Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Mais à part ça, si j'ai envie de me taper un beau mec et de raquer pour... et alors? Où est le blème?

#
Profil

lam

le mardi 20 octobre 2009 à 17h25

Clementine
Quant au plein gré, qu'est-ce que c'est? J'ai cru travailler de mon plein gré pendant des années dans une profession dont j'ai dû accepter qu'elle me révoltait, en fait. C'était long et difficile, cette prise de conscience: voir ça en face, c'était amorcer le changement, et tant que je n'étais pas en mesure de m'y mettre, pour d'autres raisons, j'ai refusé de voir que ça me rendait malade.

Siestacorta
Travailler de son plein gré. Là, on est sur le même système de pensée. On est obligé, sinon c'est la rue. Et rien que ça, ça devrait être la haine. Donc si ça l'est pas pour nous, pourquoi en fait-on un plat ensuite ?

Je suis d'accord avec vous deux, quand j'évoquais la notion de plein gré c'était en prenant en compte le fait qu'on doit tous manger et subvenir à nos besoins de base, sans renier le caractère aliénant que peut avoir le travail: chacun trouve un compromis dans ce domaine. C'était peut-être pas clair mais je faisais référence au fait que dans le monde de la prostitution beaucoup de travailleurs sont non seulement sous l'autorité d'un patron (ca c'est classique dans pas mal de boulots mais ici il n'y a pas de convention sociale qui protège les 'employés') mais sont souvent en plus l'objet d'un traffic et travaillent dans des conditions forcées, de l'exploitation en somme!
"Selon l’Organisation internationale des migrations (OIM), environ 4 millions de personnes sont victimes de la traite dans le monde entier, dont 500 000 pénètrent en Europe occidentale. L’industrie du sexe et la prostitution sont étroitement associées à la traite mais la prostitution existe également en dehors de celle-ci. En 1995, lors de la Conférence mondiale sur les femmes, le concept de « prostitution forcée » a été reconnu, contribuant ainsi à un abandon de la lutte contre le proxénétisme. Aujourd’hui, les chiffres sont là démontrant que le corps des femmes, des hommes et des enfants est intégré comme partie prenante du marché mondial. " (http://www.fidh.org/IMG/article_PDF/Trafic-prostitution-dans-le-monde.pdf)
Et comment faire cette distinction quand tu rentres en contact avec un prostitué? La séparation entre réseaux de prostitution et réseau de traffic et traite d'êtres humains est souvent floue. Comment vérifier? A mon avis il est impossible d'avoir des certitudes.


Sur la santé je pense aussi qu'il faut être responsable et s'assumer, mais voilà des précisions sur ce que j'entends en termes de risque sanitaire.

Siestacorta
Moi mon argument là c'est que si tu sais mettre une capote et respecter ton hygiène le reste du temps de ta vie sexuelle active, ben tu le fais aussi quand tu es michton...

Ben pour connaitre des proches qui ont développé des cancers (uterus, anus) et condylomes (verrues génitales) en lien avec le HPV (Human Papiloma Virus) et sachant que les préservatifs n'empèchent pas la contagion qui touche environ 70% des femmes sexuellement actives... je trouve que la question se pose!
En fait pour moi cette question se pose dans un contexte général qui concerne toutes les relations sexuelles (pas seuleument si lien avec la prostitution il y a).
La solution c'est le contrôle régulier pour se faire soigner avant qu'il ne soit trop tard, et donc cela suppose l'accès à des examens de santé et à des soins (la vaccination est aujourd'hui disponible pour les jeunes filles la première année des rapports sexuels, mais ca ne fait que baisser le % de chance de contagion, cela ne l'élimine pas)

Clementine
Et puis, je trouve quelque part suspect de se préoccuper de la santé de quelqu'un parce qu'on risque de voir la sienne affectée à travers lui ou elle.

Je suis d'accord, mais en regard de ce je disais juste avant, l'idée ce n'est pas seulement de se préoccuper de sa ptite santé perso, mais aussi de ce que tu peux refiler à la personne qui se prostitue.

Bref, ce sont ces arguments qui personnellement m'empêcheraient de passer le cap de 'consommatrice' des services de travailleurs du sexe.

#
Profil

lam

le mardi 20 octobre 2009 à 17h32

Clementine
Et puis, je trouve quelque part suspect de se préoccuper de la santé de quelqu'un parce qu'on risque de voir la sienne affectée à travers lui ou elle.

Je suis tout à fait d'accord! je ne pensais pas qu'à la protection de sa ptite santé perso comme tu l'as compris. Vis à vis de mon post ci-dessus j'espère qu'il est plus clair que pour moi le risque sanitaire concerne tous les partenaires impliqués dans la relation sexuelle, l'accès au soins de chacun des partenaires est donc crucial, pas celui du client seulement!...

bref, voilà les arguments pour lesquels je ne me verrai pas passer le cap de 'consommatrice' des services de travailleurs du sexe.

Message modifié par son auteur il y a 10 ans.

#

(compte clôturé)

le mardi 20 octobre 2009 à 22h51

Siesta, orchidoclaste, moi MDR...

Pour moi, il n'est pas question de vouloir faire changer quelque chose, mais d'aller à la rencontre de mes frère et soeur humains, où qu'ils soient, quoi qu'ils fassent. Une présence attentive, un moment d'échange sans autre but. Mon sens de la dignité et mon éthique me sont particuliers... chacun les siens.

#

(compte clôturé)

le mardi 20 octobre 2009 à 22h59

lammm
bref, voilà les arguments pour lesquels je ne me verrai pas passer le cap de 'consommatrice' des services de travailleurs du sexe. Message modifié par son auteur il y a 5 heures.

Bon... mettons qu'on est privilégiées de pouvoir choisir d'avoir des rapports non-tarifés.

Mais mettons que peut-être il nous prenne envie de faire appel à des assistants sexuels, ou des sexothérapeuthes - pour expérimenter un truc découvert par quelqu'un, par exemple... des gens qui bossent pour un réseau de santé, ont accès à des soins, bref, remplissent les conditions éthiques que tu mets comme barrière.

Tu te sentirais OK, puisque éthiquement et sanitairement parlant, ça semblerait être raccord?

Je repose la question comme ça, car à l'origine de ma question, je pensais plutôt au tabou.

Message modifié par son auteur il y a 10 ans.

#
Profil

Siestacorta

le mercredi 21 octobre 2009 à 02h42

lammm
Ben pour connaitre des proches qui ont développé des cancers (uterus, anus) et condylomes (verrues génitales) en lien avec le HPV (Human Papiloma Virus) et sachant que les préservatifs n'empèchent pas la contagion qui touche environ 70% des femmes sexuellement actives... je trouve que la question se pose!

Ben... justement non, si ça touche 70 % des femmes, t'as autant de chance de le chopper avec ton partenaire qu'avec un professionnel.
Je le sais... je suis porteur sain. Et ça m'amuse pas des masses de devoir -malgré mon comportement tout plastifié - envoyer toutes mes copines voir leur gynéco pour vérifier si, par hasard, elles étaient pas sensibles à "mon" papilo. Oui parce qu'en plus yen a des tas d'espèces, et on est pas tous sensibles aux mêmes. Et bing, pour ce que j'en sais, j'ai celui qui peut faire bobo.
Bref...

Je retombe sur mon argument : une fois qu'on se protège, que ce soit avec un partenaire bénévole ou un payé (hihi...), les problèmes sont proches. Bon, après, je suppose que ça dépend où tu es allé trouver le tapin... Et il y a pas de traçabilité. Mais c'est encore une question de confiance, et des critères que toi tu te donnes pour l'accorder.
A la rigueur... C'est plus le fait que je ne connais pas du tout les coutumes du réseau, ni les signes, ni les questions, qui me retiendrait d'y aller. PAs vraiment une question spécifique de santé ou de morale. Dans l'ignorance, je m'abstiens, quoi. Oui je m'abstiens, rhalala.

#
Profil

lam

le mercredi 21 octobre 2009 à 09h00

Clémentine: Bon... mettons qu'on est privilégiées de pouvoir choisir d'avoir des rapports non-tarifés.

Privilégiées ca c'est clair! L'apparence physique est malheureusement la première cause de discrimination (discrimination souvent inconsciente et qui nous touche tous) d'ailleurs je ne sais pas trop quoi penser de la question que vous abordiez plus tot dans le fil: les personnes qui n'ont pas ce luxe de pouvoir trouver aisément des partenaires pour différentes raisons...

Clementine: Mais mettons que peut-être il nous prenne envie de faire appel à des assistants sexuels, ou des sexothérapeuthes - pour expérimenter un truc découvert par quelqu'un, par exemple... des gens qui bossent pour un réseau de santé, ont accès à des soins, bref, remplissent les conditions éthiques que tu mets comme barrière. Tu te sentirais OK, puisque éthiquement et sanitairement parlant, ça semblerait être raccord? Je repose la question comme ça, car à l'origine de ma question, je pensais plutôt au tabou.

Oui, je me sentirais Ok dans ces conditions. Aujourd'hui ma motivation pour le faire serait éventuellement comme tu le dis de tester quelque chose de nouveau, d'apprendre de nouvelles facettes et mon corps et ma sexualité par exemple en faisant appel à un/une 'expert(e)'.
Je crois qu'une des choses qui m'ont fait le plus de bien en rencontrant le PA c'était de pouvoir dissocier selon les situations l'amour et le sexe. Je n'en suis pas encore à une pratique avancée, mais déculpabiliser du désir et du sexe sans m'inventer des histoires/justifications toujours liées au sentiment amoureux, ca fait du bien!
Et puis on ne sait pas ce qui peut se passer plus tard, on ne sera peut être pas privilégiés dans l'avenir?

@Siestacorta: Tout à fait d'accord avec toi (à cela près que pour le HPV la confiance ne peut avoir de critères pertinents, sauf si on se greffe un microscope électronique dans l'oeil et qu'on scanne tous ses partenaires - ce qui peut prendre un certain temps!- ;-) ) c'est pour ca que l'accès au soins de tous les partenaires est primordial, sexe marchand ou non.

Message modifié par son auteur il y a 10 ans.

#

(compte clôturé)

le mercredi 21 octobre 2009 à 09h07

lammm
d'ailleurs je ne sais pas trop quoi penser de la question que vous abordiez plus tot dans le fil: les personnes qui n'ont pas ce luxe de pouvoir trouver aisément des partenaires pour différentes raisons...

T'es d'accord de creuser un peu, là?

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion