Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Poly + non poly = voie sans issue

#
Profil

bouquetfleuri

le mercredi 25 septembre 2013 à 08h38

C'est aussi parce qu'ils n'ont pas peur de "papillonner" que les poly peuvent s'engager profondément. C'est même parce qu'ils s'engagent réellement sur un socle que des poly peuvent s'épanouir dans d'autres relations diverses et diversifiées, et qui ne sont pas moins importantes pour leur épanouissement

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#
Profil

Geraldin-e

le mercredi 25 septembre 2013 à 11h02

+1 (+)

bouquetfleuri
C'est aussi parce qu'ils n'ont pas peur de "papillonner" que les poly peuvent s'engager profondément. C'est même parce qu'ils s'engagent réellement sur un socle que des poly peuvent s'épanouir dans d'autres relations diverses et diversifiées, et qui ne sont pas moins importantes pour leur épanouissement

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#
Profil

LuLutine

le mercredi 25 septembre 2013 à 11h25

bouquetfleuri
C'est aussi parce qu'ils n'ont pas peur de "papillonner" que les poly peuvent s'engager profondément. C'est même parce qu'ils s'engagent réellement sur un socle que des poly peuvent s'épanouir dans d'autres relations diverses et diversifiées, et qui ne sont pas moins importantes pour leur épanouissement

Ah mais je plussoie aussi !

#
Profil

Anarchamory

le mercredi 25 septembre 2013 à 12h44

GreenPixie
De mémoire, en voici des règles, issues de leurs contrats de libertés de couple :
( au moins dans l'idée que j'en ai retenue )

"
- a) Dans les relations amoureuses/sexuelles que l'on a à l'extérieur de notre couple, on s'interdit :
de sortir avec des ami-es proches de l'un-e ou de l'autre ;

C'est presque la quadrature du cercle de mon point de vue... sachant que, forcément, des relations sexuelles, a fortiori amoureuses, ça rapproche amicalement, bien souvent ; et que inversement, les relations amicales, ça peut rapprocher sexuellement/amoureusement.

#
Profil

MissO

le mercredi 25 septembre 2013 à 13h09

Tout à fait, le papillonnage peut être un signe de peur ou de refus de s'engager, une immaturité affective, un ego sur démesuré, ou quelque chose de très très fort qui ne fera du mal à personne mais plutôt du "bien" .Et parfois tout ça à la fois.
Peu à peu, je me rends compte que ces "papillonnages" en dehors de mon socle (oui j'ai un socle, un couple et j'en suis fière)non seulement participent à mon épanouissement, mais aussi, me permettent d'amener d'autres choses, d'autres sentiments ,d'autres sensations dans mon couple officiel qui lui même enrichissait mon autre relation.
Bon, faut pas rêver, c'est ténu, c'est fragile, ce sont quelques moments, faut pas nier et oublier ce qui fut dur.
Et pour rebondir sur ce que disait green pixie, et oui, il faut des règles, j'irai plus loin, avec le recul,je crois que la contrainte a permis de finalement ne pas trop mal vivre cette situation.
Quoiqu'on dise, je lui ai imposé quelque chose, même si c'était une situation que nous avions déjà évoquée, du jour au lendemain, il y avait "autre chose" un autre, une nouvelle organisation à trouver, une autre "moi". Ce fut une contrainte pour lui, il l'accepta. parmi les quelques règles que nous avions établis, il y avait celle qui disait que nous ne reviendrions pas en arrière.
Etrangement, je me suis imposée la contrainte inverse, si je voyais que ce n'était plus possible, que nous souffrions, qu'il soufrait trop, je m'imposais de stopper mon autre relation au moins temporairement.
la contrainte libératrice? ça existe ailleurs, pourquoi pas chez "nous" les polys(my god, j'ai dit "nous", serai je en train de vivre un étonnant sentiment d'appartenance à une communauté?!!!!)
Ah oui, juste une chose, je me suis rendue compte , il y a peu, et mes deux chéris on fait la même constatation: à aucun moment, de la part d'aucun de nous trois, il ne fut évoqué, envisagé une séparation entre mon compagnon officiel et moi
la vie, le couple (quelque soit sa forme) l'amour , les projets entre des polys et ces êtres étranges et surprenants que sont les monos, c'est possible .Pas facile, mais possible et si c'est difficile, c'est encore mieux, non?

#
Profil

Junon

le mercredi 25 septembre 2013 à 16h08

Voie sans issue?
Je ne crois pas...le chemin que mon amoureux de longue date (16 ans tout de même), plutôt mono de fait et moi-même, carrément poly depuis 7 ans empruntons chaque jour n'est certes pas perpétuellement semé de roses mais pas pour autant une impasse. Nous nous aimons, réalisons des projets auxquels nous tenons, regardons ensemble grandir les petits de notre entourage, vivons ensemble, voyageons, nous engueulons et nous réconcilions sur du grave comme du futile...bref nous vivons. Et je m'avancerai à dire que nous sommes heureux ensemble.
Ce n'est bien sûr que mon témoignage mais j'espère qu'il n'est pas si unique!

#
Profil

Katouchka

le mercredi 25 septembre 2013 à 16h33

Ton témoignage ne l'est pas mais toi oui Junon! ;)

#

eric50 (invité)

le mercredi 25 septembre 2013 à 17h17

Il y a des non poly qui deviennent poly ce qui ouvre une issue. Par contre la galère est assurée. Il faut vraiment y croire pour avoir une chance de le voir.

Mais est ce que trouver un(e) poly n'est pas une galère aussi ? Sans compter qu'il y a poly et poly et que ce n'est guère plus compatible que poly et non poly.

#
Profil

wolfram

le mercredi 25 septembre 2013 à 18h12

Nous, ce serait plutôt paradoxal, nous sommes en trouples avec un couple mono et une amoureuse poly...
Nous le vivons bien mais c'est sûr qu'il y a une frustration de la part mono du trouple...
Le truc, c'est que nous nous aimons et que cela est plus fort que cette frustration. Quand nous enfermons notre poly dans notre désir mono (ou duo ?), ça clash au bout d'un temps car elle ne le supporte pas.
Au bout d'un temps, la partie mono se laisse aller à rencontrer à nouvrau, nous tombons sur une mono et c'est la rupture avec notre amoureuse...
En fait, ça fait depuis 2007 que ça dure !
Je dirais, laissons les mono avec les monos et les polys avec les polys... sauf s'ils s'aiment ;)

#
Profil

Infiny

le jeudi 26 septembre 2013 à 08h24

Junon
Voie sans issue ?
Je ne crois pas...le chemin que mon amoureux de longue date (16 ans tout de même), plutôt mono de fait et moi-même, carrément poly depuis 7 ans empruntons chaque jour n'est certes pas perpétuellement semé de roses mais pas pour autant une impasse. Nous nous aimons, réalisons des projets auxquels nous tenons, regardons ensemble grandir les petits de notre entourage, vivons ensemble, voyageons, nous engueulons et nous réconcilions sur du grave comme du futile...bref nous vivons. Et je m'avancerai à dire que nous sommes heureux ensemble.
Ce n'est bien sûr que mon témoignage mais j'espère qu'il n'est pas si unique !

Vie de famille tout ça ...
Que peut espérer un(e) quand il(elle) a pour partenaire un(e)poly ?
Comme le/la poly veut garder les autres amoureux, la personne est obligé de partager sa vie entre toutes ces personnes.
Quant aux enfants, je ne suis pas certains que ça soient bon pour leur éducation :
Comment allez vous leur expliquer que maman ou papa aiment d'autres personnes alors que l'enfant est né de 2 parents qui sont censés s'aimer ...

Pour ma part, j'ai pas mal mis du mien.
Mais ça m'a fait plus de mal qu'autre chose.
Le fait de savoir l'autre ailleurs.

J'ai toujours pensé que quand on aime une personne et qu'on est avec elle , on est censé être heureux d'être avec elle et on en profite.
Ce ne fut pas trop le cas.
Alors peut être que les polys garde leur sentiments pour eux ... masi ça n'arrange rien.

#
Profil

milou

le jeudi 26 septembre 2013 à 09h24

"
Quant aux enfants, je ne suis pas certains que ça soient bon pour leur éducation :
Comment allez vous leur expliquer que maman ou papa aiment d'autres personnes alors que l'enfant est né de 2 parents qui sont censés s'aimer ..."

(a pas compris comment procéder à une citation du copain du dessus)

Il n'y a qu' à moi que ce genre de phrases provoque de la tachycardie, des sueurs froides et des maux de têtes ?

Si l'on peut définir ce qui est mauvais pour un enfant (comme par exemple, le violer, le nourrir exclusivement de bonbons .... ) comment savoir ce qui est bon pour lui ? Sans lui cloisonner l'horizon infiny ( spécial dédicace )

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#

femme parti (invité)

le jeudi 26 septembre 2013 à 12h38

Il y a 2 cas de figures distinctes dans un couple poly mono, le 1er est la connaissance du poly dès le début du couple, le 2ème une évolution d'un des 2, passant du mono au poly.

Dans le 1er cas, on est libre d'accepter ou pas le poly et de cesser d'entrée de jeu le développement du couple.

Dans le 2ème cas, les sentiments étant présents, l'acceptation du poly de l'autre remet les 2 personnes en questionnement et provoque des situations chaotiques. Il sera donc difficile de modifier un cadre de vie existant depuis des années.

#
Profil

Katouchka

le jeudi 26 septembre 2013 à 13h18

Milou
Quant aux enfants, je ne suis pas certains que ça soient bon pour leur éducation :
Comment allez vous leur expliquer que maman ou papa aiment d'autres personnes alors que l'enfant est né de 2 parents qui sont censés s'aimer ..."

Il n'y a qu' à moi que ce genre de phrases provoque de la tachycardie, des sueurs froides et des maux de têtes ?

"

Bah non à moi aussi!
Il n'y a rien de mal à aimer plusieurs personnes donc je vois pas où est le problème dans l'éducation des enfants.
Ce qui est dur pour les enfants c'est quand leurs parents ne s'aiment plus. Et non pas quand ils aiment plus(sssse)! :)
Comme exemple concret, je peux donner l'exemple de mon fils de douze ans à qui cela pose aucun problème que sa mère aime d'autres hommes ou que son beau-père aime une autre femme. Il trouve ça super fun au contraire tous ces adultes autour de lui qui se préoccupent de lui. Tous ces gens différents qui l'ouvrent sur un tas d'univers différents!
Ca n'enlève rien à l'amour que l'on éprouve pour lui ou pour nous.
Par ailleurs, concernant le petit dont mon compagnon est le père biologique et bien le fait que son père soit tombé amoureux d'une autre (alors même que j'étais enceinte de lui) cela n'enlève en rien l'amour que l'on a eu en le faisant et qu'on continue d'avoir en l'élevant.

Désolée Infiny mais il semble que dans ton raisonnement il y ait une erreur de logique.

#
Profil

LuLutine

le jeudi 26 septembre 2013 à 14h46

#

(compte clôturé)

le jeudi 26 septembre 2013 à 16h20

J'ai des enfants (enfin des ados 16ans et 17,5ans), qui ont d'ailleurs participé à des évènements poly (à la Grange l'été dernier et cet été). Le plus jeune est plus participatif et a adoré le cabaret poétique... Bref, cet été à la Grange, il y avait des enfants de tous les âges qui m'ont semblé heureux et équilibrés. Mes enfants connaissent les personnes (autres que leur père) avec j'entretiens des relations amicales importantes ou amoureuses (sans sexualité) et ne sont pas choqués de me voir me blottir dans des bras masculins et y rester à grand renfort de tendresse, de bisous et de bien-être. Maman est heureuse et papa heureux de voir maman heureuse ! Il serait où le problème... à part dans le fait que la seule vaisselle cassée l'est par inadvertance et maladresse (et souvent par les enfants). Oh ! quels vilains parents... :-D

#
Profil

Annabelle

le jeudi 26 septembre 2013 à 20h49

Katouchka
"

Bah non à moi aussi !

Il n'y a rien de mal à aimer plusieurs personnes donc je vois pas où est le problème dans l'éducation des enfants.

Ce qui est dur pour les enfants c'est quand leurs parents ne s'aiment plus. Et non pas quand ils aiment plus(sssse) ! :)

Comme exemple concret, je peux donner l'exemple de mon fils de douze ans à qui cela pose aucun problème que sa mère aime d'autres hommes ou que son beau-père aime une autre femme. Il trouve ça super fun au contraire tous ces adultes autour de lui qui se préoccupent de lui. Tous ces gens différents qui l'ouvrent sur un tas d'univers différents !

Ca n'enlève rien à l'amour que l'on éprouve pour lui ou pour nous.

Par ailleurs, concernant le petit dont mon compagnon est le père biologique et bien le fait que son père soit tombé amoureux d'une autre (alors même que j'étais enceinte de lui) cela n'enlève en rien l'amour que l'on a eu en le faisant et qu'on continue d'avoir en l'élevant.

Désolée Infiny mais il semble que dans ton raisonnement il y ait une erreur de logique.

Envie de réagir : ce qui est dur pour les enfants c'est de devenir l'enjeu des conflits de leurs parents.
Mais deux parents peuvent arrêter de s'aimer, pour autant, continuer de former une équipe parentale aimante et bienveillante pour les enfants.

l'amour filial est une chose, l'amour entre les adultes une autre, qui n'a rien à voir.

Ce qui est néfaste pour un enfant c'est de toujours vouloir mélanger tous les registres, et croire qu'il faut absolument que les deux géniteurs de l'enfant s'aiment à la vie à la mort pour l'équilibre de ce dernier.

L'enfant a besoin d'adultes qui l'aiment et qui soient capables de cohérence envers lui quelles que soient leurs histoires d'amour ou de sexe...

"Quant aux enfants, je ne suis pas certains que ça soient bon pour leur éducation :
Comment allez vous leur expliquer que maman ou papa aiment d'autres personnes alors que l'enfant est né de 2 parents qui sont censés s'aimer ..."

A moi aussi ça me fiche de l'urticaire ce genre de réflexion, c'est pour moi du même ordre que "un papa une maman ya pas mieux pour un enfant"... entendu quelque part ya pas si longtemps...

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#

(compte clôturé)

le jeudi 26 septembre 2013 à 21h36

Je suis aussi de l'avis d'Annabelle. Il me semble, en complément, qu'il est important que les enfants puissent s'ouvrir à leur parents (l'un comme l'autre ou les deux ensemble) sur leurs propres vies sentimentales, détresses, etc... sans se sentir juger.
Ce qui est valable pour nous doit l'être pour eux, évidemment et aussi dans nos rapports avec eux.

#
Profil

gdf

le vendredi 27 septembre 2013 à 16h27

katouchka
Ce qui est dur pour les enfants c'est quand leurs parents ne s'aiment plus.

Les différentes études sur la parentalité montrent effectivement que la stabilité des parents est significative sur le bien être des enfants.
En cherchant des références, je suis tombé sur cet article que j'ai trouvé tres intéressant
www.familleliberte.org/index.php/accueil/acctualit...
(Le reste du site familleliberte est par ailleurs plutôt flippant)
En deux mots, les études défendant l'homo parentalité et l'étude regnerus, fameuse auprès des militants de la manif pour tous car elle critique l'homo parentalité, disent en fait la même chose : mieux vaut avoir deux parents qui s'aiment dans la durée qu'un seul parent ou des parents qui ne s'aiment plus.
Je ne pense pas qu'il y ait des études élargissant la réflexion au polyamour, mais je suis prêt a parier que le résultat sera le même : mieux vaut des parents qui ont d'autres amoureux que des parents qui ne s'aiment plus entre eux.

#
Profil

LittleJohn

le vendredi 27 septembre 2013 à 17h02

Je ne suis pas sûr que ce qui est déterminant soit tant d'avoir des parents qui s'aiment que des parents qui s'entendent bien, même s'ils ne s'aiment plus (je soupçonne une confusion entre s'aimer et s'entendre dans ces études, tant il est admis que des ex époux / concubins sont sensés se détester dans ce monde mono-normé).

Bon, et puis après, on peut se demander dans quelle mesure le fait d'être élevé dans une structure normale et socialement valorisée (le mariage) n'a pas autant de poids de ce simple fait (l'acceptation, la valorisation et la norme) que le fait que les parents vivent ensemble et s'aime, les enfant étant particulièrement conformistes et souffrant facilement du regard extérieur....

#
Profil

Katouchka

le vendredi 27 septembre 2013 à 17h34

On peut très bien élever des enfants qui éventuellement s'épanouissent sans que le fait que les parents s'aiment soit un critère obligatoire. C'est d'ailleurs ça: "le mariage". Puisque selon la loi, le mariage n'a rien à voir avec l'amour mais est un contrat passé entre deux personnes qui vont fonder une famille.
Donc si le mariage, c'est la norme, l'amour ne l'est pas!
L'amour c'est nouveau, c'est il me semble, en tout cas pour moi, une bonne et belle idée qui n'est pas encore totalement "has been". Je trouve ça chouette moi qu'à un moment des gens se soient insurgés contre les mariages arrangés. Parce qu'avant il fallait s'unir entre personnes de même catégorie sociale, ou pour des raisons politiques, ou que sais-je encore...
Bref, tout d'un coup il y a eu des gens très réac qui ont dit non nous on veut s'épouser parce qu'on s'aime et on veut que les enfants soient le fruit de cet amour. Bah moi je l'aime bien cette idée. Je trouve ça bien beau et je ne suis pas étonnée qu'une étude dise que c'est effectivement bien pour les enfants quand les parents s'aiment. Après c'est sûr c'est pas obligatoire. Mais c'est bien quand même. :)
Et ce qui me semble encore un progrès, c'est qu'on soit plus obligé de se marier et qu'on puisse même offrir la pluriparentalité à nos enfants et qu'en plus tout ce petit monde s'aime!

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion