Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Ma femme ouvre ses ailes… je suis heureux pour elle… et je suis moi-même malheureux…

Romantisme
#
Profil

mec.heureux

le samedi 06 novembre 2010 à 20h57

Bonsoir à tous,

Je me permets de prendre la plume parce que je suis en train de vivre ce que je pense être le moment le plus important de ma vie jusqu’à présent… et que je me sens terriblement seul, je suis actuellement plein de doutes et de peurs, bref je n’en mène pas large.

Et alors, vu que depuis des mois je recherche des réponses - notamment sur ce site où j’ai lu beaucoup de choses qui m’ont aidé à avancer - je me suis dit que cela serait un bon exutoire pour moi de livrer mes pensées à d’autres personnes qui les ont probablement déjà eues.

Désolé d’avance, je pense que cela va être une longue bafouille… mais je pense aussi que cela pourrait me faire du bien, alors voilà, je me lance…

Il y a quelques heures, j’ai vécu quelque chose qui me semblait impensable il y a encore peu. Sur le pas de la porte, ma femme et moi nous sommes embrassés, elle tremblait et avait les larmes aux yeux (et moi aussi), et je lui ai dit «  Amour, prends ton envol». Elle s’est éloignée, j’ai refermé la porte… et me voilà là ce soir, à savoir que d’ici quelques heures elle sera dans les bras d’un autre homme. Pour être franc, j’ai déjà vécu de meilleurs moments dans ma vie… Et pour être tout-à-fait franc, sur une échelle de 1 à 10 des pires journées de ma vie, je dois actuellement être à 15…

Pour faire court : ma femme et moi sommes un couple de longue date (23 ans ensemble, elle avait 16 ans et moi 18 lorsque nous sommes tombés amoureux l’un de l’autre…). Nous avons été toutes ces années un couple très (rétrospectivement, trop…) fusionnel, heureux de partager tout notre temps ensemble. Il y a une année elle a rencontré quelqu’un d’autre qui lui a plu, physiquement et intellectuellement. Alors qu’elle en avait l’occasion (elle était à des milliers de km de moi), elle n’en a rien fait, parce qu’elle pensait à nous. Après avoir traîné ensuite ce boulet durant quelques semaines, à bout, elle est venue m’en parler. Je me suis alors pris une tonne de briques sur la tête… puis j’ai essayé d’aller de l’avant, avec elle. Rapidement pour moi (naturellement, après être passé par les phases de déni de la réalité, de négociation, de dépression légère, etc – bref, les phases classiques lors d’un deuil d’une certaine forme d’une relation), je me suis rendu compte que c’était comme cela, que c’était la vie, qu’il y avait des choses que nous n’avions jamais eu l’occasion de vivre … et qu’elle a besoin pour elle, en tant que personne, de pouvoir vivre cette aventure. Et j’ai compris que, malgré un serment de mariage émouvant à l’époque, qu’elle ne m’appartient pas. Et je me suis alors promis, même si cela m’en coûte, que je ne serai jamais en travers de son chemin. Je l’aime trop pour cela, j’ai trop envie qu’elle ait une belle vie… pleine, riche, et qu’elle se réalise en tant que personne. Et alors je lui ai dit que j’étais prêt à ce que notre mariage devienne un mariage ouvert…

Nous avons beaucoup discuté – heureusement jamais la communication entre nous n’a été interrompue, heureusement jamais nous ne nous sommes reproché quoi que ce soit. Nous nous sommes toujours respecté, nous avons essayé de ménager l’autre au mieux. Nous avons beaucoup changé dans notre relation : dans nos corps d’abord (de stress, nous avons laissé à deux 60kg sur la balance – ce qui à part cela nous a fait beaucoup de bien à l’ego), dans notre vie intime (qui n’a jamais été aussi riche en un quart de siècle…), et pour finir dans nos sentiments (nous sommes probablement retombés… amoureux, après nous être aimés «  tranquillement» durant un quart de siècle).

Et ma femme est la personne-clé de ma vie, la personne dont je ne peux/pourrais me passer. Je la respecte (à mes yeux elle ne m’a jamais trompé – et ne me trompera jamais, vu que nous avons établi que l’honnêteté serait le principe de notre vie) et je l’admire (elle a osé s’affirmer, et elle ose maintenant faire quelque chose pour elle-même). Et depuis qu’elle a commencé à changer, moralement et physiquement, elle est en train de devenir pour moi quelqu’un de nouveau et d’absolument fascinant. Cette belle personne, au moral et au physique… ma femme 2.0… avec laquelle je brûle de passer ma vie.

Alors pourquoi je suis ce soir dans cet état?

Et comment répondre à toutes ces questions qui m’obsèdent ? (et là, peut-être pouvez-vous m’aider, vous qui avez probablement déjà vécu cela… d’un côté où l’autre de la barrière).

Comment être moins triste ?
A l’heure actuelle, je me sens, comment dire… «  relativisé» ? Cela me fait mal de passer de l’état de «  son mari/mec/amant» à celui de «  le préféré (avec un peu de chance…) de ses mecs/amants». Même si j’ai entretemps compris que son besoin d’aller voir ailleurs n’a rien à voir avec ma personne (ou mes aptitudes au lit…le stress classique d’un mec…), j’ai quand même un peu l’impression d’être devenu… moins important à ses yeux.

Comment avoir moins peur en l’avenir?
J’ai tellement peur que son aventure (et les suivantes ?!?) ne change quelque chose entre nous. D’une part - parce que je suis un expert à me faire des films-catastrophe… - je me dis parfois qu’elle n’aura plus envie de notre vie à deux après goûté à la liberté («life-changing sex » et tous ces trucs-là…). Et d’autre part, je ne sais pas encore si j’aurai les épaules assez solides pour supporter ce nouveau mode de vie – que faire si après la première fois (où il est normal que cela me fasse mal) je me retrouve dans cet état à l’avenir ? J’ai vraiment puisé dans ma substance ces derniers mois, et j’ai un peu peur de me retrouver un jour dans la situation de lui dire que je l’aime… mais que je la quitte – pour me protéger.
Et pour finir, j’ai peur qu’elle me laisse sur la route… à s’émanciper, à grandir, à voler… que je ne sois pas à la hauteur de cette nouvelle situation…

Comment ne pas me sentir tout seul dans la vie?
Immédiatement : je me sens plus seul que je ne l’ai jamais été. Au moment le plus pénible de ma vie, j’aurais tellement besoin d’un appui – au sein de mon couple. J’aurais besoin ce soir d’un corps chaud de femme – et pas n’importe laquelle… - contre moi, pour avoir moins mal et peur. Pour des raisons évidentes, ma femme ne le peux pas… mais je n’ai pas envie d’aller draguer n’importe qui (sans parler d’aller me payer une fille…). Et à terme : j’ai peur que je essayer à l'avenir de me «  blinder» pour résister à la situation – et partant de me fermer à elle, de ne plus lui parler de mes trouilles, doutes etc («macho attitude», probablement, mais bon…).

Comment faire pour retrouver un peu de …rêve/romantisme ?
Je me suis rendu compte ces derniers mois que j’étais le plus romantique des deux – et qu’elle est beaucoup plus pragmatique que moi. Et quand j’ai eu vraiment mal, pour me «  désensibiliser», pour me sentir «  à la hauteur» de la situation, j’ai brûlé (littéralement…) tous mes objets/souvenirs, je me suis peu à peu débarrassé de tas de choses qui comptaient pour moi… Et maintenant, j’aimerais arrêter cette spirale négative… j’aimerais arriver à nouveau à sourire sans arrière-pensées, à apprécier un moment pour ce qu’il est, à me projeter dans l’avenir…

Enfin voilà. Désolé si j’ai fait un peu long…– mais j’en ai actuellement un peu gros sur le cœur (il y a des jours comme cela).

J’aimerais juste arriver à profiter pleinement de la vie – parce que la vie est belle, non? – mais pour l’instant j’ai l’impression que je «  patine» un peu… (voilà ce que c'est d'être au fond un incurable sentimental/romantique...).

Au plaisir de vous lire, toute contribution est la bienvenue.

Bonne soirée à tous,
mec.heureux (mais pas encore tout-à-fait…)

#
Profil

Gin

le samedi 06 novembre 2010 à 21h14

salut mec !

ben écoute, bravo, et merci pour ton témoignage, c'est chouette !

vous avez vraiment l'air d'être un super couple avec ta femme, encore bravo !!

c'est tout nouveau ce changement, et bien négocié... bravo, j'ai déjà dit, non ?!

mais ce soir, THE premier grand soir, tu es triste !?

et bien je crois que c'est normal.

vas-y, sois triste, merde, tu as le droit !

tu as peur, c'est normal aussi !

il faudrait être complétement insensible pour ne rien ressentir un soir de grande première.

même si vous en avez beaucoup parlé depuis un an, même si tu as beaucoup lu sur ce forum ou ailleurs, ce que tu vis là tout de suite, tu n'y étais pas préparé avant, et ce n'est pas étonnant que ce soit un peu douloureux quand même.

mon conseil : accepte cette tristesse, cette douleur, pour ce qu'elle est.
autorise toi à te sentir mal, aussi mal que possible même peut-être, apitoie sur ton sort, chiale, vas-y, exprime ton mal, ton doute.

tu acceptes que ta femme soit libre, libre de ressentir de l'affection pour un autre que toi, c'est bien, mais fais en de même avec toi, donne toi la liberté de ressentir toi aussi ce que tu as à ressentir, même si c'est moyennement agréable ce soir...

...pis après ça devrait aller mieux... : ) je le crois

bon courage, bonne déprime du samedi soir, et encore bravo !

#
Profil

tentacara

le dimanche 07 novembre 2010 à 11h46

Bonjour. Merci pour ce très émouvant témoignage.

Comme le dit Gin, ce que tu vis est parfaitement normal et tu as le droit de le vivre.

J'ai deux choses à te dire :

Ce que tu traverses n'a qu'un temps. Tu vas t'adapter et adapter ta vie à cette nouvelle logistique. Sans doute en profiter toi-aussi pour redécouvrir les merveilles que t'offre le monde extérieur. Le fait que la communication entre ta femme et toi soit d'aussi bonne qualité et que votre relation quand vous êtes ensemble soit aussi- voire plus- belle qu'avant sera ton point d'ancrage.

Concernant ta femme, pour avoir été dans la même situation qu'elle, elle va traverser elle-aussi différentes phases :

La passion pour cet autre homme qu'elle découvre. Elle va plonger dans un nouveau mode de relation, de communication, un autre corps, d'autre caresses.
Cette étape est grisante mais éphémère. Ce tourbillon s'apaise ensuite pour laisser la place à une relation plus "tranquille".

La culpabilité vis à vis de toi. Elle va souffrir de te voir malheureux, beaucoup hésiter, songer à quitter l'un ou l'autre d'entre vous pour te soulager.
Si tu tiens bon pendant ces deux phases (qui sont souvent concomittentes), vous atteindrez la troisième et meilleure phase :

A mesure que sa relation avec son nouvel amour va se stabiliser, elle va réaliser que tu as vécu une situation difficile et douloureuse, mais que tu n'as pas laissé ton chagrin entraver son bonheur.
A l'amour qu'elle te porte déjà viendra s'ajouter une admiration immense pour cette abnégation et une immense reconnaissance pour la preuve aussi flagrante de ton amour.

En ce qui me concerne, l'intelligence, la patience, le recul sur soi dont mon premier amoureux a fait preuve lorsque le second est entré dans nos vies m'a tout simplement révélé à quel point j'aimais cet homme. A quel point mon choix de m'engager à construire ma vie à ses côtés était le bon. Cela nous a apporté une complicité, une solidarité et une confiance qui fait de notre histoire un pilier solide, un hâvre de bien être et de sécurité. Un grand amour.
Je suis éperdue d'admiration et d'amour pour ces deux hommes qui partagent ma vie, me soutiennent et dont la principale préoccupation est mon bonheur.

Tu es sur la bonne voie, à mon avis. Il ne peut sortir que du bon de ce que tu vis en ce moment, même si cela te semble très difficile aujourd'hui. Une fois que vous aurez trouvé votre équilibre, tu verras dans le bonheur et l'épanouissement de ta femme la récompense de ta patience.
En attendant, prends soin de toi. Parle-lui de tes peur, donne-lui l'occasion de te rassurer, rassure-la, toi aussi. Soyez heureux.

#

(compte clôturé)

le dimanche 07 novembre 2010 à 12h53

Bonjour et bravo à vous de ce témoignage. Par rapport à ce que j'ai vécu il y a 30 ans et à ce qu'on lit ici, vous êtes à un niveau déjà "top" dans la maturité et la réflexion, puisque vous êtes capable de trouver ce qu'il y a de positif dans le changement de relation avec votre femme. Vous ne sombrez pas dans la jalousie, vous n'essayez pas de lui "rendre la pareille" ni de faire pression sur elle en la culpabilisant. Rien que ça, chapeau! Il y en a qui mettent des années pour y arriver...
Le chagrin, les doutes, le sentiment de solitude, la peur que ça casse... font partie des sentiments rigoureusement normaux que l'on ressent quand on doit s'adapter à un changement de relation aussi important, surtout après 23 ans de quasi fusion. Comme dit Gin, acceptez et vivez ces sentiments, il ne faut surtout pas retenir ses larmes, et si vous ressentez de la colère- ça peut arriver- tapez sur un coussin ou criez tranquillement chez vous. Surtout, ne pas réprimer ses ressentis, ça use inutilement. Un truc qui marche bien pour se calmer: écrivez à votre femme tout ce que vous ressentez, y compris le négatif... mais ne lui envoyez pas la lettre. Ca permet de dégager ce qui étouffe et ensuite on se sent plus léger. Et quelques mois après la crise, en relisant ce qu'on a écrit, on est émerveillé du chemin parcouru (j'ai utilisé cette technique avec succès quand j'ai connu des relations difficiles avec certains hommes)
Se dire qu'on peut être aimé profondément sans être l'Unique aimé, c'est toute la différence entre la monogamie et le pluriamour. C'est le cap difficile à franchir, mais une fois franchi, on est stupéfait de découvrir la profondeur de ses amours, et particulièrement de l'amour principal- quand il y en a un- qui a surmonté ce que j'appelle un "rafting conjugal" par vent de force 10.
Encore bravo, en tout cas, des hommes comme vous, ça fait plaisir!

#
Profil

Pinklady

le lundi 08 novembre 2010 à 17h27

RIen de plus à rajouter qui n'ai été dit .. juste un mot pour vous feliciter moi aussi neanmoins d'avoir parcouru tout ce chemin, qui a mon sens est le vrai chemin de l'amour : vouloir le bonheur de l'autre.
COurage vous avez fait le plus dur je pense il manque plus qu'un peu de réassurance de la part de votre épouse et vous voila requinqué...

#
Profil

Menora

le vendredi 12 novembre 2010 à 18h00

Bravo à toi mec pour ce témoignage, et aussi bravo à vous qui lui avez répondu de si belles choses. Si je peux en ajouter une, quand tu te sens en doutes, viens faire un tour par ici, car même si c'est juste pour lire ce qui s'y passe sans aucune intervention, ça fait souvent du bien de relier avec le sens de tout ça lorsque c'est douloureux...de se rappeler pourquoi et dans quel but on traverse ces périodes de souffrances...

#

(compte clôturé)

le mardi 16 novembre 2010 à 14h19

C'est marrant, seule des femmes ont répondu à l'appel de ce mec heureux mais tourmenté. Puis le mec en question a disparu :)
Est-ce signe qu'il va bien?
Que nous avons restauré son ego?
Ou qu'il est encore plus dans un tourbillon perturbant?

#
Profil

mec.heureux

le mardi 16 novembre 2010 à 16h24

Boujour à vous toutes,

Cela fait déjà un moment que je voulais me manifester, pour vous remercier de vos amicales paroles, qui m’ont aidé à me sentir moins seul durant cette dernière période. Cela m’a fait beaucoup de bien de sentir comme des… mains tendues.

Pour ma part, j’ai suivi vos conseils… et j’ai laissé (je laisse) ce temps de ma vie, avec ce qu’il comporte d’émotions et de trouilles… simplement couler à travers moi, sans plus (trop) chercher à m’y opposer ou à me blinder, en l’acceptant.

Entretemps ma femme est revenue (de quoi en fait ? son escapade, son aventure… on va dire son voyage de découverte…).
La revoir m’a fait un bien fou, et a dissipé une bonne partie de mes craintes des derniers jours (il est vraiment très facile, quand on est seul – ou plutôt quand l’on se croit seul parce que l’autre vit… autre chose, ailleurs – de ne voir que des choses sombres et de se monter des films…).

Passées des premières minutes un peu… intenses, et bien je l’ai retrouvée… J’avais tellement peur qu’elle revienne… changée à mes yeux. Et bien non, elle est toujours pour moi cette belle personne que j’aime, respecte et admire. Ma compagne…

Et alors tranquillement, de mon côté, je refais surface… Après cette période qui m’a parfois semblée interminable (si un jour je devais écrire l’histoire de ma vie, il y aurait un chapitre décisif qui s’appellerait «  Dix jours en automne»…), je vais désormais essayer de prendre la suite comme elle vient… et d’en profiter, sans trop de craintes.

Il est clair que tout n’est pas encore réglé, loin de là… il faudra bien que notre «  Vie à deux 2.0» se mette peu à peu en place… mais nous sommes ensemble sur le coup.

Je me croyais monogame et exclusif, ai évolué en quelqu’un pour lequel l’idée d’ouverture est possible… mais je ne sais pas encore ce que je vais faire moi-même de cette nouvelle liberté. Pour paraphraser Baudelaire, je me sens un peu comme cet albatros cloué au sol, avec de grandes (du moins je l’espère…) ailes qui me permettront peut-être un jour de voler librement… mais qui m’empêchent pour le moment encore un peu de marcher…

Meilleures salutations.

#
Profil

Romy

le mardi 16 novembre 2010 à 16h53

Mes hommages. Je suis vraiment impressionnée.
Et pense au chapitre : "Dix jours au printemps".
X
Rosalie

#
Profil

Goffio

le mardi 16 novembre 2010 à 16h56

Bravo !

Belle expérience...
Belle écriture...
Double plaisir, à la lecture !

(+)

#
Profil

Pinklady

le mardi 16 novembre 2010 à 17h44

A ne jamais oublier en effet (+)

Rosalie
Mes hommages. Je suis vraiment impressionnée.
Et pense au chapitre : "Dix jours au printemps".
X
Rosalie

#
Profil

rnml

le mardi 16 novembre 2010 à 23h51

Bravo... ;o) Ca c'est un coups de maitre, bon plan pour se trouver des consolatrices, ca donnerait presque des idees ;o)
(+)

#

gerardlesb (invité)

le jeudi 18 novembre 2010 à 09h32

Quand ma femme a "ouvert ses ailes", je me suis trouvé profondément heureux, parce que je l'aime. Pour des raisons d'éducation familiale, j'ai toujours été antijaloux. Aimer c'est être au service du bonheur de l'autre et pas le posséder.

#

tetechagrin (invité)

le samedi 02 juillet 2016 à 15h48

moi aussi je suis dans la meme situation que toi mais obnligée d accepter mon sort car trop
vieille et trop endettée pour essayer de changer de vie et personne pour me soutenir ni mes enfants ni mes parents je n'ai plus que ma mère très vieille très dur à supporter je craque
je vais faire une connerie et gros prolèmes financiers
comment fais tu pour tenir le coup moi je ne peux pas je ne sors meme plus le w end comment fais tu je t admire
Bon courage amitiés

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion