Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Mais pourquoi on parle pas de sexe, ici?

#
Profil

titane

le mercredi 13 janvier 2010 à 15h45

c koi sexe-mustique et sexe-déconne ?... j'en ai raté des trucs moi !!!!

#

(compte clôturé)

le mercredi 13 janvier 2010 à 19h50

Siestacorta
Oué, je sais... "mutique et grave".
Bon, c'est pas éxactement moi. Et je sacralise pas, je vous jure. COmme je l'ai déjà dit dans ce fil, je suis pas 100 % à l'aise, dans le sexe. J'ai des peurs. ET le rire, parfois ça libère, mais parfois, c'est justement ce qui fait que je peux plus partager : l'autre est effectivement dans son mode léger, moi je suis resté à terre. Et je me sens l'air bien con. Le sexe n'est pas sacré (enfin... sauf pour certains chamanes et panthéistes, mais bon), mais il est aussi sensible que peut l'être la personne qui est avec nous au lit. Donc il mérite des attentions.
Et si l'un n'est pas léger (donc là, le lourd c'est moi, on se comprend), il faut trouver comment en tirer du beau et bon quand même. (et puis c'est quoi ces sorcières hystériques qui rient au lit comme si c'était sensé être un moment qui leur fait plaisir ? Aaaaah, qu'il me manque le temps où on plaçait un bon coup d'os de Mammouth sur la tronche pour tout préliminaire !) (hem) (je rappelle pour être sûr de pas être mordu que personnellement j'aime bien les jeux d'échange de pouvoir érotique, ça relativise...)

Mdr pour ton dernier paragraphe :-)
Pour le reste, eh bien, un bon nombre d'hommes et de femmes ont des peurs, et qui apparaissent parfois au mauvais moment. Et cela donne des réactions qui surprennent ou déstabilisent l'autre. Là, il faut juste du coeur et de l'écoute. Pas toujours facile (merci les hormones qui d'un coup te transforment en bête assoiffée alors qu'une heure avant tu es toute patience et compréhension !).
Moi je ne ris pas pendant...avant s'il y a de bonne humeur, et parfois après, tellement ça me rend heureuse quand ça se passe bien. Mais pas pendant.

#
Profil

titiaparis

le samedi 21 février 2015 à 11h59

Personnellement, je trouve que la notion de "faire un câlin" va au delà du sexe, car elle implique une notion de tendresse qui est indissociable (c'est mon avis et je le partage LOL)

L'expression "faire du sexe" est à rapprocher de l'anglicisme "having sex", mais ne sonne pas pareil en français (les anglo-saxons utilisent aussi "make love", qui est beaucoup plus "sensuel" à mon goût)

J'ai eu récemment une relation avec une anglophone, dans laquelle, justement, tout était permis, sauf "have sex". Nous avons eu des moments intenses de tendresse, de sensualité, et à mon avis, nous avons fait l'amour sans avoir de relation sexuelle (et ce n'en était que plus profond)

#
Profil

bonheur

le dimanche 22 février 2015 à 11h39

L'important est le ressenti. Le sexe est un moyen, c'est tout (sauf si on le considère dans sa manière basique et primitive qui consiste à simplement se reproduire). Pour une fois, Titiaparis, je te rejoins sur ce point. On peut avoir de merveilleux ressentis, de magnifiques émotions, sans sexe.

Ce n'est pas pour rien, je pense, qu'il existe une journée du câlin. Sauf que les câlins, j'en consomme au quotidien et abondamment. Câlins a distance également...

J'utilise beaucoup le vocabulaire suivant : câlins, pensées affectueuses, bisous tout câlinous, avec tendresse, avec bonheur (évidemment !), avec douceur, tendres baisers, belles caresses, je t'envoie mon plus beau sourire... et puis il y a sur skype ce nounours tout trognon que j'adore et qui exprime tout ça (<3 à la personne qui se reconnaitra si elle me lit).

Je conçois que l'humain a un besoin de sexe, mais paradoxalement des relations asexuées peuvent être tellement magnifique. Perso, les deux sont merveilleuses.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion