Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Nouvelle relation et mensonge. Que faire ?

Besoin d'aide
#
Profil

Anna-mlda

le vendredi 23 octobre 2020 à 12h13

Bonjour à tous,
Cela fait quelques temps maintenant que je vous lit avec grand intérêt et vos échanges m'ont permis d'avancer et d'y voir plus claire sur ma situation. Seulement aujourd'hui je suis face à un nouvel obstacle et j'ai besoin de vos expériences pour calmer les milles questions qui se battent dans ma tête.
pour présenter brièvement la situation, je suis dans une relation depuis maintenant 3 ans et demi. Une relation qui a eu ses hauts et ses bas et qui a mis mes croyances et ma vision du couple à rude épreuve. mon compagnon est quelqu'un qui a du mal avec l'engagement, qui pense que l'amour n'existe pas et a souvent peur de perdre sa liberté dans une relation. Moi à l'inverse j'étais quelqu'un qui avait tendance à me perdre dans le sentiment amoureux et à laisser une place énorme à mon compagnon et surtout très peu de confiance en moi, et donc une proportion à trouver ma valeur seulement dans les yeux de l'autre. C'est dire si je partait de loin et si cette histoire m'a fait grandir et avancer !
la première année se fut très compliqué car moi je projetais sur lui mes envies d'un couple monogame tout en tolérant qu'il ai, comme on les appelait à l'époque des "amantes". Cette situation a évidement trouvé vite ses limites je suis entrée dans une attitude de contrôle freaks, à vouloir tout savoir être au courant de tout, pour gérer mes émotions seule puis ensuite les avaler et me faire, et lui faire croire finalement que j'avais accepté. la seule chose qui me faisait tenir était d'être sûr de ma place plus importante que les autres. Se fût évidement chaotique pour nous deux et il a finalement m'y fin à la relation car on se faisait trop de mal. Nous nous sommes donc séparés un temps. cette pause m'a permis de me retrouver, de me convaincre de ma valeur individuelle et prendre beaucoup plus confiance en moi. Après quelques mois ou nous manquions trop, nous avons pris la décision de recommencer mais sur de nouvelles bases. Beaucoup plus de communication, toujours s'assurer qu'il y n'y ai pas de déséquilibre. Nous avons décidé de se sortir de l'étiquette de "couple" aussi, et d'assumer notre relation comme unique et non étiquetable. De mon côté j'ai eu de petites aventures mais pas de sentiments, juste j'aime cette liberté d'action. Concernant ce point là nous nous sommes mit d'accord pour ne pas se faire de mal, que ça ne se passe jamais devant l'autre ou dans un cercle proche et de se dire si il y a le moindre changement ou si l'on ressent un véritable coup de cœur pour quelqu'un.
Ce nouveau fonctionnement nous convenait parfaitement, et nous y trouvions tout les deux un épanouissement personnel jusqu'au mois dernier.

en raison de nos activités professionnelles Nous avons passé une partie de l'été séparé, dans ce laps de temps il a rencontré quelqu'un avec qui il a passé presque un mois. Quand nous nous sommes retrouvé il m'en a parlé directement, m'a dit qu'il avait vécu quelque chose de fort, qu'il souhaitait la revoir, mais que ça n'avait pas a changer les choses entre nous. Sur l'instant je suis tombée de très haut, il m'a fallu prendre un peu de recul et finalement j'ai réussi à comprendre quelles étaient mes peurs, à les partager, les apprivoiser et a être dans l'écoute face à cette nouvelle. Je pense même que son honnêteté et la façon dont il s'est confié sur cette relation marque un vrai changement dans notre histoire, une confiance plus fort, et finalement consolide notre relation.
seulement, et c'est la que le bas blesse, cette semaine il m'a dit partir à la montagne marcher, (il par régulièrement seul en haute montagne ). Au fond de moi j'ai senti que quelque chose n'allait pas, j'ai senti qu'il me mentait. Je lui ai demandé directement et il m'a assuré que non il n'allait pas la rejoindre et qu'il allait marcher. mais rien a faire, j'avais toujours cette boule en moi qui me disait qu'il me mentait. j'ai dépassé les limites et ai été regarder les réseaux sociaux de cette femme. Comme on trouve toujours ce qui va nous faire mal, je suis évidement tombé sur une vidéo ou l'on entend la voix de mon compagnon. j'ai donc eu ma réponse. il m'a bien menti.

Aujourd'hui je ne comprend plus rien, pourquoi a t'il fait ça ? pour ne pas me blesser ? pour être tranquille ? je me sens trahie. Ce n'est pas de la jalousie que je ressens, c'est vraiment un sentiment d’incompréhension et de trahison. je ne sais pas qu'elle attitude avoir quand il va revenir,je n'arrive pas à le contacter évidement, je me bats toute seule avec cette information que j'ai acquis par le mauvais biais.dois je lui dire ? ou non? je sens que je retombe dans mes vieux travers. je me pose milles questions et il prendre une place énorme dans ma tête. Je suis désemparée;

Je suis désolée de ce pavé je ne pensais pas écrire autant, si jamais vous avez une réponse, un avis, un peu de votre expérience à m'accorder je vous en remercie.

#
Profil

Siestacorta

le vendredi 23 octobre 2020 à 12h45

bonjour,

merci de ta confidence...

Ma réponse va peut-être sonner un peu générique.
Mais apprendre la communication honnête dans un cadre non-exclusif n'est pas facile. Là je parle pour lui et pour toi... Savoir quoi dire au-delà de "ça peut arriver" est une construction, pas un fait accompli.

Par ailleurs, historiquement, votre relation a déjà souffert de dangers, de blessures... et le réflexe de cacher plutôt que de faire avec les réactions de l'autre revient vite, si on a peur de blesser, de perdre la relation, de ne pas savoir exactement ce qu'on veut...

Et cette boule dans ton ventre, c'était à la fois de l'intuition et la connaissance de qui il est, de sa façon de réagir.

Maintenant : ici, c'est lui qui ment.
Et c'est lui qui a "du mal avec l'engagement".
C'est lui qui, pour l'instant, ne prend pas en charge sa part du dialogue.
Je crois que le mensonge dangereux, c'est pas tellement d'aller la voir en disant qu'il va en promenade. C'est significatif, mais à la rigueur, la façon dont vous organisez vos marges de libertés, ça peut passer par une recherche maladroite de "quoi dire quand".
Non, le mensonge qui poserait plus problème si c'en est un, c'est "ça change rien pour nous". Parce que je crois que le mensonge montagnard cache ce mensonge de fond. Qui est d'autant plus épineux que c'est possible qu'il cherche à se mentir à lui même.

Idéalement, il faut que vous soyez clairs sur ce que vous voulez ensemble (ce qui ne vous coûte pas de promettre parce que c'est ça que vous ferez spontanément) et ce qu'il est possible d'envisager face à une relation qui change vraiment quelque chose.
Cette conversation demande une prise en charge de sa part : pas dire tout dans ton sens pour gérer sur le moment, et s'emmêler de nouveau les pinceaux ensuite.
C'est encore moins une conversation facile pour toi.
Il peut vraiment y être envisagé qu'il est tombé sur une meuf mono à qui il ment un peu aussi et qu'il essaie de gagner sur les deux tableaux.
Ou que cette rencontre compte tellement qu'en devinant justement une possibilité de rupture, il s'en veut d'avance de pas récompenser tes efforts et te faire du mal, et refuse le mauvais rôle donc ment...
C'est possible aussi que tu te retrouves face à un mur, quelqu'un qui ne veut pas se regarder en face et considère qu'il n'a pas à prendre la responsabilité de quitter ou inventer la susdite construction (c'est pas facile, hein ?, les gens qui font ça bien dans ce genre de situations, quitter pour ne pas abuser ou rompre pour ne plus souffrir même si on aime encore c'est pas super commun, on peut mettre du temps à en arriver là).
Mais, c'est possible aussi que cette histoire compte et pourtant qu'en vrai elle serait gérable en apprentissage poly. Ce qui demanderait du taf de trois personnes au moins :-)

Pour être honnête, je pense que cette dernière option n'est pas une option pour tous. Faut vraiment être raccord avec les autres vies amoureuses de nos partenaires, par sensibilité et par principe.
On peut faire ça par amour pour une personne en particulier mais, si derrière ya pas, au moins potentiellement, cette capacité de vivre un attachement fort sans conditionner outre mesure la non-exclusivité, alors on risque de ne pas pouvoir compter sur un équilibre durable en soi et donc dans la relation concernée.

Message modifié par son auteur il y a 11 mois.

#
Profil

bonheur

le vendredi 23 octobre 2020 à 15h59

Bonjour Anna-mlda,

Je ne reviens pas sur les propos de Siestacorta (+) .

La vérité : une voix entendu sur une vidéo d'un des nombreux réseaux sociaux existant. Déjà, attention à la véracité de ces réseaux. De quand date la vidéo ? Perso, je ne vois pas en quoi ça remet en question son séjour seul à la montagne.

Egalement, les questions de l'interprétation. Qu'a-t-il compris de ta capacité de compréhension ? Un exemple tout bête : J'ai actuellement un amour éloigné géographiquement. Lui et moi nous sommes promis de nous voir quand l'opportunité se fera. Avec les restrictions Covid, sa situation compliquée, le financement de sa venue et nos disponibilités... ouch ! Bonjour le casse-tête. Je vis avec quelqu'un et comme mon toit est aussi le sien, j'avais déjà discuter de la possibilité de recevoir, puisque nous pouvons le faire facilement (nous avons une chambre inoccupée, et de l'espace en suffisance). J'ai eu cet homme au téléphone mercredi soir, durant presque une heure :-D . Nous avons beaucoup échanger sur sa situation actuelle qui est complexe et des évolutions possibles. Nous avons aborder nos sujets de perspectives d'avenir individuelles. Nous ne faisons pas de projets commun outre l'envie de se consacrer du temps et de se découvrir réciproquement. Après avoir raccrocher, je demande à mon compagnon de vie s'il est d'accord pour que mon amour puisse venir pour les fêtes de fin d'année. Et là, il me répond : "ah c'était donc ça cet appel ?" Euh, ben oui et pas exactement. Nous avons abordé énormément de sujets différents durant cet appel et aussi rediscuter de cette volonté de se voir et de sa possible venue à cette occasion. Le sujet a été discuté à peine 5 minutes. Que c'est imaginé mon compagnon de vie (on va en rediscuter ce we) ? Que l'on a fait de grands projets, etc... il s'est projeté dans un futur qu'en réalité, mon autre amour et moi-même n'avons fait qu'effleurer. Le simple fait d'être enfin en face à face sera déjà une grande avancée (pour moi en tout cas). Alors que ce nouvel amour et moi prenons le temps de nous apprivoiser gentiment, et je confirme, se trouver en présence sera énorme comme "petit pas" l'un vers l'autre, mon autre amour extrapole déjà des films à sa façon.

Tout ceci pour indiquer que la communication sert aussi à cela. Réduire les décalages, car l'imaginaire n'est pas toujours un allié opportun. @Siestacorta parle d'équilibre durable. C'est pas aisé et communiquer est le seul moyen de réduire au maximum les manques d'équilibre.

Tu te poses 1000 questions ou tu imagines d'innombrables réalités, qui sont virtuelles puisque tu n'as pas la version de la personne la principale concernée, ton amoureux ? Et puis, il y a la troisième personne, elle a aussi sa compréhension, son imagination...

#
Profil

Anna-mlda

le vendredi 23 octobre 2020 à 17h05

Merci beaucoup pour vos réponses, j'ai l'impression qu'elles me mettent face à des réalités que je savais déjà mais que je ne souhaitais pas affronter. notamment dans ta réponse @Siestacorta, qui n'ai pas toujours agréable a lire mais très juste. Surtout sur la place du réel mensonge dans cette histoire. le problème aussi et que je suis beaucoup seule à ouvrir la conversation, à déconstruire, à faire des efforts pour avancer à deux et bien qu'il utilise ces temps de paroles, d'échanges, et qu'il y participe activement il n'est pas forcément force de proposition. Je pense aussi que nous n'en sommes pas au même moment de notre déconstruction, je suis prête à avancer mais je me demande si justement cette nouvelle vision d'une relation lui convient réellement. Lui qui a si soif de liberté,peut être qu'il y voit la un nouvel enfermement. Je prends conscience qu'il y a un déséquilibre même si je me voile un peu la face parfois.

concernant la question de la vérité que tu soulèves @bonheur, elle ne se pose pas, je ne rentrerais pas dans les détails techniques car j'en ai un peu honte mais je sais que c'était un moment présent. Justement en fait, je sais que je me suis mise moi même dans cette situation, que je suis mon propre bourreau et je m'agace pour ça. Comme si j'étais partagé entre ce besoin viscérale de ne pas être cette image d'une femme heureuse parce qu’elle ne sais rien, un peu Bécasse. (je ne juge aucunement, je parle seulement de moi et de ma vision de moi même) et le confort que m'apporterais de ne rien savoir. Mais ça c'est un combat avec moi même à mener.

" l'imaginaire n'est pas toujours un allié opportun." tu as raison et je pense justement que c'est lui mon pire ennemi.

enfin pour finir, je m'interroge sur ta dernière phrase et me rend compte effectivement que j'ai du mal à laisser une place à cette troisième personne. Dans d'autre situation j'ai souvent eu, on va dire, de la compassion, pour les femmes qui traversaient sa vie, car j'imaginais leur souffrance de savoir qu'il ne leur serait jamais complétement disponible. mais ça ne m'atteignait pas forcément car j'avais comme cette certitude que ça passerais.je trouvais presque une valorisation mon ego là dedans. Cette fois je suis prise à mon propre jeu, oui elle semble avoir une tout autre importance. et finalement j'étais surement seulement dans une fausse acceptation jusqu'à présent. aujourd'hui je me trouve confronté à la réalité, suis je vraiment prête à ça ou est ce que j'essaye juste de m'en convaincre ?

Enfin, je ne sais pas du tout comment je vais réagir à son retour. En soit je n'ai aucune légitimité à être en colère puisque je me suis moi même créé mon marasme. on verra, mais vos réponses m'ont fait du bien. merci

#
Profil

Siestacorta

le vendredi 23 octobre 2020 à 18h49

Anna-mlda
Merci beaucoup pour vos réponses, j'ai l'impression qu'elles me mettent face à des réalités que je savais déjà mais que je ne souhaitais pas affronter. notamment dans ta réponse @Siestacorta, qui n'ai pas toujours agréable a lire mais très juste. Surtout sur la place du réel mensonge dans cette histoire.

Désolé pour le côté confrontant... Je souhaite évidemment pas faire de peine. Mais en général, pour bien décider de ce qu'on veut, pas éviter ce qui pique, ça aide. Comme ça, ce qui a de la valeur et mérite qu'on le conserve apparait plus nettement.

Anna-mlda
Je pense aussi que nous n'en sommes pas au même moment de notre déconstruction, je suis prête à avancer mais je me demande si justement cette nouvelle vision d'une relation lui convient réellement. Lui qui a si soif de liberté,peut être qu'il y voit la un nouvel enfermement. Je prends conscience qu'il y a un déséquilibre même si je me voile un peu la face parfois.

La liberté, c'est pas un truc qu'on obtient sans se prendre la tête. C'est, pour la présenter d'une façon un peu pessimiste mais pas stérile, faire le choix entre les difficultés qu'on veut bien prendre en charge contre certains gains, et celles qu'on sait ne pas avoir assez d'intérêt à surmonter.
En gros, on est pas soit "librah comm han papillong au printang" soit totalement en sécurité dans un cadre ultra contraint : on fait les choix qu'on peut faire.
Autrement dit (dans la mesure où il s'intéresse au bien être des autres...) s'il veut une liberté toute en légèreté, il fait pas de relation, s'il veut une liberté relationnelle ou sexuelle mais avec un peu de cadre, il se tanke le respect qu'il doit aux autres. Dont le dialogue, l'organisation...

Après, il se peut aussi qu'il soit à fond dans sa nouvelle relation... au point qu'en fait il cherche plus la Libertay, celle qu'il s'imaginait avant, ni la liberté que tu proposais. Là encore, désolé d'évoquer aussi les horizons tristes. Autant les nommer pour pas qu'ils jouent contre vous en étant cachés, ne vous laissant même pas de compréhension mutuelle.
Enfin, il se peut aussi qu'il déguste une aventure sans encore voir que la sécurité qui le lui permet compte beaucoup pour le plaisir éprouvé (un ressenti courant dans les histoires d'adultère). A la rigueur, ça, je trouve ça "travaillable", ce cas précis, dire "ben oui on va vers une non-exclusivité explicitée, mais si tu peux pas bah vas-y, on arrête et fonce chez cette fille, tu me diras si t'es aussi à l'aise dans ta libertay". Je caricature, mais je crois que ça pose un peu cette possibilité dit comme ça :-)

Enfin... C'est pas central tellement dans ta confidence, mais je me demande quels sont ses sentiments à lui quand à tes histoires. Là tu me sembles juste profiter un peu comme ça pour flirter ou t'amuser, et je pense qu'il se sent safe et que ça le rassure, en se disant que t'y trouves ton compte.
Mais est-ce qu'il y a d'autres ressorts dans sa perception de tes (éventuelles) rencontres : il veut que t'en aie, il se pose des questions, il veut pas trop savoir tu sens bien que dire "ok" et pas en parler ce serait son max, il s'y intéresse pas, il stresse ?
Je demande parce que l'attitude envers tes relations à toi est quelque chose qui peut donner du sens aux menteries (ou à leur mise au placard :-) ). Il y a un côté contrôlant dans le mensonge, on décide de ce que l'autre ne veut/doit pas savoir. Parfois, c'est un écho de ce qu'on serait prêt ou pas à accepter. Bref, sa perception de ta non-exclusivité à toi, ça peut être aussi significatif de sa façon de faire.
(là je sonde, je crois à ce que je dis, mais ça n'est peut-être pas adapté, tu me le dis et c'est pas grave).

Message modifié par son auteur il y a 11 mois.

#
Profil

bonheur

le vendredi 23 octobre 2020 à 19h22

@Anna-mlda,

Je viens un peu de relire depuis le début. Quelque chose m'apparait maintenant. En fait, il ne ment pas, il exprimer après. J'entends par là, bien que je ne cautionne pas du tout, qu'il discute après et non avant. Il te place ainsi face à un fait accompli.

Je ne crois pas, quand on sors du cadre, quand on s'offre ces instants "volés" à la norme, que l'on soit dans un projet, surtout en début de relation. On vit ces instants magiques sans les anticiper vraiment. Enfin, je les vis ainsi. Le merveilleux est l'instant et la mémoire que j'en garderai (je suis très nostalgie). Ce que je peux affirmer - et attention, je ne parle que de mon vécu, pas du sien - j'aspire à une tranquillité, un apaisement psychologique, surtout si je sais qu'il y aura un caractère éphémère possible et une non reproduction de cette tranche de vie. C'est un peu le décalage avec mon quotidien. Certes je suis une grande communicante, alors je donne et reçois des nouvelles quasi quotidiennement avec les amours extérieurs (qui ne partagent pas ma vie, pas ma maison, pas mon compte bancaire, pas nos enfants...). Toutefois, ce sont des "extras", alors je tiens à bien les vivre, voir à les sublimer. Il y a une énergie, un élan, un enthousiasme, qui ne peuvent avoir une similarité avec ma relation primaire.

Je sais aujourd'hui que, par expérience, celui qui reste est mon compagnon de vie (depuis 1986, nous nous connaissons depuis quasiment toujours). Il me vient d'ailleurs en soutien à chaque rupture, de mon fait ou pas. Je dirai que la compersion intègre aussi cette possibilité. Je ne conçois pas la compersion que dans la réjouissance de la réjouissance, mais aussi dans l'empathie du désagréable et des épreuves à surmonter.

Peut-être que je vais rejoindre @Siestacorta (je ne sais pas), mais s'il revient de son séjour avec une immense peine suite à une rupture avec cette autre personne, qu'en penseras-tu ? Auras-tu de la peine en percevant sa peine, ou alors ta première pensée sera "bien fait". Attention, les deux réactions seraient légitimes ! D'un côté, le fait qu'il se soit libéré l'esprit avant d'aller la rejoindre, en t'orientant sur un non-dit (on peut dire mensonge, au regard de ce que tu m'indiques), ferait que ta première réaction sera que la rancune prendra le dessus, avant l'empathie.

Personnellement, mon compagnon de vie, pense souvent que je suis dans un schéma précis dans mes relations extérieures à notre commun. Or en amour, je suis avant tout dans l'émotionnel et ma vision intérieure ne laisse pas supposer une "planification". En revanche, si je désire organiser une journée ceci ou cela, j'aime planifier. Donc, suivant ce que j'aspire à vivre, je suis parfois dans le précis et d'autre fois dans l'aléatoire.

Un autre point, tu mentionnes la déconstruction et un décalage. Pour réduire celui-ci, il m'est souvent arrivé, puisque je lis beaucoup (développement personnel, philosophie, etc), de confier un passage avec mon compagnon ou un amour, et de converser sur un propos. C'est intéressant, car le propos n'appartient ni à l'un ni à l'autre, et chacun-e peut avoir un avis divergent sans que cela s'oppose obligatoirement. Je trouve intéressant d'instaurer une forme de neutralité à l'origine des discussions.

Tout comme @Siestacorta, j'offre un regard extérieur, ne connaissant que tes quelques mots, et ne pouvant réagir uniquement suivant ce moi intérieur, qui n'est pas toujours compréhensible pour autrui. Et oui, si ce n'est pas adapté, tu le dis et ce n'est pas grave :-D

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion