Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Enfants, baby sitting & cafés polys

Famille
#
Profil

ScottBuckley

le samedi 29 mars 2014 à 14h59

Bonjour,

Même si ça ne se voit pas forcément sur notre forum, il y a parmi nous de nombreux parents, en couples et/ou séparés, ou en familles monoparentales, entre autres, et en privé il m'arrive de + en + souvent de recevoir des échos ou des messages persos du style :
' j'aimerais beaucoup être des vôtres, en + on est assez isolé dans notre coin loin de la ville, mais on n'a pas trouvé de solution de baby-sitting donc on doit renoncer à venir ' .

Est-ce que vous avez aussi ce genre d'échos autour de vous, notamment lors de cafés polys ?

> Comment faire dans ces cas-là ?

Qu'il s'agisse de familles recomposées ou monoparentales ou non, peu importe : je trouve assez dur ou cruel de voir des personnes sensibles aux relations plurielles, mais hélas privées de temps libre pour avoir du temps pour soi, et pouvoir se poser des questions sur leurs vies sentimentales variées et parfois complexes .

Je vois un certain nombre de parents - notamment de jeunes parents - qui souffrent en silence (d'avoir moins de vie sociale, peu de vie privée, d'avoir peu de temps & d'espaces juste pour soi, ou pour son couple, de ne plus dormir la nuit...), et je trouve ça fort regrettable, et douloureux.

Or c'est une période qui peut être fort cruciale pour un couple, ces années-là, et peut-être encore + quand on a des relations plurielles, et*ou que l'on est séparé-e d'un ou d'une conjoint-e .

il me semble qu'ensemble on pourrait sans doute trouver ici ou là des pistes de solutions, individuelles ou collectives, pour que celles-ci ne s'auto-excluent pas de ces rencontres, à cause d'un manque de disponibilité, de temps, d'espace ou d'argent.

Qu'en pensez-vous ?
Y a-t-il des parents ou personnes responsables d'enfants ici, ou d'autres, qui connaissent ce problème (même sans avoir d'enfant à charge) ?
Et si oui, comment faire ?

> Vos suggestions libres & vos pistes sont les bienvenues, aussi modestes soient-elles (+) !

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#

(compte clôturé)

le samedi 29 mars 2014 à 16h07

Je crois que ce n'est pas un "problème" réservé aux poly. Habité hors agglomération et avoir des enfants qui ne sont pas en âge de rester seuls, ça touche tous les parents dans cette situation. Faire des enfants, c'est en accepter les contraintes et habiter hors agglomération, idem.

#
Profil

ScottBuckley

le samedi 29 mars 2014 à 16h48

... Mais là n'est pas la question : je ne parle pas des problèmes des "non-polys", je parle sur un forum poly, donc à des personnes qui ont ces problématiques là, et qui me disent par message perso ne pas pouvoir venir (leurs enfants sont souvent en bas âge).

C'est mon droit légitime de me préoccuper des couples de jeunes parents qui ont une vie sociale bien + difficile depuis la naissance de la petite dernière (et parmi mes ami-es de 25-35 ans, ça arrive très souvent) .

Et ce n'est pas parce qu'illes sont parfois invisibles ou oubliés ici ou là qu'illes n'existent pas, pas plus que les personnes supposées "handicapées" ou dites " personnes à mobilité réduite / PMR " , et qui font trop souvent l'objet d'un tabou .

On les oublie trop souvent (à mon humble avis), et on ne soucie pas forcément de savoir pourquoi on ne les voit pas dans tel ou tel lieu, oubliant de se soucier de leurs problèmes spécifiques de disponibilités, de mobilités...

J'insisterai autant de fois qu'il le faudra pour trouver des solutions avec & pour eux, jusqu'à ce qu'on en trouve . Ce n'est pas la première fois qu'on me laisse sans réponse face à une telle question cruciale, et ça ne me convient pas.

Si d'après des statistiques il y aurait en France par exemple 5 millions de personnes dites "handicapées", cela m'intéresse de savoir pourquoi j'en vois si peu dans tel ou tel lieu dans ma vie de personne 'valide' .

Avoir la responsabilité d'un enfant n'est pas forcément un choix, et je pense notamment aux personnes et*ou beaux-parents qui ont parfois la responsabilité des enfants de leur compagne/compagnon (enfants qui ne sont pas les leurs mais qu'ils doivent garder malgré tout, à cause d'un divorce, d'une garde alternée...) .

Et habiter loin d'une grande ville n'est pas forcément un choix non plus, ce peut être une contrainte lié à un budget, à une école, ou à d'autres origines, ou à une séparation.

De l'empathie, et des pistes de solutions constructives, voilà ce que je cherche.

> Si vous en avez, elles sont les bienvenues (+) : merci !

#

(compte clôturé)

le samedi 29 mars 2014 à 17h21

Faut pas te vexer GreenPixie. Je voulais juste faire remarquer que ce n'était pas lié au polyamour mais à la vie, tout simplement.

Trouver des solutions constructives. Tout d'abord que les autres comprennent et s'adaptent à ceux qui rencontrent ce type de problème en trouvant des lieux d'accueil où bébé pourrait également se sentir bien (par exemple) ou alors aider les poly avec des enfants en bas âge à organiser chez eux, tout simplement. Ainsi, l'enfant ne sort pas de son contexte habituel.

Par contre, je pense qu'avoir la responsabilité d'un enfant, c'est généralement un choix conscient. Si je décide de vivre avec quelqu'un qui a un enfant, il sera évident que je subirai les contraintes liées à cet état de fait. Si je ne l'accepte pas, je ne décide pas de vivre avec cette personne où j'indique que malgré tout, je veux garder ma liberté de sortir, même seul.
Le lieu de vie est aussi souvent un choix.

Dans la vie, nous avons tous des contraintes. Oui, certains plus que d'autres (je pense aux personnes handicapées par exemple).

J'ai quand même pu observer que cet été, à la Grange, les enfants s'étaient naturellement "auto-gérés". Je veux dire par là que les plus grands se préoccupaient des plus jeunes et que par conséquent les parents ont pu également "profiter" plus sereinement. Aussi, j'avais remarqué que tous les adultes, même ceux sans enfant, jetaient régulièrement un oeil bienveillant sur les bambins qui couraient en tout sens.
Les adultes aussi avaient pris soin les uns des autres et l'empathie était présente.

Là où je te rejoins, GreenPixie, c'est que toutes ces contraintes peuvent être atténuées avec suffisamment de bonne volonté de chacun.

#

(compte clôturé)

le samedi 29 mars 2014 à 18h46

"Enfants et amours plurielles" est un thème que nous tient à coeur (et que me tient très à coeur aussi): tout le monde dit que est difficile, voire impossible de mettre d'accord les exigences des enfants en bas age avec celles des autres amoureux, mais je crois que c'est possible, voire souhaitable, trouver un compromis que fasse contents les deux!

Pour bien commencer la liste des solutions, je recommande le site: www.easy2family.com/: une série d'outils en ligne pour organiser la vie des familles recomposées.

#
Profil

bodhicitta

le samedi 29 mars 2014 à 20h10

gcd68
J'ai quand même pu observer que cet été, à la Grange, les enfants s'étaient naturellement "auto-gérés". Je veux dire par là que les plus grands se préoccupaient des plus jeunes et que par conséquent les parents ont pu également "profiter" plus sereinement. Aussi, j'avais remarqué que tous les adultes, même ceux sans enfant, jetaient régulièrement un oeil bienveillant sur les bambins qui couraient en tout sens.
Les adultes aussi avaient pris soin les uns des autres et l'empathie était présente.

OK c'est vrai, mais je pense que pour un couple qui rentre dans la réflexion poly, ou le pratique de fait, mais qui aimerait p t etre rencontrer d'autres polyamoureux,
mais découvrir des gens, un lieu, laisser un enfant en basage d'autant plus, en se disant "on verra bien de toutes façons ily aura bien quelqu'un (d'inconnu) pour geter un oeil"
Je ne pense pas que ce soit trés sécurisant, pas assez pour prendre le risque de faire des privations pour se permettre de faire le voyage.
Tu parles d'auto gestion, pourquoi pas s'organiser quelqu'un (bénévole parmi nous, qui tourne ou baby siter à prix libre etc) qui se mettent avec les enfants à part pour s'en occuper jouer avec etc. ça serait à organiser par le:les organisateur de ce café.
On pourrait aussi donner le pseudo du/de la ou des baby siter pour que les parents puissent avoir un contact par ce que je pense que n'importe quel parent voudrait se faire son avis sur la personne à qui ils vont confier l'enfant, enfin ça peut rassurer si besoin.
Ça pourrait aider les personnes bloqué par le budget, il y aurait p t etre moyen de payer le trajet à une personne (collectivement) qui ferait nounou(e) les 3/4 du temps du café poly ou à voir.

<3 Je parle je parle, mais j'ai pas d'enfant, mais c'est pas mieux, pour la petite histoire, c'est à un chevreau de 4 jours <3 que je donne le biberon depuis hier soir ça sera pas plus simple pour les nounous :-D

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#

(compte clôturé)

le dimanche 30 mars 2014 à 04h03

À supprimer

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#

(compte clôturé)

le dimanche 30 mars 2014 à 11h04

Désolée d'être réaliste ! Des enfants j'en ai élevé 3 alors je sais de quoi je parle tout de même. Oui, prendre la décision d'avoir un enfant ou de désirer vivre avec une personne qui en a un, c'est en accepter les contraintes. La maman animal aussi s'occupe de ses petits et elle ne tient pas compte de tout ce qui indiqué ci-dessus par doudou34. Idiot comme comparaison mais je n'ai pas le choix. Prendre la décision de faire un enfant est un acte individualiste avant tout. Faire en sorte que l'on puisse s'intégrer à un évènement poly tout en restant parent et tout en assumant son rôle est possible, si chacun le désire. C'est ce que j'ai expliqué plus haut. Je ne vois pas ce qu'il y a de dérangeant dans mes propos. Bien au contraire, faire ressortir l'esprit d'entraide et de communautarisme était approprié, je crois. Après, on pense de moi ce que l'on veut,...

J'organise en mai prochain une rencontre poly, il y aura 3 participants avec des enfants et peut être 4, et ils seront tous accompagnés de leurs enfants respectifs (en plus de ceux qui logent toujours à la maison). D'ailleurs, si certains veulent venir avec des touts petits, je dois avoir garder un lit parapluie et le matelas pour la sieste. Pas un dernier cri mais les miens y dormaient très bien. Il suffit d'indiquer cela en souhait.

Si doudou34 veut avoir en permanence une nounou à la maison, il peut vivre en effet en communauté, façon "la salope éthique" avec ce que les auteures appellent une famille élargie mais à moi, ça ne me convient pas. C'est donc un choix sur deux modes de vie différents et cela n'a rien à voir avec un quelconque individualisme.

Je crois que devenir parent c'est en effet perdre une certaine liberté, le tout étant de savoir ce que l'on veut, comment on désire le vivre et de se donner la possibilité de réaliser son choix de vie.

#

(compte clôturé)

le dimanche 30 mars 2014 à 11h34

Le-Prince-Charmant
...mettre d'accord les exigences des enfants en bas age avec celles des autres amoureux, mais je crois que c'est possible, voire souhaitable, trouver un compromis que fasse contents les deux !

Ici l'on parle "d'exigences", si le mot parait plus approprié que "contraintes", il vous suffit de remplacer le mot qui dérange par l'autre. La même chose est exprimée ici. Il est tout de même je crois primordiale d'indiquer cette notion d'exigence lié à l'état de dépendance de l'enfant face à l'adulte et chez l'humain cet état dure relativement longtemps.

La notion de compromis et d'organisation, c'est aussi ce que j'ai expliqué. Un autre amoureux qui accepte de s'occuper de l'enfant alors qu'il n'en n'est pas parent, perso je trouve cela super. Aussi, est-il souhaitable que ce soit un choix délibéré.

#
Profil

bodhicitta

le dimanche 30 mars 2014 à 15h57

doudou34
Intéressants conseils bodhicitta8 :) et... félicitations !! ! :)

merci! :-D il fait bien ses nuits, se teste à faire les fameux sauts de cabri :-/ qui finissent souvent par des chutes...
et merci de l'indulgence pour les fautes d'hotho' j'en ai corrigé m'enfin il doit en rester...
hummm :-/ oui elle ne me sautent pas aux yeux, par c que pendant plus de 2 ans j'étais totalement aphone, bon voix chuchotée, mais donc tjs un calepin pour griffonner de quoi m'exprimer... et là l'orthographe était le dernier de mes soucis.
J'ai aussi passé 1 an en fauteuil donc bon cette phrase me parle méme si maintenant ça va. Bien méme :-D

GreenPixie
Et ce n'est pas parce qu'illes sont parfois invisibles ou oubliés ici ou là qu'illes n'existent pas, pas plus que les personnes supposées "handicapées" ou dites " personnes à mobilité réduite / PMR " , et qui font trop souvent l'objet d'un tabou .

On les oublie trop souvent (à mon humble avis), et on ne soucie pas forcément de savoir pourquoi on ne les voit pas dans tel ou tel lieu, oubliant de se soucier de leurs problèmes spécifiques de disponibilités, de mobilités...


Dans le domaine du handicape il y a tellement de spécificités différentes suivant le handicap qu'il faudrait faire du cas par cas.
Mais c'est vrai que ce serait bien de montrer (à voir comment) que l'on peut s'adapter à touts genres de handicaps, en essayant que tout le monde puisse se sentir à sa place dans un atmosphère bien veillant et compréhensif

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#
Profil

coquelicot

le dimanche 30 mars 2014 à 16h14

Avoir des enfants n a jamais empéché personne d avoir une vie normale.

Etre poly ne change rien a la donne , je pense , le probleme est le meme depuis des lustres .

Le notre qui a 9 ans nous suit depuis longtemps lors de certaines rencontres et quand il ne peut pas venir a cause de l ecole du lendemain eh bien on le fait garder aussi facilement que pour une sortie au ciné ou au resto.

On ne s est jamais posé la question avant de les faire si on allait pouvoir "vivre" ou pas ,on les a faits et apres on a "vecu" avec eux.

Ce sont des enfants pas des boulets que je sache ;
et d apres moi seuls ceux qui en ont ou en ont eu peuvent comprendre la soit disant problematique .

En tout cas ce qu il faudrait déja c est de na pas creer des problemes la ou il n y en a pas

#

(compte clôturé)

le dimanche 30 mars 2014 à 18h21

coquelicot
Avoir des enfants n a jamais empéché personne d avoir une vie normale.

Etre poly ne change rien a la donne , je pense , le probleme est le meme depuis des lustres .

Le notre qui a 9 ans nous suit depuis longtemps lors de certaines rencontres et quand il ne peut pas venir a cause de l ecole du lendemain eh bien on le fait garder aussi facilement que pour une sortie au ciné ou au resto.

On ne s est jamais posé la question avant de les faire si on allait pouvoir "vivre" ou pas ,on les a faits et apres on a "vecu" avec eux.

Ce sont des enfants pas des boulets que je sache ;
et d apres moi seuls ceux qui en ont ou en ont eu peuvent comprendre la soit disant problematique .

En tout cas ce qu il faudrait déja c est de na pas creer des problemes la ou il n y en a pas

d'accord à 100%! On en discutait avec une amie qui a déjà deux enfants: on devrait faire des sorties "éducatives" entre parents et futurs parents pour montrer que avoir des enfants ce n'est pas la fin de la vie! :)

(pour bien commencer, j'ai passé l'après-midi à jouer au baby-foot avec un de ses enfants et à faire des grimaces à l'autre!)

#

(compte clôturé)

le dimanche 30 mars 2014 à 19h29

Coquelicot a dit les choses avec plus de véracité que moi (+) . Dès que l'on choisi de devenir parent, et bien on le devient, avec ce que cela implique.

#
Profil

Strega

le lundi 31 mars 2014 à 10h06

Il me semble que le sujet initial n'est pas de débattre si on accepte ou non les contraintes (ou exigences) inhérentes à un enfant quand on choisit d'en avoir un. Il est question de savoir si lorsqu'on organise un café poly on prend en compte cette problématique, histoire de permettre à des gens ayant des enfants en bas âge de venir à un café sans avoir à débourser de l'argent qu'ils n'ont pas forcément dans une baby-sitter.
Je vis seule avec mon fils de 4 ans et, clairement, je ne viens aux cafés poly que lorsqu'il est chez son père. Cela n'est pas un problème pour moi (de ne pas venir à tous les cafés poly) mais c'est sûr qu'avoir un enfant jeune peut constituer un frein pour ce type d'événement.
Au dernier café poly de Montpellier, un couple est venu avec leur fils de 4 ans, faute de solution de garde. Le gamin a été adorable mais sa présence a certainement empêché ses parents de profiter au mieux du moment.
Je crois cependant que l'organisation actuelle des cafés poly ne peut tenir compte de ces problématiques-là. Elle repose sur de l'informel et de la bonne volonté, il n'y a pas d'association ni de structure officielle organisatrice (et ce n'est pas plus mal à mon avis) donc il faut en accepter aussi les revers.
Et quand on a vraiment envie de participer à un événement (qui est en plus annoncé bien à l'avance), il est toujours possible de trouver des solutions, même quand on a pas d'argent. L'exemple de Doudou34 et sa compagne le montre.

#

(compte clôturé)

le lundi 31 mars 2014 à 15h49

Ca reprend ce que je disais. En Bourgogne, les rencontres et séjours tiennent toujours compte des enfants et de leur accueil (jusqu'à présent). recevoir parents et enfants me parait évident. Après évidemment, il faut recevoir à domicile et avoir un domicile suffisamment spacieux. Ainsi, mes enfants, ceux de Coquelicot et de PolyEric se connaissent car à chaque évènement ils sont généralement ensemble.

Donc, lorsque je constate que des évènements sont organisés en semaine, en dehors de vacances scolaires, et dans un lieu public partagé, évidemment ça complique la tâche de ceux qui sont parents. Et même autrement, si l'on travaille le lendemain...

Aussi, ceux qui ont des enfants, s'ils le signalent (en donnant l'âge) on peut s'organiser.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion