Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Le sexisme, c'est aussi ça

Social
#
Profil

Green-Man-Outside

le samedi 31 mai 2014 à 00h18

Cela ne fera sans doute pas plaisir à tous et à toutes, mais je trouve que cette expérience illustre beaucoup de choses sur les constructions culturelles relatives (entre autre mais pas que) au genre :

www.huffingtonpost.fr/2014/05/27/cette-campagne-de...

#
Profil

Caline

le samedi 31 mai 2014 à 08h39

Très intéressant cette vidéo.
Il est évident que les réactions des passants sont opposées dans les deux situations montrées.
Jusqu'à la réaction de rires moqueurs de deux promeneurs qui moi pourraient me choquer !
Il est clair qu'il y a encore beaucoup de chemin à faire pour que les réactions des autres soient les mêmes peu importe le sexe.
À quand l'abolition de la formule toute faite: " les femmes et les enfants d'abord"?

#

(compte clôturé)

le samedi 31 mai 2014 à 10h03

Une tendance assez répandue actuellement est celle d'opposer la violence faite aux hommes et la violence faite aux femmes, comme si mettre en évidence la violence faite aux hommes rendrait moins légitime la violence faite aux femmes.

Dans mon cas, c'est plutôt l'envers: le fait de savoir ce qu'est être victime de violence (j'ai un talent naturel pour attirer les pervers narcissiques) ne peut que accroitre mon empathie pour les femmes qui son victimes des violences!

#
Profil

Junon

le samedi 31 mai 2014 à 10h14

Exactement, Le Prince!

#
Profil

RobotEtourdi

le samedi 31 mai 2014 à 10h40

Il s'agit toujours d'un problème de communication épineux, quand on rend visible une forme d'oppression dans laquelle l'oppresseur et la victime sont le contre-pied du stéréotypes habituels.

En effet, cela peut être pris (parfois à raison) comme une tentative de minimiser ce que vivent les victimes habituelles, d'excuser le comportement de leurs agresseurs habituels, ou simplement d'éluder la question de l'agression en signalant que, de toute façon, il y a de la violence des deux côtés.

On retrouve ce phénomène lorsque l'on parle de racisme, de sexisme, de ségrégation sur les préférences sexuelles, bref, à chaque fois qu'il y a à la fois de l'oppression et des groupes facilement reconnaissables.

On voudrait pouvoir expliquer que ce que l'on dénonce, c'est la violence en générale, l'injustice, la ségrégation, indépendamment de qui la subit. On voudrait que le message soit "Soyez apte à détecter une injustice, même si elle ne correspond pas à l'image la plus répandue".

Mais parmi les commentateurs, il s'en trouvera toujours pour dire : "Ouais nous aussi les blancs, on subit du racisme, alors arrêtez de nous gonfler" ou encore "Enfin les statistiques montrent quand même clairement que les agressions les plus graves, comme le viol, sont très majoritairement subites par les femmes" ou encore "Moi une fois je me suis fais discriminé du fait de ma condition d'hétérosexuel, faut arrêter de faire croire que les gays sont les seuls victimes" ou encore ... ou encore... ou encore...

Il y a pléthore de réponses qui maintiendront le clivage initial, qui alimenteront la discorde, alors que le message sur lequel on devrait tomber d'accord est celui vu à la fin de la vidéo : "Violence is violence".

Notre erreur est d'avoir vu un homme et une femme sur cette vidéo alors que nous aurions dû y voir deux individus. S'il s'était agit deux deux hommes, de deux femmes, d'un blanc et un noir, d'un handicapé et d'un transgenre, cela n'aurait rien changé au caractère inexcusable de la situation.

Mais on est déjà là dans une réflexion plus poussée que celles qu'auront une bonne partie des commentateurs (oup's, j'ai failli dire "électeurs"...). Décidément, c'est un problème de communication épineux.

#
Profil

bouquetfleuri

le samedi 31 mai 2014 à 11h14

Comme le rappelle la conclusion, la violence est la violence. Il n'y a rien à comparer, ni à relativiser.
RobotEtourdi le dit bien : sur cette vidéo alors nous aurions dû y voir deux individus, pas plus.

Il n'y a que la violence à combattre, en commençant par celle qui nous fait devenir meilleur (que) alors qu'il nous faut juste être bon.

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#
Profil

Junon

le samedi 31 mai 2014 à 13h09

Je ne suis pas d'accord: dire que la violence entre individus n'a rien à voir avec leur genre, c'est se voiler la face sur la société dans laquelle on vit...

#
Profil

bouquetfleuri

le samedi 31 mai 2014 à 13h59

C'est l'expression d'une certaine violence, sa forme et son sens qui a à voir avec le genre, nous sommes bien d'accord.
Mais je parle d'éradiquer toutes les violences, sociales, économiques, étatiques et cela passe par la mise en échec de notre propre violence.

#
Profil

LuLutine

le dimanche 01 juin 2014 à 03h07

EDIT : si vous lisez cette conversation, et si vous avez été victime d'abus, il est possible que certains messages - notamment à partir de la page 5, si j'ai bien noté - soient choquants à lire pour vous (d'après l'opinion d'au moins deux intervenants), j'édite donc mon premier message pour vous en avertir au plus tôt.

---------------------

Moi je suis tout-à-fait d'accord pour éradiquer le sexisme, car en effet si on y arrive, je pense qu'un homme comme une femme, qui se fait agresser dans la rue, sera secouru.

Que quand on n'aura plus 25 hommes qui "meurent sous les coups de leur conjoint" (enfin "conjointe" je suppose ? A moins qu'il y ait eu des couples gays dans le tas, ce n'est pas dit ?), on n'aura plus non plus 121 femmes qui subissent le même sort...euh...là je suis pas sûre, c'est ptet l'inverse en fait ! (Quand on ne battra plus les femmes, il n'y aura plus d'hommes battus non plus ?)

Je suis 100% d'accord parce que 40% des violences domestiques subies par les hommes (et qui mènent donc moins souvent à la mort, ce qui ne les empêche pas d'être graves bien sûr), ça en laisse quand même un gros 60% pour les femmes. Donc je suis bien d'accord pour qu'on se débarrasse de tout sexisme.

Quand les comportements et violences sexistes cesseront, tout le monde en bénéficiera. Même ceux qui avaient déjà une position privilégiée. :)

#
Profil

Green-Man-Outside

le dimanche 01 juin 2014 à 05h09

Je trouve vos réactions intéressantes. J'ai beaucoup de choses à dire, et vu qu'il est tard, je ferai ça à un moment plus propice. ;)

Là, je vais simplement préciser un truc : quand je titre la discussion "le sexisme c'est aussi ça" je fais référence à la réaction des spectateurs, qui ont visiblement intériorisé tout un tas de représentations (culturelles) relatives aux genres. Je ne fais pas référence aux 40% d'hommes victimes de violence.

Je ne suis évidemment pas dans les foyers anglais, mais je doute que la majorité des femmes qui frappent leur mari le fassent sur la base d'une idéologie sexiste. Je pense plutôt qu'elles ont ce comportement pour des raisons de tempérament et d'implication émotionnelle (jalousie, colère, ennéatype 8, v-meme Rouge, frustration, triangle de Karpman).

D'ailleurs, dans le prolongement de cette manière de voir, j'en profite pour donner un début de réponse à Junon :

Junon
Je ne suis pas d'accord : dire que la violence entre individus n'a rien à voir avec leur genre, c'est se voiler la face sur la société dans laquelle on vit...

Pour des raisons statistiques, tu seras tôt ou tard confrontée à des cas de violence entre les deux hommes d'un couple homosexuel et entre les deux femmes d'un couple lesbien. Et, qu'on s'en réjouisse ou non, il faudra trouver autre chose que le genre pour expliquer qu'une femme frappe une autre femme ou qu'un homme frappe un autre homme. ;)

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#
Profil

Clown_Triste

le dimanche 01 juin 2014 à 08h29

Green-Man-Outside
Pour des raisons statistiques, tu seras tôt ou tard confrontée à des cas de violence entre les deux hommes d'un couple homosexuel et entre les deux femmes d'un couple lesbien. Et, qu'on s'en réjouisse ou non, il faudra trouver autre chose que le genre pour expliquer qu'une femme frappe une autre femme ou qu'un homme frappe un autre homme. ;)

Junon n'a évidemment pas besoin de mon aide pour répondre mais ton intervention ici m'interpelle : d'après ma lecture du sujet, personne n'a dit que "le genre" expliquait toute violence. Il semble assez évident que la violence peut être l'oeuvre de toutes sortes (et tous genres) de personnes contre toutes sortes d'autres personnes.

Ceci dit, si par exemple tu évolues dans une société qui dit "les individus de genre X doivent obéir aux individus de genre Y" ou "les individus de genre A sont naturellement pervers et les individus de genre B doivent les maintenir dans le droit chemin" ou encore "un individu de genre # peut discipliner physiquement un individu de genre § si celui-ci fait partie de sa famille" alors le genre peut avoir un rôle fort dans une part importante des violences qui se produisent. Il me semble que c'était le propos de Junon ici.

C.T.

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#
Profil

gdf

le dimanche 01 juin 2014 à 10h46

J'ai été témoin de la séparation difficile d'un couple proche. Je n'étais pas là pendant, mais j'étais là juste après parce qu'il nous avait appelé à l'aide. Il était cloîtré dans la cave quand on est arrivé, et elle était dans l'appartement la tête haute et sûre d'elle. Comme l'appartement était à son nom à lui, on a fait l'inventaire de ses affaires à elle et on l'a foutu dehors (je précise que sa famille était à côté donc elle était pas à la rue).
Elle est immédiatement, probablement par simple vengeance, allé porter plainte pour violence. Autant il a pu y avoir des périodes où les femmes battues n'étaient pas entendues, autant je peux affirmer que de nos jours, un mec qui dit être battu et s'être simplement défendu, personne ne l'écoute.
La violence, c'est du fort vers le faible mais la force est psychologique avant d'être physique. Et la domination au sein d'un couple, ce n'est pas forcément une affaire de genre.

Gdf

#
Profil

RobotEtourdi

le dimanche 01 juin 2014 à 13h39

Les crimes racistes, sexistes et autres existent bel et bien. Il y a bien des violences motivées ou encouragées par des convictions inégalitaires. La question n'est pas là.

La question est de savoir comment on dénonce et on combat ces violences. Considérer que toute violence est condamnable, indépendamment des groupes auxquels appartient la victime (si on souhaite les identifier), ce n'est pas nier qu'il existe du sexisme ou du racisme, ni même que ça puisse être à l'origine de violence, ni même que ça mérite d'être dénoncé et combattu.

Identifier la cause d'un délit ou un crime est une bonne chose pour pouvoir implémenter à long terme des solutions qui empêchent que ce délit ou crime ne soit perpétué de nouveau au sein de la société, en prenant le mal à la racine. Mais à court terme, on a un délit ou crime à juger et des auteurs à sanctionner, sur la base de leur actes pas de leur intentions. La race, le genre, les préférences sexuelles, rien de tout cela ne doit entrer en compte dans le jugement. Et le fait que la violence ait été motivée ou non par une idéologie inégalitaire ne change pas la violence subie.

#

(compte clôturé)

le dimanche 01 juin 2014 à 13h45

RobotEtourdi
Considérer que toute violence est condamnable, indépendamment des groupes auxquels appartient la victime (si on souhaite les identifier), ce n'est pas nier qu'il existe du sexisme ou du racisme, ni même que ça puisse être à l'origine de violence, ni même que ça mérite d'être dénoncé et combattu.

(+)

#

(compte clôturé)

le dimanche 01 juin 2014 à 13h47

Caline
Il est clair qu'il y a encore beaucoup de chemin à faire pour que les réactions des autres soient les mêmes peu importe le sexe.

(+)

#

(compte clôturé)

le dimanche 01 juin 2014 à 13h48

Le-Prince-Charmant
comme si mettre en évidence la violence faite aux hommes rendrait moins légitime la violence faite aux femmes.

(+)

#

(compte clôturé)

le dimanche 01 juin 2014 à 13h50

Gdf
Et la domination au sein d'un couple, ce n'est pas forcément une affaire de genre.

(+)

#
Profil

laliloulou

le dimanche 01 juin 2014 à 13h51

A mon sens tout ça n'est qu'une question de domination du plus fort sur le plus faible. Le genre n'a pas grand chose a voir je pense.
Ce qui est triste et me rend triste est de voir un homme violenter une femme, une femme violenter un homme, un adulte violenter un enfant, un enfant violenter un animal...etc.... La violence née du désir de domination, de soumission, et le respect, la bienveillance, l'écoute, la tolérance ont encore beaucoup de chemin a parcourir dans nos sociétés

#

(compte clôturé)

le dimanche 01 juin 2014 à 13h51

C.T.
Il semble assez évident que la violence peut être l'oeuvre de toutes sortes (et tous genres) de personnes contre toutes sortes d'autres personnes.

(+)

#

(compte clôturé)

le dimanche 01 juin 2014 à 13h53

Laliloulou
le respect, la bienveillance, l'écoute, la tolérance ont encore beaucoup de chemin a parcourir dans nos sociétés

(+) Commençons par nous-mêmes et montrons l'exemple.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion