Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Anecdotes plurielisantes, amoureuses ou amusantes

#
Profil

Jena

le mercredi 10 février 2010 à 00h30

Hiii cro mignon :)

#
Profil

Junon

le mercredi 10 février 2010 à 00h33

Des Bisounours, je vous dis! (Amorgen, au secours...)

#

(compte clôturé)

le mercredi 10 février 2010 à 15h45

Et fière de l'être, na !

#
Profil

Aloha

le mardi 16 février 2010 à 07h47

Histoire vraie, vécue il y a peu.
En moins de 10 minutes la cause fut entendue, le jugement écrit suivra dans les prochains jours. D'accord sur le principe du divorce demandé par Madame et sur l'attribution de l'autorité parentale et de la garde sur les ados à elle-même, après dix ans de séparation, "je suis" divorcé.

Vu la solennité des lieux - imposant Palais de Justice - et de l'occasion, j'ai revêtu l'uniforme complet-cravate, assorti manteau, écharpe, gants et bonnet. Le tout, noir de chez noir. Conforme (avec toutefois, en cas d'attaque de sérieux, dans la poche gauche du manteau, le nez de clown. Bien rouge).

Divine attention, la juge fut souriante, attentive et ouverte, simple et bellement humaine. Merci ...

À la sortie de la séance, la place était baignée d'un resplendissant soleil. Re merci ...

À la terrasse de la joliment nommée Clémence, le temps du thé partagé avec dorénavant ex-Madame fut en cohérence avec ce qui nous avait amené en ces lieux et temps, soit, activation du "bug" dans la manière de communiquer (mise en commun court-circuitée).

Bref, nous nous sommes quittés - elle est partie la première - sous un magnifique soleil, le fond de l'air très frais, la dose récurrente d'incompréhension bien présente.
Le mystère reste entier ... entier ... entier ...


Il m'arrive parfois de jouer à prendre en main un livre - choisi - de fermer les yeux et de m'attendre à trouver un message de ... eee ... de ... l'univers ... sur la double page ouverte au gré de ... eee ... je ne sais quoi (je ne sais quoi, parce que j'arrive pas croire au hasard ; malgré les apparences, tout me semble se tenir, être relié).

Encore et toujours à la Clémence, j'ai joué. Pour le plaisir, avec confiance. Le livre choisi (Byron Katie "J'ai besoin que tu m'aimes - est-ce vrai ?") comporte 280 pages et voici ce que j'ai lu sur la page sélectionnée les yeux fermés :

Mon ex-femme devrait me pardonner

Je suis triste qu'après dix ans de séparation elle ne soit toujours pas disposée à pardonner.

Qui ça regarde, si tu pardonnes ou non ?

Moi.

Et qui ça regarde, si elle pardonne ou pas ?

Pas moi.

Je suis contente que tu l'aies remarqué, mon cher. Qui elle pardonne, cela ne regarde qu'elle. Retourne la phrase.

Après dix ans de séparation, je ne suis toujours pas prêt à me pardonner.
N'est-ce pas aussi vrai ?

Oui.

Il y a un autre retournement. Tu vois lequel ?

Après dix ans de séparation, je ne suis toujours pas disposé à lui pardonner.

Parle-moi de cela.

Je ne sais pas par où commencer.

Elle est donc censée te pardonner ? Si tu savais par où commencer, tu lui pardonnerais, puis tu irais lui parler de pardon. Regarde comme tu vis, quand tu attends de la compréhension de sa part. C'est très douloureux. Faire preuve de compréhension, c'est ton boulot. C'est à toi de te comprendre toi-même. Regarde ta phrase suivante.

Je voudrais qu'elle soit ouverte et disposée à parler.
Qui ça regarde, qu'elle soit ouverte ou non, qu'elle veuille ou non te parler ?

Elle.

Es-tu conscient de la façon dont tu essaies encore de contrôler ses pensées, son timing, sa tristesse et jusqu'à son existence même, dix ans après ? Tu veux contrôler à quel point elle est ouverte. Tu veux contrôler à qui elle parle. Tu voudrais même contrôler son pardon. C'est sans espoir. Qui serais-tu sans cette pensée ? Tu serais quelqu'un d'honnête, vivant de manière authentique, n'ayant pas à ramper pour être pardonné ou aimé : rien qu'un homme honnête et plein d'amour qui respecte où ton ex-femme en est, quel que soit son état. Voyons la phrase suivante.

Je voudrais qu'elle me fiche la paix.
Qui ça regarde, qui elle laisse ou non en paix ? Quand tu as répondu favorablement à ses requêtes, qu'attendais-tu en retour, que lui achetais-tu ? Tu voulais qu'elle te pardonne ? Qu'elle dise de gentilles choses sur toi à ton fils ? As-tu eu l'honnêteté de le lui dire ? Lui as-tu dit : "Voilà le marché : je te donne l'argent et tu dis des choses sympas à notre fils sur moi. Je te donne de l'argent et en retour tu fais semblant de me pardonner"?

Non.

Alors, la prochaine fois que tu t'adresses à elle, il serait bien que tu lui dises cela. C'est cela l'intégrité. Si elle dit :"Non, je ne ferai pas cela", tu peux la remercier pour son intégrité et lui faire savoir qu'elle te sert de prof dans ce domaine, et qu'il est merveilleux qu'elle ne puisse être corrompue. Et, en fin de compte, tu constateras peut-être que le pardon est automatique ; il surgit sitôt que tu comprends tes propres pensées stressantes. Tu découvriras que tes souffrances ne sont jamais de sa faute, jamais. Et si elle ne le voit pas, elle ne peut pas vraiment te pardonner. Cela n'a rien à voir avec toi.


Décidément joueur, dans la foulée je me suis amusé avec un autre bouquin que je trimbale avec moi ces temps (Satyam Nadeen "De la prison à l'éveil"). A l'évidence selon mes termes, je joue gagnant chaque fois, ayant le bon sens de choisir au maximum mes lectures, mes propres messagers. Ce serait à coup sûr plus ardu de m'attendre à trouver un message décodable dans un bouquin traitant de l'élevage de lombrics ... par exemple.

Bref, m'a sauté aux yeux reconnaissants, le passage suivant que j'avais entouré et surligné en jaune fluo:

"détendez-vous à présent - un peu de légèreté -, tout n'est pas tel qu'il y paraît - pas besoin d'améliorer qui que ce soit ici -, tout est bon et bien tel quel - vous êtes libre enfin -, c'en est fini de la peur et du karma - emboîtez le pas à votre félicité car rien d'autre n'a d'importance en fin de compte !"

C'est bon je suis amateur
(oui, plus que de lombrics) !


Voilà, voilà,
j'avais envie de raconter cette histoire dont je trouve le timing sidérant, solaire, frais,
comme ça,
pour le plaisir.

Bon vent à chacun-e ...

#

(compte clôturé)

le mercredi 17 février 2010 à 13h43

Hier soir, mon homme m'a demandé si j'avais vu le film "Jules et Jim", parce qu'on y trouve tout à fait la notion de polyamour. Il a prononcé le mot polyamour !!!

#
Profil

Siestacorta

le mercredi 17 février 2010 à 14h27

Trompettes, chœurs, cymbales et lancers de palombes.

#

(compte clôturé)

le mercredi 17 février 2010 à 15h07

:-D C'est un peu ça oui !
En plus comme pour le reste ça va pas fort, on s'accroche à la moindre bricole positive.

#

(compte clôturé)

le mercredi 17 février 2010 à 15h10

pas trop séries à l'exception de celle-ci: pensez-vous que hank moody est adepte du polyamour ?

ça, si c'est pas du débat !

#
Profil

Siestacorta

le mercredi 17 février 2010 à 15h12

C'est Big Love, c'est ça ?

Je connais pas assez pour répondre.
Mais c'est un mormon, non ? Les femmes ont pas le droit équivalent, dans ce système ?

#

(compte clôturé)

le mercredi 17 février 2010 à 15h17

faux, big love, inconnu au bataillon.
et je crois pas que hank moody soit un mormon, peut-être l'a-t-il été dans sa tendre jeunesse mais vu le personnage, ils l'ont sûrement banni jusqu'à la fin de ses jours.

#

(compte clôturé)

le mercredi 17 février 2010 à 15h51

C'est pas "Californication" par hasard ? (je risque le rateau mais bon)
(arnaud pourquoi t'es parti du chat ? même en Guest123456789 tu peux revenir :-)

#

(compte clôturé)

le mercredi 17 février 2010 à 15h51

Siestacorta
C'est Big Love, c'est ça ?

Californication, plutôt

Mais c'est un mormon, non ?

Ah ben v'là aut'chose... ^^

#

(compte clôturé)

le mercredi 17 février 2010 à 16h00

et oui: californication !

so the winner is... hey ! vous avez répondu en même temps ! (mais pas à la question principale)

#

(compte clôturé)

le mercredi 17 février 2010 à 16h02

Hank Moody est limite sex addict, je dirais... Zou, en clinique!

#

(compte clôturé)

le mercredi 17 février 2010 à 16h04

En fait je ne peux pas répondre à la question principale parce que je n'ai pas du tout accroché à cette série...ce mec me sort par les yeux, et cette série aussi du coup. Mais je dirais sex addict oui, pas PA ! Un vrai nul.

#
Profil

Siestacorta

le mercredi 17 février 2010 à 16h08

Rho.
C'est presque Mal de pas aimer Duchovny, surtout dans les séries.
J'ai vu sa prestation ya pas longtemps dans la saison 2 de Twin Peaks, c'était pas mal du tout !

J'ai pas encore essayé Californication, mais ça me viendra.

#

(compte clôturé)

le mercredi 17 février 2010 à 16h08

J'ai rien contre lui, lol, j'aime pas son personnage !

#

(compte clôturé)

le mercredi 17 février 2010 à 16h13

C'est vrai que dégueuler sur une toile de maître, c'est pas bonnes-manières-friendly.

#

(compte clôturé)

le mercredi 17 février 2010 à 16h16

oh non ! t'as pas le droit, je l'ai pas vu cet épisode !

#

(compte clôturé)

le mercredi 17 février 2010 à 16h25

en même temps, ça peut avoir son charme de dégueuler sur une toile de maître, ça a un petit côté kepun-nihiliste.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion