Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Petite histoire positive pour les monos qui doutent de leurs efforts...

Témoignage
#

yoyoland (invité)

le vendredi 13 novembre 2015 à 16h04

Bonjour à tous,

me revoilà après de nombreuses remises en questions de l'intérêt de faire un effort sur un évènement que je n'ai ni provoqué, ni souhaité au départ.

Pour rappel, mon conjoint est tombé amoureux d'une autre. Une femme avec laquelle au passage je m'entend merveilleusement bien. On est très différente et pourtant tellement semblable sur certain point, certaine valeur, c'en est presque troublant.
Il ne faut pas croire, après 7 mois j'ai encore l'effet "montagne russe" (l'intimité partagé est encore difficile mais je me soigne ;-)), et même si je sais que j'aurai des moments moins, les moments plus, sont tellement plus. Tout ça c'est grâce à mon chéri qui ne cesse de me rassurer, de me parler, d'être patient. Les discussions sont intenses, parfois on se dit des choses qui ne sont pas agréable à entendre mais nous avançons. Malgré des moments très très difficile pour moi, j'ai décider de me battre et de rester. De prendre sur moi et de comprendre ce qu'il vit et ce que ça change pour moi.
Eh bien cela ne change rien du tout. Il est toujours là, me respecte et m'aime et je crois plus encore. La peur de perdre et la plus difficile à gérer/lâcher/accepter. Mais depuis que j'ai pris conscience que si je partais je le faisais pour MOI et MON bien être, bizarrement (c'est de la rhétorique bien sur) j'ai moins peur. Je prends les choses qui viennent comme du plus.

Dans mon cas, ce qui me plombait c'était de ne pas avoir de contact avec cette femme. Elle n'osait pas me relancer car elle se sentait responsable de mon mal être et moi j'avais peur qu'elle cherche plus avec mon chéri et du coup je n'avais pas envie de la voir. Eh bien nous avons découvert que si leur relation à eux leur était indispensable, eh bien nous aussi nous avions besoin de nous voir pour vivre tout cela le plus sereinement possible. C'est probablement ce point tout particulier mon équilibre!!!

J'ai encore beaucoup de travail à faire sur ma confiance en moi mais je crois qu'au final on a tous à y gagner.
Parallèlement un homme me plait (aie aie aie). Pourtant, je suis si difficile à la base. Il faut croire qu'être autant aimer rayonne sur les autres et donne envie de tenter l'expérience ;-). J'ai laissé quelques sous-entendus se glisser dans nos conversations sans pour autant tout dévoiler. Il a quelqu'un dans sa vie qu'il aime très fort et je ne voudrais pas les perturber avec ce type d'évènement. C'est tout de même une sacré introspection à faire et je n'en pense pas tout le monde capable. Laissons faire le temps....

Bref, tout ça pour donner une petite note positive à tous les monos qui font la démarche comme moi d'affronter ce bouleversement, cette tempête, pour trouver un nouvel équilibre. Vous pouvez y arriver!!! C'est dur, ça fait mal, ça ne part pas d'un coup de baguette magique mais ça s'adoucit avec le temps.

Et à tous les nouveaux poly qui annonce cette "terrible" nouvelle à votre amour, soyez patient, ne cessez de rappeler que vous l'aimez, sans cela, ça ne pourra pas fonctionner.

Voilà, je trouvais important de dire également quand les choses allaient bien car on a tendance à ne parler de ce qui nous fait mal. Moi la première en venant sur ce site il y a quelques mois ;-)

Courage à tous ceux qui se donnent de la peine d'être heureux

Y.

#
Profil

gdf

le vendredi 13 novembre 2015 à 16h39

Cool, merci pour ce message, c'est important de raconter ce qui marche, pas seulement ce qui ne marche pas !

Gdf

#
Profil

oO0

le vendredi 13 novembre 2015 à 16h55

Merci beaucoup pour ces bonnes nouvelles :) Bravo et bonne continuation !

#
Profil

Siestacorta

le vendredi 13 novembre 2015 à 17h30

Very merci, et compliments pour le travail sur toi-même, et pour l'écoute.

yoyoland
La peur de perdre et la plus difficile à gérer/lâcher/accepter. Mais depuis que j'ai pris conscience que si je partais je le faisais pour MOI et MON bien être, bizarrement (c'est de la rhétorique bien sur) j'ai moins peur.

Tu veux dire qu'en prenant conscience que tu aurais la capacité de décider de partir, que ce serait un choix de bien-être comme on en fait d'autres, et pas un choix uniquement lié au conflit, tu as pu voir l'ensemble de la situation comme une décision que tu peux prendre plutôt que quelque chose de subi ?

Ou le "faire pour MOI" s'oppose à une autre perception encore, et alors, laquelle ?

#
Profil

dva2tlse

le vendredi 13 novembre 2015 à 19h50

Bonjour à tous, et bonjour ou bonsoir yoyoland,
C'est absolument fabuleux, ton histoire; enfin je n'en connais pas le début puisque je lis assez rarement le forum, et ne t'avais pas encore lue, toi; mais je me suis reconnu poly il y a peu, il y a quelques années seulement, enfin on m'a reconnu tel, puisque j'avais raconté n'avoir éprouvé strictement aucune jalousie à voir la mère de mes enfants s'éprendre d'un collègue à moi; j'étais même content pour elle et pour eux; c'est tellement super d'être amoureux.
Puis les circonstances de la vie nous ont tous séparés ou éloignés, et ma nouvelle nana que je viens d'épouser n'a pas assez d'activité horizontale avec moi, ni debout ni en biais d'ailleurs, et j'envisage d'aller voir ailleurs. Mais je ne veux pas la tromper grossièrement, ni lui mentir alors que je ne sais absolument pas le faire, et n'en ai pas la moindre envie; donc ton témoignage me redonne espoir; j'étais à deux doigts de faire exactement comme ton mari, en l'assurant continûment de mon amour que je sais ne pas décliner à l'avenir. (je suis dingue d'elle, et VIVE LA MARIÉE !)
Donc tu risques d'avoir un jour sur la conscience une poly par force, qui deviendra peut-être une poly active par la suite comme toi si le grand horloger le veut bien.
David

#
Profil

bonheur

le vendredi 13 novembre 2015 à 20h24

Yoyoland
Eh bien cela ne change rien du tout. Il est toujours là, me respecte et m'aime et je crois plus encore.

Oui, plus encore... c'est en effet ce qu'il faut pour qu'un couple mono-mono devienne mono-poly. C'est l'amour qui importe, dans comme en dehors du couple. Mais oui, tellement plus au sein du couple initial :-D (+) .

Yoyoland
C'est tout de même une sacré introspection à faire et je n'en pense pas tout le monde capable. Laissons faire le temps....

Oui, ne pas se "transformer" en poly sans cela. Le temps a toujours son importance dans la création d'un nouveau lien, surtout si on désire qu'il soit pérenne.

#

Yoyoland (invité)

le samedi 14 novembre 2015 à 12h55

"Tu veux dire qu'en prenant conscience que tu aurais la capacité de décider de partir, que ce serait un choix de bien-être comme on en fait d'autres, et pas un choix uniquement lié au conflit, tu as pu voir l'ensemble de la situation comme une décision que tu peux prendre plutôt que quelque chose de subi ?"

Oui exactement et se fut périlleux car je n avais pas envi de partir mais je me disais que si le temps ni faisais rien, il n y aurait d autre choix pour avancer.

C est assez paradoxal de sentir ce "courage" monter pour décider de partir et finalement se sentir mieux avec cette situation particulière ensuite. J ai Eu une réflexion pour moi et plus pour nous. C est là la grande différence je pense.
En tous cas je me sens plus légère qu avant. C est pas si mal :-)

#
Profil

oO0

le dimanche 15 novembre 2015 à 17h15

@Yoyoland,

j'imagine que ta vie s'arrête tout doucement d'être un yoyo entre partir et rester.

En te donnant le droit que cela puisse ne pas aller, de partir, j'imagine que c'est là que tu as pensé pour toi. En assumant ton désir de rester dans le même temps, j'imagine encore que c'est là que tu as pensé autant à toi qu'à vous. Je ne sais pas si c'est paradoxale, mais en avançant sur ces deux possibilités, tu t'es laissée libre autant de partir que de rester. Personnellement, je n'ai jamais oublié que j'étais libre de partir, ce qui fait que je me suis souvent senti tout aussi libre de rester. Là, cela relève pas mal de l'état d'esprit.

yoyoland
Bref, tout ça pour donner une petite note positive à tous les monos qui font la démarche comme moi d'affronter ce bouleversement, cette tempête, pour trouver un nouvel équilibre. Vous pouvez y arriver!!! C'est dur, ça fait mal, ça ne part pas d'un coup de baguette magique mais ça s'adoucit avec le temps.

Et à tous les nouveaux poly qui annonce cette "terrible" nouvelle à votre amour, soyez patient, ne cessez de rappeler que vous l'aimez, sans cela, ça ne pourra pas fonctionner.

Voilà, je trouvais important de dire également quand les choses allaient bien car on a tendance à ne parler de ce qui nous fait mal. Moi la première en venant sur ce site il y a quelques mois ;-)

Courage à tous ceux qui se donnent de la peine d'être heureux

Y.

Je me permets de te citer, simplement parce que je pense que les conseils que tu tires de ton expérience me semblent juste. J'aime aussi beaucoup l'état d'esprit de mettre en avant ce qui va.

#

Yoyoland (invité)

le lundi 16 novembre 2015 à 15h13

Merci :-)

#

LeCielEstBleu (invité)

le mardi 17 novembre 2015 à 13h14

Quelle bouffée d'air que de te lire! Je lis et relis même plusieurs fois ton témoignage pour me donner un peu de courage... Je n'ai pas réussi apparemment à rassurer mon homme aussi bien que ton compagnon a su te rassurer. Nous voilà momentanément (?) dans une impasse où ma relation avec un autre n'a pas pu être acceptée (vécue sereinement), où l'autre s'est retiré dans sa coquille d'escargot et où mon homme et moi nous retrouvons un peu hébétés, moi malheureuse, lui malheureux de me voir malheureuse et de ne pas avoir pu vivre ce changement. Et pourtant, je crois comme tu le dis que nous aurions tous les deux eu beaucoup à y gagner. Et je ne me sens pas du tout à l'aise dans la situation telle qu'elle est. Lui non plus d'ailleurs. Il n'y a bien sûr pas de recette miracle, mais comment as-tu réussi, toi, à dépasser ton angoisse première?

#

Yoyoland quoique (invité)

le mardi 17 novembre 2015 à 18h36

Bonjour,
Eh bien je crois que plusieurs facteurs sont à l origine de cette évolution:
- il ne m a jamais menti ( ce point est très très important pour moi). Je suis capable de tout entendre donc j attends des autres de l honnêteté. Ceux qui me connaissent en tous cas. Pour les nouvelles relations je leur dit assez rapidement voir tout de suite que ce point est non négociable.
- nous avions déjà eu plusieurs discussions sur le fait de "voir ailleurs" mais sans conscience que certain le vivait. Ca c était la théorie, la belle théorie
à une année lumière de la pratique :-)
- le fait que je connaisse cette femme et de savoir qu elle ne voulait pas me voler mon conjoint mais juste l aimer.
- peut être un peu aussi parce que j ai déjà ressenti une attirance plus plus pour quelques hommes dans ma vie et un particulièrement en ce moment.
- et en me mettant à sa place: très difficile cela dit.

En fait c est une combinaison de facteurs très personnels mais le plus important est le fait qu il n a jamais cessé de me prouver son amour et ceci sans que cela soit de la compensation.
Quand j ai des moments moins, rien que de discuter avec lui me rebooste!

Et puis si nous prenons toutes la mesures des événements qui se passent depuis quelques année, l amour est le seul remède.

J espère que ta situation se débloquera et que ton mari s apaisera.

#

LeCielEstBleu (invité)

le mercredi 18 novembre 2015 à 10h24

Merci Yoyoland Quoique (!) de ta réponse. Parmi les différences entre nos situations, il y a peut-être le fait que tu te sentes prête toi aussi à vivre d'autres relations, ce qui n'est pas du tout le cas de mon compagnon.
Mais surtout, nous n'arrivons pas à sortir en ce moment d'un schéma tout noir / tout blanc, où: soit j'abandonne cette autre relation et suis malheureuse, soit il accepte ma relation et est malheureux. Il doit pourtant pouvoir y avoir entre ces deux états bien réels tout un tas de nuances, mais elles ne nous sont pas accessibles... Je cherche....

#
Profil

oO0

le mercredi 18 novembre 2015 à 14h04

LeCielEstBleu,

Brel disait : "La liberté, c'est le droit de se tromper." Je ne pense pas qu'il l'entendait au sens d'avoir des liaisons, mais de l'échec.

Ce que je remarque chez Yoyoland, c'est qu'elle s'est laissée la liberté que cela ne marche pas, de partir si cela ne marchait pas. Cette liberté peut prendre d'autres formes comme celle d'"échouer". Vous avez essayé de vous donner la liberté d'avoir d'autres relations que la vôtre, cela n'a pas marché comme prévu. Si je me rappelle bien, tu t'étonnais que l'honnêteté et la sincérité puisse occasionnée une situation aussi malheureuse pour chacun, chacune. La réalité, particulièrement affective, échappe à la volonté. Vous êtes tous trois restés honnêtes et sincères dans votre démarche. Ce n'est pas rien, c'est beau, même si c'est une beauté malheureuse ... pour l'instant.

Ce que je peux partager de mon expérience où mes relations ont été le plus souvent semi-ouvertes, c'est de sortir d'un sentiment d'échec, d'accepter la réalité affective en jeu. Rien de tel que la réalité pour se réaliser. Personnellement, je ne sais pas comment j'ai fait, mais je n'ai jamais vu le fait que les personnes avec qui j'étais ne se sentait pas disposées à ouvrir notre relation comme un échec, mais simplement l'expression de leur réalité affective. Cela évite, déjà, une culpabilité, cela laisse à l'autre la liberté de s'éprouver comme il/elle s'éprouve. Ce n'est pas la liberté attendue, mais c'est déjà une forme de liberté. J'ai de ce point de vue l'impression que, même s'il n'est pas disposé à ouvrir votre relation, ton compagnon te laisse libre de t'éprouver dans le sens où il ne veut pas te culpabiliser d'éprouver ce que tu éprouves pour ton ami. C'est déjà une forme de liberté non négligeable qui ne va pas de soi, je t'assure. De même, ton ami est sensible à la souffrance que peut éprouver ton compagnon.

Tu cherches, soit, je t'invite à regarder ce que vous avez déjà trouvé, d'apprécier le chemin déjà parcouru, notamment en termes de vérité entre vous. La vérité n'est pas toujours agréable ou simplement évidente à accepter. Il faut prendre les joies où elles sont dans ce qu'il y a de malheureux. Je pense que ce qui vous rend si tristes, c'est que vous avez fait de votre mieux. Soit, ce chemin ne vous a pas conduit où vous vouliez, mais vous avez fait jusqu'ici de votre mieux.

Imagine votre vie sans ce chemin, vous en comprendrez peut-être mieux la valeur.

#

LeCielEstBleu (invité)

le jeudi 19 novembre 2015 à 09h00

Ta réponse a ouvert une porte "magique" et je t'en remercie. Elle me permet de faire un pas de côté, de voir les choses non plus comme un affrontement, mais comme un chemin à parcourir. Ensemble si possible, lentement, avec précaution, en s'appuyant sur ce qui est. Je veux aller dans ton sens et dans le sens du titre de ce fil (que j'ai un peu pollué, pardon...): il y a toujours une petite histoire positive quand on avance dans le respect de ce qu'on est et de ce que sont les autres...

#
Profil

oO0

le jeudi 19 novembre 2015 à 18h44

Je ne pense pas du tout que tu as pollué ce fil. Tu es venue avec une attente de positif, confirmant à Yoyoland que ce qu'elle partage répond à une attente.

Si tu arrives à voir ce qu'il y a de positif dans votre histoire au-delà de ce qu'il y a de tragique, c'est génial.

LeCielEstBleu
... il y a toujours une petite histoire positive quand on avance dans le respect de ce qu'on est et de ce que sont les autres...

Parfois, un même élément pèse des deux côtés dans la balance. Ce qui est tragique, c'est que votre honnêteté et votre sincérité n'est pas récompensée selon vos attentes, mais d'un autre côté vous y resté fidèles malgré ce qu'elle vous en coûte. Cela démontre une certaine force dans l'épreuve et une belle écoute de vous-mêmes entre vous. C'est pas le seul élément du genre.

Message modifié par son auteur il y a 4 ans.

#

Celeste (invité)

le mardi 24 novembre 2015 à 18h45

Je vous lis... Mercredi dernier, par mail, j'ai reçu un article que celui que j'aimais comptait publier... Son manifeste... "Je suis polyamoureux". Il comptait le publier sur son blog, mais trouvait que " ça nous concernait", que c'était le nœud de notre relation... À première lecture, un coup au coeur, à seconde lecture, une plaie ouverte... Un sentiment d'être abusée, trahie, salie dans mon amour et ma confiance... Et pour cause l'exclusivité, c'était ma demande claire avant que nous ne commencions... Je ne m'y attendais pas... Un mail reçu à 13h02 mercredi dernier... Soudainement, il se sentait polyamoureux, avait des amis polys désormais, avec qui il avait parlé de nous... Le mensonge, même par omission reste un mensonge, et il ne faut pas prendre à la légère le mal que ça peut faire... C'est destructeur... En lui souhaitant tout le bonheur du monde dans la voie qu'il se choisissait, j'ai mis fin à notre relation... Je reste avec un goût amer dans la bouche. Je ne suis pas poly amoureuse, et je sais que je n'aurais pas supporté cette idée de vivre avec un polyamoureux, je me serais condamnée au malheur... Mon ressenti, sans critique, ni jugement... Parfois il faut être lucide, et honnête, surtout avec soi. Je vous avoue mal comprendre ce que certains sur ce blog semblent souffrir, même si je souffre en l'état évidemment. Enfin le message c'est ne pas "mentir" ou "se mentir", se respecter, c'est à ne jamais oublier.Et aussi que parfois, on a beau aimer, on ne peut tout accepter sous couvert de cet amour, surtout si c'est contre sa nature profonde.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion