Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Au secours, des monothérapeutes !

#

(compte clôturé)

le lundi 22 février 2010 à 12h18

Junon
Euh Dexter n'est plus asexuel depuis la fin de la saison 1...il est même papa.

Pirquoi tu nous casses le coup, tsâââ ^^ . Bon, zut, ça me plaisait bien cette non-normalité. Même si elle est issue de son penchant à découper les gens comme des poulets.
J'ai vu les deux premiers épisodes l'autre jour, bien tard, et c'était mis en avant pif-paf dès le premier épisode.

Bref, la question est: l'asexualité, dans quel paysage d'inscrit-elle? Besoin de la décortiquer, de la désigner comme cela a été le cas longtemps, comme une pathologie, au même titre que les orientations sexuelles diverses, déviant de la norme hétéro ? Asexuel, ne veut pas dire pas de sexe, mais pas de sexe avec autrui..

Le nœud du truc, il me semble, c'est plutôt dans le fait de devoir partager ça avec quelqu'un. Je conçois que ce soit ressenti comme ennuyeux et fatigant de se prêter à un jeu par complaisance sociale. Toupareil, là.

On s'est longtemps posé bien moins de question sur la sexualité passive des femmes, dont les hommes dictaient le rythme et la fréquence des rapports... pas le temps d'avoir envie, voilà de quoi être dégoûté de la chose. Que ça puisse être confondu avec la vertu, là aussi, ça m'interpelle.

#

(compte clôturé)

le lundi 22 février 2010 à 12h20

Pour le truc de concevoir par méthode naturelle, c'est ambigu, la formulation. Obtenir du sperme en se masturbant puis le donner à madame pour qu'elle se l'injecte in situ avec la pompe à sauce du rôti... faisable, et ça l'air du naturel, de l'extérieur, résultat idem. J'ai une connaissance qui est née comme ça.

#
Profil

Tchu

le lundi 22 février 2010 à 13h49

Je m'y suis certes prise sur le tard, mais j'ai vraiment jamais vu le sexe comme un jeu auquel on se prête par convention sociale.

Ca m'effraie un peu ce raisonnement O_O

#

(compte clôturé)

le lundi 22 février 2010 à 14h11

Et pourtant, c'est pas un raisonnement, c'est une réalité! Un de mes papas de substitution m'a dt qu'il était effaré de voir combien de filles avaient subi ou subissaient le sexe sans en avoir envie, juste pour que la relation avec leur partenaire ne prenne pas fin. Et ceci hors mariage.

Je connais aussi des garçons dans le même cas... Qu'il faille coucher pour mériter même le nom de couple est une retombée logique de la normalité ambiante.

#
Profil

Junon

le lundi 22 février 2010 à 14h40

Tchu
Et dans la saison 2 il a une aventure torride avec une femme.

Il est pas asexuel Dexter, il est psychopathe.

Ben de fait, il est asexuel . Mais tu as raison, osef :-)

#
Profil

Junon

le lundi 22 février 2010 à 14h45

Clementine
Et pourtant, c'est pas un raisonnement, c'est une réalité! Un de mes papas de substitution m'a dt qu'il était effaré de voir combien de filles avaient subi ou subissaient le sexe sans en avoir envie, juste pour que la relation avec leur partenaire ne prenne pas fin. Et ceci hors mariage.

Je connais aussi des garçons dans le même cas... Qu'il faille coucher pour mériter même le nom de couple est une retombée logique de la normalité ambiante.

C'est vrai que ça m'agace aussi, cette tendance à vouloir normaliser le sexe et en faire un impératif de la vie amoureuse, même si, comme Tchu, j'ai du mal à concevoir une vie sans.

#
Profil

LuLutine

le lundi 22 février 2010 à 15h54

Junon
C'est vrai que ça m'agace aussi, cette tendance à vouloir normaliser le sexe et en faire un impératif de la vie amoureuse, même si, comme Tchu, j'ai du mal à concevoir une vie sans.

Oui moi aussi ça m'agace quand on me sort "on n'a pas fait l'amour depuis...", pour moi ça ne fait pas tout !
Que ce soit 3 jours ou 3 mois, peut-être parce que je n'ai pas de manque physique insurmontable lorsque je dois m'abstenir, ça ne me semble pas crucial.

Et dans l'autre sens aussi : lorsque j'ai traversé une crise avec mon amoureux, en en parlant à un ami, j'ai précisé lors de la discussion que nous avions toujours des relations sexuelles régulières. L'ami en a déduit qu'au fond, ça allait plutôt bien entre nous. Le simple fait que nous couchions ensemble était un indicateur comme quoi ça ne pouvait pas aller mal ! C'est un peu n'importe quoi... (bon, le fait est qu'aujourd'hui nous sommes toujours ensemble, mais s'il suffisait du sexe pour faire "tenir" une relation ou indiquer son "état de santé", ça se saurait !).

#
Profil

Siestacorta

le lundi 22 février 2010 à 21h09

LuLutine
mais s'il suffisait du sexe pour faire "tenir" une relation ou indiquer son "état de santé", ça se saurait !).

C'est effectivement pas suffisant, mais j'irai pas jusqu'à dire que ce n'est pas lié.
Il n'y a probablement pas de norme dans le nombre de rapports sexuels à avoir quand ça va bien.
En revanche, quand il n'y a pas du tout de rapport sexuel, pas toujours mais très souvent, c'est qu'il y a quelque chose qui va pas. Ca peut être un simple problème de communication, même pas vraiment grave pour le couple, ça peut être un problème de un et pas de l'autre. Mais je crois pas que l'absence de sexe, sur un long terme, puisse être dénué de sens.

#
Profil

LuLutine

le lundi 22 février 2010 à 21h15

Siestacorta
Mais je crois pas que l'absence de sexe, sur un long terme, puisse être dénué de sens.

Sur un long terme, oui.
Ensuite il y en a pour qui deux semaines c'est du long terme.
Pour d'autres c'est deux mois.
Pour d'autres un an...et personne n'a le même "standard".

Au bout de plusieurs années je peux ne pas avoir de rapport avec quelqu'un pendant deux ou trois mois sans que cela me semble constituer un problème...mais pour d'autres "ce n'est pas normal" alors que la "norme" en question varie d'un individu à l'autre...

#
Profil

Romy

le lundi 22 février 2010 à 21h40

Site de nouvelles satirique en lien avec le sujet du fil posté par Siesta...

www.theonion.com/content/news/tiger_woods_announce...

#

(compte clôturé)

le mercredi 24 février 2010 à 22h56

LuLutine
Oui moi aussi ça m'agace quand on me sort "on n'a pas fait l'amour depuis...", pour moi ça ne fait pas tout !
Que ce soit 3 jours ou 3 mois, peut-être parce que je n'ai pas de manque physique insurmontable lorsque je dois m'abstenir, ça ne me semble pas crucial. Et dans l'autre sens aussi : lorsque j'ai traversé une crise avec mon amoureux, en en parlant à un ami, j'ai précisé lors de la discussion que nous avions toujours des relations sexuelles régulières. L'ami en a déduit qu'au fond, ça allait plutôt bien entre nous. Le simple fait que nous couchions ensemble était un indicateur comme quoi ça ne pouvait pas aller mal ! C'est un peu n'importe quoi... (bon, le fait est qu'aujourd'hui nous sommes toujours ensemble, mais s'il suffisait du sexe pour faire "tenir" une relation ou indiquer son "état de santé", ça se saurait !).

Je plussoie...Avoir ou pas des relations sexuelles n'est pas un bon indicateur de l'état d'une relation. D'autant plus que l'expression "relations sexuelles" veut tout et rien dire !

#

(compte clôturé)

le jeudi 01 avril 2010 à 15h22

Je déterre le sujet pour vous signaler que le premier épisode de la saison 14 se South Park porte justement sur ce sujet.
En comme d'hab c'est monstrueusement criant de vérité :D

L'épisode

Les sous-titres

#
Profil

Junon

le jeudi 01 avril 2010 à 16h31

Le retour de Hyo!

#

(compte clôturé)

le jeudi 01 avril 2010 à 17h47

J'étais pas très loin, je manque juste un peu de temps ;)

#

(compte clôturé)

le vendredi 13 mars 2015 à 06h50

En lisant je viens de comprendre que j'étais tombée sur une psy polyamoureuse une fois quand j'ai fait une thérapie avec mon conjoint qui me trompait (j'étais mono).
Elle m' afranchement choquée parce qu'elle n'a pas écouté ma souffrance et m'a balancé que le comportement de mon mec était tout à fait normal d'aller voirailleurs et que ma jalousie était stupide....

Ok mais moi le mensonge, je supportais pas, et puis c'est pas son rôle de ne pas être dans l'écoute...elle m'avait meme dit "ben quoi moi aussi je couche avec mon meilleur ami et alors" et "monsieur ne met pas tous ses oeufs dans le meme panier et il a bien raison".
Whaaaaaaaaaaat?

Enfin pour dire que meme chez les psys polys y'en a des heeeuuuuuuuuuuu pas très empathiques...mais si vous voulez que votre conjoint mono se fasse sermonner sur sa stupidité elle est super :)

#
Profil

centaure77

le vendredi 13 mars 2015 à 11h46

Bonjour Aliaendel,
Je me permets de réagir même si ce fil de discussion semble un peu ancien dans les interventions…J’écourte les présentations mais disons que j’ai une histoire d’amour polyamoureuse : j’aime une femme merveilleuse qui aime aussi un autre homme. Par ailleurs dans ma vie j’ai été conseiller conjugale/sexologue, cela peux d’ailleurs redevenir d’actualité mais la n’est pas le sujet.
Un conseiller n’a pas à être monogame, polyamoureux ou toute autre forme, en tout cas pas dans son métier. Dans la vie chacun fait selon ce qui semble lui convenir mais un thérapeute doit, c’est la base, ne pas projeter ses gouts et opinions dans une action de conseils. Imaginons : je pratique l’échangisme et le libertinage, j’ai une consultation de couple alors hop ! À poils tout le monde…
A l’inverse il ne doit pas non plus transmettre des valeurs sur la fidélité ou le sens de la famille ou que sais-je…il n’a rien à transmettre, il doit être ouvert et sans jugements de valeurs, écouter la demande, comprendre les souffrances et rétablir le dialogue si cela est encore possible…Et ne pas vouloir non plus « sauver le couple » à tout prix car il y a des situations ou l’histoire amoureuse n’est plus , tout simplement, les personnes vont se rendre compte qu’il n’y a plus rien à sauver…comme dit une jolie phrase : « on ne se réchauffe pas auprès d’un feu éteint ».
Cette absence de jugements, ce regard empathique et neutre sont les choses les plus importantes du travail de thérapeute…pour information après chaque consultation il faut débriefer l’entretien et toujours se poser la question de ses interventions, être vigilant pour se dire « pourquoi ais-je dis cela, était-ce nécessaire, ne suis-je pas en train de projeter mes propres attentes… ».
Quand à parler de sa propre vie aux personnes, ils ne paient pas pour entendre la vie du thérapeute je pense.
Par contre pour conclure ce rôle de thérapeute n’est jamais facile car souvent aussi les personnes viennent le voir dans l’espoir que celui-ci va abonder dans leurs sens, un peu pour caricaturer dans le style « tu m’as trompé, attend mon gaillard tu va voir le savon que le conseiller conjugal va te passer ! ». Si le thérapeute ne cautionne pas pleinement le ton peu monter très vite dans le style « Comment ! Il couche avec ma meilleure copine et vous ne dite RIEN ! Je ne vais pas payer 50 euros pour entendre des conneries pareilles ! ». Ou encore « je suis polyamoureuse mais mon mari parle de me quitter si je poursuis : vite, vite un conseiller conjugal estampillé Poly pour qu’il vende le concept a mon conjoint et qu’ensuite il soit polyamourreux a fond les manettes ».
Souvent aussi il existe des personnes qui pensent qu’en raison de l’importance de leurs expériences ils sont légitimes à conseiller…cas typique du genre : je suis un acteur porno, avec mon expérience je peux conseiller les gens sur le sexe. Jouer du violon et savoir les réparer n’est pas le même métier même si pour un luthier être violoniste aide beaucoup !
Voila, pour tordre le cou à quelques idées reçues !

#

(compte clôturé)

le vendredi 13 mars 2015 à 11h54

Merci ;) Je suis thérapeute aussi ;) Donc je sais bien qu'elle outrepassait totalement son rôle...je n'y suis plus retournée...même mon ex de l'époque était ennuyé par sa façon de faire dérangeante...Beaucoup de psys mêlent leur vie personnelle....ça m'énerve. Qu'ils la racontent en parlant en "je" d'humain à humain pour illustrer ça ne me dérange pas. D'aileurs je le fais parfois, mais qu'ils se mêlent et jugent "c'est ben ou pas bien", ça ça ne va vraiment pas.
Qu'est-ce que je n'en ai pas entendu, vu que j'ai toujours eu, même en mono, une vie amoureuse très remplie (forcément j'étais amoureuse souvent de plusieurs personnes)..qui m'ont dit "mais enfin, ça ne se fait pas, quoi?? Encore?? Mais vous narrêter jamais!"
Bonjour le jugement!!!

A bientot :)

#
Profil

bonheur

le dimanche 15 mars 2015 à 17h50

L'une de mes relations secondaires a suivi un thérapie suite à un divorce difficile (franchement longue et couteuse, la thérapie) et cette professionnelle ne lui apportait que de la culpabilité et cette thérapie ne faisait que renforcer la mauvaise estime de soi que cette personne cultivait à l'époque envers elle-même.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion