Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Une éducation poly pour les enfants ?

Famille
#
Profil

ScottBuckley

le jeudi 14 février 2013 à 13h48

Bonjour,

En tant qu’homme et lutin, et ayant envie d’avoir un enfant un jour prochain, je me suis posé la question de l’éducation et/ou des connaissances et cultures que j’aimerais lui offrir, en accord avec la femme qui sera alors à la fois ‘mon’ (ou l’une de mes) amoureuse(s) Et aussi sa maman.

Loin de moi l’idée de chercher à imaginer comment le formater en mode “amours plurielles”, car cela resterait du formatage, et aucun n’est bon.

En revanche, il m’a semblé évident que c’est avant tout le libre arbitre - et la liberté libre, chère à Arthur Rimbaud ! - qu’en tant que papa j’aimerais lui offrir, ainsi que l'éclectisme, comme philosophies, avec la liberté de choisir entre plusieurs goûts, sensations, couleurs, relations, cultures, nouveaux mots, univerS, petit à petit… que je nomme parfois éducation ‘polyculturelle’ (puisque issue de plusieurs cultures, même “minoritaires”).
D'une certaine façon, cela pourrait aussi parfois ressembler à ce qui se pratique avec des pédagogies alternatives bien intéressantes (celles de Freinet, Maria Montessori, Steiner, Krishnamurti...).

Ainsi, si cet enfant en vient un jour à choisir la monogamie, ou les amours plurielles, ou d’autres manières et modes de relations, il ou elle aura eu le choix parmi un éventail large de différences et de nuances.

Et la monogamie (ou les amours plurielles, pour ne citer que ces deux exemples parmi d’autres) ne sera plus alors une ‘option par défaut’ précochée avant sa naissance (tout comme la couleur bleu ou rose, le baptême, l’hétérosexualité…), mais un choix bien plus conscient, qui aura mûri dans son âme.
Un choix qui ne sera pas gravé dans le marbre et qui pourra être remis en question plus tard par ce même enfant, si besoin.
(je pourrais développer et parler d’une éducation libre notamment des clichés genrés et/ou sexistes, mais ça pourra venir plus tard)

Et vous, comment imaginez-vous et/ou comment pratiquez-vous la transmission de connaissances, de cultures, de valeurs, d’éducation, à un enfant ?

* Nb : j’ai eu l’idée de ce thème suite au café poly du lundi 11 février 2013 à Paris, où la question des enfants a été abordé à un moment donné, dans le cadre du thème sur la ‘responsabilité’.

Si cela vous intéresserait d'échanger sur ce thème à deux, trois ou plus autour d'un verre ou d'un repas (sans écran), en mars 2013 prochain, à Paris ou à Lyon, faites-moi signe (par message privé), j'y serai ;)

#
Profil

coquelicot

le jeudi 14 février 2013 à 14h08

Ayant un fils de 8ans qui baigne dedans depuis qu il est ne
Le digne fils d eric 50 et de coquelicot!!!!!
Peut etre qu il faudrait lui poser la question en personne......
Il ne pose pas de questions il ne s sinterroge pas;pas encore
On vit notre truc sans non plus tenter de lui expliquer qui fait quoi
qui est dans les normes ou pas; a lui de se faire son opinion.
On repondra a ses questions bien sur mais seulement quand il se les ou nous les posera.
Il a l air equilibré pas traumatisé, bien dans ses baskets.
Pour l instant il n a qu une amoureuse.......
Affaire a suivre en live!

#

(compte clôturé)

le jeudi 14 février 2013 à 16h29

L'éducation relèvera aussi du reste de l'entourage de l'enfant et de sa propre personnalité.

Personnellement, mes enfants n'ont pas "nagé dedans" depuis petits. Ils ont connu leur mère mono. Durant la période "floue" de transition "mono/poly", nous les avons laissé en dehors de ça même s'ils ont certainement perçu des symptômes. Nous ne pouvions pas leur en parler avant que nous-mêmes ayons pu vivre cela d'une manière belle, sereine et acceptée.

Sur mes trois enfants, l'ainé (majeur et ne vivant plus avec nous) indique que l'on fait ce que l'on veut mais qu'il ne voudrait pas cela pour lui (ou sa compagne de vie, ce qui est à mes yeux plus grave). Il ne désire pas s'y intéressé, ça ne le regarde pas. Le second, qui avait 16 ans, n'a pas plus été marqué que cela, c'était un info et c'est tout. Le dernier, 15 ans, (tous des garçons) a lui été beaucoup plus attentif et a cherché à comprendre. Il a entre autre ma "bibliothèque" à sa disposition. Je crois qu'il est beaucoup plus réceptif. Au quotidien, je crois que ça ne les perturbe pas du tout. Il savent (les deux derniers) que maman va passer un peu de temps avec un homme qu'elle aime mais ne perçoivent pas cette relation comme négative car maman rentrera de toute façon à la maison, que mes visites à cette homme n'entrainent aucune dispute entre leurs parents et comme leur mère se sent belle, épanouie, heureuse, bien dans sa peau... et leur père également...

Mes enfants, en toute connaissance de cause, pourront librement faire des choix de vie qui leur correspondent, en tout cas je l'espère. Ils ont l'information nécessaire, et je crois que c'est déjà beaucoup. Je souhaite qu'ils aient autant de respect, d'acceptation, de tolérance, de liberté envers les personnes qu'ils aimeront, que leur père et moi en avons l'un pour l'autre.

#
Profil

PolyEric

le lundi 18 février 2013 à 02h21

Ce qui me parait frappant dans ton texte, GreenPixie, c'est les idées sous entendues selon lesquelles la culture se transmet de père en fils, la liberté s'offre, et pouvoir choisir est important.

Il doit y avoir un petit hic, car on m'a transmis une culture très mono et on ne m'a pas vraiment offert la liberté sur un plateau, sans compter que je n'ai pas trop eu le choix : En effet, je me suis réveillé poly sans même le savoir, il n'y avait rien à choisir du tout, j'ai été obligé de prendre de force, la liberté d'inventer une voie, en puisant dans tout ce qui ne m'avait pas été transmis.

Je veux bien admettre qu'un papa tel que tu le décrits, m'aurait bien aidé (si toutefois il avait pu deviné que son fils avait besoin de ce genre de culture inimaginable), mais de là à dire qu'un tel papa aurait été déterminant, il y a un pas que je ne franchirais pas.

Pour répondre à la question, je me contente de répondre quand on me pose des questions.
Mais comme d'hab, ce qui me convient ne te conviendra peut-être pas.
Je te répond juste parce que tu a posé la question.

#
Profil

Jena

le lundi 18 février 2013 à 11h35

Disons que même si la culture ne se transmet pas telle quelle, et que le poly se trouve en soit suite à un cheminement personnel plutôt que par héritage (à mon avis), on donne un terreau plus ou moins fertile à sa progéniture.
Il m'a semblé grandir dans un cadre très normatif, catho-hétéro-mono, et j'ai construit ce que je voulais, quand j'ai pu me défaire des bagages parentaux. Je considère que j'aurais peut-être gagné du temps si le fardeau originel n'avais pas été aussi lourd… mais c'est peut-être la réaction à celui-ci qui m'a poussé si loin des sentiers battus !
Bref, pas moyen de savoir. Je préfère me dire que les clés que nous donnons à nos enfants, comment réfléchir par soi-même, ne pas prendre les dogmes pour acquis, les conduiront où bon leur semble, plutôt que là où je pense que l'herbe est plus sexy.

#

(compte clôturé)

le mardi 19 février 2013 à 11h12

Moi aussi je n'ai pas eu une éducation poly. Mon père était plutôt du style "je ne m'en mêle pas" et ma mère va à la messe toutes les semaines... Bref !
Par contre, si j'avais eu connaissance à l'aube de ma vie d'adulte, de la possibilité de vivre plusieurs amours simultanément, je n'aurais pas eu à adresser un courrier à un homme que j'aimais pourtant énormément pour lui annoncé que je me fiançais avec un autre. Rendre l'un heureux et l'autre malheureux ne m'a pas réjouie mais c'était dans l'ordre des choses, pas d'autre issue possible (ce que je croyais). Aujourd'hui, j'aime toujours ces deux hommes, plus de 25 ans après et même si j'ai pu, grâce à l'acceptation de l'un, que je puisse m'autoriser à entretenir un lien affectif fort avec l'autre (malheureusement interrompu à ce jour), durant plusieurs années, je m'en mord encore les doigts. Fichu code de société, fichues conventions qui ont pourri ce qui aurait du être magnifique.
Oui, chacun doit être libre de faire ses choix et j'élève mes enfants dans la tolérance et le respect d'autrui. Eux, ils savent, à l'aube de leur vie d'adulte, à l'aube de faire des choix à long terme, que le polyamour existe et que vivre heureux ainsi est possible. Libre à eux d'en faire ce qui leur en plaira. Moi, à l'époque, je ne savais même pas que je pouvais avoir cette liberté, cette possibilité, sinon je n'en serai pas là aujourd'hui, à penser à lui chaque jour tout en m'interdisant de le contacter, à espérer qu'il va bien et qu'il est malgré tout heureux, même sans moi, surtout sans moi.
Je crois que les enfants doivent être informés mais qu'évidemment on ne doit rien leur imposer. Le moment venu ils devront faire preuve d'auto-décision et ils le feront en toute connaissance de cause. Ils sauront, et c'est déjà beaucoup.

#
Profil

Kao

le mercredi 12 mars 2014 à 12h17

Ayant récemment ouvert les yeux sur la phylosophie polyamoureuse je vous propose un témoignage un peu différent.

J'ai 25ans et j'ai grandis dans une famille décomposée puis re composée puis redécomposée, bref c'est un peu le bordel chez moi de ce coté là.

J'ai principalement vécu avec ma mère qui a toujours (ou presque) eu un regard non conventionnel sur le monde. Je ne me souvien que très peu de ma petite enfance vécue avec mon père et ma mère et je ne saurais donc pas décrire leurs mode de fonctionnement à cette époque.
Suite à sa relation avec mon père, ma mère à vécu une relation mono pendant 6 ou 7 ans avec le père d'un de mes frères (enfin demi-frère mais pour moi c'est pareil). J'avais environ 10 ans lorsque cette relation à pris fin mais je n'avais pas conscience de ce qui se passait et surtout je m'en moquais pas mal, la seule chose notable c'est cette relation comme celle avec mon père c'est terminée en douceur (en tout cas pour les enfants), l'entente des parents est devenue une amitiée et les relations étaient faciles (du point de vue des enfants)
Ma mère s'est donc installée seule (comprendre célibataire) avec moi dans la même rue que son ancien compagnon. Dans ce contexte, mon frère avait la chance d'avoir une chambre chez papa et une chambre chez maman. Il utilisait les deux selon ces envies et/ou les possibilitées de garde des parents. Dans cette période ma mère avait plusieurs relations en parallèle avec plusieurs hommes tous parfaitement conscients qu'ils n'étaients pas seuls. Je ne saurait pas dire aujourd'hui s'il sagissait d'amour ou d'aventure. De mon point de vue cela à toujours été étrange et hors norme. Je n'ai jamais eu de jugement négatif sur ce que vivait ma mère a cette époque mais je n'ai jamais souhaité que ma vie soit semblable à la sienne. Ma petite voix me disait toujours "oui c'est bien pour elle. Sous-entendu certainement pas pour moi". Je n'ai jamais eu l'impression que ces relation étaient des relations amoureuses mais plutôt des camarade de jeux les jeux étant parfois sexuels parfois non (j'ai souvent demander à ma mère de me passer les détails car je n'appréciait pas trop d'être au courant de sa vie privée, cela me mettait mal alaise).
Par la suite elle a rencontrer le grand amour et est partie vivre à l'étranger (sa relation est proche d'une relation primaire mais je ne saurait pas dire si ces relations secondaires sont plus polyamoureuse ou plus libertine). Ayant grandis j'ai choisi de ne pas la suivre et de poursuivre ma vie dans l'environnement que je m'était construit.

Tout ca pour dire que j'ai grandis dans un milieu plutôt ouvert pour ne pas dire très ouvert. Cela ne m'a pas empécher de souhaiter dans un premier temps une vie mono car plus simple et plus rassurante (surtout dans l'absence de famille proche). Cela ne m'a pas non plus empécher de ne pas comprendre ce qui m'arrivait toutes les fois ou engagée dans une relation mono j'ai ressentis de l'attirance pour d'autre hommes. Et je ne suis pas sur que cela m'ai permis de trouver plus facilement ma voie. (D'ailleur je la cherche encore ^^)
Parcontre oui j'ai toujours étée ouverte d'esprit, je n'ai jamais jugé ce que faisait les autres dans leurs vie (tant que ce n'était pas dans la mienne) et j'ai probablement moins de difficultés que d'autres à déconstruire les modèles de la société.

Finalzement je dirais que comme pour l'amour (poly ou pas) il n'y à pas de recette magique et tous le monde passe par des phases d'apprentissages (ou pas).

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#
Profil

sielane

le mercredi 12 mars 2014 à 12h40

Bonjour. Je suis poly depuis que mon fils a 6 ans, il en a 14 maintenant.
Plutôt que de transmission je parlerais de valeur par l'exemple. Non pas pour qu'il s'approprie toutes mes valeurs mais plutôt qu'il fasse ses choix en connaissance de cause.
Pour ma part mon fils sait que je suis polyamoureux. Il connaît certaines de mes amoureuses et lors de week-end a la compagne a pu se trouver avec 3 en même temps. Il ne pose pas bcp de question.

Une fois il m'a dit "tu sais papa tout le monde ne peut pas être heureux en étant polygame"
Il a donc compris ce que je vis et accepte que cela me rende heureux. Il fera ses choix en sachant donc que l'on peut s'épanouir dans un type de relation non exclusive. Il a compris aussi qu'une relation se termine rarement dans mon cas et qu'elle peut évoluer devenir sporadique puis a nouveau intense ou amicale. C'est aussi une valeur liée au relation humaine que je souhaite qu'il ai en exemple

#
Profil

Anarchamory

le mercredi 12 mars 2014 à 15h11

Juste une petite anecdote (Smartphone oblige) : je connais virtuellement un gars ayant eu des parents dans le trip hippie, amour libre, etc. Ça ne lui convenait pas. Lorsqu'il a fait sa crise d'ado, il a rejeté le modèle parental. À présent il se définit comme "libéral-conservateur", semble assez attaché à la tradition judéo-chrétienne et soutient l'ostracisme privé contre les "déviances" ... :-(

Bon, sinon, je suis d'accord que c'est important d'inculquer aux jeunes la "polytesse" :P

#
Profil

KittyN

le mercredi 12 mars 2014 à 15h53

en fait, ce qui influence vraiment les enfants quand ils sont jeunes et ados, c'est de voir comment la relation entre les parents évolue, si elle est bonne ou mauvaise et surtout si le modèle choisi par les parents a une influence sur leurs relations avec les enfants.

#
Profil

coquelicot

le jeudi 13 mars 2014 à 08h43

CE qui influence les enfants c est devoir dans quel état sont leurs parents!

On a rien inculqué de force au notre qui baigne dans ce monde depuis quelques annees mais surtout on ne lui a rien caché!

Il voit juste quel bien etre ,ou pas , on en tire!

Il a meme convaincu sa copine de garder les deux gacons entre lesuels elle hesitait ( 9 ans ) ..

Ce matin , j ai recu un message de sa part qui m a touchée!
Il savait que j etais ailleurs et il m a envoyé : dis bonjour a R de ma part!!

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion