Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Lui poly moi paumee

Témoignage
#
Profil

Nine13

le samedi 09 janvier 2016 à 15h21

Bonjour à tous
Je lis ce forum depuis quelques semaines maintenant et j'aimerais avoir des avis de personnes qui ne vont pas juger sur notre situation.
Mon mari (10 ans de relation) m'a avoué il y a 2 mois qu'il était amoureux d'une autre.
Cela le rendait assez déprimé depuis plusieurs mois.
Son discours était le suivant : je t'aime et je l'aime. Je ne veux pas te quitter mais j'ai besoin d'être avec elle.
Après moult discussions, j'ai accepté qu'il ait aussi une relation avec elle.
Je voyais bien que j'en souffrais mais je pensais que cette soufrance était un héritage culturel qui allait disparaître avec le temps les discussions et que j'évoluerai.
Du moment où il me l'a dit, les choses sont allées assez vite : soirées avec elle puis nuits...
Au début entre nous ça allait très bien même beaucoup mieux qu'avant.
Puis je me suis mise à avoir envie de draguer la terre entière... Chose qui ne m'avait pas vraiment donne envie depuis 10 ans.
Ce comportement m'a éloignée de lui... C'était pratique, je souffrais moins mais une muraille se construisait entre nous.
Nous avons "convenu" qu'il fallait que j'arrête car ça ne me rendait pas heureuse et que ça nous détruisait.
En parallèle sa maîtresse a décidé de mettre un terme à leur relation car elle soufrait trop de le partager.
Il en est malheureux.
J'ai été soulagée.
Nous nous sommes dit que le polyamour était une belle idée mais que nous n'en avions pas été capable.
Seulement depuis je n'arrive pas à arrêter de chercher des relations ambiguës avec des hommes et il le sait il le sent il le voit.
J'ai plusieurs fois depuis des semaines jure mes grands dieux (en y croyant!) que je ne recommencerai pas ... Mais dès que j'en ai l'occasion (et un coup dans le nez accessoirement) je sens que c'est plus fort que moi... Et je vais chercher l'ambiguïté.
Résultat : il m'en veut, il ne me fait absolument plus confiance et nous sommes au bord du divorce...
Je ne comprends pas ce comportement qui est le mien et je suis au fond du gouffre de la descente aux enfer de notre couple...
Avez vous des idées? Je suis PAUMÉE ...
Merci d'avance de vos réponses

#
Profil

oO0

le samedi 09 janvier 2016 à 16h27

Salut Nine13,

tu as autant le droit que lui de lui dire que tu l'aimes, que tu ne veux pas le quitter, même si les raisons pour toi sont différentes.

Ce qui pourrait te donner l'impression que tu n'as pas le droit, c'est qu'il ne s'agit pas d'amour pour toi, mais du plaisir du jeu de la séduction, de son ambiguïté. Il n'y a rien de mal en soi dans l'un et dans l'autre. Il n'a pas choisi de tomber amoureux d'elle, tu n'as pas non plus choisi l'attraction que tu as pour l'ambiguïté. Quelle personne choisi ce qu'elle éprouve ?

Il n'a plus confiance en toi, mais tu as visblement autant de mal à retrouver confiance en toi dans une situation où ce que tu éprouves te dépasses. C'est ce qu'il a probablement lui-même connu quand il a été confronté à d'autres sentiments amoureux que ceux qu'il avait pour toi, des sentiments qu'il n'a probablement pas davantage voulu que ce besoin de séduire qui se manifeste pour toi. Il y a un sentiment de perte de contrôle dans le fait de ne pas pouvoir choisir ce que nous éprouvons. Vous l'avez vécu l'un comme l'autre, voire vous le vivez encore. Le fait de partager un vécu similaire peut probablement vous aider à vous retrouver, à recréer un lien d'empathie. Là où la confiance vous éloigne, l'empathie peut vous rapprocher.

Le problème de confiance que vous avez semble davantage se poser en termes de volonté que d'affectivité. Or la situation de votre relation est justement que vous êtes confrontés au contraire puisqu'elle se caractérise principalement par le fait que votre affectivité échappe à votre volonté : sentiment amoureux, désir de séduire.

Ce n'est qu'un pas possible, un pas seulement pour changer de perspective, même pas poser un choix, mettre en action un choix.

Nous avons tous le droit de se sentir paumé ... Nous naissons ignorants, nous mourrons à peine moins ignorants. Il y a tant de choses que nous ne savons et même si nous savions tout, savoir est loin d'être tout.

#
Profil

Tcheloviekskinoapparatom

le samedi 09 janvier 2016 à 16h42

Bonjour Nine13 et bienvenue sur le forum !

Ce qui me frappe dans ton histoire c'est le contraste entre le fait que, dans un premier temps vous avez quand même réussi à accepter le principe qu'il puisse y avoir d'autres relations, avec des difficultés, mais aussi un moment d'euphorie, et la capacité à discuter, à convenir de s'arrêter quand vous sentiez que vous perdiez le contrôle sur ce que vous vouliez faire en tant que couple... bref, sans nier les difficultés dans cette première partie, il me semble que vous aviez une bonne capacité à ouvrir la discussion, à accepter au moins en partie les désirs de l'autre, à gérer - même de façon un peu brouillonne - vos anxiétés.

Et puis il y a une deuxième période, où tu continues à désirer des aventures avec d'autres hommes (ou plutôt des flirts en fait), ce qui semble assez naturel, mais là ça coince beaucoup plus, que ce soit dans ta capacité à prendre des engagements qui correspondent à ce que tu peux/veux vraiment tenir, ou dans sa capacité à l'accepter.

De toutes façons, la confiance est un élément fondamental, normal que si elle est fragilisée, votre couple le soit aussi. Trouverait-il tellement aberrant que tu puisses lui dire "oui, c'est vrai, j'aime flirter avec des hommes et de toutes façons je vais continuer" (ou plus, suivant ce que tu penses vouloir/pouvoir tenir), alors que lui a eu une relation suivie avec une autre femme et que tu l'as acceptée ?
De toutes façons, toujours un conseil fondamental : parlez, parlez, parlez, de tous les aspects de votre couple. Tu dis "Je ne comprends pas ce comportement qui est le mien". Y a t il quelque chose à comprendre vraiment dans l'envie de séduire des hommes ? Penses-tu par exemple qu'inconsciemment tu cherches à te venger ? Ou bien est-ce plus simplement que tu as regoûté à la liberté et que son parfum t'enivre ?

Dans tous les cas, quoique vous décidiez comme mode de fonctionnement - monogamie stricte, polyamour ou "entre deux" à définir - il y a une chose que vous pouvez vous dire tous les deux c'est que vous savez que l'autre peut avoir des désirs pour d'autres. Et donc qu'il n'y a pas à ressentir de culpabilité de ce point de vue. Lui devait se sentir coupable au début (puisqu'il déprimait). Toi tu te sens coupable maintenant. Mais il n'y a pas à se sentir coupable de ses désirs. On est responsable de son comportement, mais pas de ses désirs.

#
Profil

oO0

le samedi 09 janvier 2016 à 17h36

J'aime beaucoup ta réponse Tchelo, elle met bien l'accent sur le fait que la crise de confiance que vous vivez, Nine13, n'est probablement pas totale, qu'il y a des raisons de vous faire confiance, même s'il ne s'agit pas probablement des mêmes que celles sur laquelle votre relation se fondaient initialement.

Je m'explique.

La confiance est liée à nos croyances. Ce que vou s savez vécu récemment ne correspond pas à vos croyances initiales, la possibilité d'aimer ou d'être aimé, de désirer ou d'être desiré par d'autres personnes a été acceptée un temps. Une crise de confiance peut-être liée à un changement de croyances, ceux-ci peuvent être multiples : projet de vie de famille, projet professionnel, valeurs, etc. Ce qui s'est également passé, c'est que vous avez dû vous rendre compte que vous n'étiez pas l'un et l'autre telle que vous croyiez l'être, ce qui ne veut pas dire que ce que vous croyiez avant l'un de l'autre, de vous-mêmes était faux, mais probablement limité par le conditionnement culturel auquel tu as fait allusion. Ce qui est certain, c'est que vous avez vécu un bouleversement des croyances sur lesquelles se fondaient votre relation, bref, une crise de confiance que vous avez su surmonter une première fois. Il n'y a pas de relation dont la confiance ne se retrouve pas un jour mise à l'épreuve. La confiance peut se perdre autant qu'en ressortir grandie. Ce qui s'est passé une première fois lorsque cela a été mieux entre vous après avoir ouvert votre relation, comme quoi vous avez su vous montrer plus capable de sortir d'une telle situation que vous ne le croyiez. C'est là que Tchelo me semble avoir raison de mettre en évidence qu'il y a des raisons de vous faire confiance, que la crise n'est pas totale.

Après, là où Tchelo me semble avoir encore raison, c'est en mentionnant la culpabilité, notamment celle qu'il a pu éprouver à l'époque ou la découverte de sentiments amoureux pour une autre que toi l'a déprimé. Ce que tu découvres de toi aujourd'hui bien malgré toi peut donner lieu à une expérience de culpabilité similaire. Pour ma part, par le passé, j'ai exclu le sentiment de culpabilité de la compréhension de nombreuses situations vécues par rejet idéologique de ce que j'assimilais à un héritage judéo-chrétien. Je me suis coupé de resources de compréhension et d'expression, notamment de la part de conditionnement de cet héritage, mais aussi du simple sentiment psychologique de culpabilité souvent animé de fausses croyances, de peurs et de doutes qui prennent une place excessive, se confondent avec elle et jettent la confusion.

N'aies pas peur d'être douce avec toi pour pouvoir discerner paisiblement ce qui t'anime.

Message modifié par son auteur il y a 4 ans.

#

melpomene (invité)

le dimanche 10 janvier 2016 à 23h18

Ne serais tu pas simplement triste ?

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion