Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Que faire face à des manipulateurs toxiques, à des violences ?

#
Profil

bonheur

le lundi 29 juin 2015 à 10h19

Je croyais que l'objectif d'un pseudo était justement l'anonymat. Statut d'invité ou pseudo sans renseignement, ça change quoi au niveau de ce que l'individu dit ?
Si un post de ...(invité) est dérangeant, il sera "signaler", autrement je ne vois pas en quoi ça dérange.

#

... O0o ... (invité)

le lundi 29 juin 2015 à 14h00

La suspicion est un cercle vicieux, un serpent qui se mange la queue. Elle se nourrit des peurs, des erreurs des autres et même ce qui n'en est pas, soit des intentions ou des actions appropriées à une situation passe pour encore pire : des bonnes intentions et des bonnes actions déguisées, bref, une duperie ou encore, une supercherie, soit encore des actes de manipulations qui se cachent derrière les apparences de la moralité.

Le cercle vicieux de la suspicion peut se retrouver également dans la jalousie et se traduire par un besoin insatiable de fouiller la vie de l'autre pour déceler le moindre signe de quelque chose de malsain à même de fonder les peurs. En attendant, tout ce qui peut être sain passe pour inauthentique et ne peut donc favoriser une relation saine. Bien évidemment, la situation devient malsaine, ce qui renforce le sentiment de quelque chose de malsain.

Je connais ce genre de situation depuis la fin de mon adolescence, la majeure partie de ma vie affective a fait l'objet de ce genre de suspicion. Il y a un motif sain derrière la suspicion, un besoin de se protéger, mais le bénéfice du doute de la présomption d'innocence disparaît sous l'emprise de la peur de sorte que le doute ne vaut que dans un seul sens, celui qui alimente la peur. La seule porte de sortie de la peur est alors de démontrer à tout pris qu'elle est fondée.

L'exercice du doute est nécessaire, mais ce n'est pas possible d'avoir des réponses à tous ses doutes, de tout savoir. C'est là que se pose la question de croire ou non, soit quand les limites du savoir sont atteintes. Croire une personne constitue toujours un risque, mais il y a cependant l'illusion de pouvoir éradiquer tout doute par le savoir. Après, une confiance aveugle ne vaut guère mieux et mieux vaut garder les doutes pour ce qu'ils sont, des doutes et donc des risques.

Les questions qui se posent en définitif sont celles de savoir si le risque en vaut la peine et si c'est possible de se permettre d'assumer cette prise de risques si ceux-ci se réalisent.

Lorsque je dis que peu importe la moralité d'une personne lorsqu'il s'agit d'évaluer le sens de ses propos, le risque me semble minime. Le sens d'un propos reste sensé peut importe qui l'énonce. Tant que cela reste une pure évaluation du sens, qu'une telle évaluation n'implique aucune action, il n'y a pas de risques. Dans l'action, l'évaluation du sens se traduit par l'évaluation des risques, mais il n'y a pas de risque zéro et attendre un tel seuil revient d'office à rester dans l'inaction du discours. Pour ma part, j'évalue ma situation en dehors de l'action, sans enjeu, mais je peux me tromper royalement.

S'il y a un enjeu, c'est juste de faire passer le sens de mon propos. Il faut pouvoir raisonner ses doutes car au-delà d'une certaine limite, cela devient de plus en plus irrationnel.

Le doute, la peur, ça se marie très bien. Cela s'épouse même parfois avec une passion follement exclusive de tout autre état affectif susceptible de briser leur union fusionnelle.

Hum, cela devient déplacé. Je nuance, c'est aussi important de pouvoir prendre en compte l'ensemble de ses états affectifs et ne pas céder à la fascination du pire qu'exerce certaines unions. Sinon, la perception de sa propre réalité affective se fait à l'exclusion d'autres états pourtant tout aussi réels. Or une telle exclusion ne peut que conduire à un état de déséquilibre affectif puisque celui-ci se retrouve privé d'autres ressources affectives.

Cela donne quoi l'évaluation des risques dans ce genre d'état ? Quel degré d'insécurité en découle ? D'où vient alors cette insécurité ? Est-ce que cela m'arrive de me taire ?

... O0o ...

#
Profil

Juliejonquille

le lundi 29 juin 2015 à 16h13

Sibyllin le message précédent, invité, j'avoue que je ne comprends pas vraiment.
Tu veux dire que certaines personnes se servent du prétexte de la manipulation pour foutre en l'air leur relation ? Ou tu parles de l'intervention de Scott ?

Je reviens de ma première séance chez le psy et ouf, je suis tombée sur quelqu'un de compétent et capable d'entendre parler de polyamour, relations plurielles et manipulation.

On a parlé de moi, décortiqué sans jugement, en partant des faits, sans charger personne et très vite le mot manipulation est sorti. J'ai pourtant tout adouci, en me remettant en question, en trouvant plein d'excuses. La psy a posé des questions pour recentrer à chaque fois sur le concret. J'aurais préféré m'être trompée, voire même que ce soit moi.

J'ai bien aimé le fait que la psy m'encourage à vivre dans l'instant sans trop projeter sur l'avenir, à me faire confiance et à travailler sur moi, elle ne me pousse pas à rompre ou à me sauver. (Une amie qui veut m'aider me ferait partir sur le champ.)

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#

... O0o ... (invité)

le lundi 29 juin 2015 à 17h17

@ JulieJonquille,

je ne pense pas que mon message puisse te concerner, tu as justement la tendance inverse de retourner les doutes sur toi. Après, il est possible que par un mouvement de balancier ces doutes se retourne contre la personne avec qui tu es en relation. Tout ce que je te souhaite alors, c'est de pouvoir vous éviter l'emprise de la fascination du pire, l'union fusionnelle de la peur et des doutes à l'exclusion de tout autre état affectif.

Sinon, mon message s'adressait plutôt à Scott et surtout en réponse à Bonheur pour expliquer la gêne de Scott à propos de mon anonymat. Plus généralement, c'était l'occasion de soulever la question du rôle de la suspicion. Ce n'est qu'une explication possible où je peux me tromper, encore une fois, royalement notamment avec Scott. J'ai cependant pour ma part clairement le sentiment de faire l'objet de suspicions, de retrouver pour la nième fois le costume du croquemitaine ou de l'abominable homme des neiges. Quelque part, c'est normal après l'expérience que j'ai partagée, mais jusqu'où est-ce normal ?

A part çà, je ne sais pas ce que je ferais dans ta situation.

Pour ma part, j'ai souvent accepté que l'autre avait ses propres combats à mener quand il ne s'agissait pas des miens comme cela semble être, ici, ton cas. Vivre avec une autre personne, c'est accepter - jusque dans une certaine mesure - que la personne puisse avoir ses propres combats avec tout ce que cela peut impliquer de la fuite en retraite à la victoire ou la défaite. J'ai ma propre manière de me tenir à distance, à ne pas rentrer dans le rôle de thérapeute de mon partenaire. Ce genre de rôle modifie complètement une relation de sorte à ce que la relation devienne souvent impossible : être en relation avec son thérapeute est rarement bénéfique. Puis le rôle du malade, du médecin, ... Après, je ferais tout de même la différence entre une personne toxique et une personne qui véhicule des comportements toxiques.

#
Profil

ScottBuckley

le mercredi 01 juillet 2015 à 17h02

@ à ( trois points invité ) : non, peu importe, d'ailleurs lui non plus affirme qu'il n'a pas d'enfant, ni même de femme (son enfant et elle apprécieront)

#
Profil

coquelicot

le mercredi 01 juillet 2015 à 18h24

Ce qui est derangeant ici c est que les "invités " sont de plus en plus nombreux et qu on a l impression d etre sur un dialogue de sourds !

J ai le vague souvenir d invités qui n ont pas compris qu une adresse IP peut etre bloquée meme en tant qu invité en tant qu anonyme pas si anonyme que ca .....

on a meme parfois la vision de quelq un qui se repond a lui meme ....

alors a quoi bon repondre puisque puisque c est comme un match de tennis mais tout seul contre un mur !

On respecte l anonymat et le non besoin de s inscrire , mais ca donne pas envie de repondre a quelqu un qui ne s investit pas qui ne donne pas l impression d etre tout a fait la !

Peut etre estce aussi cela de la manipulation....

Il y a aussi le cas de certains qui croient que a travers l ecriture on ne reconnait pas la patte de l auteur .....

Alors voila , il fait chaud on a pas trop d energie et on vas pas gacher le peu qu il nous reste a rentrer dans des debats steriles ......ou presque !

Bon courage a la marmotte qui passe un temps fou a veiller sur tout ce petit monde

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#

... (invité)

le mercredi 01 juillet 2015 à 23h29

Au risque de me répéter, je n'ai pas d'enfant et, oui, je n'ai pas de femme ... du moins à ma connaissance.

J'ai essayé de donner un contrepoint de vue qui n'est pas du tout évident à donner, après vous en faites ce que vous voulez : profil typique de manipulateur, etc.

#
Profil

LuLutine

le jeudi 02 juillet 2015 à 00h19

coquelicot
Il y a aussi le cas de certains qui croient que a travers l ecriture on ne reconnait pas la patte de l auteur .....

Tu veux dire que quand Grangiens poste un message, on voit la différence entre toi ou moi ou PolyEric ? :P

Mince alors, moi qui pensais passer incognito ! :D

#
Profil

coquelicot

le jeudi 02 juillet 2015 à 00h30

Eh oui ma belle tu es grillée
Tout le monde reconnaît ta prose
Mes vers
Et la papatte de PolyEric

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion