Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

De la théorie à la pratique… un fossé ? un ravin !

Témoignage
#

yoyoland (invité)

le lundi 04 mai 2015 à 13h32

Bonjour à tous,

eh oui, je suis la énième à parcourir votre site en long, en large, et en travers à la recherche de réponses, d'expériences et de pistes pour nourrir ma réflexion, et mon cas.
Voilà, je suis en couple depuis 15 ans, un enfant en bas âge, un boulot passionnant, des amis et surtout un mari que j'aime et qui m'aime très fort (je le crois ;-)).

Mon conjoint a toujours eu des amiEs. Je l'ai toujours laissé sortir avec elles et je n'ai jamais été jalouse. Nous sommes toujours restés très libre dans nos relations sociales. La règle d'or dans notre couple, la transparence. Si l'un a une question, l'autre dois y répondre. Et ça a toujours bien fonctionné. Ces amitiés n'ont jamais évolué en plus mais je voyais bien qu'avec certaines c'était, disons, plus tendre et plus profond. Et je men accommodait car cela n'a jamais changé la nature de ses sentiments pour moi, au contraire, je le sentais encore plus amoureux. Nous avons plusieurs fois abordé l'idée de couple libre sans savoir que cela "existait" vraiment et que c'était un mode de vie adopté par d'autres. L'idée était séduisante, car ce n'était qu'une idée ;-)))

Mais voilà, je ne serais pas ici si les choses n'avaient pas évolué.
En effet, mon conjoint a rencontré une femme. Au début ce n'était qu'amical mais moi je sentais (eh oui), qu'avec elle se serait différent. J'aurai aimé me tromper. Après de nombreuses discussions, je voyais bien qu'il (et elle de sont côté) désirait que cela devienne plus sérieux. Et paf, il me dit qu'il a des sentiments amoureux pour elle. Evidement, je me prend un immeuble sur la tête. Je pensais peut être naïvement que cela n'arriverait jamais.... il me rassure et on rentre dans un cycle de discussions, ou il me rassure que son amour pour moi n'a pas changé, même au contraire depuis que j'ai accepté cette situation.
Effectivement, j'ai toujours su que nous avions un fonctionnement un peu particulier, moins traditionnel. Et la notion de polyamour, puisqu'il faut le nommer, était/est quelque chose de séduisant dans ce monde constamment conventionné, limité et contrôlé. Je déteste les cadres bien établis, ça m'ennui.

Mais voilà, j'ai beaucoup de mal a accepté qu'il ai des relations avec une autre. Quelle égoïste et hypocrite je fais, n'est ce pas ;-)
L'imaginer avec elle dans les relations intimes me bousculent, me mettent mal à l'aise. Avant, là où nous discutions beaucoup, je n'ai plus envie de lui dire ce que je ressens. Probablement pas peur de le déranger, et pour éviter l'embêter avec "mes" problèmes. Puisqu'après tout j'ai accepté que son histoire évolue, je ne peux m'en prendre qu'à moi-même. Quand il la voit, je refuse qu'il me touche, m'embrasse même, ça me dérange. Quelle sensation horrible, d'être dérangé par un baisé de son conjoint.
Et le petit plus, sinon ce ne serait pas drôle, c'est que je connais bien cette femme. Je l'apprécie même beaucoup. Elle a voulu que nous discussions de cela récemment car elle était soucieuse de ce que je pouvais ressentir. Elle m'a dit qu'elle arrêterait tout si cela devait me rendre malheureuse. Et moi de lui répondre: " si avec le temps je ne supporte vraiment pas cette situation, c'est moi qui le quitterai. Il est comme il est et je ne veux pas lui imposer un choix. Je le prendrai pour lui". Je n'aimerais ne pas en arriver là, mais si je dois à un moment me protéger, je devrais le faire.

J'aimerai vraiment vivre tout cela de façon plus sereine. Je sais que le problème vient de moi, mais quoi??? je me pose la question. Un jour, tout va très bien, l'autre c'est l'angoisse, de vrais montagnes Russes, je déteste.

J'aimerai être libérée de ce poids et peut être moi aussi m'ouvrir à d'autres relations. Mais pour l'instant, impossible. Tant que je n'ai pas réglé cela, je ne pourrais pas, se serait combler un manque. Ce n'est pas du tout comme ça que je conçoit ce style de vie. Je ne sais plus ce que je veux, ou pas. Ce que je suis prête à sacrifier (si sacrifice il doit y avoir), ou pas.

Merci pour vos précieux conseils
bien à vous

#

fred_lutin (invité)

le lundi 04 mai 2015 à 13h59

Bonjour,

Cela fait combien de temps que ses "sentiments amoureux" sont reconnus explicitement ?

Je me demande si la partie que tu as du mal a accepter, ne serait pas que le fruit de la "norme sociale" ou "morale courante", rendue plus visible ici. Tu acceptes le reste, pour lequel tu dépasses donc la norme sociale (semble-t-il). N'as tu pas besoin d'un peu plus de temps ou d'un peu plus de détachement pour dépasser aussi la norme sur la partie visible -- pas visible au sens ou il y a un observateur présent pour voir, mais au sens ou elle est physique, et que tu sembles de la représenter mentalement, et avoir du mal à l'accepter car ce n'est pas la vision normale prévue par nos normes sociales? c'est ce que je ressens dans ton message, et je me dis qu'il pourrait falloir du temps pour accepter cette partie qui découle bien naturellement du reste (que tu sembles accepter et bien vivre, sauf mal être caché?)

Bon courage.

#
Profil

Boucledoux

le lundi 04 mai 2015 à 16h24

Hello Yoyo et d'abord welcomme.

je vais te faire part comme ça en vrac des deux trois reflexions qui me viennent comme ça à la lecture de ton post sur deux trois aspects de ce que tu racontes.

D'abord " j'ai beaucoup de mal a accepté qu'il ai des relations avec une autre. Quelle égoïste et hypocrite je fais, n'est ce pas". Même avec un smiley clin d'oeil après ;) , non, surtout pas. C'est difficile, c'est douloureux, c'est normal, tu n'as surtout pas à culpabiliser là dessus. Beaucoup de polyamoureu-ses-x ressentent de la jalousie à un moment ou à un autre, surtout au début, quand il s'agit de passer de la parole (facile) aux actes concrets. Si on choisit de vivre ce mode de vie ou de l'expérimenter, la bonne manière de le traiter ce n'est surtout pas ni de culpabiliser ni de le nier. C'est de l'accepter, de l'intégrer, de comprendre comment dealer avec.

Peut-être d'abord de comprendre ce que ça déclenche en toi. La jalousie ce n'est pas mal. Le plus souvent c'est le symptome très sain de quelque chose qui ne va pas, d'une peur intérieure à gérer. Peur de la transgression de "la norme sociale" comme dit fred_lutin, mais aussi éventuellement, peur de l'abandon, du désamour, de ne plus être la personne la plus spéciale pour ton partenaire, que sais je... 36 milles autres trucs. C'est peut-être ça qu'il faudrait que tu explores d'abord. Qu'est ce qui résonne en toi, qu'est ce qui fait mal, qu'est ce que ça touche comme point douloureux.

Et ça c'est souvent à deux que tu peux le faire. Du coup, je suis aussi interpellée par "là où nous discutions beaucoup, je n'ai plus envie de lui dire ce que je ressens". Il n'y a pas de recette pour faire marcher le polyamour, mais il y a quand même deux ou trois trucs que d'expérience on peut te dire comme essentiel et le premier c'est la communication avec ton partenaire.

D'abord parce que ta douleur est légitime et si vous voulez continer à construire c'est important qu'elle soit prise en compte. Ensuite parce que c'est peut-être là, dans cette communication que tu peux trouver toi une partie des réponses à ton mal être. Enfin, parce que ton partenaire, s'il est un minimum responsable et respecteux (ce que je suppose à priori faute d'information contraire), a besoin de ça aussi pour gérer sa partie dans votre relation.

Dernier point, une hypothèse qui vaut ce qu'elle vaut, tu diras ce que en pense : parlant de ses relations passées, tu dis "Et je men accommodait car cela n'a jamais changé la nature de ses sentiments pour moi, au contraire, je le sentais encore plus amoureux." Est ce que ce ne serait pas ça qui change ? l'impression que cette relation est spéciale par rapport à ce qui à pu se passer avant mais surtout qu'elle a un impact sur la nature de votre relation à vous ? Dans ce cas, est ce que vous en avez parlé sous cet angle ? Peut-être que c'est là dessus que tu as besoin de parler avec lui, d'être rassurée et de trouver ce qui te donne cette impression ?

bon courage, amitié et bises,

#
Profil

Boucledoux

le lundi 04 mai 2015 à 16h32

Si tu lis l'anglais, j'ajoute un lien vers l'excellent article de Franklin Veaux Fixing the refrigerator: How to deal with jealousy

#

yoyoland (invité)

le lundi 04 mai 2015 à 16h53

Merci de vos réponses.
C'est marrant (façon de parler), parce que je ne ressens pas de jalousie. J'ai effectivement une boule au ventre quand je les imagine ensemble mais je n'identifie pas ça à de la jalousie (je me trompe peut être). Peut être ai-je peur que cette relation prenne de plus en plus d'ampleur et qu'elle finisse par devenir plus importante que notre histoire à nous?!?
Ses sentiments envers moi n'ont pas changé, au contraire, il veut me prouver tous les jours qu'il m'aime et ce même si il a une amoureuse à côté. J'apprécie ses efforts et je sais que c'est sincère et qu'il ne se force pas. J'ai bien compris qu'il ne s'agit pas de vase communiquant et que l'amour qu'il lui porte ne m'en enlève pas. Alors quel est le problème me direz-vous!!! Eh bien j'aimerai bien le savoir.

Son histoire est devenue plus sérieuse (intime) depuis environ un mois. Et je pense que c'est cette intimité partagée avec une autre qui me dérange le plus. Peut-être qu'il ne s'agit que d'une histoire de temps.
J'ai bien assimilé la théorie mais dans la pratique, eh bien.... c'est plus dur, vraiment plus dur!!!
;-)

#
Profil

Boucledoux

le lundi 04 mai 2015 à 17h06

yoyoland
Merci de vos réponses.
C'est marrant (façon de parler), parce que je ne ressens pas de jalousie. J'ai effectivement une boule au ventre quand je les imagine ensemble mais je n'identifie pas ça à de la jalousie (je me trompe peut être).

en tout cas ce que tu décris y ressemble quand même très fort. (Boule au ventre, réaction de rejet, etc.) ;)

Peut être ai-je peur que cette relation prenne de plus en plus d'ampleur et qu'elle finisse par devenir plus importante que notre histoire à nous?!?

et ça tu arrives à en parler avec lui ? A lui dire ce que tu ressents et tes peurs ?

Autre question, est ce que vous avez discuté de vos limites, de vos besoins, de ce que vous sentiez possible ou pas pour l'un et l'autre ? de la place que peut prendre cette relation dans votre quotidien et de ce que vous devez garder à vous deux ?

Message modifié par son auteur il y a 4 ans.

#

yoyoland (invité)

le lundi 04 mai 2015 à 17h28

oui il semble que la clé soit de discuter de cela avec lui et je le sais.
Mais je me dis qu'à trop le solliciter, ça risque de l'ennuyer et surtout de faire tourner nos discussions toujours autour de ça, alors que l'on a un enfant, une vie de famille, des boulots, etc.
Je me dis également que c'est plus mon problème que le sien. Que comme lui est certain de ce qu'il veut vivre, à moi de m'adapter...ou pas et de là prendre une décision plus "définitive". Ce que je ne veux surtout pas.
C'est pour ça que je prends beaucoup sur moi, mais je risque de saturer à un moment.
Mon soucis finalement, c'est ce fameux lâché prise dont tout le monde parle. Et j'imagine qu'on doit se sentir tellement bien si on arrive jusque là. C'est juste que ce chemin semble encore long. Un peu comme dans Shining et ses couloirs qui s'allongent au fur et à mesure que l'on avance;-)
Mais je dois bien avouer que rien que d'écrire ce que je ressens allège un peu mon coeur!!!
Alors merci de me lire et de me répondre....un petit pas de plus!!!

#
Profil

Boucledoux

le lundi 04 mai 2015 à 17h39

yoyoland
Je me dis également que c'est plus mon problème que le sien. Que comme lui est certain de ce qu'il veut vivre, à moi de m'adapter...ou pas et de là prendre une décision plus "définitive". Ce que je ne veux surtout pas.

ben lui non plus apparement ne veut pas. Donc c'est un peu son problème à lui aussi non ? Et il me semble qu'une solution qui consisterait à ce que l'un s'adapte à l'autre au détriment de ses propres besoins, dans quelque sens que ce soit, c'est aller au casse pipe. C'est à mon avis donc plutôt à vous de trouver une solution qui vous convienne à deux. Par contre, ça nécessite que chacun-e sache d'abord pour soi ce qu'il-elle veut vivre, ses envies, ses besoins et ses limites. Et ça par contre, pour la partie qui te concerne, il peut peut-être t'aider mais c'est ton taff à toi :)

Mais je dois bien avouer que rien que d'écrire ce que je ressens allège un peu mon coeur!!!
Alors merci de me lire et de me répondre....un petit pas de plus!!!

:)

Message modifié par son auteur il y a 4 ans.

#
Profil

Angita

le lundi 04 mai 2015 à 17h39

Bonjour,
Je vous suis depuis tout à l'heure... :)
Parle-lui à chaque fois que tu en as besoin. C'est votre couple à tous les deux.
Ne laisse pas la souffrance user ton amour surtout.
Et tu sais, même au bout de quelques mois, tu as encore des moments "down". Il faut les accepter et faire en sorte que ça remonte vite ! Le mental est vital.
Courage et bravo pour ton ouverture d'esprit. Ne lâche rien !

PS : quand tu auras trouvé un chéri, tu auras un mieux, crois-moi ;)

#

yoyoland (invité)

le lundi 04 mai 2015 à 17h48

oui vraiment un grand merci.
C'est pour ça que je me suis lancée, toujours de bons conseils sur ce site.

Trouver un chéri? ahahah
Je pense c'est plus sage que je gère ce problème avant. Une chose après l'autre.
ça risque de faire trop d'émotions d'un coup ;-)

Merci encore pour tout. À moi de lancer une discussion avec mon amoureux!!!! au boulot

#
Profil

Nurja

le mardi 05 mai 2015 à 06h31

yoyoland
oui il semble que la clé soit de discuter de cela avec lui et je le sais.
Mais je me dis qu'à trop le solliciter, ça risque de l'ennuyer et surtout de faire tourner nos discussions toujours autour de ça, alors que l'on a un enfant, une vie de famille, des boulots, etc.
Je me dis également que c'est plus mon problème que le sien. Que comme lui est certain de ce qu'il veut vivre, à moi de m'adapter...ou pas et de là prendre une décision plus "définitive". Ce que je ne veux surtout pas.
C'est pour ça que je prends beaucoup sur moi, mais je risque de saturer à un moment.

Je pense que c'est quelque chose qui vous concerne tous les deux et pas seulement toi. Et, comme tu le dis si bien, à "prendre sur toi", tu risques de saturer. S'adapter, cela se fait à deux.
Oui, ça ne doit pas devenir votre seul sujet de conversation, mais c'est normal que cela soit un sujet de conversation entre vous : il y a un changement dans votre relation donc des adaptations à faire.

#
Profil

Leolu

le mardi 05 mai 2015 à 17h59

yoyoland
" si avec le temps je ne supporte vraiment pas cette situation, c'est moi qui le quitterai. Il est comme il est et je ne veux pas lui imposer un choix. Je le prendrai pour lui". Je n'aimerais ne pas en arriver là, mais si je dois à un moment me protéger, je devrais le faire.
(...)
Je ne sais plus ce que je veux, ou pas. Ce que je suis prête à sacrifier (si sacrifice il doit y avoir), ou pas.

Ce "lâcher-prise", dont on parle pour vaincre la jalousie, me semble illusoire tant que subsistera un espoir de "retour à la normale".

Les couples qui ont le moins de problème avec la non-exclusivité amoureuse sont ceux qui ont connu une certaine lassitude conjugale, ou ont tous les deux une vraie curiosité externe, ou ceux dont la conviction philosophique de liberté conjointe est tellement forte qu'ils arrivent à dépasser leurs "tripes" pour accepter puis admirer le bonheur de leur conjoint, même sans eux.

Et puis il y a ceux qui ne croyaient plus en leur couple, lequel était au bord de la rupture, et qui voient cette "dispersion" d'un air détaché et décomplexé. Au point d'y trouver une complicité nouvelle et de se rapprocher à nouveau sur ces nouvelles bases, forts de la découverte de tout ce qui les unissait encore. La jalousie n'a plus lieux d'être, tout ceci est dépassé, et on redécouvre l'individualité qui était leur, avant la fusion amoureuse.

C'est donc une question de "verre à moitié plein" ou de "verre à moitié vide". Le jaloux foncier voit le verre à moitié vide et espère le voir rempli de nouveau. Le polyamoureux, lui, voit le verre à moitié plein... mais aussi, à côté, un autre verre à moitié plein : deux fois plus de bonheurs ;) !

C'est l'espoir qui maintient la jalousie.

Il faudrait donc ne plus espérer voir revenir l'aventureux, mais au contraire se réjouir de ses retours réguliers, lui qui n'est plus obligé de le faire parce que réellement libre.

Il faudrait donc ne plus avoir à compter sur lui pour vivre, le considérer comme définitivement perdu (même s'il revient toujours) et retrouver sa propre indépendance sentimentale. "Mon couple est mort. C'est fini". "Ah tiens ? Non... Il revient toujours. C'est donc qu'il n'est pas entièrement à elle, chouette !"

Ainsi, la jalousie (sentiment de manque) s'atténuera et le plaisir de la re-rencontre (sentiment de re-découverte) la remplacera.

Franchement, je ne vois que cette façon d'envisager les choses pour combattre une jalousie foncière que n'arrive pas à combattre une raison décidément pas assez forte ;-)

#
Profil

bonheur

le mardi 05 mai 2015 à 18h07

livre "vertus du polyamour" de Yves Alexandre Thalmann.

#
Profil

sanglier83

le mardi 05 mai 2015 à 21h15

Le problème est récurrent . Il pourrait s'intituler :"sortir de l'ego"
Plus facile à dire qu'à faire, bien sûr, mais il faut voir l'amour non seulement comme une relation interpersonnelle, mais aussi comme un art de vivre global . Le polyamour en est un cas particulier .
Si l'on parvient à vivre suivant cette recherche du bonheur de tous, les relations avec X ou Y s'en trouvent dédramatisées . On est sur cette voie du non-attachement chère aux bouddhistes .

#

Yoyoland (invité)

le mardi 05 mai 2015 à 21h27

Bonsoir,
Alors je me suis peut être mal exprimée (fort possible), mais cette façon de vivre, de faire évoluer notre couple est une décision prise à deux. Certes il s agissait de quelque chose de plus réelle pour mon conjoint car en début de relation avec cette femme, mais j étais partante, curieuse. De plus nous ne traversons aucune crise, pas de remise en cause de notre couple, juste envi d arpenter d autres chemins.
Nous ne voyons pas cette voie comme moyen de résoudre quelconque ennui. Il m est arrivé en 15 ans d avoir des "coup de cœur" pour d autres hommes, mais sans y répondre. Probablement trop jeune et trop "conventionnelle" ;-)
Je pense également être assez forte pour y arriver.
Pour moi, je ne veux pas me dire que c est fini, pour être heureuse quand je le vois rentrer à la maison tout amoureux de moi. Ce n est pas comme ça que j envisage cette situation. Me satisfaire du retour de mon homme. Non vraiment pas.
Ce que je souhaite, c est être pleinement sereine avec tout ça. Je m exprime mal, mais j ai de la peine à ordonner tout ça encore :-))

#
Profil

Nurja

le mercredi 06 mai 2015 à 06h27

Leolu, je ne conçois pas du tout le polyamour comme toi. On dirait que tu le prends comme quelque chose quand ça ne fonctionne plus, pour moi, c'est justement une preuve que la relation va bien, qu'on la sent solide, qu'on ne craint pas que quelque chose d'extérieur ne la brise.

Yoyoland, je ne peux que te conseiller d'en discuter avec ton conjoint. Pour que vous puissiez trouver ensemble un fonctionnement qui vous convienne à tous les deux.

#
Profil

bonheur

le mercredi 06 mai 2015 à 09h40

Je crois que mon opinion va certainement trancher avec ce qui est dit. Je pense que dans le polyamour, il y a des personnes qui peuvent vivre ou reconnaitre pleinement la polyaffectivité (amours sentimentales plurielles) et ceux qui peuvent vivre ou reconnaitre pleinement la polysexualité (amours définis comme essentiellement dans la sexualité) et ceux qui peuvent vivre ou reconnaitre pleinement ces deux "notions" différentes de ce qui s'appelle l'amour (à tort à mon avis).

Yoyoland peut vivre la situation en reconnaissant l'amour affectif que son "homme" peut avoir pour d'autres femmes. Par contre, bien qu'acceptante au départ par curiosité, elle ne peut pas vivre la polysexualité de son "homme" sereinement et pleinement.

Aussi, comme ces trois personnes se connaissent, Yoyoland a cette impression, qui est réaliste, d'être mise à l'écart (elle est celle qui attend le retour de l'autre).

Yoyoland
Ce que je souhaite, c est être pleinement sereine avec tout ça. Je m exprime mal, mais j ai de la peine à ordonner tout ça encore :-))

Oui, c'est indispensable que tu sois le plus sereine possible avec tout ça. Non tu ne t'exprimes pas mal et je trouve que tu ordonnes très bien tes ressentis. Peut être, je dis bien peut être, te sentir plus intégrer à leur relation (faites vous des restos par exemple) et demander à ce que leur lien soit essentiellement affectif et non sexuel (si c'est possible) t'aiderai peut être.

Je dis bien peut être. Comme le dis Nurja, en discuter. Trouver un équilibre qui convienne à chacun-e

#

(compte clôturé)

le mercredi 06 mai 2015 à 10h39

Bonjour Yoyoland,

je distingue la jalousie-envie et la jalousie-angoisse. Pour avoir connu les affres de la seconde qui semble être celle que tu vis; outre le fait de plussoyer aux conseils déjà donnés (communication, ne pas culpabiliser de tes émotions, ne pas prendre de décision radicale toute seule...), je te donnerai les suivants:
-te renseigner sur le prochain café poly dans la ville la plus proche et y aller. Sans que je sache pourquoi, c’est quelque chose qui m’a vraiment soulagé et rapidement, donc à essayer.
-voir ton médecin: on est bien d’accord, ce n’est pas la solution, mais souffrir, travaillée par des émotions douloureuses appelle a minima que tes symptômes soient pris en compte et soignés. L’acidité gastrique, ça se soigne, les bouffées d’angoisse aussi.

Tigre

#

yoyoland (invité)

le mercredi 06 mai 2015 à 11h48

oui je pense que c'est cette jalousie-angoisse plutôt. Mes douleurs au ventre sont passées...heureusement, c'est très douloureux, physiquement.
Alors nous avons discuté, sereinement, et il m'a demandé d'arrêter de lui cacher ce que je ressens pour l'épargner. Il voit que je ne suis pas tout le temps "happy" et sait que ça provient de cette situation. Il veut savoir quand je vais mal pour qu'il puisse m'aider à passer cette période. C'est assez chouette je dois dire car il est vraiment à mon écoute.
Ils en ont également parlé les deux et vont ralentir le rythme pour que je m'adapte en douceur. C'est très délicat et attentionné de leur part, j'apprécie beaucoup.
Mais c'est vrai que c'est un sacré chamboulement dans une vie qui finalement fonctionnait très bien. Si les choses évoluent en ce sens et que j'y trouve mon compte, je suis persuadée que c'est formidable.
Il n'y a pas assez d'amour autour de nous, je le vois avec certains de nos amis en couple façon métro-boulot-dodo. Leur vie est faite d'automatismes qui ne nous conviennent définitivement pas le moins du monde.
Le chemin sera long je le sais et même si il y a encore des moments "moins", ils sont un peu plus "gérable" à chaque fois...
Le ravin se transforme gentiment en fossé. Puis un jour ce ne sera qu'une jolie petite rivière où j'aurai pied et peut être que là, j'aurai envie de me baigner ;-)
Merci à tous pour vos précieux conseils et votre écoute.

#
Profil

bonheur

le mercredi 06 mai 2015 à 12h49

Bravo Yoyoland, tu as compris tellement. Bravo à ton homme et cette tierce personne. Je te souhaite de te baigner nonchalamment le moment venu, libre, sereine, heureuse... et eux avec toi.

Oui, il n'y a pas assez d'amour autour de nous...

Ce que tu dis sur ton constat de la société me fait penser au refrain de la chanson de Michel Violet "jouer le jeu"

....
Tu seras toujours un prisonnier
Tu seras toujours récupéré
Tu ne dois plus baisser les yeux
Tu ne dois plus jouer le jeu
....

Je crois en cela, ne plus baisser les yeux et ne plus jouer le jeu

Message modifié par son auteur il y a 4 ans.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion