Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Début chaotique : comment gérer ses émotions

Besoin d'aide
#

Elmarie (invité)

le jeudi 03 février 2022 à 05h15

Bonjour à tous ,

En couple depuis 15ans, nous avons démarré avec mon mari, l’ouverture de notre couple.
Si l’envie d’avoir d’autres relations pour moi étaient une idée qui me titillaient, pour lui, de simples relations physiques/tendresses sont suffisantes.

Et ça y est on y est.

J’ai trouvé quelqu’un, une femme, ce qui a été assez facile pour lui à gérer.

Et si l’idée venait de moi, je suis au fond d’un gouffre qu’il ait trouvé quelqu’un. Il ne l’a pas vu encore mais mes émotions sont envahissantes. Beaucoup trop.
Je ne supporte pas d’être à côté de lui quand je le vois écrire,
Je ne veux plus qu’il me touche parce que je me sens sale,
J’ai des envies de vomir à chaque fois que mes pensées se baladent, alors j’essaye de me réfugier dans de la musique hard dans les oreilles pour penser à autre choses,
Etc.

Tout cela est parti du fait qu’il ne m’a pas parlé de cette fille. On s’est toujours tout dit, tout. La fusion c’est réellement un fonctionnement chez nous.
Et je lui en veut.
A tord ? Sûrement.

Sauf que je n’arrive pas à passer à autre chose. Et 15 ans de relation n’ont apparement pas de poids dans ma tête puisque j’en viens des fois à m’imaginer le quitter si mes émotions ne parviennnent pas à me laisser tranquille.

J’écris et me trouve froide. En réalité je suis au fond d’un trou noir et je ne vois pas de lumière. Mon amoureuse elle, subit ma distance, et moi et bien je continue de sombrer.

Je ne sais plus comment relever la tête.

Lorsque cela va mieux, il finit par s’asseoir et écrire (comme si je pouvais lui en vouloir) et je m’échappe. Un jour pendant une dispute il m’a expliqué ne pas parler mariage mais cul. Souhaitant me rassurer sûrement. Sauf que je me sens mal maintenant d’être assise à côté de lui en sachant ça.

Bref.

15 ans de couple, un enfant, une ouverture de couple après 6 mois de discussion intense en prenant en compte le fait que notre couple est fusionnel depuis toujours et que rien ne pourrait nous arriver, et je chute.

Comment puis je réussir à relever la tête ?

#
Profil

Hawkeye

le jeudi 03 février 2022 à 15h36

La réciprocité ne marche pas forcément !

C'est presque normal qu'il ne t'en ai pas parlé tout de suite puisqu'ils ne se sont même pas encore vu. Il ne va pas venir vers toi et dire "ça y est j'ai trouvé quelqu'un moi aussi" parce qu'une femme a répondu à un de ses messages. Donc quand tu dis que tu lui en veut de ne pas t'avoir parlé de cette fille c'est un prétexte puisqu'il t'en a parlé juste il lui fallait du temps pour savoir si quelque chose était possible entre eux.

Je pense simplement que tu n'es pas prête à accepter qu'il ait une autre relation tant que c'était du théorique et que toi c'était concret tu le vivais bien mais maintenant que cela se concrétise tu sombres. Quand on parle d'ouverture on parle de liberté individuelle. Si tu n'es pas prête à lui laisser son espace, à séparer les moments où vous êtes ensemble et ceux où il est avec elle - même virtuellement par message - c'est que tu n'es pas faite, aujourd'hui, pour vivre en couple ouvert. Le problème c'est que de ton côté tu as déjà utilisé cette liberté donc tu te retrouves coincée et tu te sens prête à tout balancer.

Mon conseil serait donc que vous mettiez tous 2 en pause vos autres relations. Reprenez calmement vos discussions. Essayez de comprendre ce qui a fonctionné et analysez ce qui ne l'a pas pour trouver une nouvelle approche te permettant d'être plus rassurée quand il aura a nouveau une possible relation.

#

Elmarie (invité)

le vendredi 04 février 2022 à 05h41

J’entends bien.
Sauf que je ne souhaite pas lui dire d’arrêter.

J’ai arrêté la mienne hier.

J’ai l’impression d’être coincée : je ne veux pas être celle qui l’empêche, ni qui va contre lui, mais je n’arrive pas à relever la tête.

N’y a t’il pas quelque chose que je puisse faire pour supporter ça ?

#

Jack Haddy (invité)

le vendredi 04 février 2022 à 08h22

C'est un peu le problème, c'est que lorsque la machine est lancée, il est difficile de l'arrêter, de la mettre en pause, ou de la freiner. À moins que chacun-e ne le décide librement de son côté. Librement.

Parce que remplacer la jalousie de l'un-e par la frustration de l'autre ne va nécessairement arranger les bidons.

Peut-être arriveras-tu à identifier et travailler des peurs (perdre l'autre), des insécurités, des blessures qui amplifient tes désagréments. Une dépendance émotionnelle. Ça pourrait être un début.

J.

#

Elmarie (invité)

le vendredi 04 février 2022 à 08h29

D’accord.
Je travaille essentiellement ce que je montre pour l’instant. Je vais le laisser profiter pleinement. Quant à moi, et bien je vais attendre que ça passe. Voir ce que je peux «  travailler » même si pour l’instant cela me paraît insurmontable.

Merci

#
Profil

Caoline

le vendredi 04 février 2022 à 09h36

Elmarie
D’accord.
Je travaille essentiellement ce que je montre pour l’instant.

Veux tu dire que tu ne lui exprimes pas ce que tu ressens ? Si c’est bien ça, je crains que ça ne soit un très mauvais calcul qui risque de te faire accumuler de la rancune du fait qu'il ne devine pas et de creuser le fossé entre vous, sans parler de l'explosion le jour où tu ne pourras plus contenir.

La jalousie est un mot un peu fourre tout et il me semble indispensable de décortiquer pour pouvoir l’atténuer ou en venir à bout.

Une des pistes probablement pas la seule, tu dis :

Elmarie
Un jour pendant une dispute il m’a expliqué ne pas parler mariage mais cul. Souhaitant me rassurer sûrement. Sauf que je me sens mal maintenant d’être assise à côté de lui en sachant ça.

Identifies tu pourquoi tu te sens mal avec ce point :
Parce qu'il ne le fait pas avec toi et que tu aimerais ?
Parce que tu ne l'imaginais pas comme ça et que ça te dérage, ça fait baisser ton estime de lui ?
Cela vient il réveiller des douleurs dues à une insatisfaction sexuelle de ta part ou de la sienne ? Une peur de ne pas le combler de ce point de vue et donc qu'une autre soit mieux que toi ?

Tu n'es bien sûr pas obligée de répondre aux questions ici, elles sont pour toi mais si tu as envie de creuser ce sujet avec nous, n'hésites pas. Si c’est plus facile en MP tu peux aussi.

Bon courage

#
Profil

bidibidibidi

le vendredi 04 février 2022 à 10h39

Un point qui me fait réagir, c'est que tu ne supportes pas qu'il soit au téléphone avec elle en ta présence. Ce n'est pas un souci, c'est une limite que tu peux clairement exprimer. Accepter que l'autre ait une autre relation ne veut pas dire accepter une absence totale de règles. Il ne faut pas hésiter à mettre un cadre qui te permette de mieux vivre la chose (tant que le cadre n'est pas tellement contraignant qu'il empêche ton mari de vivre sa relation).

Tu parles aussi du fait que tu lui en veux de ne pas t'avoir tout dit. Je te poserai la question : Es-tu prête à tout entendre ? Si oui, alors il vaut mieux lui dire que tu préfère en parler avec lui. Ca peut être un peu contraignant pour lui, surtout si c'est le genre de chose pour lesquelles il est timide, mais ça peut permettre de retrouver votre complicité. Si par contre tu ne peux pas tout entendre, alors... ça devient compliqué.

#

Elmarie (invité)

le vendredi 04 février 2022 à 11h04

"Veux tu dire que tu ne lui exprimes pas ce que tu ressens ? Si c’est bien ça, je crains que ça ne soit un très mauvais calcul qui risque de te faire accumuler de la rancune du fait qu'il ne devine pas et de creuser le fossé entre vous, sans parler de l'explosion le jour où tu ne pourras plus contenir."

Sauf que si je ne change pas ma façon d'être, je risque de le perdre. Il finira par être lassé de mon mal être. Je lui ai déja exprimé ce que je ressentais.
Ce qu'il ne sait pas, c'est l'ampleur.

--------

"Identifies tu pourquoi tu te sens mal avec ce point :"
Je n'identifie pas. La dépendance affective est ce qui se rapproche le plus de ce que je ressens. En réalité j'ai l'impression d'être morte depuis plusieurs jours.
Notre couple était parfait. Je n'avais rien à reprocher. Sur le papier tout ça était drole, mais je n'y arrive pas. Et je ne peux pas lui dire d'arrêter. Alors je laisse faire. En esperant finir par me relever.

Je lui ai proposé de m'éloigner un peu, le laisser hier parler avec elle la soirée et que j'aille me coucher. Mais il l'a tres mal pris le lendemain. Et ca me peine encore plus : parce qu'il a bien dut s'amuser hier, mais ne supporte pas que j'essaye de vivre sans lui. Parce que j'y arrive clairement pas.

---------

"Tu parles aussi du fait que tu lui en veux de ne pas t'avoir tout dit. Je te poserai la question : Es-tu prête à tout entendre ? Si oui, alors il vaut mieux lui dire que tu préfère en parler avec lui. Ca peut être un peu contraignant pour lui, surtout si c'est le genre de chose pour lesquelles il est timide, mais ça peut permettre de retrouver votre complicité. Si par contre tu ne peux pas tout entendre, alors... ça devient compliqué."

J'ai surtout l'impression de ne pas supporter tout ca et ça me parait insurmontable. Je n'arrive pas à savoir si c'est normal. Ou si c'est juste que je ne peux pas vivre avec ca.
Et c'est moi qui ai lancé cette idée je suis coincée.

Je suis coincée et j'ai mal.

Et plus j'écris, plus je comprends qu'on ne peut absolument rien pour moi.

#
Profil

Hawkeye

le vendredi 04 février 2022 à 11h20

Tout le monde a droit à l'erreur. Mais pour faire des erreurs il faut oser essayer. Ce n'est pas parce que tu es à l'initiative de cette ouverture du couple que tu es coincée. Tout ce que tu dis ici, ton mal être depuis que lui a commencé cette relation virtuelle, tu dois le lui dire. N'essaie pas d'être plus forte que tu ne l'es, ca ne fait que retarder l'inévitable explosion. Il ne te comprend pas puisque tu lui caches tes sentiments d'où sa réaction de rejet. S'il t'aime vraiment il comprendra que tu n'es pas prête.
La question de la transparence sur les relations est propre à chacun. Certain préféreront se limiter au minimum nécessaire et refuseront que cette relation soit visible dans le couple d'origine, un peu comme un adultère autorisé mais devant rester secret, d'autres voudront tout savoir. A toi d'indiquer tes besoins en la matière et tes limites. Tu peux très bien lui dire que quand vous êtes ensemble dans la même pièce tu ne veux pas qu'il échange avec elle mais qu'à ce moment là il doit être présent pour toi.
Essaie d'ajuster afin que cela soit plus supportable et que tu te refuses à lui demander d'arrêter s'il ne prend pas de lui-même cette décision.

On ne peut que te conseiller, toi seule peut agir.

Message modifié par son auteur il y a 8 mois.

#
Profil

bidibidibidi

le vendredi 04 février 2022 à 11h34

Y a un sentiment d'urgence qui ressort de tes mots, comme si là maintenant tout de suite, il fallait que tu résolves ton mal être sinon il va partir. Alors que plus haut tu indiques avoir eu 15 ans de couple fusionnel pendant lesquels rien ne pouvait vous arriver.

J'ai énormément de mal à comprendre. Soit tu ne nous as pas tout dit (et là, tu te doutes qu'on ne peut pas bien t'aider, déjà que même si on avait toutes les informations l'écrit et le fait qu'on ne te connaît pas rend notre aide plutôt limitée), soit tu paniques et la situation est infiniment moins grave que tu ne le penses.

D'où mes deux questions suivantes :
- Y a-t-il quelque chose que tu nous caches et qui justifie ta panique ?
- Si non, ne penses-tu pas, rationnellement, que ton couple est largement capable de survivre à ça ?

#

Elmarie (invité)

le vendredi 04 février 2022 à 11h50

D'où mes deux questions suivantes :
- Y a-t-il quelque chose que tu nous caches et qui justifie ta panique ?
- Si non, ne penses-tu pas, rationnellement, que ton couple est largement capable de survivre à ça ?

1 - Je ne pense pas. C'est moi, ca me ressemble.
Oui, il ne s'est passé que ça, et oui mon couple est parfait depuis 15 ans. Mais les émotions que je ressentent...j'ai l'impression de mal respirer, j'ai des bouffées d'angoisses tout le temps, .. Dès que j'essaye de reltiviser ou me changer les idées, je me prends un coup de porte, et ca me bouleverse. Je n'ai réellement rien d'autre à raconter.
Est ce que mes émotions sont "trop" ? Je veux bien te croire oui.

2 - Mon couple peut survivre à ça, je n'en doute pas une seule seconde. Ce n'est pas mon couple qui pose probleme.

C'est moi.

#
Profil

Siestacorta

le vendredi 04 février 2022 à 11h56

Bonjour @Elmarie,

merci pour tes confidences. Tu parles de ta sensibilité est c'est toujours précieux, l'effort que quelqu'un fait pour exprimer ce qu'il ressent.

Elmarie

Tout cela est parti du fait qu’il ne m’a pas parlé de cette fille. On s’est toujours tout dit, tout. La fusion c’est réellement un fonctionnement chez nous.
Et je lui en veux.

Bon, donc si je comprends bien, ce qui se passe, c'est que tu n'avais pas intégré que cette ouverture du couple changerait la façon dont tu perçois votre intimité.

J'entends bien qu'il a fait une omission, donc un mensonge même si c'était dans un cadre "autorisé". En soi, c'était au minimum maladroit : quand on commence cette expérience de non-exclusivité, il faut beaucoup de délicatesse. C'est aussi excusable, telle que j'imagine votre relation. C'est à dire qu'aucun de vous ne sait encore ce qui est fragile, ce qui est à protéger, ce qui est juste inconnu mais pas tragique. Vous ne pouvez pas vraiment savoir, vous n'aviez jamais vécu d'incidents.

Donc d'accord un mensonge, même en relativisant son contexte.
Ce qui est plus difficile à relativiser, c'est ce qu'il révèle comme "terrain inconnu". Et surtout, il dit à mon sens quelque chose sur le terrain déjà connu.
Vous êtes fusionnels, et... même si émotionnellement je suppose que c'est parfois un équilibre de relation bien vécu, ce n'est pas en soi une qualité. "Mais c'est notre fonctionnement, toujours". Oui. Votre fonctionnement a changé. Ça ne veut pas dire que la sécurité que vous trouviez jusqu'alors ne peut pas se faire autrement.

La fusion, j'ai beaucoup de mal. Je pars de très loin, j'ai mes propres soucis avec ça.
Mais c'est pas parce que mon expérience est si totalement différente que je ne peux rien te dire d'utile sur le sujet, peut-être au contraire.
La fusion, votre relation ou tout roulait avant, je crois que c'est pas un signe que les choses sont bien comme ça. La vie bouge toujours et fait toujours changer les équilibres antérieurs. Quand la vie est inerte, c'est pas bon signe ! Je veux dire que c'est pas parce que tu as toi commencé le changement en cours que par ailleurs, votre équilibre antérieur ne portait pas déjà, dans ce fonctionnement fort, les dispositions pour bouger plus ou moins brutalement. [MODIFICATION] Tu peux te sentir "coupable" d'avoir initié quelque chose, vécu quelque chose pour toi et faire face à des conséquences... En fait culpabiliser c'est un mélange entre prendre en compte une partie de l'histoire et te donner l'illusion que tout s'explique d'un seul tenant, que c'est toi, comme ça c'est simple et on a pas à chercher plus loin, et mettant la souffrance "en territoire réservé", tu la protèges comme une nécessité... Comme ça cette souffrance peut avoir plus de force dans vos échanges futurs que la compréhension plus globale et un travail plus complet. Et peut-être que si tu n'es que souffrance le changement sera annulé, alors que si tu travailles, c'est moins clair dans ta tête. Je crois que c'est pas si simple.

Cette insécurité que tu ressens aujourd'hui existe forcément, en graine, dans ce qui fait que vous avez créé votre petite bulle amoureuse. Les bulles sont pas faites pour durer.
La sécurité que vous pourrez créer est déjà-là elle aussi. Mais dans ce moment nouveau (à suivre, je dois changer de clavier)

Message modifié par son auteur il y a 8 mois.

#
Profil

bidibidibidi

le vendredi 04 février 2022 à 12h15

Elmarie
2 - Mon couple peut survivre à ça, je n'en doute pas une seule seconde. Ce n'est pas mon couple qui pose probleme.

C'est moi.

Bon, tant mieux, quelque part. Le Titanic ne coule pas, c'est juste toi qui te noie dans ce qui paraît une piscine mais pourra un jour devenir un verre d'eau (et n'arrêtera jamais d'exister, c'est pas parce qu'on est polyamoureux depuis des siècles que toute réaction de "jalousie" disparaît définitivement, on a tous nos insécurités et apprendre à les contrôler ne veut pas dire les éliminer).
Dans ces cas là, j'ai tendance à dire : Parle !
A nous, déjà, parce qu'il semble que ça t'est plus simple. Décortiquons chaque problème, abordons chaque solution, et lentement ça devrait te permettre de mieux gérer ces angoisses. Et ensuite avec ton homme. Je pense même que ça va être un passage obligé, il va falloir que tu lui dises qu'il te fait du mal, que tu en as honte, mais que malheureusement c'est le cas. Pleure, crie, saute-lui dessus, mais préserve ton couple à chaque moment. Et lentement, vous devriez trouver vos solutions à ce problème.

On ne peut pas connaître nos angoisses avant de nous confronter à la peur. Et ce n'est pas un mal que de l'affronter, ça nous permet de grandir en autonomie et indépendance.

Siestacorta
(à suivre, je dois changer de clavier)

Tu parles tellement que tu en détruis des claviers !

Message modifié par son auteur il y a 8 mois.

#

Elmarie (invité)

le vendredi 04 février 2022 à 12h21

"Tout le monde a droit à l'erreur. Mais pour faire des erreurs il faut oser essayer. Ce n'est pas parce que tu es à l'initiative de cette ouverture du couple que tu es coincée. Tout ce que tu dis ici, ton mal être depuis que lui a commencé cette relation virtuelle, tu dois le lui dire. N'essaie pas d'être plus forte que tu ne l'es, (...)
Essaie d'ajuster afin que cela soit plus supportable et que tu te refuses à lui demander d'arrêter s'il ne prend pas de lui-même cette décision.

On ne peut que te conseiller, toi seule peut agir."

En réalité je me sens coincé et je cherche plutot un produit miracle.
Je crois que je n'avais pas dosé ce que ca allait me provoquer. Mon couple peut survivre à ça, tres franchement carrément. Mais ce que ca me procure.. On dirait que je suis face à un films d'horreurs, que j'anticipe les moments durs et que mon coeur s'emballe en permanence, emmenant avec lui mes larmes et mon bonheur.
Je pese mes mots.
Je ne vais pas bien.

Mais je ne veux pas lui enlever ça, parce que je considere qu'il n'a finalement, rien fait de mal. Hors de question de le punir. Et en lui disant de continuer malgré mes mots (parce qu'on a beaucoup parlé), je pense que je me punis de réagir ainsi.

T'sais, j'ai l'impression de rien controler, de ne plus retrouver celle qu j'étais avec ces mois de discussion. Je comprends pas..

#

Elmarie (invité)

le vendredi 04 février 2022 à 13h20

Je sais bien que mon couple peut survivre à ce genre de changement. Il ne survivra pas à mon comportement et ce que je ressens. Ça par contre c’est sûr.

J’entends ce que l’on me dit : la bulle explose. Et je ressens bien tout ça comme un deuil : crise d’angoisse, l’impression de tomber… je pense que j’assiste à la mort de mon couple comme il était. Et ma dépendance à mon chéri y est forcément pour quelque chose.

Mais je ne vois pas comment «  soigner » ça.
Il refuse que je m’éloigne.
Il refuse que je prenne du temps toute seule car «  rien ne doit changer ». Sauf que TOUT a changé.
Peut être pas comme lui l’imagine mais pour moi et mes insécurités ça change tout.

Je sais pas si je suis très clair en réalité.

#
Profil

Siestacorta

le vendredi 04 février 2022 à 14h18

(suite de ce post, que j'ai d'ailleurs modifié avant de continuer)

La sécurité que vous pouvez créer est déjà-là elle aussi. Mais dans ce moment nouveau, elle ne se base pas sur une confiance impensée, qui vivait dans la continuité de votre "roman relationnel" (dans le sens, l'histoire de votre couple telle que vous vous la racontez et la racontez aux gens (rencontre, ce qui s'est bien passé tout de suite, ce que vous avez résolu ensemble...)).
Là c'est un autre chapitre. Pour comprendre ce qui s'écrit, tu dois justement lâcher prise sur le fait que c'est pas seulement toi qui écris sur des choses que tu connais bien. Ça peut être un beau chapitre quand même, et tu découvriras ensuite que tu auras participé aussi à ces bons morceaux.

J'ai quelques questions :

- tu es terrifiée, tu culpabilises et tu te fermes (et là c'est pas encore une question, mais une remarque : impossible que ça aide à avancer. Boude autant que t'en as besoin, mais à un moment faudra communiquer, d'où mes questions, le but est de faire un premier tri pour que ça puisse avoir du sens). Je pense que le premier moment de peur a été cette incommunication lors de sa rencontre. Ce premier moment-là, "il m' a pas dit" compte beaucoup pour comprendre tes émotions d'aujourd'hui. Demande-toi : quels scénarios catastrophes te passent par la tête au moment où cette peur de l'inconnu t'a touchée ?

- tu parles de "relation fusionnelle" et ailleurs de "dépendance affective". Je crois que tu devrais vraiment bouquiner sur ces termes, voir si ce qui se dit dans des articles un peu développés décrit des situations qui te parlent. En attendant, je table sur la peur comme alarme dans un changement fort. Les alarmes, c'est pas rien, ça s'écoute. Mais le danger, ici, n'est pas encore tout à fait une réalité toxique (ça peut le devenir si tu attends. Et même si ton couple survivrait à une explosion à retardement, est-ce qu'il sera pas en meilleur forme si, au lieu de laisser une crise éclater en disant "je le sentais, je le sentais !!!!", ne s'en tirera pas mieux en disant "ok j'ai peur maintenant et il faut qu'on travaille maintenant" ?)
La vraie question derrière ça, pour moi, c'est de savoir qu'est-ce qui tu considères comme fragile en toi et/ou dans le couple dont votre "fonctionnement" fusionnel vous a protégé avant ?

- a savoir par ailleurs que tu n'es visiblement pas la seule à avoir des insécurités. Tu dis que le fait que tu aies rencontré une femme (et donc pas un homme) a été "assez facile pour lui à gérer". Hon-hon... Je vais pas m'appesantir plus sur le fait que, wé, c'est bizarre le très petit nombre de situations où un mec dit qu'il fait une non-exclusivité homosexuelle en se disant qu'en plus c'est cool ça va rassurer sa compagne. Brrref. Mais ça pour dire que lui ça va il est confort là c'est plus facile, apparemment. Menfin pourquoi maintenant que toi tu as quelque chose de difficile à gérer, c'est toi et seulement toi, mais lui si lui avait quelque chose de plus dur à gérer, ce serait aussi ta responsabilité ? Pourquoi ne pas lui en donner un peu maintenant ?

- tu dis que tu as été titillée par une perspective de non-exclusivité, et qu'il y a eu de longues conversations. Qu'est-ce qui vous intéresse, en vrai ? A quelle(s) occasion(s avez-vous pensé "pourquoi pas" ?
Dans la même continuité : 15 ans de relation. Vous aviez quel âge la première année ? Quelle expérience ?

Bon, pour finir, un petit outil pratique, sans le côté prise de chou (désolé)
Indépendamment du travail d'introspection que je crois nécessaire, tu peux aussi te donner le temps de respirer, pour que les émotions pénibles te laissent la place de réagir toi-même plutôt qu'avec juste ces émotions, le temps de penser et de vivre un peu aussi.
Je recopie texto ce que j'ai déjà conseillé à quelqu'un ici.

- l'accueil de l'émotion (illustré en BD). En gros, il s'agit de regarder l'émotion par ses effets physiques sur toi (où tu ressens ce que tu ressens), pour que le système d'alerte arrête de hurler que tu ne fais pas ce qu'il faut. Bon, les 4 cases sur "le point karaté" me parlent pas du tout, mais le reste, j'ai expérimenté, et je m'en sers encore régulièrement avec succès. J'ai l'anxiété facile, pour tout et rien, et prendre ce temps là m'aide vraiment à faire un premier tri entre le mauvais trip et le moment présent sans surcharge.
- la cohérence cardiaque, je te conseille les foncionnalités gratuites de l'appli Kardia. Il s'agit tout bêtement de respirer régulièrement, en suivant des vibrations (et ou des sons et ou des lumières) du téléphone. Tu peux entrer dans la pratique quotidienne, 3 exercices de 5 mn par jour, et/ou utiliser les réglages de "relaxation" pendant une dizaine de minutes. Pousse pas tes inspirations à fond, hein, laisse les se calmer.
Moi, mon réglage relaxation (9mn à 4,25, tu verras sur l'appli) me fait toujours l'effet d'avoir pris un genre de bonne douche mentale, délassante et impactante sur l'humeur.

Voilà. Courage.

Message modifié par son auteur il y a 8 mois.

#
Profil

Siestacorta

le vendredi 04 février 2022 à 14h21

bidibidibidi
"Siestacorta
(à suivre, je dois changer de clavier)"


Tu parles tellement que tu en détruis des claviers !

Exactement. Certains claviers fuient à mon approche.

#
Profil

bonheur

le vendredi 04 février 2022 à 14h27

Bonjour Elmarie,

Une émotion ne dure pas. Si elle dure, voire qu'elle est omniprésente et envahissante, ce n'est plus de l'ordre de l'émotion. C'est plutôt une intrusion involontaire.

Pourquoi une émotion reste ? Parfois, c'est parce que l'on trouve finalement "refuge" en elle. Parfois, c'est le cerveau qui obnubile. Certainement également d'autres motifs, je ne suis pas une professionnelle du sujet.

En revanche, une émotion ne se "soigne" pas. L'humain est ainsi. L'angoisse n'est pas une émotion proprement dit, c'est plutôt une conséquence d'une peur. Un peu comme la queue de la comète. Sans cette longue trainée derrière, certainement qu'elle passerait inaperçue. Ce que tu décris me fait penser à cela.

Personnellement, je n'ai pu devenir poly, qu'après avoir fait le deuil de mon couple "tel qu'il était". Et mon chéri de vie, demeurer mono pour sa part, a fait aussi le deuil de sa vision de notre couple "tel qu'il était".

J'avais été tenté d'indiquer que "ça ne changeait rien", sauf que si. Ce n'est pas que ça change, c'est que rien ne sera plus jamais pareil. Même dans les moments de vie où je n'ai pas d'autres relations, je ne suis pas celle d'avant.

C'est plus l'état d'esprit modifié, qui ponctue le changement. Et ce que je peux affirmer, c'est que le changement, avec ou sans freins, résistances, aura lieu. Indiquer que rien ne change, est une façon de se rassurer. Tu as tes angoisses à ta façon, et je suppose lui a les siennes, d'une autre façon.

Le comportement est ponctuel. Il ne peut de toute façon pas perdurer. Au lieu de résister, de t'en vouloir, de te fustiger, accompagne ce changement. Laisse toi porter par lui. Les tensions s'évaporeront petit à petit. Contrôler ? Il n'y a pas pire, pour certaines personnes. Pour moi, en tout cas. Tu peux lire le descriptif de mon profil, qui va en ce sens. Ne te débat pas, flotte !

#

Elmarie (invité)

le vendredi 04 février 2022 à 14h33

Je vais tout d’abord répondre à tes questions. Et je te remercie grandement de prendre du temps. J’ai moins l’impression d’être seule.

- «  quels scénarios catastrophes te passent par la tête au moment où cette peur de l'inconnu t'a touchée ? »
Je l’ai connu jaloux, parlant d’un amour sincere, de flammes jumelles et me répétant sans cesse que nous ne faisions qu’un et n’avions besoin de personne. Aujourd’hui si. Il y a d’autres personnes entre nous. Je n’arrive pas à vivre avec bonheur ça. Je suis même extrêmement malheureuse. Pourtant je suis l’initiatrice. Non il n’a pas besoin d’une autre amoureuse. Mais ressens le besoin de faire sa deuxième jeunesse et nouer une relation d’attachement. A la base j’avais ouvert pour lui. Parce que je suis engagée pour la cause masculine. Difficile à développer ici sur un message mais voilà.

- «  La vraie question derrière ça, pour moi, c'est de savoir qu'est-ce qui tu considères comme fragile en toi et/ou dans le couple dont votre "fonctionnement" fusionnel vous a protégé ? »

Telle est la question. Je me reconnais grandement dans les questions à se poser pour tabler sur ce «  diagnostic ». Je m’adapte aux gens. Je n’ai jamais été réellement moi. Je m’adapte et n’ai jamais été seule. D’ailleurs être seule est impossible pour moi. J’aurais adoré méditer. Mais me retrouver seule avec moi même c’est comme me mettre un coup de couteau dans le ventre : je me vide de to je ce que je regrette, aurait aspiré, mes erreurs etc. J’ai commencé à chercher des bouquins dessus. Mais dur de ne pas tomber dans de la psycho de comptoir.

-« Pourquoi ne pas lui en donner un peu maintenant ?« 
En réalité ça va plus loin. Je n’ai pas le «  droit » à voir des hommes. Est ce que j’en ressens le besoin ? Amoureux non. Mais amical oui. C’est sûr. Je n’ai jamais eu d’amie femme. Pas d’atomes crochus.
Mais j’ai été en accord avec ça. Je n’ai pas le droit de voir des hommes. Il n’a pas le droit de développer des sentiments. Ou en tout cas si ça démarre il doit m’en parler et on arrête. Je veux bien qu’on me juge : je suis là pour ça.

-« Qu'est-ce qui vous intéresse, en vrai ? A quelle(s) occasion(s avez-vous pensé "pourquoi pas" ?
Dans la même continuité : 15 ans de relation. Vous aviez quel âge la première année ? Quelle expérience ? »
On s’est rencontré à notre toute petite vingtaine.
J’ai lancé le sujet car notre couple étant vraiment parfait, avant, notre sexualité se portait vraiment bien. Et je sais qu’il a souffert plus jeune d’un manque de confiance. Je souhaitais pouvoir l’aider à se construire une image et une assurance. Mais aussi, sexuellement parlant, je peux tout lui apporter. Sauf la nouveauté. Je pensais notre couple solide pour qu’il puisse avoir cette vie la, avec moi, sans tout briser.

En terme d’expérience, rien. Du tout. Il a été et est encore de nature très jaloux en ce qui concerne les hommes autour de moi.
D’où «  l’interdiction ».

Pour la fin de ton message merci énormément.

Concernant la bulle de notre couple que je vois exploser, je me répète. C’est ça. J’ai l’impression d’avoir perdu un être cher. Je vis la même chose. C’est inarretable. Et sans prévenir. En permanence.

#

Elmarie (invité)

le vendredi 04 février 2022 à 14h50

Merci de tes mots bonheur.

En réalité je sens totalement cela.
Mais je me bats seule pour essayer de l’acquérir.

«  Rien ne changera,
C’est juste à côté ça ne change rien à nous deux
Ça ne change rien à nos vies »

Etc
Il pense en permanence que rien ne change. Pour lui sûrement.
Je veux bien me laisser porter. Mais j’ai plus l’impression de me noyer que de flotter ..

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion