manière artificielle (insémination -merci la science !) je grince des dents.

Tiens, c'est le bon jour pour poser la question : pourquoi grinces-tu des dents ? Il semble bon qu'elle soit dans une relation qu'apparemment tu ne condamne pas, et elle a un désir d'enfant. Elle n'a comme possibilités que l'aide de la science, et l'adoption, qui ne satisfait pas forcément le besoin de se sentir mère. Il serait contre la nature de ta fille de se forcer à coucher avec un homme pour tomber enceinte; pourquoi grinces-tu des dents ? Est-elle moins digne qu'une autre femme d'avoir des enfants à cause de son orientation sexuelle ? Ou devrait-elle commettre un acte qui lui répugne, contre nature, et qui blesserait sa compagne pour arriver à ses fins ? Tu n'es pas partageur, il est possible que ta fille et sa compagne non plus, je pense que tu peux comprendre...

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

#

(compte clôturé)

le samedi 26 juin 2010 à 12h51

.

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

#
Profil

Romy

le samedi 26 juin 2010 à 16h32

Mes hommages Subimago.
Tu dis essentiellement les mêmes trucs que SiestaCorta, mais de façon plus directe et confrontante.
Essentiellement la même chose que moi, mais de manière plus concrète et moins dogmatique.
Finalement, Jules peut choisir le format de la réponse (psychanalytique, théorique ou chock therapy!). Reste à savoir s'il lira et cherchera à comprendre. Je l'espère bien.

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

#
Profil

Jules

le samedi 26 juin 2010 à 16h55

Bonjour
Merci pour vos réponses, elles m'ont pleinement satisfait, tant par leur sincérité que leur pertinence. Je cherchai à vérifier certaines choses qui me titillaient et je les ai vérifiées. Oui, je vous ai lu. Pour preuve. Je vous souhaite tout le bonheur possible pour l'avenir.

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

#
Profil

Jules

le samedi 26 juin 2010 à 17h04

A l'intention de Subimago.
Vos insultes et votre provocation ne m'intéressent pas.
Votre philosophie de vie, je la connais, elle transpire par toutes les pores ce que j'ai toujours détesté.

#

(compte clôturé)

le samedi 26 juin 2010 à 20h14

.

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

#

(compte clôturé)

le dimanche 27 juin 2010 à 17h17

.

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

#
Profil

LuLutine

le lundi 28 juin 2010 à 14h07

subimago
le but des poly est aussi de vivre des relations stables.

+1 (+)

subimago
j'aime être libre de dire "oui" quand mon coeur fait "boum". mais mon coeur ne fait pas "boum" tout le temps.

+1 (+)

#
Profil

Jules

le vendredi 02 juillet 2010 à 09h14

Aurelien
Tiens, c'est le bon jour pour poser la question : pourquoi grinces-tu des dents ? Il semble bon qu'elle soit dans une relation qu'apparemment tu ne condamne pas, et elle a un désir d'enfant. Elle n'a comme possibilités que l'aide de la science, et l'adoption, qui ne satisfait pas forcément le besoin de se sentir mère. Il serait contre la nature de ta fille de se forcer à coucher avec un homme pour tomber enceinte; pourquoi grinces-tu des dents ? Est-elle moins digne qu'une autre femme d'avoir des enfants à cause de son orientation sexuelle ? Ou devrait-elle commettre un acte qui lui répugne, contre nature, et qui blesserait sa compagne pour arriver à ses fins ? Tu n'es pas partageur, il est possible que ta fille et sa compagne non plus, je pense que tu peux comprendre...

Message modifié par son auteur il y a 6 jours.

Tu veux me faire dire qu'il est indigne d'être homo et d'avoir des enfants ?
Je ne prétends absolument pas ça.
Je connais le cas d'un Rabbin qui est homo. Est-il indigne d'être Rabbin ?
Absolument pas, même si il va contre un des commandements de notre "religion", un des plus importants commandements (règles de vie)
Partageur de quoi ? Je ne comprends pas.
Il y a la femme, il y a l'homme. Mâle et femelle. Conçus pour faire des enfants.
Si on a décidé de vivre une sexualité différente de cette adéquation biologique, ok, et pour X raisons. Mais pourquoi contourner la biologie grâce à la science ? C'est à mes yeux une question de cohérence. Ma fille répugne à coucher avec un homme ? Elle l'a déjà fait, elle a eut un enfant, elle a avorté. Ce n'est donc pas quelque chose de nouveau pour elle. La science a bon dos. C'est un autre débat. Mais revendiquer la maternité sans le père, et/ou inversement, c'est une question philosophique qui est une aberration à mes yeux, mais que va résoudre la science. Merci donc à la science et a ses bienfaits.

#
Profil

Jules

le vendredi 02 juillet 2010 à 09h20

Siestacorta
.


Jules
c'est une relation exceptionnelle, entre gens exceptionnels.


C'est flatteur, mais non.
Certains d'entre nous apprécient des choix exceptionnels en dehors de leur choix PA, mais je crois qu'au fond, nous somme ordinaires, normaux, hélas aussi cons que les autres parfois.

.

Par exceptionnel, j'entends "exception" c'est à dire hors du cadre des "normes" établies, et par exceptionnel j'entends "unique", ou du moins "pas courant". Donc, pour approfondir le polyamour est une relation exceptionnelle (pas courante) entre personnes qui ont poussé une réflexion donnée sur leur couple, leur sexualité, etc... C'est donc une conception avertie de l'amour entre personnes averties (fortes en elles) des risques, conséquences, etc... de ce type d'amour. Ceux qui vivent cette forme d'amour de manière épanouie dans leurs tripes et leur tête mérite le respect. Mais le polyamour n'est pas un calque, une grille, qu'on met sur chaque situation de personnes s'interrogeant sur leur couple, etc... Voilà ce que j'entendais en affirmant cela.

#
Profil

Jules

le vendredi 02 juillet 2010 à 09h31

.

subimago
.
Je tiens à préciser d'emblée que ma femme n'est pas polyamoureuse, mais qu'elle s'y intéresse, la nuance est subtile.

euh... tu crois au père noël, là.
ta femme ne pratique pas, donc elle n'est pas poly ?
petite comparaison : mon voisin qui est pédé et qui le sait, ne serait pas pédé parce qu'il est toujours vierge ? il ne sera pédé que le jour où il pratiquera ? qu'il n'ait envie que des hommes ne change rien ?

reviens sur terre trois secondes. on est très bien sur le plancher des vaches...

.

Si elle était polyamoureuse (qu'elle pratiquait, pour schématiser) je ne serai pas là, je ne serai plus avec elle, elle vivrait sa relation avec X ou Y sans moi.

ta femme EST poly dans toutes ses fibres. qu'elle pratique ou pas ne change rien. si tu es vraiment honnête avec toi-même tu devrais la quitter, qu'elle pratique ou non. faut savoir ce qu'on veut dans la vie. à l'heure actuelle tu es bien en couple avec une poly.

.

Ma réponse:

C'est assez paradoxal de parler à un Juif de Noêl !
Bref, c'était une boutade.

Si ma femme était polyamoureuse, en 15 ans, je l'aurais su, vu, "pris dans la face".
Sur sa réflexion sur sa sexualité, sa relation avec les hommes, elle n'a jamais été passive, c'est quelqu'un qui a toujours été "moteur" (active) dans sa réflexion, sa vie, ses relations, ses actes. Donc, je le redis, et sans me cacher derrière ton sapin et tes rennes, non, ma femme n'est pas polyamoureuse, elle s'y intéresse. Elle s'intéresse aussi à d'autres religions, et ce n'est pas parce qu'elle emprunte des livres sur l'art et l'Islam qu'elle se tourner vers la Mecque !! Soyons sérieux 5 minutes. Je ne quitte personne sur des spéculations, pas plus que je ne juge personne sur des spéculations. La vie m'a appris qu'il n'y a que les actes qui comptent. Je ne juge que sur des actes.

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion