Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Polyamour et société : où en sommes-nous à votre avis ?

#
Profil

LuLutine

le vendredi 28 mars 2014 à 19h09

Boucledoux
Mais ces mouvements de la société sont contradictoires et il n'est pas dit que la réaction à notre petite existence ait dit son dernier mot, particulièrement si nous nous structurons pour dire que nous existons et que nous entendons être reconnus à égalité de légitimité avec tout le monde. La encore, le parallèle avec les questions LGBT_Queer est instructif. Oui, le mariage, bla bla bla, oui, les progrès de l'acceptation de l'homosexualité etc. Mais oui aussi les manifs pour tous, l'homophobie décomplexée comme plus vue depuis très longtemps et la recrudescence des violences homophobes... Alors phénomènes favorables ? oui, incontestablement. Mais retour en arrière dans le même temps avec une violence qui n'est pas que symbolique. Bilan ? bien malin à mon avis qui peut le dire aujourd'hui....

C'est exactement le sens de mon intervention de base....

Y a-t-il un climat favorable ? Oui. N' y a-t-il qu'un climat favorable ? Pas sûr...

Et bien malin qui peut anticiper la suite en effet...(mais comme je sais que chacun a sa vision, ça m'intéresse d'autant plus d'avoir des avis, ressentis etc. sur la situation).

#
Profil

bodhicitta

le samedi 29 mars 2014 à 13h45

GreenPixie
J'arrive même à imaginer avoir un jour prochain des conversations sereines avec des personnes proches de religions (et pourtant qui sait si je déteste ce que l'on a fait des "religions" : on les a détournées de leurs beaux objectifs premiers de ' relier ' > voir l'étymologie latine de ' religio ' à ce sujet (+) // , .... pour plus tard comprimer notamment les plaisirs, les désirs & libidos des êtres humains, pour diviser et manipuler les autres )

Oui et ça à mon humble idée (pas que, j'ai lu en rapport avec dans un de mes livre, je ne sais plus lequel mais j'vous donnerai les ref' quand j'l'aurai trouvé) losrque les religions d'états ont "vu le jour", le catholicisme chez les romains en 380, Ils devaient contrôler cette religion pour qu'elle les aident à atteindre leurs fins. Qu'elle cautionne les guerres etc.
Je pense que touts ces guerriers n'avais pas dans l'idée de laisser possible un monde plus paisible et aimant ou l'amour sans contrôle soit possible.

#
Profil

Kaya

le samedi 29 mars 2014 à 17h09

Ce matin dans "les zamours" ( non non non je vous assure, jamais je ne regarde cette émission c'est juste que la tv était restée allumée après mo mo motuuusss ^^)
Une des questions était :
Si vous vous mariez, ne plus jamais caresser le corp d'une autre femme, vous diriez:
a/ que ça ne va pas vous manquer
b/ que vous seriez bien obligé de l'accepter
c/ que vous ne pouvez pas résister

Je vous laisse imaginer ce que 100% des participants ont répondu, et j'imagine aussi que cette question ne serait jamais posée aux femmes (nous? penser à d'autres? jamais!)

Cette intervention était vraiment dans l'optique d'élever un peu le niveau... :-D :-D :-D

#
Profil

Siestacorta

le samedi 29 mars 2014 à 18h13

heu, je crains que mes propres opinions déforment beaucoup ce à quoi je m'attend d'un joueur des Zamours.
Ils ont répondu quoi ?

#
Profil

Kaya

le samedi 29 mars 2014 à 18h55

La réponse C bien entendu :-D (ils sont tous repartis célibataires après l'enregistrement ^^)

#
Profil

Anarchamory

le samedi 29 mars 2014 à 20h35

Au moins c'est honnête ;)

#
Profil

oO0

le samedi 29 mars 2014 à 23h40

Boucledoux (+) Lulutine (+)

Il est évident que ce ne sera jamais complètement favorable, qu'il y aura encore des victimes de préjugés. C'est justement là que c'est important de ne pas oublier toutes ces personnes qui se donnent la peine d'entretenir un climat social favorable à la liberté d'aimer. Et pour ce qui est de cas d'injustice, j'imagine que nous sommes beaucoup à en connaître autour de nous et que, même dans un climat social favorable, cela n'a rien d'évident d'obtenir justice. En tous cas, je suis bien placé pour le savoir. Reste que le principal atout dans tout cela me semble définitivement de cultiver ce climat amical et favorable à la liberté d'aimer avant de lutter. Cet atout est dans la relation aux autres ...

#
Profil

LuLutine

le dimanche 30 mars 2014 à 01h13

RIP
Reste que le principal atout dans tout cela me semble définitivement de cultiver ce climat amical et favorable à la liberté d'aimer avant de lutter.

Qui a parlé de lutter ?
Pour ma part je ne le fais que si c'est strictement nécessaire...c'est-à-dire s'il y a déjà une violence qui nécessite cette lutte...

#
Profil

bodhicitta

le dimanche 30 mars 2014 à 11h22

RIP
le principal atout dans tout cela me semble définitivement de cultiver ce climat amical et favorable à la liberté d'aimer avant de lutter. Cet atout est dans la relation aux autres ...

(+) (+) (+) oui oui ouiiiii

Tout dépend de ce que l'on met dans le mot "lutte".
mais il est possible de lutter sans violence,
ne serait ce que de provoquer des conversations autour de nous sur le couple, la fidélité etc...

En vivant (donc faisant vivre) des relations libres heureuses et sereines, on montre des exemples qui ouvrent l'imaginaire des possibles.
Ca vaut n'importe quel discourt

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#
Profil

Green-Man-Outside

le lundi 31 mars 2014 à 23h28

RIP
Bref, la norme dont vous me parlez me laisse l'impression que vous me parlez davantage d'une arrière-garde que du XXI° siècle proprement dit sans que je ne sois pourtant capable de parler d'avant-garde.

Je ne cite que ce passage, mais je suis globalement d'accord avec tout ce que dit RIP dans ce sujet.

C'est pourquoi le terme "oppression" me parait caricatural et révélateur de la tentative de construction d'un "nous contre eux" chez certains, "nous contre eux" qui permettrait une idéalisation du mouvement polyamoureux voire des polyamoureux eux-mêmes (ou de ceux qui se qualifient comme tels).

Qu'il y a ait une norme monogame est une chose, simplement cette norme n'est nullement imposée autrement que par l'inertie culturelle (inhérente à toute culture quelle qu'elle soit). Nulle Stasi, nulle Gestapo pour emprisonner, fusiller ou poursuivre financièrement les poly et autres non-exclusifs. Donc parler d'une norme qui oppresse... c'est oublier que la majorité des gens sont leurs propres bourreaux de par leur libre adhésion à cette norme.
["libre" adhésion une fois quitté l'éducation nationale]

Donc, j'apprécierais un exemple de ces fameux "privilèges". Un exemple concret, s'entend.

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#
Profil

Boucledoux

le lundi 31 mars 2014 à 23h48

Green-Man-Outside

Donc, j'apprécierais un exemple de ces fameux "privilèges". Un exemple concret, s'entend.

Bon allez, deux parce que c'est toi :

- n'avoir pas à réfléchir à ce que tu montres/caches de ta vie personnelle et aux conséquences que ça peut avoir sur le regard que les gens ont sur toi ? Savoir que tu peux chercher du soutien dans des difficultés émotionnelles sans craindre d'être renvoyé à un jugement sur ta manière de gérer ta vie personnelle, y compris auprès de proches ?

- si c'est pas assez concret, ne pas avoir à cacher ta vie de crainte que ce ne soit utilisé dans des contentieux judiciaires dans des histoires de gardes d'enfants après séparation ?

#
Profil

LuLutine

le mardi 01 avril 2014 à 01h03

Boucledoux
Bon allez, deux parce que c'est toi :

Quelle générosité ce soir Boucledoux :)

Boucledoux
- si c'est pas assez concret, ne pas avoir à cacher ta vie de crainte que ce ne soit utilisé dans des contentieux judiciaires dans des histoires de gardes d'enfants après séparation ?

...ou dans d'autres histoires, genre "oui je l'ai agressé(e), mais il/elle est polyamoureux, rendez-vous compte !" (Histoire pas vécue par moi, mais vécue, j'espère ne pas trop déformer, j'ai fait court.)

Pour ma part, rien de "judiciaire", mais un certain nombre de gens qui ont été violents (pas physiquement certes, mais ça fait mal aussi, peut-être plus d'ailleurs) avec moi alors que je n'étais pas celle qui n'avait pas tenu ses engagements...je n'étais pas celle qui avait trahi...oui mais moi, j'étais (je suis toujours) poly...donc l'autre avait raison, et moi tous les torts.
Si c'est pas un privilège d'avoir raison par défaut parce qu'on est exclusif(ve) ! Quand bien même on aurait commis les pires trahisons, "Oui mais tu comprends, il/elle était poly"...."Ah bon d'accord, bah t'as eu raison alors".

#
Profil

Green-Man-Outside

le mercredi 02 avril 2014 à 00h07

Boucledoux
Bon allez, deux parce que c'est toi 

Merci. :-D


n'avoir pas à réfléchir à ce que tu montres/caches de ta vie personnelle et aux conséquences que ça peut avoir sur le regard que les gens ont sur toi ?

Valable pour les monos aussi. Trop de partenaires qui se suivent ou pas assez de partenaires, un partenaire peu recommandable aux yeux des proches... La question de la vie privée me paraît dépasser largement l'opposition mono/poly, et également dépasser la question de la vie sentimentale : opinions politiques, style de loisirs...

Surtout que, quel que soit le sujet, au-delà de la "norme" c'est bien la tendance habituelle aux jugements de notre entourage qui pose problème (voir encore une fois le travail de Rosenberg sur ce point).


si c'est pas assez concret, ne pas avoir à cacher ta vie de crainte que ce ne soit utilisé dans des contentieux judiciaires dans des histoires de gardes d'enfants après séparation ?

Si cet argument a le mérite d'être plus concret que le précédent à mes yeux, je vais là encore te répondre que la particularité de la polyaffectivité relève du détail. Dans les questions de garde d'enfant, le sexisme (qui joue plutôt contre les hommes dans ce cas précis) ou l'affabulation pure et simple sont bien plus répandus, néfastes, et touchent là encore les monos de plein fouet. Sans parler du fait que des gens qui sont de facto séparés depuis plusieurs mois et d'un commun accord peuvent d'un seul coup instrumentaliser les notions légales d'abandon du domicile (ou d'adultère quand l'un des deux s'est recasé en mode mono après la séparation mais avant le divorce légal).

S'il est indéniable qu'un-e plaignant-e esseulé-e pourra toujours dire de son ex "il/elle a des partenaires multiples, c'est mauvais pour la construction psychologique de l'enfant" cette différence me paraît un argument dérisoire pour invoquer l'idée de "privilège" des "monos".

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#
Profil

artichaut

le mercredi 01 mai 2019 à 12h24

Zut, je n'avais pas trouvé ce fil à temps, alors j'ai créé un nouveau fil : Reconnaissance du polyamour dans la société ?.

Ça fait un peu doublon, alors je le signale ici, pour au moins lier les deux fils ensemble.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion