Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Le PolyAmour c'est pas aussi facile que ça

Poly/Mono
#

Lola63 (invité)

le vendredi 21 janvier 2022 à 15h20

Bonjour à tous,

C'est le coeur Lourd et rempli d'émotions que je vous écris. J'ai besoin de vos lumieres et votre gentillesse, que j'ai déja pu observer ici.

Le topo de base : une relation de 8 ans avec mon mari, une osmose parfaite.
Et comme beaucoup, une discussion d'abord sur le libertinage, qui a dévié rapidement sur des relations extérieurs, et la connaissance du PolyAMour.
Le deal, pouvoir rencontrer une Femme, chose que j'ai toujours souhaité.
Lui, a besoin de sexe uniquement mais pas de sérieux. On s'entend que la tendresse et l'attachement sont tout de même de mise.

Sauf que voilà.
Le PolyAMour paraissait facile pour moi. J'aimerais toujours mon mari, et effectivement c'est le cas.
Etant tres spirituelle, je me suis fait surprendre par une Femme. Patatra.
Si j'aime toujours mon mari ? Evidemment !
Mais ce qui devait être des sentiments légers, se transforment rapidement. Et je suis en train de me rendre compte de la difficulté dans laquelle je me suis mise seule.
Parce que si je la perdais... Nom de Dieu. Et je sais que je vais la perdre.
Parce que L'Humain est important, et que je la laisserais s'envoler quand elle trouvera quelqu'un, qui, dans une certaine généralité assumée, ne sera pas du tout polyamoureuse.

Et je vis mal.

J'arrive plus à vivre ça positivement. Je me borne à penser à ce qui se passera plus tard. Et je n'arrive pas à me résigner à la laisser.

Elle me dit que ca va, même si évidemment, on ne parle pas de lui, ou tres rarement, elle veut se concentrer sur ce que l'on vit.

Finalement, c'est moi qui ait effectué cette transition, mais c'est elle qui le vit bien.

Comment faites vous ?

Je sais que la NRE rentre en compte.
Mais cette NRE n'a jamais été terminé avec mon mari. C'est comme si j'étais connectée a eux deux depuis toujours.

Et au lieu d'avoir des angoisses juste pour mon mari, j'en ai avec elle aussi.
Je vous raconte pas la tristesse en ce moment. 10 fois par jour mes yeux se mouillent instantanément sans pouvoir arreter ca.

J'arrive pas à m'en sortir.

Quelqu'un a une baguette magique pour revenir en arriere et ne jamais faire cette démarche..?

#
Profil

Siestacorta

le vendredi 21 janvier 2022 à 16h39

Bonjour Lola.

Je vois quatre aspects que tu peux regarder.
.

La vie amoureuse

Une vie amoureuse, quelle que soit la forme, exclusive ou non, c'est la possibilité de rupture. Oui, en PA, on multiplie aussi les possibilités de rupture, nécessairement. Donc c'est encore plus nécessaire de se faire une philosophie sur ce point...
Le relatif avantage du PA, c'est qu'on peut y apprendre que les relations peuvent être multiple dans leurs formes... Et même au cours d'une même relation. Je veux dire, toute expérience amoureuse t'apprend ça, mais forcément, on va en vivre plus. Et apprendre que les formes changent sans mettre fin à l'histoire, ça veut dire aussi qu'on peut garder du sentiment et parfois du lien, différemment que dans une rupture mono. Ya plus d'opportunités pour se rendre compte que c'est pas La Fin du Monde. Bon c'est pas toujours vrai, juste un peu plus vrai.
.

La monogamie, par le partenaire, par nous

La monogamie c'est le modèle social par défaut. Tu dis que ton amoureuse pourrait te quitter parce qu'elle rencontrera plus une personne exclusive qu'une poly. C'est vrai, quoi qu'on peut pas parier sur ce que lui apporte votre expérience. Mais c'est aussi notre expérience de la monogamie, intégrée, qui peut donner du drama à cette perspective. Je dis pas que c'est pas raisonnable de craindre les effets de la perspective monogame, mais disons qu'être capable de se raconter à soi d'autres histoires que l'escalator relationnel, c'est aussi être un peu mieux capable de l'écrire avec quelqu'un.
.

Ce que ton amoureuse te montre et dit

Tu dis que tu te rends compte de la difficulté du PA. Comme je t'ai dit plus haut, c'est peut-être un bien d'intégrer que les ruptures peuvent arriver. C'est un apprentissage, et on se fatigue moins quand on essaie pas de lutter par anticipation contre des évènements qui ne nous demandent pas vraiment notre avis pour arriver.
Mais d'où vient, en pratique, cette réalisation ? Quand t'es tu faite cette réflexion, en réponse à quel évènement ?
Quand tu dis qu'elle trouvera quelqu'un... que dit-elle elle de l'exclusivité, du PA, de votre relation, de ses sentiments ? Que montre-t-elle ? Sur quoi tu te bases pour anticiper, à part les options mono et poly ?
.

Ce que tu crains toi

Enfin, les rencontres, dès qu'elles impliquent un peu de sentiment, nous font réagir indépendamment de ce qui se passe vraiment. On réagit avec notre grille de lecture, notre expérience des liens. Une rencontre nous fait refaire notre parcours sentimental. On revisite surtout les rapports aux liens humains qui étaient déjà des problèmes avant, dont notre vie de maintenant nous préservait jusqu'ici.
Donc un des enjeux, c'est de comprendre à quoi ça fait écho pour toi, cette relation. Dans ton rapport à l'amour, dans ton lien à des femmes dans ta vie, dans l'histoire de ton couple. Pas en quoi ça ressemble vraiment, mais plutôt quels sentiments tu as déjà ressenti et quand, et avec qui.
.

Voilà, c'est peut-être un peu théorique, mais si ça te donne du grain à moudre, c'est déjà ça.

Message modifié par son auteur il y a 10 mois.

#

Lola63 (invité)

le vendredi 21 janvier 2022 à 17h15

Si il y a bien un truc ici que j'aime, c'est la faculté des gens ici à s'elever et pouvoir avoir des réponses éclairées et vraiment importantes.

Déja je te remercie pour ça.

Ce que ton amoureuse te montre et dit
Pour la question concernant quand est ce que j'ai commencé à "paniquer". Je mets des guillemets pour la forme, mais en même temps mon état général suggère une panique monstre, c'est une fois que je suis rentrée chez moi, profité de mon fils, de mon mari, que je lui ai raconté les grandes lignes...la lumiere s'est éteinte, et j'ai ressenti comme une solitude extreme.

Je suis quelqu'un qui a peur de la solitude. Depuis toujours. Peur de grandir seule, mourir seule, bref... Lumière eteinte, le feu du week end passée avec elle, mon mari adorable le soir, et puis pouf. Plus rien, le noir. J'ai eu envie de mourir pendant quelques instants, sans image dans ma tete. Ca parait dramatique et drama tout court, comme si j'exagérais, mais j'essaye de choisir les mots qui me paraissent les plus justes.

Elle, me dit qu'elle aimerait garder cette histoire. Mais en l'écrivant je me rends compte qu'elle me rassure vraiment et que je n'écoute rien.

Ce que tu crains toi
Touché Coulé.
Qu'est ce que je peux en faire ensuite ?

#
Profil

Siestacorta

le vendredi 21 janvier 2022 à 17h56

Lola63
Si il y a bien un truc ici que j'aime, c'est la faculté des gens ici à s'elever et pouvoir avoir des réponses éclairées et vraiment importantes.

Déja je te remercie pour ça.

De rien, j'aime bien papoter et ça fait du bien à l'estime de soi d'essayer d'aider.

Lola63
mon état général suggère une panique monstre, c'est une fois que je suis rentrée chez moi, profité de mon fils, de mon mari, que je lui ai raconté les grandes lignes...la lumiere s'est éteinte, et j'ai ressenti comme une solitude extreme.

Je suis quelqu'un qui a peur de la solitude. Depuis toujours. Peur de grandir seule, mourir seule, bref... Lumière eteinte, le feu du week end passée avec elle, mon mari adorable le soir, et puis pouf. Plus rien, le noir. J'ai eu envie de mourir pendant quelques instants, sans image dans ma tete. Ca parait dramatique et drama tout court, comme si j'exagérais, mais j'essaye de choisir les mots qui me paraissent les plus justes.

Il y a une part très physiologique, déjà. Tu parlais de NRE. C'est pas un concept strictement poly, dans le fond. C'est juste le moment d'une relation où on est à fond.
Et en pratique, en amour, c'est souvent une forme d'ivresse. Donc la personne qu'on aime à ce moment-là, c'est pas juste quelqu'un d'important, c'est un dose de ce bien-être avec elle. Et quand elle est pas accessible, c'est un manque, un sevrage.
Et même si c'est pas que ça, ce petit looping de nos hormones suffit à ouvrir la brèche à plein d'autres émotions et sentiments pénibles. Je veux dire : la solitude et les raisons de la craindre étaient là, mais à ce moment-là, notre cervelle est plus faible et s'en défend moins bien. La bonne nouvelle c'est qu'on va pas toujours sentir ça, et qu'en ayant conscience de la part "mécanique", on peut mieux anticiper. Bien sûr, ya pas que la mécanique du cœur, mais se connaitre comme ça permet de mieux pointer ce sur quoi il y a de toute façon à agir et ce qui passera.

J'ai aussi pensé à quelque chose, quand tu as parlé de solitude alors que tu es en famille.
(D'ailleurs c'est plus un esseulement que de la solitude, si jamais apprendre à différencier les deux permet de pas avoir peur de l'ombre du danger).
Mais j'ai pensé à ce que tu écrivais dans le premier post, la différence entre ta recherche et celle de ton mari.
Je me demandais à quel point tu pouvais confier ce que tu confies ici à ton époux ? Est-ce que tu peux tout raconter sans soucis, ou est-ce qu'il y a des limites dans ce que tu peux communiquer dans cette situation ?

On peut découvrir quelque chose d'intéressant, dans les histoires poly, c'est le soutien de l'amoureux qu'est pas directement concerné dans ce qu'on a vécu ailleurs. Je dis pas que ça suffit à compenser les peines de coeur poly, mais cultiver ça peut aider à regarder notre choix relationnel sous son meilleur angle.

Lola63
Elle, me dit qu'elle aimerait garder cette histoire. Mais en l'écrivant je me rends compte qu'elle me rassure vraiment et que je n'écoute rien.

Je ne suis pas sûr de bien comprendre : tu veux dire que tu crois qu'elle dit ça pour te rassurer mais sans le penser, ou qu'elle le dit sans doute sincèrement mais que tu es tellement dans ta peur que tu ne parviens pas à y accorder de valeur ?

Lola63
Qu'est ce que je peux en faire ensuite ?

- en parler avec les intéressés. Pas pour leur faire peser ton soucis, mais pour trouver avec lui et elle des façons d'agir (message, prises de rendez-vous, projet, façon de vous parler) qui te soutiennent.
- travailler sur cette peur de la solitude. J'ai pensé "peur de l'abandon", mais j'avoue que ce serait sans doute un peu trop vite dit... Donc je sais pas en quelles approches de travail sur soi tu saurais croire assez pour les entamer (psychothérapie, méditation, écriture, whatever works), mais ce que tu as ressenti est une expérience qui peut t'aider à mieux te connaitre, à soigner les parts qui souffrent en plus de prendre soin des relations.
C'est du taf. Mais tfaçon, polyamour ou pas, si on refuse de le faire ça nous retombe sur la tronche...

Message modifié par son auteur il y a 10 mois.

#

Lola63 (invité)

le vendredi 21 janvier 2022 à 18h35

Merci de pas m'abandonner avec mes questions <3

Merci de m'éclairer avec cet aspect de la NRE, qui effectivement n'est selon moi, pas poly du tout. C'est juste les prémices d'un amour.
Merci de la définition d'esseulement. Le vocabulaire ca reste hyper important, et ca me permet de mieux comprendre ce qu'il se passe.

"Je ne suis pas sûr de bien comprendre : tu veux dire que tu crois qu'elle dit ça pour te rassurer mais sans le penser, ou qu'elle le dit sans doute sincèrement mais que tu es tellement dans ta peur que tu ne parviens pas à y accorder de valeur ?"
Je pense que je ne l'entends pas. J'ai l'impression qu'elle me dit ca gentiment et avec amour, mais que c'est impossible. Elle est vraiment sincere, mais j'entends pas. J'ai un coté défaitiste compliqué.

Quand à mon époux, mon retour a été...un peu tendu. Pas compliqué, mais tendu. On a beaucoup parlé, et déja ce matin ca va mieux. Je ne suis pas certaine d'assumer ce que je ressens aupres de lui. J'ai été de celle

"Non mais attend, ce sera pas fort fort hein ! Je t'aime toi, et même si je trouvais quelqu'un de parfait, je ressentirais jamais de manque et tout !"

Quelle belle erreur, mais quand je disais ca, je ne connaissais pas ce site. Pourtant, vous n'arretez pas de prévenir de ne pas s'engager comme ça, parce que tout peut etre rapidement chamboulé!
Du coup, j'avoue que venir ici me permet de parler, oui, pour réussir à trouver les mots justes surement..

Merci beaucoup de tes conseils. Je prends note, c'est tout à fait logique. Mais venir écrire ici change à chaque fois la vision que j'ai de tout ça.

#
Profil

Siestacorta

le vendredi 21 janvier 2022 à 18h48

Lola63

Merci de la définition d'esseulement. Le vocabulaire ca reste hyper important, et ca me permet de mieux comprendre ce qu'il se passe.

Oui, et c'est intéressant surtout de voir que la solitude c'est très large, et que ça contient aussi pas mal de bon - même le signe qu'on est bien avec quelqu'un sans parler : on est pas isolé de la personne, mais pas ensemble exactement. Et c'est une solitude qui veut dire que ça va. Ben même quand la personne n'est pas là mais reviendra, il peut y avoir cette bonne solitude là.

Après, je souffre parfois de la solitude, mais je vois bien pourquoi c'est pas juste le fait d'être seul chez moi. Parce que je peux souffrir de ça en pleine soirée amicale, ou après une rupture, ou parce qu'il me manque un texto réponse, ou parce que quelqu'un qu'est là me comprend pas.

Lola63

"Je ne suis pas sûr de bien comprendre : tu veux dire que tu crois qu'elle dit ça pour te rassurer mais sans le penser, ou qu'elle le dit sans doute sincèrement mais que tu es tellement dans ta peur que tu ne parviens pas à y accorder de valeur ?"
Je pense que je ne l'entends pas. J'ai l'impression qu'elle me dit ca gentiment et avec amour, mais que c'est impossible. Elle est vraiment sincere, mais j'entends pas.

Tu me remercies beaucoup, donc même si c'est pas mon parcours, je vois que tu as dû toucher aux bienfaits de la gratitude, de se tourner vers quelqu'un, quelque chose, soi-même, et exprimer une gratitude ?
Bon, ben je peux pas t'aider à dénouer tout ça sur un forum, mais essaie quand même ça : tenter, intérieurement et sincèrement, de la remercier de te dire ces mots rassurants. Ça t'aidera peut-être à la croire ?

Lola63
J'ai un coté défaitiste compliqué.

Je connais bien.
Ca a ses bénéfices, mais ça aussi ça parle de qui on est. Je crois pas du tout au positif à tout crin, on se déçoit beaucoup en poussant trop. Mais je crois qu'on peut être assez bienveillant envers soi-même pour se rendre un peu plus consolable :-)

Message modifié par son auteur il y a 10 mois.

#
Profil

Minora

le lundi 24 janvier 2022 à 09h55

Siestacorta
Oui, et c'est intéressant surtout de voir que la solitude c'est très large

[...]

Après, je souffre parfois de la solitude, mais je vois bien pourquoi c'est pas juste le fait d'être seul chez moi. Parce que je peux souffrir de ça en pleine soirée amicale, ou après une rupture, ou parce qu'il me manque un texto réponse, ou parce que quelqu'un qu'est là me comprend pas.
Message modifié par son auteur il y a 3 jours.

C'est tellement, tellement ça !
A mon tour de te remercier pour le formuler si justement ;)

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion