Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Un couple à trois

#

(compte clôturé)

le samedi 31 janvier 2009 à 13h57

Vous pourriez aussi simplement mettre l'histoire entre parenthèses le temps que les enfants quittent votre toit, et puissent se dissocier de vous au quotidien. J'imagine combien ils doivent être mal à l'école, étant pointés du doigt en société.

Man, je ne comprends pas: en quelques répliques, nous voilà passés à une situation d'orage bien loin du tableau idyllique du début. Téléphones anonymes, répliques cinglantes et insultes des enfants, one peut pas dire que ce soit tellement super...

#

(compte clôturé)

le samedi 31 janvier 2009 à 14h37

Oups, fausse manoeuvre, mon message est parti avant l'heure, impossible de le récupérer...

J'essayais d'exprimer avec douceur quelque chose de difficile à dire.
Quelque part tu as évoqué la dissension actuelle avec vos enfants, comme le prix à payer pour la différence entre ce que vous leur avez montré et inculqué comme valeurs, et le renversement de ce système en vous aimant à trois.

Mais te sachant bisexuelle dès le départ, toi et ton mari aviez déjà pas mal de clés de tolérance en main... Où est le noeud avec vos enfants? Que vous reprochent-ils exactement, et vos voisins, vos familles? Le sexe? Les sentiments? De vivre tout ça ouvertement (et possiblement de la provocation?)? Si c'est cela, trouves-tu que ça valait la peine, si ça doit arriver à une séparation?

Et dernière question: est-ce pour ça que tu t'es mise en pétard en commençant le post "Amertume, etc"?

Si notre génération vit les prémisses de périodes plus ouvertes et tolérantes en matière de couple, trouple, quadrouple, etc..., ce n'est pas encore le moment de s'exhiber, de s'exposer ou je ne sais quoi. Si, je sais: de se donner en pâture à l'opinion publique.

A partir du moment où on proclame ou démontre ouvertement des convictions assez révolutionnaires, s'attirer la vindicte du voisinage est inévitable. On dirait que du moment que le vent de la liberté a soufflé sur vous, vous n'avez pas su régler la puissance du ventilateur. Comme des ados qui passent par la provocation en revendiquant un statut d'adulte, mais doivent passer sous les fourches caudines des usages de société, pour trouver leur place malgré tout, dans le monde.

Pour vos enfants, votre voisinage, c'est comme si vous faisiez de l'exhibitionnisme, quelque part.

#
Profil

Siestacorta

le samedi 31 janvier 2009 à 15h42

"Elle a ajouté en parlant de ma femme "c'est mon ennemie" si je pouvais la tuer, je le ferai. Elle a 17 ans."

Brut...
Mais justement, elle a 17 ans.
Ces mots sont à la fois très forts... et on le côté théâtral de l'adolescence.

Je remplis peut-être trop vite les trous avec ce que je connais de la situation (un de mes défauts principaux, assumé, donc renvoyez-moi-z-y en cas de malentendu, ça ne me blessera pas...), mais dis moi si je touche pas juste.

Je te la joue madame soleil...

Tu as un caractère fort. Pas forcément au quotidien, mais dans le long terme, disons persévérante/obstinée pour parler des deux faces.
Tu n'es pas vraiment dans les valeurs traditionnelles dures, mais tu as conservé un certain socle moral.
Tu as toi même du être dans quelques beaux conflits avec tes parents.

Bon, là je m'amuse, c'est pas bien grave et c'est hors débat.

Plus précisément pour te répondre, est-ce que vos enfants n'auraient pas de toute façon eu des rapports conflictuels avec vous, vu leur âge ? Et vu ton caractère ?

En fait, je dis ça pour deux images qui me frappent.
- toi dans la pièces si tes compagnons font l'amour. Je me garde bien de juger, je le prend juste comme "indice" sur ton caractère.
- la lionne avec ses petits.

Disons que je me dis du coup que tu as dû être aussi très présente et très fusionnelle avec tes enfants... et que leur propre émancipation vers l'âge adulte aurait de toute façon été marquée par ça, selon mon interprétation présente.
C'est à dire que votre découverte de la triogamie serait alors plutôt l'occasion d'exprimer certains sentiments et certaines passions que la source de ces mêmes sentiments difficiles.

Vous avez déjà envisagé les choses sous cet angle ?

#
Profil

Noemi

le dimanche 01 février 2009 à 21h07

Man, en reponse à un autre fil de discussion :
"nous (mon mari et moi) n’envisageons pas notre avenir à ses côtés, elle est jeune et mérite une vie plus tranquille à côté d’une femme qui l’aimera."
--> Elle a déjà une femme qui l'aime - toi, man. Elle pourra rencontrer une autre femme, plus jeune peut-être, qui l'aimera. Le polyamour offre justement cette formidable possibilité de rester avec quelqu'un si cette personne rencontre quelqu'un d'autre !

Sinon, pour ce qui est de vos enfants, je pense aussi que tous les ados sont un peu en conflict avec leur parents.
A l'age de 17 ans on cherche (ou a) normalement déjà un peu de l'indépendance vis-à-vis de ses parents - Je trouve donc un peu étrange la jalousie et le reproche de votre fille de ne pas vous occuper assez d'elle...
(à moins que vous avez une relation assez fusionnel avec vos enfants, ce que Siestacorte a déjà suggéré)

Votre femme a 23 ans, vos enfants 14, 17 et 20 ans. Vous avez souligné que c'était difficile pour eux d'accepter la bisexualité de leur mère. J'ajouterai : c'était aussi d'être (peut être soudainement) confronté à la sexualité de leurs parents tout court (eh oui, souvent, les parents sont des êtres quasiment 'asexuels' aux yeux des enfants).
Et accepter que leur père couche avec une autre femme que leur mère, accepter que cette femme a presque leur age... (j'avoue, si mon père aurait eu une copine de 23 ans, quand moi j'en avais 20, ça m'aurait choquée, dérangée)

#

LuLutine (invité)

le dimanche 01 février 2009 à 23h34

Je pense aussi que c'est "normal" comme réaction venant des enfants.
Je trouve pas mal la suggestion de Clémentine.
Vous pouvez mettre en parenthèse la relation, ou alors peut-être ne pas s'afficher, voire se fréquenter "en cachette" pour quelques années ? (Ce n'est pas le mieux c'est sûr, moi non plus je n'aurais pas envie de me cacher comme si c'était honteux, ça ne l'est pas, c'est un choix de vie, mais parfois c'est une bonne solution tant qu'elle reste provisoire.)

Dans quelques années, vos enfants partiront de la maison. Et là, ils feront leur vie, et vous vous aurez peut-être détruit votre relation pour...peut-être pas rien, mais pas tant que ça finalement ?

Parce qu'une fois autonomes, il est possible que vos enfants se disent qu'au final, vous pouvez bien faire ce que vous voulez, même si eux ils n'approuvent pas...et ça vous permettra de vivre comme vous l'entendez.

Pour l'instant il faut peut-être trouver un moyen d'apaiser les choses, à vous de juger si la rupture est réellement inévitable...

#

Akheraphin (invité)

le lundi 02 février 2009 à 16h10

Salut tout le monde,

Alors beaucoup proposent une separation...
Et pourquoi pas saisir l'occasion, celle d'apprendre a vos enfant ce qu'est la vie. Qu'elle n'est en aucun cas ce que montre la T.V., ou ce a quoi la reduit notre societe :
Homme + femme = couple
couple --> enfants --> petits enfants
et ils vecurent heureux et eurent beaucoup d'enfant...
la vie est tout autre chose : Elle est diversite, partage, creation, ...
Vous avez appris a vos enfants des valeurs comme la fidelite, le mariage, ...
Il est temps de leur apprendre a trouver leur propre valeurs... Et de discuter avec eux, a leur niveaux,
- de respect de soi et des autres :
ne fait pas aux autres ce que tu ne voudrais pas qu'on te fasse.
Vous ne blesser ou ne porter atteinte a personnes que je sache ?
- de sincerite et d'integrite (certains ont parle de se cacher ?)
En definitive je crois que le polyamour est une reconnaissnce en profondeur de l'individu et de l'amour (notion qui me semble importante a partage avec nos enfants).
Pour finir je crois que poursuivre ou finir une relation pour d'autres (les enfants nottament) n'est vraiment pas bon. J'ai vu ainsi mes grands-parents souffrir pour etre reste ensemble pour les enfants. Et voila que ma grand-mere revit seulement depuis la mort de mon grand-pere.
Precision : je les aime tous les deux. Mais cela est un exemple de personnes ne respectant pas leur integrite.
Vous vous aimez, vous ne faites rien de mal, pourquoi arreter ou se cacher ? Vivez la vie telle qu'elle est non pas comme on nos conditionne a la vivre : petitement.
Ce sera l'occasion pour vos enfant de grandir, de murir,...
Bien sur, a l'ecole ca doit pas etre facile... Mais c'est votre histoire, pas la leur... expliquer leur ca ! Il y a de leurs amis qui les jugeront par vos actes a vous (leurs parents) et d'autres non (ils n'en prendront pas compte), la vie est ainsi faites... Les jeunes sont sensible a l'aparence mais ce genre de situation sera l'occasion de trouver d'autres ressource : la personnalite, le caractere, les valeurs interieures quoi !
Le polyamour est base sur la sincerite et le respect, cette situation ne fait pas exception me semble-t-il !
Et puis le bonheur de vos enfants ne depends pas de vous...mais d'eux !
Ne prenez pas la situation comme une situation de "guerre" mais d'inconnu.
Exprimer vos sentiments, justifier vos agissement par rapport a vos propres valeurs et surtout demandez ce qui les derange vraiment.
Et ne vous arretez pas a : "Vous ne faites pas comme tout le monde".
Quoi qu'il en soit,
Que le flux soit avec vous !
PS : Si necessaire, je peux eclaircir certains de mes propos sur demande ;-)

#
Profil

Sorelle

le lundi 02 février 2009 à 20h24

C'est difficile,de se re positionner devant ses enfants mais pas impossible.
N'oubliez pas que tous les enfants aiment leurs parents.
N'oubliez pas que vos enfants vous aiment.
Ils ont perdus leurs repères, faites en sorte de leur en
redonner d'autres.
Recomblez le vide suscité par la perte de ces repères
Quand on est sincère, et vous l'êtes, de nouvelles structures
peuvent se remettre en place. Faites un consensus , faites en autant qu'il en faudra et cela jusqu'à satisfaction de chacun.
ça prendra du temps, mais il faut beaucoup de temps pour changer les mentalités.
Vous aimez "différemment" d'accord mais il n'y a rien de condamnable là dedans alors tenez bon Man, sincèrement avec vous.

#

journaliste (invité)

le jeudi 12 février 2009 à 18h52

APPEL A TEMOINS

Pour une prochaine émission « Toute une histoire » de Jean-Luc Delarue, diffusée du lundi au vendredi sur France 2 à 14 h sur le thème « Nous aimons le même homme », nous recherchons différents témoignages :

- Vous êtes amies et vous aimez le même homme
- Votre amitié s’est brisée à cause d’un homme
- Vous avez été en couple avec le même homme
- Vous êtes devenue amie avec l’ex de votre conjoint
- Vous êtes amoureuse du conjoint de votre meilleure amie
- Vous êtes un couple polygame (les 2 femmes du même homme)

Si vous vous sentez concerné(s), contactez Madeleine au 01 53 84 29 65 ou [e-mail, cliquer pour voir l'adresse]

#

(compte clôturé)

le jeudi 12 février 2009 à 19h38

Tiens, c'est dommage, après les mauvais trolls ce sont les spammeurs qui apparaissent dans le coin.

Positivons : ce doit être un signe de notoriété.

#

(compte clôturé)

le jeudi 12 février 2009 à 21h21

Pfff... ya même pas le truc qui est intéressant: la femme qui a deux hommes... Bonjour le cliché du thème...

#
Profil

polyrateau

le vendredi 13 février 2009 à 09h40

..

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#

troublée (invité)

le dimanche 15 février 2009 à 18h11

Bonsoir,
Il y a deux ans, j'ai renconre un couple formé qui m' ont raconté une relation de couple à trois (avec une autre femme) qui passait régulièrement quelques jours avec eux en semaine et des week-ends à la campagne , en présence de leurs enfants et parfois aussi de sa propre fille. Lorsque les enfants étaient présents, il n' y avait aucune équivoque et elle était une copine qui vient souvent à la maison. Tout changeait le soir lorsque les enfants étaient couchés ou qu' ils se trouvaient seuls. Les enfants n' avaient en aucun cas accès à la chambre des parents.
Au départ j' ai été un peut heurtée, puis me suis dit ... que si les trois personnes s'aimaient d'amour il n' y avait rien de choquant . les enfants et bien ... c' est une copine qui vient à lamaison ... et s'ils sont grands bah la il doit je pense y avoir discutions tous ensemble pour bien expliquer le pourquoi de la situation ...

J' ai été libertine, puis ai commencé de temps à autre à aimer faire un trio, sans être bi. Petit à petit par "JEU", mais par jeu uniquement j' ai participé avec la partenaire féminine en gardant des retenues.

Il y a près de deux mois j' ai fait la rencontre d'un couple et durant cette rencontre j' ai été assez troublée par mon "amie" de couple, c' est la première fois que je participais non par jeu, mais par désir profond de LUI donner quelque chose de moi. J' ai envie de les revoir régulièrement ... et je peux d'ores et déjà dire que lorsqu' ils ne sont pas là, je suis rêveuse, je pense bcp à eux ... car ils m' ont donné ce que je recherchais depuis longtemps. Je suis célibataire et il est vrai qu' une vie régulière, quelques jours par semaine avec un couple serait très loin de me déplaire. Là, ce n' est qu' une relation de trio, en espérant qu' elle dure au minimum en relation de trio (eux en gardant le loisir de voir d'autres personnes, même si je suis d'un tempérament jaloux -ca me vient d'une ancienne relation- ), mais en désirant qu' elle puisse évoluer . Je me sens parfaitement bien avec eux. Nous ne sous sommes pas encore revu depuis.

Il est difficile de montrer ouvertement aux autres que ' on peut aimer plus d ' une personne , que l' on peut partager à trois une vie commune ... les gens ne sont pas prêts à voir cela . Déjà qu' il est difficile encore pour les homosexuels ou les lesbiennes de se montrer ouvertement en rue ou de dire aux autres qu' ils aiment une personne du même sexe, alors ... dire que l' on aime deux pprsonne ou que l' on vit en couple avec deux personnes... c' est encore loin d'arriver.

#

troublée (invité)

le dimanche 15 février 2009 à 18h17

...mess parti trop vite

je dois rajouter que dans cette relation, j' aime autant l' un que l' autre, la femme et l' homme :D

#
Profil

man

le mardi 17 février 2009 à 02h17

Me revoilà après quelques temps ... J'ai bien lu tous vos messages ! Apparemment notre situation suscite de nombreux commentaires !

#

Michele (invité)

le mercredi 11 mars 2009 à 14h31

Pour faire suite aux nombreux et très intéressant commentaires, et vivant moi-même un début d'histoire similaire, je me permet d'intervenir pour vous apporter ma modeste contribution.

Tout d'abord comme l'on dit, il n'y a pas qu'une solution mais des solutions. Par expérience, les conseilleurs ne sont pas les payeurs et il fait éviter de se faire conseiller dans votre entourage, par des gens qui ne vivent qu’à moitié et qui pense que leur façon de vivre convient à tout le monde.

Il n’y a pas si longtemps les gens étaient manipuler aussi dans le choix de leur futur conjoint.
Les mariages correspondaient surtout à ce qu’attendait la famille, la société en partie pour des raisons que vous connaissez tous.

Aujourd’hui encore, sans le vouloir, tout le monde cherche à caser tout le monde dans une petite boîte que l’on peut contrôler, c’est pourquoi nous-même trop souvent dans l’éducation de nos enfants, nous avons tendance à les étouffer par notre emprise. Difficile d’être un tuteur, d’être engagé dans quelque chose tout en se tenant à distance.

C’est pourquoi je pense que dans une situation comme la votre, qui n’est pas un cas à part si l’on fait référence au système émotionnel, on ne fait que ce qui semble être le plus juste pour soi, disons acceptable un l’instant T.

Evidement compte tenu de ce que vous évoquez pat rapport aux enfants, il est difficile, vu l’éducation morale que nous avons reçu, de ne pas se sentir coupable. On a l’habitude d’avancer en se renvoyant les uns et les autres, des choses simplistes du style c’est bien ou ce n’est pas bien.
Au fond que connaissons-nous du bien, ou du mal ? tout est donc une question de relativité selon les époques et situations. Notre défaut, c’est de ne pouvoir imaginer, penser avec notre cœur et c’est ce qui créait des dilemmes, des confusions, des malentendus entre les êtres qui s’aiment.
Généralement, les réponses que l’on peut apporter face à une situation comme celle-ci, sont à la hauteur de nos propres capacités quant à accepter de nouvelles informations sur un plan cellulaire. Je veux dire qu'il y a en nous différents niveaux d'intégrations qui correspondent en gros, à notre niveau d'évolution. C’est pourquoi, en fonction de ces niveaux, les réponses peuvent être multiple et comme en amour tout est possible.

Moi de mon côté, quand les choses commencent à s’emballer dans ma tête, je pratique la méditation qui me permet de trouver une sérénité qui m’apporte des solutions plus clairs et plus juste dans la situation que je vis. Pour autant, c’est ma façon à moi de chercher la réponse mais il peut y en avoir pleins d’autres.

Et puis chaque matin, quel sens donnerez-vous à votre vie, surtout quand vous vous regarderez dans le miroir pour vous peignez. Nous n’avons d’autres choix que d’assumer notre condition d’être « dit fragile », « dit complexe » par une société toute entière qui passe son temps à faire de nous des marionnettes en recherche d’équilibre.

Père d’une enfant de 24 ans aujourd’hui, nous avons élevé avec ma nouvelle compagne, ma fille qui avait, dans sa onzième année, fait ce choix de vivre avec nous. J’ai toujours vécu ce que j’avais à vivre tout en la préservant. Quelquefois, elle s’est immiscé dans notre vie, provoquant par voie de conséquence, un peu de désordre. Tout est toujours rentré dans l’ordre car je lui bien fait comprendre, qu’elle avait elle aussi de son côté, un certain nombre de choses à assumer et en particulier, les choix de son papa. Quand nous reparlons aujourd’hui, de ces moments, elle sourit en me disant qu’elle me voulait pour elle toute seule et que j’ai eu raison de ne pas céder à sa pression.

Alors comme l’on dit pour bien vieillir, évitons de cultiver les regrets car la vieillesse sera encore plus difficile à supporter.

Michele

#

loups56 (invité)

le dimanche 22 mars 2009 à 18h40

Je me permets de raconter mon histoire.
Je suis une femme de 37 ans et je vis avec une femme de 34 ans depuis 7 ans. Nous sommes amoureuses l'une de l'autre, avons fait construire une maison, et essayons d'avoir un enfant avec un donneur connu (sans relation sexuelle).
Ma femme a un passé hétéro mais ne s'est jamais épanouie avec un homme.
Je suis strictement lesbienne.
Il y a quelques mois, nous avons noué connaissance avec un couple de voisins dans notre petit village. Ils ont une soixantaine d'années.
Je me suis très vite parfaitement entendu avec lui. C'était la première fois que je parvenais à m'entendre avec un homme. Quelqu'un de cultivé, très à l'écoute, très doux. Tout nous rassemblait : goûts culturels, affinités spirituelles, vécu avec nos parents, etc.
Il est peu à peu tombé amoureux de moi et moi de lui. Ma femme et lui sont devenus de vrais amis. Rien n'était caché à personne.
Nous avons fini par nous retrouver dans le même lit. Etant strictement lesbienne, il était hors de question d'avoir une relation hétéro. Ce fut un grand moment d'amour et de sensualité.
Aujourd'hui, ma femme est aussi tombée amoureuse de lui.
Ma femme et moi sommes amoureuses l'une de l'autre. Nous sommes amoureuses du même homme. Il est amoureux de moi et aime beaucoup ma femme.
Cette relation ne fait que commencer et j'en attends beaucoup.

#

(compte clôturé)

le dimanche 22 mars 2009 à 19h07

Tableau plein de promesses, il y a presque toute la multiplicité des situations amoureuses, et les degrés aussi, ça fait du bien de vous lire, loup.
La femme de cet homme, comment se situe-t-elle dans votre histoire?

#

loups56 (invité)

le dimanche 22 mars 2009 à 19h49

Je suis la compagne de loups56, qui a raconté notre histoire. Oui, notre histoire est pleine de promesses, la situation est à la fois merveilleuse - et complètement inattendue - et terriblement passionnelle. Le seul hic justement (encore que cela soit en passe d'être réglé), c'est sa femme. Il est clair, vu la personnalité de celle-ci, qu'il est hors de propos de lui livrer quoi que ce soit de notre relation, même s'il est totalement évident qu'elle a compris qu'il se passait quelque chose (qu'elle ne veut pas savoir). L'homme dont nous sommes amoureuses aime sa femme et n'envisage aucunement de la quitter (ce que nous ne souhaitons pas non plus), c'est d'ailleurs davantage un couple d'amants terribles qu'un couple marié au sens consensuel du terme. Elle est très masculine, nous regarde souvent avec un air qui en dit long sur ses préférences réelles non assumée, très manipulatrice, très "agressive" dans sa relation avec lui. Après un certain flottement ces derniers jours, il semble que chacun trouve sa place dans cette idylle à trois + un/deux et que nous allions vers une certaine harmonie avec un "partage" du temps entre sa femme et nous, partage qui convient à tout le monde.
Mais pour moi, tout cela est très nouveau, je n'avais pas envisagé un seul instant que nous puissions tomber amoureuses de quelqu'un d'autre sans éprouver la moindre jalousie...

#
Profil

Noemi

le lundi 23 mars 2009 à 13h50

Merci de témoigner ici, loups56 & compagne!

#
Profil

oO0

le lundi 23 mars 2009 à 15h55

...

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion