Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Ah non ! D'accord pour un, mais pas deux !

Bases
#
Profil

bliss

le jeudi 12 mai 2011 à 00h39

Tout est dans le titre...
C'est la question du moment..
C'est en gros ce que me dit mon compagnon, qui "tolère" mon deuxième amoureux, à condition que nos vies soient bien cloisonnées, que l'une n'intervienne jamais sur l'autre. Et qui tombe en pâmoison quand je lui parle d'un troisième amoureux potentiel.
Bon...
C'est pas que j'ai trop envie en ce moment d'agrandir encore le cercle, vu que je peine déjà à vivre ces deux vies, (que l'on m'impose un peu de vivre comme tel, puisque pour moi, c'est juste la mienne, et j'en ai qu'une, avec mes deux amours) mais c'est une question de principe ! Rien qu'à l'idée que ce ne soit pas possible, je me sens prisonnière. J'étouffe. Et à l'idée qu'un jour amoureux 3 arrive et qu'on repasse par les mêmes crises de jalousie, de folies, qu'on retraverse les mêmes tempêtes... ah non merci.... je voudrais tant nous épargner ça..
Il y en a parmi vous qui ont réussi à dépasser ce cap avec leur compagnon exclusif, qui petit à petit se "converti", un peu malgré lui*, à la non-exclusivité ?
--------------------------------------
* j'entends par là qu'il me dit souvent : " j'ai pas choisi moi, c'est toi qui m'impose ton choix ! " auquel je réponds maintenant, grâce à tous vos conseils si précieux, " Mais si t'as choisi ! Tu as choisi de rester avec moi, qui ai aussi un autre amoureux, remettons les choses à leur place."

------------------------------------------

Et même pire, l'autre jour il m'a dit, " Lui d'accord, mais pas d'autre", c'est une variante, mais que je trouve encore plus terrible.. Comme s'il l'acceptait Lui, parce que c'est exceptionnel, mais que ça doit rester exceptionnel. Arghh.. je fais quoi ! ? Au secours !!! Je me sens parfois tellement piégée face à ses exigences. Mais que voulez vous, je l'aiiimmeeeee.

Vous pouvez y aller tranquille, j'attends vos réactions, ça va m'aider. Je le sais. Je sais ce que je viens chercher ici. Je commence à connaitre les habitués. Prenez pas de pincettes avec moi. Je ne quitterais pas la salle !

#
Profil

Paul-Eaglott

le jeudi 12 mai 2011 à 09h09

Une hypothèse (un peu bancale et hasardeuse, j'en suis conscient) :

et si, puisqu'il préfère un cloisonnement entre lui et "l'autre", tu faisais simplement un cloisonnement entre lui et "ta vie poly".
La possibilité d'une telle solution dépendra de vos accords : est-ce qu'il veut savoir ce que tu fais et qui tu vois, ou est-ce qu'il préfère que tu n'en dises rien ? Autrement dit, est-ce qu'il veut simplement que rien, dans votre vie, ne lui mette sous le nez que tu n'es pas exclusive, ou est-ce qu'il veut "contrôler" ce que tu vis ?

S'il veut juste ne rien savoir, quitte à avoir une "double vie", tu pourrais établir avec lui que ta relation avec lui restera préservée, et que tu ne lui imposeras plus de savoir ce que tu fais en dehors de lui ni avec qui (ce qui ouvre la possibilité d'un 3ème).

Mais s'il veut savoir plus en détail, ça ne sera pas une solution satisfaisante pour lui.
(J'ai connu des exemples qui illustrent les deux cas de figure, et les solutions ne sont pas à chercher du même côté.)

#
Profil

bliss

le jeudi 12 mai 2011 à 11h15

héhé, ben non, il veut savoir.
Pas du tout dans un désir de contrôle, mais pour ne pas se sentir trompé ( là faudrait creuser aussi.. comment lui apprendre à ne pas se sentir trompé en découvrant quelque chose qu'on ignore de l'autre...) Pour qu'on continue à avoir confiance l'un envers l'autre. Et que des pans entier de ma vie ne lui soit pas inconnus non plus. Il veut le cloisonnement, mais en sachant tout. Compliqué, einh... je pense que le cloisonnement pour lui c'est avant tout pour garantir l'équilibre de la cellule familiale ( on a un enfant, petit ) . C'est aussi lui qu'il veut préserver par ce choix.Mais sa peur, parce que ce n'est pas autre chose selon moi, que d'autres arrivent dans ma vie, elle n'est en rien lié à l'enfant, là c'est une peur pour lui.Et il a étonnamment beaucoup de mal à en parler, il ne peut jamais aller plus loin souvent dans nos longues discussions que " C'est comme ça, je peux pas t'expliquer, je sais que je ne supporterai pas, c'était trop dur pour moi, je ne veux pas revivre ça".

#
Profil

LittleJohn

le jeudi 12 mai 2011 à 11h41

Bliss, m'est avis que ton compagnon a peur de la perte de contrôle. Il sait pour l'amoureux existant, il contrôle à peu près la situation (ou du moins en a-t-il l'impression, c'est kif-kif) vu que tu es toujours là. Il veut savoir parce que savoir, c'est encore garder un part de contrôle sur ta vie. L'arrivée d'un éventuel "autre" est toujours un risque pour la situation amoureuse existante, une déstabilisation possible, pour ton compagnon comme pour ton amoureux (et pour toi, aussi). C'est compréhensible qu'il la craigne, mais je pense aussi que, quoi qu'il en dise, et pour peu qu'elle ne remette pas en cause la situation existante (ou à la marge), il s'y fera comme il s'est fait à l'arrivée de ton premier amoureux.

Aucun jugement de ma part sur savoir=contrôle (ou illusion, tentation du contrôle de l'autre), c'est juste l'état de ma réflexion sur le sujet, étant passé de "je veux tout savoir" à "je ne veux rien savoir" (pas moi, mais mon ancienne et ma nouvelle amoureuse). Vouloir savoir étant autre chose que partager...

#

(compte clôturé)

le jeudi 12 mai 2011 à 20h03

Houuuuuu que je te comprends sur la question de principe...

J'ai moi-même pas mal bataillé pour des trucs "de principe" mais qui me semblaient tellement opposés à mon besoin de liberté que ça m'énervait beaucoup quand on me faisait remarquer que finalement c'était juste pour le principe.
Oui, c'est pour le principe, et c'est pour ça que c'est important !!!

Par principe je veux pas avoir d'horaires quand je sors.
Par principe je veux pas avoir de comptes à rendre sur ce qui ne regarde pas l'autre et n'entre pas explicitement dans le "contrat".
Par principe, je veux avoir 1, 2, 3, 15 amoureux en même temps - ou pas du tout - sans tenir de comptabilité. Et je veux pouvoir faire ce que je veux avec eux au moment où je suis avec eux.

Bon, ça c'est le principe. Pour la mise en oeuvre, c'est évidemment pas simple. Chaque étape dans mon expérience se négocie avec prudence, et ça prend du temps.
Deux trucs qui ont aidé pour moi :
- arriver à doser avec justesse entre "en parler tout le temps, saouler l'autre et lui faire encore plus peur en lui faisant croire que ça vire à l'obsession" et n'en parler jamais pour éviter les crises. Idéalement, ça devient intéressant quand ça arrive sur le tapis suffisamment souvent pour qu'il sache que ça te préoccupe, mais suffisamment rarement pour qu'il n'ait pas l'impression d'être manipulé ou forcé. Quand tu trouves le bon dosage, ça avance beaucoup plus vite.
- le rassurer en permanence, en lui montrant que ces libertés que tu demandes ne t'éloignent pas de lui mais sont nécessaires pour toi. Preuves d'amour, attentions envers lui, évidemment, mais pas seulement. Lui montrer que ce n'est jamais qu'un ingrédient de liberté de plus dans une vie qui est déjà libre. Te montrer comme tu es, pour qu'il place de lui-même la pièce qui te manque, parce qu'il va finir par voir que ça aussi, c'est toi, et qu'il t'aime comme ça. C'est très difficile pour le partenaire qui n'est pas poly de sortir de l'idée toute faite "tu as changé, je ne te reconnais plus". Le jour où tu auras pu lui faire saisir que tu es juste cohérente avec toi-même, le jour où tu auras mis en valeur tous les aspects de ta liberté, pas seulement sexuelle mais aussi sociale, créatrice, intellectuelle... ce que tu demandes va devenir tellement juste à ses propres yeux qu'il ne verra plus pourquoi il s'y oppose.
C'est là encore très long, c'est un vrai jeu d'équilibriste, mais c'est possible et il faut y croire.

#
Profil

Deville

le jeudi 12 mai 2011 à 20h49

bliss
il ne peut jamais aller plus loin souvent dans nos longues discussions que " C'est comme ça, je peux pas t'expliquer, je sais que je ne supporterai pas, c'était trop dur pour moi, je ne veux pas revivre ça".

Avec un tel manque d'analyse/compréhension de ces émotions de sa part, les discussions ne doivent aller bien loin :-D Puisqu'elles sont longues, elles doivent dès lors ressembler à des dialogues de sourds qui ne doivent pas résoudre grand chose. Juste de l'énergie et du temps perdu, et pire l'amour qui se blesse à chaque dispute, jusqu'a finalement un beau jour être irréparable. Mort. L'amour est un miracle fragile. Prenez garde à le préserver.

As-t-il déjà consulter un psychothérapeute pour mieux comprendre et donc maîtriser ces émotions?

bliss
Pas du tout dans un désir de contrôle, mais pour ne pas se sentir trompé ( là faudrait creuser aussi.. comment lui apprendre à ne pas se sentir trompé en découvrant quelque chose qu'on ignore de l'autre...) Pour qu'on continue à avoir confiance l'un envers l'autre. Et que des pans entier de ma vie ne lui soit pas inconnus non plus. Il veut le cloisonnement, mais en sachant tout.

Quand on a vraiment confiance dans l'autre on a pas besoin de savoir ce qu'il fait quand il n'est pas avec nous. C'est un adulte, et c'est SA vie. La partie LIBRE de SA vie qu'il ne partage pas avec nous, voila tout. Ce qu'il fait dans ces moments de bonheur sans nous NE NOUS REGARDE PAS, c'est aussi simple que cela.

Est-ce une bande de potes? Un loisir qui ne nous intéresse pas? Un autre amour? 10 autres amours? Des missions d'agent secret? :-D . Peu importe.

Tromper c'est mentir. Ne pas raconter ce n'est en aucun cas tromper.

Sur ce forum, je m'aperçois qu'une bonne part des problèmes rencontrés par les polyamoureux, c'est d'aimer des personnes qui simplement n'admettent pas que l'on puisse être un couple heureux sur la longue durée sans avoir à tous partager et sans savoir tout l'un de l'autre. Un problème pas vraiment propre au polyamour donc.

On passe notre adolescence à rendre des comptes a des parents inquiets qui ne nous font pas confiance, ce n'est pas pour ce mettre en couple avec des conjoint inquiets qui ne nous font pas confiance. Vouloir tout savoir sur ce que fait l'autre sans nous, c'est de l'infantilisation, de l'invasion d'espace personnel, de l'étouffement. Recette idéale pour faire capoter le couple pour peu que l'autre soit une personne ayant besoin d'un minimum de liberté et d'espace vital propre pour ce sentir heureuse.

Il faut donc lui faire comprendre que ce tu fais sans lui ne le regardes pas et tu le lui racontera parfois, QUAND bon t'en semblera, que tu n'as pas de compte à lui rendre. Que tu ne cédera plus sur ce point, et si cela est insupportable pour lui, qu'il prenne la décision de te quitter au lieu de te bouffer l'oxygène. A mon avis, même si il prétend le contraire, c'est un désir de contrôle.

Bon courage et bonne chance.

PS: J'y suis allez sans pincettes car tu nous as donné l'autorisation de le faire (+) Ne connaissant pas grand chose à votre histoire, je suis peut-être completement à coté de la plaque notes bien.

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

#
Profil

Deville

le jeudi 12 mai 2011 à 21h47

Janis
Houuuuuu que je te comprends sur la question de principe...

J'ai moi-même pas mal bataillé pour des trucs "de principe" mais qui me semblaient tellement opposés à mon besoin de liberté que ça m'énervait beaucoup quand on me faisait remarquer que finalement c'était juste pour le principe.

Oui, c'est pour le principe, et c'est pour ça que c'est important !! !
Par principe je veux pas avoir d'horaires quand je sors.
Par principe je veux pas avoir de comptes à rendre sur ce qui ne regarde pas l'autre et n'entre pas explicitement dans le "contrat".
Par principe, je veux avoir 1, 2, 3, 15 amoureux en même temps - ou pas du tout - sans tenir de comptabilité. Et je veux pouvoir faire ce que je veux avec eux au moment où je suis avec eux.

Salut Janis, je suis 100% d'accord avec toi sur ce point.

Je suis aussi content d'apprendre que tu ais en fait davantage de principes que le mois dernier quand tu me répondais:

Janis
Et oui, je me méfie des principes, personnellement j'en ai très peu,

LOL

#
Profil

Siestacorta

le vendredi 13 mai 2011 à 01h27

@Bliss
J'ai deux pistes en tête...

L'une sur lui : et si c'était pour ton compagnon une question de fierté ? D'image de soi, de l'hôm face aux rapports de force classiques dans un couple ? Je me dis que, pour quelqu'un de monogame, avoir une relation un poly peut laisser une impression similaire à celle d'être cocu.
Bien sûr que c'est différent dans la réalité...
- parce qu'il n'y a pas cette comédie des placards, des inventions, des "je fais semblant de pas voir" de la part de l'époux
- et parce qu'on ne ment pas non plus sur les sentiments qu'on a pour l'aimé-premier. On ne reste pas avec l'autre pour des apparences, pour les gosses, mais bien par amour.
Mais... se voir là, quand on est la personne qui aime selon les schémas classiques ? A montrer à l'entourage ?
Parce qu'à part toi, à qui il parle de sa situation amoureuse ? Est-ce qu'il a des proches à qui expliquer ce qu'il ressent ? Et ces gens peuvent-ils comprendre le polyamour, où vont-ils lui renvoyer une incompréhension ?
Du coup, passer de "ma femme a un autre amoureux, on a une relation spéciale mais j'assume" à "ma femme court le guilledou dès que l'occasion se présente, et moi je dis rien"... De son point de vue, à penser ça de lui-même ou à se voir comme ça dans le regard d'un entourage, ça peut être effrayant, dévalorisant.
Une des portes pour sortir de ça serait qu'il ait des gens à qui parler, dont vous reconnaitriez tous deux la valeur... Pour que ça reste pas dans le placard, que le discret ne se confonde pas avec le honteux, et qu'au contraire, ce soit vécu presque fièrement "nous arrivons à offrir l'un à l'autre ce dont chacun a besoin, chacun à l'épanouissement de l'autre, et lui, en offrant une liberté... un don très précieux".

- une autre piste, c'est ton "j'étouffe, je me sens prisonnière rien qu'à l'idée que ne peux pas".
"Beaucoup, beaucoup d'émotion" comme dirait Nikos.
C'est clair que ce n'est pas exactement ton mari qui t'enferme... Bon, bien sûr, le mariage, ses émotions à lui... C'est là, évidemment. Mais c'est quelque chose avec quoi tu deales déjà. Mais de ton côté ? Qu'est-ce qui fait que tu te confrontes comme ça si fort, intérieurement ? Si c'est "l'idée" qui t'étouffe, c'est que tu as déjà une expérience de l'enfermement, ou peut-être simplement de la stagnation. A quel autre moment dans ta vie, en dehors de ta relation avec ton compagnon et de son histoire, t'es tu sentie coincée, empêchée de faire ce que tu aurais désiré ?

Bon, si je suis sur une bonne piste, il est possible que ce soit pas des choses que tu aies envie de confier à tous les vents. Tu dis en MP, ou tu dis juste que tu vois de quoi ça peut être fait et t'en charger, si ça peut pas sortir en public.

Bon courage.

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

#

(compte clôturé)

le vendredi 13 mai 2011 à 08h31

@Deville : je n'ai qu'un principe mais il est balèze : je veux qu'on me foute la paix :-)

#

renouveau (invité)

le lundi 16 mai 2011 à 17h53

Je ne vois qu'une chose dans ton récit. Ton compagnon a peur de te perdre n'a pas encore accepté l'idée de "partager" la personne aimée.
d'une part, ne rien savoir pour ne pas avoir mal. De l'autre, tout savoir le rassure. Que d'émotions contradictoires !! Il est encore perdu et bataille avec tout ça.

#
Profil

bliss

le lundi 16 mai 2011 à 22h36

Bonsoir à tous, désolée de ma lente réactivé, j'ai pas une minute à moi ces temps-ci.
Siesta, pour tes deux hypothèses de travail ( hé hé ) , la première, celle de la fierté, je pense que tu tombes pile poil.... il n'en parle pas, ou alors seulement quand ça va trop mal et qu'il a besoin de trouver une oreille amie pour déverser son chagrin, ou sa colère. Mais sinon, il me dit ne pas en avoir besoin. Et je pense que c'ets là que ça achoppe. Moi j'en parle à tout le monde. Enfin à beaucoup de monde. Tous mes proches sont au courant. Pas les siens. Il se protège énormément. Par exemple il ne s’intéresse absolument pas aux forums de discussion, aux bouquins, etc.. il a accepté de lire le bouquin de Françoise au tout début, plus pour me faire plaisir, pour me "comprendre". Mais maintenant qu'il a "compris", il ne s'y intéresse pas. Et oui, je pense que cela participe à sa petite entreprise de dévalorisation.Et qu'il est bouffé de peur. Je vais essayer de lui en parler. Délicatement.
Il reste de toutes façons sur sa position : "Tu m'imposes une histoire que je n'ai pas choisi et que je subis".

Et oui @Renouveau tu as raison, il est encore là dedans, dans la peur, il n'a toujours pas accepté, même s'il me dit le contraire : " J'accepte du moment que ça n'empiète pas sur ma vie."

Quand à ta deuxième piste, je dirais que mon sentiment d'étouffement est quasi inné ! Je ne suis pourtant pas née avec le cordon autour du cou. Mais à 3 ans je faisais déjà ma première fugue, ma mère m'a retrouvé sur la Nationale traversant mon village, je partais d'un pas décidé. J'avais fait ma valise, j'avais mis des fringues de rechanges . je crois que je devais être en colère contre elle... J'ai toujours réussi à faire ce que je voulais, depuis petite. Après je suis quelqu'un qui aime foncièrement la vie et qui à tendance à voir la bouteille à moitié pleine, plutôt qu'à moitié vide. Et quand je me dis rétrospectivement que j'ai toujours réussi à avoir ce que je voulais, peut-être qu'en fait je me contente, voir même je me satisfais, de ce que j'ai ! hé hé !! :-) Mais je suis allergique à l'autorité, et au pouvoir. Je vis toujours mal les situations où je ne me sens pas libre. Et c'en est une.
Alors oui, sa peur + mon allergie = Une situation un peu bloquée qui n'avance pas beaucoup.
Mais comme Janis, c'est vraiment une question de principe, j'ai même pas envie d'en user...
Et au fond, ce qui me dérange c'est de sentir qu'il n'a pas réellement accepter de ma partager, oui. Que ça lui fait encore mal.
que faire ?

#
Profil

Siestacorta

le mardi 17 mai 2011 à 00h42

Mais, à trois ans, ça pouvait être quoi, un endroit "ailleurs" où tu pouvais aller ?
(moi à trois ans je suis même pas sûr que j'aurai trouvé le tiroir avec les rechanges, alors partir...)

#
Profil

bliss

le mercredi 18 mai 2011 à 21h04

Oui, sûrement, un endroit où personne me dit ce que j'ai à faire ! Tranquille, pépère ! Pas emmerdée ! :-)

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion