Polyamour.info

gdf

gdf

Saint Quentin en Yvelines (France)

Participation aux discussions

Discussion : Besoin d’aide pour accepter le polyamour de mon amoureux

Profil

gdf

le mardi 12 juin 2018 à 13h18

Lélé
Je fais tout pour ne pas trop lui montrer ma tristesse, même s’il le sait, pour ne ps qu’il culpabilise.

Je plussoie tout ce qui a été écrit, et je remet un jeton sur ce point : ne lui cache pas ce que tu ressens.
Il a partagé avec toi son nouvel amour, ce qui est une excellente nouvelle, dans un monde où il est plus facile de mentir et cacher une liaison que d'en parler. T'en parler, c'est une réelle preuve d'amour : il n'envisage pas de te quitter !
De ton côté, ne lui ment pas non plus en lui faisant croire que ça va si ça ne va pas. Lui dire la vérité, ce n'est pas pour le culpabiliser, mais pour que vous puissiez trouver ensemble des solutions.
J'ajoute aux lectures proposées le guide des amours plurielles de Françoise Simpere.

Je vous souhaite de trouver votre équilibre. Il n'y a pas de recette miracle qui marche à tous les coups, chaque relation doit trouver son mail de de fonctionnement. Il n'y a qu'une constante : s'exprimer de façon transparente et respectueuse sur ce qu'on ressent.

Voir dans le contexte

Discussion : Mon épouse à eu un amant avec mon consentement pendant près de 2 ans

Profil

gdf

le dimanche 03 juin 2018 à 08h38

Je vais être bref : c'est son problème, pas le tien.
Tu peux lui montrer à quel point tu la trouves désirable pour toi. Tu ne peux pas la pousser à séduire

Voir dans le contexte

Discussion : Comment survivre au polyamour quand nous n'en sommes pas un

Profil

gdf

le jeudi 17 mai 2018 à 20h18

bonheur
Faire le choix d'un engagement de vie à deux, avoir des enfants dans le cadre de cet engagement (et je n'ai jamais remis cela en cause) est-ce renoncer ?

Question intéressante, que j'ai discuté récemment avec une amie. Comme je suis en couple, avec des enfants, elle ne me voyait pas libre de faire ce que je veux, elle pensait que j'avais renoncé à plein de choses.
Oui, chez, c'est renoncer, sans aucun doute. On ne peut pas tout avoir. Si on choisit le restaurant X, on ne va pas au restaurant Y. Si on choisit la viande, on ne prendra pas de poisson. Ou en tous cas pas le même soir. Et puis on peut prendre aussi du fromage, et même du dessert.

Donc oui, choisir c'est renoncer, mais ce n'est pas renoncer à tout !
Et même, renoncer à certaines choses, ce n'est pas une réduction de notre liberté. La liberté, ce n'est pas tout avoir, c'est choisir, parmi les options disponibles, celle qui nous convient le mieux.

Voir dans le contexte

Discussion : Polyamoureux et vierge

Profil

gdf

le mardi 15 mai 2018 à 15h29

Ah mais je remets pas en question la légitimité, je partage juste mon expérience personnelle ;)

Voir dans le contexte

Discussion : Polyamoureux et vierge

Profil

gdf

le mardi 15 mai 2018 à 13h52

FilthyKnight
ils ont tous déjà eu des relations sexuelles évidemment, mais beaucoup n'ont pas vécu de "magie" comme celle que je recherche dans ma première fois; pour moi le sexe a une valeur hautement "symbolique", c'est un peu une preuve de "confiance ultime" que je fais à l'autre, et j'aimerais bien en recevoir une retour, même si c'est possiblement égoiste. :)

Cette "magie" de la première fois, ça me fait penser à cet
article lu récemment.
C'est en anglais, le titre est "la plupart des relations commencent avec du sexe pas terrible".
À chaque nouvelle relation, il y a une première fois. Des fois c'est magique. Des fois non. Mais ça dépend plus de plein de paramètres. Et je dirais que ma première première fois n'était pas la plus magique, pourtant elle était aussi sa première fois. Comme quoi...

Voir dans le contexte

Discussion : Draguer alors qu'il me sait mariée

Profil

gdf

le mardi 15 mai 2018 à 13h35

Piumy
vous aviez déjà séduit quelqu'un qui vous savait en couple (en espérant être claire).

Oui. À chaque fois, j'ai abordé le sujet du polyamour dès que les discussions amicales dérivaient vers des discussions intimes.
Avec mon épouse, on n'a parlé de notre situation à personne (yc les enfants, à qui on dit juste "je sors" sans qu'ils sachent où on va, même si on passe la nuit ailleurs). Mais les gens avec qui on espère une relation, il faut bien leur en parler...
Des fois ça marche, des fois ça marche pas...

Voir dans le contexte

Discussion : Draguer alors qu'il me sait mariée

Profil

gdf

le vendredi 11 mai 2018 à 23h49

Sur le premier point, au pire, tu te confronteras à un râteau...ça arrive...ça ne me paraît pas un gros risque.
Sur le second point, ça me paraît plus compliqué. Ça dépend comment vous vivez votre "couple libre" actuellement, et comment vous le voyez dans le futur, en particulier vis à vis des enfants. Est ce que vos enfants / votre environnement savent que vous pouvez avoir d'autres relations ? Si oui, pas de souci. Si non, ça impose de garder la relation secrète. Pas forcément bloquant, mais pas confortable non plus...

Voir dans le contexte

Discussion : Polyamour ou simple attirance?

Profil

gdf

le dimanche 29 avril 2018 à 17h59

Queeniz
Il s’est passé quelques histoires dont mon copain n’est Pas au courant au risque de le blesser mais qui ne me font pas culpabiliser car je juge qu’il est normal d’alller vers une personne quand on éprouve des sentiments pour elle. J’ai plusieurs fois évoqué le fait d’aimer plusieurs personnes à mon copain mais il ne partage pas du tout mon avis.

Bonjour,
Il y a deux sujets ici...ce que tu penses, que tu "juges normal", c'est une chose. Nous serons nombreux à te dire ici qu'il est possible d'aimer plusieurs personnes, et que si on est attiré par quelqu'un alors qu'on est en couple, pourquoi s'en priver ?
Hé bien, il y a une bonne raison de s'en priver : si la personne avec qui on est en couple n'est pas d'accord. Ce que l'autre pense est toujours aussi important que ce que tu penses. Que tu ne culpabilise pas d'être attiré par quelqu'un d'autre, soit. Que tu ne culpabilise pas de mentir à ton copain alors que tu es consciente du risque de le blesser, c'est plus embêtant.
Tu as le droit de vouloir une relation non exclusive, mais il a le droit de vouloir une relation exclusive. Si tu lui mens, tu le prive de sa liberté de décision.
Donc si tu penses que tu as besoin d'aimer plusieurs personnes, soit claire avec lui. Si l'exclusivité n'est pas acceptable pour toi et la non exclusivité n'est pas acceptable pour lui, mieux vaut vous le dire maintenant. Oui, si tu mets les pieds dans le plat, il y a un risque que vous vous sépariez. Mais si tu le trompes, il y a un risque encore plus grand que vous vous sépariez.
Si tu veux explorer la question, au delà de ce forum, il y a pas mal de bouquins bien faits (entre autres aimer plusieurs hommes ou le guide des amours plurielles de Francoise simpere,vertu du polyamour de YA Thalmann,la salope étique).

Voir dans le contexte

Discussion : Mes insécurités l'ont perdue...

Profil

gdf

le mardi 17 avril 2018 à 16h56

Bonjour,
Bravo pour avoir réussi à écrire toute cette histoire de façon claire. Tu as l'air d'avoir beaucoup souffert, et cette rupture est très difficile pour toi.
En n'ayant que ce que tu nous racontes pour nous faire une idée, il y a toujours un risque d'interprétation faussée, mais si je peux me permettre d'émettre un avis, ce qui vous est arrivé n'est pas à cause de son polyamour
Ça ressemble plutôt à un problème de respect. Dire "je te méprise" ou "tu ne fais pas de moi une meilleure personne", c'est un manque de respect. Oui, tel que tu te décris, tu n'es pas parfait. Aucun de nous ne l'est. Elle même ne l'est probablement pas. Quand on respecte quelqu'un, on ne lui dit pas des choses comme ça. Et quand on ne respecte pas quelqu'un, on ne se met pas en couple avec lui.

Le suivi psychologique a l'air de t'avoir fait du bien, est ce que tu le poursuis ?

En tous les cas, je te souhaite beaucoup de courage dans cette épreuve.

Voir dans le contexte

Discussion : Je suis nouvelle et j’ai désespérément besoin d’aide

Profil

gdf

le dimanche 15 avril 2018 à 11h55

La période où on commence à parler sérieusement de polyamour est souvent tumultueuse. Celui qui amène le sujet veut aller vite, l'autre veut prendre son temps...en réalité, le changement prend toujours du temps. Ça se côté en semaines ou en mois, parfois en années, mais certainement pas en jours.

Règle essentielle : tu as le droit d'exprimer tes attentes, tes limites, tes désirs. Si ton idéal est d'être sa relation primaire, assure toi que ce soit bien explicite pour lui. Si tu veux des enfants et un chien, assure toi que c'est bien explicite (même pour les couples exclusif, je suis toujours impressionné de voir certains couples en désaccord sur le fait d'avoir ou non des enfants, et ne pas aborder le sujet frontalement...désastre assuré...)

Bon courage

Voir dans le contexte

Discussion : Où s'arrêtent mes besoins et où commencent les siens ?

Profil

gdf

le mardi 10 avril 2018 à 23h56

Réponse tautologique : tes besoins, c'est les tiens, ses besoins, c'est les siens.
L'expression d'un besoin sincère n'est pas une entrave à la liberté, dans la mesure où l'autre peut choisir de répondre ou non à ce besoin.
L'expression d'un choix sincère n'est pas une entrave à la liberté. Si tu lui dis "si tu voir encore cette fille, je te quitte", il peut choisir de voir la fille ou pas, et il sait que s'il la voit, tu le quitteras. Certains diront que est du chantage, mais pour moi, tant que les demandes ne sont pas extravagantes, il est légitime d'exprimer ses besoins.
Un exemple de demande extravagante, savoir à toute heure où se trouve l'autre et avec qui. Même dans une relation monogame exclusive, chacun a droit à son jardin secret.
Un autre exemple, à l'opposé, demander à son conjointe du jour au lendemain une liberté sexuelle sans limite. Quand on a passe des années en exclusivité, il ne faut pas s'attendre à tout changer du jour au lendemain.

Le principe de la communication, ce n'est pas d'exprimer quelque chose d'acceptable par l'autre (tu risques alors de censurer tes propres besoins pour les siens), mais d'exprimer ce qui est acceptable pour toi (le risque étant d'en demander trop, plus que ce dont on a besoin réellement).

S'il y a incompatibilité, on le régle par la négociation. Mais on ne décide pas a priori d'exprimer uniquement ce qui respecte les besoins de l'autre. Ton besoin, c'est ton besoin.

Exemple concret pour illustrer. Ma femme m'a demandé si elle pouvait faire un des long weekend de mai avec son amoureux. J'ai dit que sur le principe, ca ne me dérange pas qu'elle passe 4 jours avec lui, mais je ne voulais pas garder les gosses tout seul pendant tout ce temps, et on a personne à qui les refiler. Donc deux jours max.
Elle a exprimé son besoin, j'ai exprimé mon besoin, on a trouvé un compromis.

Voir dans le contexte

Discussion : Polyamour et relation à distance

Profil

gdf

le mardi 10 avril 2018 à 19h43

On était pas si loin...2h de train, elle partait le lundi matin et revenait le vendredi soir. Ça laisse les soirs libres en semaine, mais aussi les opportunités de débriefer au fur et à mesure.

Voir dans le contexte

Discussion : Étape 1

Profil

gdf

le mardi 10 avril 2018 à 12h04

Hello
Bravo pour ton avancement. Tester avec une date limite me paraît sain (même si les délais ne sont jamais tenus...)
Des fois, on se rend compte que ça marche, et que c'est moins dur qu'on pensait. Et des fois, ça marche pas, et c'est la séparation. Dans tous les cas, tu auras fait ce que tu auras pu et tu n'auras pas de regret à avoir.

Voir dans le contexte

Discussion : Polyamour et relation à distance

Profil

gdf

le lundi 09 avril 2018 à 20h57

On a commencé le polyamour lorsqu'on s'est retrouvé séparé géographiquement. Après 13 ans de vie commune, on se voyait plus que le weekend.
L'idee, c'était que puisque de toute façon on était pas l'un sur l'autre, autant ouvrir...
Après, on s'est réinstallé ensemble et on a continué.
Je dirais qu'une relation qui a résisté à la distance a de bonnes chances de fonctionner de façon polyamoureuse. On constate qu'on peut avoir chacun sa vie, et que la relation reste forte, ça met en confiance. Et puis si elle sort une ou deux fois par semaine, c'est pas grand chose par rapport à quand elle était loin toute la semaine.

Voir dans le contexte

Discussion : Condition "matérielle" pour voir un nouvel amoureux

Profil

gdf

le dimanche 08 avril 2018 à 18h31

Le mot clé pour les hôtels en journée, c'est "dayuse" sur Google.
Sinon, les clubs libertins permettent de faire l'amour tranquillement. C'est pas forcément le but initial, mais pourquoi pas...

Voir dans le contexte

Discussion : Condition "matérielle" pour voir un nouvel amoureux

Profil

gdf

le vendredi 06 avril 2018 à 18h58

J'ai beaucoup utilisé l'hôtel, mais c'est clair que c'est un gros budget (ou alors c'est glauque)
Sinon chez l'un ou l'autre en journée
Sinon, la voiture, ça a son charme ;)... Si c'est pas la seule solution !

Voir dans le contexte

Discussion : Responsabilité affective

Profil

gdf

le lundi 29 janvier 2018 à 16h26

@bonheur, je suis désolé que ma tentative d'explication te mette en colère, j'essayais au contraire d'expliquer (ma compréhension de) la remarque de bidibidi.
Je ne sais pas pourquoi tu réagis si fort, pourquoi tu te sens mise en cause de la sorte. Il y a certes parfois des désaccords, mais en l'occurrence, ce n'est même pas le cas.
Je te souhaite de trouver de l'apaisement, afin que le fond de tes contributions ne soit pas pollué par des discussions sur la forme sans grand intérêt pour le débat.

Voir dans le contexte

Discussion : Responsabilité affective

Profil

gdf

le lundi 29 janvier 2018 à 15h57

bonheur
Merci bidibidi, je n'ai besoin de personne pour agir à ma guise, seulement de moi. Je ne vois pas ce qui dérange, ce coup ci, dans ma façon de rédiger mes messages.

Je crois que l'origine de sa remarque est le nombre de message se suivant rapidement dans le temps. En général, quand les gens ont des arrières pensées, ils éditent leur message initial plutôt que de rajouter les idées dans des messages supplémentaires.
Mais bon, c'est pas interdit d'écrire 4 messages coup sur coup.

Voir dans le contexte

Discussion : Comment on définit ça?

Profil

gdf

le dimanche 28 janvier 2018 à 10h18

Francesco2211
Je ne voudrais pas que à l'avenir je dis que 'je suis' quelque chose et on en comprend une autre différente.

Ça, j'ai bien peur que ce soit inévitable. Si tu dis "je suis polyamoureux", certains vont comprendre que tu cherches une excuse pour baiser à tout va (même chose si tu dis que tu pratiques le tantra). D'autres te diront que tu n'es pas vraiment polyamoureux, parce que tu es trop individualiste ou trop altruiste, selon les points de vues.
La seule affirmation irréfutable, je dirais que c'est "je suis moi", et encore, ça risque d'être compris comme un refus de ton environnement et un repli égoïste.

Les expressions en trois mots, c'est bien comme slogan pour rassembler les foules, mais en général ça n'aide pas à la compréhension. Si tu veux être sûr que les gens te comprennent, il faut plus de mots, et il faut plus que des mots.

Voir dans le contexte

Discussion : Comment on définit ça?

Profil

gdf

le samedi 27 janvier 2018 à 16h19

Il n'y a qu'un mot qui me vient à l'esprit : secte. Mais je sais pas si ça fait avancer le débat...

Voir dans le contexte

Retour au profil


Espace membre

» Options de connexion