Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Parler ? Pas parler ?

Témoignage
#
Profil

Colvert

le vendredi 22 janvier 2016 à 14h28

Bonjour à tous
J'ai commencé à lire des sujets qui s'approchaient de ce que je vivais, mais il y a toujours quelque chose de différents dans les histoires, donc forcément des réponses différentes. De plus je passe beaucoup de temps à lire, en sachant très bien que je pourrais pas tout lire !
Aussi, si vous savez qu'il y a un sujet qui traite de la question que je vais ouvrir, n'hésitez pas à me le dire.

J'ai aussi d'autres amitiés et amours avec des rencontres plus "épisodiques" et des relations plus légères. Mais avec elle, c'est une vraie relation presque quotidienne, avec une pratique sportive hebdomadaire en commun, mais très peu de relations intimes, car à chaque fois trop passionnelles et à chaque fois trop de temps pour retrouver sérénité et rentrer à la maison.

De mon coté
Vous allez me demander pourquoi la relation est cachée de mon coté et pourquoi je continue à vivre avec une personne exclusive. Pour éclairer vos lumières, j'ai évoqué durant 5 années avec mon conjointe la question du polyamour et de ma nature. Chaque fois ce fut abordé avec souffrance pour elle et sans pour autant faire évoluer les choses de son coté. Puis, un jour, elle s'est "résignée", et moi aussi.
Elle m'a fait comprendre qu'elle ne pourrait jamais accepter cela, et qu'en aucun cas elle ne mettrait en jeu notre projet de famille commencé il y a 15 ans pour ces questions là.
Depuis ce temps elle ne me pose plus aucune question sur mes fréquentations, sur mes déplacements, ne cherche pas à en trouver des traces. Elle semble avoir compris (après 2-3 mauvaises expériences) que si jamais elle trouve des indices ou si je lui donne une réponse vraie sur mes relations, il y a de fortes chances pour qu'elle soit obligée de prendre des décisions qu'elle n'a absolument pas envie de prendre. Elle ferme donc les yeux. Nous nous aimons toujours et nous aimons aussi notre famille dnot nous ne souhaitons pas modifier le cadre et le fonctionnement, au moins jusqu'à ce que les enfants aient moins besoin de l'unité du couple parental au quotidien
Le point de divergence clef dans notre couple, c'est l'exclusivité ou non.
Mais nous vivons donc "en bonne intelligence" notre projet commun et nos projets respectifs (elle : la famille, la maison, son travail, moi : la famille, le travail et les relations plurielles totalement et délibérément cachées). C'est pas simple au quotidien, mais pour l'instant ça fonctionne pas si mal. Tout le monde semble plutôt bien aller, même si c'est forcément pas la panacée.

La question en elle-même
Ma relation avec E étant peu dense, il s'avère que nous avons un regard l'un sur l'autre un peu distordu car cette relation est bien évidemment cachée au public.
Nous sommes très attaché l'un a l'autre, nous avons presque pris quelques habitudes, mais je sens fortement cette distorsion et je la sollicite beaucoup pour en parler... j'insiste... je propose des rdv par sms... mais ça n'est jamais possible et pourtant dès que nous sommes ensemble, c'est le manque qui s'exprime, c'est la sensualité, c'est l'attraction et là on a pas envie de faire du bavardage que l'on sait déjà incomplet (on ne pourra pas tout dire, on va pas forcément tout comprendre et on va peut-etre créer une situation de malaise qui pourrira ce frele moment de rencontre).
Mais à coté de ça, chaque minute passée loin d'elle, génère chez moi un étrange sentiment de malaise, de manque de parole, d'incompréhension sur nos attentes et d'insécurité dans la relation...

Alors, a force d'insister nous avons réussi à parler 2 heures de suite (!) et nous nous sommes rendu compte de l'écart qu'il pouvait y avoir entre nos perceptions de l'un ou l'autre, nos attentes, nos envies.
Elle pensait que j'avais de multiples relations comme elle et qu'elle était "une parmi les autres", elle m'imaginait courir à droite, à gauche, ne me voyait pas capable de l'aimer comme tel et donc me considérait comme un "ami +". On fait du sport ensemble, on rigole, on fait un concert de temps en temps, et puis on fait l'amour de temps en temps. Elle me voit libertin alors que je suis plutôt un sentimental.
et ça s'arrête là. Peu d'investissement affectif et surtout pas envie de parler de la relation.

Mais depuis cette dernière discussion, elle se dit "en miette", me reproche de l'avoir voulu, et de l'avoir eu alors qu'elle n'en voulait pas.
Nous nous sommes donnés du temps (indéfini) pour laisser décanter cette situation, mais là je suis très pessimiste sur l'issue de cette situation. Elle est triste, elle est blessée, elle se sent peut-etre même trahie, alors que je n'ai voulu que mettre les choses à plat sur l'amour que je lui portais sans qu'elle ne s'en doute.

Sans compter que je rentre chez moi le soir et bien évidemment, reste seul avec ça dans le ventre et les conséquences que ça peut avoir sur la libido, l’appétit, la joie de vivre et la présence en famille ou au travail...

Encore une fois, je reste convaincu que cette discussion était plus que nécessaire, je reste convaincu que nous n'aimions pas "vraiment" la personne mais l'image que nous en avions (finalement c'est peut-etre toujours un peu ça), je reste convaincu qu'il faut faire tout le nécessaire pour faire entendre à son conjoint sa réalité quitte à renoncer après moultes efforts, car il n'y a rien de pire que se coucher le soir et se réveiller le matin, le ventre noué par les pensées qui ne concernent pas l'endroit ou vous êtes...

Alors, finalement, il y a 2 questions :
- comment vivre les moments difficiles chez soi quand on ne peut pas parler du sujet ?
- comment construire des espaces de parole quand on se voit peu ?

Merci à vous de vos retours !

CoeurTendre

Message modifié par son auteur il y a 3 ans.

#
Profil

gdf

le vendredi 22 janvier 2016 à 15h35

Hello
Pour répondre à la question du titre, aucun doute, il faut parler. Pas de tout, pas tout de suite, mais il faut parler.

CoeurTendre
- comment vivre les moments difficiles chez soi quand on ne peut pas parler du sujet ?

Venir sur les forums, c'est une bonne chose :)
J'ai la chance de pouvoir parler franchement à mon épouse et mon amoureuse, mais comme on a décidé de n'en parler à personne d'autres, c'est vrai qu'il y a des fois où on a besoin de s'épancher un peu.

CoeurTendre
- comment construire des espaces de parole quand on se voit peu ?

On a eu un peu la même question avec mon amoureuse. On fait beaucoup de whatsapp, mais on ne peut pas avoir de discussion sérieuse par messagerie, il y a trop de risque de mauvaise interprétation. Quand on se voit, on a pas trop envie de discuter...on fait ce qu'on ne peut faire que en direct. Reste le téléphone...c'est moins idéal que les discussions directes, mais quand on n'a pas beaucoup de temps ensemble, ça peut être un compromis.

Gdf

#
Profil

LuLutine

le vendredi 22 janvier 2016 à 17h48

Oui, se prendre un rdv téléphonique, c'est pas mal, surtout quand on n'arrive pas trop à se déplacer pour se voir.

Pour ce qui est d'en parler, les forums c'est bien, les amis extérieurs à la situation mais qui nous connaissent bien, c'est pas mal aussi.

Je peux parler des relations que je vis à plusieurs amis. Certains sont poly, d'autres non (ceux à qui le poly ne convient pas personnellement mais qui ne jugeront pas mes choix et ne me sortiront pas "non mais si t'as ce problème c'est à cause du polyamour !").

#
Profil

Colvert

le vendredi 05 février 2016 à 18h25

Bonjour à tous et merci pour vos réponses :)
j'y ai trouvé de quoi penser ! et puis j'ai aussi trouvé une confidente à l'oreille experte pour évoquer tout cela...
C'est vraiment une chance que d'avoir une relation comme celle ci...

Je crois qu'en fait, les doutes, les craintes, les peurs, liés à l'absence d'une réponse attendues sont légitimes.
Ce qui l'est moins, c'est de transmettre à l'autre, qui ne vit pas cela, cette angoisse, ce stress.
La première chose dont il faut être convaincu et que j'ai compris dernièrement, c'est que la liberté est une clef fondamentale de l'amour épanouissant. Ne pas attendre de l'autre à ce qu'il comble nos manques est une clef de la tranquillité de l'âme.
A partir du moment où j'ai compris qu'il ne servait à rien d'attendre et qu'il était simplement nécessaire d'être là, présent, proposant, disponible, patient, capable de gérer ses émotions pour que la relation s'apaise.
Si on le guette, si on le cherche, si on attend des réponses, on empêche aussi l'autre d'être dans la présence, la proposition, la patience ou la disponibilité.

J'ai eu besoin de lui dire, mes émotions, mes sentiments, mais j'avoue maintenant que ça n'a servi à rien... Par contre, lorsque je l'ai revu, quelques jours plus tard, après le passage sur le forum, la discussion avec ma confidente, j'avais cheminé, j'étais apaisé. Je n'attendais plus rien, j'étais simplement là, pour elle si elle le désirait... tendre, doux, beaucoup plus à l'écoute, je ne lui demandais rien d'autre qu'elle me raconte sa vie...
nous n'avons pas parlé de la relation, simplement de la vie... et puis le lien se renoue, le désir renait l'entente se fait, la paix de l'âme ressurgit et les signaux d'une affection mutuelle se fait jour.

Pas la peine de dire "je t'aime" pour le prouver (ce qui n'empeche pas de le dire !).
Pas la peine d'attendre que l'autre te le dise pour te rassurer...
N'attends rien, parle de la vie, ne mets pas de pressions, de tension dans la relation...
Elle te manque ? c'est normal, tu l'aimes... Et alors, c'est bon non ? ;)

Voilà ce que je me dis et ça fonctionne, nous ne nous sommes jamais tant "aimé", depuis que je ne m'attend à rien, et qu'elle le sent...
voilà ma pensée que je voulais partager sur ce fil....

j'en profite pour partager cet article tout aussi éclairant :
https://lesfessesdelacremiere.wordpress.com/2016/0...

:)

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion