Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Polyamoureuse dans l'âme ou suite de frustration?

Témoignage
#

poly tristesse (invité)

le samedi 07 septembre 2013 à 23h26

Il dort sur le canapé, pendant ce temps je vous lis..;et vous envie aussi.
Je me sens perdue et terriblement seule ce soir...comme de très nombreux soirs avant, voire des mois.
On ne devient pas polyamoureuse, on l'est. Je l'ai lu à maintes reprises.
Mais se pourrait-il pourtant que l'on y rechercherait ce qui nous manquerait dans une autre relation sans pour autant renier cette dernière? Je m'explique:
Je me retrouve dans une situation douloureuse pour moi et j'aimerai vous en parler afin d'y voir plus clair, de savoir s'il vous est arrivé de vivre la même situation, de tenter de sortir de mon désarroi qui me paralyse.
Je vis une relation assexuelle avec mon amoureux actuel (pas par choix, il est malade). Je l'aime mais cette situation me fait souffrir...
J'ai rencontré un homme vers lequel je suis attirée, je l'évite de peur de succomber ...pourtant je sais que je serai capable de vivre une autre relation amoureuse tout aussi profonde et sincère que l'est mon actuelle sachant qu'elle m'épanouirait en m'apportant ce que la première ne peut me donner...seulement la peur, une forme certaine de culpabilité envers mon amoureux actuel pour qui le polyamour n'a pas bonne presse, hélas,
et un questionnement quant à la (bonne??) raison de mon attirance vers d'autres amours ( manque, frustration, polyamoureuse...) m'empêchent d'aller de l'avant, de prendre une quelconque décision, de vivre à vrai dire...
Je suis d'une nature très généreuse, empathique, beaucoup d'amour à donner mais la solitude et la tristesse que je ressens tuent ma joie de vivre. Malgré cela la crainte de blesser, de faire souffrir mon amoureux actuel, voire de le perdre si je vivais une seconde relation me figent.
Alors je ne sais plus...
Merci d'avoir lu mon témoignage et pour tout conseil, commentaire qui me permettront de reprendre espoir.
PS: je suis inscrite sur votre site mais préfère garder l'anonymat pour des raisons de pudeur; ne m'en tenez pas rigueur svpl, je suis certaine que vous comprendrez que ma situation n'est pas agréable. Simplement j'espère pouvoir poster néanmoins.

#
Profil

Len

le samedi 07 septembre 2013 à 23h57

Hmm Bonsoir Poly tristesse,

Cela me fait vraiment bizarre votre prénom (on va avoir une vrai collection de poly...quelque chose ^^), bref je commence ainsi pour détendre l'atmosphère.

Vous êtes avec un homme qui est malade avec qui, vous ne pouvez pas avoir de relation sexuelle ?

Et vous en avez très envie et il se trouve que vous trouvez un homme avec qui vous pourriez faire ce qui vous manque terriblement.

Pourquoi êtes-vous triste, avez-vous réfléchis avec votre homme malade à des solutions pour vous sentir bien tous les deux malgré cela ? Cela fait longtemps que ça dur ?

Ne vous laissez pas envahir par de la tristesse, de la souffrance pour des histoires de sexe, votre relation est je l'espère plus forte que ça.

Oh les cœurs vous allez trouver des solutions pour sortir de ce mauvais passage.

#
Profil

LuLutine

le dimanche 08 septembre 2013 à 00h52

Bonsoir polytristesse,

Une question me vient : as-tu parlé avec ton compagnon de l'éventualité pour toi d'entretenir une relation "complémentaire" à la vôtre ?

Même s'il ne voit pas d'un bon oeil le polyamour, votre situation est quand même un peu particulière...

Il ne s'agirait pas de le remplacer mais de vivre ce que tu ne peux de toute façon pas vivre avec lui...

Autre question : sa maladie doit-elle durer longtemps ? Pourrez-vous un jour entretenir une relation telle que tu la souhaiterais, ou non ? Je crois que c'est un paramètre à prendre en compte aussi.

#
Profil

Len

le dimanche 08 septembre 2013 à 01h09

J'ai vécu ce genre de situation quand j'étais en couple, je ne pouvais pas avoir de vie intime par longue période et pas du tout avec ma femme.

Cela à duré peut-être 3 ans avec quelques moments par ci par là, sans envie (souvent), ma compagne avait un soucis de santé.

Ce qui m'à fait tenir, c'est ma vie avec elle, le sport, mes passions à côté. Nos passions et projets communs.

Et aujourd'hui je suis seul, et je dois bien dire qu'avec le recul et les événements, ma situation actuelle je crois que même à cet époque un peu moins "drôle" j'avais beaucoup de chance de vivre avec quelqu'un à mes côtés. (ne serait-ce dormir avec où faire un calin par exemples).

Il y'avait des hauts et des bas, aujourd'hui j'ai moins de contraintes (seul) et aussi beaucoup plus seul, et plus aucune vie sexuelle partagé par exemple puisqu'on parle de ça.

Alors ça m'amène à relativiser cet aspect, il est vrai.

Quand on est dans un couple, je comprend que ça puisse chambouler, déstabiliser.

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

Siestacorta

le dimanche 08 septembre 2013 à 02h12

C'est une des façons de voir le polyamour, en fait : avoir une abondance d'affectivité, d'envieS, qui déborde un destinataire unique.
Ca peut être parce qu'on a de la diversité en soi ou parce que notre partenaire à des limites, mais au fond, ça revient au même. Au final, il y a des réserves de tendresse, sentiments, désirs qui se retrouvent à tourner en rond.

Je crois qu'une des pistes c'est de pas réfléchir en terme d'insuffisance, ou de besoin de compléter, mais plutôt de voir que le schéma monogame est artificiel, on fait "comme si" on ne réagissait pas aux autres gens, "comme si" au moment de nous engager à l'exclusivité on avait trouvé quelqu'un qui depuis avant qu'on se connaisse avait déjà tout ce qu'il nous faut.

C'est pas le cas. Le monde continue à vivre autour, on rencontre des gens qui nous font de l'effet, nous ne sommes jamais aussi figés qu'une clé qui n'ouvre qu'une serrure.

Tu as des envies, des possibilités de les satisfaire, c'est pas toi qui est mauvaise d'y être sensible.

Par contre, à la lecture de ton message, je vois surtout un besoin physique. Pas seulement de plaisir sexuel, on va dire d'intimité, de tendresse... Te fais pas trop peur avec l'idée que quoique tu fasses, ce sera des sentiments aussi "sérieux" que ceux qui concernent ton mari. Je veux dire : c'est peut-être de ne pas être ni poly ni adultère ni libertine qui font que tu dramatises tes envies.
Ce serait pas forcément simple de les vivre, je te conseillerai pas de te jeter dès demain sur un autre homme avec une garantie sans danger tout va bien ! Simplement, tu vas pas signer avec ton sang un pacte qui dit "à partir d'aujourd'hui je n'ai plus rien à voir avec la personne que j'étais hier".

Pour la culpabilité... Bon, beaucoup de monos ne comprennent pas que leur partenaire se déclare poly, vaut mieux pas se cacher ça. Mais il y en a quelques uns quand même qui ont du discernement, qui sont pas non plus complètement surpris que ça te prenne. Ton mari te connait sans doute comme tu te décris, généreuse, empathique... Si tu devais en parler, tu devrais insister sur cette cohérence plutôt que sur "j'ai rencontré quelqu'un".

Bon, je sais pas si c'est rassurant.
Et, si c'était nécessaire, je souhaitais souligner que "on peut faire du sport à la place" n'est pas un écho très poly, qui ne vient pas d'une personne particulièrement poly.

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#

yannine (invité)

le dimanche 08 septembre 2013 à 10h35

La maladie de ton conjoint est un point à ne pas négliger. Le fait qu'il ne puisse te satisfaire doit être dramatique pour lui.
J'ai compris que tu cherchais un complément à ce qui te manque, donc quelque part, à trouver ailleurs ce que ton homme ne peut te donner.

Cette situation, que tu sois poly ou pas, reste délicate et l'approche dot l'être tout autant. Il peut très bien comprendre et accepter cette situation comme une solution, temporaire ou non, ou se dire qu'il n'a as le choix.

L'honnêteté est une valeur sure et il n'est pas impossible que ton homme réagisse mieux que tu puisses le croire. Mais il aura certainement un besoin énorme d'être rassuré, même s'il ne demande et ne montre rien. Les gens malades ont une pudeur telle que cette dernière cache beaucoup de leur culpabilité d'être malade.

Mais pose toi la bonne question avant tout; pourquoi es-tu attirée par un autre? Frustration, manque de sexe, manque de tendresse?

#
Profil

Len

le dimanche 08 septembre 2013 à 11h53

Siestacorta >>

On ne va pas commencer à jouer à celui qui est le plus où celui qui est le moins, je crois que ça n'aurait aucun sens et n'amènerais rien d'intéressant au débat.

Si j'ai parlé de sport où encore de ma vie avec ma femme à l'époque pour me faire tenir, j'aurais aussi pu parler de la masturbation, si y'avait que ça la masturbation je crois que mon couple aurait explosé.

Par là, je veux souligner que j'avais trouvé mon équilibre pour vivre heureux, trouver mon bonheur. Et je suis une preuve vivante que cela ne passe pas obligatoirement par développer une relation poly affective ou un adultère par exemple (ça pourrait être pire : dépression.)

Tout dépend de sa volonté, du contexte de vie, la maitrise de notre pulsion sexuelle, les liens avec notre partenaire, tout pleins de détails quoi font la vie.

Ensuite, je suis d'accord avec yannine, que Poly tristesse doit se poser à elle-même les bonnes questions. Pourquoi dans fond elle est attirée par quelqu'un d'autre ? Et je serais étonné qu'elle trouve une seule réponse.

C'est son travail à elle et je pense à partager avec son conjoint qui est normalement la personne après elle la plus à même de l'aider à traverser cette période de doute.

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#

yannine (invité)

le dimanche 08 septembre 2013 à 12h29

Le poly n'est pas la solution universelle à tous nos déboires sentimentaux, sexuels ou autres.

Il y a autant de sexualité et de principe de vie différents qu'il y a d'individus sur terre.

A chacun d'explorer ses propres voies dans la meilleure honnêteté qu'il soit.

#

(compte clôturé)

le dimanche 08 septembre 2013 à 13h33

Je ne sais que te dire si ce n'est que tu peux cloisonner sexe et amour. Aujourd'hui, personnellement, je ne met plus de cases (ni entre sexe et asexuel, ni entre amour et amitié) mais avant d'en arriver à éliminer les cases (ce que je suis en train d'essayer de faire et ce n'est pas facile), il faut justement les installer... en tout cas c'est comme ça que je l'ai vécu. Toutefois, ce qui me correspond n'est pas ce qui te correspond.
Tu as peur que ton polyamour soit du à l'asexualité de ton compagnon (qui est loin d'être seul dans ce cas). Si tu veux en parler d'une manière plus approfondie avec moi, je t'invite à me contacter en perso en cliquant sur mon pseudo car moi aussi l'asexualité (malgré la présence de sentiments amoureux) me touche. tu respectes ton compagnon et cela a une grande valeur à mes yeux.

#
Profil

Siestacorta

le dimanche 08 septembre 2013 à 14h04

Len
Siestacorta >>

On ne va pas commencer à jouer à celui qui est le plus où celui qui est le moins, je crois que ça n'aurait aucun sens et n'amènerais rien d'intéressant au débat.


Non, c'est pas une question de plus ou de moins. Tu n'es PAS poly, hors, ici, la personne qui a commencé le fil cherche des avis de poly (sinon elle serait allé poser la question ailleurs).
Je ne souhaite pas lui dire quoi penser de ton discours, si ça lui apporte quelque chose tant mieux pour elle. Mais comme elle est nouvelle, qu'elle attend des retours typiquement poly, et que le premier qu'elle a vient de quelqu'un qui n'a pas ce positionnement, ça me parait utile de le préciser.

Si je me pointais sur un site de développement personnel par la spiritualité parler de mon propre parcours et que quelqu'un me répondait "tu sais, tu devrais développer ta vie sexuelle", je pourrait être un peu désorienté, non ? Les gens de ce site seraient bienvenus de me signaler que la réponse que j'ai eue n'est pas dans l'esprit du site où j'ai posté, non ?
Alors voilà.

Et non, le poly n'est pas la solution universelle, évidemment. On lit très souvent ici que tout le monde n'a pas l'affectivité pour ça, que toutes les situations conjugales/ amoureuses n'y sont pas propices.
Et surtout le poly n'est pas une solution à un problème, c'est un choix de vie.

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

Len

le dimanche 08 septembre 2013 à 14h42

Siestacorta >>

Si je je ne suis pas poly affectif, que suis-je alors ? Et qui peux le dire pour moi ??

Si tu as lu mes interventions ici, je considère que nous sommes tous polyaffectifs (donc moi y compris).

Ensuite je considère que chacun à son parcours, sa vie et choisis de mener sa vie de poly affectif comme il l'entend.

Pour moi, il y'à plusieurs façon de mener sa vie polyaffective !

#
Profil

LuLutine

le dimanche 08 septembre 2013 à 16h45

Len
Siestacorta >>

Si je je ne suis pas poly affectif, que suis-je alors ?

Il n'a pas dit ça, il a utilisé "poly" tout court.
Sous-entendu polyamoureux, dans l'acception la plus répandue du terme.
Par exemple, si tu es poly, tu acceptes d'avoir une relation sentimentale avec une personne qui entretient d'autres relations intimes (que ce soit sur le plan affectif ou sexuel).

L'accepterais-tu ?

Tes interventions à ce sujet nous font penser le contraire jusqu'à maintenant. Donc non, à moins d'envisager une relation non-exclusive (y compris sur le plan sexuel) comme possible pour toi, tu n'es pas poly.

#
Profil

Len

le dimanche 08 septembre 2013 à 16h58

Et bien LuLutine, considère que je pense que cette dénomination "polyamour" est trop limitative car elle exclut de de fait une grande partie des gens qui sont poly affectifs.

Je n'inclus pas la sexualité dans l'affectivité, il n'y pas obligation d'avoir des relations sexuels pour établir une intimité avec quelqu'un, pour développer des sentiments, l'amour entre plusieurs personnes, de la joie, de la tendresse etc.

Je trouve ça hallucinant qu'on en vienne à confondre tout ça, et dire intel est pas si parsque il veut pas coucher. C'est écrit où tout ça ? Sérieusement :/

#
Profil

Geraldin-e

le dimanche 08 septembre 2013 à 17h11

D'accord avec Yannine ci-dessous.
C'est vrai que c'est encore plus délicat si la personne est malade.

Yannine
L'honnêteté est une valeur sure et il n'est pas impossible que ton homme réagisse mieux que tu puisses le croire. Mais il aura certainement un besoin énorme d'être rassuré, même s'il ne demande et ne montre rien. Les gens malades ont une pudeur telle que cette dernière cache beaucoup de leur culpabilité d'être malade.

poly tristesse
On ne devient pas polyamoureuse, on l'est. Je l'ai lu à maintes reprises.
Mais se pourrait-il pourtant que l'on y rechercherait ce qui nous manquerait dans une autre relation sans pour autant renier cette dernière ?

Oui, sans doute que les relations peuvent servir à répondre à des "besoins" (par exemple sexuels, sensuels, affectifs). Mais généralement, les choses sont plus complexes que ça, vu qu'il y a aussi souvent l'amour qui a envie de "s'élargir", le désir de découvertes, l'envie de sociabilité...? Et puis, il n'y a pas de mal en soi à suivre ses besoins réels (si on essaie de se respecter et de respecter les autres), nous sommes des animaux avec des besoins divers.
D'autant que, rester dans une situation de frustration trop longtemps peut arriver à dégrader la relation non ?
Bref, s'il s'agit de frustration de relation, ce qui semble être le cas (tu n'es pas dans la peur bleue de la solitude, la surcompensation), il faudrait alors essayer d'y répondre, dans un esprit poly (écoute, temps, dialogue, respect mutuel).

Sinon, je me permet un avis perso plus général.
Je ne crois pas qu'on est ou pas poly de naissance. Ce n'est pas un truc figé à vie comme la couleur de la peau.
Pour moi, tout le monde a une capacité d'amour non exclusif et pourrait la mettre en pratique, mais bien sûr chacun.e à sa manière, à son rythme.
Les blocages à se niveau là ne sont pas irrémédiables si on désire évoluer (en revanche, pas moyen de changer sa couleur de peau), s'émanciper de nos peurs, cultures, normes, morales inadaptées, etc. Evidemment, ça peut être très dur, long, et il y a des personnes qui n'y parviendront peut-être pas, mais je vois ça d'abord comme une question sociale (donc avec une possibilité de choix et d'évolution, de changement), et pas comme une essence personnelle irrémédiable acquise de naissance (naître mono ou poly et le rester).
On peut devenir poly, consciemment ou pas.
Et je crois que ça peut être parfois une manière d'évacuer le problème et les remises en cause que de dire : "je suis mono c'est comme ça, je suis né.e comme ça, c'est comme mon ADN, je ne peux pas changer".

Donc pour moi, tout dépend du système de valeurs qu'a adopté ton compagnon, s'il a envie ou pas de se poser des questions là-dessus, de remettre en cause ou pas ses idées (et/ou les idées que le système lui a mises dans la tête depuis sa naissance).
Il y aurait donc à tâter le terrain sur les questions de l'amour, la fidélité, l'exclusivité, l'autonomie individuelle, les libertés de chacun.e, etc., ce avant de parler du fait que tu as envie d'autres relations et avec une autre personne précise.
C'est généralement très utile de toute façon non ?, qu'on aboutisse ou pas au poly-amour vécu.

Bon courage pour ce cheminement

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#

(compte clôturé)

le dimanche 08 septembre 2013 à 17h12

Len
Je n'inclus pas la sexualité dans l'affectivité, il n'y pas obligation d'avoir des relations sexuels pour établir une intimité avec quelqu'un, pour développer des sentiments, l'amour entre plusieurs personnes, de la joie, de la tendresse etc.

Je trouve ça hallucinant qu'on en vienne à confondre tout ça, et dire intel est pas si parsque il veut pas coucher. C'est écrit où tout ça ? Sérieusement :/

D'ailleurs, avoir des sentiments amoureux simultanément pour plusieurs personnes et l'admettre est un premier pas vers le chemin de la polyaffectivité. Moi, j'aime des personnes avec qui je n'ai plus du tout de contact et cela reste à mon sens de l'amour, car c'est ce que je ressens. Je n'ai jamais rencontré Len mais il me semble qu'il vit en ressentant de l'amour pour plusieurs personnes simultanément (relation concrète OU NON). Il est comme la plupart des gens qui, comme moi, ne mettent pas une croix, n'oublient pas...
Je crois qu'ils sont nombreux dans ce cas à discourir sur ce site.
Moi aussi je ressens une exclusion des personnes qui ne désirent pas, ou ne ressentent pas de sexe alors qu'elles savent faire preuve d'affectivité et d'amour.
Ce site n'est il pas fait pour offrir un espace de liberté d'expression sur un sujet... même pour les personnes à qui cela pourrait poser un cas de conscience.

#

(compte clôturé)

le dimanche 08 septembre 2013 à 17h13

Geraldin-e a posté en mm temps que moi :-D

#

(compte clôturé)

le dimanche 08 septembre 2013 à 17h17

Geraldin-e
Sinon, je me permet un avis perso plus général.
Je ne crois pas qu'on est ou pas poly de naissance. Ce n'est pas un truc figé à vie comme la couleur de la peau.
Pour moi, tout le monde a une capacité d'amour non exclusif et pourrait la mettre en pratique, mais bien sûr chacun.e à sa manière, à son rythme.
Les blocages à se niveau là ne sont pas irrémédiables si on désire évoluer (en revanche, pas moyen de changer sa couleur de peau), s'émanciper de nos peurs, cultures, normes, morales inadaptées, etc. Evidemment, ça peut être très dur, long, et il y a des personnes qui n'y parviendront peut-être pas, mais je vois ça d'abord comme une question sociale (donc avec une possibilité de choix et d'évolution, de changement), et pas comme un essence personnelle irrémédiable acquise de naissance (naître mono ou poly et le rester).
On peut devenir poly, consciemment ou pas.
Et je crois que ça peut être parfois une manière d'évacuer le problème et les remises en cause que de dire : "je suis mono c'est comme ça, je suis né.e comme ça, c'est comme mon ADN, je ne peux pas changer".

je plussoie.

#

'Dom (invité)

le dimanche 08 septembre 2013 à 17h55

@poly tristesse : Je dirais que plus une personne est épanouie, plus elle est solaire et inversement. Par conséquent je dirais que rester en stand-by dans la situation qui est la tienne n’est pas vraiment une option (ça ne veut pas dire qu’il ne faut pas prendre le temps de réfléchir bien sûr et tenir compte de tout ce qu’a dit yannine sur ton compagnon et son ressenti, qui est très juste je trouve). En prenant soin de toi, tu prendrais aussi soin de vous. Donc, nécessité de trouver un moyen pour toi de t’épanouir d’une manière ou d’une autre, ou risque de voir ta tristesse impacter votre relation.

Je pense qu’on peut se découvrir poly (ou que ça se « réveille », qu’on fasse la démarche de questionner les normes sociales) suite à certains évènements/situations/rencontres. Dans ton cas, ce serait le fait d’avoir une relation asexuelle qui serait déclencheur du questionnement de la légitimité d’avoir plusieurs amoureux, ce n’est pas un plus mauvais déclencheur qu’un autre il me semble. Maintenant comme le souligne les autres, seule toi peux déterminer la nature de ton attirance pour cet homme dont tu parles, s’agit-il uniquement d’une attirance physique ou non ? Comme l’a dit Siestacorta, il n’y a rien de mal à être attiré par plusieurs personnes (sexuellement, sentimentalement ou les deux), c’est même plutôt naturel je pense.
Quant à savoir si tu es poly, pour avoir une première idée, il faudrait prendre un énorme recul par rapport à ta situation. Par exemple, te fondre mentalement dans la peau d’une célibataire et te demander si tu rechercherais à nouveau une situation monogame ou si tu te retrouverais assez dans les valeurs polys pour en faire ton choix de vie (cfr la charte de valeurs sur le site polyamour.be qui n’est pas mal faite par exemple) ;)

Et, tu dis que le polyamour a mauvaise presse auprès de ton amoureux, tu as en déjà parlé avec lui? Quels sont ces arguments ?

@Len, le problème c’est que t’adjuges une définition du polyamour/polyaffectivité qui d’après ce que j’ai lu est plus ou moins ce qui suit : avoir une relation amoureuse exclusive (tant au niveau de ce que l’on construit que des relations sexuelles) et avoir d’autres relations qui seraient des amitiés fortes… Autrement dit, une relation monogame (même si p-e pas au sens traditionnel de la société actuelle, je te le concède) et pas une relation polyamoureuse (au sens de plusieurs amours). Alors c’est bien pratique parce que ça te permet de parler de « polyamour » à ta sauce, mais les idées derrières sont celles de la monogamie (avec une partie développement de soi, etc mais quand même). Comprends-tu?
C’est comme si j’allais tous les dimanches à l’église et que je prenais la parole pour prôner le polyamour, en disant que je suis chrétien à ma façon puisque je tente d’aider mon prochain… Ne seraient-ils pas las à la longue, les fidèles ? Serait-ce respectueux de ma part d’agir de la sorte ?

@gcd68 : J’ai l’impression que le site est très ouvert au contraire. Et le souci avec Len, ce ne sont pas ses choix de vie (libre à lui de vouloir être sexuellement exclusif), ni qu’il dise « mes choix sont les suivants, ça marche pour moi », c’est qu’il expose régulièrement l’idée qu’avoir des relations sexuelles avec plusieurs partenaires est symptomatique d’un problème (manque de contrôle, ou qu’on n’est pas dans du vrai Amour). Voir ci-dessous :
« Ne vous laissez pas envahir par de la tristesse, de la souffrance pour des histoires de sexe, votre relation est je l'espère plus forte que ça. », sous-entendu « car après tout le sexe, ça devrait juste servir à faire des bébés. Si vous n’êtes pas capable de vous passer de sexe, c’est que votre relation n’est pas forte, donc ce n'est pas de l’Amour ». Attention à ne pas se tromper sur qui juge qui ;)

#

(compte clôturé)

le dimanche 08 septembre 2013 à 18h06

Merci Dom pour cette remarque. Qui juge qui, en effet...

#

'Dom (invité)

le dimanche 08 septembre 2013 à 18h19

Je pourrais te citer des tas de passages de Len (s'il ne les pas encore effacé) qui vont dans ce sens. Mais je ne suis pas certain que cela changerait en quoi que ce soit le fait que tu aies envie de le voir comme un semblable (polyaffectif) et donc de le défendre. Et puis ce serait trop HS.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion