Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Situation difficile - début relationnel polyamoureux

Bases
#
Profil

julliarde

le mercredi 13 novembre 2019 à 17h38

Bonjour,
Je vis actuellement une situation difficile, et j'ai du mal à démêler ce qui est éthique de ce qui ne l'est pas. C'est pourquoi je suis intéressée des avis qui m'aideraient.
Ca fait deux ans que je suis en relation avec mon amoureux et nous avons entre 20 et 25 ans. Il était en relation avec X quand je l'ai rencontré mais ça s'est terminé peu après. Nous avons défini notre relation comme polyamoureuse dès le début, et cette décision d'être non exclusifs a été ré-examinée régulièrement et toujours consensuelle. Nous avons connu plusieurs histoires chacun.e de notre côté mais sans jamais qu'il s'agisse d'autres relations amoureuses qui auraient le temps de se définir comme telles et dureraient. Nous étions donc un "couple" et un binôme. Il a toujours eu plus de facilité avec la compersion que moi. J'ai eu beaucoup de difficultés et de souffrance lors de sa relation avec X, et j'ai travaillé beaucoup pour vivre mieux les aventures qu'il connaissait (qui à part avec X sont toujours restées des histoires d'un soir ou peu orientées sur les sentiments). J'ai notamment lu beaucoup de livres sur le polyamour, l'éthique et la compersion, réfléchi, travaillé sur mes sentiments, etc.

Il y a deux semaines il a rencontré une "amie" à moi (dont je ne suis pas très proche et que je vois rarement). Ils ont passé la nuit ensemble et il m'a annoncé qu'ils se plaisaient et voulaient se revoir. Cette nouvelle m'a mis dans un état physique et émotionnel très difficile. J'étais submergée par une tempête d'émotions intenses, je pleurais beaucoup et je me sentais très mal. Il faut savoir que j'ai des troubles émotionnels ; je suis hypersensible et je souffre de troubles de l'anxiété, de crises de panique, d'angoisse, voire de tétanie. Cela n'arrive pas tout le temps et je suis heureuse la plupart du temps ; je travaille beaucoup à ce sujet et suis très en lien avec mes émotions et difficultés, et j'ai des manières de les gérer au mieux.

Ne sachant pas ce qui était éthique ou non, je lui ai dit que je ne pouvais pas le contrôler ni lui mettre de restrictions et il l'a revue quelques jours plus tard. Je pense que c'était une erreur de notre part à tous les deux car nous aurions dû écouter mes difficultés et prendre le temps de me calmer.
Cette deuxième nuit qu'ils ont passé ensemble, et était un début de relation amoureuse, m'a causé énormément d'anxiété, de souffrance, de tristesse, de mal être général. J'avais l'impression de subir la situation et que ma souffrance n'était pas prise en compte. J'étais effrayée à la perspective d'une relation future importante. Je pleurais toute la journée et la nuit sans parvenir à me calmer. Ils ont accepté de ne pas se voir pendant une semaine, et j'ai passé plusieurs jours entiers à travailler activement sur mes sentiments, mes peurs, la situation et ce qui pouvait arriver, et j'ai démêlé tout cela en écrivant. J'ai ensuite partagé mes sentiments, peurs, besoins,... avec mon amoureux. Je lui ai dit que j'avais besoin de discuter plus avant qu'ils se revoient, qu'on déconstruise des choses, qu'on me rassure et qu'on mette des choses en place pour faire attention à mes besoins de sécurité, contrôle, prévisibilité, inclusion,...
Mais le lendemain elle l'a appelée car elle souhaitait le voir une demi heure dans un café car elle avait un besoin pressant de parler de choses sur lesquelles elle se questionnait. J'ai fait cette concession pour remplir ses besoins à elle, étant clair qu'il ne s'agirait de rien de plus qu'une discussion, et j'ai fait confiance à mon amoureux. Il connaissait mes difficultés et savait que depuis une semaine et demi j'étais en état de panique et de tristesse intense : je pleurais beaucoup, j'avais mal à la poitrine et du mal à respirer, du mal à manger et dormir à cause du stress, que je pensais à ça tout le temps et que l'essentiel de mon temps était pris pour travailler sur moi pour me calmer corporellement et mentalement, voir les choses plus positivement et améliorer la situation.

Le problème c'est que j'ai passé la soirée à me rassurer en me disant "ne t'inquiète pas, ne suis pas ta peur, il ne se passera rien de plus et tu peux faire confiance". Or, après avoir discuté, ils ont été ensemble à une soirée avec ses amis (qui sont aussi les miens), ont passé la soirée ensemble, se sont embrassés en public et ont dormi ensemble. Ils ont fait cela car elle lui a dit qu'elle avait besoin de le voir pour se rappeler que ça en valait la peine (d'attendre etc), et mon amoureux avait donc peur de la perdre s'il ne faisait pas ça. De plus, il lui a dit que j'avais des difficultés et ils ont donc parlé de moi, et évité de faire l'amour pour faire attention à mes sentiments. Mais je me suis sentie profondément blessée, mes besoins n'étaient pas remplis et je n'étais pas prête à vivre ça, et ça ne correspondait pas à ce qu'on avait convenu, ce qui me faisait me sentir trahie dans ma confiance. Pour moi c'était me mentir, me faire vivre des choses pour lesquelles je n'étais pas prête et de la mauvaise manière, et ne pas prendre assez compte ma douleur.
Pour mon amoureux, ce n'était en effet pas la meilleure décision, mais il estime n'avoir pas eu trop le choix car la situation était compliquée (il y avait aussi d'autres facteurs qui lui mettaient la pression ce soit-là) et qu'il pensait que s'il ne le faisait pas, elle stopperait tout. Je n'ai pas l'impression qu'il reconnaisse à quel point c'était une erreur vis à vis de moi.

Nous parlons énormément et sommes très transparents et honnêtes. De plus, j'ai été hier parler avec cette personne avec qui il a eu ces connexions, et nous avons énormément communiqué, dans l'écoute, l'honnêteté, la bienveillance et même l'affection. Nous souhaitons toutes deux le mieux pour tout le monde. Elle m'a dit que si elle avait su à quel point je souffrais elle aurait agi autrement.

Cependant, même si dans un monde idéal j'aimerais être prête à ce qu'ils vivent une histoire, je ne me sens absolument pas/plus capable qu'ils se voient dans un futur proche. Mon objectif à présent est de parvenir à me calmer physiquement et mentalement, penser à autre chose et de pouvoir faire les choses que je dois faire et n'ai pas pu faire depuis deux semaines à cause de mon état. Nous avons donc conclu elle et moi que la seule solution s'ils souhaitaient que ça puisse fonctionner un jour était de faire une pause et de me laisser du temps.
Mais nous avons peur qu'elle se sente mal d'attendre trop longtemps pour elle et préfère laisser tomber, ce qui les rendrait tous deux très tristes car ils se plaisent beaucoup et souhaitent beaucoup commencer quelque chose ensemble. Ma peur à moi est que même après cette pause, et du travail et de la réflexion, mes difficultés ne me permettent pas d'accorder nos deux temporalités : que ce que je suis prête à vivre sans avoir d'extrêmes malaises physiques et mentaux soit toujours trop peu par rapport à ce dont elle a besoin pour se sentir bien dans cette relation naissante, et pour que ça vaille la peine pour elle (et lui).

J'espère que cette narration n'est pas trop longue. Mes réflexions et questions sont donc par rapport à ce que vous pensez de cette histoire, au niveaux éthiques et pratiques. Cela sans volonté de me victimiser ou de me plaindre : nous sommes tous trois bienveillants, bien intentionnés, néophytes et un peu perdu(e)s. Mais dans une volonté d'essayer de comprendre des choses, d'apprendre de nos erreurs, de réfléchir à la suite,... J'ai beaucoup de questionnements sur ce qui est éthique ou non, et peur de faire des erreurs. Aurais-je dû demander clairement qu'ils me laissent du temps sans se voir dès le début? Dans More Than Two et "Compersion" de Hypathia, il est mention d' "aller à la vitesse du plus lent". Comment concilier les rythmes différents? Comment respecter ma souffrance sans contrôler les autres?

Merci beaucoup de vos réponses , réflexions, exemples, histoires, si vous en avez! :)

#
Profil

Cerise_Sauvage

le mercredi 13 novembre 2019 à 18h27

Bonjour !
Je n'ai pas grand chose à dire sur les moyens pour toi de te calmer/d'aller mieux etc, pour la simple et bonne raison que je n'ai jamais connu ce genre de situation. En revanche j'ai un petit avis au niveau de l'autre fille, de la potentielle future relation :
-

julliarde
j'ai été hier parler avec cette personne avec qui il a eu ces connexions, et nous avons énormément communiqué, dans l'écoute, l'honnêteté, la bienveillance et même l'affection.

Je pense que déjà la situation est bien "emmanchée" si je puis me permettre, cette communication et cette bienveillance sont des atouts majeurs pour que tout se passe bien des deux cotés, c'est cool ! :)

julliarde
Mais nous avons peur qu'elle se sente mal d'attendre trop longtemps pour elle et préfère laisser tomber, ce qui les rendrait tous deux très tristes car ils se plaisent beaucoup et souhaitent beaucoup commencer quelque chose ensemble

Je ne comprends pas trop comment cette personne pourrait se lasser, enfin je comprends cette appréhension vis à vis des premiers évènements (hâte du rdv etc) mais de mon point de vue la présence d'une nouvelle personne dans une vie ne devrait être que du bonus : appelons "A" la fille en question : A ne devrait pas attendre quoi que ce soit de ton copain, mais juste profiter des moments qu'ils auront ensemble; forcément l'attente est lassante lorsqu'une personne attend que l'autre se décide et qu'elle sait que le choix ne tournera pas forcément en sa faveur, mais nous parlons de situations poly, il n'y a pas vraiment de choix à faire si ce n'est de décider ou non de commencer une nouvelle relation... Si tous deux se plaisent, que le climat est bienveillant et qu'il y a de l'envie des deux cotés alors une complicité pourra se construire quel que soit le délai entre les rencontres, il "faut juste " que A comprenne qu'elle n'est pas seule dans l'équation et qu'elle n'attende pas une relation trop poussée pour le moment… Personnellement, pour m'être déjà retrouvée dans la situation de la "nouvelle" pas très bien acceptée par la "principale" (la situation était légèrement différente puisque je ne pouvais discuter qu'avec lui et pas avec elle), une fois la légère amertume du début passée et admis le fait que ce n'était pas moi qui fixait les règles, que je n'étais pas sur un plan d'égalité avec elle et que cela était tout à fait normal en y réfléchissant quelques secondes (j'ai eu cette réflexion seule, le garçon ne m'as en aucun cas dit ça, j'ai juste compris qu'elle avait de l'avance dans son cœur et qu'il agissait en conséquence ), j'ai juste profité des moments que le garçon m'accordait sans attendre rien de spécial de lui et tout s'est passé pour le mieux pour moi, sa présence me faisait toujours plaisir, qu'il y ait eu un mois d'attente avant ou non… Je pense que cela demande néanmoins une certaine réflexion sur soi, potentielle remise en question, et une capacité d'empathie vis à vis de "la principale" mais qu'une personne bienveillante qui tient au garçon en question en est tout à fait capable; donc pour moi vous ne devriez pas vous en faire vis à vis de A, si elle correspond à la description bienveillante et attachée que tu en as faite tout se passera bien et vous pouvez te laisser le temps, en veillant juste à prêter attention à son ressenti, à communiquer avec elle .
(Redis-moi si ça te paraît peu clair, j'essaierai de faire mieux , je me suis peut-être un peu laissé emporter dans la formulation de ma pensée)

Pour le reste je peux juste te soutenir et te souhaiter bon courage dans ta quête de réponses/ d'apaisement :)

#
Profil

Siestacorta

le jeudi 14 novembre 2019 à 00h02

Au delà de ton hypersensibilité, je me demande quand même s'il y a pas une raison un peu, précise... quelque chose de pas nécessairement logique ou problématique, mais de significatif pour toi, en rapport avec cet amie-là, qui a allumé tes alarmes.

Je pense que t'as pressenti un truc particulier.
Parce qu'il y a des amis communs plutôt qu'un environnement plus anonymisant ? Ou parce qu'il y a quelque chose que tu vois chez cette fille, une comparaison, ou une association que tu fais entre elle et des comportements ? Ou que tu sais d'avance que ton partenaire peut accrocher à un truc ? Ou parce qu'il a dit/ fait quelque chose qui d'emblée, avant le rendez-vous, t'a fait tilter qu'il y avait une étincelle ? Ou simplement qu'il prenne la peine de prévenir au lieu que ce soit au fil de l'eau, te faisant plus anticiper que d'habitude...

Bref, ça pour dire que si tu peux être un peu précise sur le moment où une corde a vibré un peu plus en toi, sur quoi ç'a été d'emblée intense alors qu'il se passait encore rien d'autre de notable, tu auras peut-être une bonne piste, pour savoir quoi dire à qui par la suite...

Message modifié par son auteur il y a un an.

#
Profil

julliarde

le mardi 26 novembre 2019 à 17h07

Merci pour vos réponses, auxquelles j'ai mis du temps à répondre car la situation est très chargée émotionnellement pour moi.
Siestacorta, ce qu'il y a de particulier c'est que c'est la première fois que le courant passe bien entre lui et quelqu'un d'autre et qu'il s'agit de sentiments et qu'il faut envisager la possibilité d'une relation amoureuse qui se développe, et pourrait durer. C'est cela qui est le cas pour la première fois et qui a fait que c'était intense pour moi. D'autre part je pense avoir peut être surestimé la part de mon hypersensibilité dans cette histoire et je commence à me dire que beaucoup de gens ont des difficultés à gérer ces premières fois, qu'elles sont difficiles à gérer, et que c'est logique. (*)

Cerise sauvage, je pense aussi que la communication et la bienveillance sont des grands atouts.
Pour le reste de ce que tu as écrit, je comprends ce que tu veux dire, qui m'a fait du bien à lire et me permet de me sentir plus légitime. Ce qu'il y a c'est que mon amoureux et la personne en question, "A" comme tu l'as appelée, ont envie de se voir et souffrent de se retenir. Elle doit faire un travail de patience, et aussi un travail par rapport au polyamour (par rapport au fait de commencer quelque chose avec quelqu'un qui est déjà en couple). Mon amoureux quant à lui prend de l'énergie et du temps pour discuter avec moi, et voit ma souffrance qui n'est pas très gaie à vivre et notre relation qui n'a pas un décor très gai avec ces difficultés. Ils disent que le fait de faire ces efforts, se retenir, avoir ces discussions etc., leur donnent envie d'avoir aussi des choses positives qui se passent pour montrer que ça vaut la peine, comme se voir. Je crois que c'est pour ça qu'elle ne voit pas que du "bonus" positif aux choses qui sont possibles/seront possibles petit à petit entre eux, comme tu le disais. Je crois qu'ils considèrent tous les deux que ne pas se voir pour le moment est un effort qu'ils font pour moi, et qu'ils ont besoin aussi de récompenses/compromis avec leurs envies et besoins.
Moi je considère qu'il faut savoir passer par des émotions difficiles et inconfortables pour évoluer vers le polyamour, mais pas par des souffrances extrêmes. Et donc pour moi, on a pas le choix d'agir au rythme de la plus lente, c'est-à-dire moi, car ce ne serait pas éthique de me faire passer par ces souffrances extrêmes. Là c'est un peu compliqué car je suis toujours anxieuse à cause de ça et stressée tout le temps, je dois déjà faire beaucoup d'efforts pour me calmer, digérer ce qui s'est passé, penser à la suite,... malgré le fait qu'ils ne se voient pas. Et je suis stressée par le fait qu'ils ont l'air pressé.e.s et que ça aille trop vite pour moi, et j'ai peur d'encore plus mal vivre la suite. Et malgré toute la bienveillance que j'essaie de me donner, je suis aussi un peu honteuse de les retenir, de vivre ces difficultés et de ne pas être en pratique comment je voudrais être en théorie.
C'est fou à quel point la théorie et la pratique sont différentes.
Je vous remercie beaucoup pour vos réponses et pour vos encouragements :)

(*) Je veux dire logique que ça puisse être difficile vu les normes sociétales et culturelles omniprésentes vis à vis de l'amour, de la monogamie, et vu tout le travail personnel sur la confiance en soi, la sécurité, etc.

Message modifié par son auteur il y a un an.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion