Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Tolérance

Social
#

Tourmaline (invité)

le vendredi 06 mai 2011 à 11h07

Bonjour,

Je voulais intervenir car ayant épluché énormément de fils de discussions de ce site, j'ai fait un constat : la majeure partie des polyamoureux estiment que la monogamie est nécessairement une construction sociale, qu'elle n'est pas naturelle, que ça tient de notre cerveau du paléolithique, voire de l'influence de notre culture judéo-chrétienne (comme s'il n'y avait que ça).

Certains (pas tous) affirment même que les gens qui se retrouvent parfaitement dans la monogamie font forcément un blocage, qu'ils n'ont pas eu la curiosité de s'intéresser à la question, qu'ils n'essayent même pas de déconstruire l'idée de la monogamie comme étant une construction mentale.

J'ai envie de dire : FAUX ! Pour ma part, je ne fais aucun jugement de valeur entre une personne mono et poly, je pense que chacun trouve bonheur de la façon qui lui convient le mieux. Un mono peut vouloir rester dans une relation monogame sans que cela soit du à un problème de possessivité, de jalousie, d'appartenance, de romantisme, de matérialisme, ou je ne sais quoi d'autre, juste parce qu'elle se sent plus équilibrée comme cela.

Chacun doit pouvoir revendiquer sa vision du couple, de l'intimité et de l'amour sans que personne n'essaye de l'analyser sociologiquement et psychologiquement (c'est insupportable !). Je ne pense pas, pour ma part, que l'on puisse expliquer les sentiments (notamment amoureux) sous l'angle scientifique.

Je respecte à 100% les valeurs du polyamour, mais je voulais juste jeter la pierre à ceux qui pensent que c'est une philosophie vers laquelle tout le monde devrait tendre, ce qui ferait des polyamoureux des gens en avance sur leur temps, et les autres des réactionnaires.

Voilà, c'était un petit coup de gueule, aimons-nous, mais dans la tolérance !

#
Profil

zina

le vendredi 06 mai 2011 à 11h52

-

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#

(compte clôturé)

le vendredi 06 mai 2011 à 11h56

Tourmaline
Chacun doit pouvoir revendiquer sa vision du couple, de l'intimité et de l'amour sans que personne n'essaye de l'analyser sociologiquement et psychologiquement (c'est insupportable !). Je ne pense pas, pour ma part, que l'on puisse expliquer les sentiments (notamment amoureux) sous l'angle scientifique.

"Tu es immature" "Tu te cherches, un jour tu te poseras" "Le polyamour, c’est bien un truc de bobo branché" "Oui, tu dis ça maintenant, tu verras quand tu auras des enfants" "Cette génération a un problème avec les responsabilités, la preuve, elle est chroniquement infidèle" "Les hommes viennent de Mars, les femmes de Vénus, les hommes sont des chasseurs et donc ils se servent un peu partout, les femmes sont plus naturellement fidèles, c’est une question d’évolution" "C’est hormonal tout ça, ça te passera quand tu auras eu un enfant / quand tu auras vieilli"...

Ce sont des monos qui parlent, toutes ces phrases je les ai lues et entendues, elles défendent sans tolérance aucune une vision totalitairement monogame et sexiste du couple, de la société, de la famille, des individus...
Alors moi je comprends que parfois certains polys en aient raz le bol et envoient valser tout ça d’un revers de main un peu sec.

#
Profil

Paul-Eaglott

le vendredi 06 mai 2011 à 12h18

Je partage ton analyse, Tourmaline.

Et pour ma part, si j'évoque souvent le rôle normateur de la culture, c'est parce qu'il entrave ou retarde certaines personnes à qui le polyamour conviendrait mieux que les modèles exclusifs dans leur quête de ce qui les rendrait heureuses.
En n'encourageant pas chacun de nous à se poser la question de la variété des possibilité d'organisation amoureuse, en culpabilisant ceux qui ont des désirs multiples, etc., la culture dominante a indéniablement des effet négatifs et sclérosants.

Mais il est évident que le polyamour n'a absolument pas à s'ériger comme nouvelle norme, ni à se considérer comme "meilleur" que la monogamie. (Pas davantage que l'homosexualité ne se prétend supérieure à l'hétérosexualité, par exemple.)

Et pour répondre en partie à Janis, certes les arguments normatifs que tu cites sont agaçants, mais ce ne sont pas ceux des monos : ce sont ceux des gens qui refusent de remettre la norme en question. Pour autant, 1° tous les monos ne pensent pas comme ça et 2° ça n'autorise pas les polys à dénigrer la monogamie en tant que telle...

#

Tourmaline (invité)

le vendredi 06 mai 2011 à 12h22

@zina : je suis d'accord avec tout ce que tu dis et consciente que les problèmes se posent quand la vision du couple de l'un et de l'autre n'est pas compatible. Mais certains font le raccourcis de dire que le problème vient de l'un ou de l'autre en particulier. C'est ce que je trouvais dommage, et ne résous pas du tout le problème. Ce qui ne veut pas dire que chacun ne doive pas faire des efforts pour évoluer soi même.

@Janis : Je comprends aussi l'énervement des poly envers ces réactions là des mono. On pourrait rajouter : "les poly sont des insatisfaits, volages, ils ne sont pas vraiment amoureux"...

Enfin sur ce forum, on remarque des poly raisonnant aussi (sûrement sans s'en rendre compte) de façon sexiste. C'est pour ça qu'il ne faut pas voir le polyamour comme LA preuve d'ouverture d'esprit totale. Chacun se défait de ses schémas de pensée différemment.

J'essaye juste de montrer qu'il ne faudrait pas tomber dans une discrimination anti-monogame, comme il y a des discriminations anti-sexe opposé chez les homosexuels, anti-homme chez les féministes, pourquoi pas anti-carnivores chez les végétariens puisqu'on en parle sur un fil, etc.

Ça n'a jamais fait évoluer les pensées dans le bon sens que de se mettre les gens à dos, même si c'est vrai que c'est dur quand on a un mode de vie minoritaire.

#
Profil

prince_lutin

le vendredi 06 mai 2011 à 14h33

Tout à fait d'accord avec toi Tourmaline.

La liberté qu'on revendique en tant que polyamoureux doit être également respectée pour un monogame. C'est son droit, sa liberté de vouloir vivre en n'aimant qu'une personne. C'est un choix tout à fait respectable, et je pense même que par amour, certains polyamoureux peuvent revenir à ce shéma, même temporairement.

Malheureusement, tu trouveras autant de juges du coté mono que du coté poly. Les extrèmes ne sont jamais bons à mon sens.

#
Profil

LittleJohn

le vendredi 06 mai 2011 à 14h46

Ah mais ce n'est pas tant la question de la (pré-supposée) supériorité du polyamour sur la monogamie (ou de tous les autres exemples cités par Tourmaline) que de la supériorité réelle (cette fois-ci) d'un choix éclairé, réfléchi, sur une sorte d'évidence sociale jamais re-pensée, jamais remise en question (ou rarement). Le fait étant que la plupart des monogames ne se sont jamais posé la question...

mode troll engagé
Dans cette optique, je n'ai aucun mal à me sentir supérieur à un catho qui est catho sans s'être jamais demandé pourquoi ou à un communiste qui ne l'est que par atavisme (on peut multiplier les exemples à l'envie).
fin du mode troll

#
Profil

Siestacorta

le vendredi 06 mai 2011 à 15h59

Tiens, toutafépareil que Petit-Jean !
Ca nous change peu....

Tourmaline>
Comme partout, il y a des jsuqu'auboutistes, qui tirent un orgueil du fait même d'être différent. Oui, j'ai pu lire comme toi que le polyamour était le summum, que les autres sont attardés, et que certains "plaignent de tout coeur les pauvres malchanceux
Les petits maladroits qui n'eurent pas la présence
La présence d'esprit de voir" les choses comme eux (pour paraphraser Brassens).

Personnellement, je juge pas que les monogames ont tort d'être ce qu'ils sont, ni que je sois meilleur.
Mais la critique nait quand le modèle monogame devient oppressant : en tant que majoritaire et s'appuyant sur "ce que tout le monde il fait et puis c'est dans le code pénal".
Pas oppressant parce que monogame, pas plus que les hétéros sont oppressants parce que hétéro. Les mono que tu m'entendras critiquer sont oppressants quand la question se pose concrètement dans leur vie, et qu'ils ne voient pas l'utilité de comprendre qu'il y a un choix, une recherche, des besoins aussi légitimes pour chacun des deux amants. Quand il n'y a aucun effort mutuel pour se comprendre plutôt que s'exclure mutuellement du sentiment amoureux, et donc de la relation.

Cela dit, il est arrivé aussi qu'on lise des témoignages à propos de polyamoureux qui imposaient lourdement leur mode de vie, poussaient leur compagnon dans leur retranchement sans la moindre notion de respect de l'autre. C'est bien évidemment tout aussi néfaste !

Qand on parle des monogames ici... C'est souvent parce qu'il s'agit pas du monogame "théorique", mais du monogame qui se retrouve face à un amoureux qui se déclare polyamoureux. Pas les monos en général, mais les personnes monogames avec qui un poly doit s'entendre, quand des sentiments amoureux évidents risquent d'être rejetés.
C'est ça qui remplit tant de pages de témoignages, ici, et les réponses à ça. Cces réponses ne sont pas généralistes "les monogames sont des crétins", mais plutôt "ah, pas de chance, ton aimé(e) monogame ne veut pas t'écouter".

C'est ce refus d'entente qui touchera beaucoup de gens, et leur feront tenir ici des discours critiques. Parce qu'on tombe facilement sur "ya pas de discussion possible". Le choix bête et binaire entre "soit on reste ensemble et tu es mono comme moi, soit on se sépare".

La tolérance, si monogame et polyamoureux se fréquentent pas, ne s'aiment pas, c'est facile !
Mais quand ils tombent amoureux, il font quoi ? Notre amour est impossible, et c'est plus beau quand on essaie pas de s'écouter une seconde et qu'on est deux malheureux ? Tant qu'à faire, on fait comme Romeo et Juliette, on se suicide ensemble ? Youhou.

La tolérance, on l'a.
Franchement, il faut en avoir pas mal, quand on est la minorité. Dans le domaine amoureux, c'est au moment de séduire ou de renoncer, qu'on a intérêt à être super-tolérants. Comme les homos, on est obligé de faire avec les râteaux, les personnes qu'on pourra jamais séduire parce qu'elles nous suivront pas. Bon, ben on fait avec. On s'en plaint, mais on accuse pas les monos. Chacun ses choix.

Mais là où ça devient plus tendu, c'est évidemment quand les besoins polyamoureux arrivent plus tard, se déclarent dans un relation commencée sur un fonctionnement mono.
La majorité des questionnement ici du "bureau des pleurs" poly : "je suis poly, l'autre est mono" et "l'autre est poly, je suis mono" : "on se comprend pas !"
A partir de là, la tolérance, c'est complètement insuffisant.
On peut pas juste se tolérer, puisqu'on est déjà ensemble. On est forcément plus loin.
La tolérance, c'est quand finalement on ne vit pas avec les gens qu'on tolère, qu'ils n'ont pas d'incidence sur notre vie. C'est accepter "intellectuellement" l'idée qu'il y a des gens différents, et pas les dénigrer ni chercher à les emmerder juste pour ça.
La tolérance, c'est la version optimiste de l'indifférence.
Ca suffit pas, quand on vit avec la personne différente.
Donc, on doit se comprendre et se respecter.

Dans le "soit tu renonces au polyamour et on reste ensemble, soit on se sépare", il y a parfois un pragmatisme, se rendre compte qu'on ne pourra pas vivre ensemble. Mais il y a aussi cette idée que puisque c'est le mono qui a la norme pour lui, il n'a pas à essayer de faire avec le polyamoureux. Et ça, c'est pas pragmatique... C'est irrespectueux.

La plupart des polyamoureux vont pas pousser un mono à devenir poly. Ils vont pas dire "ça m'angoisse de savoir que tu n'ais pas d'autres amant" ! C'est l'individu avant tout, qui est mono ou poly, pas le couple. On respecte le choix de l'autre, son fonctionnement amoureux. On aime la personne, donc on souhaite qu'elle vive ses sentiments comme elle l'entend. Pourquoi n'aurait on pas droit à ce même respect ?

C'est quand un polyamoureux est ainsi "rejeté" que la réponse de gens du forums sera "moralisatrice" (ce que je fais, là... Désolé...), et que tu nous verras sortir un peu l'artillerie critique.

On parle pas de jalousie, matérialisme, romantisme, pour dévaluer les amours monos par rapport aux nôtres, mais pour pointer du doigt l'égoïsme qu'il peut y avoir à dire "si je suis mono dans mon amour pour toi, tu dois l'être dans ton amour pour moi". Le "fais comme moi", c'est effectivement pas tolérant, comme tu le dis toi-même.

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

#
Profil

prince_lutin

le vendredi 06 mai 2011 à 16h55

LittleJohn
Ah mais ce n'est pas tant la question de la (pré-supposée) supériorité du polyamour sur la monogamie (ou de tous les autres exemples cités par Tourmaline) que de la supériorité réelle (cette fois-ci) d'un choix éclairé, réfléchi, sur une sorte d'évidence sociale jamais re-pensée, jamais remise en question (ou rarement). Le fait étant que la plupart des monogames ne se sont jamais posé la question... mode troll engagé
Dans cette optique, je n'ai aucun mal à me sentir supérieur à un catho qui est catho sans s'être jamais demandé pourquoi ou à un communiste qui ne l'est que par atavisme (on peut multiplier les exemples à l'envie).
fin du mode troll

et un "catho" qui sait pourquoi il est "catho" ? :)

#
Profil

LittleJohn

le vendredi 06 mai 2011 à 17h02

prince_lutin
et un "catho" qui sait pourquoi il est "catho" ? :)

Ça existe ??? :P

#
Profil

Tourmaline

le vendredi 06 mai 2011 à 17h32

@LittleJohn : D'accord, mais si le mono a fait le tour de la question, s'est remis en cause, a fait un travail sur lui pour savoir s'il pourrait accepter une relation avec un poly (voir le devenir lui même), et qu'il en conclue que non. Alors son choix est respectable puisque éclairé comme tu le dis, non ? Certains ici le traiteraient d'incurable.

Beaucoup se permettent de juger l'ouverture d'esprit simplement à ce qu'il ressort des témoignages que les gens postent ici, alors qu'ils ne vivent pas la relation. Ils ne savent pas comment ça se passe dans la tête de gens. Les gens qui viennent en aide à ces personnes qui viennent témoigner ici devraient se limiter à conseiller une nouvelle approche des choses, à trouver les mots, etc.

Quant au cathos, comparons ce qui est comparable. Dans une religion, il y a des dogmes. En amour, il y a seulement des idées toutes faites. Je vois une grosse différence mais je ne vais pas dévier sur le sujet de la religion...

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

#
Profil

LittleJohn

le vendredi 06 mai 2011 à 18h30

Tourmaline
Quant au cathos, comparons ce qui est comparable. Dans une religion, il y a des dogmes. En amour, il y a seulement des idées toutes faites. Je vois une grosse différence mais je ne vais pas dévier sur le sujet de la religion...

La monogamie est souvent plus un dogme qu'une idée toute faite...

#
Profil

LuLutine

le samedi 07 mai 2011 à 00h37

Tourmaline
Certains ici le traiteraient d'incurable.

Je ne suis pas sûre qu'ils soient majoritaires, et juste pour apporter mon grain de sel, je dirais que ce ne serait pas mon cas !

Et que les poly avec qui j'ai échangé me semblent relativement tolérants justement !

(Mais oui, il reste quelques "extrémistes"...quelques-uns seulement)

#
Profil

Boucledoux

le samedi 07 mai 2011 à 08h47

Siesta, LittleJohn +1
Janis + 1000 <3

On va pas s'excuser ici d'être poly et commencer toutes les phrases par une déclaration liminaire sur la légitimité de la monogamie quand même non ?

Parce que c'est quand même une manière un peu grosse de renverser la perspective : c'est nous qui nous prenons dans la gueule au quotidien la monogamie, pas comme comportement individuel respectable, mais comme norme sociale obligatoire qui dénie notre propre légitimité (cf message de Janis). On râle un peu, de manière quand même globalement très mesurée, respectueuse et raisonnable et c'est nous qu'on tombe dans la discrimination anti-mono ???? ben voyons.... :-@

Ca me fait penser aux homos ou aux rebeux qui sont communautaristes dès qu'ils lèvent un petit doigt pour vouloir exister et s'affirmer comme ils sont et pas comme les racistes/homophobes voudraient qu'ils soient....

#
Profil

tentacara

le samedi 07 mai 2011 à 14h21

Siestacorta
La tolérance, c'est la version optimiste de l'indifférence.
Ca suffit pas, quand on vit avec la personne différente.
Donc, on doit se comprendre et se respecter.

Mon héros! Je te l'envie celle-là.

@Tourmaline : Avoir réfléchi à ton propre système amoureux et en être arrivée à la conclusion que tu étais mono, c'est une chose. Mais si tu tombes amoureuse d'un(e) poly, tu fais quoi? Considères-tu que ton système prime le sien? Qu'il (ou elle) doit s'asseoir sur sa réflexion, son fonctionnement pour vivre votre amour? Acceptes-tu qu'il (ou elle) puisse aimer d'autres personnes, même si tu ne t'en sens pas capable? Où renonces-tu, tout simplement ?

La plupart des poly que je connais ne verraient aucun inconvénient à vivre une histoire avec un(e) mono, à condition qu'on les laisse être poly. Je suis loin de pouvoir en dire autant des monos de ma connaissance.

#
Profil

Siestacorta

le samedi 07 mai 2011 à 14h39

Beh moi je t'envie ta conclusion, j'ai du péritournepoter pour dire ça, et en moins bien.

#

titane de passage (invité)

le samedi 07 mai 2011 à 19h39

dans poly ou multi il y a mono... l'inverse n'est pas vrai

#
Profil

Siestacorta

le samedi 07 mai 2011 à 20h18

titane de passage
dans poly ou multi il y a mono... l'inverse n'est pas vrai

beh vi, mais ça, c'est plutôt ce qui rend la situation inconciliable, chacun restant sur sa définition d'une relation.
C'est pour ça que j'ai préféré parler de qui choisit pour l'autre, ou qui ne demande pas cela...

#
Profil

Romy

le samedi 07 mai 2011 à 21h28

Quand je discute avec des monos, je dénote constamment des contradictions dans leur discours et une forme de condescendance, ce qui me fait sortir de mes gonds... Le classique étant un mono "qui a déjà trompé sa conjointe" mais ça c'était un accident...Puis un homme mono qui me dit que lorsqu'on va voir ailleurs, c'est qu'il y a quelque chose qui ne va pas dans le couple... Alors que lui est en couple et se dit heureux et satisfait...mais si je lui dit deux minutes plus tard "on se prend une chambre?"... Il me suit sans hésiter.
Voilà. Ce sont toutes ces contradictions qui m'embêtent. Plutôt que d'admettre que ce choix de vie pourrait leur convenir, mais qu'il est trop difficile à vivre, ils me martèlent qu'une vraie relation amoureuse est nécessairement monogame. Mais même pour ceux qui n'ont pas le désir de connaître d'autres personnes que leur conjoint, le fait est qu'on ne peut jamais dire jamais...et la monogamie exclut d'emblée cet adage.

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

#
Profil

Romy

le samedi 07 mai 2011 à 21h39

Ce qui m'embête aussi, c'est le refus systématique d'en parler. Une monogame m'a déjà dit: "pourquoi je parlerais de choses qui me font mal, pourquoi devrais-je parler de ce que je ferais si mes enfants avaient une maladie incurable, ou s'il m'arrivait un accident...je ne veux pas parler de ça, ça me rend triste". Et quand ça arrive (parce que hé oui...l'infidélité arrive parfois et même assez souvent) on reste sans ressources. Alors tolérance des polys envers les monos, d'accord. Mais pourquoi ce refus des monos de se questionner?

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion