Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Mono avec poly : comment faire ?

Témoignage
#

Irelio (invité)

le samedi 03 mars 2018 à 14h21

Message modéré pour la raison suivante : À la demande de l'auteur.

#
Profil

bonheur

le samedi 03 mars 2018 à 15h25

Bonjour Irelio,

Tu en as du courage et de la volonté pour conter cette histoire. Tu as aussi beaucoup de compréhension, malgré ce que tu en penses. Déjà, tu n'as pas pris tes jambes à ton cou, ce que beaucoup aurait fait.

Tu possèdes les deux ingrédients pour devenir polyacceptant. Tu l'aimes et tu désires son bonheur.

Sincèrement, je crois en l'avenir de votre histoire, qui est compliquée actuellement. La remise à plat de tes finances, par exemple. Le retour chez tes parents qui changeront ta vie. Tout cela indique ta capacité à évoluer. D'ailleurs ton post en est également l'expression.

Lorsque tu seras chez tes parents, avec un peu plus de temps à toi, je t'invite à lire un peu des ouvrages que je recommande lors de la transition d'un mono en poly(acceptant, voir amoureux).

Voici quatre références d'ouvrages. Les trois premiers sont du même auteur et se complètent bien à mon sens : "vertus du polyamour - la magie des amours multiples" ; "Les 10 plus gros mensonges sur l'amour et la vie de couple" ; Garder intact le plaisir d'être ensemble - prévenir le désamour" (Yves-Alexandre Thalmann) ainsi que l'ouvrage d'Hypatia from Space "compersion : transcender la jalousie dans le polyamour".

Bon chemin et ne te laisse pas envahir par les doutes et la négativité. Moi j'admire ta façon d'appréhender ton avenir. La déconstruction est déjà bien amorcée et il faut laisser aussi le temps au temps.

#

Mono-pardi (invité)

le samedi 03 mars 2018 à 22h34

Bonjour. Je suis de temps ce forum après une expérience malheureuse avec une poly. Par amour on peut en effet faire des folies... accepté les concessions les plus folle. Mais il ne faut pas s'oublier. Surtout pas.

Les concessions doivent se faire des deux côtés. Chacun doit avancer un peu vers l'autre. Or comme tu le verras souvent. Le mono est souvent celui qui donne le plus, voir à 100 %. Et ce n'est pas bon. Car malgré tes efforts. Malgré ton amour... l'autre qui n'a rien mis en jeu, ne comprendra pas le jour où tu ne supporteras plus ou demanderas un peu plus. Car le poly (de ce cas, je ne generalise pas) est dans sa zone de confort et ne comprendras pas pourquoi d'un coup elle doit changer. Surtout que dans sa vie si une relation bat de l'aile... il y en a d'autre. En gros la situation va mal évoluer. Et au final qui souffrira le plus selon toi ?

Ma vision n'est pas sinistre ou radical. Je te dis juste que toute relation se base sur des bases solide. Des compromis l'un vers l'autre. Et là je sens que tout viens de toi. Et j'ai peur pour toi.

#

(compte clôturé)

le dimanche 04 mars 2018 à 01h33

Ici Irelio, avec un nouveau pseudo! J'ai décidé après avoir fait mon message de créer un compte, afin de mieux suivre la discussion, et de pouvoir échanger via MP si nécessaire.

Mono-pardi
Bonjour. Je suis de temps ce forum après une expérience malheureuse avec une poly. Par amour on peut en effet faire des folies... accepté les concessions les plus folle. Mais il ne faut pas s'oublier. Surtout pas.

Les concessions doivent se faire des deux côtés. Chacun doit avancer un peu vers l'autre. Or comme tu le verras souvent. Le mono est souvent celui qui donne le plus, voir à 100 %. Et ce n'est pas bon. Car malgré tes efforts. Malgré ton amour... l'autre qui n'a rien mis en jeu, ne comprendra pas le jour où tu ne supporteras plus ou demanderas un peu plus. Car le poly (de ce cas, je ne generalise pas) est dans sa zone de confort et ne comprendras pas pourquoi d'un coup elle doit changer. Surtout que dans sa vie si une relation bat de l'aile... il y en a d'autre. En gros la situation va mal évoluer. Et au final qui souffrira le plus selon toi ?

Ma vision n'est pas sinistre ou radical. Je te dis juste que toute relation se base sur des bases solide. Des compromis l'un vers l'autre. Et là je sens que tout viens de toi. Et j'ai peur pour toi.

Mono-pardi, je comprends ce que tu dis mais.. Quelle concession lui demander ? Elle est comme ça, je l'ai acceptée comme ça.. Ce n'est pas comme si je le découvrais maintenant, ça fait partie des "termes" implicites de notre relation. Je sais qu'il y a certains des piliers de son existence qu'elle n'est pas prête à changer, et celui-ci n'en fait pas partie. Je sais que l'amour peut parfois demander des concessions des deux côtés, mais quelle concession peut-elle faire ? Si je lui demande de ne pas voir quelqu'un parce que je suis jaloux ou que j'ai du mal à le gérer, je la rend malheureuse. Mais je la rend aussi malheureuse si je la laisse le voir et que ça me rend malheureux. C'est pour ça que je préfère penser à des actions sur moi dans un premier temps.
Et je ne peux te dire qui souffrira le plus... Oui, dans l'état d'esprit que j'ai actuellement je souffrirai de la voir avec un autre. Et d'un autre côté elle souffrira de ne pas pouvoir s'épanouir avec quelqu'un d'autre. Dans les deux cas notre relation en souffrirait, et ce n'est pas quelque chose que je souhaite.. Cependant on en parle. J'ai eu des problèmes de communication dans mes précédentes relations et c'est une erreur que je ne commettrai pas de nouveau, nous en parlons de manière assez régulière. Je pense qu'elle fait de son mieux pour me rassurer à sa manière, tout en étant franche sur sa manière d'être. Je pense qu'elle accepterai des concessions si je lui en demandais. Mais elle m'a déjà dit qu'elle ne précipiterait rien si jamais elle voyait quelqu'un d'autre, ça me laisse du temps à priori pour m'y préparer. Je comprends ce que tu veux dire, dans un sens c'est de ça que j'ai peur.. de ne pas réussir ma "transition" en poly-acceptant et que cela doive se solder sur l'échec de notre relation, car je considère cela comme une condition sine qua non. Je repose la question encore, que puis-je bien lui demander qui me permettrai d'aller mieux ?

bonheur

,
merci pour tes paroles! je pense qu'une partie de moi a besoin d'être rassurée. C'est drôle que tu parles de ma capacité à évoluer. De manière générale, j'ai un très bon sens de l'adaptation. J'ai surtout peur de ne pas y arriver cette fois-ci, tant cela remet en cause ma vision fondamentale des relations amoureuses. Je suis allé à la Fnac cet après-midi pour chercher les ouvrages que tu m'as conseillé, mais je n'ai trouvé de Thalmann qu'un guide sur le développement personnel, ce qui ne sera peut-être pas complètement inutile puisque cela me permettra d’appréhender sa plume et peut-être d'ouvrir certaines portes en moi que j'ai fermé il y a quelques temps. Tu parles des doutes et de la négativité, c'est en effet ce qui me ronge, et il n'est pas facile d'outrepasser ces idées. J'ai toujours été un cas "à part" : j'ai sauté une classe, à l'école primaire j'étais l' "intello", je n'avais aucun ami, j'avais des difficultés sociales. Au collège rebelote, où je me suis fait un meilleur ami. Puis le temps passant, je me suis fait beaucoup d'amis, puis en ai réduit considérablement le nombre me rendant compte de la futilité de beaucoup de relations qui ne m'apportaient rien, du moins je l'eut cru. Aujourd'hui je compte mes amis sur les doigts d'une main. J'accorde une place spéciale à chacun d'entre eux. J'ai une bonne situation professionnelle, et j'ai objectivement un "excellent" parcours pour quelqu'un de mon âge. Je réussis la plupart du temps dans ce que j'entreprends. Malgré cela et bien que je puisse feindre, je manque de confiance en moi. Je pense que tout cela contribue a mon "besoin" de me sentir spécial pour elle, car je me suis toujours senti "spécial" de manière générale. Et je pense que cela sera la chose la plus difficile à déconstruire, avec la jalousie : le fait de n'être qu' "un de ceux". Le fait d'avoir un "égal" en couple aux yeux de ma douce. Ne pas être sa perle rare, sa moitié, puisqu'aujourd'hui c'est ce qu'elle est à mes yeux. Mais je suis aussi conscient que pour ce problème, la solution ne peut venir que de moi.

Je commanderai les ouvrages que tu m'a conseillé quand je serais chez mes parents afin de les lire tranquillement. Merci d'avoir pris le temps de me répondre!

Message modifié par son auteur il y a un an.

#
Profil

bonheur

le dimanche 04 mars 2018 à 09h04

Mono-pardi : cela arrive que l'élément poly, dans son ivresse, ne se préoccupe plus beaucoup du lien pré-existant. Ca arrive et ça me navre lorsque j'entends cela.

Je suis heureuse que tu ne généralise pas, car il n'y a pas matière. La personne qui est "au milieu", contrairement à tes propos (que je ne remet pas en doute, surtout pas) ne le vit pas nécessairement bien, dans la phase de mise en place de l'équilibre globale, en tout cas. D'autre part, c'est sur ses épaules qu'incombent tous les rééquilibrages. Egalement, si des personnes faisant partie de l'équation ne se sentent pas aimer ou à leur place, c'est à l'élément commun, donc poly de devoir faire en sorte d'exprimer, d'expliquer, encore et encore.

Etre poly, ce n'est pas l'insouciance et aux autres à faire tout le boulot. Toutefois, on ne peut faire un travail que sur soi, et ACCOMPAGNER autrui dans un travail sur lui-même.

#
Profil

bonheur

le dimanche 04 mars 2018 à 09h08

Asterion : Heureuse de te rendre service. Oui, te familiariser avec cet auteur sera un premier pas. De toute façon, perso, je recommande tous ces livres.

Puisque tu as un pseudo, je pourrai te communiquer toute une liste d'ouvrages, pas seulement sur polyamour ou l'amour, mais aussi sur le développement personnel au sens plus large (également sur les zèbres).

Je suis également disponible en mp. J'ai organisé ma vie afin de consacrer du temps à l'entre-aide, bien que j'ai des moments avec un peu moins de disponibilités.

#

passage par hazard (invité)

le dimanche 04 mars 2018 à 09h46

"Mono-pardi, je comprends ce que tu dis mais.. Quelle concession lui demander ? Elle est comme ça, je l'ai acceptée comme ça.. Ce n'est pas comme si je le découvrais maintenant, ça fait partie des "termes" implicites de notre relation"

Tu sais donc que les efforts ne viendront que de toi, que les changements ne viendront que de toi, quelle ne peut évoluer dans ta direction.
il faut aussi se dire qu'une incompatibilité entre vous est possible, que l'amour vrai n'est pas de souffrir.

on aura beau dire, mais il y a des situations dans lesquelles la souffrance n'est pas partagée, car si l'un se retrouve dans le polyamour, ce n'est pas le cas des deux.

une situation monopoly demande des efforts de façon irrationnelle, davantage au mono qu'au poly, c'est ainsi.

#
Profil

Llen

le dimanche 04 mars 2018 à 12h14

L'autre
Tu sais donc que les efforts ne viendront que de toi, que les changements ne viendront que de toi, quelle ne peut évoluer dans ta direction.
il faut aussi se dire qu'une incompatibilité entre vous est possible, que l'amour vrai n'est pas de souffrir.

on aura beau dire, mais il y a des situations dans lesquelles la souffrance n'est pas partagée, car si l'un se retrouve dans le polyamour, ce n'est pas le cas des deux.

une situation monopoly demande des efforts de façon irrationnelle, davantage au mono qu'au poly, c'est ainsi.

Je vais exprimer mon point de vue de mono avec poly.
Déjà cette relation est toute fraîche donc il y a des chances qu'il soit sous le coup de l'Énergie de Nouvelle Relation. Ce qui ne simplifie pas les sentiments qu'il peut ressentir vis-à-vis de la situation. Ensuite, dans ce qui est rapporté, son amoureuse ne vit pas sa vie de poly de manière inconsidérée et insouciante mais fait, elle aussi, des efforts pour l'accompagner et le rassurer. Ce qui ne m'étonne guère vu que les poly font très souvent ces démarches pour leur moitié mono dans l'âme. De ce que je lis, oui il va devoir beaucoup travailler sur lui, sur la co-dépendance qu'il ressent, sur sa jalousie et les réflexes de possessivité. Mais tout ça sera accompagné par la discussion avec son amoureuse qui va le soutenir je pense. Et pour elle non plus ça ne sera pas facile, car il faudra aller à la vitesse du plus lent, faire des concessions au départ sur les ententes mises en place, et rediscuter tout le temps. Ce qui au bout d'un moment peut paraître pénible pour le poly. Chacun va avoir son fardeau dans l'histoire et petit à petit ils arriveront (ou pas après tout ça peut ne pas marcher) à l'alléger jusqu'à vivre la relation sereinement.
Il n'y a pas que le mono qui souffre dans l'histoire. Le poly, la pointe du triangle, peu importe son nom, sera aussi pris de tiraillement, de désir de ne pas faire souffrir et de rendre tout le monde heureux. Dire simplement "Le mono souffrira toujours et le poly est un monstre sans cœur" est très réducteur à l'encontre de tout le monde. Ça voudrait dire que personne n'est capable d'évoluer et de s'améliorer avec un travail sur soi? Dans ce cas je ne sais pas comment je dois le prendre vu que c'est une situation que j'ai appris à accepter.

Cordialement bien sûr et bisous aux gens amoureux, peu importe combien de personnes ils aiment.

#
Profil

Lyla

le dimanche 04 mars 2018 à 13h42

Bonjour à tous,
Merci pour ce témoignage et cette discussion. Je n'ai pas encore le courage ni les mots pour témoigner de la complexité de ce que je vis, mais vous lire me fait beaucoup de bien.
Merci bonheur pour les références biblio, que je vais tâcher de trouver également. Je serais moi aussi intéressée pour en avoir davantage, si possible.
Bonne journée à tous

#
Profil

bonheur

le dimanche 04 mars 2018 à 14h51

passage par hasard
une situation monopoly demande des efforts de façon irrationnelle, davantage au mono qu'au poly, c'est ainsi.

Je m'interroge. J'ai opéré une transition mono-mono à mono-poly après 18 ans de mariage et 20 ans de vie commune. Dire que ce fut plus facile pour moi (qui sortait de la norme) de découvrir que j'aimais ET j'aimais, serait faux. Le choc de cette découverte, je l'ai vécu dans un premier temps seule, en interrogation avec moi-même. Quand j'ai dit à cet homme que je l'aimais, il m'a tourné le dos définitivement, alors que nous étions très proche. Je ne l'ai pas vécu bien, mais alors pas bien du tout. Dans le même temps, j'ai avoué à mon mari mes sentiments (pas de sexe avec cet autre homme, ni depuis avec aucun autre). J'assistais à un ébranlement profond et soudain. Je ne l'avais jamais vu ainsi. J'ai été à ses côtés, à expliquer, à confirmer que non je ne voulais pas divorcer, que oui, je l'aimais toujours autant. Finalement ça nous a rapproché, mon mari et moi. Nous avons déballé, un reliquat de non-dits (plutôt de garder intérieurement) de deux décennies. Avec son accord, j'ai ensuite recontacter un ex, que j'aimerais toute ma vie, bien que nous soyons depuis à nouveau séparé. Lui aussi, ne peut m'accepter mariée. Et ce fut encore une occasion d'avoir le coeur meurtri.

Quand on me dit que les poly ne souffre pas et qu'ils s'en foutent, je m'insurge. Si on me dit que le mono (possessif) aime au lieu de se demander pourquoi on devrait l'aimer lui au détriment d'autres amours qui ont aussi leurs légitimités. On aime au fur et à mesure des rencontres, et c'est ce qui définit la "hiérarchie" (s'il y en a une : dans mon cas, une situation initiale liée à un mariage). En quoi, aimer quelqu'un est beau et que lorsque l'on aime à nouveau, on est une pourriture insouciante. Tous les amours sont beaux. Après, le bonheur est personnel et se traduit (dans mon cas en tout cas) par un épanouissement intérieur, avant tout émotionnel et sentimental.

C'est trop facile de tirer sur les polys sous prétexte que la norme les montre du doigt.

Egalement, mon mari est mono. Il a compris que j'aimais en dehors de nous et que ce n'était pas contre lui, mais pour vivre heureuse, encore plus. Il trouve l'amour compliqué, alors son désir est de vivre simplement, sans complication. Il déplore les désagréments que mes autres amours m'ont apporté. Par contre, si des situations m'ont rendues ponctuellement malheureuse, tous ces instants de bonheur me suffisent à me "consoler".

Dire que pour les poly, c'est facile et qu'ils sont les "gagnants", me met hors de moi. Mon mari se prend beaucoup moins le chou que moi. Il ne se rend pas encore plus heureux, mais ne se rend pas plus malheureux. D'ailleurs, le 100% heureux permanent, ça n'existe pas.

Je me suis toujours mise en 4 pour trouver des équilibres de satisfaction, dans chaque relation, dans chaque interaction, y compris avec mes métamours. Et ça demande beaucoup, mais alors parfois beaucoup, beaucoup, beaucoup d'efforts.

#
Profil

bonheur

le dimanche 04 mars 2018 à 19h07

Asterion
Je pense que tout cela contribue a mon "besoin" de me sentir spécial pour elle, car je me suis toujours senti "spécial" de manière générale.

Si tu n'étais pas "spécial" à ses yeux, elle ne t'aurai même pas regardé ! Toutes les personnes que l'on aime sont spéciales. Chaque amour est unique. C'est concernant l'exclusivité qu'il faut s'interroger lorsque l'on veut aimer une personne poly, et non sur le caractère unique d'une relation.

Cette réflexion vient à tardivement, mais mieux vaut tard que jamais !

#
Profil

Caoline

le dimanche 04 mars 2018 à 20h29

Bonheur m'a devancée :-)
Je n'avais pas encore eu le temps d'écrire mais en te lisant me sont venues plusieurs choses :

- Tu seras toujours spécial, aucun amour n'est identique, sinon ça servirait à quoi d'en avoir plusieurs ? Même pour moi qui ai vécu des périodes avec 2 relations primaires, mes amoureux ne sont pas interchangeables, chacun à sa place dans ma vie à cause de ses spécificités et mon compagnon n'a pas moins d'importance, n'est pas moins spécial depuis que je vis le fait d'être poly.

- Est-ce qu'elle dit que toutes ses relations on le même niveau pour elle ? Car quand il y a un couple initial, le plus souvent l'/les autres sont des relations secondaires. Donc la place du premier est bien plus importante dans la vie de la personne poly, ce qui serait donc ton cas. C’est à discuter avec elle car ce n'est pas systématique quand même.

- Elle ne t'aimera pas moins, l'amour ça se multiplie ça ne se divise pas, et ne donneras pas la même chose à un autre car chaque relation est unique.

- Et le plus important, pour certaines personnes, c'est beaucoup, beaucoup plus angoissant de se projeter dans la situation que de la vivre. Je l'ai constaté en voyant mon compagnon et il le confirme. Quand c’est hypothétique, même si d'autres nous disent qu'il n'y aura pas moins d'amour, moins de complicité... voir généralement plus, qu'elle ne te quittera pas pour l'autre, qu'elle ne préfèrera pas l'autre, la peur reste présente. Quand on le vit, on le constate et donc c’est très rassurant. Donc autant sa me semble très intéressant de travailler sur ta possessivité, ta jalousie car de toute façon ça c’est des poisons dans toutes les relations autant il me semblerait vraiment salutaire que tu arrêtes de te projeter. D'autant qu'elle te dit qu'elle n'éprouve pas le besoin, que ça n'ira pas vite, qu'elle est à ton écoute donc saura probablement aller à ton rythme.

Voilà de mémoire ce à qui j'avais pensé en te lisant.

#
Profil

bonheur

le dimanche 04 mars 2018 à 20h39

Personnellement, j'aime la projection. Juste, je la distingue à la réalité et je sais que ma projection n'est que très très hypothétique. Par contre, j'en ai besoin... je ne saurai expliqué pourquoi.

L'amour n'est pas un gâteau que l'on partage si on aime une deuxième personne (ne pas confondre la capacité à aimer et le temps consacrer). Je vois plus l'amour comme un ballon gonflable, c'est à dire qui s'expanse (le verbe n'existe pas, tant pis je l'invente). Les amours sont en partie "commun" (nous n'avons qu'une capacité à aimer) et aussi différents, de part la particularité de ce chaque amour occasionne en nous, des liens et des vécus.

#
Profil

Yuzu

le lundi 05 mars 2018 à 18h10

Bonjour Asterion,

Je suis mono et j'ai été confrontée à une ouverture de mon couple de 8 ans très récemment.
Comme tu demandes des témoignages de mono je te donne le mien bien que je ne sais pas si je suis le meilleur exemple vu que j'ai l'impression que c'est assez minoritaires comme expérience.

Astérion
Je ne veux pas la perdre. Elle compte beaucoup pour moi, et je l'aime beaucoup. Je ne veux pas fuir quand elle flirtera avec quelqu'un d'autre. Et j'aimerais trouver des solutions pour me déformatter. Si je poste ici, c'est en quête de témoignages d'autres monos ou ex-monos ayant pu être dans ma situation, savoir comment ils l'ont vécu, comment ils ont travaillé sur eux même pour changer leur vision des choses et ne plus être malheureux. Comment ils ont fait pendant la phase de flirt, comment ils ont régi leur vie ensuite. Comment ils ont arrêté de se monter la tête. Comment ils ont réussi à être heureux en n'étant que l' "un des amoureux".

Mon copain m'a annoncé qu'il aimait une autre personne après 8 années de couple ( avec des hauts et des bas) et deux enfants ( dont le second encore au chaud a l'époque de l'annonce) .
L'annonce a été vraiment dure à entendre et destructice de moral.
Après m'être morfondue un temps il fallait que je me rende compte de la réalité qui était que je l'aimais toujours. J'ai donc cherché à comprendre.
Comprendre comment je pouvais reagir, comment d'autres vivaient les infidélités, si ça se faisait. Comprendre comment il pouvait aimer deux personnes différentes en même temps car c'est bien ce qu'il me disait : quand je suis avec toi je suis bien, mais je ne peut pas m'empêcher de penser à elle car elle me manque , mais quand je suis avec elle je suis bien ... mais je ne peut pas m'empêcher de penser a toi car tu me manques.

Nous avons essayé, sans succès la consultation auprès d'une conseillère conjugale . Nous communiquions déjà énormément vu mon besoin de comprendre. J'étais à la limite du harcèlement à lui demander comment elle le vivait, a lui dire que je l'aimais mais que j'avais mal etc. Mais paradoxalement ça nous a rapprochés, autant émotionnellement que physiquement. Peut-être que ça nous a aidé dans un sens de voir la conseillère car au final on posait a plat tout ce qu'on avait dit et on voyait que ça avançait ( trop lentement mais tout de même un peu). Nous avons arrêté car elle était fixée sur l'objectif de nous remettre ensemble( on ne s'était pas quittés) en éjectant son amie ce qui n'était pas envisageable pour lui. Mais une bonne était qu'elle voyait le positif dans le fait qu'on ne s'acharne pas l'un sur l'autre.
Ils se sont quittés... mais il a renoué avec une amie de longue date dans la foulée... c'est vraiment là, je pense , que j'ai compris que notre couple " mono" était vraiment fini et que si je tenais vraiment à lui ( ce qui est le cas) qu'il fallait qu'on trouve une solution pour continuer.
C'est un peu avant ce moment que j'ai découvert le forum avec la notion de polyamour et l'idée a fait son bonhomme de chemin, Avec beaucoup de rebondissements, Avant que nous mettions en place une vraie relation de polyamour .

Et j'ai rencontré son amie... il m'avait choisie c'est donc qu'il n'a pas si mauvais goût que ça...
Effectivement le courant est très bien passé et c'est aussi grâce à elle et son approche de la relation ( elle a découvert mon existence et celle des enfants après coup) que les choses peuvent aussi bien se passer.

Aujourd'hui il y a donc une relation "primaire" de fait car l'organisation avec les enfants s'impose mais nous nous dirigeons plus vers deux relations primaires en parallèle afin d'éviter le plus possible la concurrence et la jalousie ( qui s'est miraculeusement envolée après les discussions à trois pour laisser place a la compersion) .
Il va la voir, nous passons du temps à trois et il passe du temps avec moi . Les instants seule j'en profite pour me faire plaisir ( repas, film, livres...) c'est agréable aussi :-D

Je te souhaite beaucoup de courage et d'amour au quotidien :-D

#
Profil

Yuzu

le lundi 05 mars 2018 à 18h17

Je suis toujours mono, elle aussi a priori, mais on arrive à vivre en étant l'une de ses deux amours.
Ça fait de nous des poly-acceptantes de fait : on l'aime trop pour le laisser filer :-P

#
Profil

Caoline

le lundi 05 mars 2018 à 20h46

bonheur
Personnellement, j'aime la projection. Juste, je la distingue à la réalité et je sais que ma projection n'est que très très hypothétique. Par contre, j'en ai besoin... je ne saurai expliqué pourquoi.

Moi aussi pour la projection positive, les choses qu'on a envie de construire ensembles... Mais sur les choses négatives qui pourraient éventuellement arriver, comment on les vivrait... Je crois qu'on imagine toujours le pire donc que c'est vraiment destructeur.

#
Profil

Caoline

le lundi 05 mars 2018 à 20h56

Yuzu ça fait très plaisir de te lire :-)

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion