Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Petites phrases de monogames, que répondre ?

Monogamie
#
Profil

Nurja

le mardi 30 décembre 2014 à 12h19

J'imagine ne pas être la seule à me retrouver confrontée à des monogames convaincus que l'exclusivité sexuelle est la seule voie valable.

Parfois, je n'arrive pas à répondre à certaines de leurs phrases. Souvent, je crois, quand je me rends compte qu'il s'agit en fait de valeurs qui s'opposent. Souvent aussi, il s'agit de personnes pas trop ouvertes à ce genre de discussion.

Bon, c'était le contexte.

Que répondriez-vous à quelqu'un qui vous dirait "Si tu vas voir ailleurs (si tu as du sexe avec une autre personne que ton "partenaire romantique"), c'est un manque de respect pour ton partenaire".

Que répondriez-vous à quelqu'un qui dit à chaque fois que vous faites une comparaison "oui, mais ce n'est pas la même chose"?
:-( Par exemple, la personne dit "mais alors, tu auras moins de temps pour moi". "Je passe aussi du temps pour le travail, pour ma filleule, pour mes parents". "Oui, mais ce n'est pas la même chose."
:-( "Ton focus ne sera pas uniquement sur moi." "Il n'est déjà pas uniquement sur toi, quand je suis en classe, souvent, je suis uniquement préoccupée par mes élèves, à d'autres moments par ma filleule..." "Oui, mais ce n'est pas la même chose."
:-( "Des parents qui aiment leur enfant, cela ne les empêche pas d'en faire un deuxième et ils continuent à aimer le premier autant que quand il était seul." "Oui, mais ce n'est pas la même chose."

Des exemples comme cela, je peux en donner des centaines (et quand je demande pourquoi ce n'est pas la même chose, c'est parce qu'on ne parle pas d'une relation romantique)

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#

(compte clôturé)

le mardi 30 décembre 2014 à 14h46

Bonjour Nurja,

Je ne suis clairement pas la plus douée en rhétorique ici, mais bon. Une idée qui me vient à l'esprit, c'est, au lieu de répondre quelque chose du tac au tac, de chercher à comprendre ce qui gêne ton interlocuteur, ses motivations à te dire cela. Et donc de le lui demander simplement.

Exemple :
- "Si tu vas voir ailleurs (si tu as du sexe avec une autre personne que ton "partenaire romantique"), - c'est un manque de respect pour ton partenaire".
- "Qu'est-ce qui te fait penser ça ?"
Et tu laisse la personne développer. Ca devrait te permettre d'identifier ce qui fait écho en elle.
Bon une autre solution pour cet exemple précis, ce serait de lui dire que si ton partenaire est d'accord avec le fait que tu "ailles voir ailleurs" (ce qui est le cas dans une relation polyamoureuse), ça n'est pas un manque de respect. End of discussion.

Pour les autres exemples, selon moi tout se rejoint dans le "Ton focus ne sera pas uniquement sur moi".
Là aussi tu peux demander à la personne en quoi ça la gênerait, après tout, de ne pas être la seule préoccupation de ta vie. Rien que de lui poser cette question ça pourra peut-être lui faire prendre conscience de l'énormité de la demande.

Maintenant je laisse les autres contribuer :-)

#
Profil

Nurja

le mardi 30 décembre 2014 à 16h00

Shamal
Une idée qui me vient à l'esprit, c'est, au lieu de répondre quelque chose du tac au tac, de chercher à comprendre ce qui gêne ton interlocuteur, ses motivations à te dire cela. Et donc de le lui demander simplement.

Sauf qu'en l'occurence, je recevais la réponse "mais enfin, c'est évident".

#
Profil

Apsophos

le mardi 30 décembre 2014 à 16h33

Nurja
Sauf qu'en l'occurence, je recevais la réponse "mais enfin, c'est évident".

Bah oui, et tu fais semblant de ne pas comprendre.

#

(compte clôturé)

le mardi 30 décembre 2014 à 17h41

Dans ce cas tu peux répondre : "ben non pas pour moi ; explique-moi ce qui te fait penser ça".

Après si l'autre est rétif à toute discussion, laisser courir ça peut être une option aussi ;)

#
Profil

Leolu

le mardi 30 décembre 2014 à 18h38

1) "C'est un manque de respect" :

"C'est aussi ce que je pensais, jusqu'à ce que je comprenne que je ME manquais de respect, à rester ainsi accrochée à des personnes qui m'ont quittée (sans respect pour moi !). Je n'exige donc plus l'exclusivité à vie... En échange, j'estime avoir droit à plus de liberté. Donc à mériter le respect de plus de personnes".

2) "Mais ce n'est pas pareil !" :

"C'est normal que ce ne soit pas pareil : ce n'est qu'un exemple ! Essaye juste d'imaginer qu'on puisse le vivre d'une façon similaire. Rien n'est pareil, mais pour faire comprendre une notion, on peut donner des exemples proches, qui va dans le sens qu'on veut démontrer."

"Pas pareil pour le sentiment, bien sûr (on va en discuter), mais exactement pareil pour l'idée de partages et de multiplicités".

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

Nurja

le mardi 30 décembre 2014 à 20h10

Merci de vos réponses.

#
Profil

wolfram

le mardi 30 décembre 2014 à 20h21

Il ne faut pas chercher à répondre du tac au tac à ce genre de questions parce qu'elles démontrent chez ceux qui les posent un très grand éloignement par rapport à nos visions.

Est-ce un manque de respect ? sûrement pour ceux qui posent la question, quant au partenaire, c'est à lui de se prononcer et là, nous partons sur l'axiome de l’honnêteté et ce n'est pas à une personne extérieur de juger cette relation (donc fin de la discussion).

Moins de temps pour l'autre ? si l'autre est disponible et en demande à ce moment là, alors oui ! sinon, non. Il y a bien le risque de spolier l'une des relations, il faut l'assumer.

Le "focus" exclusif ? Il s'agit d'un phénomène bio-chimique temporaire, il vaut mieux ne pas s'y cramponner dans une relation amoureuse sinon on courre le risque du besoin de "papillonner" avec la frustration qui en découle.

L'amour peut se multiplier ? pas chez tout le monde. Comme il y a des gens qui ont peu, pas ou plein d'enfants ou comme certains ont des amis et n'ont pas d'amour. Il s'agit d'une capacité personnelle et contingente. Je connais une femme qui a vécu 30 ans en trouple et aujourd'hui, est dans une relation hétérosexuelle et monogame avec la même sensation de vivre totalement ce à quoi elle aspire. Celui qui bloque sur cette argumentation est peut-être dans l'incapacité de le ressentir.

#
Profil

Athelas

le dimanche 04 janvier 2015 à 16h58

Bonjour,
Toutes les réponses qui ont été données sont pleines de bon sens...
A la limite, il reste une autre possibilité, quand tu sens que la personne en face de toi cherche à prendre un ascendant sur toi, c'est une sorte de gestion des personnes "toxiques", qui consiste à faire un sourire, de dire "oui" et de stopper ainsi la conversation, juste avec un (ou des) oui, pour éviter de tourner au vinaigre.

La question qui me vient de fait à l'esprit, c'est de savoir pour toi, Nurja, comment te places-tu face à ces personnes dont - comme tu l'expliques - les normes et valeurs ne sont plus aidantes pour toi ?
Et aussi est - ce que ces personnes cherchent à te convaincre d'une erreur ?

#
Profil

Nurja

le dimanche 04 janvier 2015 à 17h21

Athelas
La question qui me vient de fait à l'esprit, c'est de savoir pour toi, Nurja, comment te places-tu face à ces personnes dont - comme tu l'expliques - les normes et valeurs ne sont plus aidantes pour toi ?

Ça dépend de la relation que j'ai avec ces personnes.
S'il s'agit de relations amicales, je n'ai pas de soucis que les autres aient d'autres normes et valeurs pour peu qu'ils acceptent que j'ai d'autres normes et valeurs que les leurs. Si par contre, ils sont dans le jugement, je pense que l'amitié ne durera pas. Comme être ami dans de telles conditions?
Si c'est dans le cadre d'une relation amoureuse, il me semble indispensable d'avoir des normes et valeurs compatibles si on veut pouvoir poursuivre la relation amoureuse.

AthelasEt aussi est - ce que ces personnes cherchent à te convaincre d'une erreur ?

La personne qui m'a fait ouvrir ce topic aurait effectivement voulu m'ouvrir les yeux et que je me rende compte que j'étais dans l'erreur. Je peux comprendre que ma manière de voir ne lui convienne pas. Est-ce une raison pour que cette manière de voir soit mauvais en elle-même? Je ne crois pas. La relation a cessé. C'est triste et en même temps libérateur et sans doute mieux pour tous les deux. Même si j'aurais voulu qu'il puisse évoluer, qu'il accepte au moins d'essayer. Ce n'étais pas possible pour lui, c'est la vie.

#
Profil

Athelas

le dimanche 04 janvier 2015 à 22h59

Nurja
Comment être ami dans de telles conditions  ?

Si c'est dans le cadre d'une relation amoureuse, il me semble indispensable d'avoir des normes et valeurs compatibles si on veut pouvoir poursuivre la relation amoureuse.

Je suis un peu gêné par l'affirmation...J'ai du mal à reconnaître que ce c'est indispensable, je trouve ça dommage...

En même temps, pour entretenir une forme de proximité/d'intensité effectivement, un référentiel compatible est requis.

Sinon, c'est un peu comme si on était ensemble sans point d'accroche, les échanges sont potentiellement moins enrichissants. Du coup, ça reste une personne "amie" mais point de fusion...

Nurja
La relation a cessé. C'est triste et en même temps libérateur et sans doute mieux pour tous les deux. Même si j'aurais voulu qu'il puisse évoluer, qu'il accepte au moins d'essayer. Ce n'étais pas possible pour lui, c'est la vie.

Un changement peut toujours survenir, les gens ne sont pas des blocs de marbre...
Mais l'essentiel est que ça aille mieux pour chacun de vous à présent.

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

Nurja

le lundi 05 janvier 2015 à 05h49

Je parle de valeurs et de normes compatibles, pas nécessairement identiques.
Un exemple caricatural : si une personne tient absolument à manger de la viande à tous les repas et que l'autre n'en supporte pas la vue, c'est un souci.
Si l'un est végéta*ien et l'autre omnivore, par contre, c'est possible.

Si les normes et valeurs de l'un font qu'un choix important de l'autre (aussi résultat de normes et de valeurs) est un problème insupportable qui fait que l'un ne peut plus respecter l'autre, on fait comment?
exemple concret : si un homme considère qu'une femme qui a plusieurs amants "en parallèle" est une moins que rien que l'on peut utiliser, comment une relation resterait-elle possible?

Pour le reste, je sais qu'un changement, une évolution est toujours hypothétiquement possible. Par contre, certaines sont plus probables que d'autres. Et là, la probabilité est presque aussi grande que de gagner le gros lot au lotto.

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

bouquetfleuri

le lundi 05 janvier 2015 à 09h29

bonjour Nurja,

je crois que toutes les questions et les contre arguments des personnes désignées comme monogames sont bons parce qu'ils disent tous quelque chose, de la boucle discursive dont l'exemple type est "ce n'est pas la même chose" alors que l'on vient d'expliquer que c'était la même chose à l’emploi d’un sens formaté comme le mot « respect ».

Je crois en même temps que les réponses sont d’abord à donner à soi-même, et qu’il faut prendre pour soi l’exigence de la réponse. Il y a deux avantages à cela. Tout d’abord, cela conduit à pousser plus loin l’analyse de tout ce que l’on fait et dont on se parle en permanence, explicitement ou non, confrontés que nous sommes au réel figuré par les mots (par exemple respect, amour, etc.) ensuite cela permet de s’éloigner du rapport de force qui prend forme dans les discussions où il s’agit d’avoir raison et non de chercher la raison ensemble. Vouloir avoir raison a un effet pernicieux, parce que l’on peut avoir raison contre quelqu’un sans être soi-même sûr d’être dans la raison.

Je me réponds donc aux questions aux questions que tu poses :

- C’est un manque de respect. Qu’est-ce que le respect ? Ce mot vient du latin respicere qui signifie faire l’effort de regarder. Respecter une personne c’est donc faire l’effort de la regarder, de l’appréhender telle qu’elle est (et non telle que l’on voudrait qu’elle soit). Est-ce bien cela que je fais ? Mon interlocuteur fait-il la même chose avant de me parler de respect ?

- Ce n’est pas la même chose. Quelle est la valeur de « la même chose » ? Pourquoi cela pourrait-il ou devrait-il être la même chose ? Existe-t-il une situation, une personne, une chose qui cesse d’évoluer au point de refaire d’un jour à l’autre « la même chose » en produisant des effets dont on ne voudrait pas qu’ils évoluent, en mieux ou en pire ?

- Quant aux enfants, cet exemple est éclairant, sur le sens de l’amour et le mensonge qui s’y attache. Oui, les parents aiment tous leurs enfants (ce qui n’est pas très vrai d’ailleurs), mais ils n’en aiment aucun de la même façon. Et heureusement, comment aimer pareillement deux personnes différentes, comme si leur individualité ne pouvait en aucun cas participer de la relation affective ? Et pour la même raison, tous les parents préfèrent un enfant à un autre tout en les entourant de la même affection ou attention, et des fois l’ordre de préférence change. On a le droit de dire le contraire, de le nier, mais c’est ainsi. On est peu de choses…

En fait mes réponses sont souvent pour moi un questionnement permanent, et c’est cela que je peux offrir à quelqu’un qui a besoin de comprendre, de comprendre ce que je vis, de me comprendre,

Le questionnement a ceci d’intéressant qu’il permet à mon interlocuteur de prendre immédiatement sa place : c’est lui qui répond et je n’ai pas à décider ni de ce qu’il doit répondre, ni si sa réponse est correcte ou bonne. De cette manière, je l’emmène dans la nature de mon cheminement.

J’ai le sentiment que c’est dans cette différence que se trouvent toutes les réponses aux questions qu’ils se posent

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion