Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Amour, amour...

#
Profil

Deneb

le vendredi 02 août 2013 à 20h23

J'y jetterais bien un coup d'oeil aussi sur place <3

#
Profil

popov

le vendredi 02 août 2013 à 23h17

Je ne sais pas de quelles parades parle gcd68 (et moi aussi je suis très intéressé par cet échange) , mais c'est vrai qu'il y a beaucoup de manières très créatives de faire circuler l'énergie sexuelle. Il y a notamment des exercices tantriques impliquant le regard, le toucher ou simplement le contact par les mains. Il m'est arrivé une fois, notamment, d'avoir vraiment eu l'impression de faire l'amour avec une femme, d'avoir un contact régénérant où j'avais la sensation d'une pénétration mutuelle, alors que nous ne touchions respectivement que les mains, les yeux fermés. Finalement, tout cela fait appel à la créativité qui n'est pas autre chose que de l'énergie sexuelle sublimée.
Quand j'évoquais une sexualité pas forcément nécessaire, c'est donc avec la conscience qu'à un certain niveau et dans certaines circonstances, le peu de contact physique (apparent, par rapport à l'acte sexuel) peut entraîner un grand échange d'énergie, et il est certainement possible que tout cela puisse aussi se passer de tout contact physique.
Seulement il me semble y avoir des différences capitales entre le polyamour et le tantra. Et là, les polys, j'ai besoin de vous, et que vous m'arrêtiez si je dis une bêtise parce que je n'ai pas votre expérience étant (encore et pour l'instant, ne sachant pas de quoi est fait l'avenir... ) mono. A priori, vous choisissez tous vos amours librement et suivez l'impulsion naturelle de vos désirs. En tantra, on ne choisit quasiment jamais la personne avec qui l'on tombe et ce qui est beaucoup plus surprenant c'est que c'est bien souvent avec les personnes avec qui l'on n'a pas forcément envie de travailler que se passent les expériences les plus incroyables. Les exercices sont faits pour que les projections tombent. On se retrouve donc dans une situation d'intimité avec quelqu'un que l'on ne désire pas nécessairement, et même, souvent, pas du tout, pour ne pas dire plus...
M'intéressant au polyamour, je me dis que j'aurais forcément tendance, du moins au début, à suivre les personnes dont je tombe déjà naturellement amoureux. Or, nos désirs amoureux se construisent bien souvent sur nos projections et nos névroses. Ce qui implique, sources de joies (car accomplissement du désir) mais aussi noeuds à délier dans la relation. Cette deuxième étape me semble cruciale si on ne veut pas retomber, dans les relations futures, sur les mêmes problèmes.... Et si on ne passe pas cette deuxième étape, on risque de tomber dans un écueil.
A l'inverse, je me dis que si l'on avance dans le bon sens dans le polyamour, les frontières entre désir et non-désir doivent se modifier, s'estomper pour arriver à quelque chose de plus universel et inconditionnel. Au final, je pense que l'on doit arriver au même endroit par des chemins différents.

#
Profil

Anarchamory

le samedi 03 août 2013 à 00h23

Le tantrisme ce n'est pas trop mon truc à la base mais je te rejoins partiellement, popov.

De simples marques tendres d'affection échangées avec une femme que j'aime me procurent un bien et un apaisement infini : un regard, un sourire, une caresse, un massage, un baiser, se tenir la main, dormir côte à côte, se blottir, partager sa nudité, etc. J'aime bien le sexe mais si on me donne le choix entre :
(1) du sexe avec une femme que je ne fais que désirer physiquement ;
(2) un moment câlin mais sans sexe avec une femme dont j'aime la personnalité, et ce, même si je la désire moins physiquement ;
je choisis l'option (2) sans hésiter.
Bon, mais j'ai bien dit "partiellement" car d'un autre côté, je n'arriverais pas à me passer totalement de contact physique, au contraire. Par ailleurs, je n'irais pas dire que les câlins sans sexe donnent le sentiment d'avoir une pénétration... par contre, de faire l'amour, oui, cent fois oui, et même peut-être davantage encore que le sexe.

popov
Seulement il me semble y avoir des différences capitales entre le polyamour et le tantra. Et là, les polys, j'ai besoin de vous, et que vous m'arrêtiez si je dis une bêtise parce que je n'ai pas votre expérience étant (encore et pour l'instant, ne sachant pas de quoi est fait l'avenir... ) mono. A priori, vous choisissez tous vos amours librement et suivez l'impulsion naturelle de vos désirs. En tantra, on ne choisit quasiment jamais la personne avec qui l'on tombe et ce qui est beaucoup plus surprenant c'est que c'est bien souvent avec les personnes avec qui l'on n'a pas forcément envie de travailler que se passent les expériences les plus incroyables. Les exercices sont faits pour que les projections tombent. On se retrouve donc dans une situation d'intimité avec quelqu'un que l'on ne désire pas nécessairement, et même, souvent, pas du tout, pour ne pas dire plus...
M'intéressant au polyamour, je me dis que j'aurais forcément tendance, du moins au début, à suivre les personnes dont je tombe déjà naturellement amoureux. Or, nos désirs amoureux se construisent bien souvent sur nos projections et nos névroses. Ce qui implique, sources de joies (car accomplissement du désir) mais aussi noeuds à délier dans la relation. Cette deuxième étape me semble cruciale si on ne veut pas retomber, dans les relations futures, sur les mêmes problèmes.... Et si on ne passe pas cette deuxième étape, on risque de tomber dans un écueil.
A l'inverse, je me dis que si l'on avance dans le bon sens dans le polyamour, les frontières entre désir et non-désir doivent se modifier, s'estomper pour arriver à quelque chose de plus universel et inconditionnel. Au final, je pense que l'on doit arriver au même endroit par des chemins différents.

Je trouve que ce que tu dis là est très intéressant. En tout cas ça m'interpelle et fait résonner en moi des choses très personnelles, des questionnements très actuels. Je ne suis sans doute pas très représentatif des "polys", mais je me reconnais bien dans ton discours.

Autrefois, je suivais mes attirances romantiques et sexuelles. Bien que je ne me l'avouais pas, j'attachais un grand prix à l'apparence, à ce que le physique d'une femme éveillait en moi comme sensations, sentiments, désirs. Je visais d'ailleurs principalement des femmes relativement "canons" parce que, tout simplement, il n'y avait qu'elles qui m'attiraient. J'étais complétement victime du culte de l'apparence et de la mode. Évidemment, n'étant pas moi-même "canon", et étant à l'époque très timide et mal dans ma peau car je n'avais jamais eu de copine à ce moment-là, je me suis pris de nombreuses vestes...

Je suis passé, ensuite, à une seconde phase, où au lieu de suivre mes attirances romantiques et sexuelles, je les fuyais, ou du moins je n'en tenais pas compte. Si une femme ne m'évoquais rien physiquement, je pensais que c'était bon signe que quelque chose était possible avec elle. De fait, c'est à cette époque que j'ai rencontré ma femme, pour laquelle je n'ai jamais eu de passion ou de désir fulgurant, au contraire. Je n'avais donc plus de critère. J'avais un peu jeté le bébé avec l'eau du bain... C'était aussi une erreur.

Aujourd'hui, je suis à une troisième phase de ma maturation affective. Je ne tiens pas davantage compte de mes attirances romantiques et sexuelles "de base". D'ailleurs, pour ainsi dire, je n'en ressens plus. J'attache par contre le plus grand prix à la personnalité des femmes (et à son expression physique, cela dit : regard, sourire, etc.), au fait de me sentir bien, à mon aise, avec elles, en connexion intellectuelle et morale, en sympathie, en amitié finalement. Et bizarrement, je remarque que le désir et l'amour suivent. J'en suis donc, au jour d'aujourd'hui, arrivé à une étape où je ressens de l'attirance pour des femmes qui, dans la première phase, ne m'auraient jamais attiré. J'ai l'impression que c'est ma tête qui mène le jeu à présent, mon corps et mon cœur qui suivent, alors que dans la première phase, c'était mon corps et mon cœur qui menaient le jeu, et ma tête qui suivait, et durant la seconde, c'était... rien du tout, l'anomie !

Donc ton histoire de névroses et de projections qu'on fait tomber, j'ai vraiment l'impression d'être en plein dedans. J'ai vraiment l'impression, même si je suis amoureusement seul à présent, que c'est seulement maintenant que je commence à savoir aimer véritablement. Et pourtant je n'ai jamais pratiqué le tantrisme, mais du coup, j'ai bien envie de m'y intéresser !

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#

(compte clôturé)

le samedi 03 août 2013 à 09h41

Je réponds à Popov en vitesse :

Je ne connais (enfin je n'ai jamais pratiqué) le trantrisme. Je ne peux donc parler de ce que je ne connais pas mais perso, s'il n'y a pas déjà un quelque chose au départ... je crois que j'aurai en effet bcp de mal.

En fait, je parlais plus de faire l'amour "à distance" par le biais du mode de communication qui convient le mieux aux deux personnes, laisser faire l'imaginaire, je dirais même le susciter, le titiller. Moi, mon mode de com favoris c'est l'écrit. Bon pour l'exemple. Admettons qu'au cours de la journée j'envoie des sms très courts mais qui raconte une histoire. Déjà, il y a la découverte du contexte (je suis dans les bois, je suis au bord de l'eau, je suis dans un lieu public, etc) puis faire languir l'autre avec du sensuel, puis de l'érotique... et donc ainsi on laisse l'autre en haleine, en attente. Le cerveau enfin jouera tout son rôle car le fait de ne pas tout savoir tout de suite, d'être dans la volonté de la surprise du prochain sms... Et si l'autre veut, il peut participer à l'invention de l'histoire... Bien ficelé, ça donne des résultats surprenants. Après évidemment, le "bouquet final" c'est de l'autosatisfaction (sachant que ce procédé peut servir de préliminaire si l'on retrouve la personne plus tard dans la journée pour un bouquet final à deux) mais là il faut surtout attacher de l'intérêt à la mise en bouche, à sa lente évolution... Bon, ça c'était un pt exemple tout bête à la portée de chacun.

Après, on peut avoir un rapprochement avec une personne sans déshabillage. Certaines zones du corps sont très érogènes (jeu de la découverte car chacun est unique à ce niveau là). On peut donc prodiguer des caresses "sensations et plaisirs" sans aller à l'entrejambe ou à l'anus. Là où je pense que ça rejoint le tantrisme (? là je vais peut être dire une grosse connerie) c'est la sensation du contact, la recherche de la perception de l'autre, de son aura, je dirais capter les ondes de l'autre pour un échange plus en profondeur. J'arrive bien à ressentir cela et le sexe proprement dit c'est différent. L'un n'empêche pas l'autre ; l'un peut amené l'autre...

Après comme le dit Lulutine, si c'est clair dès le départ. En tout cas j'en ai connu un qui a été surpris des sensations que l'on peut ressentir sans avoir à enlever ses vêtements (Attention pour les femmes, si vous jouez à cela en "public", prévoir une pte protection et pour les hommes, ne pas trop s'éloigner des toilettes :-D ; on ne sait jamais !)

#

(compte clôturé)

le samedi 03 août 2013 à 09h41

Désolée MetaZet, pas le tps de te lire et de te répondre mais comme on se voit prochainement

#
Profil

Geraldin-e

le samedi 03 août 2013 à 15h30

D'accord avec vous, sur le fait qu'on peut arriver à dépasser (au moins en partie je veux dire), maîtriser, nos attirances de base (que leur origine soit biologique, culturelle ou de problématiques persos).

Popov
A l'inverse, je me dis que si l'on avance dans le bon sens dans le polyamour, les frontières entre désir et non-désir doivent se modifier, s'estomper pour arriver à quelque chose de plus universel et inconditionnel. Au final, je pense que l'on doit arriver au même endroit par des chemins différents.

Par exemple, le désir mutuel peut être aidé/attisé par un projet de vie commun, qui ne suppose pas au départ d'attirances physiques ou de personnalités.

Le Tantra, je ne connais pas non plus. Sans doute qu'on y trouve des pistes intéressantes, comme les idées de pratiques "sexuelles" (?) diverses de Gdc68.
Des discussions en perspectives pour La Grange ! :-)

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion