Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Les amours plurielles, une crue fertilisante de la société?

Social
#

(compte clôturé)

le jeudi 27 août 2009 à 15h24

Les amours plurielles emportent au passage les rôles, les genres, la politique, l'économie... bref... la société. Oui, bien sûr, je suis tombée sur cet œuf de Colomb dans les jours qui ont suivi ma découverte des fora de polyamoureux!

Mais voilà ce que qui motive à ouvrir ce fil ( /discussion/-dI-/Ou-sont-les-hommes-activement-pol... ):

"C'est marrant, [...] dès qu'on aborde les amours plurielles ça remet en cause l'organisation sociale, les rôles la politique, la consommation... [...] Et sur ce topic, c'est exactement ce qui se passe, entre la discussion sur le ménage, les rôles, le "habiter seul ou pas", etc. Et le besoin de solitude aussi, super important. "

On n'est que deux à le voir comme ça, ou bien?

#
Profil

Apsophos

le jeudi 27 août 2009 à 15h34

Ou bien est-ce que dès qu'on remet en cause "l'organisation sociale, les rôles, la politique, la consommation" on en arrive plus ou moins probablement à envisager la notion d'amours plurielles ?
L'oeuf de Colomb est-il arrivé avant ou après la poule de Colomb ?

Sinon je suis d'accord, mais je pense qu'on passe déjà pour des dingues en parlant de non-exclusivité amoureuse, alors si on dit qu'on remet en cause toute la glu sociale, on risque de perdre le peu de crédibilité qui nous restait. (on/nous impersonnel, ici)

#

(compte clôturé)

le jeudi 27 août 2009 à 15h46

Apsophos
Ou bien est-ce que dès qu'on remet en cause "l'organisation sociale, les rôles, la politique, la consommation" on en arrive plus ou moins probablement à envisager la notion d'amours plurielles ?

En tout cas, je me vois bien plus dans ce sens là que dans l'autre. :)

#
Profil

Siestacorta

le jeudi 27 août 2009 à 15h54

Ben pour l'instant c'est le cas... A la longue je vois bien une tendance progressiste / libertaire chez pas mal de poly. Maintenant, c'est comme tout, les progrès arrivent par la marge puis finissent par intégrer le corps social sans qu'il se renverse systématiquement - que ce soit dommage ou non, c'est une question que je n'aborde que la kalach à la main.

Mais que ce progrès la fasse vite de fertiliser, viiiite.

#

(compte clôturé)

le jeudi 27 août 2009 à 16h24

Entendons-nous, ça remet en cause parce que c'est lié, ceci s'appuie sur cela, et vice de Versailles. Mais je ne pense pas que ça ait débouché, tac comme ça, de la réorganisation sociale à la pluralité des amours, sinon de manière évidente pour un certain courant de pensée anarchiste. Il y a eu d'autres courants qui s'interactivaient si j'ose dire, pour arriver à la remise en question générale des modèles de société, des rôles, etc.

Mais de manière tangible au quotidien, si madame n'est plus la fée du logis d'avant-hier, scotchée à sa machine à laver; et monsieur n'est plus le-rameneur-de-pognon-du-ménage, moi je sens plutôt l'influence des féministes qui réclamaient le droit à disposer d'elles-mêmes, vu que le droit de vote était (enfin! Et depuis pas longtemps! Et ici, pas partout!) acquis aux femmes.

Alors du coup, pour moi, le polyamour (enfin... sa mise en évidence, quoi) est le truc qui, avec le droit à l'avortement, est un des trucs les plus chamboulants de la société... depuis... que le couple est couple (c'est quand? quelqu'un d'éclairé sur la question peut nous le dire?)

Message modifié par son auteur il y a 10 ans.

#

françoise (invité)

le vendredi 28 août 2009 à 23h55

Depuis Adam et Eve, bien sûr! Et quand Eve a voulu polyamourer avec un sympathique serpent qui lui offrait le fruit de l'arbre de la connaissance (non, pas une pomme, la pomme c'est dans Blanche-neige ), ca a bouleversé l'ordre établi et Adam et Eve ont été mis à la porte du paradis. Et à ce moment là, dit la Bible, "ils virent qu'ils étaient nus et en eurent honte." Par ailleurs, Eve fût condamnée à enfanter dans la douleur pour la peine. C'est dire si l'interdiction d'aller "voir ailleurs" et d'avoir accès à la connaissance- pour la femme en tout cas- est largement ancrée dans l'inconscient collectif. Même si on n'est pas religieux, on est imprégné de cette culture religieuse présente entre autres en Europe et aux Etats-Unis... pays de monogamie dominante.
Et c'est pourquoi, d'accord avec Clémentine, je pense que les amours plurielles découlent d'une réflexion féministe, et d'accord avec je ne sais plus qui, d'une réflexion libertaire. On peut aussi commencer par les amours plurielles, trouver ça bon, et s'apercevoir que ça débouche sur une remise en cause d'un tas de schémas politico-culturels.

#

(compte clôturé)

le samedi 29 août 2009 à 10h13

Oups, crac, j'ai le cerveau qui s'emballe là du coup. Les symboles, les archétypes sont légion, sur le sujet... Même Disney devient largement suspect d'être un agit'prop', complètement inconscient, au service de l'ordre établi!

La pomme de Blanche-Neige est une émanation du mythe de la pomme d'Eve, le symbole du fait que pour sortir de l'enfance et accoster au continent adulte, avec toutes ses contradictions, ses bonnes choses et ses maux (ainsi va le monde, vaille que vaille), il faut prendre une bonne dose de toxique et y survivre. Sortir de la naïveté, en somme.

Pour continuer sur la lancée des contes de fées, haro sur la Belle au Bois Dormant - allez, je tombe en léthargie après avoir constaté que je saignais (autre symbole de fertilité... et qui dit fertilité dit nubilité, et vlan la claque pour sortir de l'enfance), j'attends qu'un homme vienne me donner une raison de vivre.

Itou sur Cendrillon (sors-moi de la merde et mets-moi en sécurité en prison, mon chéri); et pitié, grande désolation de voir ses demi-soeurs plus teignasses (un peu de combativité, c'est quand même pas la merde à boire?) se couper le gros norteil ou le talon pour rentrer dans le moule.

Et pour rebondir sur quelque chose de plus riche encore (voilà ce que j'aime dans nos conversations: démonter les croyances comme de logiques legos):

rapport au serpent (ah, l'agile, souple, gracieux, ondulant animal; qui me fait penser aux danses indiennes de séduction - quel frisson!), le mythe et la figure de Lilith, ça dit quelque chose à quelqu'un?

Message modifié par son auteur il y a 10 ans.

#
Profil

amorgen

le samedi 29 août 2009 à 12h24

Lilith ? Aaaaaaaaaah (soupir énamouré), la première femme libre!
S'il est un "archétype" riche en symboles c'est bien celui de Lilith, on y retrouve tout ce qui sera réprimé chez la femme : l'appétit sexuel, l'indépendance, le pouvoir de dire "non", le choix d'avoir ou non un enfant etc...

on pourrait en causer des heures...mais le temps me manque, je reviendrais

Message modifié par son auteur il y a 10 ans.

#
Profil

titane

le samedi 29 août 2009 à 20h02

chère Françoise, votre interprétation légère de la Bible est très perso !!

Le serpent ne proposait pas de l'amour !

Et je ne crois pas que le Paradis interdisait les amours multiples... car pour y retourner il faut "aimez-vous les uns les autres !"... le plus grand et le seul des commandements !!

#

(compte clôturé)

le samedi 29 août 2009 à 20h08

Le serpent proposait d'accéder à l'entier du monde, avec ses beautés et ses noirceurs. Il proposait en fait d'accéder au libre-arbitre, au pouvoir de construire soi-même son éthique. Démarche consciente, de mûrissement, qui comporte des risques et tient celui de se planter comme la meilleure des leçons pour la suite.

Que je sache, il y a des amours néfastes, même avec les meilleures intentions au départ.
L'enfer dit-on, est pavé de bonnes intentions. Hé oui!

Message modifié par son auteur il y a 10 ans.

#
Profil

Siestacorta

le samedi 29 août 2009 à 20h46

Tiens, ça a plus à voir avec le sujet qu'avec les derniers posts... Voici...
Ma minute intégriste !

"L'exclusivité, c'est pour les gens qui ne savent pas quoi faire d'autre".

Avec "la fidélité", ça sonne encore mieux, mais ça s'emmêle les guibolles.

Je sors.

#
Profil

LuLutine

le samedi 29 août 2009 à 20h58

Quoi faire d'autre que quoi ???

#

(compte clôturé)

le samedi 29 août 2009 à 20h58

En parlant des richesses auxquelles le serpent offre d'accéder, au contraire, on est en plein dans le thème de la multiplicité des choses qu'il n'appartient qu'à nous de voir et de saisir. Amour, sexe, explosion des modèles = réinventer sa propre manière d'aimer, d'avoir du plaisir avec son corps, avec les gens... Et son éthique personnelle... Tout ça est une possibilité de rendre la vie plus intéressante, plus riche, plus large, plus vibrante au quotidien.

Comment vos credos se sont-ils modifiés, depuis huit mois qu'on cause ensemble, avec certains?

Message modifié par son auteur il y a 10 ans.

#

françoise (invité)

le samedi 29 août 2009 à 23h10

à Titane: mais si, un serpent ou tout autre créature d'ailleurs, qui vous offre d'élargir votre champ de conscience ou de connaissance vous offre de l'amour. C'est même le seul amour qui vaille la peine d'être donné et reçu, celui qui fait progresser librement.
à Clémentine: et freudiennement parlant, le serpent est un sacré symbole phallique (à ce propos, j'ai pendant des années rêvé d'une queue de poisson surgelé qui me poursuivait de ses assiduités tandis que je la fuyais. Je cherchais un couteau pour me débarrasser de cette queue de poisson importune, et disais que j'en voulais une vivante:) Ce rêve a cessé quand ma vie réelle m'a complètement plue...

#
Profil

wonderwoman

le samedi 29 août 2009 à 23h55

Est-ce que les PA font plus d'enfants que les autres étant donné leurs multiples et variées histoires d'amours ou utilisent davantage les moyens contraceptifs que les couples traditionnels?

#

(compte clôturé)

le dimanche 30 août 2009 à 00h10

A Françoise:

Surgelée, hé hé.
Ah là là."Heureusement qu'il y a Findus - Fin-in-in-dus"...

Parmi les avatars de Lilith figure la sirène... une belle figure. Et la vouivre aussi, bref, pas mal de ces fascinantes démones, ni mauvaises ni charmantes, mais puissantes et curieuses, un peu inquiétantes parce que prêtes à côtoyer le gouffre pour goûter à plus de vie.

Message modifié par son auteur il y a 10 ans.

#

(compte clôturé)

le dimanche 30 août 2009 à 00h14

wonderwoman
Est-ce que les PA font plus d'enfants que les autres étant donné leurs multiples et variées histoires d'amours ou utilisent davantage les moyens contraceptifs que les couples traditionnels?

Comprends pas ce que tu as en tête.

#
Profil

Siestacorta

le dimanche 30 août 2009 à 00h18

LuLutine
Quoi faire d'autre que quoi ???

Ben, ils savent pas faire autre chose que l'exclusivité, les exclusifs. C'est une tautologie, mais comme il s'agit de dire quelque chose de pas admis, ça passe. Enfin je crois...

Clémentine
Comment vos credos se sont-ils modifiés, depuis huit mois qu'on cause ensemble, avec certains?

Ben en fait, j'ai pas de leitmotiv très fixe, et ma perception du polyamour c'est plus épanouie que transformé.
Surtout sur le coup de "il faut présenter les amants". Ca... J'ai pas pu faire, mais je ferai, je ferai avec bonheur si j'en ai l'occasion. Ca m'a vraiment ouvert certaines fenêtres d'en parler ici.

#

(compte clôturé)

le dimanche 30 août 2009 à 00h32

OK... moi j'ai lâché mes préjugés sur le libertinage et le triolisme et plus-si-entente, envisagé sinon libéré encore l'éventail de mes propres désirs...

#
Profil

Junon

le dimanche 30 août 2009 à 00h32

Wonderwoman:
Les PA ne sont pas moins inconséquents que les monogames et ceux qui en veulent pas d'enfants (comme moi) utilisent des moyens contraceptifs, ni plus ni moins que les autres à mon avis. J'ai deux amants, je ne prends qu'une pilule pour être très premier degré...:-)
Par contre, de facto, j'imagine qu'ils se protègent plus, ayant plus de partenaires (ce qui encore une fois se discute, au vu des nombreuses amours platoniques évoquées sur le forum).

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion