Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Besoin de conseils...

#
Profil

Siestacorta

le vendredi 05 décembre 2014 à 14h16

Oui, enfin ça vaut la peine si mettre les pieds dans le plat donne quelque chose à l'interlcuteur... Quand on zappe complètement son point de vue ("ha oui, ça risque d'être coton pour avoir des enfants naturellement" !), c'est pas seulement de la franchise, c'est aussi inadapté.

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

MagentadeMars

le vendredi 05 décembre 2014 à 15h04

Eh oui, là tu as sûrement raison...

#
Profil

Tcheloviekskinoapparatom

le vendredi 05 décembre 2014 à 15h10

Kallista
Bonjour à tous !

Je viens donner des nouvelles très, très tard.

Cela fait donc plusieurs mois que mon homme réfléchissait au polyamour. On a eu beaucoup de disputes, dont certaines ont malgré tout été plutôt productives. Et finalement, il m'a dit hier soir qu'il acceptait que je vive pleinement le polyamour de mon côté, de son côté il ne sait pas trop ce qu'il veut faire. Il n'est absolument pas fermé à l'idée d'une rencontre pour lui, mais a peur de se rendre la vie "trop compliquée" x).
Nous envisageons de nous rendre à un café poly afin qu'il puisse discuter avec des personnes ayant de "l'expérience" en la matière ! :)

Voilà, les nouvelles sont plutôt bonnes. J'ai l'impression que mon couple s'est véritablement renforcé s'est derniers mois.

Ouah. En tous cas ça fait plaisir de se rappeler que des situations apparemment bloquées, le temps et la bonne volonté aidant, peuvent évoluer.
En tous cas pour ma situation perso, en ce moment ça me fait très plaisir...:-)

#
Profil

Siestacorta

le vendredi 05 décembre 2014 à 15h22

C'est chouette de lire ces nouvelles, Kallista !

#
Profil

remi

le vendredi 05 décembre 2014 à 15h25

Merci Kallista, ton message est une source d'espoir !

#
Profil

Kallista

le vendredi 05 décembre 2014 à 19h24

Merci à tous !

Comme quoi, faut pas perdre espoir. x)

Le plus beau est qu'il a accepté juste après que je lui ai annoncé un petit "craquage" sur un homme de mon entourage. J'ai l'impression qu'il gère ça très bien, et qu'il a bien compris que je ne l'en aime pas moins malgré cela.

Par contre, je sais que tout ne va pas être aussi simple que je le souhaite. Mon copain vient de réaliser un étape très difficile pour lui, et je pense que ça va maintenant être mon tour. Il va falloir que je me montre extrêmement attentive à ses ressentis, je sais qu'il a tendance à garder beaucoup de chose pour lui et je ne souhaite pas qu'il me cache quoique ce soit si cette situation devenait trop dure. Ça me fait un peu peur. Non pas de devoir être à l'écoute, au contraire, mais plutôt, tout à mon bonheur, de ne pas être capable de voir que quelque chose ne va pas.

Enfin, c'est une nouvelle aventure qui commence, comme qui dirait !

#
Profil

Siestacorta

le vendredi 05 décembre 2014 à 20h09

Kallista
Il va falloir que je me montre extrêmement attentive à ses ressentis, je sais qu'il a tendance à garder beaucoup de chose pour lui et je ne souhaite pas qu'il me cache quoique ce soit si cette situation devenait trop dure. Ça me fait un peu peur. Non pas de devoir être à l'écoute, au contraire, mais plutôt, tout à mon bonheur, de ne pas être capable de voir que quelque chose ne va pas.

C'est de gros changements de vie, t'inquiète pas de t'inquiéter ;-)

Deux petits commentaires un peu contradictoires : écoute-le, mais le force pas à causer non plus parce que toi tu stresse. Laisse juste la possibilité ouverte, de temps en temps...

Sinon, la seule manière d'être sûre de pas être "absorbée" par ton bonheur, c'est de prendre encore plus au sérieux les engagements que tu as envers ton premier partenaire. Quand vous avez prévu une date, tu t'y tiens, même si ho, texto de dernière minute mon nouvel amoureux est dispo... ou il part bientôt pour deux semaines, alleeez, je peux ne pas rentrer chez moi au dernier moment... c'est là le risque.
Et bon, quelques attentions de plus que d'habitude, quand t'es inspirée, et quand tu peux mettre une partie de ton plaisir d'être libre dans un don vers celui qui te permet de l'être sans partir.

C'est avec ça, et en continuant comme avant vos projets communs, que tu te perds pas dans la liberté.

#
Profil

Kallista

le samedi 06 décembre 2014 à 12h44

Merci Siestacorta pour tes conseils :)

#
Profil

Kallista

le lundi 02 février 2015 à 21h00

Petit coup de déprime ce soir…

Récemment on a bien avancé. Mon compagnon semble se faire franchement bien à cette « nouvelle vie » et accepte rapidement des choses que je ne pensais pas le voir accepter un jour.
Malgré que les limites posées pour le moment sont « trop restrictives » à mes yeux, ce qu’il sait, je ne force pas les choses et le laisse prendre ses marques quitte à les faire évoluer plus tard.

En fait, entre nous deux, tout va plutôt bien – si ce n’est du coup un certain déséquilibre entre ce qu’il impose et ce que j’impose. C’est seulement quand on en vient à en parler autour de nous que ça se dégrade. Nous en avons discuté avec nos amis les plus proches. Il y a eu toutes sortes de réactions, de la très positive à la très négative, et dans ce dernier cas je suis vite passée pour un monstre de cruauté, qui cherche à faire sciemment souffrir son compagnon.

Dans ces situations, mon compagnon préfère éviter l’ « affrontement » et s’en aller. Je me retrouve donc seule à nous défendre (enfin, à me défendre serait plus exact). Je comprends très bien qu’il a encore du mal à assumer, j’en ai discuté avec lui, contrairement à moi qui ai presque envie de le crier partout, il préfère rester discret.

Seulement ça finit par me saper le moral de voir que ses difficultés à lui sont parfaitement comprises (jusqu’à le plaindre de choses dont il ne se plaint pas) alors que les miennes sont ignorées, incomprises, voir moquées.

Et que même du côté des réactions les plus positives, en parler reste difficile, même quand il s’agit de partager de la joie.

En fait, je me sens hyper seule.

Voilà. Si vous avez des témoignages sur le sujet… je suis preneuse :)

#
Profil

PolyGone

le lundi 02 février 2015 à 22h01

Bonsoir Kallista,

Je découvre moi aussi combien le rejet peut exister dans mon entourage. L'une des formes qu'il prend est le silence que l'on me fait comprendre qu'il est souhaitable que j'observe. "Surtout tais-toi, ne nous dis rien" est clairement ce que l'on me renvoie.
Pourquoi ? Quel est donc cet Insupportable qui semble tellement les déranger ? Je ne suis qu'au début de ma réflexion sur le sujet.

Dans ton message tu dis qu'avec ton compagnon vous avez bien avancés, et c'est l'essentiel. Mais cet équilibre qui se construit, à force d'amour et d'intelligence, cette oeuvre d'art oserais-je dire dans un excès de lyrisme :-), ne trouve pas le respect qu'il mérite. Te lire résonne particulièrement en moi. J'avais envie de te faire un petit signe en ce coup de blues, juste pour te dire que tu n'es pas seule. Et que nous ne sommes pas des monstres de cruauté :-)

#
Profil

Nurja

le lundi 02 février 2015 à 22h33

Je ne suis pas sûre, Kallista, que cela te fera du bien.
Je tenais à te dire que je me sens aussi très seule.
Heureusement, je commence tout doucement à avoir quelques connaissances polyamoureuses comme moi.

#
Profil

Kallista

le mardi 03 février 2015 à 10h40

Merci beaucoup pour vos réponses !

PolyGone, c'est exactement ça. Les gens se taisent ou changent de sujet, même ceux qui, à la base, avaient eu une bonne réaction. C'est frustrant, il y a des choses que j'ai envie de partager, avoir des conversations légères entres copines me ferait beaucoup de bien, mais quand je m'y essaie, je suis finalement toute seule à papoter x)...
Tu as raison, l'essentiel est qu'à côté de ça, mon couple semble résister au choc ! C'est très gentil de ta part de m'avoir adressé ce petit signe, cela fait du bien au moral :)

Nurja, ne t'en fais pas, cela fait "du bien" de voir qu'on est finalement pas si seul que cela :)
J'imagine qu'au fur et à mesure que je ferais des rencontres poly, je me perdrais un petit moins dans cette sensation de solitude.

Il faut peut être aussi que j'accepte ne pas pouvoir parler de tout avec tous mes amis, qu'il faut que je garde une part des choses pour moi.
Ce qui m'inquiètes, c'est que s'ils réagissent ainsi autour d'une discussion ou le polyamour n'est qu'une idée, qu'un concept, un nouveau mot sur notre relation, comment réagiront-ils le jour où nous choisirons de venir les voir accompagnés de quelqu'un d'autre que notre partenaire habituel ? :/

#
Profil

remi

le mardi 03 février 2015 à 11h08

Et parfois on peut se rendre compte que l'on ne partage pas tant d'idées que ça avec certains de ses "amis". Que l'on a évolués dans des directions différentes. Qu'un ami qui vous offre porte close, incompréhension et culpabilisation ça n'est peut être pas un ami. Et les relations d'amitié, comme les relations amoureuses, sont fluctuantes par nature, et des fois c'est bien comme ça.

#

polpolp (invité)

le mardi 03 février 2015 à 12h17

Kallista: ces amis sont des amis communs de ton compagnon et toi ou pas ?
Car si c'est le cas je vois pas pourquoi tu voudrais les voir avec quelqu'un d'autre, quelque fois les 2 sphères ne doivent pas se rencontrer, beaucoup fonctionne ainsi et sa leur va.

Je comprend ton ressenti mais tu ne peut pas obliger tes amis a parler de ce qu'ils ne veulent pas et encore moins de rencontrer ton autre (surtout ci se sont des amis communs)

Pour ce qui est des impositions de chacun, ce sont juste des compromis, d'ailleurs c'est restrictif a quel point ? car ton compagnon a déjà fais un énorme effort en acceptant la situation et si il te demande des compromis c'est certainement pour se sentir mieux, pas pour te brider.

Et je pense que si c'est son choix de ne pas vouloir en parler, tu dois l'accepter et tu ne peux pas lui reprocher de ne pas te défendre quand sa se passe mal, c'est ton choix après tout, ok il l'accepte mais il n'en est pas responsable.

#
Profil

Kallista

le mardi 03 février 2015 à 13h20

remi, oui, aussi, certainement. A voir avec le temps...

polpolp, il y a des amis communs, des pas communs, des qui sont devenus communs au fur et à mesure des années...

Oh mais il ne s'agit pas d'obliger mes amis à quoique ce soit, en fait. Quand je sens une résistance, je n'insiste pas. Certains ont d'eux-même abordé l'idée d'une rencontre, d'où ma réflexion à ce sujet. Mon premier message n'avait pas pour but de vous demander par quel moyen imposer une conversation ou une rencontre non-désirée à mes amis, il s'agissait simplement de partager mon ressenti suite à certaines réactions que j'ai eu récemment.

De même que je ne me plains absolument pas des limites imposées par mon compagnon, ni de son comportement, puisque comme je l'ai dis, je comprends très bien qu'il a besoin d'être rassuré, de prendre son temps, et qu'il préfère me laisser gérer les conversations qui tournent un peu "mal". Notamment aussi, surement, parce que j'ai plus de facilité à trouver les mots sur ce sujet que lui (et qu'il n'a clairement pas envie de se prendre la tête). Il n'y avait aucun reproche à son égard dans mon message, au contraire.

D'ailleurs, il a à deux reprises entreprit lui-même d'annoncer l'évolution de notre couple à des amis, sans que je n'intervienne dans le choix de le faire ou pas. Et quand ça a mal tourné, j'ai pris le relai. Et ça, ça ne me dérange pas plus que ça, je sais très bien ce que pense mon compagnon, il ne me voit pas comme ce fameux monstre de cruauté et a bien compris quelle avait été ma "souffrance" à moi dans toute cette histoire. Non, c'est juste que toutes les critiques, toutes les réactions jugeantes, tout ça, ben c'est difficile à encaisser, à digérer, surtout venant de personnes qu'on aime, qu'on connait bien, et avec qui on a traversé bien "pire" auparavant. Alors qu'on pensait qu'ils nous connaissaient, et que malgré les années, ben ils arrivent plutôt facilement à nous considérer comme de "mauvaises" personnes, simplement parce qu'on a fait un choix qui n'est pas le leur.

Je ne sais pas comment tu avais interprété mon premier message, mais merci de ta réponse :).

#

polpop (invité)

le mardi 03 février 2015 à 13h41

Il est vrai que ton message sur les compromis sonnait comme un reproche envers ton compagnon, enfin c est comme sa que je l ai compris et tant mieux si c est pas le cas.

Attention quand tu dis évolution, ça l est peut être pour toi mais pas pour lui et il aura peut être toujours besoin de ses compromis mais ce serait faux de dire que c est une non évolution ci il voulait rester ainsi. L équilibre c est toujours précaire.

#
Profil

Kallista

le mardi 03 février 2015 à 13h58

Ah ? Possible. J'étais dans un tel état de lassitude quand je l'ai écrit que j'ai sans doute mal choisis mes mots.

Oui, pour évolution je pense plus particulièrement aux limites qu'il m'a demandé de respecter "pour l'instant, le temps que je sois plus à l'aise". Les limites, en fait, qu'il a conscience de surement vouloir voir changer lui-même dans le futur. Pour le reste, on verra bien, tous les deux, ce qui devient acceptable et ce qui reste inacceptable... ;)

#

polpolp (invité)

le mardi 03 février 2015 à 19h00

Tant que vous communiqués sans non dit, sans pression et en prenant soin des ressentis de chacun, c est le principal

#
Profil

Kallista

le mercredi 25 février 2015 à 13h13

Je viens vous voir aujourd’hui en mode très, très mauvaise poly et surtout très mauvaise « amoureuse », mais pour une fois j’aimerais étaler une réaction à chaud, avant de l’édulcorer inconsciemment.

Bon, je viens d’avoir une bonne grosse dispute pas du tout constructive avec mon amoureux « historique ». Ça a commencé par une demande qu’il me refusait, ce à quoi j’ai demandé des explications (sans pour autant ne pas accepter son refus, mais peut-être – sans doute, ne l’a t-il pas comprit ainsi). Simplement parce que la demande en question me paraissait plutôt « soft » vis-à-vis d’autres choses qu’il a accepté récemment avec beaucoup de bonne volonté et d’aisance. J’ai voulu qu’il m’explique, parce que je ne comprenais pas la raison de son refus, et que ça m’a inquiété (qu’est-ce que ça cache ? un malaise plus profond que je n’ai pas su voir auparavant ?). Bref, cette demande d’explication ne lui a pas plu. Peut-être l’a t-il ressenti comme une demande de justification, comme une demande « d’excuse ». Je ne sais pas. La dispute a donc commencé ainsi.

Et… Bon, ben, on en a chacun pris pour son grade, j’imagine que lui-même doit marmonner dans son coin en se sentant incompris, pas écouté, tout ça, tout ça… Mais je n’ai pas ses ressentis. Et, pire encore, dans l’état dans lequel je suis je n’ai plus envie de les écouter. Bon, ça me rend pas fière du tout. Je culpabilise de pas être capable, en tout temps, d’être à l’écoute, d’être attentive, d’être rassurante. Et d’un autre côté, là, pour le coup, je lui en veux. Parce que j’ai eu le sentiment, durant cette « conversation », qu’il avait une conscience exacerbée des efforts qu’il a fait (et il a raison ! je l’en félicite, j’en suis même très fière et reconnaissante) mais que les miens passent complètement à la trappe. Que je suis égoïste, que je suis un peu la meuf qui lui pourrit la vie depuis des mois.

Et pire que tout niveau culpabilité, ce sentiment d’être passé d’une cage à une laisse. De voir la liberté, de l’avoir là, sous mon nez, mais de toujours dépendre de quelqu’un d’autre pour l’obtenir. Et je sais que c’est monstrueux de penser ça alors que oui, évidemment, il aura toujours son mot à dire sur certaines choses, je le comprends, l’accepte (du moins en partie – je vais pas me leurrer, il y a certains trucs où j’ai du mal) et lui permet, justement, de me dire à quel moment il a besoin de donner son avis. Et qu’en plus, ben ça, il ne le comprend pas, ne le voit pas, considère que c’est « facile » pour moi de mettre ce que je ressens de côté pour vivre en fonction de ses sentiments à lui.

J’ai peut-être tout foiré, en fin de compte, je m’y suis peut être mal prise dès le début.
Bref, je suis fatiguée. J’ai envie, un moment, de vivre les choses pour moi, sans être dans la recherche de son approbation, sans être dans l’angoisse de son incompréhension, d’en faire « trop » pour lui.
Et ça me met mal, parce que oui, des efforts il en fait et que, oui, c’est une période vachement difficile pour lui. Que j’en ai plus que conscience. Et que ça aussi, ça me pèse, ça me fait culpabiliser, ça me fait peur, aussi. Peur de pas surmonter, peur de le perdre, peur qu’il n’arrive pas à voir au travers de mes actes à quel point je l’aime.

Pfiouh, ce que ça fait du bien.

#
Profil

Nurja

le mercredi 25 février 2015 à 14h43


Parce que j’ai eu le sentiment, durant cette « conversation », qu’il avait une conscience exacerbée des efforts qu’il a fait (et il a raison ! je l’en félicite, j’en suis même très fière et reconnaissante) mais que les miens passent complètement à la trappe. Que je suis égoïste, que je suis un peu la meuf qui lui pourrit la vie depuis des mois.
(...)
ce sentiment d’être passé d’une cage à une laisse.
(...)
ça, il ne le comprend pas, ne le voit pas, considère que c’est « facile » pour moi de mettre ce que je ressens de côté pour vivre en fonction de ses sentiments à lui.

Je compatis, Kallista. Je trouve que c'est une des choses difficiles dans les couples "mono-poly" : souvent, la personne exclusive ne mesure pas les efforts faits par la personne polyamoureuse (ou c'est parce que je suis du côté poly?
J'espère qu'il pourra se rendre compte que ce n'est pas plus simple pour toi que cela ne l'est pour lui. Et qu'après être sortie de la cage, tu pourras te libérer de ta laisse.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion