Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Polyamour et famille

Engagement
#
Profil

Noemi

le mardi 10 février 2009 à 10h53

Peut-on reconcilier polyamour et famille, notamment avoir des enfants?

Oui, on peut. Françoise Simpère en témoigne dans "Aimer plusieurs hommes". Françoise a deux filles avec son mari, et chacun a ses relations "lutines".
(On attend la réédition d'"aimer plusieurs hommes" ainsi que le nouveau livre de Françoise encore avant cet été)

Mais il existe des "modèles" plus "exotiques" que ça: plusieurs adultes liés par amour ou amitié et des enfants vivant sous le même toit.
Enfants issus d'un marriage/ d'une seule relation, ou alors des veritables "poly families" où une femme a des enfants avec deux différents pères habitant la même maison ou des hommes ayant des enfants avec deux différentes femmes partageant lit et table avec eux.

(Sodom et Gommorhe pour les uns, un rêve pour les autres...)

Lisez cet article: www.newscientist.com/article/mg19125591.800 (en anglais, hélas), regardez le petit image à droit de l'article, vous comprendrez très vite qui est avec qui. Quatre adultes et un enfant (plus un en route) - quand on lit l'article, ça n'a pas l'air si spectaculaire...

Très beau aussi cette histoire de quatre personnes qui ont via des contrats presque un mariage à quatre où tous ont quasiment adopté l'enfant né de l'union de deux d'entre eux. (Je dis "presque" parce que ça se rapproche à ça). Inutile de mentionner qu'ils habitent la même maison et qu'ils dorment tous les quatre dans le même lit.
www.telegraph.co.uk/news/newstopics/howaboutthat/2... ou, plus court sur le même quatuor: www.mirror.co.uk/news/top-stories/2008/06/06/four-...

Voilà, juste pour vous montrer ce qui est possible...
Open your mind!

#
Profil

Sorelle

le mardi 10 février 2009 à 22h23

Voilà, juste pour vous montrer ce qui est possible...
Open your mind !
Très anglo-saxon tout ça...J'adore!
Merci.

#

Interpelée (invité)

le vendredi 06 mars 2009 à 19h16

Je réponds tardivement à cette discussion...
Enfin en guise de réponse, ce sont plutôt des questions qui me viennent à l'esprit, puisque je suis une future maman polyamoureuse...
Mais pas dans le cas d'une possible 'adoption' de mon enfant par mes partenaires qui n'en sont pas le papa...
Plutôt dans la même situation que Françoise Simpère...
Mais comme je sais qu'elle est très sollicitée sur sa vie privée et ses expériences, je viens ici pour savoir s'il existe des polyamoureux parents, qu'ils aient été poly avant d'être parents ou pas, et qui veulent bien raconter comment ils on vécu ça, en terme de relation à leur(s) enfant(s), est-ce qu'ils leur ont présenté leur(s) autre(s) partenaire(s)? ou tout plein d'autres problématiques qu'ils ont rencontré dans cette situation....
Merci d'avance!

#
Profil

LuLutine

le vendredi 06 mars 2009 à 22h30

A la soirée du 21 février il y avait un couple de jeunes (allemands je crois), elle 25 ans et lui 30 je crois.
Elle a aussi un copain qui vit avec eux.
Ils ont deux ou trois enfants et ils étaient venues avec le dernier, un bébé de 3 semaines qui a dormi comme un bienheureux dans les bras de son père tout le temps qu'ils ont été là.

Ce qui m'a frappée particulièrement c'est le regard brillant de ce jeune papa. Je ne sais pas si c'était la naissance de son dernier enfant ou s'il est tout le temps comme ça...mais moi, j'ai trouvé qu'il avait plein d'étoiles dans les yeux.

Pour en revenir au sujet, j'ai posé quelques questions. Leur fille la plus âgée (4 ou 5 ans) semble vivre très bien la situation, d'après sa mère avec qui j'ai discuté. D'après ses paroles (j'espère avoir bien compris et ne rien transformer :-)), le matin sa fille trouve parfois sa mère au lit avec un homme, parfois avec un autre, et comme ça a toujours été comme ça, ça ne lui pose aucun problème.

Autre "détail" : le "copain" amène parfois la petite à l'école, mais elle est consciente que ce n'est pas son père. Elle a un père et pas deux. Il y a juste un autre homme qui vit avec sa mère, mais elle fait très bien la différence (toujours d'après les paroles de sa mère).
A noter que si j'ai bien tout suivi, son père n'est pas son père biologique mais un ancien copain de sa mère (après, ce genre de chose arrive aussi dans les couples monogames, on sait déjà que ça pose rarement un problème).

En ce qui me concerne les questions que je me pose ont plus à voir avec ce que peut vivre un enfant à partir de 10 ans (âge que leur aînée n'a pas encore atteint), à l'époque où certains camarades de classe, ayant entendu parler leurs parents, peuvent être parfois un peu cruels vis-à-vis de ceux qui ont une famille "différente".
Je n'ai pas trop réussi à poser la question comme je le voulais. En tous les cas la mère (dont je ne me rappelle pas le prénom...) m'a dit que si sa fille posait des questions en grandissant elle serait ravie de lui répondre et de partager ça avec elle (je suppose, en fonction de ce qui serait adapté à son âge évidemment !).

Je pense que pour un enfant, voir que sa mère a un ou deux autres copains que son père, ça ne doit pas être traumatisant surtout si c'est ce qu'il a toujours connu. Par contre si elle voit beaucoup d'hommes, il faut peut-être un peu compartimenter les choses et ne pas étaler devant ses enfants ses 18 amants ;-). Pareil du côté du père.

Dans la situation dont je parle visiblement la mère a juste un copain régulier en plus du père. Je ne suis pas (encore) en mesure de faire part d'une expérience personnelle en ce domaine malheureusement :-).

En tout cas je retiendrai toujours leurs sourires à tous les deux et les étoiles qu'ils avaient dans les yeux, surtout le père. Je ne peux pas penser qu'avec des parents comme ça, leurs enfants vivent mal les choses. Mais après tout, je ne suis pas chez eux...

#

Noemi sans e (invité)

le samedi 07 mars 2009 à 14h28

Merci, Lulutine, pour ce témoignage rapporté!
Je pense savoir de qui il s'agit, j'ai discuté avec "le père" lors de la première soirée polyamour.info. La manière dont il a mentionné que le copain de sa copagne habite avec eux et qu'ils ont des enfants a fait que j'ai trouvé ça tellement normal que j'ai même pas posé de questions.
Et oui, ça devrait être normal.

La première fois que j'ai parlé avec quelqu'un dans la même situation (une femme, deux hommes, des enfants sous le même toit), j'ai posé beaucoup de questions. Le triangle en question habite dans un petit village en Suisse et leurs enfants ont entre 8 et 13 ans environ. Et non, ça ne pose pas de problème, ni aux enfants ni à l'entourage, ni dans le village. Et ça depuis 4 ans...
"Les enfants, même petits, ont souvent une énorme sensibilité par rapport à qui ou dans quelles situations il vaut mieux pas mentionner certaines choses", me disait ce père.

#

françoise (invité)

le lundi 09 mars 2009 à 00h05

A trois ans, ma plus jeune fille disait "toi, maman, tu as papa et tes amoureux et papa a toi et ses amoureuses" et cela lui semblait naturel. En revanche, j'ai trouvé important de bien différencier ma vie avec le père de mes filles et ce que je vis avec d'autres hommes, car les filles ont mal vécu que leur père mélange trop ses copines et notre vie familiale. Comme l'aînée m'a dit un jour: "La vie amoureuse des parents ne regarde pas les enfants. Même si je suis contente que vous soyez heureux comme ça, j'ai pas envie d'être mêlée à votre sexualité" et je pense qu'elle avait raison. D'ailleurs, de mon côté, je n'ai pas envie de leur raconter ma vie amoureuse. Elles ont rencontré certains hommes de ma vie, mais comme je les présente toujours par leur prénom, elles ne savent jamais quel est notre degré d'intimité. L'âge le plus difficile est celui du collège quand elles sont en butte aux questions de camarades plus classiques, qui se montrent parfois critiques, égrillards, ou peuvent même les rejeter. A cet âge, on a besoin de s'intégrer au groupe et des parents hors normes crée un mélange de fierté et de gêne. En revanche, à partir de la Terminale, tout est intégré. Elles savent qu'il n'y a pas de modèle amoureux définitif, que c'est à elles de l'inventer en fonction de leurs désirs et des hommes qu'elles aiment ou aimeront. Dernière chose: les deux filles ont eu un vécu et un ressenti très différent, donc impossible de donner un mode d'emploi universel, à part la nécessité d'être très attentif à leurs réactions, de répondre à leurs questions mais de ne pas leur imposer notre mode de vie, ni leur en parler sans arrêt, ça peut les gonfler!

#

Interpelée (invité)

le lundi 09 mars 2009 à 13h21

Merci pour ce témoignage rassurant et plein de bon sens Françoise! J'espère que je saurai mener à bien cette aventure avec mon (mes) enfant(s)!

#
Profil

Dreltak

le dimanche 03 mai 2009 à 11h05

<<Je pense que pour un enfant, voir que sa mère a un ou deux autres copains que son père, ça ne doit pas être traumatisant surtout si c'est ce qu'il a toujours connu. Par contre si elle voit beaucoup d'hommes, il faut peut-être un peu compartimenter les choses et ne pas étaler devant ses enfants ses 18 amants ;-). Pareil du côté du père. >>

Bein si c'est aussi ce que l'enfant a toujours connue, je ne vois pas non plus le probleme? Bien sur, il y a la pudeur, pas la peine de rentrer dans les détails ni de "étaler" tout l'état civil de ces "18 amants", mais ça vaut pour tout les cas (ou en tout cas tout cela depend de chaque contexte particulier)

#
Profil

LuLutine

le dimanche 03 mai 2009 à 16h34

Quand je parlais des 18 amants, je pensais notamment aux amants de passage, aux histoires courtes et/ou sans lendemain...

Je pense qu'un enfant a besoin de stabilité, alors qu'il fréquente les "réguliers" de ses parents, ça ne me semble pas poser trop de problèmes, mais tant qu'on n'est pas sûr(e)s de la profondeur d'une histoire, je pense qu'il vaut mieux cloisonner et ne pas imposer aux enfants quelqu'un qui va rester 2 mois...

#

(compte clôturé)

le dimanche 03 mai 2009 à 19h35

Il y a aussi Eric et Samantha, qui cherchent à vivre ce modèle polyfamille, si je ne m'abuse.

Je suis intéressée à collecter toute donnée concernant la délégation de l'autorité parentale au sein d'une polyfamille, ce qui existe comme possibilité légale, notariée, etc. Si quelqu'un a des pistes?

Comment, déjà, au sein d'un remariage, se règle la question d'un parent naturel qui décède, et de son enfant? Que dit la loi, comment se décide la suite? Retour de l'enfant en famille naturelle, pesée des intérêts? Que vaut le testament autographe seul? Ce sont des choses qu'il faut confronter avant, comme le don d'organes. Je trouve!

#
Profil

Dreltak

le dimanche 03 mai 2009 à 21h22

LuLutine
Quand je parlais des 18 amants, je pensais notamment aux amants de passage, aux histoires courtes et/ou sans lendemain...

Je pense qu'un enfant a besoin de stabilité, alors qu'il fréquente les "réguliers" de ses parents, ça ne me semble pas poser trop de problèmes, mais tant qu'on n'est pas sûr(e)s de la profondeur d'une histoire, je pense qu'il vaut mieux cloisonner et ne pas imposer aux enfants quelqu'un qui va rester 2 mois...

Ah ok, je vois. Je pense être d'accord avec toi, bien que je n'aime pas cloisonner mes rencontres/relations, ne serait-ce que pour la sécurité affective des enfants (voir pour la sécurité physique, mais là c'est d'la science fiction).

#
Profil

Leonidas

le mercredi 03 juin 2009 à 21h50

Je me trouve devant une situation similaire, avec deux enfants de 8 et 5 ans ... nous ne cachons pas nos "amants" (bon Dieu, y'aurait-il un autre mot que celui-ci teinté d'interdits ?) mais restons très discrets face aux enfants.

C'est assez délicat à mon avis quand les enfants ne sont pas "nés dedans" et que nous avons élevé dans une idée "monogame", ça ne fait qu'environ 2 ans que nous "expérimentons" le PA et je sais qu'un jour il me faudra bien l'expliquer ...

J'ai déjà pu semer quelques graines avec le plus grand des deux, qui a su que j'allais faire un test anti sida, il m'a dit "de toutes façons tu n'as pas le sida"
- et pourquoi donc ? ai-je répondu
- parce que tu es avec Maman !
- et qu'est-ce que ça signifie ? lui ai-je dit
- que tu ne fais pas ça avec d'autres, en tous cas je ne te vois pas le faire, m'affirme-t-il
- et qu'en sais-tu ? il y a des couples qui se trompent mais qui ne le disent pas entre eux, de toutes façons il s'agit de leur intimité et on ne l'expose pas forcément à ses enfants. Dans mon cas, lui dis-je, sois certaine qu'entre ta Maman et moi on ne se cache rien et on ne se trompe pas
c'est là qu'il a dû comprendre et m'a dit assez calmement: "si tu le fais avec d'autres, t'es plus mon papa"
- quoi que je fasse, lui dis-je, je serai toujours ton papa, même si tu es fâchée contre moi, et il s'agit de mes choix qui ne changent pas le fait que je t'aime
Sans s'énerver, il a dit tout calmement: "tu fais ce que tu veux, mais je ne te vois pas trop avec d'autres femmes"

Histoire d'un début de petite graine ... à suivre (mais pas facile)

#

(compte clôturé)

le mercredi 03 juin 2009 à 22h52

Ouin, beaucoup d'autre choses se disent, à travers ça.

La fille de 12 ans de ma vieille pote/soeur de coeur lui a fait un caca nerveux maison, en découvrant que sa mère portait des strings.
En-dehors du fait que c'est vachement utile pour balancer des cailloux et faire des plaisanteries comme "c'est le seul instrument à vent qui n'ait qu'une seule corde", ça a permis de mettre 2-3 choses au point, du même style que pour toi.

La gamine a dû se confronter au fait que sa mère (divorcée) avait une vie sexuelle (parce que si c'est pas pour faire choli, à quoi ça sert... en plus, le prix augmente inversément proportionnellement à la surface du tissu, vazy comprendre quelque chose)...

Voilà, les graines sont plantées, ça germera en temps et lieu.

#
Profil

LuLutine

le mercredi 03 juin 2009 à 23h37

Pour ceux qui lisent l'anglais, ce témoignage est intéressant :
www.lovemore.com/articles/polykids.html

Les autres articles aussi (sur d'autres sujets) sont sympas :
www.lovemore.com/articles.html

#
Profil

LuLutine

le mercredi 03 juin 2009 à 23h53

Il y a aussi
www.lovemore.com/articles/thinkkids.html

Voici un extrait de cet article qui me semble bien résumer les choses :
"The key word in raising well-adjusted children is 'stability'. If a child is raised in a home where the adults are honest, open, loving and consistently present, physically and emotionally, it's not going to matter whether those adults are monogamous or polyamorous."

En gros la clé c'est la stabilité (et je rajouterais le sentiment de sécurité qui en découle pour les enfants).

#

(compte clôturé)

le jeudi 04 juin 2009 à 07h52

Ce qui veut dire, tenir un discours honnête, et homogène dans sa forme - pour le fond, le fait d'évoluer constamment et de le reconnaître, c'est justement la clé de voûte - mais faut que ça suive aussi pour la communication et l'exemple donné.

Par homogène de forme, j'entends "oui, je peux me tromper, même en étant la grande personne". C'est duuuuur! S'il est vrai qu'un môme a besoin de stabilité, c'est plus dans le fait que son parent reconnaisse qu'il n'est pas dieu que le gosse va trouver ses billes. Et moi les miennes: un de mes neveux m'a sorti il y a dix ans un truc que j'ai trouvé super-vache, et je me suis raidie en lui renvoyant une cinglante réplique à l'époque. Après coup, j'ai digéré et éprouvé la justesse de sa remarque... Pas fière, piteuse même. Je crois que je continue à carburer avec cet épisode, la preuve: je vous en cause!

#

françoise (invité)

le samedi 06 juin 2009 à 12h59

Les graines germent, c'est sûr. Hier, discussion avec un jeune homme me disant "moi, je ne saurais pas vivre comme vous. Si je trompe ma copine, c'est que c'est fini avec elle, sinon je n'éprouve pas l'envie de voir ailleurs" (schéma classique) et il ajoute "et puis si j'apprenais qu'elle me trompe, même si on restait ensemble pour une raison quelconque, ce ne serait plus jamais pareil." Ma fille qui assistait à la discussion a remarqué: "Oui, c'est ce qu'on pense à 25 ans, mais tu ne sais pas ce que tu penseras plus tard, quand tu auras vécu d'autres choses. On ne peut pas dire ce qu'on fera tant qu'on n'est pas confronté à la situation." J'ai bien apprécié qu'elle ait assimilé que les choses se vivent, se réfléchissent, évoluent... En revanche, là où ils étaient tous les deux d'accord, c'est sur le fait que des parents divorcés(c'est le cas de ceux du jeune homme) sont un problème pour les enfants, même quand le divorce se passe sans drame. Il me semblait que le divorce était devenu si courant, si banal, que les enfants le vivaient mieux. Eh bien, c'est fou le nombre de lettres que je reçois sur ce sujet du traumatisme du divorce pour les enfants. Ce n'est pas un jugement (précision pour Guilain qui croit que je critique le divorce, y a rien à critiquer, c'est un événement de la vie, c'est tout) mais la constatation d'un fait

#

françoise (invité)

le samedi 06 juin 2009 à 13h01

... et comme une bonne part des divorces ont pour motif un problème de jalousie ou "d'infidélité", le Lutinage est sans doute une voie permettant de vivre ses variations amoureuses ( fréquentes après plus de dix ans de vie commune) tout en préservant la stabilité émotionnelle des enfants.

#
Profil

Interpelee

le samedi 06 juin 2009 à 20h48

..........attendre un enfant de et avec quelqu'un dont on sait qu'on va se séparer à plus ou moins moyen terme à cause de divergences trop importantes concernant la "fidélité"...... c'est...............

#

(compte clôturé)

le samedi 06 juin 2009 à 22h31

... dommage, mais c'est la vie, et si ta relation foire, ce n'est pas la seule que tu peux nouer; et surtout, ton petitou y survivra... et par contre, lui est unique...

C'est une expérience fondatrice de la personnalité que d'être confronté au manque. Les substituts de figure paternelle, ça existe... je les ai rencontrés :-)))

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion