Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Peur de l'abandon face au poly...

#
Profil

Siestacorta

le vendredi 02 novembre 2012 à 12h56

oups, désolé, j'ai retravaillé mon post pendant que tu me répondais.
Ya peut-être d'autres bouts qui valent le coup, tudis.

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

Siestacorta

le vendredi 02 novembre 2012 à 13h01

effondree

Mais ce n'est pas parce que je l'aime et que je serais heureuse pour lui que je resterais car je serais heureuse pour lui, mais pas pour moi.

Il est un élément qui te rend heureuse.
Sans forcément chercher d'autres amants, si t'es as pas besoin, tu as sans doute aussi d'autres choses qui peuvent te rendre 'heureuse pour toi', en dehors de ce qu'il fait ou non !

Je sais que la jalousie se décide pas, ne s'ignore pas. Répétons-le, les poly peuvent être jaloux, ça arrive. On peut juste faire qu'elle ne soit pas le seul sentiment décisif.
Et trouver comment être heureux pour soi ET pour l'autre ET le rendre heureux pour lui et pour nous, en même temps. C'est quand même une ambition qui vaut bien le "chacun pas trop triste, mais de son côté".

#

(compte clôturé)

le vendredi 02 novembre 2012 à 13h10

ah oui, j'avais pas vu!
alors:
"Le moment où celui qui m'aime est heureux de vivre, où je lui offre la possibilité de trouver tout ce qu'il veut, du moment qu'on continue à s'aimer, c'est le moment où je suis dans l'empathie, la générosité, la compréhension, où je dépasse mon égoïsme."
pour moi, c'est ce que je fais en ce moment: en lui laissant chercher s'il veut ce contact physique, car il ne sait pas et je ne lui dirais pas tant qu'il cherche, ce que cela signifie pour moi.

" il peut m'aider à chercher ce qui me fait du bien parce qu'il a l'expérience de chercher ce qui lui fait du bien à lui. "
c'est un peu blessant cette phrase, car tu pars du principe que je ne suis restée en phase réactionnelle.alors que j'ai moi aussi cherché ce qui me fait du bien. et au niveau de l'amour, c'est de partager l'envie d'un amour mêlant sentiment et physique avec une seule personne.

je ne suis pas dans l'exclusivité des sentiments: qu'il l'aime ne me dérange pas, mais qu'il l'aime physiquement me fait du mal. et tout autant qu'il a le droit d'avoir envie de cette personne physiquement, j'ai le droit d'avoir mal de cela. et être dans l'empathie nous permettra alors de nous dire que nos chemins deviennent différents si cette situation se présente.

#
Profil

Plusssdamour

le vendredi 02 novembre 2012 à 13h18

Tu ne pourras pas en être heureuse tout de suite, ça passe par la réflexion, du dialogue entre vous deux, du temps, de la compréhension...
Ce que tu nommes indépendance, je le nommerais plutôt "exclusivité", je ne te jette pas la pierre du tout, j'essaye juste de comprendre tes mots, il ne décide pas de tes sentiments envers lui, mais tu n'as pas à décider des siens non plus, là est le dilemme...
Lui veut t'aimer et en aimer une autre sans te quitter, j'ai une habitude qui n'est peut être pas la meilleure, je retourne toujours le problème à l'envers, si c'était à toi que ça arrivait, qu'en penserais tu s'il avait les mêmes ressentis que toi ? Ce n'est peut être pas une bonne technique, mais ça aide...
En étant exclusive, tu ne peux pas en être heureuse (peut être le devenir, qui sait...), mais l'accepter, le vivre sereinement, et comme le dit "coquelicot" et bien d'autres sur ce forum, trouve toi une activité, une passion, pour les jours ou il n'est pas là, vis ton moment présent sans te poser de questions, ne reste pas dans le négatif en pensant qu'il est avec elle...

#

(compte clôturé)

le vendredi 02 novembre 2012 à 13h47

alros je le rappelle ce n'est pas encore la situation actuelle. on en est pas là. si je vous parle de tout cela c'est pour affiner mes réflexions et ce que je lui dirais au cas où la situation se présente.
je ne sais pas si vous vous rendez compte à quel point ce travail m'apaise, car il me permet de m'affirmer, de savoir ce que je veux (et sans jugement de savoir si c'est bien, mal, idiot ou autre), de ne plus avoir de boule au ventre en pensant à cela. je lache prise sur ses envies et cela me permet deme recentrer sur les miennes. et ce n'est pas de l'égoisme, c'est écouter mon enfant interieur (dans le sens de Jung).

alors sinon , je crois qu'honnetement en me mettant (difficilement) dans la position inverse, je me dirais:
"il a le droit de ne pas vouloir vivre cela, que déjà qu'il ait admis que j'ai des sentiments pour un autre sans me juger, sans en être malheureux, c'est déjà une chance énorme pour moi.
Mais alors je me demanderais de quelle manière (à long terme ) je serais pleinement heureuse:
vivre avec lui, sans concrétiser mon envie de contact physique avec l'autre personne
ou trouver une autre personne avec qui cela sera possible
et c'est clair qu'alors je ne pourrais pas être heureuse de suite (soit la frustration de passer à côté de la partie physique, soit la soufrance due à la séparation)...." et à titre personnel, ce serait peut-être la deuxième manière!...
mais ce travail est moyen car c'est prêter à l'autre ses valeurs, ses aspirations, je ne peux pas savoir ce que lui pense (et encore heureux)

"il ne décide pas de tes sentiments envers lui, mais tu n'as pas à décider des siens non plus, là est le dilemme..."
ben non justement pour moi ce n'est plus un dilemne, ce serait juste une constatation que nos sentiments ne sont plus en harmonie !

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

Siestacorta

le vendredi 02 novembre 2012 à 13h49

effondree


" il peut m'aider à chercher ce qui me fait du bien parce qu'il a l'expérience de chercher ce qui lui fait du bien à lui. "
c'est un peu blessant cette phrase, car tu pars du principe que je ne suis restée en phase réactionnelle.

Pardon, j'espère que c'est pas une grosse blessure :-/

C'est vrai que tu as dépassé le mode "épidermique", puisque tu es là à débattre !
Mais bon, la réaction "si ça arrivait" serait la même que tu aies réfléchi ou non, disons que tu sais ou tu en es toi.
C'est déjà bien. Mais ça ne veut pas dire que tu as compris ce qui se passe pour l'autre, ça veut dire que tu fais avec ce que tu te sens capable de comprendre.
(ce qui est très sain, d'ailleurs.)

Si je souhaite débattre après ça, c'est que tu exposes une opinion ici, tu ne fais pas que te dire "bon je sais ce que je veux, pas besoin d'en parler".
Et dans ton opinion, il y a d'une part l'idée de pulsion animale, et de l'autre un "tout ce qu'il veut, mais pas de sexe ailleurs".

C'est une limite que tu reconnais et que tu traces (heu, il faut que l'autre soi au courant, aussi, hein, c'est un des chevaux de bataille poly, les règles implicites en amour, ça valide des normes qui au final conviennent à peu de monde).

Comme tu tiens à valoriser cette limite, je tiens à l'interroger. Oui, c'est réactionnel, mais pas très grave... J'ajoute mon idée : tu sais que tu serais jalouse, mais tu ne sais pas comment il serait avec toi après.

En quoi sa pulsion animale satisfaite fait que la relation est moins bien ? Qu'est-ce que tu n'aimes pas en toi quand l'autre est satisfait, au point que tu désires qu'il ne le soit pas ?

effondree
et tout autant qu'il a le droit d'avoir envie de cette personne physiquement, j'ai le droit d'avoir mal de cela.

oui, oui ! Vraiment ! On a tous le droit d'être jaloux ! Ca arrive, c'est comme ça. Les ressentis sont pas des droits, ce sont des faits, on peut pas faire sans.

Mais si un pulsion animale, une histoire de cul, rend une histoire d'amour impossible, ça veut dire que le cul est à ce point plus fort que les autres sentiments ?

On a "le droit" d'être jaloux. Mais on ressent mille autres choses envers l'autre. Même quand on est dans un conflit, on ne fait pas que détester; plein d'autres choses se passent !

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#

(compte clôturé)

le vendredi 02 novembre 2012 à 14h03

comme quoi je fais bien de venir parler ici pour continuer de m'interroger

Qu'est-ce que tu n'aimes pas en toi quand l'autre est satisfait (je vais rajouter: "par un autre"), au point que tu désires qu'il ne le soit pas ?
la perte de la notion d'unique (surement lié à mon "exclusivité")

ça veut dire que le cul est à ce point plus fort que les autres sentiments ?
non
pour moi le cul + les sentiments c'est notre domaine à nous, que nous partageons
qu'il est des sentiments sans cul n'est pas notre domaine (alors à l'inverse je m'interroge: et s'il avait une histoire de cul (que de cul) avec quelqu'un et ben j'hallucine mais je crois que j'accepterai...!)

En quoi sa pulsion animale satisfaite fait que la relation est moins bien ? alors là, je vous dirais si je trouve la réponse!

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#

(compte clôturé)

le vendredi 02 novembre 2012 à 14h17

et sinon est-ce que vous avez eu des histoires où quelqu'un avait posé cette limite du physique, est-ce que selon vous cela est possible de vivre deux histoires d'amour en même temps dont l'une n'a pas de cul?

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#

(compte clôturé)

le vendredi 02 novembre 2012 à 14h35

j'ai trouvé:
En quoi sa pulsion animale satisfaite fait que la relation est moins bien ? parce que la relation s'en trouve affectée car pour qu'elle continue je dois alors réfréné ma pulsion d'exclusivité

#
Profil

Katouchka

le vendredi 02 novembre 2012 à 15h28

Je la trouve un peu naïve cette question...:-)
Franchement à partir du moment où tu acceptes que ton chéri aime aussi une autre ( soit dit en passant, il peut aimer quelqu'un d'autre indépendamment du fait que tu l'acceptes) ce serait horrible s'il ne pouvait pas lui faire l'amour! Il n'y a pas à mon sens des moitiés de liberté.
Je trouve que tu as raison de ne pas vouloir rester avec lui si tu penses ne pas être capable de supporter ce que cette situation pourrait te faire endurer. Tu te connais bien, toi et tes limites mais il est possible que tu passes tout de même à côté du bonheur avec lui, peut-être que finalement tu crois te connaître mais peut-être qu'en fait tu en serais capable.
Personnellement, moi je ne savais pas vraiment de quoi je serais capable au départ mais quand c'est arrivé, j'ai vu ça comme une épreuve qu'il fallait surmonter ensemble.
Je vais me lancer peut-être dans une comparaison hasardeuse qui va déchaîner les critiques mais par exemple je ne me verrais pas d'emblée séduire un handicapé (peu importe la nature du handicap), parce qu'à priori son handicap me pose problème, je ne pense pas être capable de gérer ça. Mais voilà, imagine que tu es avec quelqu'un depuis longtemps et celui-ci a un accident, il devient handicapé et bien tu aimes déjà cette personne, tu ne vas pas la quitter parce que tu as une peur bleue de vivre avec son handicap, tu vas affronter cette peur et tu vas voir comment faire pour vivre avec quand même.
C'est vrai, il y a des moments difficiles (même très très difficiles), c'est vrai que ça prend du temps mais peut-être qu'au bout du compte c'est le bonheur au bout du tunnel. Chaque épreuve passée nous rend plus fort.

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#

(compte clôturé)

le vendredi 02 novembre 2012 à 16h27

hum la situation évolue car il m'a dit sur quoi portait sa réflexion et c'est:
quel choix faire entre prendre le risque de me perdre en vivant cet amour de manière physique car il sait je n'en suis (ou en tout cas crois l'être) pas capable et en plus en ne sachant pas si aimer 2 personnes qui correspond à son être, soit il ne prend pas le risque et ne sait pas comment il assumera le fait de ne pas savoir si c'est ce qui lui convient.

et en gros moi c'est
est-ce que je dois le laisser vivre cet amour de manière physique, et prendre le risque de le perdre car je n'en serais peut-être pas capable (ce que je ressens maintenant)
est-ce que je dois lui demander de ne pas vivre cet amour de manière physique, et prendre le risque de le perdre car il n'en serait pas capable (ce que je ressens maintenant)

après cela est confus car il me semble que ce n'est pas moi qui est à choisir.
que c'est à lui de choisir. Certes je suis à la raison de sa difficulté à faire son choix, mais c'est son envie, donc c'est à lui de décider ce qu'il souhaite tester: le risque de me perdre, ou le risque de se perdre.

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

Siestacorta

le vendredi 02 novembre 2012 à 16h27

Je ne comprend pas comment l'exclusivité devient une pulsion.
Un besoin personnel, une attente, bon, pourquoi pas, on peut être pragmatique et se dire qu'on se connait, par expérience on sait que quand il n'y a pas d'exclusivité, on finit par être malheureux.
Alors on désire être avec quelqu'un qui a les mêmes besoins.
Voilà, les choses sont simples, personne ne se pose plus de questions.
(le truc c'est que ça reste rarement simple : on ne reste pas le même toute sa vie, l'autre non plus).

Mais une pulsion, ça me semble "pas ça". JE veux dire, on ne vient pas avec l'autre en disant " je veux que tu sois exlusif aujourd'hui, oui, ah, ça me fait du bien toute cette exclusivité que tu me donnes" puis, après" "bon, ça va, je ne vais pas avoir de pulsion exclusive pendant quelques temps maintenant".

C'est pas une pulsion qui se manifesterait si le sujet n'est pas abordé.
Une pulsion c'est quand toi tu changes de comportement par rapport à ton comportement habituel.
Une pulsion d'exclusivité, je vois pas bien quand ça te prend "spontanément".

C'est une attente, une capacité de jalousie, bon.

effondrée
Qu'est-ce que tu n'aimes pas en toi quand l'autre est satisfait (je vais rajouter : "par un autre"), au point que tu désires qu'il ne le soit pas ?
la perte de la notion d'unique (surement lié à mon "exclusivité")

Ben en même temps, tu seras toujours unique, hein, ya des preuves ADN de ça. :-) On a pas besoin qu'on nous répètes qu'on est unique, c'est comme nous dire qu'on est humain, on sait.
Ce qui est important, rassurant, c'est que l'autre nous aime tel que l'on est, avec ce qui nous rend unique. Mais c'est pas lui qui le fait, on est déjà comme ça.

Votre relation aussi resterait unique de toute façon, même s'il en avait plusieurs parailleurs, puisque les autres relations existeraient avec des personnes qui sont différentes de toi. Et que ce qu'il choisit de faire avec toi, il veut le refaire, que ça continue. Donc à ses yeux, ces différences doivent avoir beaucoup de valeur. Ca, pour le coup, c'est rassurant.

effondrée
et sinon est-ce que vous avez eu des histoires où quelqu'un avait posé cette limite du physique, est-ce que selon vous cela est possible de vivre deux histoires d'amour en même temps dont l'une n'a pas de cul ?

Ca n'a pas d'intérêt pour moi, mais ça existe...
On peut avoir envie d'une relation amoureuse sans sexe et tomber sur quelqu'un qui veut la même chose.
Bon, cela dit, sachant qu'il a des désirs sexuels avec toi, je comprend pas bien comment il pourrait vivre d'autre relation sans ça. Ca fait probablement partie de ce qu'il attend dans une relation.

#
Profil

Siestacorta

le vendredi 02 novembre 2012 à 16h41

effondree

que c'est à lui de choisir. Certes je suis la raison de sa difficulté à faire son choix, mais c'est son envie, donc c'est à lui de décider ce qu'il souhaite tester : le risque de me perdre, ou le risque de se perdre.

C'est à lui de choisir, oui, à cette étape.
J'y vais, j'y vais pas.
Mais après, vous serez deux à devoir choisir si vous restez ensemble ou non.

Je crois, peut-être à tort, que c'est mieux que ce soit le poly qui prenne la décision de rompre avec le mono.
Disons que s'il le ne fait pas, c'est un méchant égoïste qui n'écoute pas ce qu'on lui demande, s'il le fait, c'est un méchant égoïste qui tient pas en place ("comme tous les autres mecs"...).
Quitte à ce que chacun se sente mal, autant croire avoir raison, conforté en cela par les normes sociales pour le mono, et sa capacité à y résister pour le poly.

Et tant pis pour toutes les possibilités d'amour qui se perdent en route. Tant que les poly seront une petite minorité, on aura encore beaucoup de ruptures injustifiées et de cocufiages rationnels.

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#

(compte clôturé)

le vendredi 02 novembre 2012 à 18h42

C'est à lui de choisir, oui, à cette étape.
J'y vais, j'y vais pas.
Mais après, vous serez deux à devoir choisir si vous restez ensemble ou non.

voila où nous en sommes et tant qu'il ne choisit pas: on se dit carpe diem!

#
Profil

Siestacorta

le vendredi 02 novembre 2012 à 18h47

Bon, par contre, faut jouer le jeu, c'est pas "si tu le fais, je pars", parce que là tu influencerais beaucoup, ya une "menace".

C'est "si tu le fais, je vais aviser, et ya des chances que j'aime pas du tout et que ce soit meilleur pour moi de partir que de rester, mais je tiens assez à toi pour pas partir juste avec mon idée toute faite, donc nous donner l'occasion de voir ce que ça fera".

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#

(compte clôturé)

le samedi 03 novembre 2012 à 11h44

exactement, si il prend la décision d'essayer, alors, j'essayerais honnêtement de voir si cela me va, et si cela ne me va pas, je n'aurais pas à me justifier, me juger rigide ou je ne sais quoi d'autre, tout comme il n'aura pas à se justifier ni à se juger si cela lui va.
et alors que si cela ne marche pas ce ne sera pas à mon homme de décider de rompre pour mon flatter mon ego où je sais pas quoi.
cette décision sera prise en commun dans le respect de l'autre car nous constaterions alors que nos envies diffèrent et notre amour et notre respect de l'autre fera que NOUS déciderons ensemble de laisser vivre l'autre en accord avec lui-même, pas sans souffrance certes, mais avec l'amour de la liberté de l'autre!
en attendant, tant qu'il ne prend pas de décision, je vais arrêter de réflechir à ce futur hypothétique et vivre ma vie!

#
Profil

Plusssdamour

le samedi 03 novembre 2012 à 12h37

"je vais arrêter de réflechir à ce futur hypothétique et vivre ma vie !"

Tu as bien raison, et je te souhaite plein de bonheur...

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

coquelicot

le samedi 03 novembre 2012 à 13h02

Le futur est toujours hypothetique!!
Poly ou pas c est le meme scenario.
Rien n est jamais acquis
Rien n est jamais certain.
Mais rien n empeche jamais de vivre sa vie
Avec ou sans lui.ou sans oeux!

#

madeleine85 (invité)

le samedi 03 novembre 2012 à 15h28

Bonjour,
C'est un peu douloureux tout ça. ça résonne en moi, tout ce qu'il se dit.
Mon copain et moi sommes ensemble depuis presque 1 an et demi. C'est une très jolie histoire. Pas simple au début puisqu'il a un enfant d'une première union. Il a alors fallu que je prenne de plus en plus confiance en moi pour ne pas me laisser écraser par ce passé. J'ai finis par trouver une vraie place dans une relation père- fils assez fusionnel.
Cet été nous sommes parti tous les trois en Italie. C'était magique ! Tellement magique et intense que mon copain s'est "mis à table". Il m'a parlé en toute sincérité de sa conception du couple.
Il fait parti de ce genre d'homme a vouloir aimer une personne (moi) tout en ne s'interdisant pas d'aller batifoler ailleurs. Je ne sais pas si le terme polyamours me convient parce qu'on parle de plusieurs amours, or mon copain me parle d'un seul amour (le notre).
D'abord ça a été très douloureux pour moi à entendre. J'ai 27 ans, lui 10 ans de plus. Et moi, inconsciemment j'avais encore des rêves de gamine naïve. Je la connais la vérité, l'usure du couple, la lassitude, la perte du désir. Mais c'était une vérité que je laissais loin de moi, une vérité que j'avais pas envie d'entendre.
Pour lui, pour préserver notre amour, ce n'est pas s'interdire d'aller voir ailleurs. Il m'a parlé de tout un tas de couples frustrés qui finissait par se séparer. Pour lui, juste le fait de ne pas se l'interdire ne veut pas forcément dire qu'on va y aller. C'est un homme qui aime les femmes. Il les regardent et ne s'en cachent pas. Il les regarde comme il regarde un beau tableau ou un joli paysage. Pour lui, se priver de ce plaisir serait comme se priver d'un des essentiels plaisir de la vie. Au final, il y a des jours ou j'entends ça comme une preuve d'amour, d'autres ou j'ai le sentiment qu'il ne m'aime pas, ou j'ai le sentiment de ne pas lui suffire.
Alors, lorsqu'il sort seul, je suis jalouse. Je me monte des scénarios de toutes sortes et je ne sais pas si je pourrais supporter ça.
Il ne changera pas sa conception. Après un précédent mariage, il sait plus que tout ce qu'il veut. Il sait enfin ce qu'il est, et cette conception est pour lui, quelque chose de très profond lié à divers questionnements autour des codes de notre société.

Éclairez moi, parlez moi. Bref, j'ai besoin de réponses et de discussions !!

#
Profil

Cendre

le mardi 06 novembre 2012 à 15h52

Désolée Effondrée, on vient squatter ton fil, mais il s'y est dit des choses si belles !

madeleine85
Je ne sais pas si le terme polyamours me convient parce qu'on parle de plusieurs amours, or mon copain me parle d'un seul amour (le notre).
[...]
Au final, il y a des jours ou j'entends ça comme une preuve d'amour, d'autres ou j'ai le sentiment qu'il ne m'aime pas, ou j'ai le sentiment de ne pas lui suffire.

Bonjour Madeleine,

Le terme de polyamour convient parfaitement, puisqu'il caractérise non pas le fait d'aimer plusieurs personnes, mais le fait de n'engager plusieurs relations intimes avec différentes personnes qu'avec l'approbation de ses autres partenaires.
Il te parle de la situation avant même qu'elle ne se produise : c'est du polyamour caractérisé.
Pour moi, c'est indiscutablement une preuve de grande confiance, que d'aborder le sujet, lors d'un moment de bonheur partagé. Après, savoir si c'est vraiment de l'Amour avec une grand A et toutes ses implications, c'est à vous deux seul d'en juger.
voir ce post pour ce qui est des preuves d'amour.

Sinon, je venais moi aussi à la base squatter ce fil et relever deux citations qui m'ont vraiment touchée :

effondree
je ne sais pas si vous vous rendez compte à quel point ce travail m'apaise, car il me permet de m'affirmer, de savoir ce que je veux (et sans jugement de savoir si c'est bien, mal, idiot ou autre), de ne plus avoir de boule au ventre en pensant à cela.

Je n'aurais pas pu employer de mots plus juste pour moi-même. C'est exactement pour cette raison que je reviens ici me poser des questions, et tâcher d'y répondre en vous lisant : ça me fait un bien fou. Merci à tous de rendre ma situation actuelle vivable !

Katouchka
Franchement à partir du moment où tu acceptes que ton chéri aime aussi une autre (...) ce serait horrible s'il ne pouvait pas lui faire l'amour ! Il n'y a pas à mon sens des moitiés de liberté.

Je voulais parler de moi sur ce sujet.
J'ai commencé ma relation avec D comme une relation platonique. (Ma précédente expérience de polyamour s'était également passée avec une deuxième relation platonique).
J'ai mis du temps à me décider à mener un deuxième amour, j'ai vérifié que D ne venait pas pour combler une quelconque insatisfaction sexuelle. Je pense que j'aurais coupé les ponts sinon (avec difficulté, mais en impliquant beaucoup plus mon mari).

Donc je me suis posée, à moi même, cette limite du physique.
Cela collait avec les conseils d'un ami intime à qui je me suis confiée : le plus simple, me dit-il, c'est de ne pas aimer ceux avec qui on couche, et de ne pas coucher ceux qu'on aime. Sinon, attention, l'amour est une drogue dure.
Cette limite correspondait à mon état d'esprit, à ma liberté de refuser. Je savais que D me désirait, je savais également qu'il respectait mon refus.
Que du bonheur.

Ça a tenu deux mois.
L’amour est une drogue dure. On en devient dépendant, et on souhaite augmenter les doses, aller toujours un peu plus loin que la fois précédente. Et je ne peux plus garder cette limite. Elle va sauter, c'est une question de semaines.
Chance ! elle ne fait pas partie de celles négociées avec mon mari ! Lui, au contraire, a immédiatement associé les deux, il a pris les deux en même temps.
Bref, pour répondre à la question d'Effondrée :

effondree et sinon est-ce que vous avez eu des histoires où quelqu'un avait posé cette limite du physique, est-ce que selon vous cela est possible de vivre deux histoires d'amour en même temps dont l'une n'a pas de cul ?

Mon premier amour platonique n'a pas été véritablement réciproque et c'est pour cela qu'il a tenu comme tel. Sinon, je découvre que je suis personnellement incapable de séparer le physique de l'amour.

(Et désolée pour le pavé)

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion