Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Mais pourquoi on parle pas de sexe, ici?

Romantisme
#

(compte clôturé)

le samedi 19 septembre 2009 à 06h26

Suite à quelques questions dispersées ici et là, et à une proposition de thème tombée à l'eau à la rencontre de Genève...

Coucou me revoilou, bien frontale comme d'hab'.

Ya Junon que ça hérisse de voir le libertinage associé aux pourceaux d'Epicure, et qui s'en donne, et qu'elle a foutrement raison

Ya moi qui me gratte la tête pour concilier des appétits et des retenues, et tente de comprendre où j'ai bien pu égarer les clés de mon placard

Ya quelqu'un que je connais et qui est goûlu de bisous, de bouffe, qui croit que pour connaître quelqu'un il faut avoir baisé avec

Bref, j'm'interroge... sur la question de

1) pourquoi on n'en cause pas

2) c'est quoi le sexe pour les autres

Histoire de rire, je case ce fil de discussion sous "Romantisme"...

#
Profil

jfferson75

le samedi 19 septembre 2009 à 09h13

Eh bien clem tu as la pêche toi à 6 H 26 du matin!

JF

#
Profil

Kalyp

le samedi 19 septembre 2009 à 11h13

Alors là bravo, c'est l'idée de la mort qui tue pour optimiser le référencement par mots clés dans Google.
La preuve que Mr Kalyp peut faire court. C'est bien simple, je vais de ce pas changer de pseudo. Dorénavant on m'appellera Sir-Concis. ;-)

#

(compte clôturé)

le samedi 19 septembre 2009 à 13h03

jfferson75
Eh bien clem tu as la pêche toi à 6 H 26 du matin! JF

Des fois j'peux plus dormir, vestige de ma vie d'étudiante reprise tardivement... alors je me résigne... et après je replonge: réveil vers midi, je m'étire comme un chat, sur mon balcon, avec café et tidéj', là. :-)

#

(compte clôturé)

le samedi 19 septembre 2009 à 13h07

Kalyp
Alors là bravo, c'est l'idée de la mort qui tue pour optimiser le référencement par mots clés dans Google.

Surtout si la formule de recherche du googleur associe sexe et romantisme!

#
Profil

LuLutine

le samedi 19 septembre 2009 à 15h14

Kalyp
l'idée de la mort qui tue

Tsss..
"de la mort qui tue les ours" ((c) Guilain, si je ne me trompe)

;)

Sinon pour revenir au sujet, moi je parle rarement spontanément de sexe, mais j'ai tendance à me glisser dans les conversations sur ce sujet.
Si tout le monde est comme moi, alors ça veut simplement dire que personne n'a envie spontanément de lancer le sujet (et d'autres, peut-être, vu qu'on en parle peu, n'osent pas ?).

Cela dit, on a déjà parlé de sexe sur ce forum...
Ne serait-ce qu'en parlant par exemple de triolisme (je me rappelle être intervenue), ou bien sur le fil ouvert par vraikoku (il me semble que c'était son pseudo).

Donc dire qu'on ne parle pas du tout de sexe, c'est peut-être un peu extrême ??

Tu veux dire quoi Clémentine par "ne pas parler de sexe" ?

#

(compte clôturé)

le samedi 19 septembre 2009 à 17h24

Eluder la question comme tu viens de le faire... :-)

#
Profil

lutevain

le samedi 19 septembre 2009 à 17h33

Rien de mieux pour vaincre sa timidité que de lire de la poésie érotique à un auditoire attentif…

#
Profil

Kalyp

le samedi 19 septembre 2009 à 18h44

lutevain
Rien de mieux pour vaincre sa timidité que de lire de la poésie érotique à un auditoire attentif…

C’est amusant ce que tu écris, lire une poésie érotique à un auditoire attentif.
Dans mon cheminement personnel, je me suis lancé quelques défis pour aller au-delà de mes limites et pour vaincre ma timidité. L’un de ces défis fut le fruit du hasard. Passionné par l’art, une amie m’invite à assister à un cours de dessin avec modèle vivant, donc une personne qui prend la pose nue pendant que les élèves dessinent avec le prof qui délivre ses précieux conseils.
Le modèle ne s’est pas présenté au RDV. La prof a donc eu l’idée de me proposer de prendre la pose mais en restant habillé. Je me suis prêté volontiers à ce jeu, et je dois dire que c’est un exercice délicat que de tenir une pose sans bouger.
Au bout de 45mn, on fait une petite halte, histoire que je me dégourdisse un peu. Je discute avec la prof et certains élèves, et quelqu’un lance l’idée que je pose nu. La prof se tourne vers moi et me demande si je suis d’accord. Mon amie avec qui je suis venu m’encourage à accepter.
Ce fut une première expérience assez étrange dans l’expression et le ressenti. Mais j’ai vite compris qu’il y avait quelque chose à exploiter. J’ai donc proposé mes services à plusieurs ateliers d’art, et j’ai posé pour certains d’entre eux. Avec le temps j’ai trouvé des repères et j’étais très à l’aise, tout en veillant à ne pas sortir du cadre purement artistique. Les petits inconvénients érectiles dans ce genre de contexte ne sont pas les bienvenus. Cela m’est arrivé une seule fois, mais dans un petit atelier, mais comme je connaissais bien l’élève et le prof, cela a été pris avec beaucoup d’humour.
Alors que je pose pour un nouvel atelier, je ressens une ambiance dissipée. Les élèves sont plus préoccupés à discuter et ne semblent pas concentrés. Pendant la petite halte, la prof me dit d’un ton sec, mes élèves s’ennuient avec vous. Vos poses manquent d’amplitude, de chaleur, de sensualité. Faites un effort pour proposer quelque chose d’agréable à regarder. Faites en sorte de dégager quelque chose, essayez de leur raconter une histoire, quelque chose qui les percute, qui leur donne envie. Bref sortez de cette rigueur purement académique qui endort tout le monde.
Mais je n’ai aucune idée qui me vient à l’esprit pour répondre à une telle demande. Si j’avais le corps d’une femme, peut être que je pourrais trouver l’inspiration, mais là, je ne vois pas. Alors je vais installer autrement mon espace. Mettre un cube, le recouvrir d’un drap. Puis je vais ajouter des coussins. Et je vais essayer pendant quelques minutes de trouver une idée. Pour faire ces différents essais, je précise que je suis en peignoir. Un peignoir en soie que des amis m’ont offert lors d’un voyage en Inde. C’est une précision de taille, car il est légèrement translucide donc accentue la sensualité.
Bref, j’essaye 1 pose, une seconde. Là je ne vais jamais tenir plus de 5 minutes. Là cela va être moche. J’essaye encore. Ah, pas mal, mais la tête renversée de la sorte, je risque la syncope. Ah celle là est mieux, un petit peu sur la droite, cela va accentuer le déhanché. Cela n’a pas l’air mal cela. En plus avec les coussins, je suis bien calé, normalement je devrais tenir. Mais zut, j’ai gardé mon peignoir, et si je me relève, je ne vais jamais pouvoir retrouver cette pose. Comment faire ?
Délicatement, j’arrive à enlever le nœud de la ceinture de mon peignoir. Et délicatement avec l’autre main j’ouvre mon peignoir le plus possible puisque je suis là pour cela, poser nu, mais impossible de l’enlever entièrement. Et là il va se passer un truc. La pose choisie, à la fois lascive et offerte, cet état d’abandon que je dégage dans cette pose, et certainement la façon de me dénuder ont fait que d’un seul coup, un silence de cathédrale s’est installé dans la salle. Pendant une heure, il n’y a plus eu le moindre bruit. J’entendais juste de temps en temps la prof chuchoter quelques conseils à ses élèves.
Pendant cette heure de pose, j’ai ressenti un état de bien être proche de la béatitude. Par une gestuelle finalement assez simple, j’ai raconté une petite histoire érotique à mon auditoire, et ce jour là j’ai vraiment eu la sensation de faire plaisir aux personnes qui étaient présentes. D’ailleurs, à la fin du cours, je suis allé voir ce qu’avaient fait les élèves, et j’ai été comblé par un rendu aussi valorisant.
Cette expérience fut enrichissante pour moi. Dans le cadre de mon métier il m’arrive parfois de devoir intervenir devant un auditoire de plusieurs dizaines de personnes. Avant de prendre la parole en public, je ressens toujours comme une petite appréhension. Et plus l’enjeu est important, plus la montée d’adrénaline est forte. Il me suffit alors de repenser à ce moment là, ce jour où j’ai osé me dénuder de façon sensuelle devant plusieurs personnes, pour me dire, je suis fort, j’ai confiance, et je vais y arriver…..

#

(compte clôturé)

le dimanche 20 septembre 2009 à 08h09

Tiens, j'ai une question vachement terre à terre, meuh.

Le polyamour en tant que simple déculpabilisateur du fait de faire l'amour avec plusieurs personnes simultanément, z'en pensez quoi?

#
Profil

lutevain

le dimanche 20 septembre 2009 à 10h22

Pourquoi? Il y avait culpabilité…? Jamais eu cette sensation… :-)

#
Profil

lutevain

le dimanche 20 septembre 2009 à 10h22

… plus on est de fous…

#
Profil

K-roll

le dimanche 20 septembre 2009 à 12h20

Je suis assez d'accord avec lutevain ...
Et puis, pour la découverte, rien de tel que les clubs libertains ...

#

(compte clôturé)

le dimanche 20 septembre 2009 à 12h24

Toi pas, lutevain... d'autres non plus... mais en admettant que ça puisse l'être pour certains, ça m'intéresserait de causer avec ceux-là, parce que la culpabilité est un autre des thèmes qu'on s'était gardé au chaud pour la rencontre de Genève. Et que le sexe et la culpabilité, heuh, c'est quand même souvent évoqué comme dyade, dans nombre d'écrits ici et ailleurs.

Les gens qui se reconnaissent dans le polyamour peuvent être si différents!

Dans le même temps, je croise la trajectoire de deux hommes qui semblent avoir le même rapport joyeux au sexe.

Mais dont l'un s'avère en fait affamé de sensualité retrouvée après un long endormissement, et se définit du coup comme libertin, épicurien... et je le vois, moi, comme quelqu'un qui traverse une phase d'éveil à l'âge adulte avec toute une vie de retard, comme un nourrisson qui ne sait pas différencier ses besoins, et en comblant l'un comble les autres du même coup (ou le croit).
A tout ce qui n'est pas plaisir, satisfaction pure et immédiate... il semble opposer l'inertie et l'égocentrisme d'un ado, ainsi qu'un besoin de solitude absolument prioritaire qu'il appelle liberté, mais aussi "respect" des femmes. Bref, semble ne donner que quand il est sûr que ça ne va pas empiéter sur son territoire de vie, ni introduire du soutien dans la relation.

L'autre a le même âge, a traversé plusieurs histoires d'amour, a une incroyable capacité de résilience, une loyauté, une écoute et un charisme fou. Il dégage une telle joie de vivre, une telle force solaire, un tel rayonnement que quand je pense à lui, c'est son ventre et son plexus que je voudrais toucher, pour échanger de l'énergie, laisser passer le courant. Le reste viendrait à l'avenant, c'est encore indistinct, une carte du tendre qui englobe le monde... et je sais que le sexe n'est pour lui qu'une manière de rejoindre le divin, mais qu'il y a dix mille cérémonies possibles.

Bref, pour le premier, le sexe semble un prétexte pour fuir l'intimité, alors que pour le deuxième, s'entretenir avec moi, c'est déjà faire l'amour...

Avec le premier, j'ai tout sauf envie de sexe, et encore moins d'en parler. Le deuxième me laisse bouche bée et sèche, le coeur qui tape - tout le contraire.

Tous les deux se définissent comme polyamoureux, entre autres.

Est-ce que je suis claire, ou fumeuse, là?

Message modifié par son auteur il y a 10 ans.

#

(compte clôturé)

le dimanche 20 septembre 2009 à 12h41

lutevain
… plus on est de fous…

Simultanément ne veut pas dire "tous en même temps"; mais "dans la même période".

Message modifié par son auteur il y a 10 ans.

#
Profil

K-roll

le dimanche 20 septembre 2009 à 12h45

Oups, non seulement claire, mais aussi délicate que d'habitude ;o)))
J'ose espérer que le premier a d'autres qualités et le deuxième quelques défauts ;o)))

Pour en revenir au sexe, sujet de ce fil, je pense qu'effectivement il est peu recommandé de s'afficher PA, ne fut-ce que dans certains milieux pro où la liberté sexuelle est considérée comme une tare...
Avoir envie de faire l'amour est, pour moi, une sorte d'alchimie avec l'autre, un tout ... Je peux respecter un homme sans avoir envie de faire l'amour avec lui, par contre impossible de me faire vraiment vibrer si je n'ai aucun respect pour l'autre ...

Concernant la culpabilité éventuelle, elle nous est imposée par notre éducation et donc non négligeable. Je l'ai ressentie à plusieurs reprises, lors de mes premiers balbutiements de polyamoureuse, considérés comme un "coup de canif dans le contrat" et pas comme un enrichissement du "couple". A l'époque, j'ai d'ailleurs gardé cet "égarement de vacances" pour moi, même s'il m'a permis de rebondir et de continuer mon chemin de manière plus sereine. Mon seul regret est de m'être sentie obligée d'oublier jusqu'à son adresse ... Dommage car, aujourd'hui, je le recherche et n'arrive pas à le retrouver ...

#

(compte clôturé)

le dimanche 20 septembre 2009 à 12h55

Ce que je vois des deux hommes est leur carte de visite extérieure, la manière dont ils entrent en contact avec des inconnus; et ce que j'en dis délibérément contrasté pour appuyer la différence entre deux personnalités opposées.

Bien sûr qu'il y a de part et d'autre des qualités et des défauts...

Je parle de sexe/sensualité/message non-verbal, de ce qui peut sourdre par toutes les pores d'un être, aussi clairement qu'un message écrit - pour qui a des antennes.

Comme des atomes se lient entre eux, il faut une force d'attraction réciproque, sinon le lien ne se fait pas, ou reste instable, à la merci d'un autre atome de meilleure valence qui passerait par là.

Message modifié par son auteur il y a 10 ans.

#
Profil

K-roll

le dimanche 20 septembre 2009 à 14h03

J'aime beaucoup ta comparaison avec la(l)chimie ... Cela parle à la scientifique que je suis ... Il me semble que cette attraction réciproque n'a rien à voir avec la sexualité. Je ressens cela aussi vis-à-vis de certaines personnes qui sont des ami(e)s très cher(e)s.
La sensualité est, pour moi, une façon d'être en harmonie, harmonie entre le corps et l'esprit ... Elle disparaît d'ailleurs spontanément dans certaines circonstances où elle pourrait être mal interprétée.
Quant au message non verbal, c'est effectivement celui qui se déguste ... et qui manque sur un forum tel que celui-ci ...

Message modifié par son auteur il y a 10 ans.

#

(compte clôturé)

le dimanche 20 septembre 2009 à 14h28

J'aurais pu écrire ça!
Juste que pour le sexe en plus, ma foi, le coeur qui se met à pulser dans le slip, c'est aisément identifiable et différenciable, comme sensation... :-D .

Surtout quand le slip commence à donner l'impression de rétrécir!

Message modifié par son auteur il y a 10 ans.

#
Profil

lutevain

le dimanche 20 septembre 2009 à 15h31

K-roll
J'aime beaucoup ta comparaison avec la(l)chimie ... Cela parle à la scientifique que je suis ... Il me semble que cette attraction réciproque n'a rien à voir avec la sexualité. Je ressens cela aussi vis-à-vis de certaines personnes qui sont des ami(e)s très cher(e)s.

La sensualité est, pour moi, une façon d'être en harmonie, harmonie entre le corps et l'esprit ... Elle disparaît d'ailleurs spontanément dans certaines circonstances où elle pourrait être mal interprétée.

Quant au message non verbal, c'est effectivement celui qui se déguste ... et qui manque sur un forum tel que celui-ci ...

Message modifié par son auteur il y a une heure.

Comme c'est vrai… en phase à 100% avec ce que tu écris… subtilité des sensations! Un équilibre qui se crée automatiquement quand on est à l'écoute de l'autre et pas centré sur son ego!

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion