Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Je ne suis pas poly mais merci mesdames (attention, roman!)

Témoignage
#
Profil

Vica

le lundi 23 novembre 2015 à 08h13

Bonjour à tous,

Je prends ma plus belle plume afin de vous faire partager mon expérience et surtout, ma vie actuelle avec ses petits tracas, ses grandes frustrations et ses immenses joies.
Je n'attends pas forcément d'aide car, comme vous pourrez le lire, je crois que le temps seul pourra décanter une situation qui a déjà progressé plus vite et plus positivement que je ne l'espérais.

Pour vous faire comprendre tout ça, une petite présentation s'impose :

Homme approchant la quarantaine, je suis marié depuis près de 20ans avec ma douce épouse que j'adore et qui approche la même décade. Nous avons 2 magnifiques enfants de 2 et 5ans. Notre couple est très "old school", sans ouverture vers d'autres éléments, que ça soit dans une vision amoureuse ou sexuelle. Nous sommes amis et discutons depuis toujours de tout, échangeons beaucoup à tous points de vue et avons une vie sexuelle qui ne nous a jamais frustrée. En gros, jusqu'à il y a peu, tout allait bien même si une certaine monotonie teintée d'une touche d'indifférence s'installait. Lot commun de bien des couples qui partagent leur vie depuis si longtemps.

Il y a 3 mois, je faisais un vide-grenier pour essayer de faire de la place dans notre maison. J'y présentais une petite partie des livres que j'accumule depuis des années. Je devais avoir autour de moi, un petit millier de bouquins qui attendaient preneurs.
Se présente une femme, accompagnée de 2 enfants et qui partage visiblement ma passion de la lecture. La discussion s'engage et 1h passe comme une minute. Une véritable connexion s'installe.
Ayant toujours eu plus d'amies que d'amis (j'ai du mal avec les représentants du même sexe que moi), je n'y vois pas malice et échange avec la charmante dame adresses mails afin de pouvoir discuter d'un des livres que je viens de lui offrir.
Quelques jours plus tard, le premier mail arrive et il sera suivi, en 3 semaines, par une vingtaine d'autres et par.... 5000 sms.
Non, ce n'est pas une faute de frappe. 5000!

Au fil de ces échanges, il nous apparait clairement que de tendres sentiments et une véritable connexion d'âme a subrepticement opéré.
Au départ, je n'en avais pas parlé à mon épouse car ça me semblait anodin. Une fois arrivé à ce point, j'ai continué à lui taire cette relation car elle avait pris une telle ampleur qu'elle le ressentirait comme une trahison si je lui en parlais.

Nous envisageons alors avec cette tendre amie toutes les options qui s'offrent à nous. Nous envisageons un moment de devenir "amis d'enfance", d'organiser des repas entre couples et d'essayer de vivre cette passion de manière platonique, sans autre contact que de chastes embrassades fraternelles.
Nous jouons un moment avec l'idée mais elle nous semble petit à petit irréaliste.

C'est alors que nous décidons de tenter une dernière manoeuvre d'éloignement en... couchant ensemble.
Etrange me direz-vous... mais c'est vraiment ce que l'on a tenté. On s'est dit (stupidement?) que si, sexuellement, ça ne passait que moyennement, on pourrait revenir à une activité normale et essayer de nous cantonner à un registre amical.
C'est ainsi que, 3 semaines après notre première rencontre, nous fusionnons nos corps comme nos esprits le font depuis un moment déjà.
Un vrai moment simple, beau et évident. Notre peau a l'air de reconnaitre celle de l'autre, nos âmes s'étreignent en même temps que nos souffles s'accordent. Si je croyais en la réincarnation, je dirais qu'à ce moment, nous venions enfin de réussir à nous retrouver après des siècles de recherche.

La solution de la dernière chance était un échec... et nous comprenons qu'il n'y aura plus de marche arrière possible, jamais.
Nous quitter était devenu impensable, tout bonnement inenvisageable.
Or... si elle n'était pas bien dans son couple, j'étais pour ma part (comme expliqué plus haut), très bien dans le mien. Pire encore... j'étais de plus en plus certain de l'amour inconditionnel que j'éprouvais pour mon épouse.
En effet, face au déferlement de sentiments que cette nouvelle relation m'apportait, j'avais bien du plonger au fond de mon coeur afin de savoir si elle venait combler un manque et si je n'étais pas juste en attente d'une telle révélation afin d'accepter que mon premier couple était mourant.
En remontant de mes propres profondeurs, je n'ai pu que constater que j'aimais toujours autant ma femme. Mon coeur venait juste de doubler de volume pour accueillir une nouvelle âme soeur. Troublant mais évident. Hors norme et pourtant si logique. Pourquoi l'amour de couple se diviserait t'il alors qu'en tant que père, je savais qu'il pouvait se multiplier à l'arrivée d'un nouvel être dans notre vie.

Arrivé à ce point, force m'a été de faire un constat : j'étais dans la m... (marchez dedans messieurs, dames, ça vous portera bonheur!).

L'étape suivante était donc logique : il fallait que j'en parle à mon épouse.
Je dois avouer que j'avais très peu d'espoirs que la situation soit acceptée.
Je m'attendais à un ultimatum ou à une rupture sans préavis.
Mais il était impensable pour moi de rentrer dans une relation adultère. Je respecte mon épouse, je l'aime et elle n'a jamais mérité de devenir membre de la tribu des cornues.
Je savais que je risquais de tout perdre, pour une femme que je ne connaissais que depuis un mois, mais je savais aussi sans l'ombre d'un doute qu'elle ferait partie de ma vie jusqu'à mon dernier souffle.

M'attendant à des larmes et à une nuit blanche, j'ai attendu qu'arrive le vendredi soir car j'avais trop peur que, le lendemain, mon épouse reprenne le volant pour aller travailler et s'endorme au volant.
Ces quelques jours ont été un vrai supplice. Sourire et faire semblant que tout allait bien me coûtait une énergie qui était bien la preuve que je n'étais pas fait du tout pour la dissimulation pratiquée dans les relations adultères.

Arrive donc le vendredi soir...
Je vous assure que je n'ai jamais rien fait d'aussi dur de ma vie. Dire, les yeux dans les yeux, à la femme qui nous aime de manière pleine, entière et respectueuse depuis 20ans qu'elle n'est plus seule dans notre coeur... voir son coeur se briser, les larmes couler sans un mot, son souffle se faire court tellement le coup porté l'empêche de respirer, ... Jamais, jamais plus, je ne veux revivre un truc comme ça!

Durant des heures elle m'a posé moult questions. Durant des heures j'ai essayé de lui faire comprendre à quel point je l'aimais et à quel point ce nouvel amour ne diminuait en rien celui que je lui portais. L'incrédulité teintée de colère frisait parfois le mépris et la rage sans jamais les atteindre. Au fil de la nuit, elle restait ouverte à ce que je lui disais sans réussir à le comprendre pourtant.
Petit à petit, on s'est rapprochés physiquement : on continuait à parler en se tenant la main, elle pleurait dans mes bras, nos lèvres se frôlaient entre 2 questions, ... et on finit par aller se coucher un peu avant l'aurore, main dans la main. Elle qui pensait ne plus jamais pouvoir me toucher s'est alors jetée sur moi comme une tornade sur un camping.
Les jours qui suivirent se passèrent dans un semi-brouillard. Elle était complètement bouleversée par les émotions contraires qui s'opposaient en elle : elle avait sans cesse envie de moi, de ma présence comme de mon corps et en même temps, elle n'arrivait pas à se défaire d'un sentiment de trahison et encore moins à envisager la solution que je lui proposais : d'être à temps partiel avec chacune d'elles.
Les jours se transformèrent en 2 semaines durant lesquelles j'ai pris un appartement de mon coté pour qu'elle puisse réfléchir sereinement. Nous faisions le relais pour les enfants en préservant suffisamment les apparences pour qu'ils ne se rendent compte de rien.

Au moment où j'étais persuadé que tout est perdu et qu'elle allait m'annoncer que, malgré son amour pour moi et toute sa bonne volonté, elle ne pouvait envisager ce que je lui proposais, j'ai commencé à m'éloigner d'elle et à me recroqueviller dans une attitude auto-destructrice.
En 1 mois j'ai perdu 10Kg, elle presque autant et ma nouvelle amie n'était pas en reste.
Régime efficace mais qui doit avoir un méchant effet secondaire appelé ulcère.

Voyant que je baissais les bras et que je commençais à sombrer, elle a eu un dernier électro-choc et est revenue vers moi pour m'annoncer que, moyennant certaines règles, elle acceptait de tenter la solution proposée. Sans engagement à long terme et sans promesse de réussite.

C'était il y a un mois.
Depuis, j'ai emménagé avec ma nouvelle amie. Je vis avec elle un peu plus d'un tiers du temps.
Celle-ci ayant proposé cette répartition du temps : 1 tiers pour les enfants, 1 tiers pour mon épouse et 1 tiers pour elle.
La situation avec mon épouse s'apaise et la vie commune avec mon amie se passe tellement naturellement que l'on a l'impression d'être ensembles depuis de très nombreuses années.

Tout pourrait donc se terminer en mode "happy end" sauf que... La réalité des choses et que les séparations à répétition sont vraiment dures. Très dures.
Ma nouvelle amie souffre énormément de mon absence alors que sa nature solitaire lui faisait croire que ça se passerait plus simplement. Elle pensait passer ces jours d'absence entre lecture et écriture (elle est écrivain) et me retrouver avec bonheur chaque fois que ça serait possible.
Ma femme ne s'est, quant à elle, jamais imaginé que ça serait simple ou peu douloureux de me voir partir.
Quant à moi, je pensais que de passer de l'une à l'autre ne serait que bonheur et il s'avère, à l'autopsie, que je suis toujours en train de lutter contre le manque de l'absente, je ne rêve que de vivre avec elles sous le même toit afin que ce que je considère comme une souffrance inutile cesse enfin.

Or, c'est trop tôt. La construction entamée est comme une recette de grand mère. On met les ingrédients en forme, on fait mijoter à feu doux en rectifiant l'assaisonnement de temps en temps. Avec le temps et la douceur du feu, les ingrédients échangent leurs saveurs et se mélangent de plus en plus intimement. En voulant brusquer la recette, on finit par obtenir quelque chose de brulé et d'immangeable.
Intellectuellement, je le sais. Mais entre ce que l'on sait, ce que l'on veut et ce dont on rêve...

On va probablement se rapprocher avec le temps et la logique voudrait qu'il soit urgent... d'attendre. Il faut juste patienter, tolérer douleur, frustration, manque en les voyant comme des étapes obligées. Il faut y arriver, on n'a pas d'autres choix moins pénibles.
Mais ce n'est pas simple du tout et il est parfois aussi naturel que stupide de laisser ces frustrations occulter les petits bonheurs et les immenses joies que nos relations entamées ou retrouvées éveillent pourtant en nous.

On passe tous notre quotidien à se dire et à se répéter combien on s'aiment, à quel point l'autre nous est indispensable. Je rassure énormément mes 2 femmes au quotidien, j'essaie de les aider au maximum à surmonter leurs angoisses respectives et leurs frustrations. Nous dialoguons tous beaucoup mais toujours en Vee, moi avec l'une, moi avec l'autre, mais jamais elles ensembles.
Elles ne se sont même jamais croisées à ce jour.

Je ne me sens pas poly car cet étrange montage est le fruit d'une rencontre, pas d'une ouverture vers l'Autre. Nous n'envisageons pas de faire rentrer une quatrième personne dans notre histoire.

Bravo à ceux ou celles qui auront eu le courage incroyable de lire mon témoignage dans son ensemble.
N'hésitez pas à poser vos questions si vous en avez.

Message modifié par son auteur il y a 4 ans.

#
Profil

calinou696

le lundi 23 novembre 2015 à 09h23

Salut
Merci pour ton témoignage, c'est très intéressant.
Oui, j'ai une question :
Tu dis rêver à vivre à 3 sous le même toit. Tu dis aussi être dans un couple "old school".
As tu déjà essayé d'imaginer la vie quotidienne à 3? Connaissant tes 2 femmes, qu'est ce que ca donne?
Quelle est ta conclusion?

#
Profil

Vica

le lundi 23 novembre 2015 à 09h36

calinou696
Tu dis rêver à vivre à 3 sous le même toit. Tu dis aussi être dans un couple "old school".
As tu déjà essayé d'imaginer la vie quotidienne à 3? Connaissant tes 2 femmes, qu'est ce que ca donne?
Quelle est ta conclusion?

Quand je parle de couple "old school", c'est surtout pour souligner, à la base, notre manque de curiosité pour les amours multiples ou pour le sexe hors couple.
Pour le reste, notre dialogue et notre chemin de vie jusqu'ici sont suffisamment hors normes pour que je ne nous vois pas non plus comme un couple d'un autre siècle.

Pour répondre à ta question : oui j'ai imaginé et très souvent ce que ça pourrait donner.

L'une comme l'autre ayant des attirances vers les membres du même sexe, je crois que la relation évoluerait naturellement vers un trio à compositions variables.
Elles sont très différentes sur certains points mais partagent nombre de valeurs.
Si mon épouse arrivait à ne plus voir mon amie comme une rivale (point crucial avant toute première rencontre?), elles sympathiseraient forcément.
Je ne dis pas que les choses seraient simples ou naturelles dès le départ mais, la vie à trois évoluerait probablement vers un couple à 3 et pas vers une cohabitation entre 2 couples "intersectifs" dont je serais le pivot.

Message modifié par son auteur il y a 4 ans.

#
Profil

calinou696

le lundi 23 novembre 2015 à 09h46

Ok, donc tant mieux, il y a de l'espoir !
Par contre, tu affirmes ne pas être poly, mais d'un autre côté, tu as, et tu vas encore (tu es en demande), enclencher une ouverture chez chacune, et tu prends quelque part le risque que chacune s'ouvrent à de nouvelles relations (de nouvelles attentes) de leurs côtés. Et tu risque d'être confronté a un problème de jalousie, ou de remettre en cause cette "double" exclusivité que tu cherches à mettre en place.
Enfin, tu as dû déjà y reflechir aussi, tu auras certainement un travail à faire là dessus? Comment vois tu les choses?
Ou finalement p-e es tu déjà poly?

#
Profil

Vica

le lundi 23 novembre 2015 à 10h16

Non, je suis persuadé de ne pas être poly car je ne considère pas les amours multiples comment pouvant aller de soi et je ne désire aucune liberté d'aimer à tous vents. L'histoire que je vis est le fruit d'une rencontre, pas d'un état d'esprit.

Je n'aurai aucun soucis à ce que mes femmes s'aiment car je ne peux concevoir que l'une comme l'autre ne partage pas ce que moi j'adore. Aucune jalousie de mon coté ne serait possible bien sur. Je désire même ardemment que naissent entre elles des sentiments forts dont je pourrai parfois être exclus. Ca ne me pose absolument aucun souci.

Par contre, s'ouvrir à d'autres personnes, je ne le désire pas et, à priori, elles non plus.
Si ça devait arriver, je serais bien forcé de m'adapter mais, à nouveau, j'espère juste que nous serons un trio amoureux complet et autonome.

Message modifié par son auteur il y a 4 ans.

#
Profil

gdf

le lundi 23 novembre 2015 à 11h25

Vica
Non, je suis persuadé de ne pas être poly car je ne considère pas les amours multiples comment pouvant aller de soi et je ne désire aucune liberté d'aimer à tous vents.

Confusion habituelle. Les amours multiples, c'est la possibilité d'aimer plusieurs personnes, pas l'obligation.
Quand tu es célibataire, tu ne couches pas forcément avec toutes les filles que tu rencontres, et tu n'es pas forcément inscrit sur match.com pour trouver absolument quelqu'un.
Quand tu es polyamoureux c'est pareil. Tu peux être ouvert aux rencontres sans forcément chercher à "aimer à tous vents".
Tu aimes deux femmes, tu as fait la moitié du chemin vers le polyamour.
L'autre moitié, ce serait d'accepter la même chose de tes amoureuses. Tu aimerais qu'elles tombent amoureuses l'une de l'autre, mais serais-tu prêt à accepter qu'elles tombent amoureuses de quelqu'un d'autre ? Même si elles ne cherchent pas à " aimer à tout vent", l'une ou l'autre peuvent faire une rencontre et vivre quelque chose en dehors de votre relation. Serais-tu prêt à l'accepter ? Pourquoi ?

Gdf

#
Profil

Vica

le lundi 23 novembre 2015 à 11h33

gdf
Quand tu es polyamoureux c'est pareil. Tu peux être ouvert aux rencontres sans forcément chercher à "aimer à tous vents".

Mais je ne suis pas ouvert justement :)

gdf
L'autre moitié, ce serait d'accepter la même chose de tes amoureuses. Tu aimerais qu'elles tombent amoureuses l'une de l'autre, mais serais-tu prêt à accepter qu'elles tombent amoureuses de quelqu'un d'autre ? Même si elles ne cherchent pas à " aimer à tout vent", l'une ou l'autre peuvent faire une rencontre et vivre quelque chose en dehors de votre relation. Serais-tu prêt à l'accepter ? Pourquoi ?

Je sais que je pourrai l'accepter par amour mais j'espère de tout coeur que cela n'arrivera pas car je ne veux pas les partager. Pas dans une logique de propriété ou de liberté mais simplement parce qu'elles me manquent déjà ainsi.
Je ne peux me permettre de passer 24h avec aucune. Elles travaillent et moi aussi. Je suis donc obligé, comme dans la plupart des couples poly ou mono, de me passer d'elles de nombreuses heures/jours.
Qu'un quatrième larron entre dans la danse et c'est encore moins d'elle(s) que j'aurai.
A nouveau, aucune question de jalousie ou de possessivité. Juste une irrépressible envie de ne jamais être séparé d'elles car mes couples ont toujours été fusionnels (ce qui est intimement lié à ma nature de binaire excessif).

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion