Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Réfléxion Monogame ou Polygame

#
Profil

Siestacorta

le jeudi 09 mai 2013 à 10h33

Oui, ça commence à être plus clair.

Elle est avec un autre homme, comment tu te sens par rapport à ça ?

Et sinon, la première phrase Beigbeder est à moitié romantique, à moitié dans l'auto-dérision : il se moque de lui-même en train de se laisser aller à quelque que chose qui ne marche pas, et aussi de sa tendance à ne pas apprécier ce qu'il a déjà.

#
Profil

Anarchamory

le jeudi 09 mai 2013 à 11h56

Len
MetaZet >>
Alors oui c'est vrai que je peux paraitre un peu suffisant (en me relisant ^^), j'aime tellement mon projet que j'en oublie sans doute de m'ouvrir un peu plus à l'autre.

Bon, alors faute avouée, faute à moitié pardonnée.

Len Bien sûr que j'accepte que vous me donniez votre point de vue, de nuancer ma propre vision du polyamour. Par nuancer, ça ne veut pas dire que je vais adhérer un jour à ce projet, ce n'est pas prêt d'arriver vu mon expérience et les décisions radicales que j'ai prise récemment dans ma vie.

On peut toujours revenir sur ses décisions, si radicales soient-elles, si on constate qu'on a fait fausse route. En l’occurrence, revenir sur ta vision du polyamour ne consisterait pas à devenir polyamoureux toi-même, mais à admettre que c'est une façon de vivre les relations amoureuses au moins aussi valable que l'exclusivité amoureuse.

Je dis "exclusivité amoureuse", et non pas "monogamie", car le polyamour ne consiste pas à vivre plusieurs relations amoureuses en simultané, mais :
- à être capable d'aimer d'amour plusieurs personnes en même temps ;
- à accepter, le cas échéant, de vivre plusieurs amours simultanés ;
- à accepter, le cas échéant, que les personnes que l'on aime fasse de même.

En clair, on peut donc être à la fois monogame (de fait) et polyamoureux (en fait, j'ai remarqué que les anglophones distinguent fréquemment entre "polyamorous" et "polyamorists", je pense qu'on serait bien avisé de faire de même pour éviter des confusions)

On peut aussi être monogame, exclusif et poly-friendly.
www.polyamorousmisanthrope.com/2008/10/20/how-to-b...

Len
2 citations de Frédéric Beigbeder pour illustrer mes décisions :

"Aimer quelqu'un qui vous aime aussi, c'est du narcissisme. Aimer quelqu'un qui ne vous aime pas, ça, c'est de l'amour. »

Je ne suis pas tout à fait d'accord. C'est aimer quelqu'un si et seulement s'il nous aime qui peut être vu comme du narcissisme. A prendre à la lettre ta citation, il ne faudrait plus aimer quelqu'un à partir du moment où il nous aime, pour ne pas être narcissique.

Quoi qu'il en soit, je ne vois pas en quoi les polyamoureux ne seraient pas capables de ça.

Len «  Être seul est devenu une maladie honteuse. Pourquoi tout le monde fuit-il la solitude ? Parce qu'elle oblige à penser. »

Là encore, la question de la solitude, de faut-il en avoir honte ou pas, de faut-il la fuir ou pas, est orthogonale à la question du polyamour vs exclusivité.

Len La femme que j'aime est avec un autre homme, je ne pense pas qu'elle m'aime et j'aime aussi ma solitude qui me permet de penser, évoluer, devenir un meilleur moi.

Alors arrivera ce qui arrivera, je continue à me développer et faire de ma vie le plus beau chef d'œuvre possible !
Je commence à avoir une idée sur le comment je vais lui annoncer qu'elle me plait beaucoup, déjà commencé à parler avec elle, me présenter, présenter mon fils, mon chien.

C'est la femme dès que je l'ai vue la première fois, j'ai découvert que c'est elle, il a de cela 10 mois.

Je vais l'aimer comme il me sera offert de l'aimer au fil du temps, une chose est certaine c'est que c'est irréversible, je n'ai jamais ressenti ce genre d'amour pour une femme.

Attention à ne pas confondre l'amour et la limérence, car ce que tu dis se rapproche beaucoup de la limérence je trouve. La limérence donne fréquemment un sentiment d'absolu, mais c'est une sorte d'illusion, c'est un peu une drogue la limérence, en fait. Une drogue dure même, avec ses moments de profonde exaltation et ses moments de profond désespoir.

Aimer quelqu'un, àmha, ce n'est pas se shooter avec les sentiments qu'il produit en nous, c'est vouloir son bien (avant tout), c'est apprécier ses qualités réelles, c'est échanger avec lui, trouver un juste équilibre entre partage et respect de son individualité, c'est tenir à lui.

Et si elle est heureuse avec l'homme qui est son compagnon, la plus belle preuve d'amour n'est-elle pas de souhaiter qu'elle reste avec lui ?

Si tu lui annonces qu'elle te plaît, et si vous êtes tous les deux foncièrement exclusifs en amour (voire tous les 3 même, si on inclut son compagnon), alors cela risque de déstabiliser leur couple ou ta relation avec elle (et avec lui, le cas échéant).

Mets-toi à la place de son compagnon : est-ce que ça te ferait plaisir qu'un autre mec vienne déclarer sa flamme à ta femme ?

Len Et quand j'ai aimé (de diverse manière) quelqu'un, je l'aime pour la vie (amitié, amour, toute forme d'amour). Comme mon ex-petite amie avec qui je développe une amitié.

Tiens tiens, intéressant. Si tu aimes un jour quelqu'un, tu l'aimes pour la vie ; mais c'est souvent le cas chez les polyamoureux et c'est d'ailleurs pour cela, bien souvent, qu'ils sont polyamoureux. Quant à toi qui te revendique monogame exclusif, je ne sais pas comment tu fais pour gérer cet "amour pour la vie" sans te contredire.

Dans tes tous premiers messages sur ce forum, tu n'arrivais pas à supporter l'idée que ta petite amie de l'époque aime un autre homme en plus de toi. A présent que votre relation est amicale, y parviens-tu ?

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

Len

le jeudi 09 mai 2013 à 17h02

*

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

demeter

le jeudi 09 mai 2013 à 17h52

Len
Justement je ne sais pas si elle est heureuse avec lui. En théorie oui, tu as sans doute raison et en même temps je me dit que moi aussi je peux la rendre heureuse, en tout cas je ne peux pas le savoir tant que je n'ai pas tenté quoi que ce soit.

Bah oui, peut-être, mais lui dans tout ça, tu en fais quoi ? direct aux oubliettes ? Ce n'est pas très joli, non ? Tu risques de toutes manières de t'apercevoir assez vite qu'il existe aussi, ce qui est à mon sens une "bonne" chose, non ? Crois tu que quelqu'un puisse vivre une séparation sans tant soit peu en souffrir, elle comme lui ? Le problème du couple, quand il est posé comme tu l'envisages de manière aussi radical, concerne toujours (entre autres choses) l'exclusion des autres, ou le déni de leur existence. La réalité nous rattrape pourtant : ils sont là. Et c'est tant mieux.

Je ne sais comment te dire ça sans paraitre extrêmement condescendant (disons encore plus que d'habitude), mais tu me fais penser à ces personnes victimes d'un viol étant enfant qui sont elles même à l'origine de viols plus tard. Ta recherche d'un absolu de l'amour ressemble à s'y méprendre à une cause illusoire dans laquelle tu t'engages pour justifier un déterminisme de comportement. Pour simplifier, et si tu t'occupais du pourquoi de ce que tu ressens, plutôt que de la cause à défendre ? Ne va pas chercher de réponse à ce pourquoi ailleurs que dans ta propre histoire et tes propres croyances, surtout pas dans l'existence ou dans les faits et gestes des autres, ce pourquoi appelle une compréhension, mais pas une argumentation. L'amour ne justifie rien... surtout pas le manque de respect à toi même. Tu vois, je suis moi même convaincu de certaines choses, et c'est cela qui coupe la communication. J'en suis désolé.

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

Len

le jeudi 09 mai 2013 à 18h26

*

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

demeter

le jeudi 09 mai 2013 à 18h54

Len
Pourquoi penses-tu que je ne me respecte pas ?

Penses tu pouvoir supporter de constater que tu es responsable de la souffrance de celle que tu aimes ? Te sens tu le droit de détruire la vie de quelqu'un d'autre (lui) et de l'amour qui existe entre eux, cet amour que tu décris ainsi et que tu ériges en religion? Il existe à coup sûr ou bien c'est qu'elle est une moins que rien qui ne sait pas ce qu'est aimer ? Comprends tu cette contradiction ? Ce que tu défends n'est qu'une idée (bonne ou mauvaise cela n'a que très peu d'importance). L'amour n'est pas le prix d'une compétition. Et la personne qui en est l'objet encore moins car elle n'appartient à personne. Pourquoi faudrait-il que son homme soit prêt à relever des défis ? L'amour serait réservé à ceux qui le méritent ? Que Dieu me pardonne, mais ... c'est un peu con, non ?

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

demeter

le jeudi 09 mai 2013 à 19h09

Je ne dis pas que ce que tu ressens n'est pas légitime. Cela existe et cela tu peux le constater. Il n'est pas besoin pour cela d'argumenter. Cela ne fait pas de toi quelqu'un de mauvais. Alors... ? Se peut-il que plusieurs personnes ressentent cela en même temps ? Peux tu t'en défaire à ta guise, en y trouvant une bonne ou une mauvaise raison ? Quelle est la nature de cette envie ? de cet amour ?

#
Profil

demeter

le jeudi 09 mai 2013 à 19h17

Tu crois que l'on aime quelqu'un pour les actes héroïques ou non qu'il est capable de faire, pour sa valeur ? As tu déjà vécu avec quelqu'un d'exceptionnel à coté de qui tu n'es qu'une toute petite chose ? Peut on aimer une telle personne ? Assurément non, on peut lui élever un autel, la célébrer, mais l'aimer d'aucune manière. Seuls les enfants aiment ainsi, mais cela n'a qu'un temps, car ce n'est qu'une illusion qu'un enfant se fabrique de ses parents pour se rassurer. Et puis il le comprend. Cela ne l’empêche pas d'aimer, mais d'une autre manière.

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

Len

le jeudi 09 mai 2013 à 19h34

*

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

demeter

le jeudi 09 mai 2013 à 19h40

Len
Il tient à elle seule de déterminer ce qu'elle fait de sa relation avec lui ou moi.
Il tient à moi seul de déterminer ce que je fait de ma relation avec elle.
Et il tient à lui seul de déterminer ce qu'il fait de sa relation avec elle.

Cela est un discours de psy. On peut faire quelque chose de notre relation avec quelqu'un, de la qualité de cette relation. Mais on est aussi responsable de notre existence, de notre ingérence, de notre simple présence. Si tu n'étais pas là en train de poster tes messages, si ce que j'avais vécu ne m'avait pas poussé ici, je ne prendrais pas du temps à te répondre, je n'aurais pas envie de le faire. Nous sommes tous responsables des uns des autres d'une certaine manière. Crois tu que certaines personnes choisissent de se mettre hors la loi et terminent en prison alors que d'autres choisissent de mener une vie honnête et méritante ? C'est la thèse de nos juristes et des tenants du libéralisme. Celle de l'autonomie de la volonté. A-t-on vraiment cette liberté là ? Comment expliquer l'ignorance de tous ces gens, de tous ceux qui sont dans la misère, ou dans la solitude ? Faut-il leur expliquer quelque chose qu'ils n'auraient pas compris, par bêtise ou ignorance ?

edit : et puis si un jour il venait à te rendre une visite musclée avec quelques uns de ses amis, tu penserais peut-être que ce sera à lui seul de déterminer ce que tu fais de ta relation avec elle.

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

demeter

le jeudi 09 mai 2013 à 19h47

Len
Non je ne pourrais pas supporter qu'elle souffre, je ferait en sorte que ça n'arrive pas.

Tu es bien inconscient de penser maîtriser tes actes et leurs conséquences.

Len
Si destructions il y'à c'est qu'il n'y avait rien de solide, de construit dans cette relation..

Mais enfin, pour qui te prends tu pour en juger... Dieu ? Ne vois tu pas le ridicule de cela ?

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

demeter

le jeudi 09 mai 2013 à 19h59

Len
Si son homme n'est pas prêt à relever des défis, je me pause la question si il aime la vie, s'il à assez de caractère pour conserver "ses acquis". C'est le jeu de l'évolution, la remise en question des acquis, la remise en question de sa façon de voir les choses. Y'à pas de bonheur sans évolution, sans remise à plat.

Nous sommes des créateurs/chercheurs/donneurs (de don) et ce sont les victoires (sur nous mêmes entre autre) qui nous apportent le plus grand bonheur....pas le plaisir.

Message modifié par son auteur il y a 10 minutes.

Où vois tu qu'il y a un jeu de l'évolution ? En connais tu les règles ? qu'appelles tu le bonheur ? Crois tu qu'il existe un chemin a prendre pour le trouver ?

Je ne t'en veux pas, je t'assure, et ici je me rends bien compte de l'irrespect que je te montre et de ma suffisance, en te répondant ainsi, mais commence peut-être par te poser ces questions là. Non pas parce que je le dis. Mais parce que tu as déjà des réponses sans te les être réellement posées. Une analyse est souvent plus libératrice que toutes les philosophies du monde, toutes les religions, toutes les croyances. c'est le constat qui fait changer, pas l'intention de devenir ou de vivre quelque chose d'idéalisé. Bon, une dernière petite phrase (stupide j'en conviens) assassine : j'arrête de t'embêter :)

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

Cendre

le jeudi 09 mai 2013 à 21h14

Len
Finalement quand on y réfléchit bien, nous sommes tous polyamoureux.

Ha, bah voilà pourquoi t'es revenu ici !
Je ne pense pas que tout le monde est polyamoureux, je pense qu'il existe vraiment des gens exclusif, mais toi, c'est sur, tout étrange que soit ta démarche, tu es des nôtres.

Bienvenue !

Len
Non je ne me sent pas le droit de détruire quoi que ce soit. Je me sens le droit de rentrer dans le jeu par amour.

Attitude typiquement poly s'il en est.

Par contre s'il te plait, maintenant que nous sommes entre nous, raye de tes avenirs possible ceux où tu demandes à ta voisine de choisir entre toi et son compagnon actuel. Quels que soit les avenirs possibles (très nombreux, et tous très différents, en l'état actuel des choses) n'envisage pas de lui demander une telle décision : si elle se retrouve à vous aimer tous les deux, c'est tout simplement horrible de croire qu'il FAUT choisir parce que la société ne nous a jamais montré que l'on pouvait faire autrement...
Elle peut faire autrement. C'est possible. Ça demande un certain héroïsme, mais tu n'as pas peur de cela.
Que tu te réserves à une seule parce c'est la voie du vrai amour pour toi, ok, tu fais ce que tu veux de tes sentiments amoureux, mais ne l'impose pas à quelqu'un sous prétexte que tu l'aimes. Maintenant que tu nous connais, ce serait vraiment une torture délibérée.
Pourquoi ne pourriez-vous pas la rendre heureuse à vous deux ? En quoi cela te serait-il aussi insupportable ?

Bonne continuation à toi, Len, tu m'es devenu en quelques post bien plus sympathique !

#
Profil

LuLutine

le jeudi 09 mai 2013 à 21h29

Len
Non je ne pourrais pas supporter qu'elle souffre, je ferait en sorte que ça n'arrive pas.

Tu ne peux pas "faire en sorte que ça n'arrive pas" à coup sûr.
Je ne peux m'empêcher de penser que tu n'as pas beaucoup d'expérience relationnelle pour ne pas t'être rendu compte que les personnes qu'on fait souffrir sont souvent celles qu'on aime, et quasiment toujours sans l'avoir voulu.

Len
Si destructions il y'à c'est qu'il n'y avait rien de solide, de construit dans cette relation

Ou alors, elle tombe amoureuse de toi, quitte l'autre et se met en couple avec toi sous l'influence de la passion. Dans ce cas, si destruction il y a, c'est qu'elle n'aura pas réfléchi, comme le font énormément de gens.

Tu poses beaucoup de choses comme des vérités absolues. Force m'est de supposer que tu as juste envie de te rassurer sur le fait que tu ne "détruiras" rien, mais c'est faux.

Après, on peut détruire et l'assumer, mais il ne faut pas se voiler la face.

Pour moi, l'un des avantages du polyamour est de ne pas détruire les relations préexistantes.
C'est d'ailleurs pour cela que quand quelqu'un est en relation exclusive, je ne me mets pas en compétition avec son partenaire comme tu sembles vouloir le faire, je respecte cet état de fait, et comme tu l'évoques d'ailleurs, je suis capable d'aimer quelqu'un qui ne m'aime pas et/ou avec qui je n'ai pas de relation dite amoureuse.

#
Profil

LuLutine

le jeudi 09 mai 2013 à 22h17

Len
"[...]Aimer quelqu'un qui ne vous aime pas, ça, c'est de l'amour."

Bon, bah j'éprouve de l'amour pour au moins 4 personnes si on considère cette citation... ^^

(Et à part ça, moi aussi quand j'aime, j'aime pour la vie. En tout cas, ça c'est révélé vrai jusqu'à maintenant.)

#
Profil

Anarchamory

le vendredi 10 mai 2013 à 00h16

LuLutine
Pour moi, l'un des avantages du polyamour est de ne pas détruire les relations préexistantes.

C'est à mon avis seulement partiellement vrai. Quand on est en couple monogame "par erreur", que l'on se sent poly au fond de soi, que l'on sent que c'est plus fort que tout, mais que notre partenaire ne veut pas en entendre parler, alors on est parfois bien obligé de détruire cette relation pour ne pas s'aliéner.

Toute ressemblance avec des faits existants serait bien entendu purement fortuite............. ^^

#
Profil

Len

le vendredi 10 mai 2013 à 00h21

*

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

LuLutine

le vendredi 10 mai 2013 à 00h47

LuLutine
Pour moi, l'un des avantages du polyamour est de ne pas détruire les relations préexistantes.

MetaZet
C'est à mon avis seulement partiellement vrai.

Ouaip, j'ai écrit vite, mais ce que je voulais dire, c'est que dans le cas de l'exclusivité, la destruction est "obligatoire" si l'on souhaite créer une nouvelle relation.
Dans le cas du polyamour, elle n'est pas "obligatoire", cela dépend des personnes impliquées. Ca laisse quand même plus d'ouvertures....

#
Profil

LuLutine

le vendredi 10 mai 2013 à 00h51

Len
Je suis prêt à accepter ce genre de chose étonnement, vraiment parsque c'est elle...je deviens dingue où quoi ? !

Non, tu es juste très amoureux, tu l'aimes, c'est parfaitement normal.
Aimer quelqu'un, ce n'est pas lui demander d'agir de telle ou telle façon pour nous plaire (ce qui s'appellerait de l'égoïsme), c'est en effet le laisser libre de ses choix.

Je ressens la même chose pour les gens que j'aime, j'accepte énormément de choses, parce que ce sont eux. Donc je te comprends totalement !

#
Profil

Anarchamory

le vendredi 10 mai 2013 à 00h53

Len,

Il semblerait peut-être qu'il y ait un malentendu sur ce en quoi consiste le polyamour. Beaucoup de polyamoureux fonctionnent globalement de façon monogame et ont donc un grand amour unique au sens où tu l'entends. C'est ce qu'on appelle parfois la "relation primaire" (oui, c'est pas très poétique dit comme ça mais au moins c'est clair). Simplement, alors qu'une personne classiquement monogame aura son conjoint, et autour des amitiés purement platoniques ; une personne en couple "ouvert" aura un troisième type de relations intermédiaires entre les amitiés platoniques et son grand amour unique, et qu'on peut appeler des amitiés amoureuses (ou des "relations secondaires"), c'est-à-dire des amitiés fortes d'où l'attirance sexuelle ne sera pas exclue, et qui pourront se concrétiser par un rapprochement physique et émotionnel plus ou moins complet (de la simple tendresse aux relations sexuelles, en passant par les jeux érotiques...). Si la simple amitié platonique ne détrône pas le grand amour unique, je ne vois pas pourquoi les amitiés amoureuses le détrôneraient. Une heure passée à jouer au Scrabble et à boire le thé avec un ami platonique, ou une heure passée dans les bras d'un "ami amoureux" à lui conter fleurette, ça reste une heure de temps.

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion