Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Droit à l'enfant

Famille
#
Profil

gdf

le jeudi 22 novembre 2012 à 21h35

Dans les débats actuels, on entend parler de "droit à l'enfant". Qu'on soit seul, en couple (homo ou hétéro) ou plus, la question se pose...peut-on affirmer "Tout adulte doit avoir le droit d'élever un enfant" ?
La réponse me semble être non, mais avec des nuances.

Pour commencer, on peut séparer le monde en deux catégories : ceux qui peuvent faire des enfants sans rien demander à personne (pour être ouvert, disons un groupe d'adulte incluant au moins une femme en âge de procréer et un homme), et ceux qui ont besoin de l'aide d'un tiers.

Pour la première catégorie, s'ils peuvent faire un enfant, ils n'ont pas forcément le droit de l'élever n'importe comment. En cas de violence, de négligence grave, on peut leur retirer le droit de garde. Il faut vraiment pousser le bouchon très loin pour en arriver là, mais c'est possible (des fois, en voyant certains parents, on se dit qu'on devrait pouvoir leur interdire d'avoir des enfants, mais on a vite fait de déraper avec un tel mode de pensée, voir fr.wikipedia.org/wiki/St%C3%A9rilisation_contraint...

Pour la seconde catégorie, il existe des solutions : PMA et adoption. La PMA est réservée (en France) aux couples hétérosexuels mariés ou justifiant d'une communauté de vie d'au moins deux ans, et justifiant de stérilité diagnostiquée médicalement ou d'un risque de transmission de maladie génétique. L'adoption est ouverte (en France) à tout adulte célibataire ou marié, mais il faut d'abord avoir un agrément, au cours duquel il faut démontrer, après plusieurs entretiens, "La cohérence et la fiabilité de votre projet d’adoption", et "Votre capacité à vous identifier comme parents d’un enfant et à inscrire celui-ci dans votre histoire et votre filiation pour une destinée commune."
Dans les deux cas, il y a donc un filtre...Même pour les couples hétéro, on ne permet pas à n'importe qui d'avoir des enfants.

Revenons à la question "Tout adulte doit avoir le droit d'élever un enfant". Je persiste : non, parce qu'il y a un paramètre supplémentaire à prendre en compte : l'intérêt de l'enfant. Quand on autorise un couple à la PMA ou à l'adoption, c'est après avoir vérifié que ce couple avait une stabilité suffisante pour accueillir un enfant dans de bonnes conditions.
Quelque part, le niveau requis est très différent entre les enfants naturels (on ne retire le droit à l'enfant qu'au cas les plus graves), la PMA (on vérifie l'engagement du couple via le mariage ou la vie commune, mais pas beaucoup plus) et l'adoption (on fait une vérification très poussée des conditions d'accueil).
Ce n'est pas forcément très juste, mais c'est ainsi. Et les conditions de contrôle ne sont pas parfaites non plus...il y a des enfants qu'on laisse dans leur famille malgré des alertes et qui sont battus. Il y a des couples qui partent dans le long processus de la PMA ou de l'adoption et qui explosent en vol une fois l'enfant arrivé.
Mais il est nécessaire de fixer des limites. Limite d'âge par exemple. Quel avenir donne-t-on à un enfant dont un parent a 60 ans ? Limite de santé...sans aller jusqu'à la stérilisation contrainte que je citais plus haut, il me parait légitime de ne pas confier à l'adoption un enfant à un alcoolique ou un psychopathe.
Ce qui est important, c'est que ces limites soient fixées réellement dans l'intérêt de l'enfant et pas sur des principes.
Actuellement, on simplifie "intérêt de l'enfant = un papa et une maman" (ce qui est d'ailleurs complètement incohérent avec l'autorisation de l'adoption par des célibataires). Il est clair que cette vision simpliste ne correspond pas à la réalité. Des enfants vivent dans des familles de composition diverses, et comme on peut le lire dans un excellent article sur le sujet (http://www.laviedesidees.fr/L-interet-de-l-enfant.html), "l'intérêt de l'enfant dépend non pas de l’orientation sexuelle des parents, mais des liens qui unissent le couple parental"

En conclusion : donnons l'accès aux couples homo à la PMA et à l'adoption dans les mêmes conditions que les couples hétéro, les filtres existants pour les couples hétéros ne sont pas parfaits, mais ils ont le mérite d'exister.

#
Profil

UrbanHymns

le jeudi 22 novembre 2012 à 22h02

Pavé César !

#
Profil

wolfram

le jeudi 22 novembre 2012 à 23h36

Vu que je suis l'auteur de la phrase "Tout adulte doit avoir le droit d'élever un enfant" , je me permet d'intervenir :)

Je maintiens cette phrase. Avoir le droit ne signifie pas que celui-ci puisse s’exercer n'importe comment !

Tout adulte a le droit de conduire mais il y a des règles imposées par la société afin de préserver l'ordre public et alors, le cas particulier apparaît. Il en est de même pour les enfants ; il peut y avoir des cas particuliers faisant disparaître ce droit (je n'aime pas les analogies, c'est d'ordre manipulatoire généralement ; j'espère ici n'avoir fait apparaître que le côté pédagogique).

Tout adulte doit avoir le droit d'élever un enfant ne signifie pas non plus que tous puissent être éducateur ! Avoir le droit, c'est l'autorisation de rentrer dans un processus d'évaluation menant à la possibilité d'éduquer un enfants.

Volontairement, j'ai évité le mot de parents.

Il y a une distinction, à mon sens, entre les parents biologiques et les éducateurs. Ce qui commence à ressortir de l'enquête, mise en ligne sur mon blog,c'est que beaucoup d'enfants adoptés vivent mal la négation de leurs parents biologiques.

Il existe le corps de l'assistance sociale ainsi que celui des instituteurs entre autre qui ont la possibilité de remonter des informations négatives sur le mode d'éducation des enfants.

Donc, je me mouille, pour MOI, tout adulte doit avoir le droit d'élever un enfant et le terme de parents doit être réserver aux parents biologiques.

Pour présenter un exemple personnel, mes arrières grands-parents sont mort quand mon grand-père était enfant. Mon grand père a été élevé par un tuteur et une tutrice. Il avait donc une tutelle. Ce mot n'a jamais nuit à l'amour qu'ils s'échangeaient les uns les autres Mais ils n'ont jamais été ses parents bien qu'il fut leur légataire.

En trouple, nous employons le terme de marâtre qui a été fortement galvaudé par les films de Disney ;)

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion