Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Je n'arrive pas à accepter qu'il ait envie de fonder une famille avec une autre

Famille
#
Profil

chonchon78

le mercredi 24 janvier 2018 à 22h50

Depuis la dernière discussion de l'eau a coulé sous les ponts et j'ai mené ma petite expérience de poly débutante.
Mon amoureux, S., avec qui je vis depuis 13 ans et avec lequel nous avons deux enfants d'à peine 2 ans, vient de se faire quitter par son autre amoureuse car elle ne supportait plus que ce soit compliqué pour moi et que ça provoque des tensions au sein de notre couple.
Je leur avais demandé de faire une pause dans leur histoire car ils allaient plus vite que moi...elle lui parlait bébé alors que ça faisait pas six mois qu'ils étaient ensemble, j'ai été dépassée, d'autant plus que S. n'était pas clair sur ce sujet et me laissait comprendre qu'il pourrait l'envisager aussi. Et ils l'ont fait, deux semaines. Et puis nous avons beaucoup parlé, j'ai fait un travail sur moi même et nous avons décidé ensemble qu'ils reprenaient leur relation amoureuse.
Et le temps passant, S. a fini par me reparler du fait que ça lui avait traversé l'esprit, qu'il avait imaginé avoir un enfant avec elle. Et là tout est parti à vau l'eau...j'ai pété un plomb, j'ai fait plusieurs crises de nerf, à ne plus pouvoir me contrôler car il ne pouvait pas comprendre que ce soit une limite pour moi. A bout de force j'ai décidé de partir, de le quitter car je ne pouvais plus supporter ces engueulades quasi quotidiennes, toujours à buter sur ce même sujet. Il a refusé que je le quitte en me disant "c'est pas parce que ça me traverse l'esprit que je vais le faire". A force de persuasion j'ai accepté qu'on essaie de continuer en nous promettant l'un l'autre de ne plus jamais aller jusqu'à tant de violence entre nous.
Tout ça pour vous dire que je n'arrive pas à lever cette barrière. La seule limite à mon bonheur serait qu'il ait un bébé avec une autre. Il peut bien faire ce qu'il veut mais c'est viscéral, pas un bébé. Pas tant que je suis là à vivre avec lui, j'en souffrirai trop.
Est-ce qu'une femme ayant déjà des enfants avec quelqu'un n'a pas cette limite et a accepté que son amoureux ait un autre enfant avec un autre? Je sais que ça ne changerai rien à ce que je ressens profondément mais j'aimerai juste un témoignage de quelqu'un pour qui ça marche s'il-vous-plaît?

#

Point Technique (invité)

le mercredi 24 janvier 2018 à 23h57

chonchon78
Depuis la dernière discussion

C'est bien de faire comme ça plutôt :

Depuis la dernière discussion

(quand tu créé un article t'as pas forcément accès à la mise en forme, mais tu peux le faire en faisant "modifier", en bas de ton texte)

#
Profil

artichaut

le jeudi 25 janvier 2018 à 00h17

Une question :
- Est-ce que tu as rencontré son amoureuse ? (Puisque dans l'autre fil, tu dis qu'elle est poly, ça devrait être possible…) Si oui, que dit-elle de tout ça ?

#
Profil

Caoline

le jeudi 25 janvier 2018 à 11h28

Je n'ai pas de témoignage dans le sens que tu demandes mais dans celui contraire, il ne s'agit pas de mon histoire mais d'une amie de coeur. Cela dit, l'enfant n'a était qu'une des gouttes d'eau, dans une relation poly qui n'a jamais été respectueuse de tous. En fait la deuxième femme ne me semble pas poly et a tout fait pour faire éclater le couple initial, y compris faire un enfant sans l'accord du père (ok je pense aussi qu'il aurait du prendre ses précautions vu la personnalité de la seconde compagne). Elle a fini par gagner, je pense que c’est mieux ainsi pour mon amie.
Si votre histoire poly est sereine, respectueuse, je pense que ça peut fonctionner mais il faut bien discuter tous ensembles de vos ressentis,vos limites, l'organisation...
Par rapport au fait d'y penser mais de ne pas forcément être prêt à le faire, là je peux témoigner personellement. Je me souviens m'être dit "c'est dommage que je ne veux plus d'enfant, j'aurais aimé pouvoir partager ça avec lui aussi, si il en avait envie, pour qu'il voit que j'ai un engagement avec lui aussi fort qu'avec mon premier compagnon". Ce qui était très loin de la concrétisation mais y penser oui, je le faisais régulièrement.

Bon courage

#
Profil

Yuzu

le jeudi 25 janvier 2018 à 19h07

Je suis dans une situation similaire à la tienne ( deux enfants en bas âge et polyamour déclaré après un certain temps de vie commune exclusive)

Il a abordé le sujet avec moi aussi.
Je me suis étonnée de prendre la chose de manière très froide et distante en ne cherchant que le côté organisation. Car de toute façon si un bébé devait arriver je ne pourrais pas leur demander de l'avorter. ( je n'en veux pas pour moi donc je ne le l'imposerai à personne)

Pour le moment je lui demande qu'ils se protègent donc normalement pas de risque, d'autant plus qu'elle est encore jeune et ne semble pas encore dans cette optique ( bien que ça ne veuille rien dire , ayant moi même débuté très tôt)
Je suis toujours partie du principe que demander les réactions en dehors de la situation réelle impliquait que la réaction imaginée ne correspondra pas forcément à la réaction réelle. Donc je ne m'avance jamais.

Je suis actuellement dans la phase de tentative d'acceptation de son polyamour . Je ne sais même pas si j'arriverais à accepter complètement la situation d'aujourd'hui.

J'imagine que si ça devait arriver je serais particulièrement blessée car il me dit qu'il ne souhaite plus avoir d'autres enfants et s'il accepte pour elle, ça me ferait sans doute me sentir rejetée.

La situation est un peu différente aussi je pense car son amoureuse est mono comme moi donc j'imagine qu'elle le voudra pour elle seule...

Je suis également preneuse de témoignages où ce cas de figure serait arrivé pour voir niveau de l'acceptation, de l'organisation.
Pour moi, tous les enfants ont un besoin égal de leur père et sans habiter ensemble c'est compliqué au niveau de l'organisation, de l'aide pour s'occuper des enfants, l'éducation etc.
Une situation de "garde alternée du papa" me semble assez horrible dans la théorie : autant arrêter tout...
La solution idéale dans le monde des bisounours étant que tout le monde s'entende pour le mieux et vive ensemble ...

Message modifié par son auteur il y a un an.

#
Profil

Camille_B

le jeudi 25 janvier 2018 à 19h16

Bah, en vérité, un "polycule" soudé c'est un peu la situation idéale pour élever des enfants dans le monde actuel totalement structuré autour de la famille nucléaire ( et souvent éclater ), c'est retrouver d'une certaine manière la logique de la famille comme village.

C'est drôle parce que peu de temps avant d'acter le polyamour dans notre couple mon épouse et moi discutions de savoir s'il y aurait un quatrième enfant. Et je me souviens lui dire, à la fois sur le ton de la blague mais aussi en partie sérieux : "ok, mais il faudrait que ce soit avec une autre femme ou toi avec un autre homme parce que là moi j'en peux plus XD".

Je veux dire par là que c'est moi qui m'occupe la plupart du temps des enfants, mon épouse ayant un boulot qui l'occupe beaucoup, et qu'avec trois enfants j'ai atteints la limite de ce que je peux gérer sans être totalement épuisé ;)

Bon, le problème ne s'est jamais posé à dire vrai. Mais on en a parlé une ou deux fois et on est pas contre l'idée en théorie. Le principal problème, pour moi, c'est d'arriver à supporter les critiques de l'entourage ( famille, école etc. ). On peut faire comme si on s'en fout, mais déjà que c'est pas facile de faire un coming out polyamoureux "standard", mais quand il y a des enfants dans l'histoire j'imagine que ça doit être assez infernal.

#

BeBledja (invité)

le vendredi 26 janvier 2018 à 00h08

Pour moi, tous les enfants ont un besoin égal de leur père et sans habiter ensemble c'est compliqué au niveau de l'organisation, de l'aide pour s'occuper des enfants, l'éducation etc.
Une situation de "garde alternée du papa" me semble assez horrible dans la théorie : autant arrêter tout...

Ben écoute, là on débute l'expérience : notre enfant a sept mois, on vit séparément, c'était prévu comme ça depuis le début, et ça se passe très bien pour le moment : on sep débrouille pour habiter à proximité, je passe la moitié de la semaine chez eux, et je dépanne quelques heures à une journée quand il y a besoin, et c'est trop chouette.

A priori, au fur-et-à-mesure du sevrage, cet enfant passera de plus en plus de temps avec/chez moi, en fonction des besoins et des envies des uns et des autres, et on compte bien s'organiser pour continuer à habiter pas trop loin (comprendre le même petit village ou la campagne immédiatement environnante) pour faciliter les choses.

On parle même d'en faire un deuxième dans les mêmes conditions. :)

#
Profil

Yuzu

le vendredi 26 janvier 2018 à 08h11

Quand on raisonne dès la naissance pour le fonctionnement pourquoi pas, mais là mon aîné a sept ans et est déjà en interrogation et triste quand son père rentre tard/ va chez des ami(e)s.
Quand les enfants ont vécu d'une certaine façon c'est peut-être plus compliqué de modifier et même s'il a d'autres enfants je leur/lui souhaite vraiment qu'ils puissent en profiter dès le début ( s'apprivoiser mutuellement est plus facile au début /-) )
Il y a pour la nouvelle maman ( moi ou elle) que c'est important aussi : bébé est souvent plus difficile le soir que le matin et la journée. Gérer la nuit avec la fatigue est difficile aussi.
Ça voudrait dire qu'il faudrait qu'il soit avec la nouvelle famille presque tout le temps au début, mais ça impliquerait, dans le cas où on habite pas ensembles, que l'autre n'a plus accès à "papa/chéri" pendant un certain temps...

#
Profil

LeaBridou

le lundi 29 janvier 2018 à 15h35

Bonjour,
Merci pour cette discussion parce que c'est un sujet qui me fait beaucoup réfléchir en ce moment.
Je viens d'ailleurs de m'inscrire sur un groupe facebook dédié à la parentalité poly en espérant y trouver des idées de cheminements, n'ayant aucun "modèle" autour de moi....
Quand je vois le témoignage sur ce sujet de BeBledja, ça m'épate et je me dis qu'il y a certainement des tas d'expériences dont je pourrais apprendre.

Je n'ai pas encore d'enfants avec mon partenaire principal (même si on y pense fortement). Mais je me suis déjà posé la question (et si une de ses partenaires tombait enceinte, on ferait quoi?)
Au début ma réponse était plutôt "partir". Depuis je me dis que si j'y trouve ma place comme seconde maman, pourquoi pas ?
J'ai été très touchée quand j'ai vu le film My Wonder Women notamment parce que la compagne "historique" qui a un peu de mal à avoir un enfant (si j'ai bien compris) ne tombe pas enceinte la première mais elle décide quand même de faire partie de l'aventure, ça m'a éclairé des horizons que je commençais seulement à envisager.
Après quand je vois comme c'est compliqué pour se retrouver à 2 sur l'éducation... à 3 ou plus, ça doit être encore plus compliqué..
Par contre si je n'avais pas de liens forts avec l'autre Femme, je pense que je n'y arriverais pas....je me sentirais trop exclue...
Bref, ça fait pas avancer le shmilblik mais merci pour le sujet et les réponses....

Message modifié par son auteur il y a un an.

#

AcCuOkorHi (invité)

le lundi 29 janvier 2018 à 20h03

Quand je vois le témoignage sur ce sujet de BeBledja, ça m'épate et je me dis qu'il y a certainement des tas d'expériences dont je pourrais apprendre.

À moins de me poser des questions spécifiques, je ne sais pas quelle expérience je peux rapporter, en fait. :/
Une autre de mes amoureuses est une des marraines de mon enfant.
Les choses se passent. On a tous pas mal de choses en commun. On part sur un a priori de bienveillance de la part des autres. On discute aussi bien qu'on peut… C'est tout.

Je viens d'ailleurs de m'inscrire sur un groupe facebook

Et sinon, ya moyen de discuter de ça avec des gens sans vendre tous les éléments de sa vie ? Et celle de ses enfants à peine nés ?

#
Profil

LeaBridou

le lundi 29 janvier 2018 à 20h29

Bonsoir AcCuOkorHi,
Je ne suis pas sure d'avoir bien compris votre post ....
Mon premier doute : êtes-vous la même personne que celle qui a posté au-dessus comme BeBledja, ou une autre personne ?

Je n'ai pas de questions spécifiques pour l'instant car elle apparaitront au fur et à mesure :)
Mais rien que de savoir que des familles polys sont présentes ici (ou ailleurs) et peuvent donc partager leurs expériences, je trouve ça rassurant :).
Je reviens d'un pays très catho où les familles polys sont très rares et très cachées et donc pouvoir échanger à ce sujet n'est pas facile là-bas, je suis heureuse de voir qu'en France , la situation semble plus facile.

Pour votre dernière question, je l'ai relue plusieurs fois, est-ce que vous vouliez dire que le problème est de donner son nom, prénom etc... en s'inscrivant dans ce groupe ? Parce que si c'est bien ça , de mon côté je n'ai pas de profil officiel sur facebook, m'en méfiant comme la peste, j'y suis donc avec un compte sans infos personnelles dessus.

#

DuHagdyu (invité)

le lundi 29 janvier 2018 à 20h46

Oui, j'ai toujours des pseudos générés aléatoirement.

Pour votre dernière question, je l'ai relue plusieurs fois, est-ce que vous vouliez dire que le problème est de donner son nom, prénom etc... en s'inscrivant dans ce groupe ? Parce que si c'est bien ça , de mon côté je n'ai pas de profil officiel sur facebook, m'en méfiant comme la peste, j'y suis donc avec un compte sans infos personnelles dessus.

Même s'il est vrai qu'on peut ne pas respecter les conditions d'utilisation sans donner son véritable état civil (même si rien ne garanti que ça durera), en fait, ce n'est pas ça qui compte : tout le reste est agrégé : photographies, tags, centre d'intérêts, messages, coordonnées, contacts, lieux de vie, de travail, de connexion… Et tout ceci, Facebook peut l'enregistrer, et ce même si tu rentres de manière formelle de fausses informations.

Pire : il peut enregistrer autant de données sur des personnes qui n'y ont même pas de compte, grâce aux informations, photographies, métadonnées, etc. que d'autres personnes vont lâcher sur ces personnes qui refusent encore de ne pas se créer de compte.

Et toutes ces informations sont utilisées pour manipuler à la fois les individus, mais aussi les foules.

C'est une horreur. Et non, ce n'est pas un fantasme.

Plus d'informations (oui, c'est long) :https://framablog.org/2017/01/23/si-on-laissait-tomber-facebook/

Mais ce n'est pas le sujet de la conversation.

À part de dire que… merde, quoi… vendre la vie de ses enfants à Facebook (avec la sienne).

#

VokmartAmt (invité)

le vendredi 02 février 2018 à 13h28

Bon, et en fait je suis même en colère que des discussions ne soient tenues que sur Facebook, et pas sur des sites (comme celui-ci) qui ont un bon respect de la vie privée, et ne considère pas chacune des participations comme un apport de fric potentiel.

Les utilisateurs de Facebook sont non-seulement nuisibles à eux-mêmes (et ça les regarde de les laisser se concevoir comme des marchandises, à la rigueur), mais en plus ils poussent les autres à faire de même. Voir ils vendent la vie des autres sans leur accord.

Sur internet, surtout sur des sujets « marginaux » comme celui-ci, c'est souvent passer par Facebook ou une autre plateforme du même type ou finir dans une forme d'isolement.

Pire que les plus prosélytes des religieux. C'est la conversion ou l'excommunication et une forme de solitude.

C'est tout simplement dégueulasse.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion