Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Comment entretenir ses relations distantes ?

Bases
#
Profil

ScottBuckley

le jeudi 17 octobre 2013 à 12h18

Bon jour,

Il y a des personnes qui nous sont proches (voire très proches), de coeur, d’âme, de corps (notamment des complicités fortes, des confidences, des ‘ amitiés et/ou + ’), mais qui pour diverses raisons, sont à distance de nous (on les voit rarement car peu de disponibilités en temps, et/ou parce qu’elles sont éloignées géographiquement, par exemple).

Comment se ‘rapprocher’ de ces proches ?

Comment nourrir ces relations, belles, parfois intimes, et/ou ces amours ?

Par ce fil de discussion, j’aimerais que l’on partage nos différentes expériences à ce sujet, nos vécus, nos désirs, parfois contradictoires.

Comment faites-vous, et/ou comment aimeriez-vous faire, pour ‘rapprocher ces proches’ de vous ?

Et ces proches-là, qu’en pensent-elles/ils ?

> Est-ce lié à une régularité (fréquence de contacts chaque semaine/mois/saison),
* à un média en particulier (lettres, téléphone, em@ils, webcam/skype...),
* à la qualité de la relation tissée à ce moment-là, rare, à sa ou ses couleurs,
* à sa légèreté (sans enjeux de type “on est en couple”),
* à une ou des activités / créations / week-end / projets en commun avec vous, qui vous lient,
* ... ou à encore autre chose ?

Pour ma part, j’aimerais par exemple améliorer mes relations avec des êtres qui me sont bien proches d’âme & de coeur, mais que je vois (physiquement, sur place) trop peu (manque de temps et/ou distance géographique), et j’avoue ne pas toujours trouver le bon moyen, adapté à chacune d’elles, pour continuer à nourrir la relation, et la faire grandir.

Alors je cherche, je cherche..... et j’aimerais tellement trouver des formes plus belles, plus douces, plus subtiles, plus créatives, adaptées à chacune de ces âmes !!

Est-ce que cela peut passer par des lettres sur papier, confidentes ?
par une invitation à venir nous voir avec billet de train aller/retour ou hébergement offert ?
par des croquis uniques ? par des photos imprimées (pas juste numériques) ? une vidéo de quelques minutes ?
par des cadeaux faits mains offerts une fois par an à cet être chère ? (pas des cadeaux “chers/coûteux”, mais des modestes et géniaux à la fois, telle une origami ;) )

... Et comment, en faisant cela, peut-on faire évoluer et redéfinir la relation avec cet être là, en fonction des désirs de chacun-e ?

→ Vos expériences, vécus, suggestions et autres messages à ce sujet sont les bienvenus !
( et même si mon emploi du temps actuel est complexe et parfois irrégulier, je ferai de mon mieux pour vous lire & répondre, merci par avance à vous (+) ! )

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#
Profil

Siestacorta

le jeudi 17 octobre 2013 à 13h00

Ya l'autre solution : être à fond là quand on est dans l'échange ou la présence, mais pas forcément se faire des noeuds en absence. Et puis projeter des trucs avec ou pour l'autre, mais pas comme fin, juste comme moyens de la continuité.
A partir de là, toutes les participations sont bonnes à prendre !

Par contre, faut le voir comme quelque chose de gratuit, pas comme un "pousse-au-dialogue", où on attend que l'autre soit dans le même trip.
On attend forcément, mais faut pas le voir comme un enchainement de causes-effets, ça se construit si ça peut, comme ça peut.

Sinon, un truc qui marche pour les geeks, c'est trouver un jeu online multijoueurs, avec du chat.
Ya plein d'histoires qui naissent comme ça, et les échanges de chat et de forums peuvent donner un "prétexte" à échanger souvent.

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#
Profil

bodhicitta

le jeudi 17 octobre 2013 à 13h10

1 ére chose qui me vient forcément à l'esprit c'est que ça dépend de la relation enfin du partenaire, de ses besoins et envies. Certaines personnes on plus de besoins affectifs que d'autres, d'etre rassurées, confortées, d'autre besoin de liberté...
Je vais donc redire, la communication c'est la clef pour savoir quel moyen est le plus adapté
Les raisons qui renforcent mes relations dépendent de choses aussi differentes que les relations le sont, et donc le ou les choses qui nous rassembles, fondent cette relation.
Grasse à <3 mon chér i <3 , j'ai eu ces jours-ci, une bonne réflexion au sujet de l'intimité.
Pour moi ça va avec, et il est vrai que les limites de l'intimté dépendent de chacun il est donc bon d'en parler avec chacune des âmes que tu veux choyer Savoir à quel moment, et comment elle sentent cette intimité.
Je pense que le gros de ta réponse sera là, comment faire vivre cette intimité. Ce qui fait que l'autre est, et se sent unique, l'instant unique.

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#

(compte clôturé)

le jeudi 17 octobre 2013 à 17h05

Je suis en accord avec le msg de Bodhicitta8.

Je crois qu'il faut aussi tenir compte de ce que l'on aspire comme mode relationnel. Il faut avoir une juste place pour soi auprès de l'autre et accepter la place que l'autre est prêt à accorder. Là encore, question d'équilibre. L'éloignement peut se trouver réduit par la qualité de la relation, même à distance. Le parfait n'existe pas et l'on ne peut pas toujours avoir ce que l'on désire ni quand on le désire. En avoir conscience et ne pas s'en formaliser permet de continuer à se sentir bien. Ne pas promettre également, surtout si l'on n'est pas assurer de tenir sa promesse. Aujourd'hui, les paramètres de notre vie sont incertains, cela n'a donc rien d'anormal à dire "si je peux". Donc, oui, la communication est la clef... et la volonté est aussi une composante importante. Un simple sms a son importance, en tout cas à mes yeux. L'absence de sms aussi (ou mail, ou appel, ou visite).

Malheureusement, souvent, quand il y a absence de communication dans une relation, ça peut signifier que celui qui ne communique pas, ou moins, ou moins bien, ne va justement pas bien. Certains ont cette faculté de ne pas vouloir ennuyé l'autre avec ses soucis, donc ne sachant comment communiquer positivement, ils s'abstiennent. C'est un phénomène que j'ai constaté très récemment avec une amie et un am... fectif. J'ai cru qu'il ne désirait plus réellement être en contact avec moi alors qu'il aurait au contraire eu besoin de quelqu'un. Le "manque de temps" s'explique donc ainsi... Un autre, se préoccupe de mon bien être mais minimise toujours s'il ne va pas bien.

Une relation à distance est donc, je pense beaucoup plus difficile à entretenir car des paramètres sont cachés, parfois inconsciemment, volontairement. Je pense que mes relations actuelles ne sont pas encore a une apogée suffisante pour être satisfaisante. C'est réel, sincère, vrai mais pas encore équilibré... Je suis donc mal placée pour répondre parfaitement à cette question. Après, c'est peut être justement l'éloignement qui ne permet pas un juste équilibre. Cela vient peut être de moi, ou tout simplement du fait qu'ils sont ainsi et que c'est spontané et naturel pour eux (comme le font certains animaux) de se renfermer sur eux-mêmes quand ils ne vont pas bien. Peut être que j'attire justement ce type de personnes... Bref, c'était sans doute autant une réflexion personnelle qu'une réponse pour autrui.

#
Profil

Notomys

le vendredi 18 octobre 2013 à 11h43

Je ne sais pas dans quelle mesure je peux t'aider, mais moi pour le coup, je vis contre mon gré une relation à distance. Un homme que j'aime à décidé de vivre six mois de l'année à l'autre bout du monde. Comme là il fait construire sa maison, c'est encore plus de l'improvisation. Là, il vient de partir et comme depuis un an, cela me rend malade.
La seule solution que j'ai trouvé c'est le mail. Quasi quotidien. Mais cela ne me suffit pas. Je suis malheureuse, alors, finalement, bien maladroitement, ce qui "fonctionne" le mieux, c'est encore de faire des choses, voir d'autres gens et essayer de ne plus penser en comptant les jours. Je fais de la course à pied. Cette année, j'ai couru deux marathons, à raison de deux plans d'entrainement de deux mois, avec d'autres coureurs, ça occupe le quotidien. Aujourd'hui, je vais aussi essayer de m'investir dans un collectif. Faire pour moi même, faute de lui...
Il pense comme Siesta. La relation c'est à 100% quand nous sommes ensemble. En dehors de cela, elle existe toujours mais elle est en suspension. C'est très dur à vivre pour moi, qui suis dans le manque, mais j'essaye de raisonner...Dur.
J'ai un t-shirt à lui, je dors souvent avec son odeur quand je suis seule. Et un petit bracelet que j'ai de lui, que je lui prends chaque fois qu'il part. J'essaye aussi de me dire que ce qui compte c'est son bonheur à lui. Que s'il est heureux là bas, sans moi, alors c'est ça qui doit primer. J'ai des amis, un copain, ma famille, mes bouquins. C'est long et dur comme cheminement, mais j'ai bon espoir que cela aille mieux avec le temps.
Comme le dit Siesta, je lui écris souvent, mais je n'attends pas de retour. Je le fais pour moi, mais s'il n'a pas le temps, je tâche de ne pas lui en vouloir. Idem quand je lui dis que je l'aime, je t'attends pas une réciprocité.
Parfois, il m'écrit spontanément, un poème, ou me fait livrer des livres. Fondamentalement, rien n'est nécessaire pour "entretenir" cette relation, elle se suffit. Même 6 mois de rien ne changerait rien. Donc finalement, c'est mon manque que j'essaye moi de combler, pas la relation que j'entretiens. Je crois que c'est essentiel de bien être au clair sur cette question. On aborde pas les choses de la même façon...Enfin je crois...

#
Profil

bodhicitta

le lundi 21 octobre 2013 à 22h55

Juste un petit mot ici par c que je pense qu'il est vraiment utile d'y penser, surtout de rester bien attentif aux petits signaux de notre coeur,
qui nous donnent envie de faire ceci,
de parler de cela,
pour essayer de sabrer les interprétations...
<3 la communication c'est la clef <3
D'autres avis m’intéressent...

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#
Profil

LuLutine

le mardi 22 octobre 2013 à 14h00

Et bah GreenPixie, tu trouves qu'il n'y a pas assez d'activité sur le forum en ce moment, c'est ça :P ? ;)

GreenPixie
Est-ce que cela peut passer par des lettres sur papier, confidentes ?
par une invitation à venir nous voir avec billet de train aller/retour ou hébergement offert ?

Moi j'envoie d'autant plus facilement des confidences par écrit (lettre ou email) que c'est un moyen de communication souvent plus facile pour moi que l'oral.
Même si avec le temps, je découvre qu'une conversation en présence, parfois c'est mieux voire nécessaire.
Et quand on ne peut pas se voir (distance géographique), il y a le téléphone, même si je ne suis pas très à l'aise avec.

Sinon, je n'offre pas encore le billet de train, mais l'hébergement oui, y a pas de problème :) ! A l'inverse, je suis capable de sauter dans un train si on me propose une solution d'hébergement.

A part ça, je suis 100% en accord avec la réponse de Siesta (Qu'est-ce qu'il écrit bien décidément ! Il a toujours la remarque juste !) :

Siestacorta
Ya l'autre solution : être à fond là quand on est dans l'échange ou la présence, mais pas forcément se faire des noeuds en absence.

(+) (+) (+)

Je partage aussi la vision de Notomys :

Notomys
Fondamentalement, rien n'est nécessaire pour "entretenir" cette relation, elle se suffit.

Je ne dis pas qu'il ne faut "rien" faire, mais la spontanéité, le fait d'éviter de se faire 36 noeuds au cerveau en se demandant comment on va faire parce que l'autre est loin (bah on va faire, et puis c'est tout, peu importe le "comment"), ça me semble important.
Partager ce qu'on peut et veut partager ensemble. Comme avec ceux qui sont "plus proches".

En tout cas ce fil me parle. Entre une relation très épisodique avec quelqu'un qui voyage beaucoup et qui a besoin de solitude, aussi (donc même lorsqu'on se trouve dans la même ville, on peut ne pas se voir pendant un certain temps) ; et une relation naissante dont la nature n'est pas encore vraiment déterminée (mais peu m'importe) et qui se fera nécessairement à distance, je suis en plein dedans.

Il y a aussi des gens qui sont "sur place" mais que pour des contraintes diverses (emplois du temps, autre relation un peu possessive...) je ne vois vraiment pas souvent.

Et je ne me vois pas "calculer" ce que je vais faire ou pas faire, pour que la relation évolue ou non. Je fais avec mes envies et celles des autres, et comme le disait bodhicitta, je reste au maximum dans le dialogue (la communication).

Parler de mes envies, oui (et accepter la réponse qui vient en face, positive ou négative). Faire des plans, des calculs, que sais-je...pourquoi donc ?
A moins que ces plans ne soient faits à deux (ou plus ^^ ) à partir d'un désir commun, bien sûr !

Pour résumer ma réponse, je dirais juste : ne pas hésiter à dialoguer et parler de ses ressentis/envies. Le reste je trouve, se fait naturellement. Par exemple (exemple vécu depuis très longtemps), à force de se dire mutuellement pendant des semaines qu'on a envie de se voir, y a bien un moment où on trouve une occasion pour le faire...

#
Profil

bodhicitta

le lundi 06 janvier 2014 à 15h15

Je suis en réfléxion autour de cette question élargie:
-Comment prendre soins des relations (proche aussi)?
- Est ce qu'on doit laisser à l'autre la possibilité de prévoir? de s'organiser? (en respectant la liberté de l'autre)

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#
Profil

LuLutine

le lundi 06 janvier 2014 à 19h58

bodhicitta8
- Est ce qu'on doit laisser à l'autre la possibilité de prévoir ? de s'organiser ? (en respectant la liberté de l'autre)

Euh, je ne comprends pas bien cette question.
Tu interdis aux personnes que tu fréquentes de s'organiser ???

#

(compte clôturé)

le lundi 06 janvier 2014 à 21h23

Fondamentalement, rien n'est nécessaire pour "entretenir" cette relation, elle se suffit. Même 6 mois de rien ne changerait rien. Donc finalement, c'est mon manque que j'essaye moi de combler, pas la relation que j'entretiens. Je crois que c'est essentiel de bien être au clair sur cette question.

Je partage ce point de vue. Et si les deux ont un sentiment de manque, et qui dure, il me semble que c'est que la relation va évoluer, doit évoluer.

Pour apporter une réponse personnelle à ta question GreenPixie, les modes que j'utilise pour rester en relation ne sont pas toujours similaires. Deux exemples pour illustrer
Je pense à une personne en particulier à qui j'écris très peu (on s'envoie plutôt des signes que de vrais messages), et avec qui nous misons tout sur chacune de nos rencontres (quelques fois par an), parce qu'à chaque fois l'échange est profond, qu'on est comme le dit SiestaCorta à fond, et parce que l'on mesure l'effort fait par l'autre pour dégager un "temps réservé", y compris (car c'est souvent le cas) un temps ordinaire, quotidien (prendre un café par exemple). Et quand on se voit on se parle l'un de l'autre, il y a finalement peu de sujets communs (et de construction).
A l'inverse, avec une autre personne, les échanges portaient beaucoup à distance sur les pensées de l'autre, sur des réflexions communes, sur notre relation. Usage intensif du tchat et des mails, entre nos rencontres. Et de temps en temps, quelque chose de plus concret comme le téléphone ou une vidéo, le but étant plus d'entendre une voix et de voir des expressions, entre deux rencontres trop distantes.
Au contraire de la première, cette relation là a créé un univers commun, et qui s'est beaucoup enrichi par des échanges de musique, films, bouquins, idées, amitiés aussi. Les rencontres ne suffisaient pas, même en les vivant pleinement. Et les temps de rencontres, d'ailleurs, sont alors moins souvent des temps ordinaires, et rentrent dans cette construction d'univers. Je pense que cette relation porte au moins autant d'imaginaire que de concret.

Sinon quand j'ai tendance à culpabiliser de ne pas donner de nouvelles... j'envoie des signes pour faire comprendre que je pense à eux (message de tendresse ou info qui pourrait intéresser ou cadeau)... et j'attends avec impatience de se revoir, les rencontres et le souvenir des rencontres étant le moteur des relations pour moi, quand je ressens qu'elles vécues de façon réciproque.

Je dirais donc, moi qui n'aime pas les listes :
1/ fais ce que tu ressens le désir de faire (cadeaux, lettres, propositions de rencontre...) en essayant d'éviter les noeuds au cerveau ;
2/ si tu n'oses pas le faire direct, tu peux parler de ce désir ;
3/ si tu penses que ce n'est pas adapté, pose-toi peut-être la question des enjeux pour toi (est-ce que tu as l'impression que la relation est déséquilibrée par exemple ?), et de ta propre autocensure ;
4/ si tu constates que ce n'est pas adapté, tu as toujours la ressource de te caler sur ce que la personne elle-même apporte pour rester dans la réciprocité (et d'en discuter avec elle, bien sûr !! surtout si toi tu aurais envie de donner/recevoir plus ou autrement)
5/ et ne pas oublier que ce n'est pas ce que tu offres/proposes en soi qui fera évoluer et grandir la relation, mais plutôt la rencontre et la percussion et l'évolution de tes désirs et des leurs ; le tout étant de les exprimer d'une façon ou d'une autre.

#

Aloes (invité)

le mercredi 08 janvier 2014 à 19h43

Trouver une chanson qui serait "la votre", parce que quand on l'entend par hasard quelque part, c'est un clin d'oeil ultra romantique.

On m'a fait ça avec Scarborough fair

#
Profil

CharlieBear

le jeudi 23 janvier 2014 à 04h41

Devenir Bouddhiste et les porter dans ton coeur comme un éternel talisman. Namasté.

Plus sérieusement et pratiquement (bien que cette première proposition soit tout à fait réelle), chaque relation est différente, et chaque relation à distance est différente aussi.

Je vis beaucoup "à distance", ceux qui me lisent souvent doivent bien s'en rendent compte, et clairement, chaque relation diffère.

Ma meilleure amie vit à Washington DC, l'an dernier elle vivait en Californie, deux ans auparavant je vivais en Angleterre, pas simple pour la vie quotidienne. Je sais que je parle mon amie là, mais clairement, elle fait partie de mon polyamour, alors je cite en exemple. On se voit une fois tous les six mois, mais grace à la technologie (internet est notre ami), on échange beaucoup de mails, de liens, de morceaux de vie (nos échanges pourraient avoir une forme de romans limite), on a des chansons en commun (pour la touche romantisme tu penses à moi je pense à toi), on partage beaucoup de centres d'intéret, on se voit sur skype (quand y'a du réseau), bref, c'est facile de rester très connectées au quotidien, même avec 6h de décalages horaires, en fait j'ai presque l'impression de vivre avec elle tous les jours.

Mon autre meilleure amie vit à 30 min de chez moi en métro, on se voit deux fois par an, on se parle rarement, on a des vies très différentes mais on se connait depuis très longtemps (bientot 10 ans, omg), du coup meme sans lien quotidien, elle téléphone à 3h du mat, c'est sur, je décroche. Idem pour elle.

Tout ça pour dire que tous les moyens sont bons pour conserer les différents types de relations !
Ces deux relations sont très différentes, elles n'ont pas le même espace temps, du coup on communique pas de la même façon.

#
Profil

bodhicitta

le vendredi 31 janvier 2014 à 16h36

Lulitine
bodhicitta8
- Est ce qu'on doit laisser à l'autre la possibilité de prévoir ? de s'organiser ? (en respectant la liberté de l'autre)

Euh, je ne comprends pas bien cette question.
Tu interdis aux personnes que tu fréquentes de s'organiser ?? ?

La réponse attendue à ma question est que oui, pour respecter la vie de l'autre il faut lui laisser une chance de s'organiser...
Bref je disais ça en pensant à mon ours chéri, qui n'est pas facile à joindre, ça va pieux malgré le fait qu'il ait tombé son tel dans un puis.
M'enfin hier il m'a quand même dit qu'il allait vivre en Alaska... d'abord 1an "formation" trapeur... :-/
mais notre relation existera tjs <3
mon petit ordi portable le suivra pour qu'on puisse s'envoyer des mails :-D

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

KittyN

le vendredi 31 janvier 2014 à 17h46

coucou
mes copines ne vivent pas dans ma ville, malheureusement
alors savoir gérer une relation à distance est nécessaire, tout en respectant malgré tout la vie des autres.
je vous conseille tous un truc super chouette, c'est skype, quand on ne peut pas toujours rencontrer la personne.
bien que le logiciel lui même ait de sacrés bugs, dans l'ensemble on ne fait pas mieux pour la communication à distance.
Sinon, le mobile fait l'affaire pour appeler ou, encore plus simple, des logiciels de chat pour causer tout en conservant la conversation sur plusieurs jours, car elle peut reprendre sur le logiciel là où elle s' est arrêtée.
Sinon....le courrier mail oui, mais c'est plus lent.
En pratique, je prends contact avec chacune une fois tous les 3 jours en moyenne ou plus, selon mes envies, mon stress, et aussi leurs envies et besoins.
le tout est de se faire plaisir, de faire plaisir aux autres tout en leur montrant qu'on ne les oublie pas.

#

(compte clôturé)

le samedi 01 février 2014 à 10h31

KittyN
le tout est de se faire plaisir, de faire plaisir aux autres tout en leur montrant qu'on ne les oublie pas.

Oui, c'est essentiel. Perso, je suis très sms (sauf avec une personne n'habitant pas en France, ça me coûterait trop cher, là mail) car je peux envoyer/recevoir de n'importe où et n'importe quand. Aussi, pour les photos par mail. Ainsi, j'entretiens des liens à distance, même avec ceux qui habitent à moins de 30 km. Le soucis avec Skype, ou autre "vidéo-échange" c'est que les deux doivent être dispo au même moment. Moi je bosse dans la grande distribution, avec des horaires... Ce serait de toute façon impossible. Et puis, je préfère communiquer par écrit, je suis plus à l'aise. Communiquer ne signifie pas attendre une réponse. Comme le dit KittyN, je me fais plaisir à moi et si l'autre est moins démonstratif que moi, et bien soit. Ainsi, j'envoie mes messages à mon rythme, comme il me plait et autrui également. L'un communique quasi tous les jours, pour les autres c'est aléatoire.
Aussi, avoir quelque chose d'eux... une photo, une carte postale de vacances, une vidéo de ses passions,... un meug offert dans lequel je bois mon café du matin, etc... Tout ceci je pense contribue de permettre à penser à l'autre, et inversement. Libre à l'autre, de penser à moi en utilisant l'un de mes cadeaux (produits cosmétiques par exemple). Quelqu'un qui pense à moi en prenant sa douche, c'est délicieux. Et même si c'est en se faisant beau pour aller à la rencontre de quelqu'un d'autre, ainsi être un peu avec les deux... Inutile de se ruiner, un petit rien suffit :-D

#
Profil

coquelicot

le samedi 01 février 2014 à 11h01

Je pense a toi tous les matins !!!!!!

#

(compte clôturé)

le samedi 01 février 2014 à 11h49

Coquelicot
Je pense a toi tous les matins !!!!! !

:-D

#
Profil

bodhicitta

le samedi 01 février 2014 à 17h38

il est vrai qu'il y a besoin d'un avenir, quelqu'il soit.
qu'on sache à quoi s'en tenir, quelques perspectives, ne serait ce que: je reviens dans un an et on fera du camping ensemble (exemple) et qu'entre temps on se donnera des nouvelles.
J'ai même le sentiment que mon ours chéri me donnera plus de nouvelles à l'autre bout du monde (légère exagération...) car il va s'y mettre aux mails etc... parceque là pas de portable (méme de fixe) pas d'ordi' bref dur à joindre...
Il me reste 2ans quand méme avant qu'il marte la 1er fois, donc on va se faire les plus beaux souvenirs possibles, qu'il les emmène avec lui en alaska... ça compte ça les souvenirs...

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#

(compte clôturé)

le dimanche 02 février 2014 à 12h24

Oui, les souvenirs comptent et même à distance, l'autre peut nous "faire entrer dans son univers personnel". L'un de mes affectifs est en train de refaire sa vie, à quelques centaines de kilomètres de moi, malheureusement. Il me raconte ses avancées professionnelles (nouveau travail), m'envoie les liens des agences immobilières décrivant ses éventuels futurs logements (qu'est ce que j'en pense !). Il n'attend pas mon avis pour prendre ses décisions, il est autonome et surtout indépendant, mais j'apprécie qu'il me fasse découvrir tout cela. Ca ne prend pas beaucoup de temps et ainsi, nous avons moins l'impression d'être éloigné. C'est une question de volonté.

#
Profil

Tcheloviekskinoapparatom

le mardi 12 août 2014 à 12h14

De toutes façons, comme pour toutes les relations, tout dépend de la relation spécifique, des gens dedans, de son histoire, de sa dynamique !

Mais pour prendre les choses d'un point de vue un peu concret j'aime bien ce qu'écrivait Siestacorta :

Siestacorta
Sinon, un truc qui marche pour les geeks, c'est trouver un jeu online multijoueurs, avec du chat.
Ya plein d'histoires qui naissent comme ça, et les échanges de chat et de forums peuvent donner un "prétexte" à échanger souvent.

Parce que c'est vrai qu'avoir un truc, ou des trucs à faire ensemble ça permet d'avoir du lien sans être tout le temps en mode dialogue. Evidemment ce n'est pas moi qui vais dénigrer le mode dialogue, essentiel pour toute relation, mais quand c'est 100% du temps, ça peut devenir lourd... jouer ensemble, regarder un film, danser, et évidemment se faire des papouilles bref être dans l'"ensemble non-verbal" c'est important aussi pour une relation où on se sent bien, où on a envie de rester, ou à laquelle on a envie de retourner.

Perso avec la-personne-qui-habite-à-l'autre-bout-du monde-et -avec-qui-j'ai-un-truc-pas-bien-défini on fait de la musique, via internet : elle écrit des paroles, je lui envoie des idées de mélodie, elle me dit ok ou pas, j'enregistre des instruments, elle rajoute de la voix ou de la guitare, je mixe le tout. On s'amuse bien !

Je suppose qu'on peut décliner ça de pas mal de manières : créations graphiques, littéraires, cinématographiques....

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion