Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Comment faire comprendre ?

Monogamie
#
Profil

Drya

le lundi 29 mars 2010 à 12h50

Voilà, je ne retrouve pas de sujet existant vraiment approprié, il y en a dans les archives, mais lointaines, j'aimerais remettre ça sur le tapis par un nouveau fil vierge.

Je suis dans une situation où j'ai découvert le polyamour comme une révélation: aimer plus d'une personne n'est pas une tare et ne diminue pas l'amour ni l'attention portée à chacun! Maintenant, comment faire comprendre ça à mon amoureux qui, lui, se sent "arnaqué" ("le beurre et l'argent du beurre", merci) si je lui demande d'accepter que j'aime une autre personne et que je vive vraiment cette histoire sans devoir renoncer à lui?
J'essaye d'aller dans son sens, je comprends ses peurs, ces idées reçues qui font que ça ne passe pas, je fais preuve de patience et de volonté, et j'en souffre beaucoup, pour lui, depuis trop longtemps maintenant. J'ai essayé de lui faire comprendre qu'il n'a rien à y perdre, si ce n'est ses peurs illusoires, j'ai fait tout ce que j'ai pu pour le rassurer, mais c'est insurmontable, il ne m'entend pas. Ses peurs sont-elles plus légitimes que mes sentiments?

Autrement dit, comment avez-vous réussi à transmettre votre envie de changer de stratégie de couple?

#

(compte clôturé)

le lundi 29 mars 2010 à 13h26

J'estime que le polyamour est un chemin si personnel, qu'on peut en parler et en reparler autant qu'on veut, avec toute la patience du monde, ça ne fonctionne pas comme ça.. Chacun fait son chemin vers le polyamour, ou pas. Et comme c'est loin d'être le chemin unique ou idéal, si c'est celui que tu as choisis, tu dois en reconnaître aussi les limites, en l'occurence là.. tu ne pourras pas convaincre ton chéri que c'est une formule qui pourra lui convenir aussi. Il fera sa route, ou pas, mais ca n'aura pas grand chose à avoir avec toi, si ce n'est tout au plus l'exemple que tu peux lui montrer.
Je crois que c'est Françoise qui dit que le polyamour est plus un choix individuel qu'un choix de couple, et j'en suis également totalement convaincue.
Quelque part .. il n'a pas tort.. sur l'histoire du beurre et de la cremière.. on ne peut pas tout avoir, même quand on fait le choix d'être poly.

#
Profil

Siestacorta

le lundi 29 mars 2010 à 13h44

Si tu as déjà parlé de ça, essayé d'exposer posément... Tu devrais lui mettre entre les pattes un bouquin de Simpère, "aimer plusieurs hommes", par ex. Le traîner à un café poly, pour qu'il voit que tout le monde te saute pas dessus la bave au lèvre sous prétexte qu'on est libre.

Après, tu ne pourras pas le convaincre. Non, j'insiste, je suis d'accord avec Mirabelle, ça sert à rien de batailler trop longuement.
Tu t'es montrée comme tu es, et c'est déjà très bien, c'est important dans n'importe quelle relation d'expliquer ce qu'on veut dans la vie.
Le beurre et l'argent du beurre ? Oui, et alors, si on m'offre les deux, je vais pas en prendre qu'un par habitude.

Le truc, c'est qu'à terme, faire le pas (rencontrer un deuxième partenaire) ou renoncer définitivement sera sans doute le seule choix que t'auras . Et il n'y a qu'à ce moment là qu'il saura si son sentiment pour toi est plus fort que son désir de t'avoir tout le temps pour lui tout seul.
Et que tu sauras si ton besoin de poly est indispensable ou pas...

#

(compte clôturé)

le lundi 29 mars 2010 à 14h10

J'avais fait le choix de revenir à la monogamie, ne supportant pas de "tromper" mon compagnon.
Mais le temps passe, des évènements se produisent, et si j'ai de nouveau d'autres relations, je me retrouverai devant le même dilemmne qu'il y a un an. Avec cette différence qu'entre temps lui a recommencé à se construire un réseau social, et que le polyamour est parfois dans nos conversations, à petite dose. Par exemple, hier, il me disait grosso modo qu'il avance vers le moment où il mettra "relation libre" sur sa page Facebook. Mais tout ça est très timide.
Est-ce que ce serait une bonne idée de tout lui cacher encore pendant aussi longtemps qu'il lui faudra pour faire de son côté quelques rencontres ?

#
Profil

LuLutine

le lundi 29 mars 2010 à 14h17

Je pense que la situation est un peu différente dans le cas où tu as un autre partenaire (ou souhaite une seconde relation, également souhaitée en connaissance de cause par la personne concernée) et dans le cas où tu n'en as pas (encore).

Tant que tu ne rencontres personne d'autre, tout reste théorique, "sur le papier". Donc au final c'est peut-être plus facile de convaincre ton amoureux que tu as ou peux avoir des sentiments pour un autre, sans que ça altère tes sentiments pour lui. Pense à avoir des petites attentions pour lui, de la tendresse, et surtout à ne pas le "saoûler" tous les jours avec cette histoire de polyamour (je le dis un peu comme je pense qu'il peut le ressentir).
Tu lui as dit ce que tu ressentais, qui tu étais, ensuite il l'accepte ou pas, mais de fait, s'il reste avec toi, c'est qu'il arrive à surmonter cette potentialité (que tu puisses avoir des sentiments ailleurs, même s'il "ne se passe rien").

Est-ce que ton amoureux est conscient que ça fonctionne dans les deux sens, et que tu ne t'opposeras pas à ce qu'il vive d'autres relations ? Il peut aussi voir cet avantage pour lui...

Le jour où tu souhaites entamer une relation avec un autre partenaire, la situation se corse. Ce n'est plus théorique, c'est du réel, du concret.
A ce moment-là je pense que le plus important c'est de conserver la confiance de ton amoureux (le premier).
Vas-y très doucement, par étapes. Essaye de lui demander si tu peux passer du temps avec cette personne (ton autre partenaire potentiel), mais en amis (sans qu'il n'y ait rien de physique entre vous).
Quand tu reviendras d'une soirée, d'une promenade ou autre avec ce deuxième homme, ton premier amoureux verra bien que ça ne change rien entre vous.
Si tout se passe bien, tu peux continuer à voir le deuxième, toujours platoniquement. Au bout d'un moment, ton premier amoureux devra bien se rendre compte (tu peux l'aider un peu en en parlant avec lui) que tu reviens toujours vers lui, et qu'après tout, si pendant ta sortie avec ton "ami", tu avais embrassé cet "ami", finalement ça n'aurait rien changé pour lui.

Bon, ensuite s'il est jaloux maladif et qu'il ne supporte même pas l'idée que tu téléphones à cet autre ami ou que tu le voies, il n'y aura probablement rien à faire (sauf s'il est prêt à travailler sur sa jalousie).
Sinon, je le répète, y aller par étapes en négociant à chaque fois avec ton amoureux ce que tu peux faire ou pas. Ensuite c'est à lui de te faire confiance pour appliquer les règles que vous vous serez fixées, mais là, c'est entre vous, et s'il ne te fait pas confiance, c'est mal barré (cf jaloux maladif).

Une dernière chose importante c'est que finalement, quand tu passes du temps avec un autre amoureux, c'est du temps que tu prends "pour toi" dans le sens "en-dehors du couple" (de ton premier couple).
La plupart des gens conçoivent parfaitement que dans un couple, l'un fasse une après-midi football avec ses potes pendant que l'autre fait du shopping avec ses amies (c'est juste un exemple hein, je ne suis pas fan de shopping ^^ et je n'ai jamais adhéré aux "sorties entre filles" et ce genre de trucs).

Donc s'il conçoit ça, je pense que tout n'est pas perdu.
S'il ne le conçoit pas, et qu'il pense que vous devez absolument tout faire ensemble, puisque vous êtes ensemble, ça va être plus difficile... ^^

Pour conclure, dans mon cas mon amoureux a eu moins de mal à me comprendre étant donné que :
1) Il est amoureux d'autres personnes aussi (même s'il n'y a pas encore eu réciprocité pour le moment :( ) ;
2) Il y a quelques années il voulait que nous soyons plus indépendants, que nous ne fassions pas tout ensemble, il trouvait que je (ou plutôt le type de relation que nous avions ?) l'étouffais(t).

Voilà ce que j'avais à dire, j'espère que ce n'est pas trop confus (surtout pour le début).

#
Profil

Drya

le lundi 29 mars 2010 à 14h50

Ah, je vois que je me suis (encore mal exprimée): je suis tout à fait d'accord avec vous, ce que je voulais dire, c'est que je m'y prends sûrement mal, et j'ai eu très peu de possibilités de le faire (à peine 2 conversations!) tellement je marche sur des oeufs avec mon amoureux, mais pas seulement pour ce sujet-là (en gros, tout sujet un peu trop "sensible") donc c'est très délicat et je cherche mes mots. Voilà pourquoi je demande des idées sur "comment présenter la chose", parce que ça me semble évident que quelqu'un qui ne s'y attend pas va rejeter l'idée.
La façon dont ça s'est passé pour moi, c'est que je suis tombée amoureuse de quelqu'un d'autre avant de comprendre ce qui se passait, c'était tellement fort que j'ai mis des mois à arrêter ça, ne serait-que pour créer des conditions plus faciles pour pouvoir en parler à mon compagnon. Donc il a eu la première phase de choc, puis j'ai essayé de revenir sur le sujet en étant rassurante et claire sur le fait que mon amour pour lui n'avait pas changé, mais il ne comprend pas que "ne pas vivre seulement en fonction de ses peurs" veut dire "les surmonter pour essayer de vivre différemment" et non pas "on continue comme avant en priant pour que ça n'arrive plus".
Le problème c'est que je n'ose pas insister parce que c'est très délicat avec lui, pourtant il est intelligent, les conventions sociales il s'assoit dessus autant que moi, il n'a jamais eu de comportement jaloux, nous avons une vie assez indépendante l'un de l'autre avec nos amis, nos voyages perso, tout en cultivant une grande complicité.

Je note en tout cas vos idées. :)

#
Profil

LuLutine

le lundi 29 mars 2010 à 15h01

Si tu as déjà évoqué le sujet avec ton amoureux, je pense que l'aborder à nouveau frontalement n'est pas forcément une bonne solution (mais c'est mon opinion). Il sait qui tu es, quels sont tes besoins, alors pas besoin de rabâcher. Laisser le temps au temps...

Mon message précédent se voulait assez général, sans préjuger de ta situation exacte, car pouvant aussi aider d'autres gens qui tomberaient sur cette discussion. Je pense que certains points peuvent tout de même t'apporter quelque chose ?

#
Profil

Siestacorta

le lundi 29 mars 2010 à 15h19

Heu, oui, mais du coup, en dehors du sujet poly, c'est quoi lesdits "sujets sensibles" ?

Parce que le bonnhomme que tu nous décrits, à la fois ouvert intelligent et "je veux pas affronter les peurs", je le cerne pas bien, du coup.

#
Profil

Drya

le lundi 29 mars 2010 à 15h38

Oui, LuLutine, j'avais compris et tes idées sont de toute façon bonnes à prendre. Par contre, difficile de ne pas aborder "frontalement", dans le sens où le sujet arrive dans la conversation, il est franchement là, et c'est justement ce que je cherche. Le problème, c'est que si on ne trouve pas comment vivre avec cette nouvelle donnée, on va carrément dans le mur selon moi, parce qu'il est fort probable que la situation se reproduise, sans compter que je n'aime pas sacrifier une personne que j'aime parce que l'autre ne veut pas comprendre.

@Siesta: euh, oui, c'est un personnage assez particulier: il est seulement très mal à l'aise avec les sujets trop sentimentaux, intimes, même avec moi, il est comme ça. Ca ne l'empêche pas d'être intelligent :)

#
Profil

Romy

le lundi 29 mars 2010 à 15h43

Drya,
Je peux te dire comment mon mari m'a convaincue du polyamour. Il m'a rassurée, expliqué honnêtement ce qu'il ressentait et ensuite, il a fait ce qu'il avait à faire, malgré mon "opposition". Il n'a pas suivi mon rythme et d'une certaine façon, je crois qu'il a bien fait, car j'aurais tiré la couverture de mon côté tant qu'il m'aurait laissé du lousse. En disant qu'il n'a pas suivi mon rythme, je ne dis pas qu'il se foutait complètement de mes sentiments: il m'écoutait, me rassurait et souffrait certainement de me voir souffrante. Mais ça ne l'arrêtait pas pour autant. Ce "je ne veux pas affronter mes peurs" vaut pour ton compagnon, mais il vaut aussi pour toi. Je trouve que mon mari a été très courageux de suivre son instint et ses envies malgré la peur de me perdre. Lui aussi devait affronter ses peurs. Il m'a finalement donné l'exemple. Il a sauté le premier et j'ai vu qu'il ne se cassait pas la gueule... que ce qu'il disait (qu'il m'aimait et qu'il l'aimait elle aussi) bien c'était vrai. Parce que malgré la présence de l'autre, je ressentais encore son amour (et le mien pour lui).

Donc en fait, ce que j'essaie de dire, c'est que la meilleure façon de convaincre et de faire comprendre, c'est d'agir comme tu aimerais le faire. Si tu n'agis pas, ça donne l'impression que tu n'y crois pas non plus, que tu n'es pas certaine de ce que tu avances (que tu aimes les deux). Si tu agis et que tu aimes les deux et que tu leur fait ressentir cet amour, je gage que tout se passera bien. Je me rappelle avoir écrit un truc lorsque mon mari a eu sa première copine. Ça disait essentiellement que la seule chose qui pouvait me faire quitter mon mari c'était s'il ne m'aimait plus ou si je ne l'aimais plus. Tout le reste n'avait pas d'importance.

#

(compte clôturé)

le lundi 29 mars 2010 à 16h27

Merci à toutes pour vos pistes de réflexion. Cela m'aide vraiment, mais il faut que je laisse mes idées décanter qq jours pour y voir plus clair. Je retrouve d'un seul coup le courage d'être poly, mais peut-être dois-je encore un peu garder certaines choses pour moi, puisque lui a quand même évolué dans un sens favorable depuis quelques mois, je m'en vroudrais de lui faire peur.

#
Profil

Siestacorta

le lundi 29 mars 2010 à 17h09

Drya

@Siesta : euh, oui, c'est un personnage assez particulier : il est seulement très mal à l'aise avec les sujets trop sentimentaux, intimes, même avec moi, il est comme ça. Ca ne l'empêche pas d'être intelligent :)

J'en doute pas !
En revanche, je prends l'occasion de préciser que d'être pas doué pour parler sentiment, faut pas qu'il se cache trop derrière.
Je ne pense pas que ce soit votre cas... mais ça arrive dans beaucoup de couple, cette situation : l'un des deux est très pudique, mais du coup, si l'autre fait des trucs "nouveaux", ça peut lui être reproché sans qu'il y ait eu de possibilité de prévenir.

#
Profil

Drya

le lundi 29 mars 2010 à 18h33

Oui Siesta, il bloque le processus, et je ne peux pas surmonter ses propres peurs pour lui s'il ne s'y met pas....
Et Rosalie tu as sûrement raison, j'ai du mal à l'imaginer ce que ça donnerait, mais je suis très curieuse d'essayer, et je suis confiance en nos liens... mais là rien ne va dans le bon sens, il n'y a que moi qui imagine cette solution possible.

#
Profil

Drya

le lundi 29 mars 2010 à 18h34

Je pense toujours que les bons mots au bon moment peuvent tout changer, mais je désespère de savoir les trouver...

#
Profil

ERIC_48

le lundi 29 mars 2010 à 20h18

Drya
Ses peurs sont-elles plus légitimes que mes sentiments ?

insognare
J'avais fait le choix de revenir à la monogamie, ne supportant pas de "tromper" mon compagnon.

insognare
Est-ce que ce serait une bonne idée de tout lui cacher encore pendant aussi longtemps qu'il lui faudra pour faire de son côté quelques rencontres ?

Drya
je demande des idées sur "comment présenter la chose", parce que ça me semble évident que quelqu'un qui ne s'y attend pas va rejeter l'idée.

pourtant il est intelligent, les conventions sociales il s'assoit dessus autant que moi, il n'a jamais eu de comportement jaloux, nous avons une vie assez indépendante l'un de l'autre avec nos amis, nos voyages perso, tout en cultivant une grande complicité.

Drya
Autrement dit, comment avez-vous réussi à transmettre votre envie de changer de stratégie de couple ?

Toutes ces considérations, et autres "stratégies" (que j'ai employées pendant des années), ont toutes deux énormes défauts, rédhibitoires, c'est que :
1) elles prennent l'autre pour un con.
2) elles contiennent en filigrane l'idée que le poly n'est pas si bien que ça

Le discours à tenir, est tout simple :

Moi je suis poly, toi tu fais ce que tu veux, pourvu que tu devienne poly aussi. Ya pas d'autre solution, il n'y a que celle là. Je peux t'expliquer tout ce que je sais pour essayer de te convaincre, mais je ne négocierai pas avec toi, car il n'y a rien à négocier, je suis poly et je le reste. Si tu choisis le pire, par exemple me quitter, je ne m'en remettrai pas, mais de toute façon, je ne me remettrais pas non plus de redevenir mono, donc en fait je n'ai pas le choix, je suis obligé de te dire que c'est ça, ou rien. Il n'y a que toi qui ait le choix. Moi, je ne l'ai plus.

La seule considération qui tienne la route est résumée ci-dessous :

Drya
Le problème, c'est que si on ne trouve pas comment vivre avec cette nouvelle donnée, on va carrément dans le mur selon moi, parce qu'il est fort probable que la situation se reproduise, sans compter que je n'aime pas sacrifier une personne que j'aime parce que l'autre ne veut pas comprendre.

Voilà, Drya a tout dit dans cette phrase. On ne peut pas sacrifier l'amour par amour. Si on le fait, c'est que l'on n'est pas vraiment poly, ou pas encore tout à fait convaincu du bien fondé de l'être.

--------------------

Ne pas négocier. OK. Par contre, ici, sur le site, on peut lister tous les arguments pour essayer de convaincre l'autre. Car si nous sommes déjà poly, lui ou elle, est dans une phase transitoire. Autant que ça dure le moins longtemps possible, car c'est difficile à supporter pour tout le monde.

D'ailleurs, on ferait bien de faire un fil qui résume tous les arguments, car ils sont surement disséminés un peu partout donc probablement inutilisables (je n'ai pas vérifier, c'est à voir).

A mon avis, ce n'est pas le bon fil. Il faudrait plutôt un truc du genre "Les arguments pour devenir polyamoureux". Ce fil existe peut-être ?

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#
Profil

ERIC_48

le lundi 29 mars 2010 à 21h20

Comme ce sujet me passionne, j'en rajoute une couche, désolé pour la monopolisation du temps de parole.

Drya disait dans un autre fil qu'elle créerait bien un fil intitulé : "comment faire comprendre à un amoureux exclusif que le polyamour peut être un bonheur et pas un renoncement?"

Elle a choisi un autre titre plus court. Heureusement, ça laisse de la place pour broder.

Mais je ne résiste pas à donner la réponse :

Le fait d'être soi-même polyamoureux, de l'affirmer, de le revendiquer, de l'imposer à ses partenaires comme quelque chose de non négociable, est la seule façon que je connaisse de prouver que le polyamour est un bonheur.

Et j'ajoute que le fait de négocier le polyamour, de le quitter pour un mono amour, est une preuve que le polyamour n'est pas un bonheur.

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#
Profil

LuLutine

le lundi 29 mars 2010 à 22h00

Je pense qu'il y a quand même des façons "d'imposer" qui passent mieux que d'autres....et c'est sans doute ce genre de façons auxquelles Drya réfléchit...une attitude diplomate en somme : ne pas donner l'impression à l'autre qu'on se fiche de lui et de ses sentiments (car c'est ce qu'il peut ressentir, à mon avis).

#
Profil

Romy

le lundi 29 mars 2010 à 22h27

Je crois que Drya est déjà passée par là, la dimplomatie et l'écoute de l'autre.

Je comprends ce qu'Éric veut dire, je crois qu'il a raison. Il y a certainement une façon de s'imposer tout en étant respectueux. Par exemple, on peut donner du temps à l'autre pour réfléchir, on peut négocier certains interdits (ne m'en parle pas, je ne veux pas la voir, ou j'aimerais la rencontrer...) C'est le genre de choses qui peuvent se faire au début pour faire en sorte que 'la pillule passe mieux". Mais sommes toutes, si on est convaincus que ce qu'on ressent est juste et légitime, on ne peut pas attendre indéfiniment que l'autre accepte. Ou alors oui, mais bonjour tristesse et frustrations.

S'imposer, c'est aussi de savoir résister au chantage émotif, ne pas embarquer dans cette dynamique.

#
Profil

ERIC_48

le lundi 29 mars 2010 à 23h23

Je suis bizzarement d'accord avec vous deux.

Lulutine parle de la façon d'imposer, ce qui est tout à fait compatible avec le fait de ne pas négocier.

Rosalie, parle de négocier des détails, de faire des paliers, ce qui est également compatible avec le fait de ne pas négocier l'essentiel.

Mais pour répondre à Lulutine plus précisément, je voudrais souligner la dernière phrase de Rosalie "Ne pas s'embarquer dans la dynamique du chantage émotif".

Parmis les façons d'imposer son choix, celle qui consiste à céder temporairement pour garder l'autre, est particulièrement improductive. Cette façon d'agir, laisse croire à l'autre que le polyamour n'est pas supportable d'emblée, qu'il faut une période d'adaptation un peu comme la cigarette avec un patch. Il n'y a rien de pire, car on plonge là dans le double insupportable. Aucun des deux ne pourra soutenir l'autre, car les deux auront l'impression de reculer, et seront anéantis, ça durera des années, j'en sais quelque chose. Il vaut mieux dire :

"Je comprend que tu aie peur de sauter, moi aussi j'avais peur au début, mais on saute car il parait que la descente par les escaliers est un vrai calvaire et qu'elle prend des années. Si on saute, on y sera dans quelques secondes. Allez viens, suis moi".

Dans cette façon de faire, c'est vrai qu'on ne s'occupe guère du ressenti de l'autre, mais c'est justement ce qu'il faut faire. C'est à l'autre de s'occuper de notre ressenti, car notre ressenti est agréable et que ce sera bien plus facile pour lui de l'adopter que si on traîne pendant des années dans les méandres de sa souffrance, et de la nôtre par la même occasion.

Le chemin est d'autant plus long si on ne saute pas, que l'autre peut dire pendant la descente des escaliers : tu vois que c'est le calvaire ton truc, maintenant on est mal tous les deux, je t'ai suivi et voilà le résultat, des années pour descendre et des années pour remonter, on est coinçé au milieu, je n'aurais pas dû te suivre. Et il (elle) aura raison. Donc il remonte. On remonte avec lui. Ce n'est pas par là, il faut descendre, tu vois bien que c'est trop dur de monter. Bon d'accord. On descend....C'est trop long de descendre, on remonte.... Ferait mieux de sauter.

Il ne s'agit pas de dire "je m'en fou de toi", mais plutôt "il faut que tu t'en foute de ton ressenti qui te fait souffrir, oublie le et fonce, ça part tout seul en quelques secondes". A charge ensuite d'assurer la garantie, de garder un lien étroit et permanent, pour tordre le coup aux mauvaises interprétations qui aboutissent aux mauvais ressentis. C'est au contraire un vrai boulot. Une vrai présence, qui se fait oublier tout en étant là, c'est pas de la tarte. Mais c'est le boulot de celui qui a déjà fait le passage et qui connait le chemin le plus court, et non le boulot de celui qui essaye de retrouver dans la brume le long chemin qu'il a lui-même parcouru avec tant de souffrances.

Le plus dur au moment de sauter, c'est que l'autre va nous quitter. C'est trop haut, ça donne le vertige. C'est sûr. Il va essayer de sauver les meubles, par tous les moyens, dont celui du "chantage affectif", bien connu. Si tu ne fais pas ce que je veux, je te quitte.

Mais le polyamoureux est sûr de perdre s'il met le doigt dans l'engrenage, car s'il ne perd pas l'autre, il perdra le polyamour, et inversement. A noter que le polyamoureux ne fait pas ce chantage, car il dit, quoique tu décide, je peux rester avec toi.

Ma solution aboutit à ce que l'autre nous quitte ? Oui. Mais également à ce qu'il (elle) revienne, pour essayer. A condition d'avoir tenu bon. Le relancer, lui dire de revenir éventuellement, ou faire le mort, chacun sa technique. Mais tenir bon absolument, sinon c'est foutu.

En ce qui me concerne, j'ai mis des années à trouver le chemin, mais je m'en voudrais de dire aux autres de suivre le même. Je sais maintenant qu'il y a bien plus court, et bien moins douloureux comme chemin.

Le plus court chemin entre le mono et le poly, c'est la ligne droite.

#
Profil

Romy

le lundi 29 mars 2010 à 23h28

Bien dit Éric.
Sauf pour la ligne droite.
La ligne droit n'existe pas: c'est Einstein qui l'a dit :-)

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion