Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Le couple c’est chiant

Romantisme
#
Profil

Aiemama

le dimanche 22 décembre 2019 à 11h34

Voici un message hautement intellectuel ou seules s les docteurs en philo ou socio pourront répondre... :)
Féministe (du moins je m’y efforce) et en couple depuis 20 ans je suis très attachée à mon conjoint qui m’a sauvé la vie. Nous avons ouvert notre couple il y a environ 3 ans et perso J’ai vraiment besoin de me nourrir d’autres personnes que soit affectif ou intellectuel uniquement : hommes cis principalement. J’ai constaté que chaque fois que c’est une rencontre avec un homme cis en couple, notre relation est rapidement avortée et je suis exclue à chaque fois. Autour de moi tous couples de longues durée ferment très vite leur porte. Moi je suis prête à écouter, à prendre soin de celui ou celle qui en a besoin mais tous les monogames pures et dures qui m’entourent ferment le chant des possibles. Perso j’étouffe, j’en ai marre de faire semblant. Également,J’ai le sentiment au regard notamment du nombre d’adultères, de relations qui se finissent mal ect... d’être entourée d’hypocrites, les hommes mariés qui vous toisent du coin de l’œil, vous manipulent, pour finalement retourner sagement vers bobonne. J’ai pu faire qq rencontres intéressantes notamment grâce à OK cupid mais chaque fois qu’il s’agit d’une personne en couple vous finissez toujours pas être mise de côté, genre : «  ma relation fondamentale c’est ma femme »... Le cœur est assez grand pour aimer plusieurs personnes mais à chaque fois le couple historique prend le dessus. C’est ce que j’ai constaté à travers mes dernières rencontres et je trouve ça bien dommage. Je n’ai même pas le droit de serrer dans les bras un homme que j’aime éperdument franchement c’est pas ridicule ?

Message modifié par son auteur il y a 9 mois.

#
Profil

Aoi

le dimanche 22 décembre 2019 à 13h57

Salut !
Bon, c'est la première fois ici que je réponds à un fil de discussion que je n'ai pas crée.

Mais ton message m'a fait réagir assez fort.

En te lisant, j'ai l'impression que je qualifierais peut être tes sentiments de lassitude mêlé à de la colère.
Je comprends que tu sois frustrée, triste ou fâchée de ne rencontrer que des personnes qui ferment les portes comme tu dis. Et ça fait toujours du bien de l'exprimer.
Et c'est énervant, quand on a l'impression d'avoir compris quelque chose pour soit, que l'on imagine être bon pour l'univers entier, mais que les autres n'ont pas encore compris.

Je peux faire un exemple/parallèle à la con avec les végan . ielles sont persuadées de leur idéologie. Et pour beaucoup il est impossible de converser sereinement avec eux d'un autre modèle (je suis berger, alors j'en ai quand même pas mal l'occasion) car ielles sont persuadées de leur légitimité, car "c'est le plus juste" et que je suis aveugle (c'est un gros résumé hein).

Et je trouve ça dommage de ne pas pouvoir mener un débat d'idées constructif sans rester entre soit.

Donc, je trouve que ta démarche d'essayer de faire ouvrir des portes intérieures à des gens qui ont une autre vision de l'amour et des relations que toi est tout à fait saine.

En revanche ce qui me choque dans ton discours c'est que j'y vois de l'agressivité. Et un poil de non respect : "ridicule, "hypocrite", "bobonne", "chiant

Tu/Vous avez choisi d'ouvrir votre couple car c'est l'étape dans laquelle vous vous retrouvez actuellement. Tu as besoin d'autres personnes que ton partenaire historique pour te nourrir. Et tu penses que c'est une chouette solution. Libre à toi. Mais attention à ne pas verser dans la présomption affichée de "le polyamour et les relations ouvertes sont l'alpha et l'omega de l'être humain pour pouvoir relationner pleinement et librement".
Même si tu as le droit de le penser.
Dans la vie (et sur ce forum aussi) beaucoup de personnes ne pensent pas la même chose. Ou sont ok théoriquement mais bloqués dans la pratique.

Tu pousses un cri de ras le bol et je le trouve légitime. Attention à l manière dont tu cries et à qui t'entends . Car ça peut être blessant et non constructif, voir destructeur. J'imagine bien une personne en couple commençant à se poser des questions sur sa manière d'être en relation et tomber sur ton post...

Ca me rappelle quand j'ai commencé à changer mon alimentation, à boycotter certains produits, à manger peu de viande et à parler tout le temps d'écologie avec mes proches. J'étais tellement sûr de moi et en colère face aux visibles faibles réactions que cela suscitait chez mes interlocuteurs. Que je m'en suis mis plus d'un à dos, et qu’aujourd’hui encore, le sujet reste sensible. Et surtout, ils n'ont pas changé pour autant.

Et puis aussi, je pense bien que tu finiras par rencontrer des gens qui se rapprochent de ce que tu penses, ou qui sont prêtes à évoluer. Ne décourage pas, ça va venir :) ! Ce doit être en effet terriblement lourd de se voir mise de côté sans arrêt, d'autant plus si tu as l'impression de basses manipulations; ou de gens pas clairs...
Peut être devrais tu essayer de rencontrer des gens déjà ouverts aux non monogamies ? Je sais que ça va à l'encontre de ce que j'exprimais plus haut (à savoir avoir du débat constructif hors de l'entresoit), mais ça fait parfois du bien, et donne de l'air et de l'énergie pour pouvoir se confronter à nouveau à des manières de penser différentes.

Ca m'a aussi fait penser à ce fil récent qui tourne autour de la notion de couple et de ce que ça a d"excluant

Message modifié par son auteur il y a 9 mois.

#
Profil

Juliejonquille

le dimanche 22 décembre 2019 à 16h40

Peut-être que tu devrais chercher à t'entourer de personnes qui sont moins dans des schémas hiérarchisés, moins dans des couples classiques ? Style des solo-poly ou des anarchistes relationnels...

Beaucoup de couples qui cherchent à s'ouvrir cherchent à vivre une expérience mais veulent garder leurs privilèges de couple, leur petit confort, leur train-train, leur sécurité, leur réputation.
Ils vivent leur expérience et jettent le jouet quand ils sont lassés mais ça, ça peut arriver avec n'importe quelle configuration.

J'avoue que maintenant que j'ai connu autre chose, je vais éviter les personnes en couple car en tant que personne séparée j'ai beaucoup moins de boulets au pied et c'est plus harmonieux avec des papas séparés avec enfants comme moi.

Mes amies en couple sont méconnaissables, fusionnées avec leurs conjoints du moment, il est difficile d'avoir encore des conversations sincères, voire même de les voir sans leur compagnon...
Ce n'est que quand elles ont rompu qu'elles reviennent et redeviennent normales un temps, jusqu'au prochain couple mono qu'elles reforment.

Ca fait du bien de râler un coup. C'est vrai qu'ici on peut un peu plus que sur un forum généraliste.

#
Profil

Intermittent

le dimanche 22 décembre 2019 à 18h30

"Mes amies en couple sont méconnaissables, fusionnées avec leurs conjoints du moment, il est difficile d'avoir encore des conversations sincères, voire même de les voir sans leur compagnon...
Ce n'est que quand elles ont rompu qu'elles reviennent et redeviennent normales un temps, jusqu'au prochain couple mono qu'elles reforment. "

La "normalité" est une affaire d'angle de vue .....

Le couple fusionnel, vu comme une anomalie par les polyamoureux, est considéré comme "normal" par la vision "classique" des rapports amoureux.

"il est difficile d'avoir encore des conversations sincères".

C'est quoi une conversation sincère dans ce contexte ?

J'avoue que je ne comprends pas cette réflexion ...
Si quelqu'un n'est pas de ton avis, ce n'est pas une "conversation sincère" ?

#
Profil

Diomedea

le dimanche 22 décembre 2019 à 23h06

Nous sommes en couplé 'fusionnel' et pourtant chacun est pleinement un individu autonome ; nous sommes parfois polyamoureux, parfois poly-mono, parfois mono ( 'anomalie' ou 'normal'? on s'en contre-fiche) ; nos conversations (ensemble ou séparément) sont sans exception sincères...
Catégories ? Bof !!
:)

#
Profil

cactus

le lundi 23 décembre 2019 à 00h21

Aiemama
j’en ai marre de faire semblant.

J'ai été intriguée par cette phrase.
Qu'est-ce que tu veux dire par "faire semblant" ?

#
Profil

Juliejonquille

le lundi 23 décembre 2019 à 08h14

Intermittent
"Mes amies en couple sont méconnaissables, fusionnées avec leurs conjoints du moment, il est difficile d'avoir encore des conversations sincères, voire même de les voir sans leur compagnon...

Ce n'est que quand elles ont rompu qu'elles reviennent et redeviennent normales un temps, jusqu'au prochain couple mono qu'elles reforment. "

La "normalité" est une affaire d'angle de vue .....

Le couple fusionnel, vu comme une anomalie par les polyamoureux, est considéré comme "normal" par la vision "classique" des rapports amoureux.

"il est difficile d'avoir encore des conversations sincères".

C'est quoi une conversation sincère dans ce contexte ?

J'avoue que je ne comprends pas cette réflexion ...

Si quelqu'un n'est pas de ton avis, ce n'est pas une "conversation sincère" ?

Je parle de personnes que je connais bien et avec qui j'abordais plein de sujets.
Désolée que mes propos te choquent mais beaucoup de femmes en couple ont tendance à se mettre au service de leur conjoint. Elles lisent moins ou ne font plus de projet personnel.
Toute la brillance se met au service d'un "nous".

C'est cette perte que je ressens, et le fait qu'elles se censurent quand elles parlent ou ne paraissent plus qu'accompagnées. Et je ne parle pas de celles qui subissent des violences et continuent en public de dire que "tout va bien".

Et sinon j'ai été monogame fusionnelle 15 ans... Devenir poly a été un travali et un déchirement, c'est aussi mon expérience des deux côtés qui parle. J'ai sans doute développé une allergie mais j'ai le droit à ma voix dissonnante dans ce monde qui glorifie le couple.
Même chez les poly le modèle hierarchique est majoritaire je pense.

Message modifié par son auteur il y a 9 mois.

#
Profil

Diomedea

le lundi 23 décembre 2019 à 09h33

Quand des préférences émotionnelles disparaîtront, l'hiérarchie le pourrait aussi. Qui veut donc dire 'jamais', il me le semble...
Je n'y vois pas de mal, le tout est de la mener avec subtilité et générosité, en somme, avec amour.
C'est écrit sans critique des personnes qui la testent, nous sommes assez friand.e.s de l'anarchie sociale :)

#
Profil

bonheur

le lundi 23 décembre 2019 à 13h22

Je crois que dans une situation compliquée, il y a toujours de l'injustice.

Je ne pense pas que la contrainte soit l'amour, mais trop souvent la non acceptation de l'amour. Avoir pleinement conscience qu'aimer et être aimer en retour est en soi un bel émotionnel, mais que le concret…

J'ai l'esprit très encombrer actuellement, j'espère @Aiemama que je ne suis pas à côté de la plaque.

Concernant la hiérarchie, c'est un peu pareil. Il y a le cœur qui ne hiérarchise pas nécessairement et le concret… Là encore, avoir conscience de la réalité et ne pas s'illusionner afin de ne pas tomber de trop haut.

#
Profil

artichaut

le lundi 23 décembre 2019 à 13h38

Juliejonquille
Mes amies en couple sont méconnaissables, fusionnées avec leurs conjoints du moment, il est difficile d'avoir encore des conversations sincères, voire même de les voir sans leur compagnon...
Ce n'est que quand elles ont rompu qu'elles reviennent et redeviennent normales un temps, jusqu'au prochain couple mono qu'elles reforment.

Tiens @Juliejonquille, ça devrait te plaire :

Elisende Coladan
Combien d’entre nous, avons vécu cette situation où nous sommes un groupe d’amies, ou encore nous avons une amie avec qui nous nous entendons particulièrement bien et un jour cette personne « se met en couple », arrêtant de se joindre à nous ou au groupe. Ou celle de la voisine en couple, avec qui nous n’échangions que des vagues bonjour, alors que nous étions célibataires ou divorcées et que du moment où elle-même divorce, tout à coup se rapproche de nous et crée une relation d’entraide, notamment s’il y a des enfants. Nous devrions sérieusement nous interroger sur cette manière de vivre les relations qui tournent autour d’un couple en position centrale. Où les réseaux d’appui sont ceux formés par la famille et les ami.e.s qu’il est possible d’avoir en commun (surtout s’il s’agit d’autres couples) et où toutes les relations précédentes sont reléguées à un arrière-plan, souvent fort éloigné.

Source : Pour une relecture féministe du célibat des femmes.

#
Profil

Aiemama

le mardi 24 décembre 2019 à 10h51

Marre de faire semblant d’être monogame exclusive même si ma vie ne regarde que moi... le jugement des autres me fait peur et pourtant je devrais m’en moquer... c’est comme si j’attendais l’aval des autres, j’ai pourtant bien le droit d’aimer comme bon me semble...

cactus
J'ai été intriguée par cette phrase.

Qu'est-ce que tu veux dire par "faire semblant" ?

#
Profil

Sel-In

le mardi 24 décembre 2019 à 12h56

Juliejonquille
Je parle de personnes que je connais bien et avec qui j'abordais plein de sujets.
Désolée que mes propos te choquent mais beaucoup de femmes en couple ont tendance à se mettre au service de leur conjoint. Elles lisent moins ou ne font plus de projet personnel.
Toute la brillance se met au service d'un "nous".

C'est cette perte que je ressens, et le fait qu'elles se censurent quand elles parlent ou ne paraissent plus qu'accompagnées. Et je ne parle pas de celles qui subissent des violences et continuent en public de dire que "tout va bien".

Et sinon j'ai été monogame fusionnelle 15 ans... Devenir poly a été un travali et un déchirement, c'est aussi mon expérience des deux côtés qui parle. J'ai sans doute développé une allergie mais j'ai le droit à ma voix dissonnante dans ce monde qui glorifie le couple.
Même chez les poly le modèle hierarchique est majoritaire je pense.




Message modifié par son auteur hier à 8h.

Bonjour,
je te rejoins assez là dessus, ayant moi même à une époque était "phagocitée" par la vie à deux ...
je me détestais car j'avais une forte volonté de vivre beaucoup de choses et je faisais très souvent passer la vie à deux avant ma vie intérieure ou ma vie sociale...
le seul "remède" que j'ai trouvé à cela c'est de vivre seule, ou en colocation avec d'autres femmes....ça me permet d'avoir mon univers, ma vie sociale et ma vie amoureuse...je me sens nettement mieux !
:)

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion