Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Poly + non poly = voie sans issue

#
Profil

Junon

le samedi 28 septembre 2013 à 14h29

Hmmm, merci Infiny de cette réponse pour le moins monolithique.
Nous n'avons pas d'enfants car nous ne souhaitons ni l'un ni l'autre en avoir...mais il se trouve que nous avons des parents, soeur, neveux et donc...une vie de famille!
Faire famille, ce n'est pas uniquement celle que l'on forme avec ses propres enfants et heureusement!
La famille de mon second amoureux, je la considère comme la mienne et la fille de sa compagne, comme ma nièce. Je les aime d'ailleurs bien plus que certains membres de ma famille biologique car nous nous sommes choisis et reconnus pour ce que nous sommes, pas pour des liens d'origine suposément solides.
Et je crois que cette jolie famille, où l'amour environne cette petite fille équilibrée, joyeuse et sociable bien plus que dans bien des familles plus "classiques" de mon entourage suffirait à convaincre n'importe qui du bien fondé d'élever un enfant avec ce modèle (si tant est qu'il y ait une famille idéale ou que l'on doive faire un enfant avec des restrictions). De mon point de vue, l'amour ne se scinde pas, au contraire du temps.
Quant à "partager" son temps entre son/sa/ses partenaires, à moins d'être monogame et de vivre dans une grotte sans aucun loisir, de n'avoir aucune activité d'aucune sorte, je ne vois pas qui peut prétendre être constamment avec l'autre...(et je ne trouve pas ça souhaitable du tout!)

#
Profil

Junon

le samedi 28 septembre 2013 à 14h29

(et merci Katouchka, ça me fait très plaisir)

#

priame (invité)

le vendredi 31 juillet 2015 à 17h56

Bonjour,

Je relance ce fil bien que daté, car il aborde 2 sujets qui collent avec ma situation actuelle :
- relation poly / non poly ;
- enfant au milieu.
J'expose ce témoignage comme base potentielle de discussion ou d'alimentation de réflexion personnelle et collective, certains des témoignages présents sur ce site m'ayant beaucoup apporté (merci !).

Je suis dans une relation depuis plusieurs années avec X. Nous habitons ensemble. Depuis le début, nous avons co-réfléchit à ce que nous voulions de notre relation, plus ou moins libre, bien qu'ayant toujours été monos auparavant. Depuis quelques années, nous avons théoriquement adopté une relation poly (sans savoir que cette désignation existait), sans la mettre en pratique. L'hiver dernier, j'ai eu une relation durant 1 mois avec un autre homme, poly d'esprit, qui était, comme X, au courant. Cela a soulevé beaucoup de questionnements et discussions entre X et moi, ainsi qu'une certaine souffrance chez X qui s'est vite estompée face au plaisir d'absolu liberté que lui procure la possibilité d'avoir d'autres relations (même non "consommée"). Cette histoire avec cet autre homme s'est rapidement terminée.
Avec X, nous avons décidé d'avoir un enfant, et je suis dans mon premier trimestre de grossesse.

Récemment, j'ai entamé une nouvelle relation, avec Y qui n'avait jamais entendu parlé ou même imaginé l'idée "poly". Avant que nous ayons toute relation intime, je l'ai mis au courant de mon mode de vie avec X. Je ne lui ai appris ma grossesse qu'une fois que nous avons dépassé le stade de la relation amicale, la grossesse n'étant pas encore officialisée auprès de quiconque. Il a été très touché par cette annonce, et m'a avoué ne pas pouvoir continuer avec moi sur ces bases là, bien que content de ma sincérité. Mais quelques jours plus tard, son positionnement a évolué, et nous avons repris quelque chose.

Y me plaît énormément et nous arrivons à discuter très sincèrement et spontanément de tout cela. Ma principale crainte est de le manipuler et de lui imposer mon mode de vie et pensée qui ne correspond pas à son "idéal" actuel ; mais aussi de ne pas arriver à lui faire comprendre la pertinence à mes yeux des relations polys. Sa principale crainte est de trop s'attacher au fil du temps à moi, dans une "relation qui ne peut mener nulle part". Lorsque je réponds à cette réflexion, j'ai toujours peur d'adopter un mode argumentatif, alors que je souhaite seulement exposer mon point de vue qui est différent, minoritaire.

X lui vit bien ma situation avec Y et est toujours mono en "pratique".

Voilà pour les grandes lignes de ma situation et de mes questionnements actuels. Puisse ces mots apporter qqc à tou.te.s ceux/celles tiraillé.e.s par ces questions !

#
Profil

luna_mi

le vendredi 31 juillet 2015 à 18h25

bouquetfleuri
C'est aussi parce qu'ils n'ont pas peur de "papillonner" que les poly peuvent s'engager profondément. C'est même parce qu'ils s'engagent réellement sur un socle que des poly peuvent s'épanouir dans d'autres relations diverses et diversifiées, et qui ne sont pas moins importantes pour leur épanouissement


Message modifié par son auteur il y a un an.

je plussoie egalement

#
Profil

Tcheloviekskinoapparatom

le samedi 01 août 2015 à 16h15

Bonjour Priame, et bienvenue sur le forum !

Dans ce que tu écris ce qui me frappe le plus c'est :

priame
Ma principale crainte est de le manipuler et de lui imposer mon mode de vie et pensée qui ne correspond pas à son "idéal" actuel ; mais aussi de ne pas arriver à lui faire comprendre la pertinence à mes yeux des relations polys.

Je pense que cette crainte t'honore, mais qu'il faut s'en dégager ! Tu lui as exposé la situation honnêtement et complètement, à partir de là c'est sa responsabilité qui commence, et toi, tu dois respecter les choix qu'il fait, sans renoncer à tes choix à toi. Peut-être qu'à un certain moment cela mènera à une impasse pour ta relation avec Y.
Mais peut-être pas. Y découvre tout juste le principe du polyamour. Il a déjà renoncé une fois, puis renoncé à renoncer. Il n'y a pas de raison de penser qu'il soit susceptible d'évoluer encore. Il a peur de "s'attacher", mais tout le principe du poly c'est justement de pouvoir s'attacher, sans pour autant devoir être tout pour l'autre.

Avec la perspective d'une naissance certaines questions relationnelles et pratiques se posent - certain-es participant-es ici ont des expériences pertinentes que je n'ai pas.
Je pense à des questions du type : X a-t-il rencontré Y ? Envisagez-vous un quelconque rôle d'Y pour s'occuper de votre enfant (même de façon très auxiliaire) ? A priori il n'y a pas de règle en la matière, pas de "bonne manière" de faire les choses, mais évidemment c'est le genre de choses dont il vaut mieux parler à l'avance, quitte à rectifier le tir avec la pratique.

#

priame (invité)

le dimanche 02 août 2015 à 06h04

Merci Tchelo(...) pour tes mots de bienvenue et tes retours.
Je suis bien d'accord avec tout ce que tu dis, et je crois tendre de plus en plus vers l'abandon de ce sentiment de manipulation.

Concernant la naissance à venir, les questions que tu soulèves m'ont déjà traversé l'esprit, notamment grâce à la lecture d'expériences du forum. J'avoue pour l'instant y avoir réfléchit uniquement de mon côté. Mais tu as tout à fait raison je pense en disant que le principal est de se les poser et de les anticiper entre tou.te.s les concerné.e.s. Je crois que je vais commencer à les aborder avec X ; avec Y, je pense que c'est beaucoup trop tôt, mais dans les semaines et mois à venir, si notre histoire continue, il le faudra, c'est clair. Dans un troisième temps, une discussion entre eux serait sans doute aussi à souhaiter s'ils en éprouvent le désir.
Merci encore,

#

priame (invité)

le mardi 25 août 2015 à 21h50

Je trouverais ça un peu lâche de ne pas revenir raconter la suite ici, même si j'aimerais raconter des choses plus gaies pour moi.

Une vingtaine de jours se sont écoulés depuis mon premier message, et la situation n'a fait qu'alterner du côté de Y entre "je veux/peux continuer qqc"/"je ne veux/peux pas continuer qqc", alors que moi je suis restée sur mes envies de départ, et j'ai vécu un vrai "yoyo émotionnel", et qu'il me plait toujours autant. Nous avons essayé de nous voir juste "en amis", ce qui n'a pas fonctionné, de laisser passer du temps (un peu), mais ça n'a pas fonctionné. Lui aimerait qu'on laisse passer du temps mais qu'on se donne des nouvelles par téléphone ou courriels par exemple, mais pour moi, ce n'est vraiment pas possible, car j'aurais toujours l'espoir qu'il se passe quelque chose, et qu'on reste éternellement dans cette ambiguïté et ce yoyo. Il m'a donc clairement fait comprendre qu'il préférerait qu'on s'arrête là, car il ne peut pas être dans une relation de type amoureuse sans se projeter à minima, et qu'il ne peut pas compte-tenu de ma situation. On coupe donc tout contact, car ce n'est pas possible autrement pour moi, même dans quelques temps. Souhaitons que ce soit la situation de moindre mal pour tous les 2.

Le bilan de cette expérience à chaud n'est forcément pas très positif, même si je sais que sur le long terme, ça va le faire. Je ne lui en veux bien sûr absolument pas pour quoi que ce soit, et je suis même ravie et reconnaissante d'avoir pu autant échanger, mais cela remet en cause lourdement la possibilité concrète pour moi d'une relation poly avec un non-poly (bien que chaque situation soit différente, bien sûr). Cela me fait me poser beaucoup de questions aussi sur le rapport bénéfices/désagréments du sentiment amoureux, sentiment que j'ai peu rencontré au cours de ma vie, mais qui aura pris un sacré coup avec cette histoire là.

Bon courage à ceux et celles qui seraient dans une situation similaire : ça finit toujours par aller mieux, même bien :)

#
Profil

LuLutine

le mercredi 26 août 2015 à 00h52

Pour le yoyo.....je compatis. J'ai vécu ça aussi, je sais bien ce que c'est.

Y a même un peu trop de gens qui aiment jouer au yoyo de nos jours...! (Ou à la girouette, c'est selon.)

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion