Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

La douleur.

#
Profil

Siestacorta

le jeudi 13 mars 2014 à 12h29

On est pas responsable de l'autre, de ce qu'il fait quand on regarde pas, de comment il se sent quand il subit les conséquences de ses actes. L'autre n'est pas un enfant et on ne répond pas de ses actes à sa place.

En revanche, on est responsable de notre relation à l'autre, du bien être de l'autre dans sa relation à nous.
Donc, quand l'autre souffre, on répond à cette responsabilité-là, en décidant de consoler/soutenir ou non.

C'est là où aimer c'est prendre une responsabilité.

#
Profil

Lili-Lutine

le jeudi 13 mars 2014 à 12h36

Siestacorta


C'est là où aimer c'est prendre une responsabilité.

(+)

#

(compte clôturé)

le jeudi 13 mars 2014 à 12h44

Ouaip ! Dans ce cas il faut inventer un autre mot car celui-là me dérange.

Pour moi, il me parait évident qu'il ne faut pas laisser une personne que l'on aime en état de détresse, sinon, je n'appelle plus cela de l'amour. Mais bon, après c'est mon point de vue et il n'engage que moi. Je considère d'ailleurs qu'il faut toujours consoler avant de comprendre, ou si l'on peut faire les deux simultanément, mais l'important, face à la détresse d'autrui, ça m'a toujours paru évident qu'il fallait dire "tu souffres, je reconnais cela" avant de dire "explique moi pourquoi tu souffres...". Dire à quelqu'un, quelque soit le lien que l'on a avec une personne qui souffre "arrête de souffrir, c'est idiot" ou "cesse de te mettre dans des états pareils", je trouve cela insultant pour le ressenti de la personne. Bon après, il y a ceux qui se entretiennent leur souffrance uniquement pour que l'on s'occupe d'eux, mais là c'est un autre débat.

Dans la vie, nous sommes tous amenés à souffrir, alors dire que c'est pas grave de souffrir, que ça passera, ça n'aide pas beaucoup. L'important est, je crois, de reconnaitre la souffrance sans la minimiser mais aussi sans l'encourager avant de s'attaquer à l'origine de la souffrance et enfin, et là est le plus important, la raison profonde de cette souffrance. Comprendre la ou les raisons c'est s'offrir la possibilité de prendre en main sa souffrance. Sinon, ce serait comme vouloir résoudre un problème de maths sans connaitre toutes les données indispensables. Et si l'on peut se faire aider pour les premières étapes, on doit faire la fin du chemin seul. Après oui, le temps aide à oublier ou du moins à atténuer le ressenti.

#
Profil

Lili-Lutine

le jeudi 13 mars 2014 à 12h50

gcd68
Ouaip ! Dans ce cas il faut inventer un autre mot car celui-là me dérange.



Prendre "une responsabilité dans une relation " ne veut pas dire "se sentir responsable de" ou "être responsable de " , c'est là où se niche il me semble ce qui te chagrine non ?

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#

(compte clôturé)

le jeudi 13 mars 2014 à 13h19

On peut dire ça comme ça Lili-Lutine. Un jour tu m'as dit que je prenais trop sur moi... tu te rappelles !

Je pense que la notion de responsabilité que vous évoquez sera mal interprétée, notamment si vous vous adressez à des nouveaux membres. Utiliser ce mot tel quel, sans explication confortant sa juste interprétation, impliquera des mal-entendus. Ou alors, c'est seulement moi qui n'avait rien compris, c'est possible aussi.

#
Profil

Lili-Lutine

le jeudi 13 mars 2014 à 13h32

gcd68
On peut dire ça comme ça Lili-Lutine. Un jour tu m'as dit que je prenais trop sur moi... tu te rappelles !

Je pense que la notion de responsabilité que vous évoquez sera mal interprétée, notamment si vous vous adressez à des nouveaux membres. Utiliser ce mot tel quel, sans explication confortant sa juste interprétation, impliquera des mal-entendus. Ou alors, c'est seulement moi qui n'avait rien compris, c'est possible aussi.

C’est parce que c’est un sujet très délicat chère gcd68 , il touche parfois durement à des endroits fragiles de nos vies , et souvent aussi il se cogne à nos culpabilités et à nos empêchements. C’est un long chemin, en soi, et en compagnie des autres, et nous faisons tous de notre mieux (+)

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#
Profil

Kaya

le jeudi 13 mars 2014 à 13h49

Siestacorta
C'est un peu facile à dire, mais je crois que tu le comprends déjà comme ça : faut pas seulement être triste que ce soit fini (ou mal fini), faut être content aussi de l'avoir vécu.

C'est ce que je me dis, mais le problème est que tout ça n'a été que mensonge et fantasme pour lui, j'ai vécu mon histoire seule, je l'ai cru lui,, il a été très fort pour me faire croire, et se faire croire à lui même aussi. Je ne peux pas être heureuse d'avoir vécu du vent.
Aujourd'hui il ne reste plus rien puisque pour que ces moments aient existé, ils doivent vivre en lui aussi, selon moi. Mais comme vous le dites, il n'assume pas. C'est comme s'il avait appuyé sur un bouton pour tout effacer, pire, je pense qu'il aurait sincèrement voulu que tout ça n'arrive jamais...et c'est très rude. (je me sens sale un peu)
Alors je me bats avec ça, c'est tout frai, je serai plus positive d'ici quelques temps.

Green-Man-Outside
Sa route ? Une telle remarque présuppose que celle-ci serait tracée.

Ne croyant pas au destin pré-écrit moi-même, je pense que tu peux te dispenser du poids de ce genre de déterminisme. ;-)

^^ oui c'est vrai !

Sinon, est ce que je vous ai dit merci déjà ??? ^^

#
Profil

bouquetfleuri

le jeudi 13 mars 2014 à 14h12

Kaya
Aujourd'hui il ne reste plus rien puisque pour que ces moments aient existé, ils doivent vivre en lui aussi

Mais c'est ce qui se passe. Le déni d'un événement n'a jamais empêché celui-ci d'exister et de continuer à produire ses effets. La mémoire fait aussi partie des choses que l'on ne contrôle pas aussi bien que son langage ou ses tables de multiplication.
C'est une des questions fortes que je pose à la fin de chaque histoire mono amoureuse qui se termine dans la fureur : vous vous êtes aimés, comment pensez-vous détruire tout ce que vous avez produit d'amour, surtout pour être libres de démarrer une autre histoire ?

Il n'assume pas en ce moment peut-être. Parfois l'urgence dicte des comportements dans lesquels on ne se reconnaît pas par la suite.
Le temps seul dira s'il n'assume vraiment pas. Le temps lui fera peut-être prendre conscience que s'ils sont heureux dans leur vie, c'est parce que vous vous êtes rencontrés, parce qu'il a pu un instant considérer qu'il y avait une autre façon de vivre ses relations amoureuses.

Tout ceci n'a rien à voir avec le plaisir maintenant tari ou la douleur présente que tu nous exposes. Une histoire d'amour ne disparaît jamais, mais elle n'est jamais rangée au fond de nous comme on l'a vécue.

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#

(compte clôturé)

le jeudi 13 mars 2014 à 14h19

Lili-Lutine
nous faisons tous de notre mieux (+)

Oui, ça c'est vrai. Je dirais même pour Kaya que je comprends mais le désaveu de l'un ne doit pas venir ternir la beauté de ce que TU as vécu. Il en a besoin pour pouvoir continuer à avancer. Attention, je ne l'excuse pas, sauf que certains sont capables de mentir à autrui autant qu'à eux mêmes (comme Vin) et d'autres disent la vérité à autrui parce qu'ils sont incapables de se mentir à eux mêmes.

Tu as servi de "bouée de sauvetage" et c'est souvent le rôle de la maitresse cachée. Moi aussi, j'ai une colère enfuie depuis quelques années pour un homme qui n'a jamais assumé l'amour qu'il a pour moi. Je sais que je le lui en veut plus de ce simple constat que pour les souffrances plus concrètes (et elles sont nombreuses) qu'il m'a infligé volontairement comme involontairement. J'ai donc cette colère en moi, et aussi de merveilleux souvenirs, et un amour immuable, indélébile, un amour qui n'aura jamais trouvé son meilleur moyen d'expression pour être pleinement vécu et valorisé.

Un jour sa femme m'a téléphoné, elle cherchait à comprendre, me suppliant de ne jamais lui dire qu'elle l'avait fait. Relation basée sur un double mensonge, double cachoterie. Je les ai aperçu récemment ensemble, ils ne reflétaient pas le couple heureux et épanoui, après c'est peut être moi qui interprète. Mais bon, ils forment un couple, banal et commun.

Moi, je l'ai eu heureux, riant, vivant... Elle, elle a un mari, parti toute la semaine pour son travail, désirant trouvé une boniche pour son linge le week end. Je leur souhaite pourtant tout le "bonheur" du monde (dans leur cas, la maison, les voitures, le pouvoir d'achat, etc). Le "couple modèle" apparemment, enfin en apparence, avec ses non-dits et la complicité que l'on peut imaginer. J'extrapole, mouaif ! sans doute pas tant que ça.

Kaya, l'amour était présent. Il le garde certainement en lui, sauf que lui veut l'oublier et que toi non. Alors, laisse le faire son choix. Fais le tien pour toi, pas pour lui. S'il veut cliquer sur "supprimer" sur son ordi, rien ne t'oblige à devoir faire pareil. Perso, rien que pour l'emmerder, je valoriserais tout ça. Il n'a pas à te dicter ta conduite, même indirectement. Il a agi suivant ses impulsions naturelles, celles qui rendent heureux... aujourd'hui, il est coincé entre ses actes, ce bonheur vécu et la souffrance de sa femme. Il se dit qu'il ne peut obtenir réparation pour cette souffrance qu'en te dédaignant, comme si ça avait un lien... ben voyons...

Pour faire simple, il est dans la merde et il n'a pas trouver d'autre moyen pour vider la fosse septique qu'il a lui même rempli. Toi, tu n'as rempli aucune fosse septique mais tu as au contraire fertiliser un magnifique champ de fleurs. Regarde ce champ, et entretiens le...

#
Profil

LuLutine

le jeudi 13 mars 2014 à 22h50

Je plussoie sur les remarque de bouquetfleuri et gcd, ce n'est pas parce que Vin a décidé de tout renier que votre histoire en est moins réelle...au contraire même, je dirais.

S'il a tant besoin de renier ce qui s'est passé, c'est peut-être surtout parce qu'elle était oh combien réelle, cette histoire...

Non, tu n'as pas vécu "du vent", et le fait qu'il ait retourné sa veste n'y change rien.

Enfin dans votre situation, je ne crois pas que ce soit toi la plus à plaindre (même si cette affirmation est peut-être difficile à lire pour toi actuellement).

Tu vis une merveilleuse histoire avec un compagnon poly comme toi, quant à Vin... il doit aujourd'hui assumer sur le long terme les conséquences de ses mensonges.

D'après mon vécu, je dirais que pour toi les choses ne peuvent qu'aller mieux, mais que lui au contraire prend des risques, notamment celui de retomber bien vite dans le mensonge et de se remettre dans des situations inextricables et génératrices de souffrance...se tenir à distance de lui (bon en même temps là tu n'as pas le choix, ce qui n'est peut-être pas plus mal) me semble donc plutôt bénéfique pour toi !

#

(compte clôturé)

le vendredi 14 mars 2014 à 10h05

Il est évident que cet homme retombera dans les mensonges... c'est sans doute même cela qui faisait le piment de la relation (pour lui).
Quant à se tenir à distance... disons ne pas oublier qu'il n'assume pas et qu'il n'assumera pas non plus à l'avenir...
Si tu le vis comme moi Kaya, je pense qu'un jour tu te poseras la question : s'il revient vers moi, qu'est ce que je fais en premier ? Je lui saute dans les bras et je l'embrasse... ou je lui colle mon poing dans la gueule... ?
Moi aujourd'hui, je sais. Premièrement, je décharge ma colère. Ca peut paraitre sadique mais je la garde bien au chaud rien que pour avoir ce plaisir. Ensuite on cause... et après on verra...
Je n'aime pas imposer. Jusqu'à présent j'avais demander le respect de "limites" en me préoccupant qu'elles conviennent à chacun et à tous. Par contre là, j'imposerai clairement et nettement cette notion d'assumer ouvertement la relation, sinon rien, retourne d'où tu viens.

#

(compte clôturé)

le vendredi 14 mars 2014 à 10h07

Ah oui, je précise, moi j'ai déjà vécu 4 épisodes de quelques années chacun.

#
Profil

LuLutine

le vendredi 14 mars 2014 à 14h42

gcd68
Je lui saute dans les bras et je l'embrasse... ou je lui colle mon poing dans la gueule... ?
Moi aujourd'hui, je sais. Premièrement, je décharge ma colère. Ca peut paraitre sadique mais je la garde bien au chaud rien que pour avoir ce plaisir. Ensuite on cause... et après on verra...

Pour ma part, je ne lui saute pas dans les bras, mais je ne lui mettrai pas non plus mon poing dans la figure.
On causera et il sera clair qu'on ne repartira pas sur les mêmes bases.

gcd68
Je n'aime pas imposer. Jusqu'à présent j'avais demander le respect de "limites" en me préoccupant qu'elles conviennent à chacun et à tous. Par contre là, j'imposerai clairement et nettement cette notion d'assumer ouvertement la relation, sinon rien, retourne d'où tu viens.

Moi j'ai toujours demandé à ce que la relation soit assumée ouvertement.
Sinon, je n'impose rien, mais simplement c'est moi qui quitterai la relation (voire ne la commencerai pas, si le mensonge est la situation de départ).

#

(compte clôturé)

le vendredi 14 mars 2014 à 15h01

Sachant que la personne en question fait 1m85 et est plutôt costaud, tu imagines les dégâts que je ferais :-D . La violence sera plus l'expression de ma colère et seul l'intérieur risquera d'en être affectée. Par contre, moi, je me serais fait plaisir et je me serais soulagée. Est-ce de la méchanceté ? Oui, purement et simplement cela. Cela empêche-t-il l'amour ? Non, sinon cette méchanceté n'aurait pas lieu d'être et je m'en foutrais comme de l'an 40.

#
Profil

LuLutine

le vendredi 14 mars 2014 à 15h15

gcd68
Sachant que la personne en question fait 1m85 et est plutôt costaud, tu imagines les dégâts que je ferais :-D . La violence sera plus l'expression de ma colère et seul l'intérieur risquera d'en être affectée. Par contre, moi, je me serais fait plaisir et je me serais soulagée. Est-ce de la méchanceté ? Oui, purement et simplement cela. Cela empêche-t-il l'amour ? Non, sinon cette méchanceté n'aurait pas lieu d'être et je m'en foutrais comme de l'an 40.

La personne est aussi plus forte que moi et j'ai déjà fait l'expérience de lui taper dessus. C'était exactement ce que tu décris : pour me défouler (sauf qu'il n'y avait pas de méchanceté, c'était ma souffrance qui sortait comme ça). (Une autre fois, je lui ai laissé des marques, des griffures, mais c'était pas volontaire : il ne voulait pas me lâcher et en essayant de dégager mes mains...)

Honnêtement j'aurais même pas envie de recommencer, avec lui ou un autre. Mon énergie s'évacue autrement aujourd'hui.

C'est peut-être aussi parce qu'en étant en paix avec moi-même, j'ai fait (du moins intérieurement, mais pas extérieurement, par principe) la paix avec lui, et je n'éprouve aucun besoin de le frapper...

#

(compte clôturé)

le vendredi 14 mars 2014 à 16h15

Ben moi, dans ce cas précis, je le conçois comme ça et pas autrement. De toute façon, il n'y aura sans doute jamais d'épisode 5... Je devrais peut être me mettre à la boxe !

#
Profil

KittyN

le vendredi 14 mars 2014 à 16h18

j'ai des pansements hello kitty si ça vous chante, hihihi 0

#

(compte clôturé)

le vendredi 14 mars 2014 à 16h47

Tu as les bandes qui vont avec :-D

#

(compte clôturé)

le vendredi 14 mars 2014 à 16h49

Et pour ceux qui n'ont pas compris mon symbole, je suis scorpion ascendant scorpion

#
Profil

LuLutine

le vendredi 14 mars 2014 à 17h01

gcd68
Je devrais peut être me mettre à la boxe !

Je devrais peut-être éviter de prendre le risque de te contrarier alors :P ! ^_^

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion